Navigation – Plan du site

Ethos et blog d’écrivain : le cas de L’Autofictif d’Éric Chevillard

Ugo Ruiz

Résumés

Cet article examine les spécificités de la construction en ligne de l’image de soi d’un auteur, à travers l’étude du blog L’Autofictif d’Éric Chevillard. Par le recours à un blog, l’écrivain n’investit pas un « genre », tel qu’il est conçu dans le régime de l’imprimé, mais un moule formel dans lequel la notion de texte se voit précisément problématisée. L’écriture numérique affecte aussi le statut de l’auteur, dans la mesure où celui-ci est amené à communiquer directement avec les lecteurs et à construire lui-même le cadre de sa légitimité. À partir de notions issues de l’analyse de discours (Maingueneau, Amossy), il est montré comment Chevillard tire profit du statut d’écrivain qu’il a acquis dans le circuit éditorial pour construire une légitimité propre à travers son blog. Par le recours à l’ironie, le développement d’un métadiscours, des déclarations d’amitié et des prises de positions critiques, Chevillard propose une définition de l’écrivain véritable et de la « bonne littérature ». Parallèlement, le statut d’auteur de Chevillard confère à son blog une dimension littéraire, dont ne peuvent se prévaloir les blogs d’auteurs anonymes, sans image d’auteur établie par des tiers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, n°3, (...)

1Le nouveau régime éditorial ouvert par Internet, qui se caractérise par une profusion d’auteurs anonymes ou peu reconnus, fait contraste avec le régime traditionnel où seul un petit nombre d’inscripteurs sélectionnés accèdent à la publication. À la frontière entre ces deux régimes se trouvent les blogs d’écrivain tenus à jour par des auteurs au sens fort du terme, c’est-à-dire des auteurs ayant publié des textes dans des maisons d’édition reconnues et qui sont dotés d’une image d’auteur1. Pour interroger cette nouvelle activité littéraire qui établit un lien direct avec le lecteur et dans laquelle les écrivains sont amenés à déterminer eux-mêmes le cadre de communication de leur blog, la notion d’ethos servira d’outil et de méthode.

  • 2 Amossy (Ruth), La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de (...)

2On s’appuiera en particulier sur les développements que Ruth Amossy a faits de l’ethos sous la formule de « présentation de soi » qui croise les « notions de "présentation de soi", empruntée à la sociologie, et d’"ethos" empruntée à la rhétorique et à l’analyse du discours2 ». Par le terme de présentation de soi, Amossy insiste sur le fait qu’un ethos n’est jamais une émanation du sujet parlant totalement singulière, mais que les images de soi s’inscrivent pleinement dans la dimension normée des échanges verbaux où les individus sont amenés à jouer des rôles.

3De nombreux facteurs déterminent la mise en place d’un ethos, dont la « représentation sociale qui catégorise le locuteur, sa réputation individuelle, l’image de sa personne qui dérive d’une histoire conversationnelle ou textuelle, son statut institutionnel et social3 » ; à cela s’ajoutent d’autres facteurs étroitement liés au cadre où se déroule l’interaction qui, d’une part, apportent des informations sur le locuteur et qui, d’autre part, contraignent fortement sa présentation de soi. Dans cette perspective, on interrogera comment un écrivain ayant acquis un statut d’auteur de littérature dans le régime de l’imprimé, Éric Chevillard, se sert des particularités de son blog, L’Autofictif4, pour créer une image qui correspond à ses ambitions. Cette question amènera également à se demander quelles fonctions sont remplies par ce blog au sein des productions textuelles de l’écrivain.

4Pour déterminer les caractéristiques de l’image de soi construite par cette activité d’écriture littéraire, on se proposera de décomposer son étude en quatre niveaux correspondant à différentes réalités discursives : (1) la première dimension de l’ethos découle directement des traits communicationnels du blog qui a la particularité d’instaurer un échange direct entre auteur et lecteur ; (2) la deuxième renvoie à l’identité de la source, à savoir le statut d’auteur de littérature acquis par Chevillard auprès de l’institution littéraire ; (3) la troisième touche le type de discours, et plus particulièrement la participation du blog au discours littéraire ; enfin, (4) la quatrième dimension de l’ethos qu’on distinguera a trait à la trajectoire de l’écrivain dans l’espace littéraire. Ces quatre « strates » de l’ethos qui concernent respectivement le mode de communication, l’identité de l’auteur, le type de discours et le positionnement de l’écrivain, se donnent ensemble dans la dynamique du discours et seront évaluées de manière croisée tout au long de cette étude. De cette façon, on arrivera à la fin de cet article à déterminer les aspects essentiels de « l’ethos numérique » qui se dégage de L’Autofictif, une présentation de soi qui correspond à la manière dont un écrivain en particulier occupe la fonction d’auteur dans son blog.

Présentation de L’Autofictif et approche définitoire du blog

5Éric Chevillard, acteur visible sur la scène littéraire dans la mesure où il écrit régulièrement des articles dans les pages littéraires de journaux et de revues, numériques et papier, est l’auteur de dix-huit romans qui ont tous été publiés aux Éditions de Minuit. En plus de son activité de romancier et de chroniqueur, Chevillard tient à jour presque quotidiennement un blog nommé L’Autofictif qui, depuis son ouverture le 18 septembre 2007, a la particularité d’être retiré après une année d’écriture au moment de sa publication en livre par la maison d’édition L’Arbre vengeur. Entre 2009 et 2013, le blog a donné lieu à la publication de cinq livres : L’Autofictif (2009), L’Autofictif voit une loutre (2010), L’Autofictif père et fils (2011), L’Autofictif prend un coach (2012) et L’Autofictif croque un piment (2013).

