Navigation – Plan du site

Ethos : pour une mise au point conceptuelle et méthodologique

Reindert Dhondt et Beatrijs Vanacker

Résumés

En guise de préambule théorique aux études de cas réunies dans ce numéro, le présent article se veut une mise au point du concept d’ethos et de ses concepts voisins, tout en formulant quelques-uns des défis, tant définitionnels que méthodologiques, qui en résultent. Aussi cette contribution adopte-t-elle une double démarche, proposant d’abord un regard rétrospectif, qui résume le parcours historique de la notion d’ethos et de la figure de l’auteur en général, avant de formuler quelques pistes de réflexion à portée méthodologique. D’une part, celles-ci découlent du constat d’un certain flou notionnel qui semble subsister dans la recherche consacrée à la figure de l’auteur, en dépit – ou peut-être en raison – des nombreuses tentatives de définition des spécialistes concernés. D’autre part, elles font le point sur quelques problèmes de méthode résultant de la confrontation des diverses conceptions de la figure de l’auteur, mais aussi de leur mise en œuvre respective dans des études de cas dont la grande diversité historique, générique et discursive demande à être davantage prise en compte.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cette esquisse théorique constitue un remaniement de l’introduction ayant servi de discours d’ouver (...)

1Tandis que les études rassemblées dans ce recueil convoquent, à partir de cas empiriques, les différents concepts susceptibles de théoriser l’image de soi d’un auteur, le présent article se veut une réflexion à la fois synthétisante et introductive sur les présupposés définitionnels, historiques et opérationnels des concepts en jeu1. Cet essai entend mettre au jour – a priori – certains flous définitionnels, soulevés par la confrontation des conceptualisations respectives, et évoquer d’ores et déjà quelques questions d’ordre méthodologique.

  • 2 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 3 Amossy (Ruth), « L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des cha (...)
  • 4 Ibid., p. 134.
  • 5 Ibid., p. 148.

2Il nous a dès lors paru intéressant d’aborder, dans un premier temps, la question des « glissements » qu’a connus la construction de l’image d’auteur au fil du temps mais aussi – et surtout – de confronter la charge historique des concepts (posture, ethos, image) à leur mise en pratique dans les contextes de recherche concernés. Comme Ruth Amossy le posait à juste titre dans un article de 1999, dans lequel elle entendait déjà aborder le concept sous un jour pluridisciplinaire2, l’ethos se trouve par définition « au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs3. » Tout comme dans son ouvrage plus récent La présentation de soi : Ethos et identité verbale de 2010, elle y met en évidence les faces changeantes et divergentes du concept d’ethos, suivant la discipline, voire selon le spécialiste qui le prend en charge. « Ainsi l’ethos des pragmaticiens, dans la lignée d’Aristote, se construit dans l’interaction verbale et est purement interne au discours, alors que celui des sociologues s’inscrit dans un échange symbolique4 », affirme-t-elle. Amossy ne manque pas non plus d’insister sur la nature pluridimensionnelle du concept même d’ethos : « La construction discursive, l’imaginaire social et l’autorité institutionnelle contribuent donc à mettre en place l’ethos, et l’échange verbal dont il fait partie intégrante5. » Étant donné que la construction d’une image de soi est toujours dynamique, il est nécessaire de prendre en compte des aspects qui relèvent de différents champs disciplinaires tels que la rhétorique, la pragmatique ou la sociologie.

3Dans cet article, la question de l’interdisciplinarité constitutive du concept – qui informera sans doute certaines études de cas du recueil – ne constitue pas un enjeu en soi. Indépendamment de toute mise en pratique, nous nous proposons de formuler quelques défis définitionnels et méthodologiques auxquels pourrait être confronté le chercheur visant à étudier la construction de « l’image » d’un auteur particulier. Si nous avons trouvé opportun de fonder notre propos sur un survol, préliminaire et nécessairement succinct, des contextes d’emploi de la notion d’ethos dans son acception plus ancienne, ce concept sera dans la suite (3. La figure de l’auteur ; 4. Balises et enjeux de définition) mis en perspective par des renvois aux termes voisins de « posture » et d’« image d’auteur ». Ces enquêtes aboutiront, dans la dernière partie, à une série de réflexions méthodologiques propices à interroger la validité opératoire du concept et ses limites dans une perspective pragmatique.

2. Genèse d’un concept

  • 6 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, op. cit., p. 15.
  • 7 Garver (Eugene), « La découverte de l’ethos chez Aristote », dans Ethos et Pathos. Le statut du suj (...)
  • 8 Baumlin (James S.), « Introduction: Positioning Ethos in Historical and Contemporary Theory », dans (...)
  • 9 Maingueneau (Dominique), « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, juin 2002, p. 57.
  • 10 Baumlin (James S.), art. cit., p. xv.

4Sans fournir un parcours historique détaillé de l’émergence du concept d’ethos, nous proposons de rendre compte succinctement de ses germes ainsi que des principaux « déplacements » sémantiques qui l’on marqué au fil du temps. Dans la Grèce de l’Antiquité déjà, le concept d’ethos s’établit dans le cadre de la « pratique oratoire », conçue comme une « pratique d’influence », dans l’espace public de l’agora ou du tribunal6. L’ethos y prend dès lors son sens primaire dans un contexte éminemment oral, qui présuppose le contact, voire le dialogue immédiat entre l’orateur et son public, même s’il se fonde sur un discours écrit auparavant. Du point de vue méthodologique, la rhétorique aristotélicienne, qui attribue une place de prédilection au concept d’ethos, constitue le point de départ de la réflexion développée dans cet article. Pour citer Eugene Garver dans son article « La découverte de l’ethos chez Aristote », « [l]a configuration unique du rapport entre pensée et caractère, entre le logos et l’ethos, telle que la conçoit Aristote, n’a ni précédent ni postériorité7. » Plus particulièrement, le concept d’ethos y trouve son sens – et sa place centrale – dans la fameuse triade ethos logos pathos. Tandis que l’ethos renvoie à l’image de crédibilité que donne l’orateur de lui-même auprès de son public afin de susciter la confiance, le pathos se réfère aux émotions que l’orateur cherche à provoquer chez les auditeurs et le logos désigne les arguments rationnels. Pour Aristote c’est bien l’ethos de l’orateur qui détermine en grande partie l’effet du discours auprès du public, davantage que la validité logique du raisonnement. Par ailleurs, comme l’indique James Baumlin dans son introduction au recueil Ethos : New Essays in Rhetorical and Critical theory (1994), il est généralement admis que, dans la Rhétorique d’Aristote, l’accent tombe sur la construction discursive de l’ethos de l’orateur (« an image, a representation of character »), plutôt que sur l’orateur comme source préexistante du discours8. Il s’agirait dès lors de mettre en évidence la prédominance du dire sur le dit, sur le fond de l’énoncé. Ou encore, comme le note Dominique Maingueneau : « L’efficacité de l’ethos tient au fait qu’il enveloppe en quelque sorte l’énonciation sans être explicité dans l’énoncé9. » La réflexion sur l’ethos se situe au niveau de la discursivité : l’ethos ne concerne pas l’instance primaire et sous-jacente de la personne de l’orateur, mais son reflet discursif, son « paraître », la façon, forcément secondaire, dont il se montre dans son discours. Cette prééminence du « paraître » – « the sufficiency of seeming good10 », comme le pose encore Baumlin – n’ayant pas été problématisée telle quelle par Aristote, elle a souvent prêté à discussion.

