Navigation – Plan du site

Entre stéréotypie et singularité : la construction de l’ethos de Laurent de Premierfait dans ses prologues

Delphine Burghgraeve

Résumés

L’époque charnière de la fin du xive siècle, début du xve siècle, voit émerger des voix auctoriales de plus en plus engagées, subjectives et conscientes de leur talent. Cet article tend à montrer en quoi la notion d’ethos issue de la linguistique moderne permet de caractériser l’évolution d’une de ces voix médiévales, celle d’un traducteur du xve siècle, Laurent de Premierfait, au regard de la tradition. L’étude des prologues de ses traductions témoigne d’une forte influence de la situation de communication et de la scène d’énonciation, celle du patronage et de la tradition poétique héritée de la traduction du xive siècle, qui oblige le traducteur à négocier sa propre image dans son texte. Ainsi, l’auteure de cet article propose de caractériser à travers différents indices rhétoriques, poétiques, discursifs, voire extra-discursifs, les deux êthê qui émanent de ces prologues : un ethos de moraliste, conforme aux attentes du public et un ethos d’humaniste, révélant un positionnement singulier et individuel du traducteur dans la communauté des écrivains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Poirion (Daniel), « Écriture et ré-écriture au Moyen Âge », dans Écriture poétique et composition r (...)
  • 2 Voir Delsaux (Olivier éd.) et Haug (Hélène éd.), Original et originalité. Aspects historiques, phil (...)

1Non nova sed nove. Voilà un adage qui définit assez bien le principe de la littérature médiévale : « non du nouveau, mais de nouveau ». L’écriture médiévale consiste en une reprise constante de thèmes et de motifs anciens systématiquement réintégrés dans un nouvel environnement textuel. Elle est en ce sens à chaque fois une « réécriture1». Dans un tel contexte, il peut sembler difficile de reconnaître la voix de l’auteur. Il faut même renoncer au concept d’originalité2, du moins dans son sens moderne, et à l’idée du génie créateur, héritée du xixe siècle.

  • 3 Il s’agit des textes des Anciens, les auctores. Sur la notion d’auctor et d’auctoritas, voir Zimmer (...)

2Le problème se pose plus vivement pour la traduction, ou plutôt la « translation » médiévale. La pratique de cet art est inhérente à l’apparition d’une littérature médiévale. Elle est à tel point le principe moteur de toute écriture qu’elle ne fait pas l’objet d’un traité théorique entièrement consacré à elle avant la Renaissance. Cependant, entre la simple accumulation de morceaux d’auctoritates3 des débuts et la traduction d’une œuvre antique complète à partir du xive siècle, nous constatons une évolution qui tend à faire de la traduction un nouveau genre, même si l’intérêt n’est pas encore philologique mais moral. Alors une question s’impose : comment percevoir la voix du traducteur médiéval dans un contexte de réécriture, de vénération des Anciens et d’humilité du traducteur ?

  • 4 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand C (...)
  • 5 Maingueneau (Dominique), ibid., p. 207. Cette notion de « corps » est bien sûr à entendre dans sa r (...)

3L’ethos, tel que l’envisage Dominique Maingueneau dans le cadre de l’analyse du discours, s’impose d’emblée comme un concept permettant de cerner la voix de l’énonciateur du discours. Il consiste à étudier le « processus […] d’adhésion des sujets au point de vue défendu par un discours4 ». L’étude de ce processus passe par la caractérisation de l’instance subjective qui énonce le discours, autrement dit selon la terminologie de Dominique Maingueneau, la voix du discours et son ton. Cette voix est composée de deux caractéristiques : le caractère, « faisceau de traits psychologiques », et la corporalité qui « est associée à une complexion physique et à la manière de s’habiller5 ».

  • 6 Sur la question de l’« engagement » médiéval sous le règne de Charles vi, voir les articles de Jean (...)

4Dès le xive siècle, la revendication auctoriale se fait cependant de plus en plus forte grâce à la politique lettrée menée par Charles v, mais ce phénomène s’accentue au début du xve siècle. En raison des bouleversements politiques, religieux et sociaux qui menacent le royaume de Charles vi, l’auteur médiéval prend encore davantage conscience de son rôle politique et n’hésite plus à réagir dans la sphère publique par le biais de ses écrits : il intervient dans les affaires du royaume6. Cet essor de la figure de l’auteur se fait d’autant plus ressentir dans l’univers des traducteurs qu’on utilise le texte antique pour faire des remarques sur l’actualité politique en le glosant et en y ajoutant des passages de moralisations. Le traducteur est avant tout un moralisateur. Cependant, la littérature jouant un rôle plus important dans la société, notamment grâce à l’essor de certaines institutions comme le Collège de Navarre et les Chancelleries, on voit apparaître un intérêt plus philologique pour les œuvres et la culture des Anciens, qui permet aux premières formes d’un humanisme français de se développer.

  • 7 Nous restreignons cette étude aux prologues car ils sont les lieux par excellence de l’expression d (...)
  • 8 Amossy (Ruth), « L’Ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des cha (...)
  • 9 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., p. 208.
  • 10 Sur la notion de stéréotypage, voir Amossy (Ruth), Images de soi, op. cit., pp. 134-135.

5C’est à travers la caractérisation de l’ethos de Laurent de Premierfait, traducteur réputé des œuvres de Cicéron – le De senectute et le De amicitia – et de Boccace – le Decameron et le De casibus virorum illustrium dans ses prologues7, que nous chercherons à définir la manière dont s’articule la tradition moraliste du traducteur et des considérations plus philologiques et humanistes. Si l’ethos résulte comme le dit Ruth Amossy, de « la construction discursive, l’imaginaire social et l’autorité institutionnelle8 » et implique avec lui un « monde éthique » dans lequel et par rapport auquel il s’inscrit9, il est avant tout révélateur d’une mise en scène stéréotypée, puisque l’auteur emprunte à des modèles culturels prégnants10. C’est pourquoi nous caractériserons dans un premier temps cet ethos stéréotypé du traducteur-moraliste, qui apparaît conditionné par la situation de patronage et par les attentes du public. Mais, c’est justement dans le jeu avec ce stéréotype du traducteur-moraliste que nous percevons un second ethos, plus individuel et singulier, celui d’un traducteur-humaniste respectueux de sa source.

Le patronage : une contrainte poétique et idéologique

  • 11 Le Livre de vieillesse (désormais LV) a fait l’objet d’une édition bilingue (latin – moyen-français (...)
  • 12 Seul le livre i de la traduction du livre de Boccace, De casibus virorum illustrium, par Laurent de (...)
  • 13 Nous reprenons ici le concept de « patronage » défini par André Lefevere dans Translation, Rewritin (...)

6Les quatre traductions de Laurent de Premierfait qui constituent notre corpus sont issues de commandes émanant des frères du roi Charles v. Le Livre de Vieillesse, traduction du De senectute de Cicéron en 1405, ainsi que la version inachevée de 1409 du Livre de la vraye amistié, traduction du De amicitia du même orateur, sont dédiés à Louis de Bourbon11. La version finale du Livre de vraye amistié, achevée entre 1414 et 1416, de même que les deux traductions des œuvres de Boccace – Des cas des nobles hommes et femmes et le Decameron – sont, quant à elles, offertes à Jean de Berry12. L’enluminure placée en tête du manuscrit du Decameron conservé à la Bibliothèque Nationale (BnF fr. 129) rend compte de l’importance de ce contexte d’énonciation à l’époque médiévale (annexe 1). On y voit en effet représentée la scène topique de la remise de l’œuvre par le traducteur, Laurent de Premierfait, au commanditaire, Jean de Berry. L’enlumineur a choisi de faire apparaître l’ancrage référentiel de cette traduction, qui répond à une situation de communication bien précise : celle du patronage13. Ce phénomène est un élément capital pour comprendre les choix de mise en scène de notre traducteur, puisque, qu’il s’agisse tour à tour de Louis de Bourbon ou de Jean de Berry, les commanditaires forment une instance de contrôle contraignante qui impose à notre traducteur de se plier à certaines contraintes esthétiques et éthiques. Le traducteur est forcé de suivre un modèle poétique et une idéologie définis par les commanditaires.

  • 14 Voir l’introduction de Claudio Galderisi dans Translations Médiévales : cinq siècles de traductions (...)
  • 15 Avant l’essor de la traduction lancé par Charles v, les translations étaient essentiellement ad sen (...)
  • 16 Christine de Pizan évoque dans son Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles v les raisons (...)
  • 17 Buridant (Claude), « Esquisse d’une traductologie au Moyen Âge », dans Translations médiévales : ci (...)
  • 18 Buridant (Claude), ibid., pp. 325-380.

7L’idéologie de ce nouveau patronage repose sur un fort désir d’érudition de la part des princes, qui comprennent que la littérature est une puissante arme politique. Cette politique d’érudition passe par le développement d’une nouvelle forme de traduction qui n’est plus une translation au sens d’adaptation et de récupération linguistiques, axiologiques et sémantiques de citations extraites d’œuvres latines14. L’œuvre antique intéresse les princes, car elle renferme souvent des enseignements scientifiques, philosophiques ou éthiques utiles à l’exercice du pouvoir. Une poétique de la traduction se dessine de plus en plus à l’époque de Charles v15. Les traducteurs prennent conscience de la valeur de leur activité, qui consiste à rendre accessible linguistiquement mais aussi sémantiquement aux illitterati, un texte antique riche en sagesse16. Dans leurs prologues, ils revendiquent la plupart du temps une pratique ad verbum de la traduction, c’est-à-dire à la lettre, et un usage de la glose permettant de révéler le sens profond du texte à un public laïque, justifié par une « conception différentielle des langues, ayant chacune leur génie irréductible, en particulier s’il s’agit de langues prestigieuses » en usage au Moyen Âge17. Si cette volonté annoncée de traduire ad verbum n’est pas toujours respectée dans le corps du texte compte tenu des difficultés de la langue-source, des contraintes linguistiques et poétiques de la langue-cible18, le recours à la glose, comme outil d’interprétation chrétienne et morale est presque systématique. C’est donc cet héritage formel et idéologique que s’approprient les traducteurs du xve siècle, pensant le genre de la traduction dans un cadre éthique et, mobilisant un ethos, c’est-à-dire une mise en scène discursive, moraliste.

Négociation entre le traducteur et le lecteur

  • 19 Sur l’identité des employeurs de Laurent de Premierfait, voir l’article de Famiglietti (Richard C.) (...)