6Si la version papier se présente comme la publication sans retouche ni modification du blog, le changement de régime altère néanmoins profondément le texte d’origine. Sur Internet, la notion même de texte est problématique pour désigner des énoncés qui n’ont pas de lieu, étant reliés à une chaîne indéfinie de liens hypertextuels ; nous avons affaire à des iconotextes qui contiennent des textes, des images et des vidéos, dont nous n’avons qu’une image fragmentaire. C’est l’internaute qui au cours de sa « navigation » fabrique l’hypertexte qu’il « lit », déstabilisant la relation entre Sujet et texte, une dimension qui disparaît entièrement avec la version papier de L’Autofictif appartenant à une textualité traditionnelle.

  • 5 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand C (...)

7Le régime numérique implique également un usage spécifique des genres. On trouve sur Internet, qui offre des espaces de communication polyvalents, d’une part de nombreux genres qui ont été façonnés dans le régime de l’imprimé, tels les journaux d’information, les dictionnaires, les romans, et d’autre part des genres qui ont émergé sur Internet, comme les blogs, les sites de ventes et les forums. Les blogs, un type de site Internet dont il sera question dans cet article, ne peuvent cependant pas être considérés comme un genre à part entière. Ayant des traits génériques faibles, on doit plutôt les considérer comme des « hypergenres5 », c’est-à-dire comme des moules imposant des contraintes d’ordre formel sans restreindre la communication à un certain type de discours.

8La question des genres n’en demeure pas moins essentielle, puisque les blogueurs ont recours à des catégories très variées pour construire la scène de parole de leur blog, comme on peut s’en rendre compte dans le blog de Chevillard qui comprend de courts poèmes, des historiettes, des feuilletons et des aphorismes. Dans la mesure où il s’agit de moules formels et non pas de genres, on peut en effet penser qu’un des enjeux principaux des blogs est la construction d’un cadre de communication à l’aide de catégories génériques disponibles. Il conviendra donc de déterminer les caractéristiques de ce système complexe d’ordonnances et de contrats de lecture, où l’image de soi dépend à la fois des particularités formelles de la plate-forme choisie, d’usages répandus sur Internet et des objectifs de communication fixés par l’auteur.

  • 6 On emploie le terme de scénographie dans le sens que lui confère Maingueneau, c’est-à-dire comme «  (...)
  • 7 Maingueneau (Dominique), « Aux limites de la généricité », dans Les échelles du texte, Colloque Uni (...)

9Chevillard ne se contente pas de poster des énoncés littéraires sur son blog ; comme tout blogueur, il investit l’hypergenre blog à travers une scénographie6. Pour appréhender ce nouveau type d’activité littéraire, on peut s’appuyer sur la distinction faite par Maingueneau entre « éléments iconotextuels (le site montre des images et constitue lui-même un ensemble d’images sur un écran), architecturaux (le site est un réseau de pages agencé d’une certaine façon), procéduraux (chaque site est un réseau d’instructions)7 ». Si ces trois dimensions de la scénographie sont imbriquées les unes dans les autres, elles permettent cependant de faire ressortir les caractéristiques du blog de Chevillard par rapport à la version papier qui ne présente qu’une scénographie verbale.

Ethos lié au support

10La présentation de soi dans L’Autofictif s’ancre dans le périmètre d’une individualité engagée dans un processus d’expression de soi, qui constitue un des usages les plus communs de l’hypergenre blog. Le titre en est révélateur, combinant une écriture réflexive (« auto ») avec l’activité créative (« fiction ») qui aboutit à un être « autofictif ». La présence de Chevillard derrière son blog s’impose d’ailleurs au lecteur directement par l’aspect visuel de L’Autofictif qui emprunte une plate-forme préformatée très simple, ne demandant aucune compétence informatique particulière de la part de l’utilisateur. Cette configuration distingue L’Autofictif de blogs consacrés à des écrivains plus ou moins reconnus où rien ne permet de dire s’ils sont tenus à jour par les écrivains en personne ou par un webmaster, comme par exemple le site Internet de Jean-Philippe Toussaint8.

11L’Autofictif, qui emprunte son interface à la plate-forme Over-blog, ne contient qu’une seule rubrique dans laquelle l’auteur publie trois fragments de quelques lignes, signés et datés, une formule que l’auteur maintient depuis sa première mise en ligne. Si la scénographie verbale s’apparente à un journal, sa perception est néanmoins dans la dépendance de la scénographie d’ensemble du blog qui comprend une dimension architecturale et iconographique. L’Autofictif est encadré à gauche et à droite par des bandes foncées, et en haut par le titre du blog « L’autofictif » écrit en lettres blanches sur fond noir. Cet espace rectangulaire, où se trouvent les textes postés par Chevillard qui se dégagent sur fond blanc, comme une page au milieu de l’écran numérique, est lui-même divisé en modules qui se caractérisent par leur aspect changeant.

12Nous n’avons qu’une image fragmentaire de L’Autofictif, puisqu’il est nécessaire de naviguer sur Internet pour consulter les billets publiés par Chevillard qui s’archivent de manière rétroactive, transformant quotidiennement l’apparence même du blog. Ainsi, à la différence de la version papier du blog de Chevillard, qui se lit comme un journal, la version numérique implique d’emblée un brouillage en ce qui concerne l’ethos qui se laisse appréhender, non pas à travers un genre littéraire, mais à travers l’investissement d’une plate-forme qui ne relève pas d’un genre de discours en particulier.

Ethos prédiscursif

  • 9 « Ethos préalable », utilisé par Amossy, et « ethos prédiscursif », utilisé par Maingueneau, sont d (...)
  • 10 Amossy (Ruth), La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de (...)

