Navigation – Plan du site

Posture d’auteur et médiation de l’œuvre : l’écrivain en porte-parole chez Antoine Volodine

Mette Tjell

Résumés

Cet article se propose de mettre l’accent sur la notion rhétorique d’ethos dans l’élaboration de ce que Jérôme Meizoz (2007) appelle une « posture » d’auteur. Il s’attache à montrer que le concept de posture dépasse l’idée de positionnement dans le champ littéraire, pour jouer un rôle dans le processus de médiation de l’œuvre dans l’espace social. En prenant pour objet d’étude l’écrivain français Antoine Volodine (1950-) et son monde romanesque, cet article développe une réflexion sur les spécificités du travail postural dans une œuvre fictionnelle dont la matière du récit n’est pas autobiographique. Si l’on peut supposer que la discrétion de l’écrivain au sujet de sa vie privée relève d’une posture comme une autre, choisir la fiction comme terrain d’analyse demande une prise en compte des modalités complexes par lesquelles l’auteur y manifeste sa présence. L’article s’appuie sur les apports théoriques proposés par Ruth Amossy (2009) dans le domaine de l’argumentation, où l’ethos de l’énonciateur textuel dans un corpus fictionnel, dit « ethos auctorial » est conçu comme un moyen d’influence sur le lecteur pouvant être dégagé entre autres à partir des thèmes, de la mise en intrigue, de l’imagerie et du style.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3 (...)
  • 2 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudi (...)
  • 3 Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 4 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 18.
  • 5 Nous entendons par ethos l’image de soi que le locuteur construit dans son discours afin d’en assur (...)
  • 6 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », art.cit., p.  2.
  • 7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires..., op.cit., p. 23.

1Pour analyser la manière d’être écrivain et son mode d’existence dans la société, plusieurs outils théoriques s’offrent à la critique. Parmi les termes les plus utilisés figurent l’« image d’auteur1 », la « posture2 » et l’« ethos3 », notions qui se recoupent partiellement, tout en relevant chacune d’une approche différente. Tandis que la posture d’auteur, définie par Jérôme Meizoz comme une « manière singulière d’occuper une “position” dans le champ littéraire4 », renvoie à une mise en scène de soi plus ou moins consciente de l’auteur, l’image d’auteur échappe en partie à son contrôle, en s’élaborant non seulement dans le discours de l’auteur (d’où se dégage un ethos5), mais également dans celui des critiques et des publicitaires6. S’il y a entre les trois notions des divergences d’ordre disciplinaire – l’image d’auteur et l’ethos sont des notions purement discursives, alors que la posture d’auteur combine la rhétorique et la sociologie, faisant entrer en relation les effets de texte, les conduites sociales de l’écrivain et sa position dans le champ littéraire7 – elles gagnent à être articulées ensemble, dans la mesure où la posture est nécessairement élaborée de façon à infléchir l’image d’auteur dans la direction qui correspond le mieux aux ambitions de l’écrivain.

  • 8 Dans un article précédemment publié dans COnTEXTES, Clément Dessy a ouvert la réflexion dans cette (...)
  • 9 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., pp. 28-29.
  • 10 Cet aspect est souligné par Meizoz : « Dans la fiction les médiations sont plus complexes, il y a d (...)

2Cet article se propose d’interroger les facteurs socio-discursifs qui influencent le choix d’une certaine posture, en développant l’idée de stratégie qu’on y associe à travers la double dynamique qu’elle instaure ; s’il est incontestable qu’un écrivain doit négocier sa place au sein de l’institution littéraire, sa posture ne peut pas se réduire à une stratégie de positionnement dans le champ littéraire, elle relève tout autant d’un processus de médiation de l’œuvre littéraire dans l’espace social8. Cette approche confère à la notion d’ethos un rôle de premier plan dans la constitution de la posture d’auteur, étroitement liée à la recherche d’adhésion du public. En prenant pour objet d’étude l’écrivain français Antoine Volodine (1950-) et son monde romanesque, ce travail s’inscrit dans une réflexion sur les spécificités du travail postural dans une œuvre fictionnelle dont la matière du récit n’est pas autobiographique. Cet aspect de la posture a été peu exploré par Meizoz qui privilégie l’étude des œuvres où l’écrivain met en scène sa personne, un corpus ayant l’avantage de permettre « d’envisager l’énonciateur dans le texte (le « je ») et la personne biographique comme deux niveaux d’une même instance auctoriale9 ». Si l’on peut supposer que la discrétion de l’écrivain au sujet de sa vie privée est tout aussi susceptible de relever d’une posture, il est évident que choisir la fiction comme terrain d’analyse demande une prise en compte des modalités complexes par lesquelles l’auteur y manifeste sa présence10. Au fil de cette étude, nous serons ainsi amenée à nous interroger sur les aspects du récit fictionnel qui sont porteurs d’informations sur la posture d’auteur.

3L’écrivain Antoine Volodine a la particularité de se représenter dans son œuvre et dans l’espace public comme « porte-parole » d’un grand nombre d’écrivains imaginaires qui, selon lui, seraient les vrais énonciateurs de ses romans. Cette figuration de soi n’est pas sans poser de problèmes, tout d’abord celui de son inadmissibilité apparente, car le lecteur sait que Volodine est bien le seul et véritable auteur de ses livres. Pour comprendre l’enjeu de cette démarche, on est amené à décomposer le discours de l’auteur en s’interrogeant sur les ethè qui s’en dégagent : l’ethos de porte-parole peut-il résumer la posture d’auteur comme le propose l’écrivain, ou son discours véhicule-t-il d’autres ethè qui complètent cette présentation de soi ? On interrogera aussi l’influence que la représentation de l’écrivain en porte-parole a eue sur la réception de l’œuvre de Volodine et plus largement sur son image d’auteur.

  • 11 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire…, op.cit.,  p. 107.
  • 12 Meizoz (Jérôme), « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentati (...)

4Faute de méthode précise pour analyser la posture d’un écrivain, on peut du moins s’en tenir à quelques principes généraux. Meizoz recourt notamment aux concepts du linguiste Dominique Maingueneau qui propose de décomposer la notion d’auteur en trois instances étroitement imbriquées : « la personne » (l’être civil), « l’écrivain » (l’acteur dans le champ littéraire) et « l’inscripteur » (l’énonciateur textuel)11. La posture s’exprimerait ainsi à travers les actes de « la personne », le discours et la conduite de « l’écrivain » (dont se dégage un ethos) et l’ethos de « l’inscripteur », dont chacun des trois niveaux ne prend sens qu’à la lumière des deux autres12. Par souci de rendre plus transparent leur articulation, nous les analyserons séparément, en considérant d’abord l’avènement de la posture proposée par Volodine par rapport à son parcours, pour ensuite nous intéresser à la façon dont la présentation de soi en porte-parole s’inscrit dans son œuvre et interroger la portée de ce qualificatif lorsqu’il est utilisé dans le discours de l’auteur hors de ses fictions. L’approfondissement de l’analyse de l’ethos de l’inscripteur nous permettra, à la fin de l’étude, de dépasser la représentation de l’écrivain en porte-parole pour aborder d’autres aspects de l’œuvre qui participent à la construction de la posture de Volodine.

