Navigation – Plan du site

Autour de Christine de Pizan : entre lyrisme courtois et engagement politique

Claire-Marie Schertz

Résumés

Le règne de Charles VI (1380-1422) voit l’émergence de l’auteur en tant que personnage engagé dans la vie politique. Christine de Pizan participe de ce mouvement, en apportant un soin minutieux à l’image qu’elle donne d’elle-même. Le présent article s’attache à analyser les seuils de quatre œuvres de la femme écrivain, les Cents Ballades (1394-1399), le Chemin de Longe Etude (1403), l’Epistre à la reine de France (1405) et le Livre du Corps de Policie (1407), toutes de genres littéraires différents (poésie lyrique, poésie allégorique, genre épistolaire et traité didactique). Le travail consiste à répertorier les termes techniques (« auteur », « écrivain », « copiste », etc.) se rapportant à l’auteur ainsi que les métaphores et figures de projection désignant le narrateur, afin d’en dégager l’ethos, soit l’image que le locuteur donne de lui à travers son discours. Il en résulte que Christine de Pizan puise dans un répertoire de postures littéraires, à entendre comme rôles figuratifs attribués à l’auteur, en fonction de l’intentionnalité des textes et non d’après le genre littéraire pratiqué.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. par Mau (...)
  • 2 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, éd. par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, « Le Livre de P (...)
  • 3 Christine de Pizan, « Christine de Pizan’s Epistre a la reine 1405, éd. par Angus J. Kennedy », Rev (...)
  • 4 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, éd. par Angus J. Kennedy, Paris, Champion, « Etud (...)
  • 5 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, A. Colin (...)

1Certains excellent dans un registre spécifique, d’autres s’essaient à toutes sortes de genres et de formes littéraires. Christine de Pizan, femme de lettres du début du xve siècle, illustre avec brio cette seconde catégorie. L’étude que nous proposons ici s’articule autour d’un corpus de quatre œuvres qui sont les Cent Ballades (1394-1399)1, le Chemin de Lonc Estude (1403)2, l’Epistre a la reine (1405)3 et le Livre du Corps de Policie (1407)4, tous de genres littéraires différents : poésie courtoise, poésie allégorique, genre épistolaire et traité didactique. Nous étudierons la mise en scène littéraire de l’auteur au travers de ce corpus en rapport avec le genre littéraire, ce qui nous permettra de dégager l’ethos de l’auteur, c’est-à-dire l’image que le lecteur se fait du locuteur à travers son discours, dans une démarche interprétative5. Il en ressortira que Christine de Pizan construit un ethos d’auteur engagé dans la plupart des œuvres de notre corpus.

2Comme les nombreuses références à son propre vécu ainsi qu’à l’actualité politique le montrent, l’œuvre de Christine de Pizan est fortement ancrée dans le réel. Avant ses trente ans, celle-ci perd son époux et son père et se voit contrainte de subvenir aux besoins de sa famille, ce qu’elle entend faire par la plume. Deuil et solitude marquent fortement ses premiers textes, alors que la politique prend une place grandissante au fil du temps. À l’instar d’Eustache Deschamps et d’Alain Chartier, Christine de Pizan fait partie de ces auteurs de cour qui ne s’illustrent plus uniquement par la littérature courtoise, mais composent aussi des écrits de circonstance. En cela, le règne troublé de Charles vi (1380-1422) marque un tournant dans la littérature française. Les éléments à caractère biographique servent l’auteur dans la construction de ses postures et entrent nécessairement dans notre analyse, qui se fera exclusivement au niveau discursif, à travers la recherche des termes techniques, métaphores et figures de projection désignant le narrateur.

  • 6 Cf. Ibid.
  • 7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur : essai, Genève, Slatki (...)
  • 8 Becker (Karin), Le Lyrisme d’Eustache Deschamps. Entre poésie et pragmatisme, Paris, Classiques Gar (...)
  • 9 Cerquiglini-Toulet (Jacqueline), « Christine de Pizan et le scandale : naissance de la femme écriva (...)
  • 10 Monahan (Jennifer), « Authority and marginal status : authorial stance in Christine de Pizan’s Livr (...)
  • 11 Mühlethaler (Jean-Claude), Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris-Genève, H. Champion- (...)
  • 12 Pomel (Fabienne), « S’écrire en lectrice. Les métamorphoses de Christine de Pizan dans Le Chemin de (...)
  • 13 Walters (Lori J.), « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political The (...)
  • 14 Celle-ci s’inscrit dans un projet de recherche plus vaste : « Entre Moyen Âge et modernité : pratiq (...)

3Aujourd’hui, dans les études littéraires, l’examen de l’image de l’auteur dans son texte mobilise un certain nombre de concepts, parmi lesquels ceux d’ethos, d’image d’auteur et de posture, élaborés dans le sillage des travaux de Dominique Maingueneau en analyse du discours depuis les années 19806. L’applicabilité de ces notions modernes à des textes écrits il y a près de six siècles ne va toutefois pas de soi. Ainsi, dans la mesure où des informations sur les conduites publiques de Christine de Pizan ou d’Eustache Deschamps font défaut, l’on ne saurait étudier leur posture d’auteur dans le sens où l’entend Jérôme Meizoz7. Pourtant, le terme de posture est précisément utilisé depuis près de trente ans par des médiévistes tels que Karin Becker8, Jacqueline Cerquiglini-Toulet9, Jennifer Monahan10, Jean-Claude Mühlethaler11, Fabienne Pomel12 ou encore Lori J. Walters13, pour ne citer qu’eux (en anglais, posture est traduit par stance), qui lui attribuent une définition plus large et faisant appel à un répertoire littéraire de postures dans lequel les écrivains du Moyen Âge puisent pour façonner leur propre image. Dans les travaux de ces médiévistes, que la présente étude souhaite prolonger14, la notion de posture s’entend comme le rôle figuratif attribué à l’auteur, construit notamment à partir de figures de projection plus concrètes (personnages ou allégories). Les postures d’auteur participent de la construction de l’ethos, tout comme l’insertion du vécu et le choix des figures de projection. Ce travail comprendra un catalogue des formules désignant l’auteur, qui permettra de mettre en lumière ses stratégies de communication. Notre attention se focalisera sur les prologues et épilogues, seuils du texte, dans lesquels l’auteur explique sa démarche.

4Cette recherche sur plusieurs niveaux permettra de mettre en lumière les postures les plus caractéristiques de l’œuvre de Christine de Pizan, ainsi que son ethos, tel que l’entend Maingueneau, c’est-à-dire comme image textuelle construite tantôt de manière involontaire, tantôt de manière consciente en vue d’un effet sur le lectorat. Nous examinerons les postures les plus typiques rencontrées dans notre corpus, en rapport les unes aux autres, après nous être penchée sur la question du genre de l’auteur, exposé et exploité ou non selon les textes.

Un statut particulier : la femme écrivain

5Son statut de femme fait de Christine un écrivain peu ordinaire et pourrait, dans un monde dominé par les clercs, jouer en sa défaveur. Christine choisit de s’affirmer en tant que telle dès les premières lignes de certains de ses textes. Une base de données en cours de réalisation permet de voir à quel moment Christine se signale comme femme. Les premiers résultats se sont avérés intéressants et ont permis de réaliser un tableau comparatif, comprenant des indications à la fois sur le genre et le nom de l’auteur.

  • 15 Altmann (Barbara K.), « L’art de l’autoportrait littéraire dans les Cent ballades de Christine de P (...)

6Dans les quatre œuvres de notre corpus, Christine révèle son nom à la fin de l’œuvre, mais de façons différentes. Dans les Cent Ballades, elle le fait par un jeu de mots dans le refrain de la dernière ballade, impliquant de manière ludique le lecteur dans la résolution d’une simple énigme paronymique, construite sur une anagramme15 :

Nommée m’i suis proprement ;
Qui le vouldra savoir ou non,
En la centiesme entierement
En escrit y ay mis mon nom. (Bal. C, vv. 5-8)

  • 16 Pomel, art. cit., p. 220.

7Dans l’Epistre a la reine, Christine signe simplement la lettre en indiquant son nom au dernier vers (v. 157) ; dans le Livre du Corps de Policie, elle fait connaître son nom dans l’épilogue (p. 110, l. 26). Chose plus intéressante, dans le Chemin de Lonc Estude, c’est Raison en personne qui révèle son identité devant toute une assemblée, en s’adressant à Christine (v. 6329). Cet épisode intervient après un voyage allégorique entrepris en vue de sa formation intellectuelle et au terme d’un long débat sur les vertus requises pour le bon prince, auquel Christine assiste et dont elle est a posteriori désignée secrétaire. La rime n’est pas dépourvue d’intérêt : « Christine chère / amie, qui science as chère » (vv. 6329-6330). Ces vers marquent non seulement un attachement de Raison à l’égard de Christine, sa « chère amie », mais aussi le goût de Christine pour le savoir16, preuve de sa capacité à s’exprimer sur tous les sujets évoqués dans l’œuvre. La narratrice gagne alors la confiance de son lectorat.

  • 17 Au Moyen Âge, le nom de l’auteur est généralement contenu dans le texte et non, comme pour les œuvr (...)
  • 18 Christine de Pizan, « L’Epistre a Eustache Morel de Christine de Pizan », éd. par Jean-François Kos (...)
  • 19 Les prologues et épilogues des autres œuvres de Christine de Pizan sont moins intéressants pour l’é (...)

8Dans le prologue ou l’épilogue du texte, Christine se nomme souvent, mais quand, dans notre corpus, le genre de l’auteur est affirmé, il l’est dès le début de l’œuvre17. Christine déclare explicitement sa condition féminine dans deux textes sur quatre, annonce qui intervient bien avant celle de son propre nom : le Chemin de Lonc Estude (v. 28) et le Livre du Corps de Policie (p. 1, l. 7). Il en va de même dans l’Epistre a Eustache Morel18. Il convient dès lors d’étudier l’usage du substantif « femme » en rapport avec celui que fait Christine d’autres substantifs féminins, marqueurs grammaticaux, ou encore du nom qu’elle emploie pour se désigner. Le tableau suivant résume la situation dans les œuvres majeures de Christine de Pizan19 :

9À considérer l’ensemble des œuvres majeures de Christine de Pizan, différents cas de figure se présentent, allant de la revendication du statut féminin au silence complet autour de celui-ci. Dans le Chemin de Lonc Estude et dans le Livre du Corps de Policie, Christine révèle son statut de femme bien avant son identité. Elle le présente comme une faiblesse, les femmes ne jouissant pas d’une réputation en matière intellectuelle. Quand, dans le Chemin de Lonc Estude, Christine fait part à la Sybille de ses craintes de ne pas atteindre le terme du parcours, celle-ci lui répond :

Femenin sexe par droite
Craint et toudis est paoureux, (…)
Se n’ayes doubte que tu chees.
Ne presomcion ne te meine
A ceste region haultaine,
Ainçois grant desir de veoir
Choses belles te fait avoir
La voulenté de hault monter. (vv. 1740-1741 et 1748-1753)

  • 20 Monahan (Jennifer), « Authority and marginal status : authorial stance in Christine de Pizan’s Livr (...)