  • 11 « One cannot simply read the Rhetorica, and particularly its discussion of ethos, as if it were a c (...)
  • 12 Goffman (Erving), The Presentation of Self in Everyday Life, Garden City (New York), Doubleday, 195 (...)
  • 13 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, op. cit., p. 26.
  • 14 Ibid., p. 27.

5On est dès lors confronté à un flou conceptuel, que Baumlin pose comme inhérent à la conceptualisation aristotélicienne de l’ethos11, et qui a sans doute joué un rôle décisif dans les appropriations disciplinaires auxquelles la notion d’ethos a été sujette au fil du temps. Ainsi, dans The Presentation of Self in Everyday Life (1959)12, le sociologue Erving Goffman mobilise le concept dans une perspective essentiellement interactionnelle et, si l’on veut, démocratique : tout en faisant abstraction de l’inscription discursive de la présentation de soi chez Aristote, Goffman récupère l’idée d’ethos – ou plutôt la « réoriente », à l’instar de Ruth Amossy13 – en ce qu’il conçoit cette présentation de soi comme une image, comme une construction qui se réalise en quelque sorte in vivo, à travers l’échange des interlocuteurs dans une situation donnée. Loin de concerner exclusivement l’échange oratoire, la construction d’une image de soi est selon Goffman inhérente à tout échange quotidien, « lorsque [les deux partenaires] sont en présence physique les uns des autres ». Goffman insiste d’ailleurs à son tour sur la prééminence du paraître, laquelle prend sens à travers une métaphore théâtrale. Ou, pour reprendre encore les termes de Ruth Amossy : « il ne s’agit pas de ce que le sujet est […] mais de l’image qu’il projette dans une situation précise14. » Dans ce modèle, l’ethos semble essentiellement se forger ad hoc, sans qu’il ne soit confronté à quelque image préétablie (cf. l’ethos préalable).

  • 15 Damele (Giovanni), « Aristote et Perelman : l’ancienne et la nouvelle rhétorique » [en ligne], cons (...)
  • 16 Amossy (Ruth), op. cit., p. 39.
  • 17 Voir notamment Anne Cauquelin, L’Art du lieu commun. Du bon usage de la doxa, Paris, Seuil, 1999.
  • 18 Voir Amossy (Ruth), op. cit., p. 39.

6Dans le Traité de l’argumentation : La nouvelle rhétorique de 1958, Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca renouent avec la tradition rhétorique aristotélicienne, qui constitue pour eux le point de départ d’une « théorie de l’argumentation moderne15. » Les deux auteurs s’intéressent surtout à la manière consciente dont l’orateur oriente son discours vers son auditoire (« ethos rhétorique »), à l’aide « des moyens verbaux qui permettent de susciter l’adhésion des esprits16 », et de manière purement rationnelle. Par conséquent, leur approche met surtout en évidence les valeurs partagées, la doxa17, qui conditionnent pour ainsi dire la réussite de tout échange. Parallèlement, cette approche insiste sur la part de l’imaginaire dans la mise en place de l’échange : l’auditoire visé relève toujours, en premier lieu, d’« une construction de l’orateur18 ». Inversement, le discours présuppose à son tour l’existence d’une image bâtie par l’orateur, correspondante à celle projetée sur l’auditoire.

  • 19 Leff (Michael), « Perelman, argument ad hominem et ethos rhétorique », dans Argumentation et Analys (...)

7En même temps, l’approche perelmanienne récupère aussi l’idée d’un ethos préalable, « prenant en compte la réputation du locuteur établie sur des paroles et des faits antérieurs au discours19 », alors que ce concept provient d’une tradition rhétorique qui n’est pas essentiellement aristotélicienne. Le concept d’ethos « pré-établi » ou « préalable » nous porte à l’essentiel des déplacements d’accent ayant reconfiguré le concept d’ethos au cours des siècles. En effet, absent de la pensée aristotélicienne, l’ethos préalable (Amossy) ou prédiscursif (Maingueneau) – c’est-à-dire la représentation du locuteur antérieure à la prise de parole – a été développé dans des traditions rhétoriques postérieures comme celle de Perelman et dans la conceptualisation récente de l’ethos, dans l’analyse de discours chez Maingueneau et Amossy. Cette approche reste donc jusqu’à un certain point fidèle à la rhétorique aristotélicienne – notamment en ce qu’elle met en évidence le versant discursif de l’ethos – tout en introduisant ce concept dans un nouveau contexte de recherche. Ainsi, plusieurs analystes de discours, dont Maingueneau, ouvrent explicitement le champ d’investigation au discours écrit, à la différence de la rhétorique antique, qui avait fait de l’art oratoire son champ de prédilection. Conformément à la conception grecque selon laquelle l’ethos assure le fonctionnement d’un discours par la garantie que lui apportent les vertus morales (crédibilité, authenticité, sincérité…) de l’orateur, Maingueneau attribue à l’énonciateur d’un texte écrit une vocalité ou un caractère (correspondant à un état psychologique), ainsi qu’une corporalité (correspondant à une manière d’habiter l’espace social), qui relèvent pourtant en premier lieu de l’intra-discursif. Or, cette insistance sur le versant discursif de l’ethos n’exclut pas la prise en compte du monde extra-discursif, ou plutôt pré-discursif qui conditionne, chez Maingueneau également, la perception du récepteur.

  • 20 Pour Dominique Maingueneau, la distinction entre ethos prédiscursif et discursif semble relever d’u (...)
  • 21 Voir à cet effet Korthals Altes (Liesbeth), « Slippery author figures, ethos and value regimes – Ho (...)

8Avec l’entrée en jeu du pré-discursif, qui relève du pré-établi et du niveau des idées communes, censées être partagées par le locuteur et le public, s’impose la question du rapport entre ces deux niveaux, ou encore ces deux « moments » dans la re-construction de l’ethos par le lecteur20. Les attentes concernant l’ethos de l’auteur et la connaissance du répertoire des représentations collectives conventionnelles (pensons aux ethè affichés et incorporés du poète maudit, du dandy ou de l’intellectuel engagé) déterminent dans une large mesure la manière dont la critique classifie et évalue les œuvres littéraires et façonnent de ce fait l’horizon de lecture. La construction d’un ethos auctorial – qui peut être perçu comme sincère, ironique ou engagé – joue un rôle de premier plan dans les débats sur le sens et la valeur d’une œuvre21. Le catalogage généralement très persistant des écrivains résulte aussi de l’interaction de l’ethos prédiscursif et l’ethos discursif : ainsi, pour la publicité éditoriale et la critique, il s’avère extrêmement difficile de faire abstraction d’étiquettes telles que « littérature migrante » ou « littérature gay » et de se défaire des partis pris qui interviennent inévitablement avant même la phase de lecture.

3. La figure de l’auteur

  • 22 Viala (Alain), La Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, é (...)
  • 23 Pour la distinction autorité/authorship, voir en particulier Leclerc (Gérard), Le Sceau de l’œuvre, (...)
  • 24 Diaz (José-Luis), « Le Poète comme roman », dans L’Auteur comme œuvre : l’auteur, ses masques, son (...)