Mise en place d’une posture de porte-parole

  • 13 C’est le terme utilisé par Dominique Viart dans son article « Situer Volodine ? Fictions du politiq (...)

5Volodine fait ses débuts en 1985 avec La biographie comparée de Jorian Murgrave, publiée comme les trois romans suivants dans une collection de science-fiction aux Éditions Denoël. Pourtant, l’auteur ne s’est jamais revendiqué pleinement de ce genre, dont l’horizon d’attente ne correspond qu’en partie à l’imaginaire de son univers fictionnel, plus orienté vers le passé que vers une évolution potentielle et future du monde contemporain. En effet, même si les personnages errent dans un monde « post-apocalyptique13 » futur, gouverné par des lois de nature oniriques et surnaturelles (autant d’aspects qu’on pourrait associer à la science-fiction et au fantastique), les personnages de cette œuvre sont hantés par les souvenirs d’un passé de souffrances, subies sous des régimes totalitaires.

  • 14 Volodine (Antoine), « Entretien avec Antoine Volodine », propos recueillis par Jean-Christophe Mill (...)
  • 15 L’image d’auteur de science-fiction semble en effet continuer à poursuivre l’écrivain, puisqu’il dé (...)
  • 16 Volodine (Antoine), « L’écriture, une posture militante », propos recueillis par Philippe Savary, L (...)
  • 17 Volodine (Antoine), « Entretien », propos recueillis par Sara Bonomo, dans Le goût du roman, sous l (...)

6L’entrée de Volodine en 1990 aux Éditions de Minuit implique une diffusion plus importante de son œuvre, mais aussi, en raison de l’image avant-gardiste de cette maison d’édition, une mise en valeur de la recherche formelle et stylistique qui est centrale dans son écriture. Si l’on pourrait ainsi parler d’un tournant dans la trajectoire d’écrivain de Volodine, l’imaginaire de son univers fictionnel reste essentiellement le même, un aspect souligné par l’auteur qui parle d’« un continuum romanesque, un univers romanesque qui se bâtit titre après titre14 ». Opposé aux tentatives de catégorisation forcément réductrices de son œuvre, et surtout contre celles qui proposent un rapprochement avec le genre de science-fiction, Volodine entame en 1994 un travail d’auto-étiquetage important, en inventant le terme « post-exotisme » pour désigner son monde imaginaire15. Ce terme, « choisi à peu près au hasard16 », avait selon Volodine « l’avantage d’être vide et de pouvoir être rempli par des textes qui allaient lui donner un sens17 ».

  • 18 Lionel Ruffel, auteur de la monographie Volodine post-exotique (Nantes, Éditions Cécile Defaut, 200 (...)
  • 19 Rappelons la définition de ce terme selon Jean-François Jeandillou : « on qualifiera d’HÉTÉRONYME l (...)
  • 20 À part dix-neuf romans signés Antoine Volodine, l’auteur a publié quatre romans sous l’hétéronyme L (...)
  • 21 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 18.
  • 22 Informations recueillies sur la quatrième de couverture de la réédition en un volume des quatre rom (...)

7Le nouveau terme a été suivi en 1998 par d’autres gestes plus spectaculaires. Vient d’abord la publication de la fiction Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze (1998) qui offre une véritable relecture de son œuvre, puisqu’il s’agit d’une théorisation de l’univers fictionnel « post-exotique ». En même temps, le livre rend manifeste la construction autotélique de celui-ci, car les personnages mis en scène sont présentés comme les auteurs d’un vaste corpus de romans, dont ceux parus dans le monde éditorial français ne seraient que des fragments18. Selon cette configuration de l’œuvre, Volodine ne serait plus l’auteur des romans, mais le « porte-parole » d’une communauté d’écrivains fictionnels, une épithète qu’il utilise dans le livre pour se désigner et qu’il a choisi d’intégrer lors des apparitions publiques. Certains de ces écrivains imaginaires ont acquis une existence sur la scène littéraire en tant qu’« hétéronymes19 » de l’écrivain et auteurs des romans publiés aux éditions Verdier, aux éditions de l’Olivier et à l’École des loisirs20. L’écrivain multiplie ainsi ses visages fictifs, d’autant que le nom de l’auteur, Antoine Volodine, est un pseudonyme, un procédé qui, comme le souligne Meizoz, « permet de marquer une nouvelle identité énonciative » qui « fait de l’auteur un énonciateur fictif, un personnage à part entière21 ». Les rares informations qu’on détient sur la vie de l’auteur, dont le patronyme demeure inconnu, concernent son itinéraire professionnel ; après des études de lettres, il a enseigné le russe pendant quinze ans, tout en étant traducteur de romans dans cette langue22.

  • 23 Dominique Viart (« Situer Volodine ?… », art.cit., p. 31) souligne bien ce caractère insaisissable (...)

8À première vue, la posture proposée par Volodine s’apparente à une stratégie de positionnement, visant à marquer sa différence par rapport aux écrivains contemporains en général et à ceux de science-fiction en particulier. Sa démarche a d’ailleurs connu une certaine réussite, le qualificatif de porte-parole étant repris systématiquement dans les entretiens avec l’auteur et dans les articles promouvant une nouvelle parution, au point qu’elle est devenue un véritable sceau associé au nom de l’auteur. Or, cette présentation de soi a non seulement pour fonction de mettre en avant l’originalité de l’œuvre, mais influence sa réception, puisqu’elle fait passer au premier plan la portée mémorielle de l’univers fictionnel. La réflexion sur les tragédies humaines de l’histoire du xxe siècle – guerres civiles, génocides et camps de concentration – sert en effet de toile de fond à l’œuvre dans son ensemble, sans que ces événements ne soient jamais explicitement nommés ou fassent l’objet de discours univoque23.

Une posture sortie de la fiction

  • 24 Volodine (Antoine), Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Paris, Gallimard, 1998, p. 11.

9Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze est la seule fiction dans laquelle l’auteur s’attribue explicitement le rôle de porte-parole. Son nom apparaît dans les toutes premières pages du livre à côté de ceux des personnages fictionnels occupant la même fonction : « Il y a eu plusieurs porte-parole : Lutz Bassmann, Maria Shrag, Julio Sternhagen, Anita Negrini, Irina Kobayashi, Rita Hoo, Iakoub Khadjbakiro, Antoine Volodine, Lilith Schwack, Ingrid Vogel24 ». Étant donné que le choix du pseudonyme de Volodine participe d’un procédé d’effacement de son identité civile, aucun lien direct ne doit être fait avec la personne de l’auteur ; la présence de ce nom dans le texte serait plutôt à comprendre comme une tentative de redéfinition du statut de romancier en fonction du monde représenté par son œuvre. Partager ce rôle avec des personnages fictionnels suggère en effet l’abolition de la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur, le narrateur et les personnages en faveur d’un contrat de lecture « égalitaire », dont les instances seraient interchangeables. On assiste alors à un phénomène qui semble aller à l’encontre des tendances générales dans la littérature contemporaine dont le récit, comme le souligne Dominique Viart, est souvent porté par la singularité d’une voix narrative :

  • 25 Viart (Dominique), « Situer Volodine ?... », art.cit., p. 32.