13La saillance de la figure d’auteur dans le blog de Chevillard amène à considérer une deuxième dimension de l’ethos, celle qui concerne l’ethos prédiscursif de l’auteur9, c’est-à-dire les informations concernant l’identité du signataire du blog ou, pour reprendre la définition qu’en donne Ruth Amossy : « l’ensemble des données dont on dispose sur le locuteur au moment de sa présentation de soi10 ». L’apparition du régime numérique fait ressortir certains aspects de la manière singulière dont s’articule l’identité des auteurs dans le régime de l’imprimé, où les catégories génériques établies par des tiers - le titre du livre, le nom de la maison d’édition et de l’auteur présents sur la couverture et, à un autre niveau, le format même de l’ouvrage, quand on pense aux livres de poche par exemple, - apportent d’emblée des informations essentielles sur l’identité de l’auteur. Par contre, dans un blog d’écrivain, c’est l’auteur qui, à l’intérieur de la scénographie de sa page personnelle, doit transmettre lui-même son statut institutionnel et social, ce dont on peut s’apercevoir dans L’Autofictif où la présentation de soi revêt une dimension explicite.

14Comme on va le voir, le blog de Chevillard s’inscrit cependant dans le sillage du processus d’auctorialisation propre au régime de l’imprimé, en intégrant dans la présentation de soi de l’écrivain des éléments de son image d’auteur qui résultent de la publication de romans. Dans la marge à droite du blog, sous une étiquette comportant la mention « en librairie », l’auteur a inclus les images des couvertures de la version papier du blog, établissant ainsi d’emblée un rapprochement entre l’activité d’écriture de Chevillard sur Internet et celle qu’il mène dans le régime éditorial traditionnel. La liste des « blogs-amis », outil de navigation hypertextuelle dont les bloggeurs se servent pour communiquer leurs centres d’intérêts et interagir avec une communauté, relève aussi de cette logique puisqu’on y trouve des liens hypertextuels renvoyant à des blogs d’écrivains et d’anonymes ayant pour thème la littérature ainsi qu’à des pages délivrant des informations sur Chevillard. Cette dernière catégorie de liens hypertextuels est mise en évidence, la liste des blogs conseillés présentant tout d’abord sous le titre « Le site11 » un lien qui donne accès au site Internet « officiel » de l’écrivain, puis (tout de suite après) un lien qui conduit à la page consacrée à Éric Chevillard dans le site Internet des Éditions de Minuit12, contenant entre autre une bibliographie de l’auteur. Dans la liste des blogs amis, on notera aussi la mise en avant d’une série d’entretiens accordés par l’écrivain qui met plus particulièrement en valeur sa reconnaissance auprès de la critique littéraire. Cette manière de faire jouer le statut d’auteur de littérature place L’Autofictif à la jointure de l’édition traditionnelle et de l’univers numérique.

  • 13 [Souligné par l’auteur.] Pour les citations tirées du blog de Chevillard, on indiquera seulement la (...)

15L’image d’auteur n’est pas seulement convoquée dans les marges du blog, elle l’est aussi dans les billets postés quotidiennement par l’auteur, conférant à L’Autofictif une fonction de figuration de soi à l’intérieur d’un cadre fictionnel comme l’indique le nom du blog. La présentation de soi revêt un caractère particulièrement explicite lorsque Chevillard intègre des éléments concrets, tels les titres des romans qu’il a publiés : « Et maintenant, lis ça, ma puce, c’est la suite, Mourir enrhume Harry Potter, L’œuvre-posthume d’Harry Potter, Les absences d’Harry Potter » (4 avril 2008)13. Ces références intertextuelles sont données sous la forme de pastiche de plusieurs titres de romans écrits par l’auteur, à savoir Mourir m’enrhume (1987), L’œuvre posthume de Thomas Pilaster (1999) et Les absences du capitaine Cook (2001) auxquels s’ajoute le nom du héros éponyme d’une saga qui s’adresse à un jeune public et qui a rencontré un succès mondial.

  • 14 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand C (...)
  • 15 Ibid., p. 108.
  • 16 Ibid., p. 108.

16Ce genre de passages, dans lesquels Chevillard rattache la scénographie de son blog à son activité d’écrivain (en se présentant comme l’énonciateur), est amené à jouer un rôle déterminant dans la réception du blog. Le travail d’écriture dans L’Autofictif est étroitement lié à une entreprise de mise en scène de soi qui implique un brouillage en ce qui concerne le statut d’auteur. Pour saisir ce phénomène, on peut avoir recours à la tripartition de l’instance auctoriale proposée par Maingueneau, qui distingue la personne, l’individu doté d’un état civil et d’une vie privée, l’écrivain, qui est l’acteur de l’espace littéraire, et enfin l’inscripteur, qui se réfère aux « formes de subjectivité énonciative14 » convoquées à l’intérieur d’un texte particulier et qui est, « […] qu’il le veuille ou non, le Ministre de l’Institution littéraire qui donne sens aux contrats impliqués par la scène générique et s’en porte garant15 ». Cette distinction entre personne, écrivain et inscripteur est uniquement théorique puisque les instances ne forment pas des entités autonomes qui peuvent être séparées les unes des autres ; chacune d’elles traverse les deux autres dans un « processus d’enveloppement réciproque qui, d’un même mouvement, disperse et rassemble la subjectivité irréductible de l’auteur16 ». S’il n’est pas possible d’étudier les trois instances séparément, on peut cependant faire apparaître des jeux de dominance en prenant en compte les particularités de la scénographie des blogs qu’on vient d’exposer précédemment ; c’est ce qu’on se proposera de faire dans la partie suivante où on interrogera la manière dont l’ethos numérique s’articule autour de la figure d’auteur.

Ethos littéraire et figuration de soi

  • 17 Milner (Jean-Claude), De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Seuil, 1978.
  • 18 Comme « marqueurs littéraires », autrement dit « signes conventionnels de l’écriture littéraire », (...)