10Par la voix de la Sybille, Christine revendique et valorise sa propre curiosité. Elle prévient les attaques de ses adversaires potentiels tant sur son statut de femme que sur ses possibles erreurs. Christine va même tirer profit de sa situation. Dans le prologue du Livre du Corps de Policie, elle forme le vœu d’« estre passionnee comme femme » (p. 1, l. 7). L’association de l’humilité et du caractère quasi exceptionnel de sa féminité dans un monde presque exclusivement masculin lui donne le courage de s’exprimer. De faiblesse, sa féminité se transforme en force. Comme le remarque toutefois Jennifer Monahan, jusqu’à l’épilogue, l’auteur ne fait plus allusion à son genre, et met l’accent sur son érudition par les très nombreuses sources convoquées dans cette œuvre 20. Enfin, lorsque l’auteur s’adresse à une autre femme, la reine Isabeau de Bavière ou l’épouse du dauphin, Marguerite de Bourgogne, dans le Livre des Trois vertus, elle n’éprouve pas la nécessité de s’excuser d’une quelconque petitesse qui serait liée à sa condition féminine.

  • 21 Christine de Pizan, « Rondeaux », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, op. cit., pp. 147-18 (...)
  • 22 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, éd. par Eric Hicks & Charity Cannon Willard, Paris, (...)
  • 23 Christine de Pizan, « Les Lamentations sur les maux de la France », éd. par Angus K. Kennedy, dans (...)
  • 24 Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Christine, éd. par Christine Reno & Liliane Dulac, Paris (...)

11Aux œuvres dans lesquelles Christine se désigne directement comme une femme, s’ajoutent celles où elle se qualifie de « pauvre serve » (l. 5) « ignorante » (l. 7) (l’Epistre a la reine), de « veuve » (les Rondeaux 21, III) et de « fille d’étude » (le Livre des Trois vertus22, p. 7), ou encore de « seulette » (la Lamentation sur les maux de la France23). Dans le prologue de L’Advision Christine24, rédigé a posteriori par Christine elle-même, le locuteur décrit la démarche de l’auteur au long des treize chapitres que compte l’œuvre, mentionnant Christine tantôt par son nom (à six reprises), tantôt par le pronom personnel « elle », en plus des marqueurs grammaticaux. Cette différence linguistique signale une autre mise en scène par l’auteur de sa féminité. Dans ces derniers exemples, l’auteur ne cache certes pas sa féminité, mais elle ne semble pas l’invoquer de manière directe : Christine y met l’accent sur son labeur, sa solitude ou ses larmes. Sa féminité est reléguée à l’arrière-plan, voire rendue invisibles, alors que dans d’autres œuvres, loin d’être gommée, elle est utilisée comme un atout. Dans ce dernier cas, Christine revêt la posture de femme-écrivain, nouveauté parmi les écrits de ses contemporains. Cette posture est caractérisée par la revendication du statut de femme comme point de départ et intérêt de l’écriture.

12Ces premières constatations lèvent le voile sur la maîtrise qu’a Christine de son image et posent la question des motifs qui l’incitent à se mettre particulièrement en avant, à employer telle figure ou métaphore, à se référer à telle autorité, ainsi que celle de la part du « vécu personnel » dans la mise en scène de l’auteur.

Postures littéraires

L’humilité : un topos récurrent

  • 25 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., v. 53.
  • 26 Christine de Pizan, « Epistre a la reine », op. cit., l. 4.
  • 27 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », op. cit. Voir la Bal. lxxix ; Le Chemin de Lonc Estude, (...)
  • 28 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., vv. 12 et 56.
  • 29 Magnificat, Évangile selon Saint Luc, 1, 48.

13Lieu commun de l’exorde dans la tradition rhétorique, l’humilité marque les quatre textes de notre corpus, dès le prologue, et s’articule autour de plusieurs thématiques. La première à relever est la simplicité, la petitesse de l’auteur. Christine se qualifie souvent de « simple personne25 » à la « voix plorable26 », n’écrivant « humblement27 » qu’un « petit dit28 ». La vertu d’humilité est prêchée par l’Église, sur le modèle de celle de la Vierge : « Car il [Dieu] a jeté les yeux sur son humble servante29 ». Dans l’esprit de la Bible, le Moyen Âge considère que les gens simples sont plus proches de Dieu, donc de la vérité. Dès la première ballade de son premier recueil, Christine rappelle son ignorance : « combien qu’ignorant soie » (Bal. I, v. 7), comme dans le Chemin de Lonc Estude (v. 33), l’Epistre a la reine (l. 7) et le Livre du Corps de Policie (p. 1). Une attitude humble marque aussi la différence sociale vis-à-vis du destinataire. En s’adressant à la reine, Christine se dit « pauvre serve » (l. 5), sa « tres humble obeissante creature » (l. 156) ; dans le Livre du Corps de Policie, rédigé à l’intention du dauphin Louis de Guyenne, Christine se désigne « humiliee creature » (p. 1).

  • 30 Walters (Lori J.), « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political The (...)

14Cette représentation en humilité, qui appartient à la topique du prologue, est aussi à mettre en rapport avec l’importance des questions soulevées et avec la position sociale du destinataire. S’adresser à un prince pour lui rappeler ses devoirs n’est pas la tâche la plus aisée, surtout de la part d’une femme. Dans le Livre du Corps de Policie, dans lequel Christine met sous les yeux du lecteur de nombreux exemples de rois de l’Ancien Testament punis pour leur orgueil, une même humilité s’observe. À la fois topos littéraire et vertu chrétienne, l’humilité est souvent mise en avant par deux contemporains de Christine de Pizan : Philippe de Mézières et Jean Gerson. Animés d’un même idéal contemplatif, tous trois font de l’humilité un des principes essentiels pour la réforme morale de toute la chrétienté30. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’on en trouve la marque dans leur écriture.

15Faire preuve d’humilité n’est pas un but en soi, mais plutôt un point de départ vers des postures littéraires en tant que rôles propres à l’auteur inscrit, soit déjà dans le prologue, soit dans le corps du texte. Dans l’œuvre de Christine de Pizan, ce topos est omniprésent, sans être propre à aucun genre en particulier, traversant son œuvre sur plus de vingt années d’écriture.

La clergesse

  • 31 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », op. cit., Bal. i, vv. 1, 6, 23, 27, ainsi que le refrain
  • 32 Altmann, op. cit., p. 332.

16Le recueil des Cent Ballades, première œuvre connue de Christine de Pizan, est loin d’être homogène. Cette collection, disposée par les soins de l’auteur quelques années après sa rédaction, comporte des textes sur le veuvage de Christine aussi bien que des textes d’amour courtois, ou encore une lamentation sur la maladie du roi de France (ballade xcv). On aurait tendance à associer automatiquement la posture du trouvère à la poésie lyrique, mais Christine développe ses postures de manière plus riche. Le fait qu’elle se soumette à la volonté de ses commanditaires31, qui agissent sur son écriture comme une force extérieure, renvoie certes, dans la première ballade, à la posture de l’écrivain professionnel. La comparaison des ballades i, l et c met en évidence la progression vers plus d’assurance, d’une posture de novice attristée (i) à celle d’un auteur affirmé qui signe son œuvre (c), en passant celle de l’écrivain qui s’inclut parmi les « sages ditteurs » évoqués dans le refrain de la ballade centrale32 : « Je m’en raport a tous sages ditteurs » (Bal. l, vv. 8, 16 et 24). Dans les autres textes de notre corpus, Christine ne semble pas adopter la posture de l’écrivain professionnel, ne faisant plus référence à aucune commande.

Le témoin

17Dans la ballade xcv, Christine adopte la posture du témoin. Elle déplore la maladie du roi, qui engendre une situation de crise à la cour, dont elle rappelle de la sorte qu’elle fait partie. En introduisant, à l’encontre des attentes du genre, un sujet politique dans un recueil annoncé comme courtois, l’auteur affirme sa compétence à s’exprimer sur toute une gamme de domaines. La posture d’écrivain « spectateur » des affaires de cour se retrouve aussi dans l’Epistre a la reine, où Christine pointe du doigt les malheurs de la France.

  • 33 Tarnowski (Andrea), « The Lessons of Experience and the Chemin de long Estude », dans Christine de (...)

18Enfin, dans la seconde partie du Chemin de Lonc Estude, Christine, en tant que personnage de fiction, assiste discrètement au débat entre les quatre dames célestes, sans que les reines ne communiquent avec elle ni ne la remarquent33 (dès le v. 2811). À la fin de son ouvrage, la narratrice explique elle-même son rôle. Interrompant le récit et s’adressant directement à son lecteur, elle se détache temporellement du personnage qu’elle incarne dans son texte :

Pour venir a conclusion
Brieve, sans grant narracion
Diray comme ilz s’en departirent,
Sans recorder tout quanque ilz dirent,
Qui lonc seroit a desrener.
Longuement le procés mener
Y vi, ou mainte raison ot
Dite, et alegué maint beau mot. (vv. 6109-6116)

19Le « je » est celui d’un narrateur intradiégétique, car il a d’abord été un personnage du récit. Dans ces vers, le locuteur revendique sa fonction de narrateur, en montrant son travail et sa gestion du déroulement du récit. Chronologiquement, Christine endosse dans un premier temps la posture de témoin, puis celle de secrétaire. Durant le débat, elle observe et écoute les discours et arguments de chaque dame, avant de recevoir sa mission de « mettre en terme » (comme elle l’annonce dans le prologue, au v. 37). Dans le Chemin de Lonc Estude, les postures de témoin et de secrétaire précèdent la posture de messagère. Chacune des trois postures est en elle-même incomplète. En interrelation, elles montrent la fonction de transmission du savoir, à travers le déroulement logique de la communication : voir, écrire, diffuser.

La messagère

20Les protagonistes du débat du Chemin de Lonc Estude, Raison, Noblesse, Chevalerie, Richesse et Sagesse, doivent bien l’admettre : elles ne parviennent pas à résoudre la longue controverse qui les a animées sur près de 3500 vers et s’accordent sur le fait de recourir aux princes français afin de juger de la question. Reste à trouver la personne qui puisse leur porter le message.