Alors que dans la littérature romanesque et moderne la narration ne « tient » que par la forte singularité de son narrateur, dans l’œuvre de Volodine, le narrateur est à la fois multiple et déliquescent : il est mourant, mort, mutant… et ses identités sont fluctuantes. Plus rien ne se garantit de rien25.

10L’épithète de « porte-parole » accolé au nom de l’auteur (et qui renvoie à l’instance de l’inscripteur) prend cependant consistance à la lumière de la scène énonciative du livre. On y retrouve les thématiques dominantes de l’univers romanesque de Volodine, à savoir l’échec du projet révolutionnaire marxiste et avec lui la conscience douloureuse d’une utopie perdue, qui, selon la vision de l’histoire développée, a mené à l’instauration des régimes totalitaires et à une succession d’horreurs, racontées à travers les multiples voix du post-exotisme. Dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, on rencontre ainsi des révolutionnaires égalitaristes vaincus et incarcérés à perpétuité dans des quartiers de haute sécurité, situés dans un monde hostile de l’après la catastrophe. Physiquement séparés les uns des autres, ils continuent pourtant à exprimer leurs convictions, mais désormais sous la forme d’une littérature clandestine, « post-exotique », qu’ils murmurent entre les murs de la prison dans l’espoir d’atteindre une oreille amicale. Ils restent aussi en communication dans le sens où les voix narratives sont traversées par celles d’autres révolutionnaires vaincus, faisant de chaque narrateur le porte-parole d’un destin partagé et collectif.

  • 26 Volodine (Antoine), « Écrire en français une littérature étrangère », Chaoïd, no 6, automne-hiver 2 (...)
  • 27 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 11.
  • 28 Pour une étude sur la spécificité de la dimension mémorielle dans l’univers fictionnel de Volodine, (...)

11C’est par rapport à cette scène énonciative qu’un ethos de porte-parole se dégage véritablement. L’image dressée par les narrateurs de l’univers concentrationnaire, où se déroule la plupart des romans de Volodine, rappelle les conditions des camps du goulag ou de ceux du régime nazi, sans pour autant constituer une image fidèle aux faits historiques. Les événements réels ont fait l’objet d’une transposition fictionnelle importante grâce à des logiques narratives empruntées au rêve, à un faible ancrage géographique et temporel, et à une communauté de fous et de mourants, une « culture » définie par l’auteur comme « non pas relativement, mais ABSOLUMENT étrangère26 ». Il s’ensuit que le rôle de porte-parole ne peut pas être compris au premier degré, d’autant que les écrivains post-exotiques, incarcérés, sont forcés de crypter leurs histoires, conscients que « l’ennemi est toujours quelque part rôdeur, déguisé en lecteur et vigilant parmi les lecteurs27 ». L’ethos de porte-parole, associé à l’inscripteur, semble plutôt souligner la réalité historique qui sous-tend les fictions et qui est susceptible de trouver sa résonance d’une mémoire collective, construisant un pont entre le monde fictionnel étranger et la société dans laquelle l’écrivain cherche à inscrire son œuvre28.

12Cette fonction de médiateur prend sa pleine mesure dans la tentative de Volodine d’imposer dans l’espace public le contrat de lecture « égalitaire » mis en place dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, faisant vaciller la frontière entre la fiction et le monde réel. Pour illustrer sa démarche, citons l’introduction de son article « À la frange du réel » qui, avant sa publication, avait été lu en 2006 par l’auteur à la Bibliothèque nationale de France :  

  • 29 Volodine (Antoine), « À la frange du réel », dans Défense et illustration du post-exotisme en vingt (...)

En réalité, je ne vais pas parler ici véritablement en mon nom propre. Il faut voir et concevoir Antoine Volodine comme une signature collective qui assume les écrits, les voix et les poèmes de plusieurs autres auteurs. Il faut comprendre ma présence physique, devant ce micro, comme celle d’un délégué qui aurait pour mandat de représenter les autres, mes camarades empêchés de paraître devant vous en raison de leur éloignement mental, de leur incarcération ou de leur mort. Il faut admettre ici ma présence physique comme celle d’un porte-parole29.

13En répétant les tournures injonctives, Volodine manifeste son désir de maintenir un ethos de porte-parole hors de la fiction et d’écarter non seulement l’instance de « la personne », mais aussi celle de « l’écrivain », lui permettant d’exprimer un lien de solidarité fort avec les personnages (par le biais des formules comme « signature collective » et « mes camarades ») et ainsi d’affirmer sur la scène littéraire un ethos de porte-parole en étroite relation avec sa mission d’écrivain. Or, on voit bien en quoi ce type de discours pouvait sonner creux devant un auditoire, où il est évident que l’auteur porte seul son monde imaginaire. Pour faire apparaître l’aspect fictionnel de la posture de porte-parole, citons à titre de comparaison le discours que tient l’auteur dans un vidéo-clip publié sur le site des Éditions Verdier à l’occasion de la parution du livre Les aigles puent (2010), paru sous l’hétéronyme Lutz Bassmann. Cette fois, Volodine se présente à la fois comme auteur et porte-parole :

Je suis Antoine Volodine, ici, en train de présenter les livres de Lutz Bassmann et de parler de Lutz Bassmann. En même temps, il n’y a pas de mystère : il y a une seule personne physique derrière les livres signés Volodine, Lutz Bassmann, Manuela Draeger, Elli Kronaouer, c’est moi. Mais, ce sont des personnages-écrivains qui sont sortis de la fiction que j’ai construite depuis une trentaine d’années et qui se sont concrétisés, grâce à l’appui des éditeurs, dans le monde éditorial français, qui ont leur existence en tant qu’auteurs. Donc il y a un porte-parole, qui est en train de vous parler, Antoine Volodine, mais qui n’est pas Lutz Bassmann, donc je parle de lui et donc pas de moi30.

  • 31 Volodine (Antoine), « On recommence depuis le début… », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, (...)