9Au-delà des questions de conceptualisation, l’ethos n’est pas sans appeler la réflexion actuelle sur la figure de l’auteur dans plusieurs domaines de recherche en vogue, raison pour laquelle nous aborderons ici quelques étapes de son parcours historique et quelques-unes des spécificités des conceptualisations actuelles de l’auteur. Il est généralement admis que l’auteur commence à être défini comme un créateur individuel à l’époque classique. Dans La Naissance de l’écrivain (1985), Alain Viala décrit comment le métier et le statut de l’écrivain se modifient, en rapport avec l’apparition de valeurs de création et de propriété intellectuelle et d’un réseau institutionnel22. Mais ce n’est qu’avec la révolution romantique que le régime de l’auctorialité change profondément : de l’autorité classique basée sur la légitimité intellectuelle et institutionnelle des précurseurs, on passe à l’authorship moderne, qui met en avant le mythe du poète démiurge et valorise sa singularité23. L’avènement du champ littéraire moderne contribue à faire de l’auteur un personnage public engagé dans un processus de théâtralisation. Comme l’a montré José-Luis Diaz, l’écrivain romantique acquiert le statut d’un personnage, « dont la vraie œuvre est la propre vie24. » Longtemps, d’ailleurs, la biographie et l’intention de l’auteur ont été les principaux outils d’interprétation d’une œuvre littéraire. Cependant, à la fin des années 1960, le structuralisme proclame la « mort de l’auteur » et récuse catégoriquement la lecture psychologisante et le biographisme préconisé par Sainte-Beuve en y substituant l’analyse des formes du discours. Ainsi Michel Foucault a-t-il mis en cause l’individualité de l’auteur, puisque celui-ci peut adopter plusieurs postures énonciatives. Le plus souvent l’œuvre est en effet beaucoup moins cohérente qu’il n’y paraît de prime abord. S’il est vrai que la notion d’auteur tend à homogénéiser l’œuvre, celle d’ethos permet de complexifier la distinction sans doute trop rigide entre instance narrative, d’une part, et instance d’écriture, de l’autre, pour reprendre la terminologie de Gérard Genette.

  • 25 Voir Baumlin (James S.), art. cit., p. xxi.

10Certes, le postmodernisme n’a pas tardé à être caractérisé comme l’« ère post-ethos » (age after ethos25), puisqu’en fin de compte la pensée poststructuraliste avait fini par décentrer et fragmenter l’individu souverain et stable. De même, les théories de l’intertextualité envisagent la paternité littéraire en termes de collectivité et d’incommensurabilité. Toutefois, le concept d’ethos n’en reste pas moins valable pour étudier des textes contemporains, pourvu qu’on accepte que même le texte le plus objectif renferme un je pluriel ou une multiplicité de voix. Sans doute l’auteur est-il le plus visible dans les alentours (« seuils ») du texte, mais il peut aussi figurer de façon moins périphérique dans le texte même en tant que personnage (avant tout dans des textes qui appartiennent à un genre factuel ou qui relèvent du « régime élocutif », centré sur la construction de soi) ou en tant qu’« auteur implicite » (Wayne C. Booth), « voix » (Vincent Jouve) ou encore « image d’auteur » (Maingueneau, Amossy) – autant de concepts qui s’inscrivent dans des approches qui revendiquent en quelque sorte la résurrection de l’auteur (ne fût-ce qu’en tant qu’inférence du lecteur) et redécouvrent en même temps l’ethos classique.

  • 26 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007, (...)
  • 27 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, p. (...)
  • 28 Meizoz (Jérôme), ibid., p. 82. Ou encore, « étudier une posture, c’est aborder ensemble [nous souli (...)

11Tandis que dans une rencontre dialogique entre le locuteur et son public, l’ethos est le résultat d’une interaction de face à face, l’échange écrit nécessite un simulacre de la présence physique de l’auteur. Celui-ci n’est toutefois aucunement la résultante d’une construction identitaire à sens unique, mais bien le résultat d’un processus complexe et performatif où interviennent plusieurs médiateurs et instances qui intègrent la figure de l’auteur. Ainsi, Maingueneau distingue entre « l’inscripteur » (l’énonciateur textuel ou le narrateur ; pensons au personnage de l’apprenti écrivain Varguitas dans La Tante Julia et le scribouillard (1977) de Mario Vargas Llosa), la « personne » (l’être civil ; Vargas Llosa le candidat présidentiel de tendance libérale marié d’abord avec sa tante et plus tard avec sa cousine) et « l’écrivain » (la fonction-auteur dans le champ littéraire ; Vargas Llosa le détenteur du prix Nobel, titulaire d’innombrables doctorats honoris causa et membre de l’Académie royale espagnole). Si l’ethos discursif concerne avant tout le discours de l’inscripteur et si la posture intègre également les conduites de l’écrivain, il est important de rappeler qu’il s’agit avant tout de notions relationnelles : les trois instances distinguées par Maingueneau ne sauraient être envisagées indépendamment les unes des autres. Du reste, dans Postures littéraires, Jérôme Meizoz souscrit pleinement à cette tripartition proposée par Maingueneau, tout en précisant que sa réflexion sur la posture, « si elle privilégie la figure de l’écrivain, cherche à la penser en relation constante avec la personne et l’inscripteur26. » La démarche « relationnelle » de Meizoz ressort encore de son ouvrage Postures littéraires II, où il attribue à la notion de « posture » la qualité de « dépasser la vieille division des tâches entre les spécialistes de l’interne et de l’externe textuel27 », tout en articulant la complexité inhérente aux « conduites énonciatives et institutionnelles28 ».

  • 29 Diaz (José-Luis), « Pour une théorie de la fonction auctoriale », dans L’Écrivain imaginaire : scén (...)
  • 30 Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique), « Autour des ‘scénographies auctoriales’ : entretien avec (...)

12José-Luis Diaz, pour sa part, distingue dans L’écrivain imaginaire (2007) trois « plans » différents : le réel, le textuel et l’imaginaire. L’« écrivain imaginaire » se définit comme l’auteur tel qu’il se représente ou se laisse représenter. Cette figuration de l’auteur est distincte de l’« homme de lettres » (à la fois sujet biographique et acteur social ; il inclut donc la personne et l’écrivain dans la terminologie de Maingueneau) et l’« auteur textuel » ou le « régisseur » formel du texte qui se situe à l’intérieur de l’univers de l’œuvre (correspondant à l’inscripteur de Maingueneau)29. Dans un entretien postérieur (2009), Diaz distingue l’auteur « réel » (qui se limite à l’identité civile) de l’auteur « textuel » (défini maintenant comme l’auteur du livre et le sujet textuel)30. Quoi qu’il en soit, l’écrivain est le produit d’une image foncièrement protéiforme, « bricolée » par le lecteur à partir de sources d’information très disparates, qu’il est impératif de mettre en relation avec les écrits de l’auteur pour ne pas sombrer dans l’anecdotique. Dans son étude, Diaz s’intéresse surtout au processus de socialisation et de sacralisation de l’écrivain à l’époque romantique et au déploiement de la stéréotypie auctoriale afin de dresser une typologie des auteurs. Pour cela, il reprend la terminologie de l’époque et les images que dégagent les auteurs d’eux-mêmes. Par des « scénographies auctoriales » collectives, l’écrivain se met en scène et adopte une posture personnalisée, mais cette notion recouvre aussi la scénographie énonciative ou discursive au sens de Maingueneau.