Sebille, ma maistrece, dont
Fus conduite, s’avance adont
Et devant Raison se presente.
Si ne fu de parler laisante,
Ains dit : “ Ma dame redoubtee,
J’ay diligemment escoutee
La cause en present playdoyee,
Et vers vous me suis avoyee
Pour vous anoncier tel personne
Qui sera couvenable et bonne
Pour vos message parfounir ; (…) ”
Ainsi Sebile qui fu la
Sienne merci de moy parla (…) (vv. 6279-6289 et 6299-62300)

21Christine n’est plus seulement secrétaire, mais aussi messagère auprès des princes français, mentionnés à deux reprises (v. 6261 et 6333). Le fait que Christine reçoive sa mission de la Sybille, qui propose sa candidature aux dames, fait d’elle le double de sa guide. La Sybille est ainsi une figure de projection de l’auteur. Tout comme celle qui est « du secret de Dieu secretaires » (v. 671) lui a transmis le savoir, Christine apportera le message des dames aux princes, arbitres du débat (vv. 6288-6289). C’est d’en-haut que Christine reçoit sa mission. Désormais dans le secret divin, au courant des choses supérieures, la narratrice a un rôle actif dans son texte, passant de celui d’élève à celui de secrétaire puis de messagère.

22La posture de la messagère est à rapprocher de celle de la médiatrice, que nous retrouvons dans l’Epistre a la reine, où la narratrice agit comme porte-parole du peuple que la reine, à cause de son statut, ne peut entendre :

[…] vous, seant en vostre trosne royal avironné de honneur, ne povez savoir fors par autruy rappors les communes besoignes tant en parolles comme en faiz, qui queurent entre les subgiez. (ll. 20-22)

23D’où la nécessité d’un intermédiaire : ayant les oreilles pour écouter les doléances du peuple et la bouche, du moins la plume, pour les rapporter ensuite à la souveraine, Christine endosse cette fonction et se pose en vox populi. Elle ne vient pas délivrer un message personnel à Isabeau de Bavière, mais celui d’une multitude de voix :

Pour ce, haulte dame, ne vous soit grief oïr les ramentevances en piteux regrais des adoulez supplians françoys, à present reampliz d’affliccion et des tristesse, qui à humble voix pleine de plours crient à vous, leur souveraine et redoubtée dame (…) (ll. 22-26)

  • 34 Nabert (Nathalie), « La mère dans la littérature politique à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles) (...)

24Représentante du peuple auprès de la reine, Christine se fait l’ambassadrice de la paix, venant demander aide à sa souveraine, remède (l. 12) au mal qui empoisonne le royaume. Comme le montre Nathalie Nabert, le thème de la reine guérisseuse fait référence aux saintes protectrices du royaume que sont sainte Geneviève, patronne de la ville de Paris, et sainte Clotilde, épouse de Clovis et reine de France, et renvoie au domaine de l’hagiographie34. Lui conférant un pouvoir pour ainsi dire surnaturel, l’auteur de l’épître cherche à faire intervenir Isabeau en faveur du rétablissement de la bonne entente entre les deux cousins germains que sont les rois de France et d’Angleterre. Dans cet ordre de valeur, son épître fait presque office de prière.

  • 35 Nous renvoyons sur ce sujet à l’article de Fanny Oudin, « La Pratique épistolaire médiévale entre n (...)
  • 36 Delogu (Daisy), « Advocate et moyenne : Christine de Pizan’s elaboration of female authority », dan (...)

25Au Moyen Âge, le genre épistolaire, issu des cercles humanistes, ressortit plus à la dissertation politique et érudite qu’à la conversation privée. Ce moyen permet à l’auteur d’atteindre bien plus qu’un seul destinataire car, paradoxalement, la valeur publique de la missive repose sur une identification et une privatisation35. L’épître, qui en apparence ne concerne que deux personnes, sa rédactrice et sa lectrice, vise un public beaucoup plus large. Christine écrit au nom de tout un peuple qui vient réclamer la pitié de sa reine et lui demander d’agir. La posture littéraire de la messagère évolue pour devenir celle de la conseillère, car après avoir délivré son message, Christine expose de nombreux exemples qu’elle commente afin de mieux exprimer la nécessité d’une démarche de la reine, donc d’une femme, en faveur de la paix. Par sa propre fonction d’intermédiaire entre Isabeau et son peuple, Christine se donne elle-même comme modèle36.

La conseillère

26Lorsqu’elle s’adresse à Isabeau de Bavière, Christine intervient à deux niveaux. Premièrement, dans la relation qui unit la reine à ses « povres subgiez, loyaulz Françoys » (l. 145), en faisant appel à la figure de Marie, « la royne du ciel, mere de Dieu, (…) appelee mere de toute chrestienté » (ll. 96-97), Christine invite sa lectrice à ressembler à la mère du Christ, « advocate de ses subgiez et de son pueple » (ll. 98-99) et met sous ses yeux le contre-exemple de la mère au « cuer de pierre », qui accepte de :

(…) veoir ses enfans entre-occire et espendre le sang l’un à l’autre et leurs povres membres destruire et disperser, et puis, qu’il venist par de costé estrangiers aucuns qui du tout les persecutassent et saississent leurs heritaiges (ll. 100-103).

  • 37 Aristote que Nicole Oresme traduit au xvie siècle à la demande de Charles v. Voir les pages 156-159 (...)
  • 38 Comme le suggèrent Eric Hicks & Thérèse Moreau dans « L’Epistre a la reine de Christine de Pizan (1 (...)
  • 39 Delogu, « Advocate et moyenne : Christine de Pizan’s elaboration of female authority », op. cit., p (...)

27Christine considère les Français comme les enfants de la reine, identifiée à la mère du peuple. Cette hypothèse, qui a sa source chez Aristote37, ramène au modèle de la famille pour désigner le corps politique38, métaphore souvent reprise par les auteurs des miroirs des princes des xiiie et xive siècles. La particularité de cette Epistre est le rôle politique attribué à la reine, distinct de son rôle d’épouse39. Christine innove en donnant à sa destinataire royale des devoirs et une autorité propres, tout en faisant appel à ses sentiments maternels.

28À travers les autres figures royales présentées dans ce texte est dépeinte l’image idéale de la reine. Les vertus propres au sexe faible font de la personne royale féminine une promotrice toute désignée de la paix : « charité, pitié, clémence et benignité » (ll. 68-69) sont ces qualités garantes de la bonne poursuite des événements politiques, manifestations publiques de vertus privées.

  • 40 Hicks (Eric), « Une femme dans le monde : Christine de Pizan et l’écriture de la politique », dans (...)
  • 41 Dans l’Advision Christine (xvii, p. 32), Christine de Pizan fait référence à la maladie du roi à tr (...)

29Dans un second temps, Christine intervient dans la relation qui unit la reine à son époux, le roi de France. Les modèles convoqués sont révélateurs de ses intentions. Sur les sept femmes citées comme exemples, trois reines apaisent « l’ire du roi » : Esther, Bethsabée et la princesse de Rome qui est en fait Véturie, mère de Coriolan40. Ceci souligne le rôle d’intercesseur de la reine auprès du roi. Christine ne mentionne pas la folie de Charles vi, dont la maladie évolue depuis 139241. Mais si, comme dans le Livre du Corps de Policie, elle reste prudente quant aux références à l’actualité politique, le choix formel des figures de la lectrice royale n’en dévoile pas moins ses desseins : c’est la colère d’un roi malade qu’Isabeau de Bavière doit apaiser.

  • 42 Christine de Pizan, La Cité des Dames, éd. et trad. par Earl Jeffrey Richards, Milan, Luni Editrice (...)
  • 43 Nabert, op. cit.
  • 44 En revanche, la reine Isabeau de Bavière ne s’avère pas être une bonne politicienne. Prise entre le (...)

30Christine de Pizan affirme le rôle politique de la reine de France : au-delà de sa fonction maternelle, elle est aussi actrice de la paix et doit jouer une fonction diplomatique. Comme elle le fait dans la Cité des Dames42, où elle insiste sur la place des femmes dans la société, Christine va plus loin que ce que suggère Nathalie Nabert, qui n’y voit que la tâche de mère et d’épouse43. Isabeau de Bavière ne trouve pas son seul accomplissement en tant que femme dans la maternité, mais aussi dans sa fonction politique. Au regard de l’histoire, l’Epistre a la reine est naturellement ancrée dans l’actualité, puisqu’Isabeau préside le Conseil de régence depuis 139344.

  • 45 Voir l’article de Liliane Dulac, « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de P (...)

31Dans le Livre du Corps de Policie, les conseils livrés par Christine sont d’un autre ordre. Divisé en trois parties, l’ouvrage a pour but de rappeler les vertus requises de trois groupes de la société : les princes, qui sont la tête du corps, les nobles, qui en sont les bras, et le « commun peuple », qui représente le ventre, les jambes et les pieds. Tous appartiennent à un corps vivant, métaphore employée par Plutarque dans une épître à Trajan, citée dès le prologue. Christine indique d’emblée la source principale des exemples qui illustreront son traité, l’Antiquité romaine45, qui lui servira de réservoir de figures.

  • 46 Ce genre, inventé par les évêques carolingiens soucieux de mettre par écrit leurs conseils, connaît (...)
  • 47 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, op. cit., p. 8, l. 35 et p. 46, l. 1-3.
  • 48 Walters, op. cit., p. 129.
  • 49 Christine de Pizan, Le Livre de la Paix, éd. par Charity Cannon Willard, ’s-Gravenhage, Mouton, 195 (...)
  • 50 Après l’avoir déjà fait dans le Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., vv. 5835-5854.

32Le prologue est le lieu par excellence du discours de l’auteur. Après avoir brièvement justifié sa prise de parole sur un thème habituellement traité par des hommes, Christine annonce son programme, soit les sujets dont elle « parlera » dans le Livre du Corps de Policie. On s’attend par conséquent à lire une description de chacune des parties du corps politique, mais Christine nous réserve une réflexion autrement plus profonde. Le premier livre, consacré à la règle de vie des princes, est comparable à un miroir des princes, manuel d’instructions où elle dresse le portrait du prince idéal46. Pour Christine, le roi modèle est le sage Charles v, dont elle a rédigé la vie en 1404, biographie à laquelle elle ne se prive pas de faire référence47. Cela renforce sa posture d’écrivain de cour. Abordant des sujets comme l’éducation du jeune prince ou le choix de ses conseillers, Christine affirme sa propre position de conseillère royale48. Le nom du destinataire de ce livre ne sera pourtant dévoilé que sept ans plus tard dans le Livre de la Paix49. Il s’agit du dauphin Louis de Guyenne à l’éducation duquel quatre chapitres sont consacrés. Christine encourage le précepteur du jeune dauphin à lui enseigner les lettres, la grammaire et le latin, après avoir déploré le manque d’instruction des princes en sciences (p. 3). Elle donne même des conseils dans le choix dudit précepteur qui doit être « tres discret, preudomme bien moriginé et aimant Dieu » et prendre comme modèle le philosophe Aristote instruisant Alexandre50.