8Le remaniement de la première version Des cas des nobles hommes et femmes de Laurent de Premierfait témoigne de l’influence du patronage et de leur idéologie sur le style du traducteur. Sa première traduction, datée de 1400, est réalisée à la suite d’une commande de Jean de Chanteprime, un noble remplissant la fonction de conseiller du roi à la cour des comptes19. Elle est rédigée ad verbum et semilatina, c’est-à-dire qu’elle est faite de calques et de latinismes, comme l’avoue Laurent lui-même dans le prologue de sa traduction remaniée :

Comme doncques ja pieça je Laurens a l’enhortement et requeste d’aulcuns eusse translaté de latin en françois le moins mal que je peu un tres notable et exquis livre de Jehan Boccace des cas des nobles hommes et femmes, en la translation duquel je ensuivi precisement et au juste les sentences prinses du propre langaige de l’auteur qui est moult subtil et artificiel. (DC, p. 89)

  • 20 Nicole Oresme affirme avec une humilité topique, dans son excusacion et commendation de l’Éthique d (...)
  • 21 Marzano (Stefania), « La Traduction du De casibus virorum illustrium de Boccace par Laurent de Prem (...)

9À travers la dittologie « precisement et au juste », Laurent souligne l’exactitude et la fidélité qu’il recherche dans sa traduction. Il semble qu’à la suite d’autres traducteurs comme Nicole Oresme20, Laurent considère que la complexité et le génie de la langue latine rendent toute interprétation dangereuse et que seule une traduction littérale peut mettre le lecteur sur la voie du véritable sens d’une œuvre. Dans cette première version Des cas des nobles hommes et femmes, Laurent s’est voulu traducteur avant que d’être interprète et moraliste, ce que confirme Stefania Marzano, quand elle affirme qu’« on y trouve peu de gloses ou de digressions, le traducteur se limitant pour l’essentiel à ajouter un complément d’information aux noms propres ou aux realia, selon une habitude de la prose médiévale, ou à recourir aux dittologies21 ». La glose, parce qu’elle éloigne du mot, parasiterait en quelque sorte l’accès à l’essence de l’œuvre traduite.

10Pourquoi le traducteur ressent-il le besoin, en 1409, d’évoquer la méthode suivie dans sa première traduction, si ce n’est peut-être pour la justifier aux yeux d’un second commanditaire plus prestigieux, Jean de Berry, auprès de qui elle n’a pas suscité d’engouement ? Par l’aveu du traducteur lui-même, nous apprenons que Jean de Berry, par l’intermédiaire de son lieutenant des finances, Martin Gouge, lui demande de réécrire sa traduction de manière « plus cler et plus ouvert en sentences et en paroles, de tant il delictera a lire et a escouter pluseurs hommes et femmes » (DC, p. 89). Cette idéologie, qui est d’ailleurs partagée par « pluseurs hommes et femmes », suggère qu’une traduction littérale n’est pas en mesure de rendre le sens profond d’une œuvre antique. Elle implique des préceptes poétiques, comme le recours à la glose. Nous retrouvons cette idée chère à Charles v (selon le témoignage de Christine de Pizan) d’un enseignement adapté aux illitterati. Cette divergence de conception de la traduction vient du fait que Laurent de Premierfait est un traducteur philologue et qu’il attend de son lecteur qu’il fasse lui-même l’effort d’interprétation, aidé par une traduction littérale et par conséquent fidèle à la lettre latine, seule capable de rendre compte du véritable sens de l’œuvre édificatrice des Anciens.

  • 22 Laurent de Premierfait illustre cet argument à travers une série de métaphores et comparaisons, qui (...)
  • 23 Ces arguments sont connus de l’époque car ils reposent sur un auctor antique, Aristote, dont l’infl (...)

11Ce modèle de lecteur souhaité par Laurent apparaît dans le prologue du Decameron lorsque le traducteur évoque une expérience personnelle d’écolier, lors de laquelle il constate que, par les récits plaisants, « les liseurs et escouteurs resveillent et rafreschissent leurs sens et entendemens a viguereusement lire et escouter le remenant des leçons ordinaires » (Dec., p. 4). Laurent se place en position de spectateur, de lecteur et d’auditeur, permettant l’identification de son lecteur en louant les bienfaits du plaisir. Le plaidoyer de Laurent consiste à montrer que, non seulement ces œuvres sont conformes à la nature humaine, qui a besoin de temps en temps de soulager son esprit des turpitudes du monde et qui empêche l’homme de céder au péché d’oisiveté22, mais un lecteur attentif saura aussi y découvrir un enseignement utile, puisque sous couvert de récit plaisant, les fables stigmatisent souvent les vices et les vertus23.

  • 24 La scène d’énonciation selon Dominique Maingueneau est composée par trois éléments. La scène englob (...)

12Il nous semble donc que les prologues de Laurent de Premierfait rendent compte d’un conflit entre les considérations de notre auteur sur sa tâche et sa méthode et les attentes de son public. Le texte réfléchit une scène d’énonciation24 au sein de laquelle l’auteur et le lecteur négocient un ensemble de comportements face au texte. Selon le lecteur, le texte doit en effet correspondre aux exigences didactiques inhérentes au genre de la traduction, telle qu’elle est envisagée au xve siècle, et que la scénographie, c’est-à-dire la construction textuelle, doit refléter. L’approche par l’ethos semble dès lors s’imposer puisqu’elle permet de révéler les stratégies discursives convoquées dans le texte par l’auteur pour légitimer sa parole, construire une scénographie qui lui est propre et y faire adhérer ses lecteurs. Le traducteur active un monde éthique, c’est-à-dire un ensemble de stéréotypes culturels sur lequel il souhaite agir. On voit alors se dessiner en filigrane dans ses prologues un ethos collectif et attendu – celui du moraliste influencé par le patronage et le public – et un ethos plus singulier et individuel – celui de l’humaniste, qui témoigne en ce sens d’un respect profond pour la langue et la civilisation antique et d’un goût de l’érudition. Ce sont les manifestations de ces deux ethé, leurs caractères et corporalités respectives, que nous allons désormais nous attacher à décrire.

Caractérisations de l’ethos d’un moraliste 

Poser son autorité morale : le clerc et le sujet

  • 25 La notion d’« horizon d’attente » a été définie par un représentant de l’école de Constance, Hans R (...)
  • 26 L’expression est empruntée par Claude Buridant à Bernard Ribémont. Ce dernier l’utilise pour parler (...)
  • 27 Sur la notion d’auctor et d’auctoritas, voir Auctor et auctoritas…, op. cit.

13Dans ses prologues, Laurent se met en scène de manière traditionnelle, conformément aux attentes de son public25. On retrouve des « invariances prologuiales26 » liées au genre de la traduction héritée du xive siècle, comme par exemple l’élaboration d’un topos d’humilité, construit à travers les termes qui désignent le traducteur et les indices de subjectivité. Cette attitude d’humilité participe à la construction d’un ethos moraliste puisqu’elle fait apparaître le traducteur comme un simple médiateur des propos de l’auctor antique27.

  • 28 Dans Le Livre de Vieillesse (p. 45) et le Decameron (p. 1), il est un « humble clerc et subgect vol (...)

14Les deux termes par lesquels se désigne Laurent dans tous ses prologues sont le clerc et le sujet, ce qui correspond dans les deux cas à des fonctions sociales28. S’adressant à des princes et de manière plus générale aux nobles, il importe à Laurent de rappeler sa soumission au pouvoir temporel, ce qu’il fait en se présentant sous les traits d’un bon « sujet » politique. Mais, lorsqu’il se désigne également, et ceci d’entrée, comme clerc, Laurent légitime son droit à la parole en tant que personne instruite, alors qu’il échappe simultanément au péché de vanité en soulignant la « petitesse de [ses] forces » (LV p. 46) et de son « engin » (DC, p. 75) et en insistant sur l’immensité et la difficulté de la tâche qui repose sur ses « foibles espaules » (LV, p. 46). Le traducteur affirme dans tous ses prologues avoir fait « au moins mal qu[’il a] peu selon [son] povoir » (LV, p. 46 ; DC, p. 87 ; Dec., p. 6). Si l’insistance sur son humilité est si forte dans ses prologues, c’est parce que Laurent se trouve dans une position délicate. En effet, le genre de la traduction implique la glose moralisatrice et donc la critique (ou la louange) de la situation actuelle, ce que lui permettent ses fonctions sociales de clerc et de sujet mais, la situation de patronage et la dépendance financière et politique du traducteur vis-à-vis du pouvoir imposent a contrario une attitude modeste.

  • 29 Bozzolo (Carla), « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans Un Traducteur et un (...)
  • 30 Casagrande (Carla) & Vecchio (Sylvana), Les Péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole (...)

15Comme l’a remarqué Carla Bozzolo, « le discours de Laurent s’adresse, lui, directement à ceux qui détiennent le pouvoir, ou qui sont dans les rouages du pouvoir, car ce sont eux les destinataires, les mécènes et les premiers lecteurs de son œuvre en vulgaire29 ». Il est intéressant de constater que le changement de situation d’énonciation entre le texte de Boccace et celui de Laurent implique aussi un changement de mise en scène de l’auteur. Le De casibus de Boccace était adressé à « un sien compere chevalier appelé messire Magnard des Chevalchans de Florence » (DC, p. 91), ce qui a pour conséquence un impact politique plus limité que chez Laurent, qui s’adresse directement aux princes. De plus, à la fin de son texte, Boccace se repent, du moins dans la forme, d’avoir émis des accusations à l’encontre de la noblesse et du clergé, car la satire au Moyen Âge est souvent considérée comme un péché de mauvaise langue30. De son côté, Laurent multiplie les reproches et use du style véhément pour condamner les trois états de la société, en contrepartie le topos de l’humilité a pour but de lui attirer les bonnes grâces et la clémence du pouvoir et confère à ses propos une intention désintéressée.

Le conseiller politique et son enseignement

  • 31 Sur les raisons qui poussent à voir dans cette figure, Boccace, voir Rubini Messerli (Luisa), Bocca (...)

16La redécouverte de l’Antiquité grâce à la traduction, et ce dès ses débuts, entraîne un profond respect pour la sagesse des auctores. Nous l’avons dit, le traducteur s’impose comme une sorte de médiateur, de relais de la parole des Anciens. Les enluminures représentant la scène du don, dans le manuscrit du Decameron BnF fr. 129 (annexe) et dans le manuscrit Des Cas des nobles hommes et femmes (London, BL, Add. 18750, folio 3r) offrent un beau témoignage de cette fonction, puisqu’on y aperçoit, dans les deux cas, à demi caché par un pan de mur, Boccace tenant un volumen entre ses mains et dirigeant un regard bienveillant sur le traducteur, donnant en quelque sorte son consentement à l’acte de translatio31.