17Chevillard entend imposer l’inscripteur par l’usage d’une « parlure » littéraire qui renvoie à des phénomènes linguistiques dans l’appréhension littéraire du monde17, comme on peut s’en apercevoir dans cette séquence narrative marquée par l’emploi du passé simple et l’établissement d’un cadre narratif comprenant un espace-temps, un narrateur, des personnages et une série d’actions18 :

Ils me sommèrent de leur montrer la licorne que je prétendais avoir capturée. D’abord je refusai. Puis, devant leur insistance railleuse, je m’exécutai. Je leur amenai la bête. Mais comme ils ne croyaient pas en la réalité de mon fabuleux exploit, bien sûr ils ne virent pas ma prise fabuleuse. Seulement une corde dans ma main (son licou). Elle piaffait pourtant. Or je fus accusé de mensonge et banni (29 novembre 2012).

18En plus de séquences narratives, on trouve dans L’Autofictif des genres, tels des maximes et des aphorismes, comme celui-ci : « Vulnérable mollusque trop tendre pour ce monde, l’homme sécrète le cuirassé » (30 octobre 2009), ainsi que des vers de courts poèmes : « au moins suis-je sûr d’être le père /de mon ulcère /dit le gros célibataire » (6 avril 2008). En tant que moule formel, le blog peut accueillir une multitude de genres - c’est d’ailleurs une de ses spécificités. Cet éclatement générique ne produit pas pour autant une multitude d’ethè différents : il est plutôt la marque d’une compétence littéraire.

19Le travail stylistique mené par Chevillard fait par ailleurs contraste par rapport à la scénographie numérique assez pauvre, dans la mesure où L’Autofictif emprunte une interface préformatée qui ne contient aucune image hormis les couvertures de la version papier du blog. S’en dégage l’ethos d’un écrivain qui a une conception de l’écriture traditionnelle, en ce qu’elle n’exploite pas les potentialités de l'écriture numérique. Tournée vers la scénographie verbale du blog, l’image de soi se négocie entre un ethos poétique et un ethos ironique, comme on peut s’en apercevoir dans le billet suivant où l’énonciateur se propose de reprendre et de détourner des images figées véhiculées par le langage : « Rien de tel qu’une bonne lime à ongles pour arrondir ses fins de moi » (28 novembre 2007).

20Les qualités d’écriture de L’Autofictif, à savoir l’humour et un usage poétique de la langue, se déploient souvent à travers des représentations stéréotypées et la pose du faux naïf :

Ce touriste dans ma rue lève les yeux, regarde à droite, à gauche, quelque chose lui semble étrange, dirait-on, inhabituel. Machinalement je suis son regard, j’inspecte les lieux à mon tour, mais non, tout semble normal. Il aura sans doute perdu son chat, ou ses clés. (1er mars 2008)

  • 19 Hamon (Philippe), L’Ironie littéraire. Essai sur les formes obliques, Paris, Hachette, 1996, p. 4.

21Le ton ironique généralement utilisé définit une « posture d’énonciation19 » par laquelle Chevillard crée des effets comiques et multiplie les niveaux d’interprétation possibles installant l’énonciation dans un métadiscours qui a pour objet l’écriture elle-même : « Je ne fus pas mécontent de ma petite phrase ; ma rature fut plus belle encore » (17 janvier 2008). Cette manière de s’interroger sur ses procédures d’écriture établit une continuité entre le blog et son œuvre, à travers des références plus ou moins explicites à ses propres romans, qui interviennent de manière récurrente.

22Étant donné que les modalités du contrat de lecture ne sont pas fixées par un genre, c’est la mise en scène de la figure d’auteur qui sert de fil conducteur à un pacte de nature autofictionnel. Dans L’Autofictif, Chevillard se met en scène sans pour autant rien révéler de sa vie privée, s’engageant dans un travail de figuration de soi qui implique l’effacement de la personne au détriment de l’écrivain. On peut s’apercevoir de ce phénomène dans le billet du 7 septembre 2012 qui se présente comme une réponse à un article de Pierre Jourde, posté sur son blog littéraire rattaché au site Internet du Nouvel Observateur. Dans les dernières lignes de cet article, Jourde explique qu’il a fait une critique plutôt élogieuse de L’Auteur et moi20, le dernier roman de Chevillard, non pas par amitié mais pour les qualités littéraires de l’ouvrage, tout en précisant qu’il n’attend rien en retour de son ami qui tient le feuilleton littéraire du Monde des livres : « Il ne vous aura pas échappé que l’ami en question [Chevillard] tient désormais le feuilleton littéraire du Monde des livres. Vous n’y lirez jamais mon éloge, pour la bonne raison qu’Éric Chevillard et moi en avons convenu ainsi. Et paf. À bon entendeur…21 ». Si dans son feuilleton du Monde des livres Chevillard a, comme on peut l’imaginer, un devoir de réserve vis-à-vis du journal pour lequel il travaille, rien ne l’empêche par contre de rendre hommage au dernier livre de Jourde, Le Maréchal absolu, dans son blog où l’auteur est libre d’écrire ce que bon lui semble :

  • 22 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant à la critique de L’Auteur et moi sur (...)

Certes22, mais si on ne peut plus répondre "moi aussi" à l’autre qui nous dit "je t’aime", l’espèce humaine est menacée d’extinction à court terme.

  • 23 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Jourde, Le Maréc (...)

L’ascenseur qui dessert l’étage de mon ami Pierre Jourde étant l’une de ces frêles nacelles parisiennes de bois, de verre et de grillage où l’on n’entre point sans renouer d’abord rapidement avec la religion, où l’on tremble tout du long tandis que dans le rail de sa poulie défile notre vie entière, je ne crains pas de commettre un acte de vile collusion ou de connivence abjecte en lui renvoyant aujourd’hui cet aéronef brinquebalant plutôt comme un cercueil dans un escalier et en vous recommandant son nouveau roman, Le Maréchal absolu23, torrentielle et monstrueuse épopée de la tyrannie (et de la littérature). Un chef-d’œuvre, mes amis, et c’est vous que je cajole honteusement en le signalant à votre attention. 