14Dans ce contexte éditorial, il s’agit avant tout d’éveiller l’intérêt du lecteur et de l’inciter à acheter les livres d’Antoine Volodine, des contraintes auxquelles l’auteur se plie en résumant sa démarche littéraire qui implique l’usage de plusieurs hétéronymes. Pour se présenter, l’auteur met en avant son identité fictive, Antoine Volodine, et avec elle sa posture de porte-parole, rappelant ainsi le mystère qui entoure sa figure d’auteur. Sur la scène publique, une telle présentation de soi signale une prise en compte des enjeux institutionnels et répond, plus précisément, à la nécessité de créer une posture à la fois originale et insaisissable qui distingue l’auteur d’autres acteurs dans le champ. Alors que certains écrivains affirment leur spécificité en puisant la matière de leurs récits dans une existence ou dans une expérience singulière, Volodine procède par le chemin inverse, puisque c’est l’univers post-exotique qui appelle une posture d’auteur faisant corps avec l’œuvre. Autrement dit, la représentation fictionnelle de l’écrivain ne fait qu’un avec le monde romanesque qui l’a rendu possible, et dans le même temps infléchit le mode de médiation de celui-ci. Une telle présentation de soi comporte par ailleurs des avantages d’ordre institutionnel, puisque, tirant bénéfice de l’autorité liée au statut de porte-parole, l’écrivain peut s’exprimer avec éloquence au sujet de son œuvre, à laquelle il est le seul à détenir toutes les clés. De même, l’illusion de proximité entre l’auteur et les personnages de ses romans justifie le refus de Volodine de répondre aux questions des journalistes sur sa vie privée, et se livre parfois à des explications fantaisistes, comme : « J’aurais plus que honte si je me désolidarisais d’eux [mes personnages] en me racontant avec complaisance, en livrant des détails futiles sur ma petite destinée personnelle, plus confortable que la leur, beaucoup moins tragique31 ». La posture dressée dans la fiction peut ainsi rendre légitime le désir de l’auteur de rester en retrait de son œuvre, en mettant en avant le travail d’écriture et l’univers fictionnel.

15Ces nouvelles données mettent en évidence que la posture de l’écrivain ne peut pas se réduire à l’ethos de porte-parole que Volodine propose lui-même dans et en dehors de son œuvre, mais que celui-ci doit être mis en rapport avec un autre qui se dégage de ses prises de paroles et de son comportement sur la scène publique où la représentation en porte-parole est étroitement liée à une logique de légitimation auprès de l’institution littéraire.

L’auteur en dissident littéraire

  • 32 Les réflexions méthodologiques de Meizoz portent avant tout sur des textes autobiographiques, mais (...)

16En raison de la position centrale du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze dans l’œuvre de Volodine, on peut penser qu’il est représentatif des ethè chez cet auteur, ce pourquoi nous reviendrons à ce livre pour interroger des aspects du texte susceptibles de faire ressortir d’autres ethè liés à l’instance énonciative. Étudier l’ethos de l’inscripteur d’une œuvre fictionnelle, dont l’univers représenté semble sans lien avec la biographie de l’écrivain, nécessite le recours à d’autres outils d’analyse que ceux développés par Meizoz pour des textes autobiographiques32. Les apports théoriques proposés par Ruth Amossy dans le domaine de l’argumentation, semblent constituer une approche complémentaire dans l’étude de la posture, l’ethos de l’énonciateur textuel dans un corpus fictionnel, dit « ethos auctorial », y étant conçu comme un moyen d’influence sur le lecteur :

  • 33 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », art.cit., p. 7.

L’ethos auctorial est un effet du texte, il vient préciser une dimension de l’échange verbal. […] En esquissant une image de celui qui assume la responsabilité du dire, il montre comment elle permet au texte de nouer un certain type de rapport à l’allocutaire. L’image d’auteur projetée à l’intention du lecteur peut inspirer le respect et faire autorité, établir une connivence ou creuser une distance […]33.

  • 34 Ibid., p. 6.

17Selon Amossy, l’ethos auctorial – à ne pas confondre avec l’ethos du narrateur qui assume le discours dans le monde fictionnel – se dégage à partir des thèmes, de la mise en intrigue, de l’imagerie et du style34, dont les deux premiers aspects ont déjà été en partie évoqués dans cette étude du rôle de porte-parole des révolutionnaires vaincus et reclus dans une prison. Dans l’analyse qui suit, nous aurons l’occasion de revenir à ce programme esquissé par Amossy, et même de l’élargir, en prenant en compte le genre, les figures d’auteurs représentées dans le texte et les valeurs qui y sont transmises dans l’objectif de préciser l’ethos auctorial.

  • 35 Rappelons cependant que sur la page de titre dédoublée, Volodine ne représente plus seulement l’ins (...)

18Le nom de Volodine apparaît une autre fois dans l’espace fictionnel du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze sans occuper la fonction de porte-parole, notamment sur une fausse page de titre où le nom de l’auteur est accompagné par celui de sept personnages fictifs. Cette signature collective, qui fait du texte l’acte de positionnement fort d’une communauté fictive, n’est pas sans conséquence pour la perception de l’ethos auctorial. Par ce geste, l’auteur procède à une configuration de la scène générique du roman en y actualisant celle du manifeste qui vient servir de cadre au contenu pseudo-théorique. Dans la mesure où ce genre de discours est généralement utilisé par un groupe qui s’oppose à un système dominant, qu’il soit politique, littéraire ou artistique, en proclamant une vision novatrice et souvent utopique de la société ou de l’art, l’ethos associé au manifeste est celui d’un collectif de dissidents. La juxtaposition du nom de l’auteur à celui des personnages sur la page de titre dédoublée semble confirmer l’adhésion de l’inscripteur à la lutte et aux valeurs de cette communauté soudée, un point essentiel pour l’interprétation d’autres éléments textuels révélateurs de l’ethos auctorial35.

  • 36 Pour une étude de l’articulation de la pseudo-théorie exposée dans Le post-exotisme en dix leçons, (...)
  • 37 Le rapprochement entre Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze du genre manifestaire a déjà été (...)

19Du contenu abondamment métadiscursif du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze se dégagent non seulement un ethos de dissident politique mais aussi celui de dissident littéraire qui lutte pour défendre une esthétique singulière face à une conception établie et dominante de la littérature. Les dix leçons insérées dans le récit présentent des genres littéraires nouveaux (le « romånce », le « shaggå » et le « narrat ») et des techniques narratives spécifiques (comme le « surnarrateur », la « contre-voix » et la « connivence cyclique »)36, une pseudo-théorie qui s’applique sur l’ensemble des romans de Volodine, élevant Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze en une sorte de manifeste non seulement pour le post-exotisme, mais pour l’œuvre de l’auteur37. Afin de comprendre la portée et la signification de l’ethos de dissident littéraire dans le monde réel, il reste toutefois à préciser les valeurs auxquelles s’opposent ces écrivains fictifs, en nous demandant dans quelle mesure l’axiologie entre l’égalitarisme et le capitalisme, dominante dans l’œuvre, est transférable au domaine de la littérature.

  • 38 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 25.
  • 39 Ibid., p. 53.
  • 40 Ibid., p. 36.

20La prise de position littéraire (assumée par l’inscripteur) est dirigée contre ce que les écrivains post-exotiques appellent la littérature « officielle » et qui, d’après les attributs épars donnés dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, correspond à la littérature répondant à une logique marchande. Ainsi, des expressions comme « esthétique des best-sellers38 » et « romanesque antidépresseur39 » dressent l’image d’une littérature de distraction, éditée par des maisons d’édition plus intéressées par le nombre d’exemplaires vendus que par la qualité des livres qu’elles publient. Le ressentiment des écrivains post-exotiques vis-à-vis de la littérature dite « officielle », et avec elle la société capitaliste dont elle est issue, ressort clairement lorsque deux journalistes arrivent au camp de haute sécurité pour soumettre les écrivains à des séances ressemblant plus à des interrogatoires qu’à des entretiens. Les journalistes, décrits entre autres comme « les représentants et les chiens loquaces de l’ennemi, les amuseurs de l’ennemi, les paroliers d’un monde à détruire40 », essayent en vain de nouer un dialogue avec les écrivains post-exotiques qui détournent systématiquement le sujet pour parler d’autre chose, une stratégie qui permet d’éviter tout aveu.