  • 32 Jung (Marc-René), « Poetria. Zur Dichtungstheorie des ausgehenden Mittelalters in Frankreich »¸ Vox (...)
  • 33 Sur le rapport entre l’écrivain et le pouvoir, voir Blanchard (Joël) & Mühlethaler (Jean-Claude), É (...)

17Cicéron et Boccace ne sont d’ailleurs pas les seuls auteurs convoqués. Dans ses prologues, Laurent de Premierfait cite souvent des philosophes, des poètes, des orateurs antiques, c’est-à-dire, selon Marc-René Jung, des personnes capables de délivrer un enseignement philosophique et moral ou d’écrire des récits mythologiques32. En faisant appel à ces derniers pour justifier ou illustrer ses propos par des citations, Laurent appuie la justesse et la véracité de ses propos et de la morale qu’il cherche à transmettre. En bon « clerc », Laurent a accès au savoir délivré par les Anciens, qu’il doit transmettre. Il a un rôle didactique et, doublé de son statut de « sujet », son rôle se précise et devient celui du conseiller politique, de sorte que le clerc-traducteur revêt l’habit du praeceptor principis33. À la différence néanmoins que par rapport à un auteur de miroir des princes, le traducteur ne présente pas un manuel sur l’art de gouverner, mais des exemples à suivre ou à éviter.

  • 34 Yves Citton donne une définition éclairante de ce geste herméneutique de l’actualisation : « Une in (...)
  • 35 Sur la situation politique du royaume de France à l’époque de Charles vi, nous renvoyons à l’étude (...)
  • 36 Aristote, Rhétorique, traduit par M. Dufour, Paris, Belles Lettres, 1967, 1356a, 4-7.
  • 37 On notera notamment le retour incessant aux marqueurs déictiques dans ce prologue : « les prestres (...)
  • 38 La forme de ce syntagme renvoyant à la situation d’énonciation peut varier. On trouve aussi « en vo (...)
  • 39 Nous reprenons ici les propos de Dominique Maingueneau définissant l’ethos rhétorique : « L’ethos r (...)
  • 40 Rappelons que la bienveillance, l’eunoia, est l’une des trois qualités nécessaires à l’orateur pour (...)

18L’efficacité de son instruction passe par l’actualisation de la parole des Anciens, qui, selon Yves Citton, consiste à « exploiter les virtualités connotatives des signes de ce texte, afin d’en tirer une modélisation capable de reconfigurer un problème propre à la situation historique de l’interprète34 ». La valeur largement morale de l’œuvre de Boccace, Des cas des nobles hommes et femmes fournit au traducteur l’occasion de fustiger les vices de la société contemporaine, en ayant recours à la rhétorique de l’ethos et du pathos. Dans le prologue du Livre de vieillesse, il dénonce le danger qui menace le royaume de France, dirigé par un roi fou35. Tous les discours de Laurent de Premierfait sont tendus vers un coénonciateur qu’il doit faire adhérer à ses propos. Pour cela, le locuteur inscrit son « caractère » dans son discours, c’est-à-dire son ethos au sens d’Aristote36. Laurent investit son texte rhétoriquement et même physiquement afin de gagner la sympathie de son lectorat. Ainsi, dans le prologue Des cas des nobles hommes et femmes, le clerc se lamente à plusieurs reprises, « Helas, las, et trois fois las » (p. 79), « las moy » (p. 80, 85, 86), et utilise l’anaphore « Quel/e/z […] » (p. 79, 85) pour marquer son désarroi face à l’actualité37. Laurent nous fournit là un bel exemple d’ethos rhétorique, puisqu’il se met en scène sous les traits d’un homme bouleversé, afin de susciter à son tour l’empathie. L’attention est centrée sur sa personnalité, plutôt que sur ce qui est dit. Il ponctue son discours de locutions déictiques, telles « en cestui temps38 », renforçant alors l’adéquation de sa parole aux circonstances actuelles catastrophiques, dans lesquelles la France est embourbée. Le locuteur assume les accusations qu’il porte à l’encontre des prêtres et de la noblesse (Laurent « dit » et « ploure »), interpelant ainsi constamment son destinataire et le prenant à parti. Sa crédibilité – garantie de l’efficacité de sa parole –, émane d’une construction et d’un investissement intradiscursifs et non d’un « savoir extradiscursif » du destinataire39. Il apparaît comme un locuteur bienveillant40 et peut dès lors entamer sereinement sa satire de la société française.

19L’attaque de Laurent, clerc du xve siècle, porte d’abord sur l’Église, corrompue par le vice de convoitise, depuis la Donation de Constantin. Il regrette le schisme et l’élection des trois papes, l’antipape Alexandre v, le pape de Rome, Grégoire xii et Benoît xiii, antipape d’Avignon, à la suite du Concile de Pise en 1409 : « la robe de Jhesus sanz piece et sanz cousture a esté par trente deux ans trenchee en deux puis en trois pieces » (DC, p 81). Laurent utilise une rhétorique de l’émotion puisqu’il affirme « plourer apres vous [Jean de Berry] les cas des sains laboureurs de la chose rustique » (DC, p. 84) ; ces derniers étant qualifiés de « sains », à cause de leur vie honnête passée à servir Dieu, à produire les éléments nécessaires à la vie et à perpétuer par le mariage « accordant a la loy divine et humainne » (DC, p. 85). Il est intéressant de noter que ce discours sur cet « état » de la société médiévale n’est pas présent dans le De casibus virorum illustrium de Boccace et que le traducteur avoue en emprunter les grands traits à Virgile, probablement à ses Géorgiques. Cet ajout confirme notre intuition de voir dans la mise en scène de Laurent le sentiment d’appartenir à la communauté du praeceptor principis, car les trois états de la société (oratores, bellatores et laboratores) font traditionnellement l’objet d’une longue réflexion contenue dans les miroirs des princes.

  • 41 Cet aspect de la conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait a fait l’objet d’une étude chez (...)
  • 42 DC, pp. 78-79.
  • 43 Brémont (Claude), Le Goff (Jacques) & Schmitt (Jean-Claude), L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982, p (...)

20Son discours sur la noblesse est particulièrement intéressant dans une telle situation de patronage. Laurent prend une précaution supplémentaire lorsqu’il s’agit de critiquer la décadence des responsables du pouvoir en place, étant donné qu’il place ses propos dans la bouche de son autorité, Boccace. Il affirme en effet traduire une épître de Boccace, dans laquelle celui-ci « pleure et regrette le cas de mondaine noblesse » (DC, p. 81). Mais, cette généralisation se focalise rapidement sur le cas du « roys françois » (DC, p. 82) et le ton de lamentation devient vite véhément et accusatoire41. Le conseiller politique reproche ardemment aux princes le fait de servir leur intérêt privé avant la chose publique, se comportant ainsi en tyran, selon la définition de Jean de Salisbury dans le Policraticus. Il utilise le motif de la chute mobilisé à travers la figure allégorique de Fortune et accuse les nobles déchus d’agir follement. À cet anti-modèle, il oppose un modèle positif de noblesse d’âme qu’il trouve dans un récit d’un auctor latin, Sénèque. Il y est question du sage Stilbon qui, après la confiscation de tous ses biens matériels et familiaux par le tyran Démétrius, soutient que son bonheur se trouve dans ce que ne peut lui ôter Démétrius : ses vertus et sa mémoire42. Cet exemple fonctionne comme une figure d’identification pour le lecteur, qui comprend qu’un homme n’est riche et noble que par sa sagesse et non par sa possession matérielle. Nous voyons ici un beau cas d’exemplum médiéval43, dans lequel un fait antique est utilisé pour montrer la bonne conduite à suivre. Plus loin, il donne une autre recommandation en insistant sur l’impartialité de « l’office royal » :

[…] chascun jour seoir en siege judicatoire, ouyr paciemment, et sagement examiner les merites des causes sur les controversies de leurs hommes subgetz, et rendre droit aux parties selon balance de justice, deffendre les innocens, et punir les mauvaiz. (DC, p. 82)

  • 44 « Car ainsi comme jardin complante de diverses especes d’arbres et herbes flouries et odourans est (...)
  • 45 Cette parabole est reprise dans les Évangiles de saint Matthieu (13, 1-23), de saint Marc (4, 1-20) (...)
  • 46 « […] Enseingne moy, je te prie en quele partie du monde soit reposte noblesse dont les empereurs e (...)

21Les reproches se métamorphosent en conseils constructifs, sous la plume de Laurent, conformément à ce qu’implique le rôle de conseiller politique et pédagogue. Il recommande au prince d’œuvrer pour le bien commun et d’être sage, vertueux et juste, car sa noblesse n’est pas héréditaire mais elle se mérite et s’acquiert par une bonne instruction, sur laquelle nous reviendrons, et par une attitude vertueuse et morale. Dans une belle comparaison végétale, contenue dans le prologue Des cas des nobles hommes et femmes, Laurent de Premierfait souhaite que l’éducation du prince et des nobles rejaillisse sur leurs enfants44. À l’image de la parabole du semeur45, une bonne éducation permet de récolter les fruits semés, c’est-à-dire de bâtir un royaume solide et vertueux dans la durée. Laurent de Premierfait n’est pas seulement un satiriste, il cherche aussi à fournir un modèle positif et des figures d’identification permettant de sortir le royaume de France de la situation désastreuse, dans laquelle il se trouve. Ainsi lorsque Laurent, traduisant Boccace, impose l’empereur César comme modèle suprême de chevalerie, le passé apparaît alors comme un modèle utopique pour l’avenir46.

22La dimension pragmatique des traductions de Laurent influence donc directement l’image que l’inscripteur donne de lui-même. L’ethos apparaît comme étant finalement le fruit d’une co-construction entre l’énonciateur et le destinataire.

Caractérisations de l’ethos humaniste de Laurent de Premierfait

  • 47 Voir note 25.
  • 48 Ce mouvement progressif d’un ethos moraliste vers un ethos humaniste est perceptible dans la présen (...)