  • 24  C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au blog de Claro : http://towardgra (...)
  • 25 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Claro, Tous les (...)
  • 26 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant à la critique de L’Auteur et moi sur (...)
  • 27 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Bon, Autobiograp (...)

Claro, qui s’est dépêché de parler de mon livre24, m’interdit de ce fait lui aussi de chroniquer le sien dans Le Monde et ne s’en soucie pas. Qu’importe, nul ascenseur de toute façon ne saurait grimper assez haut pour atteindre tous les diamants de son ciel25. Ni forer assez profondément le sol pour vous conduire avec moi sur le chantier d’archéologie intime où François Bon (qui également, donc, évoque sur son site sa lecture26 de mon roman) exhume les preuves de son existence, la plus rassurante de toutes étant encore ce dernier livre27 merveilleux où il les rassemble. (Ma position n’est pas simple, mais tant pis pour moi, j’avais qu’à être le plus généreux, celui qui parle le premier.) (7 septembre 2012)

23Ce billet montre bien la dimension peu réglée de l’écriture dans L’Autofictif, où l’écrivain détermine au jour le jour ses propres règles, comme par exemple se livrer à un exercice de critique littéraire sur un mode fictionnel et poétique. La position discursive adoptée ici ne vise pas tant à justifier le droit de « renvoyer l’ascenseur » à un ami, que de transgresser les règles de convenance imposées par la société comme c’est le cas bien souvent dans L’Autofictif, contrairement à Jourde qui cherche à construire un ethos marqué par l’objectivité dans son blog où il adopte la posture de critique littéraire. Cette « entorse » aux bonnes manières mise en scène dans ces trois fragments s’inscrit dans le cadre de l’entreprise de figuration de soi au cœur de L’Autofictif, comme en atteste les liens hypertextuels renvoyant à des articles écrits à l’occasion de la parution du dernier livre de Chevillard, et tout particulièrement l’article de Jourde auquel on est renvoyé dès le premier mot du billet, « Certes », qui sert d’embrayeur à l’énonciation.

24L’attitude de l’écrivain qui aurait dû être « plus généreux » pour ne pas se retrouver dans la position délicate d’avoir à « renvoyer l’ascenseur », est l’objet de l’ironie de ce billet dans lequel Chevillard expose son statut d’auteur de littérature en même temps qu’il se tourne en dérision. Cette manière de se mettre en scène est un ressort de L’Autofictif par lequel l’écrivain construit une complicité avec le lecteur, explicitement recherchée ici avec l’emploi de termes qui signalent l’adresse directe tels « vous », « mes amis », et « votre attention », et qui ont pour effet de brouiller la distinction entre les lecteurs du blog et les amis réels de l’auteur auxquels ces lignes sont aussi adressées. Ce billet, où Chevillard ne donne que très peu d’informations sur les textes écrits par trois écrivains ayant chroniqué plus ou moins longuement son roman, constituent une forme de remerciement implicite qui relève d’un acte de politesse instaurant de manière détournée un ethos bienveillant. Le jeu avec les bonnes manières offre, par ailleurs, un bon prétexte à Chevillard pour faire sa propre publicité en communiquant aux lecteurs de son blog des liens hypertextuels renvoyant à trois articles qui font la critique de son roman.

25L’idée de transgression qui sous-tend l’énonciation dans ce fragment concerne en premier lieu le statut de l’inscripteur clairement identifiable à la figure de l’auteur. Chevillard entend se démarquer d’un ethos journalistique soumis à des règles et des contraintes qui ne touchent pas l’écrivain, en apportant la preuve d’une liberté de ton que n’ont pas les journalistes, puisqu’il lui est permis de parler en bien de livres écrits par des amis sans que cela ne devienne un « acte de vile collusion », mais au contraire un moment d’amusement autour de l’expression « renvoyer l’ascenseur ».

26L’Autofictif dessine à travers les multiples portraits de l’auteur les contours d’un chez soi instable qui s’oppose à un chez eux stable, renvoyant à un monde clos sur des valeurs et des normes, comme par exemple la famille, la morale, le monde politique, le monde journalistique, les prix littéraires, les lois scientifiques, etc. Cette instabilité, inhérente à l’ethos de la création littéraire, se distingue par une dimension impure qui apparaît de manière manifeste dans le blog de Chevillard, traversé par un cortège de personnages en marge de la société au rang desquels on peut ranger le monde animal, qui occupe une place importante dans l’univers fictionnel de L’Autofictif.

Ethos et espace littéraire

27Par son blog, Chevillard ne s’inscrit plus dans un projet d’écriture unique et de longue durée, comme c’est le cas avec un roman qui est dans la double dépendance d’un genre et du circuit éditorial, impliquant un laps de temps plus ou moins long entre le moment de production du texte et sa diffusion. Dans L’Autofictif, il investit une nouvelle dimension de l’écrit qui lui donne la possibilité de s’insérer directement dans un espace littéraire ayant perdu son autonomie avec la dissolution de la création littéraire/esthétique dans des pratiques d’écritures multiples. Chevillard y prend une part active dans la médiation de son image, en gérant une mémoire intertextuelle qui prend la forme de renvois directs à des textes publiés récemment et qu’il cherche à rendre visibles, et de références à des textes plus anciens qu’il réactualise dans L’Autofictif.