  • 41 Debord (Guy), Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Gallimard, « Folio », 1996 [1988], 9 (...)
  • 42 Debord (Guy), Commentaires sur la société du spectacle, op.cit., p. 12.
  • 43 Detue (Frédérik), « La bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine… », art.cit., p. 143.
  • 44 Ibid., p. 25.
  • 45 Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, op.cit., p. 102.
  • 46 Loc.cit.
  • 47 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 65.

21L’opposition aux journalistes peut être associée à la critique de Guy Debord contre ce qu’il appelle la « société du spectacle41 », une société, qui serait la nôtre, dans laquelle « le règne autocratique de l’économie marchande ayant accédé à un statut de souveraineté irresponsable42 » transforme chaque chose en événement et en marchandise. Au sein de ce culte du présent qui tend à faire disparaître toute conscience historique, la mémoire des écrivains post-exotiques est, selon l’expression de Frédérik Detue, « mal reçue » et même « refoulée massivement, comme irrecevable43 ». Mise sous cet angle, l’aversion des écrivains post-exotiques devant l’idée de communiquer avec les journalistes devient compréhensible ; une telle concession nuirait irrévocablement à leur littérature dont la singularité de l’esthétique ainsi que l’authenticité des témoignages risqueraient d’être sacrifiées aux goûts du grand public qui finirait par tourner le dos au post-exotisme, en quête d’« une autre importance instantanée44 ». Plutôt que de continuer à combattre une conception présentiste de la littérature, les écrivains post-exotiques ont choisi de s’en détourner définitivement, cultivant désormais leur activité littéraire comme une arme de résistance leur permettant de revivre l’héroïsme de leurs actes et de supporter leur sort. Par ce repli sur soi, la littérature post-exotique met en place un « contre-monde45 » qui, quoiqu’elle soit produite dans l’enfermement, « ne correspond pas à la contre-utopie, mais à l’utopie46 », ce que l’un des « sur-narrateurs » du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze rend explicite : « Nous avions fini par comprendre que le système concentrationnaire où nous étions cadenassés était l’ultime redoute imprenable de l’utopie égalitariste, le seul espace terrestre dont les habitants fussent encore en lutte pour une variante de paradis47 ».

22Tout comme l’ethos de porte-parole, l’ethos auctorial de dissident littéraire n’est pas non plus limité à l’univers fictionnel, mais se fait entendre dans les entretiens où l’auteur parle en son nom propre. Comme on s’aperçoit dans la citation suivante, Volodine s’est approprié le terme de littérature « officielle » pour se référer à sa propre situation :

  • 48 Volodine (Antoine), « L’écriture, une posture militante », art.cit., 1997, p. 22. Le désaccord que (...)

Si un jour je fais partie de la littérature officielle, je serais très triste. Je crois parce que j’aurai été lâche, j’aurai fait une concession au goût du public, de la critique, du fric ou de la réussite. J’aimerais poser mon édifice post-exotique dans le paysage de la littérature officielle, lui assurer l’existence d’objet inamical qui pourrait être aimé par tous. Qui témoignerait d’une littérature autre, violente, pleine d’émotions, en désaccord avec le monde tel qu’il est...48.

  • 49 Après avoir publié, depuis 1990, quatre romans aux Éditions de Minuit et trois romans aux Éditions (...)
  • 50 Voir Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, op.cit., p. 100.

23Ramené à la situation d’énonciation, le combat des écrivains post-exotiques pourrait en effet se lire comme une transfiguration romanesque et exacerbée de la condition de l’auteur lui-même qui doit nécessairement soumettre ses livres aux contraintes du système éditorial et commercial pour atteindre un public et éventuellement pouvoir vivre de son écriture. La recherche d’équilibre entre la fidélité à une expression littéraire singulière et l’effort de la rendre accessible au lecteur est notamment visible dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, qui tout en mettant en œuvre un discours explicatif évite la transparence en brouillant sans cesse les pistes. De la même façon, l’ethos auctorial de dissident littéraire replié sur sa propre pratique esthétique contrebalance celui de porte-parole créant un double mouvement d’ouverture et de fermeture. L’inconfort de la position de l’écrivain est néanmoins relatif, car si Volodine doit se conformer aux stratégies commerciales des éditeurs, il bénéficie aussi d’une reconnaissance sur la scène littéraire à la parution de chaque nouveau roman en publiant désormais ses livres chez des maisons d’édition renommées49. La publication des livres sous hétéronyme exige par ailleurs une collaboration des éditeurs afin de créer l’illusion souhaitée, celle des écrivains sortis de la fiction, présentant des œuvres issues d’une vaste bibliothèque, capable de concurrencer notre champ littéraire50. Une certaine complicité se laisse d’ailleurs deviner sur le site Internet de la collection « chaoïd » des Éditions Verdier, où la présentation de Lutz Bassmann est accompagné d’un lien au « site web de l’auteur », dont le ton s’avère en accord avec l’esprit militant des livres de cet hétéronyme. Même si rien n’est révélé sur l’origine du site, on peut penser que les directeurs de la collection « chaoïd », David et Lionel Ruffel, participent au jeu, le dernier étant par ailleurs l’auteur de Volodine post-exotique (2007) et l’un des critiques principaux de l’œuvre de Volodine.

  • 51 Maingueneau (Le discours littéraire…, op.cit., p. 217) appelle « l’anti-ethos » la représentation d (...)
  • 52 Volodine (Antoine), « Volodine le post-exotique », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, Libér (...)
  • 53 La représentation du lecteur dans l’univers volodinien est analysée en détail dans l’article « Port (...)

24Il existe un aspect important de l’ethos auctorial, mis en évidence dans la définition qu’Amossy donne du terme, qui n’a pas encore été abordé dans l’analyse : l’adhésion du lecteur à l’œuvre. La mise en tension dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze entre l’ethos d’un collectif de dissidents politiques et littéraires, partagé par l’auteur, et « l’anti-ethos51 » incarné par les journalistes, n’a pas pour unique but de marquer une distance vis-à-vis d’une littérature commerciale, position partagée par de nombreux auteurs dans le champ littéraire. Cette opposition radicale participe aussi d’un désir de responsabiliser le lecteur, de faire de son adhésion à l’œuvre un acte conscient, car, comme l’explique Volodine, « lire ne signifie pas seulement déchiffrer une partition inconnue, lire signifie aussi qu’il faut choisir son camp52 ». Plutôt que d’un choix laissé au lecteur, cependant, il s’agit d’une entreprise de persuasion faite par des dissidents qui assignent avec force un certain mode de lecture. Si le narrateur utilise des termes très dévalorisants au sujet des journalistes, c’est pour encourager le lecteur à se détourner de la littérature « officielle » et à se ranger du côté des écrivains post-exotiques dont l’image transmise dans le livre est autrement plus digne, car malgré leur situation de dominés, ils restent fidèles à leurs idéaux. L’adhésion souhaitée est par moments explicite, notamment dans la leçon quatre portant sur le genre « romånce » dont l’une des caractéristiques consiste à adopter une attitude bienveillante face aux lecteurs qui n’appartiennent pas à l’univers post-exotique53 :

  • 54 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 43.