33Cet ouvrage n’est résolument pas destiné aux femmes, seulement mentionnées lors de l’éducation du prince enfant. C’est pourtant bien en tant que conseillère féminine que Christine se pose dans un livre composé pour un lectorat exclusivement masculin. Jusqu’alors inédite dans la littérature française, cette mise en scène littéraire associée à une condition réelle ne semble pas contestée, puisque le Livre du Corps de Policie est offert à Jean de Berry le 1er janvier 1405. Oncle d’un roi malade, ce dernier est au centre de toutes les affaires de la cour, théâtre du conflit entre Armagnacs et Bourguignons. Les éléments que nous connaissons du contexte historique mouvementé de la rédaction du livre nous donnent un éclairage supplémentaire sur les desseins de Christine : la bonne éducation du futur roi et un ordre social respecté sont les garanties de la paix et de la stabilité du royaume. Tout en évitant des allusions directes aux circonstances politiques, comme le veut le genre littéraire du traité politique, Christine se penche sur des questions très graves.

  • 51 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit.

34Deux postures particulièrement intéressantes doivent encore être abordées, les postures de la philosophe et de la prophétesse. Nous nous appuyons sur les recherches de Jean-Claude Mühlethaler qui les distingue dans son étude sur le Roman de Fauvel51, ce qui nous permettra de comprendre comment Christine de Pizan constitue sa légitimité en asseyant son autorité d’abord sur son apprentissage puis sur ses propres œuvres, dans un jeu de références intertextuelles, entre stéréotypes et particularités propres.

La philosophe

  • 52 Sur ce sujet, on lira particulièrement Tarnowski, « The Lessons of Experience and the Chemin de lon (...)

35Le Chemin de Lonc Estude est le récit d’une quête du savoir52. Dans la première partie, la narratrice retrace son parcours. Cette étape est essentielle dans la construction de l’image de l’auteur : la mise en scène de l’apprentissage, des difficultés de ce voyage intellectuel et des nombreux domaines qui composent le savoir prend part à l’élaboration du « je ». Avant d’aborder l’image du prince, sujet parmi les plus nobles, Christine doit se poser elle-même en autorité, en personne de référence et digne de confiance ; à cet égard, elle expose non seulement ses connaissances, mais aussi son cheminement intellectuel, dans un double mouvement, commençant par l’acquisition du savoir, suivie de son application. Christine en marque elle-même le tournant :

Ces choses de moy ne sos mie,
Mais Sebile, a qui fus amie,
Ainsi les m’avoit ennortees
Com je les vous ay rapportees. (vv. 2485-2488)

36L’élève de la Sybille n’assiste pas à la réunion des personnifications en vue d’apprendre, mais pour agir et transmettre à son tour un savoir, de la cour céleste à la cour humaine, de l’auteur au lecteur.

37La posture de la philosophe est caractéristique des premières œuvres de Christine de Pizan qui a dû, dans le milieu intellectuel de son époque, s’imposer et se faire reconnaître. On la retrouve dans Le Chemin de Longue Etude, L’Epistre Othea, Le Livre des fais et bonnes meurs du sage Roy Charles v et dans Le Livre de la Cité des Dames. La posture de la narratrice-philosophe, telle que nous l’avons repérée dans les prologues des œuvres, coïncide avec la phase durant laquelle Christine fait encore référence à son veuvage et aux douleurs qu’il lui cause. Elle correspond par conséquent aux débuts de la femme-auteur sur la scène politique et intellectuelle, où elle doit encore justifier le fait qu’en tant que femme, elle a les aptitudes requises pour s’adresser au prince.

  • 53 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. par Gabriella Parussa, Genève, Droz, « Textes littéraires fr (...)
  • 54 C’est une forme novatrice et complexe, proche du prosimètre (alternance de vers et de prose). On re (...)
  • 55 Le choix d’Hector n’est pas innocent, puisqu’il renvoie à la légende qui veut que la maison royale (...)

38Penchons-nous maintenant sur l’Epistre Othea53, écrite en 1399-1400. C’est la première œuvre d’envergure de Christine de Pizan. Chacune des cent unités textuelles est divisée en trois parties : un texte, une glose et un enseignement allégorique54. La déesse Othea s’adresse à Hector « quant il estoit en l’aage de quinze ans »55 : il s’agit d’un texte d’édification destiné au second fils du roi, Louis d’Orléans. La posture de la philosophe est rapidement tracée dans le prologue :

(…) fors ainsi com l’en emble
Espis de blé en glenant en moissons
Par mi ces champs et coste les buissons,
Ou mïetes cheans de haulte table?
Que l’en conqueult quant li mes sont notable ;
Autre chose n’en ay je recueilli
De son grant sens, dont il assez cueilli. (p. 196. v. 34-44)

  • 56 Cerquiglini-Toulet, op. cit., pp. 53-54.

39Dans ce passage, la formation intellectuelle est abordée par le biais de deux métaphores tirées de la Bible : le glanage après la moisson (Deutéronome 24, 19-21) et l’abondant repas (Luc, 16, 19-21), deux images associées à la pauvreté. La première renvoie au veuvage, symbole de faiblesse dans l’Écriture sainte, la seconde à la parabole de Lazare qui cherche à ramasser les miettes qui tombent de la table de l’homme riche. En se comparant à l’homme pauvre, Christine fait preuve d’humilité et peut, après avoir ramassé le grain du savoir, endosser la posture de la philosophe. Ces renvois bibliques sont une manière d’évoquer son parcours intellectuel. Nulle trace du deuil qui l’a frappée dix ans plus tôt : Christine revient à des souvenirs personnels plus anciens quand, bien avant de mentionner Aristote (p. 200), elle cite son père, « Maistre Thomas de Pizan », comme garantie de la véracité de ses dires, car il fut « jadis philosophe et docteur / Qui conseiller et humble serviteur / Vostre pere fu… » (p. 195, v. 19-21). Christine évoque ici sa généalogie naturelle et se pose comme la droite héritière de son père56, à la suite duquel elle désire être reconnue comme conseillère royale. En 40 vers, la femme-auteur s’est déjà construit une position forte.

40La comparaison de la posture de la philosophe dans Le Chemin de Longue Etude et L’Epistre Othea nous laisse entrevoir que sa construction peut se faire tant sur quelques dizaines de vers que sur quelques centaines, voire quelques milliers. Par conséquent, l’aspect quantitatif n’a qu’une importance relative. Il ne s’agit pas non plus d’une question de date, du moins pas seulement, car Christine a écrit bien plus de quatre textes avant 1404-1405. Au cours des dix premières années de son écriture professionnelle, la poésie lyrique est le genre littéraire dominant : jamais la posture de la narratrice-philosophe n’y émerge. Cette posture semble donc, chez Christine de Pizan, réservée aux traités politiques, en vers ou en prose : elle est liée à ce qu’on pourrait appeler (au sens large du terme) l’engagement.

La prophétesse

Au cœur du sujet

41Dans l’Epistre a la reine tout comme dans le Livre du Corps de Policie, nulle construction du savoir. L’auteur entre dans le vif du sujet dès les premières lignes. L’Epistre a la reine, courte et engagée, passe rapidement des salutations d’usage à la transmission d’un message de la part du peuple : Christine écrit dans l’urgence. Quant au prologue du Livre du Corps de Policie, moins de vingt lignes suffisent à Christine pour s’autoriser à parler de l’ordre de la société en tant que femme. C’est bien moins que dans le Chemin de Lonc Estude. Les postures dans les prologues sont clairement différentes.

  • 57 Monahan (Jennifer), op. cit., p. 42.
  • 58 Laennec (Christine Moneera), Christine Antygrafe: Authorship and Self in the Prose Works of Christi (...)

42La littérature critique ne s’est presque pas penchée sur cette question. Jennifer Monahan remarque à juste titre que « Christine creates the fiction that her authority is "always already" established »57. Dans ces textes, Christine présuppose son autorité comme établie et reconnue, conjecture qui renforce sa position. Lorsque l’auteur endosse la posture du prophète, son enseignement peut débuter immédiatement. La question de savoir si l’auteur possède ou non les compétences requises dans le domaine abordé n’est même pas soulevée. L’auteur se préoccupe plutôt du problème d’autorité que pourrait susciter son statut social, pour l’écarter tout aussitôt, que ce soit dans Le Livre du Corps de Policie ou dans Le Livre des faits d’armes et de chevalerie (1410) où elle en appelle à Minerve58, déesse intellectuelle et guerrière, figure de projection idéale de la femme-auteur qui s’affirme dans des domaines masculins.

Écriture et temps présent

  • 59 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit., p. 165.
  • 60 Autrand, op. cit., p. 316.

43Jean-Claude Mühlethaler émet l’hypothèse d’un narrateur-prophète qui prend « la parole comme réaction à la déchéance contemporaine », et pour qui « l’actualité est le point de départ de son discours »59. En ce qui concerne l’Epistre a la reine, il va sans dire que l’actualité a motivé Christine à s’adresser à Isabeau de Bavière. La question se pose différemment pour le Livre du Corps de Policie, puisqu’il s’agit d’un traité. Lors de sa rédaction, en 1407, le dauphin est âgé de 10 ans. Son oncle, Louis d’Orléans, sera assassiné à la fin de l’année, tragédie faisant suite à de longues luttes entre familles princières. Cette période correspond aussi à une nouvelle phase de la maladie de Charles vi, désormais atteint de crises de mélancolie60. Comment discerner les motifs qui ont inspiré l’auteur, lorsqu’il y a si peu de références temporelles dans le texte, et aucune dans le prologue ni l’épilogue ?

  • 61 Ceci pourrait, entre autres, expliquer la diffusion de ce texte dont on compte aujourd’hui plus de (...)
  • 62 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit., p. 166.
  • 63 Dulac, « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de Policie », op. cit., p. 101 (...)