23Certains éléments du texte nous invitent à voir dans la mise en scène du traducteur une singularité, qui se détache du stéréotype du traducteur-moraliste ou, plus précisément, qui apparaît souvent comme un prolongement naturel des réflexions moralisatrices. Il paraît en effet incongru de distinguer nettement deux mises en scène, l’une collective ou attendue et l’autre singulière. La notion d’horizon d’attente montre que les nouvelles tentatives poétiques ou esthétiques doivent nécessairement passer par un jeu avec les règles préétablies par les textes antérieurs47. Laurent se sert des attentes moralisatrices pour introduire de nouvelles réflexions plus humanistes48. Ce nouvel ethos emprunte une voie humaniste qui commence à se dessiner à l’aube du xve siècle à Paris, influencée par les réflexions poétiques de Pétrarque, père fondateur de l’humanisme italien du xive siècle. La mise en scène du traducteur dans les prologues de Laurent de Premierfait mais aussi ses interventions dans la sphère sociale nous amènent à une réflexion sur la démarche poétique et le rôle social du traducteur. Il nous semble que le traducteur est un fervent admirateur de la culture antique, de sa langue et de sa littérature. Il nourrit une grande curiosité linguistique et culturelle pour l’Antiquité et fait souvent l’éloge de la connaissance et de l’érudition, illustrant un retour aux sources. C’est ici que transparaît une certaine dimension sociologique de l’ethos, car en modifiant la scène d’énonciation traditionnelle liée à la traduction par une scénographie plus personnelle, Laurent de Premierfait cherche bien à infléchir un habitus, c’est-à-dire un ensemble de principes intériorisés guidant les conduites dans les sphères politique, sociale et littéraire.

Un programme d’éducation des nobles 

24En plus de critiquer les dérives religieuses et politiques de son époque en la comparant à des exemples tirés de l’Antiquité, Laurent propose un idéal du prince, basé sur des réflexions déjà avancées dans les miroirs des princes depuis Gilles de Rome, mais qui évoluera au fur et à mesure de sa carrière de traducteur. Il reprend et développe le célèbre adage du Policratique, traduction du Policraticus de Jean de Salisbury par Denis Foulechat, « un roi illettré n’est qu’un âne couronné », dès sa première traduction, celle du Livre de Vieillesse :

Et par ce que vous amez Philosophie et ceulx aussi qui la hentent et suivent, vous avez desservi, comme dist Pitagoras, estre nommé « philosophe », qui est un nom si tres advenant a prince, que tous empereurs et roys qui ne ont ars ne sciences ne sont empereurs ne roys, mais sont semblables a asnes couronnez. Car science et vertu sont la premiere et la droite naiscence de mondaine noblesse. (LV, p. 46)

  • 49 Pour une étude sur les miroirs des princes et plus généralement sur le rapport entre l’écriture et (...)
  • 50 Cette comparaison est tirée d’une fable ésopique. Laurent de Premierfait emprunte donc ses exemples (...)
  • 51 Laurent fait une allusion à la Donation de Constantin lorsqu’il condamne « la trop grant habondance (...)

25Louis de Bourbon incarne un double idéal du prince : il est en effet d’abord qualifié de « prince crestian » (LV, p. 46), rappelant ainsi le titre de rex christianissimus donné aux rois de France, et ensuite de philosophe. L’obtention de ces deux qualités passe par une éducation complète prise en charge par les clercs lettrés, et par conséquent par le traducteur lui-même49. D’autres comparaisons et métaphores présentes dans le prologue Des cas des nobles hommes et femmes illustrent cette intention didactique d’éduquer le prince et cet idéal du prince-philosophe. Il y est dit que peu importe la qualité de l’entourage du roi, « se il mesme n’est lettrez et expert en œuvre de sapience et en disciplines d’armes, c’est comme un corbeau vestu de plumes de paon50 » (p. 82). L’éducation du roi et des princes passe par un apprentissage intellectuel des arts libéraux. Ils doivent connaître les « ars », la « science », la « vertu », c’est-à-dire l’éthique, et la « sapience », c’est-à-dire souvent la théologie. Mais la formation d’un prince doit être complétée par des connaissances militaires et un apprentissage corporel les rendant aptes à manier habillement les armes et faisant d’eux des chefs de guerre et les protecteurs de leur peuple. Laurent ne confère pas aux détenteurs du pouvoir des fonctions exclusivement spirituelles, qui reviennent depuis toujours au clergé, leur pouvoir reste temporel, ce qui trahit la volonté du traducteur de rétablir l’ordre « naturel » de la société médiévale – le pouvoir temporel aux bellatores, le pouvoir spirituel aux oratores51, le fait de nourrir le royaume aux laboratores –, bouleversé lors des conflits liés aux schismes et à la rivalité avec l’Angleterre.

  • 52 Ce binôme de destinataire est convoqué à de nombreuses reprises et sous différentes formes dans le (...)
  • 53 Sur la lecture en France au Moyen Âge, voir Bouchet (Florence), Discours sur la lecture en France a (...)

26Le clerc-traducteur reprend des modèles d’éducation issus des miroirs des princes mais il semble qu’il en élargisse le champ des destinataires. En effet, si certaines recommandations sont explicitement destinées au « roy ou aultre prince52 », il ajoute parfois le syntagme « nobles hommes ». Ailleurs, il s’adresse plus généralement aux « roys et princes et aultres nobles », c’est-à-dire à tous ceux qui se trouvent au sommet de la hiérarchie du pouvoir. De plus, lorsque Laurent justifie sa traduction du De casibus, il la met paradoxalement sur le compte d’un manque de connaissance des arts du trivium, c’est-à-dire du « droitement, vraiement et bellement parler » (DC, p. 89), par les « clercs et hommes letrez ». Cette mention des « hommes letrez » aux côtés des clercs est perturbante car, traditionnellement, les traductions sont destinées aux clercs et illitterati. Qui sont ces hommes lettrés dont parle Laurent ? Il ne semble pas qu’il s’agisse ici d’une dittologie traditionnellement utilisée dans le doublement d’un terme latinisant pas toujours compréhensible pour les laïcs, car le terme de « clerc » est largement connu et compris de tout le monde. Une autre piste s’ouvre : se pourrait-il que ce syntagme d’hommes lettrés soit mis pour les nobles en général, qui étaient instruits dans les écoles pour les laïcs et les universités, voire même pour la classe bourgeoise naissante qui revendiquent de plus en plus un accès à la « culture » ? Ces deux catégories avaient une connaissance basique et professionnelle du latin, mais les lacunes de leur enseignement ne leur permettaient pas de comprendre les auteurs classiques latins dans le texte53. Cette interprétation va dans le sens de l’élargissement des destinataires, qui ne sont plus seulement les rois et les princes mais aussi les nobles. Il semblerait donc que Laurent de Premierfait regrette que le latin ne soit pas mieux maîtrisé par les clercs et ceux qui ont accès à une éducation et il fait implicitement le souhait d’une éducation plus humaniste passant par une bonne maîtrise de la langue latine, qui a pour effet bénéfique une meilleure connaissance et compréhension des « philosophes, poetes et historians » (DC, p. 89) antiques.

27De plus, il affirme dans Le Livre de l’amistié :

  • 54 Le Livre de vraye amistié, BnF fr. 1020, f. 54.

Et pour ce que a vostre court et presence, comme des autres seigneurs princes, accourent et surviennent tant pour necessaires comme pour honnestes causes plusieurs hommes de divers estatz et d’estranges pays, dont les aulcuns lisent et entendent le langaige françois et les autres le latin, j’ay mis au commencement de vostre volume et apres cestui prologue le texte de tout le livre tres correct et distincte selon la forme et manière par moi gardee ou Livre de Vieillesse, et afin aussi que promptement l’en congnoisse se le latin soit tel en sentence comme yert le françois que j’ay extraict d’ilec54

28Ce passage souligne les visées « européennes » du traducteur, puisque la traduction est aussi réalisée pour les hommes étrangers qui arrivent à la cour du roi de France. Les langues permettent de véhiculer un savoir et une culture antiques qui importent beaucoup à Laurent, ainsi plus on multiplie les traductions, plus le savoir se diffuse et c’est la raison pour laquelle il exprime le souhait, dans ce passage, d’éditer le texte français en regard du texte latin. Malheureusement, la postérité n’a jamais retrouvé de manuscrits édités sous la forme désirée par le traducteur, mais ce témoignage n’en reste pas moins révélateur d’un respect profond pour la culture latine et surtout de la volonté d’atteindre un public plus large, celui des gens lettrés français ou étrangers et des clercs.

  • 55 Citation de Bozzolo (Carla), « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans op. cit (...)

29Le changement politique voulu par Laurent de Premierfait n’est donc pas, nous semble-t-il, un simple « retour aux racines évangéliques55 ». Le traducteur propose un réel programme d’éducation humaniste, qui passe par la connaissance de la langue latine – donnant accès aux enseignements philosophiques, éthiques, scientifiques et théologiques –, et par une diffusion plus large de ces textes, grâce aux traductions. Ce beau programme d’éducation fait ressortir le rôle humaniste du traducteur, car en attendant que le public acquière les compétences pour lire les textes antiques dans leur langue originale, c’est le traducteur qui endosse la fonction de médiateur de la sagesse, en rendant accessible les textes antiques. Ses traductions ne sont que des accessus aux textes latins, le texte le plus important reste le texte source, car il contient l’enseignement premier voulu par le sage auteur antique et non perverti par les changements liés à la traduction et éventuellement à une mauvaise interprétation.

Le statut de la langue et la culture antique : culture en langue italienne vs culture en langue française

  • 56 « […] en langaige vulgar ne puest estre pleinement gardee art rhetorique » (LV, p. 46).

30L’idéologie invoquée par Laurent pour justifier le recours à une méthode de traduction semilatina lors de la première traduction Des cas des nobles hommes et femmes laisse apparaître ce modèle comme étant seul capable de rendre compte convenablement de l’essence de la langue et de la culture latine. De même, lorsqu’il évoque élogieusement la langue latine dans ses prologues, Laurent le fait de manière topique en l’opposant au vulgaire langage français. Le latin est un langage « fait par grant artifice et de sentences moult graves et soubtiles » (LV, p. 46), il appartient à l’« art de rhetorique » (LV, p. 46). La langue française – quand elle n’est pas dépréciée56 –, est avant tout reconnue par le traducteur pour son aspect « plus cler et plus ouvert en sentences et en paroles » (DC, p. 89), pour sa valeur de vulgarisation. Le français est « entendibles et cleres aux liseurs et escouteurs » (LV, p. 46).

  • 57 Sur le rapport entre le latin et la langue vernaculaire, voir Lusignan (Serge), Parler vulgairement (...)
  • 58 On trouve cette mention dans les épîtres iv et v de l’œuvre de Nicolas de Clamanges, Nicolas de Cle (...)
  • 59 Voir Bozzolo (Carla), « Introduction à la vie et à l’œuvre d’un humaniste », dans Un traducteur et (...)