Aucun auteur n’oublie que des lecteurs extérieurs au post-exotisme, extérieurs au quartier de haute sécurité, que des sympathisants de toute espèce peuvent s’aventurer dans la sphère du post-exotisme […] On s’arrange pour qu’ils soient accueillis dans l’univers fermé du texte et qu’ils apprennent à le visiter sans s’y perdre54.

  • 55 Ibid., pp. 29-30.

25Par le choix du mot « sympathisant », fortement connoté politiquement, pour désigner le lecteur et l’inviter à entrer dans l’univers post-exotique, le narrateur cherche à nouer un lien fort avec lui, qui semble présupposer une convergence idéologique possible. Or, on peut supposer qu’un appel à l’adhésion d’un tel ordre ne puisse pas mobiliser la majorité des lecteurs des romans de Volodine. Une image plus précise du lecteur est en effet donnée dans la leçon trois portant sur le genre de « shaggå », où se distinguent trois types de lecteurs de la littérature post-exotique, et où se dessine l’attitude appropriée lors de la lecture : « La Shaggå classique offre au lecteur détenu – son seul destinataire réel – un temps de complicité inaboutie. Au lecteur occasionnel, elle offre un moment de calme caresse poétique. Au lecteur rapace, un espace équivoque où son hostilité se gaspillera55 ».

26Le « lecteur occasionnel », censé ressentir une « calme caresse poétique » devant les romans post-exotiques, met en évidence que les écrivains post-exotiques visent un public au-delà des rangs des égalitaristes. Le terme « sympathisant » se définit surtout par opposition aux deux journalistes mis en scène, incarnant un type de lecteurs qui ne sont pas assez flexibles pour se libérer de leur expérience de la littérature « officielle ». Le « sympathisant » ou le « lecteur occasionnel » serait le lecteur qui ouvre son esprit aux stratégies narratives porteuses d’un imaginaire radicalement singulier, mais qui est aussi capable d’appréhender la fonction mémorielle de la littérature post-exotique, dont la survie serait nécessaire pour restituer à l’humanité une dignité perdue face à la société du spectacle. L’adhésion à l’œuvre se trouve donc renforcée dans la mesure où l’ethos auctorial de dissident rejoint celui de porte-parole dans une même propension à engager tout à la fois la conscience historique et la sensibilité esthétique du lecteur.

Conclusion

  • 56 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 32.

27Si le cas Volodine peut sembler emblématique d’un auteur qui se forge une posture, une persona, un masque à travers lequel il se présente56, celle-ci ne se pose pas pour autant d’emblée. Pour la faire apparaître dans toute sa complexité, il nous a fallu déconstruire le jeu littéraire de l’écrivain en distinguant et en mettant en rapport les différents ethè de l’auteur qui se dégagent de deux espaces discursifs complémentaires : la fiction d’une part et le discours d’accompagnement d’autre part. Ainsi, l’ethos transmis par les représentations de l’auteur et les valeurs exprimées dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, un livre qui s’avère une sorte de manifeste pour la production littéraire de Volodine, fait écho aux prises de paroles et à la conduite de l’écrivain dans l’espace public. Considérées ensemble, les manifestations de l’auteur dans et en dehors de l’œuvre dessinent une posture qui dépasse celle de porte-parole proposée par l’auteur lui-même, puisqu’elle joue de l’écart entre les différents ethè mis en scène : entre 1) l’ethos de porte-parole qui oriente la réception vers la portée mémorielle de son œuvre et 2) l’ethos de dissident politique et littéraire de la communauté d’écrivains-révolutionnaires fictifs qui retombe indirectement sur l’auteur et qui met l’accent sur son engagement littéraire et sa volonté d’autonomie. La posture de l’auteur ne saurait, selon nous, se réduire ni à l’un ni à l’autre de ces ethè, mais se négocie dans la tension entre les deux, impliquant des enjeux d’ordre institutionnel, littéraire et politique.

28L’analyse de la démarche singulière de Volodine a permis de faire ressortir des facettes possibles de la posture d’auteur plus rarement évoquées, d’une part la tentative d’effacement de « la personne » et d’autre part la fonction rhétorique de la posture, aspects qui peuvent servir de pistes de réflexion sur les mécanismes qui la gouvernent. En effet, la démarche de Volodine pour détourner l’attention du lecteur de sa vie privée participe pleinement à la mise en place de sa posture, dans la mesure où le geste de se représenter en porte-parole permet à l’auteur de soutenir son œuvre avec une posture en étroite correspondance avec son monde fictionnel ; l’œuvre et la représentation de l’écrivain sont imbriquées, se légitimant mutuellement. En plus de définir le rapport de l’auteur à son œuvre et à l’institution littéraire, la posture de Volodine a des conséquences immédiates sur la réception de l’œuvre en l’orientant dans une certaine direction. Cette capacité d’infléchir la lecture souligne le rôle central que joue l’ethos dans la posture d’auteur, puisque la présentation de soi tend non seulement à influencer l’image d’auteur, mais peut aussi participer d’une stratégie d’adhésion et plus généralement d’un processus de médiation de celle-ci dans l’espace social.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), « Éthos », dans Le Dictionnaire du littéraire, sous la direction de Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 634 p.

Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, URL : http://aad.revues.org/index662.html [consulté le 20/05/2013]

Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, 233 p.

Berthelot (Francis). « Regard actuel sur le groupe Limite », dans Les nouvelles formes de la science-fiction, sous la direction de Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Paris, Éditions Bragelonne, 2006, pp. 13-26.

Debord (Guy), Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Gallimard « Folio », 1996 [1988], 97 p.

Dessy (Clément), « Postures du rapport à l’œuvre. Les cas de Gide et de Jarry vers 1895 », COnTEXTES, no 8, 2011, mis en ligne le 28 décembre 2010. URL : http://contextes.revues.org/4713 [consulté le 20/05/2013]

Detue (Frédérik), « La bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine : Un contre-monument baroque », dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, pp. 141-158.

Detue (Frédérik) & Ouellet (Pierre), « Contre le présentisme, le post-exotisme. Avant-propos », Défense et illustration du post-exotisme en vingt leçons, Montréal, Vlb éditeur, 2008, « Le soi et l’autre », pp. 7-10.

Detue (Frédérik), « Après le romantisme : post-exotisme de Volodine et tradition post-esthétique », dans Devant la fiction, dans le monde, sous la direction de Cathérine Grall & Marielle Macé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, pp. 99-115.

Genette (Gérard), Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, 388 p.

Gleize (Joëlle), « "Pour une meilleure transparence de la désinformation" : commentaire-fiction d’Antoine Volodine », dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, pp. 69-84.