28Chevillard ne se contente pas d’activer cette archive interne, il revendique la paternité de son œuvre en intégrant celle-ci dans une chaîne de textes produits par d’autres, qui comprend des auteurs à imiter :

Il y a des auteurs contagieux, Proust, Céline, Beckett, Bernhard, qu’un écrivain ne doit lire que s’il est sûr des défenses immunitaires de son propre style sans quoi il contractera le leur qu’il écrira d’ailleurs comme un enrhumé. Un style original produit des anticorps actifs contre tous les autres styles. Je me faisais cette réflexion, hier soir, au théâtre, assis au premier rang, tandis que Shakespeare vainement me soufflait son haleine au visage. (10 octobre 2007)

29Dans ce billet, Chevillard se glisse non sans dérision dans une mythologie de grands auteurs reconnus pour leur façon d’écrire, en faisant de son blog le lieu où est à même de s’exprimer pleinement les potentialités de son propre style, marqué par l’humour et l’ironie. On trouve aussi dans L’Autofictif des auteurs-repoussoirs, comme dans l’exemple suivant où Chevillard définit l’écrivain carriériste avec lequel il prend ses distances :

Je me souviens avoir été visité par une pensée assez misérable lorsque pour la seconde fois Pierre-Jean Remy, écrivain fécond, tout autant de fois oublié aujourd’hui, grand ami des arts, des honneurs et des pouvoirs, par haine viscérale des éditions de Minuit et de ce qu’elles représentent, […] s’était employé non sans succès à me nuire […]. Je ne pouvais souhaiter cette accélération du temps, néanmoins, qui risquait aussi de condamner mon père, né comme lui en 1937… Sombre augure vérifié par les faits ; la mort les a emportés l’un et l’autre à quelques mois d’intervalle. (21 septembre 2010)

30Dans ces quelques lignes, Pierre-Jean Remy est présenté comme un archétype de l’écrivain qu’il ne faut pas être à travers une série de stéréotypes qui revisitent un préconstruit de l’écrivain authentique, dont les motivations profondes seraient incompatibles avec la recherche d’argent et des honneurs officiels. L’écrivain carriériste a une corporalité, l’habit de l’Académicien (puisque Pierre-Jean Remy fut membre de l’Académie française), ainsi qu’un caractère, ce dont témoignent ses ambitions de réussite puisqu’il a occupé de nombreuses fonctions prestigieuses au sein d’Institutions d’État. La corporalité de l’écrivain carriériste est aussi marquée par les limites charnelles de son corps : s’il a écrit de nombreux livres, ceux-ci ne laisseront aucune trace de l’écrivain après sa mort. Défini ainsi par des attributs négatifs, Pierre-Jean Remy et la « haine viscérale » qu’il aurait éprouvée pour les Éditions de Minuit valorisent en creux l’ethos de l’écrivain qui se consacre à son art comme le fait Chevillard.

  • 28 Maingueneau (Dominique), op.cit., 2004, p. 219.

31L’ethos construit dans ce fragment est aussi caractérisé par une tension entre le souci de ne pas se rabaisser aux bassesses de l’écrivain carriériste et la réaction naturelle de se défendre contre une attaque. Cette tension entre impassibilité et agressivité, exprimée par le fait que l’écrivain ne peut pas souhaiter la disparition de son ennemi sans entraîner la mort de son père, renvoie à la position intenable qui détermine l’ethos de L’Autofictif : celui-ci ne peut s’établir dans un monde de fiction qu’en mettant en scène sa propre rupture avec le monde social. On touche ici à une dimension essentielle de l’ethos de l’œuvre littéraire telle que l’a définie Maingueneau sous le terme de « paratopie », à savoir que la situation de l’écrivain dans la société, qui se « débat dans le monde topique et qui en même temps prétend vivre dans le monde autonome de l’Art28 », détermine pour une part la scénographie. Ce déséquilibre continu se manifeste à travers le garant de la scénographie de L’Autofictif qui apparaît séparé de lui-même, en balance entre deux mondes comme dans l’exemple suivant :

Je me demandais parfois comment tournerait ce journal lorsque je me trouverais confronté à de plus rudes épreuves que la parution d’un nouveau livre d’Alexandre Jardin ou d’Éric Chevillard, si j’observerais ou non le silence, et je ne pouvais présumer de rien. Voilà au moins ce point de détail éclairci. L’Autofictif voit une loutre puis il enterre son grand-père et son père (28 janvier 2010).

  • 29 Voir par exemple le billet du 4 août 2008.

32L’ethos discursif se construit dans ce billet au croisement de trois espaces : un univers fictionnel, dont Chevillard cherche à faire reconnaître l’originalité au-delà de ses romans, un espace social, qui renvoie ici à la sphère privée où la personne physique est confrontée à la mort de ses proches, et la sphère littéraire où l’écrivain occupe une « place » qui prend sens par rapport à des positions opposées à la sienne, comme par exemple celle attribuée à Alexandre Jardin présenté dans L’Autofictif sous les traits d’un écrivain à succès sans talent29. L’introduction de l’étiquette « journal », qui rend explicite le projet de figuration de soi entrepris par l’auteur dans son blog, et la reprise du titre du blog suivi d’éléments narratifs, brouillent tout rapport simple entre auteur et énonciation. Le blog de Chevillard repose sur une paratopie spatiale dont le mécanisme apparaît de manière manifeste dans l’exemple précédent, où l’écrivain qui entend vivre dans un monde de fiction n’appartenant qu’à lui-même doit donc, dans un même temps, rattacher la scénographie de son blog à sa figure d’auteur construite par des tiers.

33En tant qu’espace virtuel, qui n’a pas d’existence matérielle et qui semble dans une certaine mesure « fuyant », le nouveau régime, et tout particulièrement les blogs dont la durée de vie est étroitement liée au processus de production-diffusion, constituent un espace de « transit » où l’écrivain se trouve, de fait, en situation de nomadisme qui définit la condition même de l’artiste. L’écriture d’un blog offre la possibilité à Chevillard de structurer ce qu’a d’intenable sa « position », dans la mesure où L’Autofictif crée une « dé-localisation » par rapport au régime de l’imprimé qui est dans la dépendance d’appareils institutionnels que sont les librairies, les éditeurs ou encore les prix littéraires, sans toutefois couper Chevillard de la société, puisqu’il met l’écrivain en situation de communication avec une communauté de lecteurs.