31La valorisation de la langue latine, langue sacrée des Anciens et de l’Église, par rapport au langage vulgaire, relève de la topique57. En revanche, le fait que Laurent fasse à côté du latin l’éloge du florentin, langue proche du latin mais ayant toutefois un statutvernaculaire, est particulièrement intéressant. Celui-ci est décrit par le traducteur comme « le plus preciz et plus esleu qui soit en Italie » (Dec., p. 5), s’inscrivant par cette affirmation dans un débat initié par Pétrarque dans une lettre à Urbain v, selon lequel oratores et poete extra Italiam non querantur58. À la suite du premier humaniste italien, Laurent penserait donc que la culture italienne prévaut sur toute autre et cette intuition est confirmée par le fait que Laurent se fait d’abord connaître pour ses poèmes latins et qu’il est introduit à la cour avignonnaise – bastion de la culture italienne en opposition au milieu parisien –, au plus tard en 1383, par Jean Muret59.

  • 60 Ornato (Ezio), « La Prima fortuna del Petrarca in Francia », op. cit., p. 216.
  • 61 Ouy (Gilbert), « L’Humanisme et les mutations politiques et sociales en France aux xive et xve sièc (...)
  • 62 Comparetti (Domenico), Virgilio nel medio evo, Livorno, Francesco Vigo, 1872.

32Ezio Ornato fait également mention d’une lettre de Jean de Montreuil, adressée à Laurent de Premierfait et datée de 1395, dans laquelle le premier reproche au second d’avoir critiqué trop vivement le style parisien de Nicolas de Clamanges60. Cet exemple montre deux choses : la première est que Laurent était en contact avec les humanistes issus du Collège de Navarre61 ; la seconde, qu’il était partisan du style obscur, c’est-à-dire du style latin des auctores, et qu’il se positionnait publiquement sur ce point. Le traducteur revendique son appartenance à une élite, celle des hommes lettrés qui comprennent et ressentent toute la beauté de la langue des philosophes. Il s’attribue d’ailleurs comme « aucteur et maistre » (DC, p. 84) Virgile, à l’instar de tous les humanistes parisiens de l’époque62. Bien que nous n’ayons aucune preuve sur l’enseignement qu’aurait reçu Laurent de Premierfait, il est évident que celui-ci partageait les principes définis par les premiers auteurs humanistes en langue italienne, qui commençaient à se répandre en France, notamment au Collège de Navarre, à savoir un retour aux Anciens et à la langue latine et une attention particulière portée sur l’instruction. Nous ajouterons même que le simple fait de traduire Boccace, disciple humaniste de Pétrarque, revient à l’élever aux rangs des auctores et à faire de lui l’égal des plus grands, un modèle à imiter.

Vers une professionnalisation du métier de traducteur

  • 63 Il utilise les termes de « fardeau » (LV, p. 46), « dangereux et long travail » (DC, p. 75), « beso (...)

33On remarque chez notre traducteur une conscience aiguë de la valeur de son activité. Dans ses prologues, il ne cesse de souligner la difficulté de sa tâche63. De plus, comme nous l’avons montré, le traducteur est conscient de son rôle de médiateur de la connaissance auprès du roi, du prince et des nobles, si bien que ces considérations l’amènent à revendiquer de manière originale une rétribution matérielle, ce qui impliquerait que l’activité de traducteur serait dès lors reconnue comme un art indispensable à la cause politique et à la société. Il insiste systématiquement sur le lien qui l’unit au pouvoir, en affirmant sa pleine « obeissence » (LV, p. 45 et 46 ; Dec., p. 1), son « obedience et subjection » (DC, p. 75) et en rappelant qu’il agit par « commandement » (LV, p. 46) ou « especial mandement » (DC, p. 75).

  • 64 Voir Roccati (G. Matteo), « La Formation des humanistes dans le dernier quart du xive siècle », dan (...)
  • 65 Bozzolo (Carla), « Introduction à la vie et à l’œuvre d’un humaniste », dans op. cit., pp. 22-23.

34Dans la dédicace Des cas des nobles hommes et femmes, il se dit le « moins digne secretaire » (p. 75) de Jean de Berry, faisant alors usage d’une désignation professionnelle réelle, qui lui sert à définir son propre statut. Le choix de ce terme n’est pas anodin, puisque le métier de secrétaire se pratique au xve siècle dans le milieu de la Chancellerie, bastion des humanistes issus du Collège de Navarre64. Or, selon Carla Bozzolo, il n’est nullement fait mention d’une fonction de secrétariat de Laurent de Premierfait auprès du duc de Berry, en 1409, ce qui est par contre le cas pour Gontier Col et Jean de Montreuil. De plus, nous savons que, déjà en 1410, Laurent de Premierfait était le notaire de Louis de Guyenne65. Ainsi, sous la plume de Laurent, le terme de « secrétaire » ne désigne pas la fonction officielle mais, par extension, le simple fait de raconter, d’écrire au service de quelqu’un. En réalité, par cet effet de référentialité, le traducteur s’associe intellectuellement et socialement à ce milieu et revendique par conséquent la même reconnaissance et le même traitement matériel.

  • 66 Sur Bureau de Dammartin, voir Bozzolo (Carla), Loyau (Hélène) & Ornato (Monique), « Hommes de cultu (...)

35Dans le prologue du Decameron, Laurent réitère ses liens avec le milieu des chancelleries et de la cour, liens qu’il avait tissés à l’occasion de sa première traduction Des cas des nobles hommes et femmes destinée à Jean Chanteprime, conseiller du roi à la cour des comptes. Il attire l’attention sur son bienfaiteur, Bureau de Dammartin, un homme anobli en 1409, membre de la Cour amoureuse, et qui occupe les fonctions de changeur de monnaie pour les maisons princières. Trésorier de France, il réalise aussi une partie de l’inventaire de la libraire royale en août 141166. Ainsi, il apparaît clairement que Laurent est en contact avec les plus éminents hommes de culture et de pouvoir de l’époque et ce n’est pas un hasard si, dans le prologue de sa dernière traduction, le Decameron – alors qu’il est déjà un traducteur reconnu –, il aborde franchement l’aspect matériel de son « métier »  :

  • 67 Decameron, p. 5. Nous soulignons.

Et pour ce que la despence de cestui livre ainsi deux foiz translaté estoit griefve et importable a moy, je en la confiance de vostre liberalité, qui vault peult et sceit rendre condigne et juste loyer aux ouvriers selon leurs bons merites, je qui depuis long temps suis demourant avec noble homme Bureau de Dampmartin, escuier, conseiller du roy et citoien de Paris, requiz et demanday audit Bureau secours et provision pour ceste chose faire. Et il de joieux visage administra audit frere et a moy toutes neccessitez tant en vivres comme en quelzconques autres choses convenables pour despence et salaire de nous deux. […] Mais afin que par ingratitude ou autrement je ne taise mon large bienfaiteur, je confesse vrayement que […] aussi toute la retribucion du labour et de la despence dudit livre depuis a esté liberalement par vous faicte et administree en tant que vous estes le vray et seul mediateur par qui ledit livre est ainsi compilé et escript en deux langaiges67

  • 68 Laurent, n’entendant pas le florentin, a dû recourir, dans un premier temps, aux talents de « maist (...)

36Il s’agit là d’un témoignage historique précieux sur la condition du métier de traducteur au Moyen Âge. Laurent s’inclut dans la catégorie des « ouvriers », c’est-à-dire des hommes recevant un salaire pour l’exercice d’un savoir-faire ou même d’un art. Persuadé de la grandeur et de l’utilité politique et sociale de sa tâche, il revendique une professionnalisation du métier de traducteur, que l’enlumineur du manuscrit Decameron BnF fr. 129 a bien saisie. Celui-ci représente un clerc et un religieux, tous deux assis face à face à un secrétaire, et qui peuvent être facilement associés à Laurent de Premierfait et au cordelier Antoine d’Arezzo, qui l’aida à traduire le Decameron, du florentin au latin68. Cette enluminure est révélatrice de la réception de ce texte au xve siècle (annexe 1). L’artiste fut en effet sensible à la description d’une traduction faite à quatre mains, telle que Laurent l’évoque dans son prologue. Cette mise en scène picturale ne figure plus un clerc en train d’écrire, sorte de topos figuratif médiéval, mais deux traducteurs en train de traduire une œuvre. Cette activité est visible dans le fait que le cordelier a devant lui deux ouvrages – l’un probablement en florentin (l’original) et l’autre, qu’il est en train de rédiger, en latin, c’est-à-dire l’exemplaire (perdu) dont se serait servi Laurent pour rédiger la version française –, ce qui incarne bien l’acte de traduction. L’enluminure est donc un beau témoignage scénographique illustrant la bonne réception de ses revendications : la reconnaissance sociale d’une nouvelle activité, celle de la traduction.

Conclusion

37Aborder un discours par le concept d’ethos permet donc de cerner au mieux la « voix » du locuteur et de comprendre les stratégies mises en place par ce dernier pour faire adhérer le lecteur à ses idéaux esthétiques ou éthiques. Cette notion est d’autant plus intéressante dans le cadre du genre de la traduction au xve siècle, qui évolue de plus en plus vers une conception philologique.

38L’étude de l’ethos de Laurent de Premierfait – caractérisé par le discours métapoétique sur la traduction, les figures de projection, les autorités citées, la modalisation de son discours, les termes relevant de l’émotion ou de l’état intellectuel – a permis de révéler un changement de mise en scène du traducteur par rapport à la tradition moraliste héritée du xive siècle. Laurent semble envisager la traduction sous un angle plus philologique et encyclopédique que moraliste. Néanmoins, la situation de communication et la scène d’énonciation étant régies par la dépendance au patronage, il est obligé de répondre aux attentes de son mécénat. Le rôle et les attentes du public conditionnent donc largement la scénographie du discours. Le bouleversement de l’horizon d’attente d’un lectorat ne peut se faire sans « négociation » avec ce dernier, qui doit retrouver dans la nouvelle forme des éléments traditionnels. Finalement, nous avons distingué deux êthê : le premier dépendant de « l’imaginaire social et de l’autorité institutionnelle » et le second relevant d’un positionnement singulier et individuel du traducteur dans la communauté des écrivains.

  • 69 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., p. 212.