Jeandillou (Jean-François), Supercheries littéraires : la vie et l’œuvre des auteurs supposés, Genève, Librairie Droz, 2001.

Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, 262 p.

Meizoz (Pierre), Postures littéraires: Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, 210 p.

Meizoz (Jérôme), « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, p. 3. Mis en ligne le 15 octobre 2009, URL : http://aad.revues.org/667 [consulté le 20/05/2013]

Molinié (Georges) & Viala (Alain), Approches de la réception : Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, Presses Universitaires de France, 1993, 306 p.

Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2007, 330 p.

Viart (Dominique), « Situer Volodine ? Fictions du politique, esprit de l’histoire et anthropologie littéraire du “post-exotisme” », dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, pp. 29-67.

Volodine (Antoine), Recette pour ne pas vieillir, Vendôme : Agence interprofessionnelle régionale pour le livre et les médias, 1994, 31 p.

Volodine (Antoine), « L’écriture, une posture militante », propos recueillis par Philippe Savary, Le matricule des anges, no 20, juillet-août 1997, pp. 20-22.

Volodine (Antoine), Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Paris, Gallimard, 1998, 107 p.

Volodine (Antoine), « Volodine le post-exotique », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, Libération, 12 mars, 1998.

Volodine (Antoine), « Écrire en français une littérature étrangère », Chaoïd, no 6, automne-hiver, 2002, URL : http://chaoid.com/numero06/ecrire.html [consulté le 20/05/2013]

Volodine (Antoine), « Entretien », propos recueillis par Sara Bonomo, dans Le goût du roman. La prose française : lire le présent, sous la direction de Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2002, pp. 243-254.

Volodine (Antoine), « On recommence depuis le début… », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, pp. 227-277.

Volodine (Antoine), « À la frange du réel », dans Défense et illustration du post-exotisme en vingt leçons, sous la direction de Frédérik Detue & Pierre Ouellet, Montréal, Vlb éditeur, 2008, « Le soi et l’autre », pp. 383-389.

Wagner (Frank), « Portrait du lecteur “post-exotique” en camarade. Note sur la réception des fictions d’Antoine Volodine », dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, pp. 85-102.

Haut de page

Notes

1 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009. URL : http://aad.revues.org/index662.html [consulté le 20/05/2013]

2 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

3 Amossy (Ruth), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, 2010 ; Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, pp. 203-221 ; Molinié (Georges) et Viala (Alain), Approches de la réception : Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, Presses Universitaires de France, 1993, pp. 215-220.

4 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 18.

5 Nous entendons par ethos l’image de soi que le locuteur construit dans son discours afin d’en assurer la transmission et de gagner l’adhésion du public, une définition qui correspond à l’acception rhétorique du terme : « Pour agir sur l’auditoire, celui-ci [l’orateur] ne doit pas seulement user d’arguments valides (logos) et toucher les cœurs (pathos) : il lui faut aussi affirmer son autorité et projeter une image de soi susceptible d’inspirer confiance. » Amossy (Ruth), « Éthos », dans Le Dictionnaire du littéraire, sous la direction de Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, pp. 200-201.

6 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », art.cit., p.  2.

7 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires..., op.cit., p. 23.

8 Dans un article précédemment publié dans COnTEXTES, Clément Dessy a ouvert la réflexion dans cette voie en proposant que « [s]elon le statut que revendique un écrivain pour ses écrits, ce dernier […] présuppose une attitude et un mode de lecture implicites pour ses textes ». Dessy (Clément), « Postures du rapport à l’œuvre. Les cas de Gide et de Jarry vers 1895 », COnTEXTES, no 8, 2011, mis en ligne le 28 décembre 2010. URL : http://contextes.revues.org/4713 [consulté le 20/05/2013].

9 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., pp. 28-29.

10 Cet aspect est souligné par Meizoz : « Dans la fiction les médiations sont plus complexes, il y a des personnages délégués. Et l’on ne peut leur attribuer sans discussion une posture relevant de l’auteur puisqu’en quelque sorte l’auteur s’est diffracté en eux, usant de contre-personnages, de doubles, d’opposants, etc., comme dans Le Rouge et le noir (1830) de Stendhal » (ibid., p. 28). Il admet pourtant que les fictions participent à part entière à la construction d’une posture, prenant l’exemple de Rousseau : « de son vivant, Le Devin du village (1752) et La Nouvelle Héloïse (1760) ont contribué plus que sa correspondance ou les Confessions, pour l’essentiel posthumes, à répandre une posture de Rousseau » (ibid., p. 29).

11 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire…, op.cit.,  p. 107.

12 Meizoz (Jérôme), « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, p. 3. Mis en ligne le 15 octobre 2009. URL : http://aad.revues.org/667 [consulté le 20/05/2013].

13 C’est le terme utilisé par Dominique Viart dans son article « Situer Volodine ? Fictions du politique, esprit de l’histoire et anthropologie littéraire du “post-exotisme” », publié dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, sous la direction de Anne Roche & Dominique Viart, Caen, Lettres modernes Minard, 2006, p. 38.

14 Volodine (Antoine), « Entretien avec Antoine Volodine », propos recueillis par Jean-Christophe Millois, Revue Prétexte, n° 21/22, 1998. URL :http://pretexte.perso.neuf.fr/PretexteEditeur/ancien-site/revue/entretiens/entretiens_fr/entretiens/antoine-volodine.htm [consulté le 20/05/2013].

15 L’image d’auteur de science-fiction semble en effet continuer à poursuivre l’écrivain, puisqu’il déclare en 1994 que « [s]ans relâche il me faut réaffirmer que mes livres appartiennent à une littérature de l’imaginaire, à une sorte de fantastique post-exotique sur quoi l’étiquette “S.-F” ne colle pas ». Volodine (Antoine), Recette pour ne pas vieillir, Vendôme, Agence interprofessionnelle régionale pour le livre et les médias, 1994, p. 25.

16 Volodine (Antoine), « L’écriture, une posture militante », propos recueillis par Philippe Savary, Le matricule des anges, n° 20, juillet-août 1997, p. 20.

17 Volodine (Antoine), « Entretien », propos recueillis par Sara Bonomo, dans Le goût du roman, sous la direction de Matteo Majorano. Edizioni B.A. Graphis, 2002, p. 244.

18 Lionel Ruffel, auteur de la monographie Volodine post-exotique (Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2007), compare la production littéraire de l’auteur à une anthologie expansive dont « [l]es œuvres publiées peuvent être étudiées comme des fragments, des morceaux d’un ensemble plus vaste ; chacune peut être envisagée comme une pièce rendue publique, représentant le post-exotisme » (ibid. p. 108).

19 Rappelons la définition de ce terme selon Jean-François Jeandillou : « on qualifiera d’HÉTÉRONYME le nom Y d’un autre imaginaire, affecté d’une personnalité, voire une biographie, différentes de celles de l’auteur X. Il se distingue du pseudonyme parce qu’il n’est plus un simple “étiquette”, mais le nom d’un véritable personnage sous lequel se cache l’écrivain […] ». Jeandillou (Jean-François), Supercheries littéraires : la vie et l’œuvre des auteurs supposés, Genève, Librairie Droz, 2001, p. 479.