  • 31 La notion de paratopie a été introduite par Maingueneau pour désigner « la relation paradoxale d’in (...)

13L’ethos d’un auteur est loin d’être immuable. Il varie d’un texte à l’autre et d’un lecteur à l’autre, notamment en fonction de ce que Diaz nomme les « identités génériques » : ainsi, le ton et le déploiement des fonctions auctoriales du Borges poète ne sont pas identiques à ceux du Borges nouvelliste ou essayiste ; en plus, leur renommée respective n’est pas partout identique. De même, à chaque (semi-)hétéronyme de Pessoa correspond une autre personnalité fictive et donc un ethos différent : les caractères et même les signes astrologiques de Álvaro de Campos et de Bernado Soares diffèrent l’un de l’autre, ce dernier étant plus proche de l’auteur orthonyme. À ce sujet, l’ethos préalable se révèle souvent encombrant puisqu’il s’agit d’un élément extra-littéraire qui co-construit le sens de l’œuvre. De nos jours, de nombreux auteurs à succès sont précédés de leur réputation et leur légende se transforme souvent en clé herméneutique du texte. Dès lors, il n’est pas étonnant que l’ethos s’exploite de façon délibérée comme garant de qualité dans le cas d’un livre signé par une personnalité et rédigé par une plume anonyme, mais aussi dans le branding des « égozines » ou personality magazines. Afin de dépasser cette lecture réductrice de type psychologisant, certains auteurs jouent sur leur présentation de soi dans le but de s’écarter ou, à l’inverse, de coïncider au maximum avec un de leurs personnages, ou encore à l’aide des procédés rhétorico-poétiques de la prosopopée et de l’éthopée. L’exemple de l’écrivain espagnol Javier Marías est bien révélateur à ce sujet. Toute notice biographique de Marías contient des références à l’île caribéenne de Redonda. Dans de nombreux entretiens, conférences et essais, Marías ironise la République des Lettres en s’autoproclamant roi de cette île inhabitée et en anoblissant ses amis artistes comme Pedro Almodóvar ou Francis Ford Coppola. En plus, il dirige une maison d’édition nommée « Reino de Redonda » et décerne un prix littéraire qui porte le même nom. Simultanément, il met en avant ses lettres de noblesses dans ses écrits fictionnels, développant un singulier cas de paratopie nobiliaire31.

4. Balises et enjeux de définition

  • 32 Amossy (Ruth), op. cit., p. 35.
  • 33 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités, op.cit., p. 86.

14Le parcours historique qui précède montre combien la notion s’est redéfinie au fil du temps, ou du moins – à l’instar de Ruth Amossy dans La présentation de soi : Ethos et identité verbale – comment des déplacements se sont démarqués par rapport à la rhétorique antique ayant reconfiguré le sens et la portée de la notion32. Or, aux défis diachroniques qui rendent difficile toute tentative de définition arrêtée du concept, se superposent des problèmes de démarcation synchroniques, en ce que la réflexion sur – et la théorisation de – la présentation de soi d’un écrivain est conceptualisée non seulement par le biais du terme d’ethos, mais encore par des termes pour ainsi dire concurrents, tels que « posture » et « image d’auteur ». Le constat selon lequel les définitions respectives du concept utilisé impliquent plus d’une fois une tentative de démarcation vis-à-vis des concepts voisins témoigne manifestement de la conscience accrue des spécialistes en question quant aux affinités possibles entre les différents concepts en jeu. La question est alors de déterminer dans quelle mesure ces efforts de démarcation s’inspireraient ou non d’un souci méthodologique, chacun des spécialistes ressentant également le besoin de démontrer la pertinence de son approche particulière. Cette problématique est articulée spécifiquement dans La fabrique des singularités, où Meizoz rend compte de quelques observations analogues évoquées par Dominique Maingueneau. Ce dernier étant occupé par la question de savoir « si le terme de posture ne faisait pas double emploi avec celui d’ethos », Meizoz « y répon[d] par la négative33 », avant de développer ses idées avec force détails.

  • 34 Voir à ce sujet Le Gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), du même auteur (Lausanne, Antipodes, c (...)
  • 35 Viala (Alain), « Éléménts de sociopoétique », dans Molinié (Georges) et Viala (Alain), Approches de (...)
  • 36 Idem.
  • 37 Ibid., p. 21.
  • 38 Ibid., p. 15. Il en va certainement de même pour les termes d’ethos et d’image d’auteur.
  • 39 Notons du reste que la pensée de Meizoz n’est pas exempte de quelques enchevêtrements inévitables. (...)
  • 40 Meizoz, (Jérôme), La Fabrique des singularités, p. 88.
  • 41 Ibid., p. 92.
  • 42 Idem.
  • 43 Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), art. cit., p. 217. Il s’agit notammen (...)

15Dans plusieurs essais théoriques, ce souci de définition des concepts voisins risque de complexifier la mise en pratique du concept concerné dans des études de cas. L’ouvrage de Meizoz, qui n’est un exemple parmi d’autres, définit le concept de « posture » dès le premier chapitre de Postures littéraires, évoquant la question du choix terminologique à travers la mise en scène d’un entretien entre deux instances, « le curieux » et « le chercheur ». Dans cet entretien, le « chercheur » se place dans le droit fil de la réflexion sociologique d’Alain Viala34, à qui il attribue la conceptualisation initiale du terme « posture », au sens de « façon d’occuper une position » pour un écrivain35. Meizoz précise ensuite que le concept prend pour lui un sens plus large. Alors que, selon Viala, la/les posture(s) d’un écrivain feraient partie de son ethos ou de sa « manière générale d’être36 », Meizoz attribue au terme un sens « englobant » : « la ‘posture’ désigne alors ce que Viala nomme ethos ». En même temps, la notion d’ethos n’est point écartée par Meizoz, mais seulement rendue opérationnelle dans son « premier » sens rhétorique : la notion de posture appellerait alors le chercheur à « décrire relationnellemnt des effets de texte [l’image de soi donnée dans et par le discours, ce que la rhétorique appelle l’ethos] et des conduites sociales37. » Ce chapitre introductif témoigne d’un grand souci de précision définitionnelle, qui nous semble distinguer d’emblée la démarche de Meizoz. Pourtant, il n’en met pas moins à nu la précarité même des choix notionnels nécessaires à toute étude de l’image d’auteur. Si le chercheur évoque, à juste titre, le manque de précision d’un terme aussi récurrent que posture38, sa propre mise en œuvre de la notion, toute originale et stimulante qu’elle soit, passe nécessairement par un compte rendu des sens « préalables » du concept, attribués par d’autres théoriciens, dans des contextes de recherche plus ou moins voisins39. Ainsi, c’est à travers son souci continu de démarcation et de définition qu’est dévoilée la charge notionnelle parfois encombrante dont les concepts clés – « ethos », « posture » et « image d’auteur » – se sont investis au fil du temps. Qui plus est, ce même souci de définition risque parfois d’être interprété, fût-ce à tort, comme une démarche de démarcation et de positionnement. Dans La Fabrique des singularités, Meizoz prend le soin de dissocier davantage la notion de posture d’autres concepts voisins : outre l’ethos, il se réfère également à l’« image d’auteur » (Amossy)40. Écartant l’idée d’une relation d’équivalence, l’auteur y propose de « hiérarchiser » les trois notions suivant une démarche « par inclusion41 ». L’ethos d’un auteur étant « inféré » du dedans du discours, d’après Meizoz la « posture » dépasse la singularité du texte, non seulement parce qu’elle désigne également la dimension actionnelle d’un auteur, mais encore parce qu’elle permet – à la différence de l’ethos – de prendre en compte l’œuvre globale de cet auteur. Partant, la posture comme notion « englobante » telle que l’entend Meizoz met en cohérence le discours et les conduites, le versant rhétorique et le versant comportemental, mais privilégie plutôt la convergence entre les propos d’un auteur et ses actes au détriment de la divergence. Bien que fort réfléchie et justifiée par plusieurs raisons, la latitude terminologique, à certains égards croissante, du concept de posture pourrait entraîner le risque réductionniste que la notion prenne la forme d’un « concept passe-partout ». Meizoz lui-même ne manque d’ailleurs pas d’en rendre compte dans le fragment précité, en qualifiant la notion englobante de « problématique42 ». Par rapport à cette tendance à développer une définition inclusive de la posture, l’ethos pourrait avoir l’avantage d’être plus immédiatement opérationnel, en raison de son champ d’application plus restreint. En même temps, l’ouverture de la notion d’ethos à un univers pré-discursif risquerait, là encore, de compromettre l’univocité de sa charge fonctionnelle. Du reste, dans son entretien dans Interférences littéraires/Literaire interferenties, Maingueneau témoigne pour sa part d’un réflexe – voire d’un souci « protecteur » – similaire quant à la démarcation conceptuelle d’« ethos » par rapport au concept « englobant » d’image d’auteur, ou encore celui de posture, qui « ne captent pas les mêmes facettes de l’activité de l’écrivain43. »