34La pratique d’écriture du blog permet à Chevillard de jouer des frontières instables de l’espace littéraire, et de s’insérer dans un monde où le rapport à la mémoire est en train d’être profondément bouleversé par la numérisation de l’écrit. Cet aspect complexe de l’image de soi dans L’Autofictif ressort tout particulièrement dans le billet suivant :

Le livre dans la liseuse électronique n’existe que le temps de la lecture, puis il disparaît, comme effacé, ou siphonné. Nous fréquentions aussi l’objet, jadis (et naguère encore). C’était une présence physique, avec ses caractéristiques familières, une compagnie. Certains volumes étaient de vrais crampons, certes, des incrustés, des parasites, mais d’autres nous accompagnaient comme des fétiches, de déménagement en déménagement. Ils partageaient notre vie. Sans vouloir blesser ces purs esprits, nous les aimions aussi pour leur physique… Leur contenu était associé à leur aspect dans notre mémoire oublieuse et il nous suffisait d’en regarder certains sans même les ouvrir pour très exactement et en un éclair les relire. Voilà tout de même une chose irremplaçable qui va se perdre si la tablette absorbe la bibliothèque. (28 février 2012)

35Dans ce billet, l’ethos se donne en premier lieu à travers la nostalgie d’un lecteur qui exprime son attachement au livre papier sur le point de disparaître, défini positivement par des termes comme « présence physique », « compagnie », en opposition à la liseuse, définie négativement par des termes comme « siphonné », « absorbe ». L’inscripteur exprime également sa sympathie pour une représentation traditionnelle de l’auteur de littérature, par la personnification des livres décrits comme des « purs esprits » que « nous […] aimions aussi pour leur physique ». On touche ici à un aspect général de la présentation de soi dans L’Autofictif, à savoir que Chevillard entend faire reconnaître des qualités d’écriture avant la publication en livre de son blog.

36Le recours au livre papier, qui valide de manière implicite un mode de publication hérité du régime de l’imprimé, est revendiqué plus explicitement par Chevillard dans cet autre extrait :

On demande parfois à mon éditeur et à moi-même aussi d’ailleurs pourquoi nous publions L’Autofictif en volume. Et l’on s’inquiète : serait-ce purement vénal ? […] Je suis payé cent fois de ma peine par le sourire qui, certains matins, j’ai plaisir à le croire, réjouit la figure blême de mon lecteur […]. Mais j’aime les livres […] Et donc je leur [les livres] confie ces mots imprimés une première fois dans la buée que forme notre souffle court sur la vitre de nos écrans (4 janvier 2010).

37Chevillard s’assure ici que la publication de son blog en livre ne fait pas l’objet de mauvaises interprétations, en incluant dans son projet d’écriture le lecteur de son blog auquel l’écrivain s’adresse directement, comme en témoigne le pronom possessif « notre » qui établit un lien de proximité entre l’auteur et le lecteur à travers l’organe de respiration, et donne littéralement corps à un ethos de confiance et de sincérité. Ce passage ayant pour fonction d’établir une continuité entre les deux versions de L’Autofictif ne permet cependant pas de saisir un ethos qui résumerait la démarche de Chevillard, car l’auteur brouille la hiérarchie entre le régime numérique et le régime de l’imprimé. Si le blog fait passer au premier plan le contact direct avec le lecteur et relègue le livre au rang d’un objet éveillant la nostalgie, se dessine à un autre niveau un rapport romantique au support, l’écrivain laissant autour de ses romans publiés aux Éditions de Minuit des traces qui témoignent d’une période de gestation, avec un blog tenu à jour quotidiennement qui devient un journal publié annuellement par un petit éditeur.

Conclusion

38Cette étude, où on s’est proposé de déterminer comment l’écrivain Chevillard occupe la fonction d’auteur de littérature dans son blog, a permis de dégager trois aspects essentiels de ce qu’on peut appeler son ethos numérique. Tout d’abord, l’ethos attaché à la scénographie de L’Autofictif, qui comprend non seulement une dimension verbale, mais aussi iconographique et architecturale, implique d’emblée un brouillage quant au statut d’auteur de Chevillard dans son blog. On a par ailleurs pu constater que l’ethos numérique de L’Autofictif, étroitement lié à une mise en scène de l’auteur qui sert de fil conducteur à des jeux littéraires, instaure un autre type de brouillage, celui entre l’inscripteur, l’écrivain et la personne, propre aux textes écrits par des écrivains qui impliquent un travail de figuration de soi. Cependant, à la différence de la relation livre-auteur en vigueur dans la textualité traditionnelle, dans laquelle les genres occupent une place centrale, le blog de Chevillard se construit sur une relation auteur-Internet, où c’est la notoriété de l’écrivain et des références explicites à son œuvre qui jouent une place centrale. Si Chevillard propose dans son blog un travail d’écriture exigeant, la publication annuelle de celui-ci par une petite maison d’édition traditionnelle, et la présence dans certains billets de l’expression d’une nostalgie face à la disparition de l’objet-livre, ont permis de dégager un troisième type de brouillage, l’auteur maintenant un flou concernant la place que le blog occupe dans son œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), « Ethos », dans Le Dictionnaire du littéraire, sous la direction de Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, URL : http://aad.revues.org/index662.html.

Amossy (Ruth), La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, « Interrogation philosophique », 2010.

Barats (Christine) (dir.), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Armand Colin, « U », 2013.