44La raréfaction d’éléments référentiels donne au Livre du Corps de Policie toute sa force. Contrairement au Songe du Vieil Pelerin de Philippe de Mézières, qui comporte un grand nombre d’allusions aux événements passés et présents, Le Livre du Corps de Policie est plus aisément ré-actualisable. De trop nombreuses références temporelles, qui ancrent le texte dans une époque, empêchent la réactualisation et l’application future des concepts développés, travers que Christine de Pizan évite par l’inscription de son œuvre dans la continuité et la stabilité de l’État61. En prenant du recul sur la « réalité contemporaine »62 et en sélectionnant ses exemples dans l’Antiquité plutôt que dans le passé proche, elle agit dans une autre temporalité. Enfin, comme le montre Liliane Dulac, les rares mentions à Charles v ou aux chevaliers français lui permettent aussi de ne pas se cloîtrer dans une logique d’opposition entre passé et présent qui dénigrerait le règne de Charles vi63. Christine de Pizan agit en toute prudence. Ses critiques sont indirectes, voilées, mais n’en sont pas moins des critiques, ce qui nous permet de poser l’hypothèse d’un ouvrage non seulement théorique sur l’essence du pouvoir, mais qui se veut aussi un moyen de redressement du royaume.

Entre savoir et autorité

45Il s’agit désormais d’aborder la question de l’auctoritas sous laquelle les écrivains médiévaux se placent ainsi que celle de l’autorité même de l’auteur. Choisir de s’inscrire dans la filiation de tel ou tel personnage est une façon pour l’écrivain de conquérir un statut et/ou de légitimer une pratique. Le cercle des auctoritates, traditionnellement composé des auteurs antiques, s’élargit à la fin du Moyen Âge pour retenir ceux du Nouveau Testament ainsi que les docteurs de l’Église, figures appartenant toujours au passé. Nous voudrions ici interroger le lien entre autorité et savoir. Que Christine de Pizan, après une dizaine d’années d’écriture à la cour, puisse conseiller et enseigner les membres de la famille royale sans devoir commencer par démontrer sa maîtrise du sujet, montre combien son autorité devait être admise auprès de son lectorat.

46Contribuant à la posture du philosophe, le récit de la quête du savoir renforce la position de l’auteur face à son lecteur. Dans les cas où un tel récit est absent, l’autorité de l’écrivain fait partie des présupposés du discours, auxquels renvoie par exemple la mention d’œuvres antérieures réalisées par la poétesse. Il n’est donc pas nécessaire de se référer à une auctoritas.

  • 64 Zink (Michel), « Auteur et autorité au Moyen Âge », dans De l’autorité. Colloque annuel du Collège (...)
  • 65 Christine de Pizan fait par exemple référence à sa biographie de Charles v ainsi qu’à son Livre de (...)
  • 66 Dulac (Liliane), « La Figure de l’écrivain dans quelques traités de Christine de Pizan », dans Figu (...)

47La notion d’auctoritas s’est constituée à l’époque romaine. Du latin augere, augmenter, elle prend racine dans une idée distincte de celle de création. L’auctor n’est pas un créateur mais apporte quelque chose de nouveau à ce qui préexiste : « L’auteur se définit par le fait qu’il ajoute »64. Cette tradition est fortement ancrée dans la mentalité médiévale. Le fait qu’un écrivain fasse référence à sa propre œuvre, comme dans le Livre du Corps de Policie65, est le signe de l’apparition d’une conscience d’auteur, d’un désir d’être considéré, du sentiment d’avoir soi-même déjà « augmenté » quelque chose. En mentionnant ses œuvres littéraires, Christine montre son expérience, rendant la mention d’éléments autobiographiques inutile. « L’auteur se présente donc à la tête de tout un corps d’ouvrages dont chacun contribue à l’approfondissement du même domaine : il se dote d’une stature et d’un surcroît d’autorité. »66 Parallèlement, l’auteur valorise la fonction sociale de l’auteur, sans pourtant écarter ni renier les autorités du passé. Christine de Pizan innove tout en restant dans le plus grand respect de ses prédécesseurs, puisqu’elle continue à se référer, dans les prologues des œuvres citées plus haut, au Christ, aux prophètes, à saint Jean, saint Paul, saint Augustin, saint Bernard dans le domaine religieux ; aux philosophes antiques Plutarque et Sénèque ; aux auteurs Bède, Boccace, Boèce ; enfin, à la Sybille, Fama, Minerve et Merlin pour les domaines allégorique, mythologique et merveilleux. Dans ce sens, Christine est un parfait auctor : elle ne renverse aucun ordre mais « augmente » l’héritage reçu.

  • 67 Jacque Legrand, Archilogue Sophie, éd. par Evencio Beltran, Genève-Paris, Slatkine, 1986.
  • 68 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. par G. W. Coopland, Cambridge, at the Univ. Pr (...)
  • 69 Laurent de Premierfait, Des Cas des nobles hommes et femmes, éd. par Patricia May Gathercole, Chape (...)

48Cette différence entre expérience personnelle et « professionnelle » n’est pas un cas unique dans la littérature de la fin du Moyen Âge. Trois contemporains de Christine de Pizan usent du même procédé : vers 1400, Jacques Legrand traduit sa propre œuvre en langue vernaculaire, l’Archiloge Sophie67, et renvoie à l’original en latin (p. 25) ; cette méthode est récurrente pour Philippe de Mézières, qui cite plusieurs de ses textes dans le Songe du Vieil Pelerin68 ; enfin, le premier prologue de la traduction Des Cas des nobles hommes et femmes69 de Boccace contient une mention du Livre de Vieillesse (p. 84), traduit par Laurent de Premierfait, un contemporain. Christine ne fait pas figure d’exception. C’est l’évolution qui se dessine au fil de son œuvre qui est remarquable.

Un don de Dieu

  • 70 On consultera ici les articles de Jaqueline Cerquiglini-Toulet, art. cit., et Fabienne Pomel, art. (...)

49La posture du prophète se caractérise aussi par la mission dont l’auteur est investi ; son savoir est considéré comme un don de Dieu70. Il est rare qu’un auteur adopte une posture unique au sein d’un texte. Plus la diégèse et le rôle du narrateur se complexifient, plus les postures sont variées et riches de sens. Le Chemin de Longue Etude en est l’exemple parfait. Les postures évoluent au fil du texte, s’orientant vers plus d’engagement de la part de l’auteur. Après les postures de la veuve et de la philosophe, la seconde partie de l’ouvrage voit apparaître celles du témoin, puis de la messagère. Intervient finalement celle de la prophétesse, lorsqu’il incombe à la narratrice d’aller porter le message des Dames aux grands princes. La fonction du prince et son rôle de modèle, rappelés avec insistance dans la seconde partie (v. 5593 ss.), font du message en question une prophétie qui répond à la peinture sombre du début du texte, où Christine pleure sur les maux dont les chrétiens sont accablés. Le tableau général, d’une actualité forte grâce à une référence à l’Ottoman vainqueur de la bataille de Nicopolis en 1396 (v. 347), crée un discours quasi apocalyptique. Il n’en reste pas moins que tous ces malheurs sont dus aux péchés des hommes (v. 328).

Et ainsi va pis qu’onques mais.
Mais je ne sçay pas se jamais
Homme qui adés vive voye
Le monde aller par autre voye ;
Et Dieux le doint qui brief l’amende,
Ains qu’il y tausse dure amende. (vv. 377-382)

50La posture de la prophétesse est préfigurée dès le début du texte. Après de violentes critiques à l’égard de la convoitise des hommes, le désespoir de la narratrice se fait sentir dans ces lignes où la fatalité semble régner. Le remède à cette infortune ne tarde pas à arriver, porté par la Sybille. Le message que Christine doit finalement transmettre aux princes français est la réponse aux malheurs qui s’abattent sur la France et plus généralement sur la Chrétienté. Christine s’inscrit dans le mouvement de réforme de la société chrétienne, à l’instar de Philippe de Mézières et Jean Gerson. Les fautes des hommes et plus particulièrement de leurs chefs ont provoqué de trop nombreuses catastrophes : ces auteurs travaillent à la régénération morale du monde, à commencer par celle du prince, qui doit être le modèle de ses sujets, la tête du corps politique. Dans ce concert d’appels à la vertu, la posture de la prophétesse empruntée par Christine de Pizan fait référence aux lois divines. Dans le Chemin de Longue Etude, elle se construit à partir des postures du témoin, de la secrétaire, de la messagère puis de la philosophe, après avoir, dans le prologue, évoqué son veuvage. Ce parcours reproduit le cheminement intellectuel de l’auteur, qui vise à acquérir le statut de conseillère royale par son œuvre.

  • 71 Les références bibliques sont nombreuses sur ce sujet. Citons par exemple la seconde Epitre de Sain (...)
  • 72 Monahan (Jennifer), op. cit., p. 44.
  • 73 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, op. cit., p. 145 (notes).

51La situation est différente dans le Livre du Corps de Policie, où aucun désespoir ne se fait sentir qui nous renverrait à la réalité historique ou personnelle de l’auteur. Depuis le Chemin de Longue Etude, Christine a pris de l’assurance : s’autorisant à parler en son propre nom, elle se base désormais sur sa renommée. Si elle en appelle à des auctoritates, nulle allusion à un savoir reçu de Dieu n’est faite dans cet ouvrage. Pourtant, la posture de la prophétesse est également présente. Ainsi, dans le prologue, Christine revendique d’être « passionnee comme femme » (p. 1), exprimant par là le « vice », la faiblesse dont elle est entachée. Or, comme le faible est considéré plus proche de Dieu71, par syllogisme, Christine l’est aussi. La « passion », relevant du domaine des émotions, engendre une tension avec la posture de la clergesse, si souvent revêtue par Christine. Cas rare chez elle, ici la faiblesse n’est pas causée par l’ignorance mais par un motif d’ordre irrationnel72 : « En ironisant sur l’impuissance de la femme à maîtriser ses émotions, elle crée en effet l’image d’un écrivain très assuré de sa compétence et de son autorité »73. La métaphore de la fontaine corrobore également notre hypothèse :

… or viengne donc hors hardiement et se demonstre par plusieurs clers ruisseaux la source et fontaine interissable de mon couraige qui ne peut estancher de getter hors les desirs de vertu. (p. 1)

  • 74 L’image de la fontaine est employée comme figure du lecteur dans la ballade xxiv des Cents Ballades(...)

52La métaphore est une nouvelle référence intertextuelle ; dans le Chemin de Longue Etude, l’image de la fontaine est employée à deux reprises : une première fois pour représenter le roi-lecteur, destinataire privilégié, vers qui elle est envoyée « comme a fontaine vive de souverain sens » (v. 47-48), puis pour développer le topos de la Fontaine de Sapience74, sur environ un demi chapitre (vv. 787-1098). Les deux utilisations nous intéressent : la première parce que, comme dans le prologue du Corps de Policie, elle est personnalisée ; la seconde, plus importante, puisqu’elle est une étape fondamentale du parcours intellectuel de la narratrice.

  • 75 « courage » dans Dictionnaire du moyen français, éd. par Nancy Université, ATILF-CNRS 2010, URL : h (...)
  • 76 Christine de Pizan, « Une Oraison Nostre Dame », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. p (...)