  • 44 Ibid., p. 203.
  • 45 Ibid., p. 216.
  • 46 Voir en particulier Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque (...)

16Étant donné la nécessité de démarcation qui semble sous-tendre la définition même de termes concurrents, tout (jeune) chercheur qui s’attèle à une analyse de la présentation de soi d’un auteur se voit dès lors confronté à la contrainte d’une démarche préparatoire, qui est celle de considérer le concept adopté en conformité avec l’objet d’étude d’une part, et le cadre de réflexion conçu par le spécialiste auquel le terme en question est emprunté d’autre part. Cela vaut d’autant plus pour l’ethos, tel qu’il est défini par Maingueneau, que « l’analyse du discours qu’il développe se présente comme un réseau de concepts rigoureusement articulés44. » Ainsi, Maingueneau considère le concept d’ethos en relation étroite avec celui de « scénographie » : « [l]’ethos n’est qu’une composante de la scénographie et cette dernière est relative au genre de discours et éventuellement au positionnement de l’auteur. Cela n’a donc pas grand sens d’isoler l’ethos, de le considérer en lui-même45. » S’il importe de prendre en considération la relation ethos-scénographie dans la « méthode Maingueneau », il en va de même avec l’approche de José-Luis Diaz. Le niveau de « l’écrivain imaginaire » présupposerait notamment un recours à la notion de « scénographie auctoriale ». Une scénographie pourtant qui, comme le précise encore Diaz, n’est pas de l’ordre du discours, mais de l’ordre, plus global semble-t-il, de la représentation. La scénographie « auctoriale », telle que définie par Diaz, et celle « discursive » avancée par Maingueneau s’articuleraient alors dans un rapport de succession, la scénographie auctoriale impliquant un choix « préliminaire », susceptible d’entraîner des conséquences sur le plan discursif. Du reste, notons qu’un constat similaire s’applique à la notion de posture qui, outre sa conceptualisation circonstanciée par Meizoz, se retrouve également dans les textes de Diaz et Amossy respectivement46. Afin d’éviter l’embarras du chercheur devant cette multitude de définitions et de mises en pratique, s’impose alors, comme une sorte de réflexe a priori, le souci d’une définition « contextuelle » du concept, qui mettrait en évidence la part spécifique assumée par les notions dans l’approche de tel spécialiste.

17Tous conscients que se montrent ces spécialistes de l’impératif méthodologique qu’il y a à préciser la portée et les fonctionnalités exactes de leurs concepts, il subsiste, à ce qu’il nous semble, la difficulté d’un certain flou notionnel et pratique dont rendent compte les contributions du présent recueil.

5. Défis méthodologiques

  • 47 Voir notamment Amossy (Ruth), « L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, soc (...)
  • 48 Dans l’interview avec David Martens, Meizoz évoque le phénomène d’un conflit ou d’un décalage entre (...)
  • 49 Meizoz (Jérôme), op. cit., p. 83.

18Les problèmes méthodologiques soulevés par la notion d’ethos se situent à plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’image de soi qu’un locuteur produit dans son discours exerce inévitablement une influence sur son allocutaire. L’ethos permet de réfléchir sur l’adhésion du public à une position discursive particulière. À cet égard, on peut se demander quel est le rôle du lecteur dans les différentes approches que nous venons de présenter, qui privilégient tantôt le pôle de l’émission, tantôt celui de la réception. Pour Diaz, par exemple, il incombe au lecteur de « reconstruire » l’image d’auteur à partir d’une série d’indices, tandis qu’Amossy confie un rôle plus constructif au lecteur, qui décrypte et réinterprète sans cesse l’image que l’auteur veut consolider ou retravailler47. En d’autres mots, elle s’intéresse surtout à l’efficacité de la présentation de soi dans un contexte donné. Maingueneau accorde aussi un rôle important au lecteur, qui doit activer un certain « monde éthique » composé de situations stéréotypiques. L’ethos est donc ancré dans la doxa ou l’imaginaire collectif d’une culture donnée qu’il peut par conséquent confirmer ou bien transgresser. Meizoz ne semble de prime abord pas explicitement rendre compte des conditions de réussite ou d’échec d’une posture donnée, à la lumière de la lecture individuelle, même s’il se montre conscient du « regard d’autrui » dans la présentation de soi d’un auteur48. Dans La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, il insiste davantage sur le fait que la posture « relève d’un processus interactif49 », invoquant le « public » comme une des instances participant de « l’image collective » qu’est la posture.

  • 50 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, op. cit., p. 209

19Il va sans dire que l’ethos se construit différemment selon la culture livresque ou la nationalité du public lecteur, mais aussi selon la conjonction socio-historique : ainsi, pour reprendre l’exemple de Mario Vargas Llosa, son changement de cap idéologique ou son annexion comme écrivain « hispano-péruvien » ou même « espagnol » dans la presse péninsulaire ont une incidence sur l’interprétation et l’évaluation de son œuvre, même rétrospectivement. Comme de nombreux écrivains, Vargas Llosa modèle aussi son ethos dans ses essais en fonction de son auditoire. Inversement, on peut se demander par ailleurs dans quelle mesure l’ethos littéraire contribue à façonner des modèles de comportement, comme l’a observé Maingueneau à propos du bovarysme50. La question se pose aussi de savoir si les différentes scénographies auctoriales sont aperçues par le lecteur. Sans doute faut-il distinguer la reconstruction par le lecteur de l’époque de celle par le lecteur contemporain. En d’autres mots, une étude détaillée des pratiques lectoriales s’impose dans ce travail de reconstruction, vu que la vocalité d’une chanson de geste est bien différente de celle d’un poème symbolique. D’où la suggestion de José-Luis Diaz, pour qui l’image précède le discours, de mettre à profit non seulement les paratopies du côté de l’émission, mais aussi du côté de la réception. En effet, dans sa contribution à ce numéro, Diaz s’intéresse avant tout à l’implémentation discursive des différentes topologies paratopiques dominantes à l’époque romantique, mais celles-ci doivent être reconnues et décryptées par le lecteur afin d’être efficaces.