Chevillard (Éric), L’Autofictif, URL : http://l-autofictif.over-blog.com .

Candel (Étienne), « Penser la forme du blog, entre générique et génétique », dans Les blogs. Écritures d’un nouveau genre ?, sous la direction de Christèle Couleau et Pascale Hellégouarc’h, Paris, L’Harmattan, « Itinéraires-Littérature, textes, cultures », no 2, 2010, pp. 23-31.

Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007.

Foucault (Michel), « Qu’est-ce qu’un auteur ? », conférence publiée dans le Bulletin de la Société française de philosophie, vol. 63, no 3, 1969, pp. 73-104 [repris dans Dits et écrits I, 1954-1975, Paris, Gallimard, 1994, pp. 817-849].

Hamon (Philippe), L’Ironie littéraire. Essai sur les formes obliques, Paris, Hachette, 1996.

Lehti (Lotta), « Blogging politics in various ways : A typology of French politician’s blogs », Journal of pragmatics, vol. 43, no 6, 2011, pp. 1610-1627.

Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), « L’Analyse des discours constituants », Langages, nº 117, 1995, pp. 112-125.

Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Maingueneau (Dominique), « Types of genres, Hypergenre and Internet », dans Digital Genres, New Literacies and Autonomy in Language Learning, sous la direction de M-J Luzon, M-N Ruiz-Madrid, M-L Villanueva, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2010, pp. 25-42.

Meizoz (Jérôme), « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009, p. 3. URL : http://aad.revues.org/667.

Milner (Jean-Claude), De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Seuil, 1978.

Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien. Poétique journalistique au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Haut de page

Notes

1 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, n°3, 2009, URL : http://aad.revues.org/index662.html.

2 Amossy (Ruth), La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, « Interrogation philosophique », 2010, p. 6.

3 Ibid., p. 73.

4 URL : http://l-autofictif.over-blog.com [consulté le 25/04/2013].

5 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004. p. 185.

6 On emploie le terme de scénographie dans le sens que lui confère Maingueneau, c’est-à-dire comme « processus en boucle » : dès son émergence, la parole suppose une certaine scénographie, qui doit se valider à travers l’énonciation même. Pour une définition plus précise de la notion, voir Maingueneau (Dominique), op.cit., 2004, pp. 192-193.

7 Maingueneau (Dominique), « Aux limites de la généricité », dans Les échelles du texte, Colloque Université de Lausanne qui s’est tenu les 15-16 novembre 2012, à paraître. Pour un approfondissement de la question de l’étude du web, on se référera à l’ouvrage de Barats (Christine) (dir.), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Armand Colin, « U », 2013.

8 URL : http://www.jptoussaint.com [consulté le 25/04/2013].

9 « Ethos préalable », utilisé par Amossy, et « ethos prédiscursif », utilisé par Maingueneau, sont des notions équivalentes. Dans ce travail, on a choisi d’employer le terme « ethos prédiscursif » pour des raisons de clarté, la référence au discours faisant ressortir d’emblée l’objet étudié.

10 Amossy (Ruth), La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, « Interrogation philosophique », 2010, p. 73.

11 URL : http://www.eric-chevillard.net [consulté le 25/04/2013].

12 URL : http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=1389 [consulté le 25/04/2013].

13 [Souligné par l’auteur.] Pour les citations tirées du blog de Chevillard, on indiquera seulement la date qui apparaît au-dessus de chaque nouveau billet posté par l’écrivain. Cette date figure aussi dans la version papier de L’Autofictif.

14 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 108.

15 Ibid., p. 108.

16 Ibid., p. 108.

17 Milner (Jean-Claude), De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Seuil, 1978.

18 Comme « marqueurs littéraires », autrement dit « signes conventionnels de l’écriture littéraire », Milner (ibid., p. 322) détermine entre autres des phénomènes de « non-classifiance » et le « passé simple », à cela on pourrait ajouter un certain nombre de figures de styles telles les syllepses et des tournures métaphoriques.

19 Hamon (Philippe), L’Ironie littéraire. Essai sur les formes obliques, Paris, Hachette, 1996, p. 4.

20 Chevillard (Éric), L’Auteur et moi, Paris, Les Éditions de Minuit, 2012.

21 URL : http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/09/06/le-monde-comme-chou-fleur.html [consulté le 13/09/2012].

22 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant à la critique de L’Auteur et moi sur le blog de Jourde : http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/09/06/le-monde-comme-chou-fleur.html [consulté le 13/09/2012].

23 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Jourde, Le Maréchal absolu (2012), présenté sur le site Internet des Éditions Gallimard : http://www.gallimard.fr/rentreelitteraire/PierreJourde.htm [consulté le 13/09/2012].

24  C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au blog de Claro : http://towardgrace.blogspot.fr/2012/09/la-fable-chevillard.html [consulté le 13/09/2012].

25 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Claro, Tous les diamants du ciel (2012), présenté sur le site Internet des Éditions Actes-Sud : http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/tous-les-diamants-du-ciel [consulté le 13/09/2012].

26 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant à la critique de L’Auteur et moi sur le blog de Bon : http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article3088 [consulté le 13/09/2012].

27 C’est l’auteur qui souligne par un lien hypertextuel renvoyant au dernier livre de Bon, Autobiographie des objets (2012), présenté sur le site Internet des Éditions du Seuil : http://www.seuil.com/livre-9782021088397.htm [consulté le 13/09/2012].

28 Maingueneau (Dominique), op.cit., 2004, p. 219.

29 Voir par exemple le billet du 4 août 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ugo Ruiz, « Ethos et blog d’écrivain : le cas de L’Autofictif d’Éric Chevillard », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5830 ; DOI : 10.4000/contextes.5830

Haut de page

Auteur

Ugo Ruiz

Université Paris-Sorbonne - Université de Göteborg

Haut de page