39De plus, parce que le concept d’ethos prend en considération l’influence de la scène d’énonciation dans le discours, il « récuse toute coupure entre le discours et le corps [et aussi] entre le monde représenté et l’énonciation qui le porte69 ». Cette approche est particulièrement pertinente dans le contexte littéraire médiéval dépendant des acteurs sociaux. En donnant un corps au locuteur, grâce à la détermination du caractère de sa voix et sa corporalité, nous avons pu dégager une manière personnelle de se mouvoir dans l’espace littéraire et social. Le corps de Laurent entre donc en dialogue avec d’autres corps absents de l’énonciation (ceux des autres traducteurs ou auteurs), mais dont l’influence est inhérente à n’importe quelle production. Il apparaît finalement plus largement comme le représentant d’un nouveau positionnement littéraire obéissant à des codes esthétiques, éthiques et sociaux humanistes.

40L’étude de l’ethos de Laurent montre que celui-ci s’inscrit dans le milieu humaniste des chancelleries, qui rend propice une florescence littéraire et une reconnaissance de l’activité littéraire, à la fois pour sa valeur sociale et aussi esthétique. Le traducteur du xve siècle est tenu de répondre aux codes littéraires et sociaux de son époque, mais son ingéniosité consiste justement à jouer avec ces conventions et ces attentes et à glisser les bribes d’une nouvelle poétique et de nouvelles valeurs. Le traducteur appartient à une élite ayant un accès direct à la sagesse et la science contenues dans les œuvres antiques. Son rôle dans la société, à la fois de médiateur et de pédagogue, lui confère le droit de revendiquer l’exercice de la traduction comme un véritable métier et un savoir-faire, qui, parce qu’il est utile à la société, mérite rétribution.

Haut de page

Bibliographie

Éditions :

Silvestre (Bernard), Commentaire sur l’Enéide, édité par W. Riedel, Greifswald, 1924.

Pisan (Christine de), Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, édité par Suzanne Solente, Paris, Champion, 1940.

Premierfait (Laurent de), Le Livre de vieillesse, éd. Stefania Marzano, Turnhout, Brepols, 2009.

–, Des cas des nobles hommes et femmes, Book i, translated from Boccaccio, édité par Patricia Gathercole, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1968.

–, Decameron, traduction (1411-1414) de Laurent de Premierfait, édité par Giuseppe Di Stefano, Montréal, CERES, 1998.

–, Le Livre de la vraye amistié, ms BnF fr 1020.

Clamanges (Nicolas de), Nicolas de Clemangiis, Operia Omnia, édition Jean Martin Lydius, Amsterdam, 1613.

Clairvaux (Saint Bernard de), Sancti Bernardi, abbatis prima clarœ vallensis, opera genuina, Éd. G. Fratrem, 1833, Vol. 3.

Saint Thomas, Summa theologiae, Secunda Secundae Partis, Éd. Leon, 1886.

Littérature secondaire :

Amossy (Ruth) (éd.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, 1999.

Autrand (Françoise), Charles vi, la folie du roi, Paris, Fayard, 1986.

Blanchard (Joël) & Mühlethaler (Jean-Claude), Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, Paris, P.U.F, 2002.

Bouchet (Florence), Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008.

Bozzolo (Carla), Loyau (Hélène) & Ornato (Monique), « Hommes de culture et hommes de pouvoir parisiens à la Cour amoureuse », dans Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes de colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, édité par Monique Ornato & Nicole Pons, Louvain la Neuve, FIDEM, 1995, pp. 245-278.

–, « Introduction à la vie et à l’œuvre d’un humaniste », dans Un Traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, pp. 17-29.

–, « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans Un Traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, pp. 53-68.

Brémont (Claude), Le Goff (Jacques) & Schmitt (Jean-Claude), L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982.

Brucker (Charles), « Pour une typologie des traductions en France au xive siècle », dans Traduction et adaptation en France, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, Champion, 1997, pp. 63-79.

Buridant (Claude), « Translatio medievalis. Théorie et pratique de la traduction médiévale », Travaux de linguistique et de littérature, xxi/1, 1983, pp. 81-136.

–, « Esquisse d’une traductologie au Moyen Âge », dans Translations médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles), sous la direction de Claudio Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, pp. 325-380.

Casagrande (Carla) & Vecchio (Sylvana), Les Péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit par Philippe Baillet, Paris, Cerf, 1991.

Cecchetti (Dario), Petrarca, Pietramala e Clamanges : storia di una “querelle” inventata, Paris, Éditions CEMI, 1982.

Citton (Yves), Lire, interpréter, actualiser, Paris, éditions Amsterdam, 2007.

Comparetti (Domenico), Virgilio nel medio evo, Livorno, Francesco Vigo, 1872.

Croizy-Naquet (Catherine), Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle : l’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, Paris, Champion, 1999.

Delsaux (Olivier) & Haug (Hélène) édité par, Original et originalité. Aspects historiques, philologiques et littéraires, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2011

Duval (Frédéric), « Quels passés pour quel Moyen Âge », dans Translations médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles), sous la direction de Claudio Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, pp. 47-92.

Famiglietti (Richard C.), « Laurent de Premierfait: The Career of a Humanist », dans Un Traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, pp. 25-42.

Galderisi (Claudio), Une Poétique des enfances. Fonctions de l’incongru dans la littérature française médiévales, Orléans, Paradigme, « coll. Medievalia, 34 », 2000.

–, « Introduction : “La Belle captive” ou les âges de papier », dans Translations Médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles), sous la direction de Claudio Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, pp. 13-43.

Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 2001.

Jung (Marc-René), « Poetria. Zur Dichtungstheorie des ausgehenden Mittelalters in Frankreich »¸ Vox Romanica, 30 (1971), pp. 44-64. 

Leeker (Joachim), « Formes médiévales de la vénération de l’Antiquité », dans La Transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, édité par Pierre Nobel, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2005, t. 1, p. 89-91.

Lefevere (André), Translation, Rewriting and the Manipulation of Literary Fame, London, New York, Routledge, 1992.

Lusignan (Serge), Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française aux xiiie et xive siècles, Paris, J. Vrin, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1987.

Maingueneau (Dominique), Analyser les textes de communications, Paris, Dunod, 1998.

Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Marzano (Stefania), « La Traduction du De casibus virorum illustrium de Boccace par Laurent de Premierfait (1400) : entre le latin et le français », dans La Traduction vers le moyen français, actes du iie colloque de l’AIEMF, Poitiers, 27-29 avril 2006, édité par Claudio Galderisi & Cinzia Pignatelli, Turnhout, Brepols, 2007, pp.  283-295.

Mühlethaler (Jean-Claude), « Une Génération d’écrivains « embarqués » : le règne de Charles vi ou la naissance de l’engagement littéraire en France », in Formes de l’engagement littéraire (xve-xxie siècle), édité par Jean Kaempfer, Sonya Florey et Jérôme Meizoz, Lausanne, Antipodes, 2005, pp. 15-32.

–, « Pour une préhistoire de l’engagement littéraire en France : de l’autorité du clerc à la prise de conscience politique à la fin du Moyen Âge », Versants, 55/1 (2008), pp. 11-32.

Monfrin (Jacques), « Humanisme et traduction au Moyen Âge », dans Études de philologie romane, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises », 2001, pp. 161-190.

Ornato (Ezio), « La Prima fortuna del Petrarca in Francia », Studi Francesi, 14 (1961), pp. 201-217.

Ouy (Gilbert), « L’Humanisme et les mutations politiques et sociales en France aux xive et xve siècles », dans L’Humanisme français au début de la Renaissance, Paris, J. Vrin, 1973, pp. 27-43.

Poirion (Daniel), Le Poète et le prince, l’évolution du lyrisme courtois de Guillaume de Machaut à Charles d’Orléans, Genève, Slatkine Rerints, 1978.

–, « Écriture et ré-écriture au Moyen Âge », dans Écriture poétique et composition romanesque, Orléans, Paradigme, 1994, pp. 457-469.

Ribémont (Bernard), « Encyclopédie et traduction : le double prologue du Livre des propriétés des choses », dans Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, sous la direction d’Emmanuelle Baumgartner & Laurence Harf-Lancner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, t. 2, pp. 59-88.

Roccati (G. Matteo), « La Formation des humanistes dans le dernier quart du xive siècle », dans Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes de colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, édité par Monique Ornato & Nicole Pons, Louvain la Neuve, FIDEM, 1995, pp. 55-73.

Rubini Messerli (Luisa), Boccacio deutsch. Die Dekameron-Rezeption in der deutschen Literatur (15-17. Jahrhundert), Amsterdam/New-York, Rodopi, « Chloe Beihefte zum Daphnis », 2012

Spiegel (Gabrielle M.), Romancing the Past: the Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1993.

Stefano (Giuseppe Di), Essais sur le moyen français, Padova, Liviana, 1977, pp. 25-96.

Vernet (André), « Virgile au Moyen Âge », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscription et Belles-Lettres¸ 126/3 (1982), pp. 761-772.

Zimmermann (Michel) édité par, Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, actes du colloque tenu à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris, École des Chartes, 2001.

Haut de page

Annexe

© Bibliothèque nationale de France, Laurent de Premierfait, Decameron, ms BnF fr. 129, folio 4.

Haut de page

Notes

1 Poirion (Daniel), « Écriture et ré-écriture au Moyen Âge », dans Écriture poétique et composition romanesque, Orléans, Paradigme, 1994, pp. 465-466 : « À mes yeux l’intertextualité est la trace d’une culture dans l’écriture, que je vois être, au Moyen Âge, une réécriture. Culture latérale, définissant un code linguistique et des références à la vie, culture profonde, constituant la mémoire qui s’inscrit dans le grimoire des textes. […] la littérature médiévale ne découle pas d’un modèle abstrait, d’un archétype ; elle ne se situe pas, non plus dans une archi-poétique par l’intermédiaire d’un système fonctionnel de genres. Elle s’est formée peu à peu par l’imitation de modèles concrets […]. »

2 Voir Delsaux (Olivier éd.) et Haug (Hélène éd.), Original et originalité. Aspects historiques, philologiques et littéraires, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2011.

3 Il s’agit des textes des Anciens, les auctores. Sur la notion d’auctor et d’auctoritas, voir Zimmermann (Michel, éd.), Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, actes du colloque tenu à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris, École des Chartes, 2001. Cette accumulation sera à son apogée au xiiie siècle, grand siècle des compilations et des encyclopédies.

4 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 207.

5 Maingueneau (Dominique), ibid., p. 207. Cette notion de « corps » est bien sûr à entendre dans sa réalisation discursive. 