  • 51 Baumlin (James S.), art. cit., p. xxii.
  • 52 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, op. cit.(...)

20Un deuxième défi méthodologique à relever concerne la tension entre l’individuel et le collectif. Selon James Baumlin, l’ethos se situe toujours dans un entre-deux discursif où interagissent la pensée individuelle et l’opinion publique : « […] ethos exists “somewhere between the organism and the outside world,” this “somewhere between” being none other than a discourse whose language is in part one’s own but in equal part a possession of one’s time and culture51 ». Diaz, pour sa part, souligne l’importance d’un « imaginaire collectif », d’une imagerie sociale pour l’écrivain, qui moule son image sur un modèle culturel entériné, tandis qu’Amossy relie l’ethos au processus de stéréotypage et à la schématisation ou catégorisation de l’autre en termes d’exogroupe et d’endogroupe. Toujours selon Diaz, l’« image d’auteur » est la résultante d’un choix parmi un « attirail de masques » (personae) mis à la disposition de l’auteur. En mettant en évidence la relation entre ethos et topos, il rejoint la prise de position d’Amossy : « La re-présentation consiste alors dans la réduplication simplifiante plutôt que dans la vérité de la copie. C’est qu’il s’agit pour l’écrivain non tant de se ‘‘voir’’ vraiment sous des traits individuels que de se mettre à distance : se re-présenter, se voir comme un autre, en un miroir qui simplifie ses traits52. » L’ethos concerne la constitution de soi, mais cette image singulière est toujours décryptée de l’extérieur à l’aide de schémas collectifs. L’ethos ne coïncide pas nécessairement avec l’intention de l’auteur, mais est (re)construit par le lecteur qui puise dans un répertoire de stéréotypes historiquement variables. C’est cette dimension collective qui ouvre à son tour la voie à des approches interculturelles.

21Il faut par ailleurs se demander si tout matériau est pertinent pour l’étude de l’ethos préalable et comment on peut mettre à profit les informations extra-littéraires pour l’analyse d’une œuvre littéraire. S’il est vrai que l’approche posturale de Meizoz permet de dépasser la division entre l’interne et l’externe textuel, il est tout aussi indéniable que l’ethos se construit à travers le discours mais doit être complété par des représentations de l’ethos avant l’acte d’énonciation. Comment penser, en effet, la relation entre l’œuvre et le hors-texte par rapport à l’ethos ? Que se passe-t-il dans le cas d’un auteur inconnu qui fait ses débuts ? L’ethos préalable n’est-il pas, lui aussi, en grande partie de nature discursive, puisqu’il se base sur des lectures précédentes ?

  • 53 Voir Pollack (Sarah), « Latin America Translated (Again): Roberto Bolaño’s The Savage Detectives in (...)

22Ensuite, le rôle des agents intermédiaires dans la construction de l’ethos soulève de nombreux problèmes de méthode. Quel est le rôle des traducteurs, critiques et spécialistes du marketing dans la construction d’une image d’auteur ? Dans quelle mesure l’écrivain peut-il rectifier ou gommer une image qui circule dans les médias ? L’on peut aussi se demander quelle serait, en fin de compte, l’emprise d’un auteur sur son ethos non-discursif, à une époque où son image se voit de plus en plus « médiée », voire « médiatisée » par des instances externes. Quelle est la part de l’inconscient et du stratégique ? À cela s’ajoute la professionnalisation des lectures et rencontres littéraires et l’importance du corps dans le discours visuel ; de nombreuses collections reproduisent des photos souvent iconiques sur la quatrième de couverture. L’exemple de l’édition nord-américaine des Détectives sauvages (2006) de l’écrivain chilien Roberto Bolaño est révélateur : l’éditeur Farrar, Straus & Giroux a délibérément créé un mythe – et par la suite un buzz commercial – en rapprochant l’ethos de l’écrivain décédé prématurément avec celui de son protagoniste Arturo Belano par le biais d’une série d’images du jeune Bolaño qui évoquent la contre-culture et les beatniks. Dès lors, il n’est guère étonnant que les critiques littéraires américains mettent en avant l’existence itinérante et le prétendu usage de stupéfiants de Bolaño, ce qui contraste fortement avec l’image de Bolaño en auteur établi et chef de famille austère et cultivé, répandue par sa maison éditoriale espagnole Anagrama53. Il est donc indispensable de confronter les différentes approches de l’autoreprésentation énonciative ou auctoriale dans ses multiples manifestations et, par extension, la relation que celle-ci entretient avec l’image préexistante au discours, d’une part, et l’hétéroreprésentation ou la représentation de cette identité par d’autres instances comme la critique littéraire ou les médias, de l’autre.

  • 54 Il n’en demeure pas moins qu’une des études de cas prototypiques de l’œuvre de Meizoz concerne Jean (...)

23Enfin, l’aperçu transhistorique invite à creuser le problème de la « transférabilité » des concepts. À cet égard, nous avons déjà signalé que le concept d’ethos en appelle à une tradition qui permettrait de le mettre en pratique dans des contextes historiques très différents. Reste à voir si tel est également le cas d’un concept comme celui de posture54 ou encore de l’écrivain imaginaire, qui nous semble plus directement greffé sur la figure de l’auteur du XIXe siècle français. À cet effet, il importerait d’examiner la portée des conceptions divergentes d’ethos, ainsi que leur complémentarité et leurs relations, sans pour autant en venir à une définition unique et univoque, inévitablement réductrice.

6. Coda

24Déjà plurivoque et problématique à l’époque antique, la notion d’ethos ne peut être étudiée qu’en tenant compte des contraintes imposées par le genre littéraire et les conditions historiques. Si les traducteurs et les médiateurs font en règle générale preuve de réserve, étant naturellement enclins à s’effacer, l’ethos littéraire est manifestement plus consciemment travaillé que l’ethos « objectivant » ou « neutre » du discours scientifique. D’où la nécessité de prendre en considération non seulement le dispositif d’énonciation et le « monde éthique » activé par le lecteur, mais aussi l’ethos « paradiscursif » et l’ethos « éditorial », voire les aspects matériels qui influent sur la mise en scène du discours, comme la typographie et les illustrations.

25Cette vue synoptique, mais aucunement exhaustive, des travaux portant sur les questions d’ethos, de posture ou d’image d’auteur a montré que les appareils notionnels fonctionnent à certains égards comme les signatures des différents théoriciens. Les concepts élaborés dans le cadre d’une théorie spécifique n’étant ni détachables ni transportables avec aisance, ils pourraient s’avérer encore plus opérationnels suite à un travail préliminaire de mise en contexte. Placé en préambule des études de cas rassemblés dans ce recueil, le présent article s’est précisément donné pour objectif d’établir et de confronter un certain nombre de balises méthodologiques, propices à informer ce souci de rigueur conceptuelle.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique), « Autour des ‘scénographies auctoriales’ : entretien avec José-Luis Diaz, auteur de L’Écrivain imaginaire (2007) », Argumentation et Analyse du Discours [en ligne], n° 3, 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 12 juin 2012, URL : http://aad.revues.org/678.