20 À part dix-neuf romans signés Antoine Volodine, l’auteur a publié quatre romans sous l’hétéronyme Lutz Bassmann, cinq livres de jeunesse sous l’hétéronyme Elli Kronaouer et douze livres de jeunesse sous l’hétéronyme Manuela Draeger. Les hétéronymes ont chacun un style particulier, distinct de celui de la signature de Volodine.

21 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 18.

22 Informations recueillies sur la quatrième de couverture de la réédition en un volume des quatre romans de Volodine publiés aux Éditions Denoël.

23 Dominique Viart (« Situer Volodine ?… », art.cit., p. 31) souligne bien ce caractère insaisissable du discours politique chez Volodine, en disant que « Le lecteur sent bien que le texte « fait procès, qu’il met, de façon parfois plus que latente, notre Histoire en procès et son échec en évidence. Mais c’est dans un entrelacs de références indémêlables. » Lionel Ruffel considère quant à lui qu’il y a dissémination des discours sur le fait révolutionnaire du xxe siècle : « on retrouve ces champs discursifs bien plus que les événements eux-mêmes, la période de référence étant toujours postérieure à l’échec de la Révolution ; l’œuvre en fait un point de mémoire dans les discours qui la prennent en charge » (Volodine post-exotique, op.cit., p. 121).

24 Volodine (Antoine), Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Paris, Gallimard, 1998, p. 11.

25 Viart (Dominique), « Situer Volodine ?... », art.cit., p. 32.

26 Volodine (Antoine), « Écrire en français une littérature étrangère », Chaoïd, no 6, automne-hiver 2002, p. 4.

27 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 11.

28 Pour une étude sur la spécificité de la dimension mémorielle dans l’univers fictionnel de Volodine, voir l’article « La bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine, un contre-monument baroque » de Frédérik Detue, publié dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, op.cit., pp. 141-158.

29 Volodine (Antoine), « À la frange du réel », dans Défense et illustration du post-exotisme en vingt leçons, sous la direction de Frédérik Detue & Pierre Ouellet, Montréal, Vlb éditeur, 2008, « Le soi et l’autre », p. 383.

30 Lien au vidéo-clip sur le site des Éditions Verdier : http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-lesaiglespuent.html [consulté le 20/05/2013].

31 Volodine (Antoine), « On recommence depuis le début… », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, op.cit., p. 229.

32 Les réflexions méthodologiques de Meizoz portent avant tout sur des textes autobiographiques, mais il désigne néanmoins la tonalité du texte fictionnel comme étant un des vecteurs de la posture d’auteur : « de l’humour à l’ironie, de la pudeur à l’arrogance, chaque tonalité narrative suit un codage rhétorique et produit une certaine image [de] l’énonciateur romanesque. Ainsi de la présence de Stendhal dans ses romans, ou des contrastes formels que Céline romancier cherche à produire à l’égard du style proustien ». Meizoz (Jérôme), Postures littéraires..., op.cit., 2007, p. 29.

33 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », art.cit., p. 7.

34 Ibid., p. 6.

35 Rappelons cependant que sur la page de titre dédoublée, Volodine ne représente plus seulement l’instance auctoriale, mais est un personnage de fiction. L’assimilation avec l’auteur réel doit donc se faire avec prudence.

36 Pour une étude de l’articulation de la pseudo-théorie exposée dans Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, voir Gleize (Joëlle), « “Pour une meilleure transparence de la désinformation” : commentaire-fiction d’Antoine Volodine », dans Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, op.cit., pp. 69-84.

37 Le rapprochement entre Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze du genre manifestaire a déjà été fait par plusieurs critiques, entre autres par Lionel Ruffel : « On ne peut pas lire Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze sans penser aux Manifestes du surréalisme, auxquels il emprunte la force déclamatoire. Quelque chose de tout à fait curieux peut y être référé : un effet d’école sans groupe, qui est au fond un élément de fiction. Le post-exotisme est, si l’on veut, une école, sans qu’un groupe clairement identifié dans le champ littéraire ne le revendique ». Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, op.cit., p. 64.

38 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 25.

39 Ibid., p. 53.

40 Ibid., p. 36.

41 Debord (Guy), Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Gallimard, « Folio », 1996 [1988], 97 p. Le rapprochement entre la littérature « officielle » et la « société du spectacle » a d’abord été fait par Frédérik Detue dans l’article « Après le romantisme : post-exotisme de Volodine et tradition post-esthétique », publié dans Devant la fiction, dans le monde, sous la direction de Catherine Grall et Marielle Macé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, pp. 99-114.

42 Debord (Guy), Commentaires sur la société du spectacle, op.cit., p. 12.

43 Detue (Frédérik), « La bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine… », art.cit., p. 143.

44 Ibid., p. 25.

45 Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, op.cit., p. 102.

46 Loc.cit.

47 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 65.

48 Volodine (Antoine), « L’écriture, une posture militante », art.cit., 1997, p. 22. Le désaccord que Volodine exprime avec « le monde tel qu’il est » porte d’abord sur le présentisme qui caractériserait la société actuelle, ce que Frédérik Detue et Pierre Ouellette ont fait ressortir dans la préface à l’œuvre Défense et illustration du post-exotisme en vingt leçons (op.cit., pp. 7-10). Selon ces critiques, la littérature volodinienne cherche à « rompre avec le partage du sensible qu’on fait ordinairement entre réel et imaginaire, entre veille et rêve, pour accéder à une autre compréhension du monde, plus onirique » (ibid., p. 8).

49 Après avoir publié, depuis 1990, quatre romans aux Éditions de Minuit et trois romans aux Éditions Gallimard, l’écrivain fait désormais paraître les livres signés Antoine Volodine aux Éditions du Seuil.

50 Voir Ruffel (Lionel), Volodine post-exotique, op.cit., p. 100.

51 Maingueneau (Le discours littéraire…, op.cit., p. 217) appelle « l’anti-ethos » la représentation des valeurs opposées à celles défendues par l’énonciateur.

52 Volodine (Antoine), « Volodine le post-exotique », propos recueillis par Jean-Didier Wagneur, Libération, 12 mars, 1998, p. 9.

53 La représentation du lecteur dans l’univers volodinien est analysée en détail dans l’article « Portrait du lecteur “post-exotique” en camarade : note sur la réception des fictions d’Antoine Volodine » de Frank Wagner, publié dans l’ouvrage collectif Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine, fictions du politique, op.cit., pp. 85-102.

54 Volodine (Antoine), Le post-exotisme…, op.cit., p. 43.

55 Ibid., pp. 29-30.

56 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires…, op.cit., p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mette Tjell, « Posture d’auteur et médiation de l’œuvre : l’écrivain en porte-parole chez Antoine Volodine », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5826 ; DOI : 10.4000/contextes.5826

Haut de page

Auteur

Mette Tjell

EHESS - Université de Göteborg

Haut de page