53C’est au terme de ce passage que le nom du livre est révélé, « Long Estude » (v. 1103), après l’invitation adressée à Christine de se baigner comme les neuf muses dans la Fontaine de Sapience. En moyen français, le terme « courage » se rapporte au cœur « en tant que siège de la conscience de soi, des sentiments, des pensées »75. Dans le livre du Corps de Policie, c’est son propre cœur que Christine associe à une fontaine intarissable de « desirs de vertu ». De cette manière, elle se rapproche de la fontaine mystique que représente la mère du Christ, « fontaine pleine de pitié, de grace et de toute amitié »76 et figure de projection de l’auteur, et entre ainsi dans le domaine spirituel. L’écrivain s’apparente ici, de loin, à la prophétesse.

Un genre littéraire, une mise en scène ?

  • 77 À l’exception du Dittié de Jeanne d’Arc, qui se situe à la frontière du lyrisme, en exaltant son hé (...)

54Pour conclure, remarquons que, dès 1405, Christine de Pizan n’évoque plus son cheminement intellectuel dans les prologues des œuvres suivantes : L’Epistre a la reine, Le Livre des trois Vertus, Le Livre de l’Advision Christine (1405) ; Le Livre du Corps de Policie (1407) ; La Lamentaction sur les maux de la France, Le Livre des faits d’armes et de chevalerie (1410) ; Le Livre de la Paix (1414), Le Livre de la Prison de Vie humaine (1416-1418) ; et Le Dittié de Jeanne d’Arc (1429). Il n’est plus question de littérature courtoise, car tous ces textes sont d’ordre politique, rédigés en prose77. L’hypothèse d’un tournant à situer aux années 1404-1405 se confirme.

55Le parcours effectué ici a tout d’abord permis de comprendre qu’on ne peut associer une posture d’auteur à un genre littéraire, mais plutôt à un type de discours. L’exemple du Chemin de Longue Etude est le plus parlant, au vu de toutes celles que l’auteur revêt dans ce seul texte. Il s’avère que le choix d’une posture est subordonné à un but, autrement dit à l’intentionnalité du texte et à son aspect pragmatique. C’est l’objectif poursuivi par l’auteur qui modèle son discours sur lui-même. Veut-il plaire, distraire, émouvoir, enseigner, guider son lecteur vers la vérité, contribuer au bien commun du royaume ? Se veut-il poète de cour, secrétaire, moraliste, conseiller royal, précepteur du dauphin ?

56Si les buts poursuivis sont la delectatio et la consolatio du lecteur, alors des postures « simples » et conventionnelles conviennent parfaitement, comme celle du trouvère ou de la clergesse (voir Tableau iii). Mais si Christine de Pizan cherche à faire progresser son lecteur vers la vertu, dans le cadre d’un cheminement personnel, son engagement se fait plus fort : elle choisit alors des postures plus intéressantes et plus complexes, qui, à un autre niveau, forment un ethos d’auteur engagé. Façonnée en fonction des volontés de l’auteur et des attentes du public, une gradation des buts se dessine et dévoile progressivement une hiérarchie des postures, corrélative à l’engagement de l’auteur. Plus elle s’implique, plus elle s’éloigne du lyrisme courtois pour se rapprocher de la posture de la prophétesse, paroxysme de l’engagement de l’auteur dans son texte.

57Ces observations resteront des hypothèses tant qu’elles ne seront pas vérifiées sur les textes d’auteurs contemporains à Christine de Pizan, mais pourraient se révéler pleines d’intérêt dans la poursuite de nos recherches. La grille d’analyse, en cours d’élaboration, ne manquera pas d’être affinée pour permettre, à terme, de mieux comprendre les enjeux soulevés par les mises en scène d’auteur dans la littérature de la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Éditions

Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris, Firmin Didot ; New York, Johnson Reprint, « Société des anciens textes français », 1965 [1886], t. 1, pp. 1-100.

–, « Rondeaux », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, op. cit., pp. 147-185.

–, Epistre Othea, éd. par Gabriella Parussa, Genève, Droz, 1999.

–, Une Oraison Nostre Dame, dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris, Firmin Didot ; New York, Johnson Reprint, 1965 [1886], t. 3, pp. 1-26.

–, Le Chemin de Longue Étude (1402-1403), éd. et trad. par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, « Le Livre de Poche. Lettres gothiques », 2000.

–, Le Livre de la Mutacion de Fortune, éd. par Suzanne Solente, Paris, Picard ; New-York, Johnson Reprints, « Société des anciens textes français », 1965 (1959-1966), 4 vol.

–, Epistre a Eustache Morel, éd. par Jean-François Kosta-Théfaine, « L’Epistre a Eustache Morel de Christine de Pizan », Le moyen français, 38, 1997, pp. 79-92.

–, Epistre a la reine de France, éd. par Angus J. Kennedy, « Christine de Pizan’s Epistre a la reine 1405 », Revue des langues romanes, 92, 1988, pp. 253-264.

–, Le Livre de l’Advision Christine, éd. par Christine Reno & Liliane Dulac, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2001.

–, La Cité des Dames, éd. et trad. en italien par Earl Jeffrey Richards, Milan, Luni Editrice, 1998.

–, Le Livre du Corps de Policie (1406-1407), éd. par Angus J. Kennedy, Paris, Champion, « Etudes christiniennes », 1998.

–, « La Lamentacion sur les maux de la France de Christine de Pisan », éd. par Angus K. Kennedy, dans Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Monsieur Charles Foulon, professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance, par ses collègues, ses élèves et ses amis, Rennes, Institut de français, Université de Haute-Bretagne, 1980, t. 1, pp. 177-185.

–, « Le Livre des Faits d’armes et de chevalerie », dans Christine Antygrafe : Authorship and Self in the Prose Works of Christine de Pisan, with an Edition of B.N. Ms. 603 Le Livre des Fais d’Armes et de Chevallerie”, éd. par Christine Moneera Laennec, Ph.D., Yale University, New Haven, 1988, 2 vol.

–, Le Livre de la Paix, éd. par Charity Cannon Willard, ’s-Gravenhage, Mouton, 1958.

, Le Ditié de Jehanne d’Arc, éd. par Angus J. Kennedy & Kenneth Varty, Oxford, Society for the Study of Medieval Languages and Literature, « Medium Ævum Monographs. New Series », 1977.

Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pèlerin (1386-1389), éd. par G. W. Coopland, Cambridge, at the Univ. Press, 1969, 2 vol.

Jacques Legrand, Archilogue Sophie, éd. par Evencio Beltran, Genève-Paris, Slatkine, 1986.

Laurent de Premierfait, Des Cas des nobles hommes et femmes, éd. par Patricia May Gathercole, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1968.

Littérature secondaire

Altmann (Barbara K.), « L’art de l’autoportrait littéraire dans les Cent ballades de Christine de Pizan », dans Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, sous la direction de Liliane Dulac & Bernard Ribémont, Orléans, Paradigme, « Medievalia », 1995, pp. 327-336.

Angeli (Giovanna), « Christine de Pizan et le portrait impossible de l’auteur dans son laboratoire », dans Toutes choses sont faictes cleres par escripture : fonctions et figures d'auteurs du Moyen Âge à l'époque contemporaine, sous la direction de Virginie Minet-Mahy, Claude Thiry et Tania van Hemelryck, Louvain-la-Neuve, Les Lettres Romanes, numéro hors série du volume 58, 2004, pp. 57-69.

Autrand (Françoise), Charles vi : la folie du roi, Paris, Fayard, 1986.

Autrand (Françoise), Christine de Pizan : une femme en politique, Paris, Fayard, 2009.

Beaune (Colette), Éducation et culture du début du xiie au milieu du xve siècle, Paris, Sédès, 1999.

Blanchard (Joël), « L’Entrée du poète dans le champ politique au xve siècle », Annales E.S.C., 1, 1986, pp. 43-61.

Cerquiglini-Toulet (Jacqueline), « Christine de Pizan et le scandale : naissance de la femme écrivain », dans Toutes choses sont faictes cleres par escripture : fonctions et figures d'auteurs du Moyen Âge à l'époque contemporaine, sous la direction de Virginie Minet-Mahy, Claude Thiry & Tania van Hemelryck, Louvain-la-Neuve, Les Lettres Romanes, numéro hors série du volume 58, 2004, pp. 45-56.

–, « L’inspiration des poètes lyriques à la fin du Moyen Âge : le cas de Christine de Pizan », dans L’inspiration. Le souffle créateur dans les arts, littératures et mystiques du Moyen Âge européen et proche-oriental. Colloque international tenu en Sorbonne les 23–24 mai 2002, sous la direction de Claire Kappler & Roger Grozelier, Paris, L’Harmattan, « Kubaba Actes », 2006, pp. 291-302.

Cropp (Glynnis M.), « Boèce et Christine de Pizan », Le Moyen Âge, 87:3-4, 1981, pp. 387-417.

–, « The exemplary figure of Alexander the Great in the works of Eustache Deschamps and Christine de Pizan », dans Contexts and Continuities. Proceedings of the IVth International Colloquium on Christine de Pizan (Glasgow 21-27 July 2000) Published in Honour of Liliane Dulac, sous la direction d’Angus J. Kennedy, Rosalind Brown-Grant, James C. Laidlaw & Catherine M. Müller, Glasgow, University of Glasgow Press, « Glasgow University Medieval French Texts and Studies », 2002, t. 1, pp. 301-313.

Delogu (Daisy), « Advocate et moyenne : Christine de Pizan’s elaboration of female authority », dans Desireuse de plus avant enquerre... Actes du vie Colloque international sur Christine de Pizan (Paris, 20-24 juillet 2006). Volume en hommage à James Laidlaw, sous la direction de Liliane Dulac, Anne Paupert, Christine Reno & Bernard Ribémont, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2008, pp. 57-67.

–, « How to become the “Roy des Frans” : the Performance of Kingship in Philippe de Méières’s Le Songe du Vieil Pelerin », dans Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, sous la direction de Renate Blumenfeld-Kosinski & Kiril Petkov, Leiden ; Boston, Brill, 2011, pp. 147-164.

Dulac (Liliane), « La Figure de l’écrivain dans quelques traités de Christine de Pizan », dans Figures de l’écrivain au Moyen Âge, éd. par Danielle Buschinger, Göppingen, Kümmerle, « Göppinger Arbeiten zur Germanistik », 1991, pp. 113-123.

–, « L’Autorité dans les traités en prose de Christine de Pizan : discours d’écrivain, parole de prince », dans Une Femme de lettres au Moyen Âge. Etudes autour de Christine de Pizan, éd. par Liliane Dulac & Bernard Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, pp. 15-24.

–, « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de Policie », dans Christine de Pizan 2000 : Studies of Christine de Pizan in Honour of Angus J. Kennedy, éd. par John Campbell & Nadia Margolis, Amsterdam ; Atlanta, Rodopi, « Faux Titre », 2000, pp. 91-104 et 316-317.

Gauvard (Claude), « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains dans le royaume de France aux xive et xve siècles », dans Une Femme de lettres au Moyen Âge. Etudes autour de Christine de Pizan, sous la direction de Liliane Dulac & Bernard Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, pp. 105-128.

Gibbons (Mary Weitzel), « The Bath of the Muses and Visual Allegory in the Chemin de long estude », dans Christine de Pizan and the Categories of Difference, éd. par M. Desmond, Minneapolis, Univ. of Minnesota, 1998, pp. 128-145.

Hicks (Eric), « Une Femme dans le monde : Christine de Pizan et l’écriture de la politique », dans L’Hostellerie de pensée : études sur l’art littéraire au moyen âge offertes à Daniel Poirion par ses anciens élèves, éd. par Michel Zink, Daniel Bohler, Eric Hicks & Manuela Python, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, « Cultures et Civilisations », 1995, pp. 233-243.

– & Moreau (Thérèse), « L’Epistre a la reine de Christine de Pizan (1405) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 5, 1997, mis en ligne en janvier 2005. URL : http://clio.revues.org/417

Lechat (Denis), « L’utilisation par Christine de Pizan de la traduction de Valère Maxime par Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse dans Le livre du chemin de long estude », dans Au champ des escriptures. iiie Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18-22 juillet 1998, sous la direction d’Eric Hicks, Diego Gonzalez & Philippe Simon, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2000, pp. 175-196.

–, « Dire par fiction ». Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan, Paris, Champion, 2005.

Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, A. Colin, 2004.

McGrady (Deborah), « Authorship and Audience in the Prologues to Christine de Pizan’s Commissioned Poetry », dans Au champ des escriptures. iiie Colloque international sur Christine de Pizan. Lausanne, 18-22 juillet 1998, sous la direction d’Eric Hicks, Diego Gonzalez & Philippe Simon, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2000, pp. 25-40.

Monahan (Jennifer), « Authority and marginal status : authorial stance in Christine de Pizan’s Livre du corps de policie and Livre de la paix », dans Au champ des escriptures. iiie Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18-22 juillet 1998, sous la direction d’Eric Hicks, Diego Gonzalez et Philippe Simon, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2000, pp. 41-49.

Mühlethaler (Jean-Claude), Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris-Genève, H. Champion-Slatkine, 1994.

–, « “Traictier de vertu au proufit d’ordre de vivre” : relire l’œuvre de Christine de Pizan à la lumière des miroirs des princes », dans Contexts and Continuities. Proceedings of the ivth International Colloquium on Christine de Pizan (Glasgow 21-27 July 2000) Published in Honour of Liliane Dulac, sous la direction d’Angus J. Kennedy, Rosalind Brown-Grant, James C. Laidlaw & Catherine M. Müller, Glasgow, University of Glasgow Press, « Glasgow University Medieval French Texts and Studies », 2002, t. 2, pp. 585-601.

–, « Une Génération d’écrivains « embarqués » : le règne de Charles iv ou la naissance de l’engagement littéraire en France », dans Formes de l’engagement littéraire (xve-xxie siècle), sous la direction de Jean Kaempfer, Sonya Florey & Jérôme Meizoz, Lausanne, Antipodes, 2006, pp. 15-32.

–, « Pour une préhistoire de l’engagement littéraire en France : de l’autorité du clerc à la prise de conscience politique à la fin du Moyen Âge », Versants, 55/1, 2008, pp. 11-32.

–, « Tristesses de l'engagement : l'affectivité dans le discours politique sous le règne de Charles vi », CRMH, 24, 2012, pp. 21-36.

Nabert (Nathalie), « La mère dans la littérature politique à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles) », Bien dire et bien aprandre, 16, 1998, pp. 191-202.

Oudin (Fanny), « La Pratique épistolaire médiévale entre norme et liberté », Camenulae, 2. 2008, 31 p. URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/F_Oudin.pdf

Paupert (Anne), « “La narracion de mes aventures” : des premiers poèmes à L’Advision, l’élaboration d’une écriture autobiographique dans l’œuvre de Christine de Pizan », dans Au champ des escriptures. iiie Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18-22 juillet 1998, éd. par Eric Hicks, Diego Gonzalez & Philippe Simon, Paris, Champion « Études christiniennes », 2000, pp. 51-71.

–, « Christine et Boèce. De la lecture à l’écriture, de la réécriture à l’écriture du moi », dans Contexts and Continuities. Proceedings of the ivth International Colloquium on Christine de Pizan (Glasgow 21-27 July 2000) Published in Honour of Liliane Dulac, sous la direction d’Angus J. Kennedy, Rosalind Brown-Grant, James C. Laidlaw & Catherine M. Müller, Glasgow, University of Glasgow Press, « Glasgow University Medieval French Texts and Studies », 2002, t. 3, pp. 645-662.

Pomel (Fabienne), « S’Écrire en lectrice. Les métamorphoses de Christine de Pizan dans Le Chemin de longue étude », dans Lectrices d’Ancien Régime, sous la direction d’Isabelle Brouard-Arends, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, pp. 215-230.

Richards (Earl Jeffrey), « “Seulette a part” – The “Little Woman on the Sidelines” Takes Up Her Pen : The Letters of Christine de Pizan », dans Dear Sister : Medieval Woman and the Epistolary Genre, sous la direction de Karen Cherewatuk & Ulrike Wiethaus, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, pp. 138-170.

Tabarlet-Schock (Marie-Dominique), La souffrance et la joie dans les Cent ballades et rondeaux de Christine de Pisan : tradition littéraire et expérience personnelle, Ph.D, Rice University, Houston, 1981

Tarnowski (Andrea), « The Lessons of Experience and the Chemin de long Estude », dans Christine de Pizan : A Casebook, sous la direction de Barbara K. Altmann & Deborah K. McGrady, New York, Routledge, 2003, pp. 181-197.

Walters (Lori J.), « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political Theology in Philippe de Mézières, Christine de Pizan and Jean Gerson », dans Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, sous la direction de Renate Blumenfeld-Kosinski & Kiril Petkov, Leiden ; Boston, Brill, « The Medieval Mediterranean », 2011, pp. 119-144.

Zink (Michel), « Auteur et autorité au Moyen Âge », dans De l’autorité. Colloque annuel du Collège de France, sous la direction d’Antoine Compagnon, Paris, Odile Jacob, 2008, pp. 143-158.

Haut de page

Notes

1 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris ; New York, Firmin Didot ; Johnson Reprint, 1965 (1886), « Société des anciens textes français », pp. 1-100.

2 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, éd. par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, « Le Livre de Poche. Lettres gothiques », 2000.

3 Christine de Pizan, « Christine de Pizan’s Epistre a la reine 1405, éd. par Angus J. Kennedy », Revue des langues romanes, n° 92, 1988.

4 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, éd. par Angus J. Kennedy, Paris, Champion, « Etudes christiniennes », 1998, pp. 253-264.

5 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, A. Colin, « U. Lettres », 2004, pp. 206-207.

6 Cf. Ibid.

7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur : essai, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

8 Becker (Karin), Le Lyrisme d’Eustache Deschamps. Entre poésie et pragmatisme, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2012, pp. 31-32.

9 Cerquiglini-Toulet (Jacqueline), « Christine de Pizan et le scandale : naissance de la femme écrivain », dans Toutes choses sont faictes cleres par escripture : fonctions et figures d'auteurs du Moyen Âge à l'époque contemporaine, sous la direction de Virginie Minet-Mahy, Claude Thiry, et al., Louvain-la-Neuve, Les Lettres Romanes, 2004, vol. 58, numéro hors série, pp. 45-56.

10 Monahan (Jennifer), « Authority and marginal status : authorial stance in Christine de Pizan’s Livre du corps de policie and Livre de la paix », dans Au champ des escriptures. iiie Colloque international sur Christine de Pizan. Lausanne, 18-22 juillet 1998, sous la direction d’Eric Hicks, Diego Gonzalez, et al., Paris, Champion, « Etudes christiniennes », 2000, pp. 41-49.

11 Mühlethaler (Jean-Claude), Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris-Genève, H. Champion-Slatkine, 1994 et « Tristesses de l’engagement : l’affectivité dans le discours politique sous le règne de Charles vi », CRMH, 24, 2012, pp. 21-36.

12 Pomel (Fabienne), « S’écrire en lectrice. Les métamorphoses de Christine de Pizan dans Le Chemin de longue étude », dans Lectrices d’Ancien Régime, sous la direction d’Isabelle Brouard-Arends, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, pp. 215-230.

13 Walters (Lori J.), « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political Theology in Philippe de Mézières, Christine de Pizan and Jean Gerson », dans Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, sous la direction de Renate Blumenfeld-Kosinski et Kiril Petkov, Leiden-Boston, Brill, « The Medieval Mediterranean », 2011, pp. 119-144.

14 Celle-ci s’inscrit dans un projet de recherche plus vaste : « Entre Moyen Âge et modernité : pratiques communicatives à l’époque de Charles vi », projet de recherche soutenu par le FNS et dirigé par le Prof. Jean-Claude Mühlethaler à l’Université de Lausanne (2011-2014).

15 Altmann (Barbara K.), « L’art de l’autoportrait littéraire dans les Cent ballades de Christine de Pizan », dans Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, sous la direction de Liliane Dulac & Bernard Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, « Medievalia », p. 332.

16 Pomel, art. cit., p. 220.

17 Au Moyen Âge, le nom de l’auteur est généralement contenu dans le texte et non, comme pour les œuvres modernes, sur une page de titre. C’est l’auteur qui choisit de se nommer ou non, sachant qu’à la fin du Moyen Âge, il tend plus fréquemment à sortir de son anonymat. Nous nous intéressons ici aux révélations faites à l’intérieur du récit, par le locuteur, sur l’identité de l’auteur. La question de savoir si le lecteur connaît le nom de l’auteur avant la lecture de l’œuvre n’est pas une caractéristique de la posture d’auteur telle que nous l’étudions dans cet article.

18 Christine de Pizan, « L’Epistre a Eustache Morel de Christine de Pizan », éd. par Jean-François Kosta-Théfaine, Le moyen français, n° 38, 1997, p. 83.

19 Les prologues et épilogues des autres œuvres de Christine de Pizan sont moins intéressants pour l’étude des figures d’auteur.