Amossy (Ruth), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, sous la direction de Ruth Amossy, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, « Textes de base en sciences des discours ».

Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, « L’interrogation philosophique », 2010.

Baumlin (James S.) & French Baumlin (Tita) (dir.), Ethos. New Essays in Rhetorical and Critical Theory, Dallas, Southern Methodist University Press, 1994.

Cauquelin (Anne), L’Art du lieu commun. Du bon usage de la doxa, Paris, Seuil, 1999.

Charaudeau (Patrick) & Maingueneau (Dominique) (dir.), Dictionnaire d’analyse de discours, Paris, Seuil, 2002.

Chartier (Roger), Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 1987.

Damele (Giovanni), « Aristote et Perelman : l’ancienne et la nouvelle rhétorique » [en ligne], consulté le 15 juin 2012, s.p., URL : http://www.academia.edu/299003 (version française de « Aristotele e Perelman: antica e nuova retorica », Rivista di Filosofia, n° 1, 2008, pp. 181-259).

Diaz (José-Luis), « Le Poète comme roman », dans L’Auteur comme œuvre : l’auteur, ses masques, son personnage, sa légende, sous la direction de Nathalie Lavialle et Jean-Benoît Puech, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 2000, pp. 55-68.

Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007.

Diaz (José-Luis), Declercq (Elien) & Vandemeulebroucke (Karen), « De l’écrivain au traducteur imaginaires. Entretien avec José-Luis Diaz au sujet de sa théorie de l’auteur », dans Interférences littéraires/Literaire interferenties, n° 9, novembre 2012, pp. 211-227, URL : http://www.interferenceslitteraires.be/node/179.

Garver (Eugene), « La découverte de l’ethos chez Aristote », dans Ethos et Pathos. Le statut du sujet rhétorique, sous la direction de François Cornilliat et Richard Lockwood, Paris, Honoré Champion, 2000, pp. 15-35.

Goffman (Erving), The Presentation of Self in Everyday Life, Garden City (New York), Doubleday, 1959.

Herman (Jan), Kremer (Nathalie) et Kozul (Mladen), Le Roman véritable : stratégies préfacielles au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, « SVEC ».

Korthals Altes (Liesbeth), « Slippery author figures, ethos and value regimes – Houellebecq, a case », dans Authorship Revisited. Conceptions of authorship around 1900 and 2000, sous la direction de Gillis J. Dorleijn, Ralf Grüttemeier et Liesbeth Korthals Altes, Leuven/Paris/Walpole, Peeters, 2009, pp. 95-117.

Leclerc (Gérard), Le Sceau de l’œuvre, Paris, Seuil, 1998.

Leff (Michael), « Perelman, argument ad hominem et ethos rhétorique », dans Argumentation et Analyse du Discours [en ligne], n° 2, 2009, mis en ligne le 1 avril 2009, consulté le 25 juin 2012, URL : http://aad.revues.org/213.

Maingueneau (Dominique), « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, juin 2002, pp. 55-67.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, « U », 2004.

Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), « Un réseau de concepts. Entretien avec Dominique Maingueneau au sujet de l’analyse du discours littéraire », dans Interférences littéraires/Literaire interferenties [en ligne], n° 8, mai 2012, consulté le 20 juin 2012, URL : http://interferenceslitteraires.be/node/162.

Meizoz (Jérôme), Le Gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), Lausanne, Antipodes, coll. Existence et Société, 2003.

Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011.

Meizoz (Jérôme) & Martens (David), « La fabrique d’une notion. Entretien avec Jérôme Meizoz au sujet du concept de ‘posture’ », dans Interférences littéraires/Literaire interferenties, n° 6, mai 2011, consulté le 15 mai 2013, pp. 199-212, URL : http://www.interferenceslitteraires.be/node/19.

Pollack (Sarah), « Latin America Translated (Again): Roberto Bolaño’s The Savage Detectives in the United States », dans Comparative Literature, n° 61 (3: « The Americas, Otherwise »), été 2009, pp. 346-365.

Stiénon (Valérie), « Notes et remarques à propos de Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur », COnTEXTES [en ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 02 avril 2008, consulté le 24 juillet 2013. URL : http://contextes.revues.org/833.

Vanacker (Beatrijs), « La ‘fiction à l’anglaise’. Au sujet des stratégies préfacielles dans l’œuvre de deux romancières françaises du XVIIIe siècle », dans Les Lettres romanes, n° 67 (1-2), 2013, pp. 199-217.

Viala (Alain), La Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1985.

Haut de page

Notes

1 Cette esquisse théorique constitue un remaniement de l’introduction ayant servi de discours d’ouverture lors du colloque de jeunes chercheurs organisé à Courtrai les 28 et 29 juin 2012.

2 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, « L’interrogation philosophique », 2010, p. 209.

3 Amossy (Ruth), « L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs », dans Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, sous la direction de Ruth Amossy, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, « Textes de base en sciences des discours », p. 127.

4 Ibid., p. 134.

5 Ibid., p. 148.

6 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, op. cit., p. 15.

7 Garver (Eugene), « La découverte de l’ethos chez Aristote », dans Ethos et Pathos. Le statut du sujet rhétorique, sous la direction de François Cornilliat et Richard Lockwood, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 15.

8 Baumlin (James S.), « Introduction: Positioning Ethos in Historical and Contemporary Theory », dans Ethos. New Essays in Rhetorical and Critical Theory, sous la direction de James S. Baumlin & Tita French Baumlin, Dallas, Southern Methodist University Press, 1994, p. xvi. En tant que telle, l’approche aristotélicienne s’opposerait à la rhétorique dans la lignée d’Isocrate, qui prône la sincérité morale inhérente à tout bon orateur : « discourse which is true and lawful and just is the outward image of a good and faithful soul. » (Baumlin, art. cit., p. xv)

9 Maingueneau (Dominique), « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, juin 2002, p. 57.

10 Baumlin (James S.), art. cit., p. xv.

11 « One cannot simply read the Rhetorica, and particularly its discussion of ethos, as if it were a clear, comprehensive outline of inconvertible theory. » Ibid., p. xvii.

12 Goffman (Erving), The Presentation of Self in Everyday Life, Garden City (New York), Doubleday, 1959.

13 Amossy (Ruth), La Présentation de soi : Ethos et identité verbale, op. cit., p. 26.

14 Ibid., p. 27.

15 Damele (Giovanni), « Aristote et Perelman : l’ancienne et la nouvelle rhétorique » [en ligne], consulté le 15 juin 2012, s.p., URL : http://www.academia.edu/299003 (version française de: « Aristotele e Perelman: antica e nuova retorica », Rivista di Filosofia, n° 1, 2008, pp. 181-259).

16 Amossy (Ruth), op. cit., p. 39.

17 Voir notamment Anne Cauquelin, L’Art du lieu commun. Du bon usage de la doxa, Paris, Seuil, 1999.

18 Voir Amossy (Ruth), op. cit., p. 39.

19 Leff (Michael), « Perelman, argument ad hominem et ethos rhétorique », dans Argumentation et Analyse du Discours [en ligne], n° 2, 2009, mis en ligne le 1 avril 2009, consulté le 25 juin 2012, URL : http://aad.revues.org/213.