6 Sur la question de l’« engagement » médiéval sous le règne de Charles vi, voir les articles de Jean-Claude Mühlethaler : « Une Génération d’écrivains « embarqués » : le règne de Charles vi ou la naissance de l’engagement littéraire en France », dans Formes de l’engagement littéraire (xve-xxie siècle), édité par Jean Kaempfer, Sonya Florey et Jérôme Meizoz, Lausanne, Antipodes, 2005, pp. 15-32 ; « Pour une préhistoire de l’engagement littéraire en France : de l’autorité du clerc à la prise de conscience politique à la fin du Moyen Âge », Versants, 55/1 (2008), pp. 11-32. Actuellement, cette question fait l’objet d’une recherche plus systématique sur les pratiques communicatives à l’époque de Charles vi à l’université de Lausanne, projet sur lequel nous travaillons en collaboration avec le Prof. Jean-Claude Mühlethaler et Claire-Marie Schertz.

7 Nous restreignons cette étude aux prologues car ils sont les lieux par excellence de l’expression de l’auteur. Nous sommes néanmoins consciente que cette parole prologuiale de l’auteur est largement codifiée au Moyen Âge et qu’il sera nécessaire de vérifier ces premières hypothèses à la lumière du corps du texte.

8 Amossy (Ruth), « L’Ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs », dans Images de soi, dans le discours : la construction de l’ethos, Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, 1999, p. 148. Cette dernière propose une approche plus sociologique de la notion définie par Dominique Maingueneau.

9 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., p. 208.

10 Sur la notion de stéréotypage, voir Amossy (Ruth), Images de soi, op. cit., pp. 134-135.

11 Le Livre de vieillesse (désormais LV) a fait l’objet d’une édition bilingue (latin – moyen-français) par Stefania Marzano : Laurent de Premierfait, Livre de vieillesse, éd. Stefania Marzano, Turnhout, Brepols, 2009. Le Livre de la vraye amistié (désormais LA) ne fait pas encore à ce jour l’objet d’une édition. Le ms BnF fr. 1020 est en revanche disponible en version numérisée sur le site Gallica de la BnF.

12 Seul le livre i de la traduction du livre de Boccace, De casibus virorum illustrium, par Laurent de Premierfait a fait l’objet d’une édition : Laurent de Premierfait's De cas de nobles hommes et femmes, Book i Translated from Boccaccio, éd. Patricia Gathercole, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1968 (désormais DC). Il s’agit en fait d’une seconde version du De casibus, retravaillée à la demande de Jean de Berry et achevée probablement en 1409. La traduction de Laurent de Premierfait du Decameron, composée entre 1411 et 1414, a été éditée intégralement par Giuseppe di Stefano : Boccace, Decameron, traduction (1411-1414) de Laurent de Premierfait, éd. Giuseppe Di Stefano, Montréal, CERES, 1998 (désormais Dec.).

13 Nous reprenons ici le concept de « patronage » défini par André Lefevere dans Translation, Rewriting and the Manipulation of Literary Fame, London, New York, Routledge, 1992, pp. 15 et suiv. Dans cette étude, André Lefevere développe l’interdépendance dans le genre de la traduction, en tant que réécriture (« rewriting »), de la sphère poétique, des agents sociaux et de l’idéologie. Celui-ci distingue plusieurs types de contraintes à la base de toute traduction. Les premières étant internes au système de traduction (langage, univers du discours et poétique) et les secondes étant des forces régulatrices extérieures (les professionnels de la littérature et le patronage).

14 Voir l’introduction de Claudio Galderisi dans Translations Médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles), Turnhout, Brepols, 2011, pp. 27-41. Dans un ouvrage plus ancien, celui-ci évoque la translation médiévale comme une « transposition par contiguïté des codes esthétiques, du patrimoine littéraire d’une langue à l’autre, de celle qui a encore pour elle l’autorité, mais une autorité qu’elle ne peut plus exercer réellement faute de « sujets », à celle qui en est naturellement dépourvue et besogneuse. » (Galderisi (Claudio), Une Poétique des enfances. Fonctions de l’incongru dans la littérature française médiévales, Orléans, Paradigme, « coll. Medievalia, 34 », 2000, p. 80).

15 Avant l’essor de la traduction lancé par Charles v, les translations étaient essentiellement ad sensum, autrement dit, on traduisait idées par idées. Sur la question de la pratique ethnocentrique de la traduction médiévale et la conception de l’altérité, les critiques ne sont pas toujours d’accord. Pour les principales études sur cette question : voir Spiegel (Gabrielle M.), Romancing the Past: the Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1993, p. 101 ; Croizy-Naquet (Catherine), Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle : l’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, Paris, Champion, 1999, p. 126 ; Leeker (Joachim), « Formes médiévales de la vénération de l’Antiquité », dans La Transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, édité par Pierre Nobel, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2005, t. 1, pp. 77-98 ; Buridant (Claude), « Translatio medievalis. Théorie et pratique de la traduction médiévale », Travaux de linguistique et de littérature, xxi/1, 1983, p. 125 ; Duval (Frédéric), « Quels passés pour quel Moyen Âge », dans Translations médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles), sous la direction de Claudio Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, pp. 72-91 ; Monfrin (Jacques), « Humanisme et traduction au Moyen Âge », dans Études de philologie romane, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises », 2001, p. 761.

16 Christine de Pizan évoque dans son Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles v les raisons qui ont poussé Charles v à se faire le grand mécène de la traduction : « Non obstant que bien entendist le latin, et que ja ne fust besoing que on lui exposast, de si grant Providence fu, pour la grant amour qu'il avoit a ses successeurs, que au temps a venir les voult pourveoir d'enseignements et sciences introduisables a toutes vertus : dont pour celle cause fist par solempnelz maistres souffisans en toutes les sciences et arts, translater de latin en françois tous les plus notables livres. » (Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles v, édité par Suzanne Solente, Paris, Champion, 1940, t. 1, p. 43).

17 Buridant (Claude), « Esquisse d’une traductologie au Moyen Âge », dans Translations médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles), sous la direction de Claudio Galderisi, Turnhout, Brepols, 2011, p. 366. Mais, nous pourrons rajouter que le Moyen Âge est une époque empreinte de symbolisme universel. Les hommes voient dans les signes le Verbe divin et il s’agit dès lors de les déchiffrer pour y avoir accès.

18 Buridant (Claude), ibid., pp. 325-380.

19 Sur l’identité des employeurs de Laurent de Premierfait, voir l’article de Famiglietti (Richard C.), « Laurent de Premierfait: The Career of a Humanist », dans Un Traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, pp. 35-37.

20 Nicole Oresme affirme avec une humilité topique, dans son excusacion et commendation de l’Éthique d’Aristote, qu’il « ne ose pas esloingnier [son] parler du texte d’Aristote, qui est en plusieurs lieux obscur, afin qu[’il] ne passe hors intencion et qu[’il] ne faille ». Cité d’après Brucker (Charles), « Pour une typologie des traductions en France au xive siècle », dans Traduction et adaptation en France, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, Champion, 1997, p. 66.

21 Marzano (Stefania), « La Traduction du De casibus virorum illustrium de Boccace par Laurent de Premierfait (1400) : entre le latin et le français », dans La Traduction vers le moyen français, actes du iie colloque de l’AIEMF, Poitiers, 27-29 avril 2006, édité par Claudio Galderisi & Cinzia Pignatelli, Turnhout, Brepols, 2007, p. 293.

22 Laurent de Premierfait illustre cet argument à travers une série de métaphores et comparaisons, qui confèrent à son discours une force persuasive plus grande, en cela qu’elles convoquent des images claires et parlantes. Ainsi, on retrouve : la comparaison de l’arc – signifiant l’« engin », c’est-à-dire l’intelligence, la raison –, qui ne peut éternellement tirer des flèches et dont il est nécessaire parfois de changer la corde (p. 4) ; la délectation spirituelle est nécessaire à l’âme, de la même manière que le corps a besoin de viandes pour se revigorer (p. 3) ; les oiseaux et animaux divers eux-mêmes se reposent (p. 5) ; le changement de viande est bénéfique à un estomac accoutumé à une autre nourriture et enfin le plomb et l’étain ne sont pas moins utiles que les métaux précieux comme l’or et l’argent (p. 5).

23 Ces arguments sont connus de l’époque car ils reposent sur un auctor antique, Aristote, dont l’influence croît à la suite de la traduction largement diffusée du livre de la Politique par Nicole Oresme et des deux auctores chrétiens, saint Thomas et saint Bernard. En effet, pour Aristote, l’homme politique a besoin de divertissements, de « récréation » pour atteindre une quiétude, ce que saint Thomas reprend dans sa notion d’animae quietem. De même, Laurent réutilise l’idée de saint Bernard, selon lequel le rire, s’il est « mêlé de gravité et pleinement moral », est positif (« Integumentum est genus demonstrationis sub fabulosa narratione, veritatis involvens intellectum ; unde et involucrum dicitur », Bernard Silvestre, Commentaire sur l’Énéide, édité par W. Riedel, Greifswald, 1924, p. 3).

24 La scène d’énonciation selon Dominique Maingueneau est composée par trois éléments. La scène englobante est déterminée par le type du discours et la dimension pragmatique qu’il induit. La scène générique est construite par rapport aux contraintes liées au genre du discours. Et enfin la scénographie est instituée par le discours lui-même (Maingueneau (Dominique), Analyser les textes de communications, Paris, Dunod, 1998, chap. 7).

25 La notion d’« horizon d’attente » a été définie par un représentant de l’école de Constance, Hans Robert Jauss, lors de la conception d’une théorie sur la réception. Cette notion implique que « le texte nouveau évoque pour le lecteur (ou l’auditeur) tout un semble d’attentes et de règles de jeu avec lesquelles les textes antérieurs l’ont familiarisé et qui, au fil de la lecture, peuvent être modulées, corrigées, modifiées ou simplement reproduites. », Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 2001, p. 51. Un changement esthétique ne peut être radical, ce que nous prouve l’exemple de la réécriture de la traduction Des cas des nobles hommes et femmes par Laurent de Premierfait. Avant de jeter les bases d’une nouvelle esthétique d’une traduction humaniste, Laurent doit remporter l’adhésion de son public, en ayant recours au « contexte d’expérience antérieure » du lecteur, c’est-à-dire à une scénographie et une « esthétique […] préalable qui fonde toute compréhension individuelle d’un texte et l’effet qu’il produit. » (ibid., p. 51).