20 Monahan (Jennifer), « Authority and marginal status : authorial stance in Christine de Pizan’s Livre du corps de policie and Livre de la paix », dans Au champ des escriptures, op. cit., p. 45.

21 Christine de Pizan, « Rondeaux », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, op. cit., pp. 147-185.

22 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, éd. par Eric Hicks & Charity Cannon Willard, Paris, Champion, « Bibliothèque du xve siècle », 1989, p. 7.

23 Christine de Pizan, « Les Lamentations sur les maux de la France », éd. par Angus K. Kennedy, dans Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Monsieur Charles Foulon, professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance, par ses collègues, ses élèves et ses amis, Rennes, Institut de français, Université de Haute-Bretagne, 1980, tome i, p. 180.

24 Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Christine, éd. par Christine Reno & Liliane Dulac, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2001.

25 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., v. 53.

26 Christine de Pizan, « Epistre a la reine », op. cit., l. 4.

27 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », op. cit. Voir la Bal. lxxix ; Le Chemin de Lonc Estude, op. cit. au v. 23 et Le Livre du Corps de Policie, op. cit., p. 1.

28 Christine de Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., vv. 12 et 56.

29 Magnificat, Évangile selon Saint Luc, 1, 48.

30 Walters (Lori J.), « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political Theology in Philippe de Mézières, Christine de Pizan and Jean Gerson », dans Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, op. cit., pp. 119-144.

31 Christine de Pizan, « Les Cent Ballades », op. cit., Bal. i, vv. 1, 6, 23, 27, ainsi que le refrain.

32 Altmann, op. cit., p. 332.

33 Tarnowski (Andrea), « The Lessons of Experience and the Chemin de long Estude », dans Christine de Pizan : A Casebook, sous la direction de Barbara K. Altmann & Deborah K. McGrady, New York, Routledge, 2003, p. 190.

34 Nabert (Nathalie), « La mère dans la littérature politique à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles) », Bien dire et bien aprandre, n° 16, 1998, p. 200.

35 Nous renvoyons sur ce sujet à l’article de Fanny Oudin, « La Pratique épistolaire médiévale entre norme et liberté », Camenulae, 2, 2008, http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/F_Oudin.pdf.

36 Delogu (Daisy), « Advocate et moyenne : Christine de Pizan’s elaboration of female authority », dans Desireuse de plus avant enquerre... Actes du VIe Colloque international sur Christine de Pizan (Paris, 20-24 juillet 2006). Volume en hommage à James Laidlaw, sous la direction de Liliane Dulac, Anne Paupert, Christine Reno & Bernard Ribémont, Paris, Champion, « Études christiniennes », 2008, p. 66.

37 Aristote que Nicole Oresme traduit au xvie siècle à la demande de Charles v. Voir les pages 156-159 de l’article de Daisy Delogu, « How to become the "Roy des Frans" : the Performance of Kingship in Philippe de Méières’s Le Songe du Vieil Pelerin », dans Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, op. cit., pp. 147-164.

38 Comme le suggèrent Eric Hicks & Thérèse Moreau dans « L’Epistre a la reine de Christine de Pizan (1405) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 5, 1997, http://clio.revues.org/417.

39 Delogu, « Advocate et moyenne : Christine de Pizan’s elaboration of female authority », op. cit., p. 61.

40 Hicks (Eric), « Une femme dans le monde : Christine de Pizan et l’écriture de la politique », dans L’Hostellerie de pensée : études sur l’art littéraire au moyen âge offertes à Daniel Poirion par ses anciens élèves, sous la direction de Michel Zink, et al., Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, « Cultures et civilisations médiévales », p. 239.

41 Dans l’Advision Christine (xvii, p. 32), Christine de Pizan fait référence à la maladie du roi à travers la prophétie de Daniel, qui annonce la folie de Nabuchodonosor, figure de Charles vi (Daniel, iv). Voir Millet (Hélène), « Le grand schisme d’Occident vu par les contemporains : crise de l’Église ou crise de la papauté ? », dans Recherches sur l’économie ecclésiale à la fin du Moyen Âge autour des collégiales de Savoie. Actes de la table ronde internationale d’Annecy 26-28 avril 1990, Annecy, Académie Salésienne, 1992, « Mémoires et documents publiés par l’Académie Salésienne », pp. 27-42.

42 Christine de Pizan, La Cité des Dames, éd. et trad. par Earl Jeffrey Richards, Milan, Luni Editrice, 1998.

43 Nabert, op. cit.

44 En revanche, la reine Isabeau de Bavière ne s’avère pas être une bonne politicienne. Prise entre le parti des Armagnacs et celui des Bourguignons, l’histoire n’a pas gardé d’elle un souvenir favorable. Voir Autrand (Françoise), Charles vi : la folie du roi, Paris, Fayard, 1986, pp. 413-415.

45 Voir l’article de Liliane Dulac, « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de Policie », dans Christine de Pizan 2000 : Studies of Christine de Pizan in Honour of Angus J. Kennedy, éd. par John Campbell & Nadia Margolis, Amsterdam ; Atlanta, Rodopi, 2000, « Faux Titre », pp. 91-104.

46 Ce genre, inventé par les évêques carolingiens soucieux de mettre par écrit leurs conseils, connaît son âge d’or au siècle de Saint Louis. Voir Beaune (Colette), Éducation et culture du début du xiie au milieu du xve siècle, Paris, Sédès, « Regards sur l’Histoire », 1999, p. 280.

47 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, op. cit., p. 8, l. 35 et p. 46, l. 1-3.

48 Walters, op. cit., p. 129.

49 Christine de Pizan, Le Livre de la Paix, éd. par Charity Cannon Willard, ’s-Gravenhage, Mouton, 1958, p. 174.

50 Après l’avoir déjà fait dans le Pizan, Le Chemin de Lonc Estude, op. cit., vv. 5835-5854.

51 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit.

52 Sur ce sujet, on lira particulièrement Tarnowski, « The Lessons of Experience and the Chemin de long Estude », op. cit.

53 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. par Gabriella Parussa, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 1999.

54 C’est une forme novatrice et complexe, proche du prosimètre (alternance de vers et de prose). On retrouve le prosimetrum dans La Consolation de Philosophie de Boèce, Aucassin et Nicolette, Le Livre du voir dit de Guillaume de Machaut ou plus tard Le Livre du Cœur d’amour espris de René d’Anjou.

55 Le choix d’Hector n’est pas innocent, puisqu’il renvoie à la légende qui veut que la maison royale de France ait des origines troyennes.

56 Cerquiglini-Toulet, op. cit., pp. 53-54.

57 Monahan (Jennifer), op. cit., p. 42.

58 Laennec (Christine Moneera), Christine Antygrafe: Authorship and Self in the Prose Works of Christine de Pisan, with an Edition of B.N. Ms. 603 “Le Livre des Fais d’Armes et de Chevallerie”, Ph.D., New Haven, Yale University, 1988, vol. 2, p. 22. Pour des questions de disponibilité des sources, les auteurs médiévaux font plutôt référence aux dieux romains qu’aux dieux grecs. Ils maîtrisent d’ailleurs mieux le latin que le grec.

59 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit., p. 165.

60 Autrand, op. cit., p. 316.

61 Ceci pourrait, entre autres, expliquer la diffusion de ce texte dont on compte aujourd’hui plus de quinze manuscrits, contre sept manuscrits du Songe du Vieil Pelerin.

62 Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, op. cit., p. 166.

63 Dulac, « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de Policie », op. cit., p. 101-103.

64 Zink (Michel), « Auteur et autorité au Moyen Âge », dans De l’autorité. Colloque annuel du Collège de France, sous la direction d’Antoine Compagnon, Paris, Odile Jacob, 2008, pp. 143-158.

65 Christine de Pizan fait par exemple référence à sa biographie de Charles v ainsi qu’à son Livre de la Prod’hommie de l’Homme aux chapitres 6, 19, 27 du Livre I et 13 du Livre II du Corps de Policie.

66 Dulac (Liliane), « La Figure de l’écrivain dans quelques traités de Christine de Pizan », dans Figures de l’écrivain au Moyen Age. Actes du colloque du Centre d'études médiévales de l'Université de Picardie, Amiens 18-20 mars 1988, sous la direction de Danielle Buschinger, Göppingen, Kümmerle, « Göppinger Arbeiten zur Germanistik », 1991, p. 117.

67 Jacque Legrand, Archilogue Sophie, éd. par Evencio Beltran, Genève-Paris, Slatkine, 1986.

68 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. par G. W. Coopland, Cambridge, at the Univ. Press, 1969, vol. 1, pp. 87, 88, 97 et 102, et vol. 2, pp. 190, 376, 431.

69 Laurent de Premierfait, Des Cas des nobles hommes et femmes, éd. par Patricia May Gathercole, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1968.

70 On consultera ici les articles de Jaqueline Cerquiglini-Toulet, art. cit., et Fabienne Pomel, art. cit.

71 Les références bibliques sont nombreuses sur ce sujet. Citons par exemple la seconde Epitre de Saint Paul aux Corinthiens : « S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai. » (11, 30).

72 Monahan (Jennifer), op. cit., p. 44.

73 Christine de Pizan, Le Livre du Corps de Policie, op. cit., p. 145 (notes).

74 L’image de la fontaine est employée comme figure du lecteur dans la ballade xxiv des Cents Ballades. Dans les prologues de l’Oraison de Notre-Dame et de la Cité des Dames, elle désigne respectivement la Mère de Dieu (v. 133-134) et la fontaine du savoir (p. 44), se rapprochant de la seconde utilisation du Chemin de Longue Etude. Voir Gibbons Mary Weitzel, « The Bath of the Muses and Visual Allegory in the Chemin de long estude », dans Christine de Pizan and the Categories of Difference, éd. par Marilynn Desmond, Minneapolis, Univ. of Minnesota, 1998, pp. 128-145.

75 « courage » dans Dictionnaire du moyen français, éd. par Nancy Université, ATILF-CNRS 2010, URL : http://www.atilf.fr/dmf

76 Christine de Pizan, « Une Oraison Nostre Dame », dans Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris ; New York, Firmin Didot ; Johnson Reprint, 1965 (1886), pp. 1-26, vv. 133-134.

77 À l’exception du Dittié de Jeanne d’Arc, qui se situe à la frontière du lyrisme, en exaltant son héroïne. Une étude spécifique sur les figures de l’auteur dans ce texte serait nécessaire, tant ce texte se distance des précédents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Marie Schertz, « Autour de Christine de Pizan : entre lyrisme courtois et engagement politique », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5798 ; DOI : 10.4000/contextes.5798

Haut de page

Auteur

Claire-Marie Schertz

Université de Lausanne

Haut de page