20 Pour Dominique Maingueneau, la distinction entre ethos prédiscursif et discursif semble relever d’un moment précis de l’analyse, alors que « si on se situe à un niveau supérieur, plus englobant, il est naturel qu’on mette aussi l’accent sur les échanges entre les deux. » Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), « Un réseau de concepts. Entretien avec Dominique Maingueneau au sujet de l’analyse du discours littéraire », dans Interférences littéraires/Literaire interferenties [en ligne], n° 8, mai 2012, consulté le 20 juin 2012, p. 217, URL : http://interferenceslitteraires.be/node/162.

21 Voir à cet effet Korthals Altes (Liesbeth), « Slippery author figures, ethos and value regimes – Houellebecq, a case », dans Authorship Revisited. Conceptions of authorship around 1900 and 2000, sous la direction de Gillis J. Dorleijn, Ralf Grüttemeier et Liesbeth Korthals Altes, Leuven/Paris/Walpole, Peeters, 2009, pp. 95-117.

22 Viala (Alain), La Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1985. Voir aussi les travaux de Roger Chartier, notamment Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 1987.

23 Pour la distinction autorité/authorship, voir en particulier Leclerc (Gérard), Le Sceau de l’œuvre, Paris, Seuil, 1998.

24 Diaz (José-Luis), « Le Poète comme roman », dans L’Auteur comme œuvre : l’auteur, ses masques, son personnage, sa légende, sous la direction de Nathalie Lavialle et Jean-Benoît Puech, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 2000, p. 55.

25 Voir Baumlin (James S.), art. cit., p. xxi.

26 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007, p. 44.

27 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, p. 81.

28 Meizoz (Jérôme), ibid., p. 82. Ou encore, « étudier une posture, c’est aborder ensemble [nous soulignons] (et croiser ses données, avec la prudence requise) les conduites de l’écrivain, l’ethos de l’inscripteur et les actes de la personne. » (p. 84).

29 Diaz (José-Luis), « Pour une théorie de la fonction auctoriale », dans L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007, pp. 11-48.

30 Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique), « Autour des ‘scénographies auctoriales’ : entretien avec José-Luis Diaz, auteur de L’Écrivain imaginaire (2007) », Argumentation et Analyse du Discours [en ligne], n° 3, 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 12 juin 2012, URL : http://aad.revues.org/678.

31 La notion de paratopie a été introduite par Maingueneau pour désigner « la relation paradoxale d’inclusion/exclusion dans un espace social qu’implique le statut de locuteur d’un texte relevant d’un ‘discours constituant’ » (cité dans Charaudeau (Patrick) & Maingueneau (Dominique) (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 420). Depuis le XIXe siècle, de nombreux écrivains – qu’ils soient aristocratiques ou non – ont légitimé leur énonciation en ayant recours à cet ‘embrayeur’ de paratopie sociale (voir aussi Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire, op. cit., p. 70sq).

32 Amossy (Ruth), op. cit., p. 35.

33 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités, op.cit., p. 86.

34 Voir à ce sujet Le Gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), du même auteur (Lausanne, Antipodes, coll. Existence et Société, 2003, p. 13).

35 Viala (Alain), « Éléménts de sociopoétique », dans Molinié (Georges) et Viala (Alain), Approches de la réception, Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1993, p. 216, cité dans dans Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007, p. 16.

36 Idem.

37 Ibid., p. 21.

38 Ibid., p. 15. Il en va certainement de même pour les termes d’ethos et d’image d’auteur.

39 Notons du reste que la pensée de Meizoz n’est pas exempte de quelques enchevêtrements inévitables. Ainsi, alors que « posture » est pour lui un terme « englobant », dans le fragment suivant, il semble le mettre à l’œuvre pour renvoyer plus spécifiquement au versant « discursif » du terme, qui relèverait de ce que Maingueneau appelle l’ethos : « Les textes autobiographiques et autofictionnels, la correspondance, le journal intime, le témoignage, etc. créent une posture, une construction de soi à envisager selon l’état du champ artistique considéré. Il ne s’agit pas du soi civil ou biographique, du moins pas seulement, mais d’un soi construit que l’auteur lègue aux lecteurs dans et par le travail de l’œuvre. » (Ibid., p. 28).

40 Meizoz, (Jérôme), La Fabrique des singularités, p. 88.

41 Ibid., p. 92.

42 Idem.

43 Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), art. cit., p. 217. Il s’agit notamment du rôle du lecteur, qui est sans doute une des facettes les plus problématiques des conceptualisations de l’image de soi (en discours). Dans un premier temps, Maingueneau insiste sur le fait que la question des réceptions divergentes selon les publics « [lui] semble en fait relever davantage de l’image d’auteur », pour tout de suite avouer qu’« il est inévitable que l’ethos étant une construction du destinataire ne soit pas perçu de la même manière par tous les destinataires, surtout si l’on parle de textes relevant d’un monde disparu. » (ibid.)

44 Ibid., p. 203.

45 Ibid., p. 216.

46 Voir en particulier Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, op. cit., et Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique), « Autour des ‘scénographies auctoriales’ : entretien avec José-Luis Diaz, auteur de L’Écrivain imaginaire (2007) », art. cit., passim, et Amossy (Ruth), « L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs », art. cit., pp. 151-154.

47 Voir notamment Amossy (Ruth), « L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs », art. cit., p. 134sq et Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, op. cit., p. 27.

48 Dans l’interview avec David Martens, Meizoz évoque le phénomène d’un conflit ou d’un décalage entre l’image que donne un auteur de lui-même et celle que lui renvoie la critique ou le lectorat. Voir Meizoz (Jérôme) & Martens (David), « La fabrique d’une notion. Entretien avec Jérôme Meizoz au sujet du concept de ‘posture’ », dans Interférences littéraires/Literaire interferenties, n° 6, mai 2011, consulté le 15 mai 2013, pp. 199-212, URL : http://www.interferenceslitteraires.be/node/19.

49 Meizoz (Jérôme), op. cit., p. 83.

50 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, op. cit., p. 209.

51 Baumlin (James S.), art. cit., p. xxii.

52 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, op. cit., p. 45.

53 Voir Pollack (Sarah), « Latin America Translated (Again): Roberto Bolaño’s The Savage Detectives in the United States », dans Comparative Literature, n° 61 (3: « The Americas, Otherwise »), été 2009, pp. 346-365.

54 Il n’en demeure pas moins qu’une des études de cas prototypiques de l’œuvre de Meizoz concerne Jean-Jacques Rousseau, auteur-philosophe du XVIIIe siècle que Meizoz continue à revisiter au fil de ses études. Dans son compte rendu critique de Postures littéraires dans COnTEXTES, Valérie Stiénon pose la question des « limites chronologiques d’applicabilité de la notion » et souligne que les études de Diaz, parmi d’autres, peuvent compléter l’essai de Meizoz. Voir Stiénon (Valérie), « Notes et remarques à propos de Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur », COnTEXTES [en ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 02 avril 2008, consulté le 24 juillet 2013. URL : http://contextes.revues.org/833.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reindert Dhondt et Beatrijs Vanacker, « Ethos : pour une mise au point conceptuelle et méthodologique », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5685 ; DOI : 10.4000/contextes.5685

Haut de page

Auteurs

Reindert Dhondt

KU Leuven – FWO-Vlaanderen / Universiteit Utrecht

Articles du même auteur

Beatrijs Vanacker

KU Leuven – FWO-Vlaanderen

Articles du même auteur

Haut de page