26 L’expression est empruntée par Claude Buridant à Bernard Ribémont. Ce dernier l’utilise pour parler de la rhétorique des prologues encyclopédiques (Ribémont (Bernard), « Encyclopédie et traduction : le double prologue du Livre des propriétés des choses », dans Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, pp. 60-63).

27 Sur la notion d’auctor et d’auctoritas, voir Auctor et auctoritas…, op. cit.

28 Dans Le Livre de Vieillesse (p. 45) et le Decameron (p. 1), il est un « humble clerc et subgect voluntaire » ; dans Le Livre de vraye amistié (f. 44v), il se qualifie de « bienheureux clert et serviteur » ; dans le prologue Des cas des nobles hommes et femmes (p. 75), il est « clerc, et vostre moins digne secretaire et serf de bonne foi ». Nous reviendrons sur cette étrange fonction de « secrétaire », mais relevons néanmoins dans un premier temps qu’à l’image du « sujet », elle indique une fonction sociale.

29 Bozzolo (Carla), « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans Un Traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 55.

30 Casagrande (Carla) & Vecchio (Sylvana), Les Péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit par Philippe Baillet, Paris, Cerf, 1991.

31 Sur les raisons qui poussent à voir dans cette figure, Boccace, voir Rubini Messerli (Luisa), Boccacio deutsch. Die Dekameron-Rezeption in der deutschen Literatur (15-17. Jahrhundert), Amsterdam/New-York, Rodopi, « Chloe Beihefte zum Daphnis », 2012, pp. 385-394.

32 Jung (Marc-René), « Poetria. Zur Dichtungstheorie des ausgehenden Mittelalters in Frankreich »¸ Vox Romanica, 30 (1971), pp.  55-56.

33 Sur le rapport entre l’écrivain et le pouvoir, voir Blanchard (Joël) & Mühlethaler (Jean-Claude), Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, Paris, P.U.F, 2002.

34 Yves Citton donne une définition éclairante de ce geste herméneutique de l’actualisation : « Une interprétation littéraire d’un texte ancien est actualisante dès lors que a) elle s’attache à exploiter les virtualités connotatives des signes de ce texte, b) afin d’en tirer une modélisation capable de reconfigurer un problème propre à la situation historique de l’interprète, c) sans viser à correspondre à la réalité historique de l’auteur, mais d) en exploitant, lorsque cela est possible, la différence entre les deux époques (leur langue, leur outillage mental, leurs situations socio-politiques) pour apporter un éclairage dépaysant sur le présent » (dans Lire, interpréter, actualiser, Paris, éditions Amsterdam, 2007, p. 265).

35 Sur la situation politique du royaume de France à l’époque de Charles vi, nous renvoyons à l’étude de l’historienne Autrand (Françoise), Charles vi, la folie du roi, Paris, Fayard, 1986.

36 Aristote, Rhétorique, traduit par M. Dufour, Paris, Belles Lettres, 1967, 1356a, 4-7.

37 On notera notamment le retour incessant aux marqueurs déictiques dans ce prologue : « les prestres en cestui temps » (DC, p. 80), « l’empereur de ce temps » (DC, p. 81).

38 La forme de ce syntagme renvoyant à la situation d’énonciation peut varier. On trouve aussi « en vostre temps », « de ce temps », « maintenant » (DC, pp. 79-87).

39 Nous reprenons ici les propos de Dominique Maingueneau définissant l’ethos rhétorique : « L’ethos rhétorique est lié à l’énonciation même, et non à un savoir extradiscursif sur le locuteur : ‘’il faut que cette confiance soit l’effet du discours, non d’une prévention sur le caractère de l’orateur.’’ (1356a). » (op. cit., p. 204).

40 Rappelons que la bienveillance, l’eunoia, est l’une des trois qualités nécessaires à l’orateur pour gagner la confiance de son auditoire selon Aristote (Rhétorique, op. cit., 1378a, 6-14).

41 Cet aspect de la conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait a fait l’objet d’une étude chez Carla Bozzolo, « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans op. cit., pp. 53-68. Carla Bozzolo insiste avec raison, sur le ton véhément et moraliste du discours de Laurent de Premierfait, en comparaison avec celui de Boccace et de son traducteur anglais, John Lydgate, qu’elle impute très justement au changement de situation d’énonciation. Nous ne reviendrons pas sur cet aspect. En revanche, nous évoquerons dans la seconde partie de notre propos, les propositions humanistes faites par Laurent de Premierfait dans le domaine politique, qui ne sont pas relevées par Carla Bozzolo. Celle-ci conclut sur le fait que Laurent souhaite un « retour aux racines évangéliques » (ibid., p. 68), conclusion que nous nuancerons alors.

42 DC, pp. 78-79.

43 Brémont (Claude), Le Goff (Jacques) & Schmitt (Jean-Claude), L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982, p. 37-38 : « L’exemplum est un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon), pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire. »

44 « Car ainsi comme jardin complante de diverses especes d’arbres et herbes flouries et odourans est noble et plus precieux, aussi sont enfans de nobles hommes qui sont norriz entre les fleurs de sciences et oudeurs des vertus et qui ont longuement esté repeuz des fruiz. » (DC, p. 83).

45 Cette parabole est reprise dans les Évangiles de saint Matthieu (13, 1-23), de saint Marc (4, 1-20) et saint Luc (7, 4-15).

46 « […] Enseingne moy, je te prie en quele partie du monde soit reposte noblesse dont les empereurs et roys portent les tiltres principaulx, car je l’ay quise en l’ostel de Cesar, roy des Rommains, de qui les ancesseurs par longs labours et par exquisses diligences et nobles œuvres de victorieuses armes, jadiz conquistirent la monarchie du monde. » (DC, p. 81).

47 Voir note 25.

48 Ce mouvement progressif d’un ethos moraliste vers un ethos humaniste est perceptible dans la présentation d’un modèle idéal de prince, qui suit la diatribe contre la fausse noblesse et sur lequel nous reviendrons.

49 Pour une étude sur les miroirs des princes et plus généralement sur le rapport entre l’écriture et le pouvoir, voir Blanchard (Joël) & Mühlethaler (Jean-Claude), Écriture et pouvoir…, op. cit. Le rapport de Laurent de Premierfait avec les miroirs des princes, autrement dit sa conception du pouvoir et son rôle vis-à-vis de celui, pourrait faire l’objet d’une autre étude, c’est pourquoi nous n’aborderons ici que les grandes lignes.

50 Cette comparaison est tirée d’une fable ésopique. Laurent de Premierfait emprunte donc ses exemples à la littérature didactique, ce qui confirme une fois de plus le lien entre le genre de la traduction et celui des miroirs des princes.

51 Laurent fait une allusion à la Donation de Constantin lorsqu’il condamne « la trop grant habondance de richesses mondaines (DC, p. 80) » versée aux prêtres, qui les éloignent de leur premier de bons pasteurs.

52 Ce binôme de destinataire est convoqué à de nombreuses reprises et sous différentes formes dans le prologue Des cas des nobles hommes et femmes (DC, p. 82-83).

53 Sur la lecture en France au Moyen Âge, voir Bouchet (Florence), Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008, pp. 9-22.

54 Le Livre de vraye amistié, BnF fr. 1020, f. 54.

55 Citation de Bozzolo (Carla), « La Conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », dans op. cit., p. 68 (voir note 35).

56 « […] en langaige vulgar ne puest estre pleinement gardee art rhetorique » (LV, p. 46).

57 Sur le rapport entre le latin et la langue vernaculaire, voir Lusignan (Serge), Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française aux xiiie et xive siècles, Paris, J. Vrin, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1987.

58 On trouve cette mention dans les épîtres iv et v de l’œuvre de Nicolas de Clamanges, Nicolas de Clemangiis, Operia Omnia, édition Jean Martin Lydius, Amsterdam, 1613. Pour les études sur cette querelle, voir Ornato (Ezio), « La Prima fortuna del Petrarca in Francia », Studi Francesi, 14 (1961), pp. 212-216 et Dario Cecchetti, Petrarca, Pietramala e Clamanges : storia di una « querelle » inventata, Paris, Éditions CEMI, 1982.

59 Voir Bozzolo (Carla), « Introduction à la vie et à l’œuvre d’un humaniste », dans Un traducteur et un humaniste de l’époque de Charles vi : Laurent de Premierfait, édité par Carla Bozzolo, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 18-19.

60 Ornato (Ezio), « La Prima fortuna del Petrarca in Francia », op. cit., p. 216.

61 Ouy (Gilbert), « L’Humanisme et les mutations politiques et sociales en France aux xive et xve siècles », dans L’Humanisme français au début de la Renaissance, Paris, J. Vrin, 1973, pp. 27-43 et Roccati (G. Matteo), « La Formation des humanistes dans le dernier quart du xive siècle », dans Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes de colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, édité par Monique Ornato & Nicole Pons, Louvain la Neuve, FIDEM, 1995, pp. 55-73.

62 Comparetti (Domenico), Virgilio nel medio evo, Livorno, Francesco Vigo, 1872.

63 Il utilise les termes de « fardeau » (LV, p. 46), « dangereux et long travail » (DC, p. 75), « besoingne longue et espendue » (DC, p. 90) ou encore « long et grief labour » (Dec, p. 3).

64 Voir Roccati (G. Matteo), « La Formation des humanistes dans le dernier quart du xive siècle », dans op. cit., pp. 55-73.

65 Bozzolo (Carla), « Introduction à la vie et à l’œuvre d’un humaniste », dans op. cit., pp. 22-23.

66 Sur Bureau de Dammartin, voir Bozzolo (Carla), Loyau (Hélène) & Ornato (Monique), « Hommes de culture et hommes de pouvoir parisiens à la Cour amoureuse », dans Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes de colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, édité par Monique Ornato & Nicole Pons, Louvain la Neuve, FIDEM, 1995, pp. 259-278.

67 Decameron, p. 5. Nous soulignons.

68 Laurent, n’entendant pas le florentin, a dû recourir, dans un premier temps, aux talents de « maistre Anthoine de Aresche (Dec., p. 5) » pour effectuer la traduction du florentin au latin. Ce n’est que dans un second temps qu’il a pu lui-même traduire le Decameron du latin au français.

69 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, op. cit., p. 212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Burghgraeve, « Entre stéréotypie et singularité : la construction de l’ethos de Laurent de Premierfait dans ses prologues », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/5814 ; DOI : 10.4000/contextes.5814

Haut de page

Auteur

Delphine Burghgraeve

Doctorante FNS - Université de Lausanne et Paris III, Sorbonne-Nouvelle

Haut de page