Navigation – Plan du site

Avant-propos

Reindert Dhondt, Katrien Horemans, Beatrijs Vanacker et Karen Vandemeulebroucke

Texte intégral

  • 1 D’autres rencontres scientifiques récentes témoignent d’une préoccupation similaire : le colloque i (...)

1Le présent dossier est issu d’une série de séminaires de lecture et d’un colloque international organisé par le groupe de recherches « Relations littéraires et identités post/nationales » de la KU Leuven les 28 et 29 juin 2012 autour d’un des principaux concepts de l’analyse de discours, l’ethos, ainsi que des termes corrélés de posture et d’image d’auteur. Les articles réunis résultent d’une volonté de réflexion de fond et font écho à l’intérêt que portent nombre de jeunes chercheurs en littérature pour certains concepts-clés de l’apparat méthodologique de l’analyse de discours1.

2Le concept d’ethos connaît une longue histoire, marquée par une forte instabilité définitionnelle, qui remonte à la tripartition aristotélicienne ethos-pathos-logos. Dans ce contexte originel, l’ethos est défini comme l’image que l’auteur donne de lui-même à travers le discours. Le recours au concept étant devenu de plus en plus fréquent dans les études littéraires comme dans d’autres disciplines telles que la sociologie et la linguistique, nous avons souhaité mener une réflexion approfondie sur ses contours et ses usages. D’une part, notre ambition a été de confronter les différentes perspectives théoriques existantes sur la notion d’ethos et ses notions voisines de posture et d’image d’auteur. Plusieurs articles abordent ainsi la question des complémentarités et des incompatibilités entre différentes approches existantes de la figure de l’auteur : l’approche discursive et analytique de Ruth Amossy et de Dominique Maingueneau, l’étude de la posture telle que la conçoit Jérôme Meizoz, et celle de l’image d’auteur développée par José-Luis Diaz. D’autre part, nous avons voulu illustrer, interroger et mettre à l’épreuve la valeur analytique et explicative de ces concepts, à travers des études de cas portant sur des corpus variés, à la fois d’un point de vue historique, culturel et générique.

3Plusieurs articles sont consacrés aux questions théoriques soulevées par l’appareillage conceptuel. Ainsi, dans l’article d’ouverture, Reindert Dhondt et Beatrijs Vanacker proposent un regard rétrospectif, résumant la genèse de la notion d’ethos et de la figure de l’auteur en général, et formulent quelques pistes de réflexion à portée méthodologique, prolongées dans les articles du dossier. Dominique Maingueneau affine quant à lui sa conception de l’ethos à partir du concept d’« incorporation », qui s’avère particulièrement fructueux pour l’étude des discours publicitaires, politiques ou religieux. À partir d’une lecture d’extraits de Molière et de Voltaire, il souligne aussi toute l’importance d’une prise en considération à la fois de la configuration historique, de la diversité des genres de discours, et de la poétique de l’auteur dans l’étude de l’ethos. Claudio Ramírez propose quant à lui un plaidoyer pour l’usage de la notion d’ethos, telle que développée en analyse du discours, dans le paradigme de la Critical Discourse Analysis, illustrant ce propos à partir d’une étude de cas non littéraire. Placé à la fin du dossier, l’article de José-Luis Diaz établit à plusieurs égards un dialogue avec la théorie de Maingueneau, en examinant comment les différentes scénographies auctoriales à l’époque romantique s’articulent aux imaginaires de l’écrivain en vigueur d’une part, et aux dispositifs « paratopiques » dans leurs modes d’apparition discursifs de l’autre.

4Les études réunies ici relèvent de périodes historiques hétérogènes : de la posture construite par Christine de Pizan (Claire-Marie Schertz) à la présentation de soi d’Antoine Volodine (Mette Tjell), en passant par l’ethos mémorialiste au xixe siècle (Katrien Horemans). Elles témoignent ainsi de l’importance d’une prise en compte du contexte historique (politique, social, idéologique et national) dans l’étude de l’ethos d’auteur. Cette perspective transhistorique implique aussi une interrogation sur la validité des différentes notions mobilisées pour désigner l’image de l’auteur dans le texte selon les périodes historiques considérées. Ainsi, Claire-Marie Schertz étudie-t-elle des corpus médiévaux à partir de la notion de posture, non pas au sens où l’entend Jérôme Meizoz, mais en tant que figure de projection plus concrète (personnage ou allégorie) participant de la construction de l’ethos. Delphine Burghgraeve mobilise quant à elle la notion d’ethos pour étudier l’émergence de voix auctoriales engagées et subjectives au début du xve siècle.

  • 2 Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), « Un réseau de concepts. Entretien av (...)
  • 3 Diaz (José-Luis), Declercq (Elien) & Vandemeulebroucke (Karen), « De l’écrivain au traducteur imagi (...)

5Plusieurs études portent par ailleurs sur des corpus qui, relevant de situations culturelles complexes, peuvent être étudiés finement à partir des outils, pourtant peu mobilisés dans ces domaines jusqu’à présent, de l’analyse du discours tels que celui de l’ethos. Il en va ainsi des corpus relevant de la traduction. Comme l’ont souligné récemment Dominique Maingueneau et José-Luis Diaz, l’étude de l’ethos implique, dans ces cas, une prise en compte des nombreuses recontextualisations que le texte-source subit, et qui en modifient la situation d’énonciation originelle. Ainsi, pour Dominique Maingueneau, si « l’étude de l’ethos de la préface d’un traducteur » est « inévitable », dans le texte même, « les choses sont plus complexes, et c’est l’ensemble des problèmes classiques de la traductologie qu’il faudrait prendre en compte.2 » José-Luis Diaz écarte pour sa part l’idée d’un « double ethos », mais souligne qu’on peut considérer le traducteur comme « un énonciateur ancillaire, second », celui-ci pouvant chercher par le biais de la traduction à renforcer sa propre visibilité de traducteur, jusqu’à « utiliser l’auteur traduit comme [...] une béquille de sa propre mise en scène auctoriale.3 » Les jeux d’identification et de distanciation entre les différentes instances impliquées aboutissent ainsi à une superposition de différents ethè dans un seul et même texte. Les effets de ces recontextualisations, qui varient selon le genre concerné, ne sont par ailleurs pas uniquement linguistiques et pragmatiques, mais aussi éthiques. De telles questions sont au cœur de l’étude de Delphine Burghgraeve sur l’ethos de traducteur ou de translateur de Laurent de Premierfait. Il en va également des discours fortement marqués par une réflexion identitaire « nationale » : ainsi des chroniques journalistiques de l’écrivain mexicain Jordi Soler, dont l’identité discursive se construit en rapport avec la définition d’un « autre » culturel, représenté par les États-Unis (Emmy Poppe & Dagmar Vandebosch).

  • 4 Voir Amossy (Ruth), « Ethos », dans Dictionnaire d’analyse de discours, sous la direction de Patric (...)
  • 5 Voir à ce sujet Herman (Jan), Kremer (Nathalie) et Kozul (Mladen), Le roman véritable : stratégies (...)

6Enfin, les études de cas concernent des corpus très variés du point de vue des genres littéraires abordés. Dans son acception originelle, l’ethos était limité aux genres de l’éloquence. Or dans une perspective d’analyse du discours, il s’agit d’étudier la mise en scène de l’auteur en rapport avec les trois scènes distinguées par Dominique Maingueneau dans la scène d’énonciation : la scène « englobante », la « scène générique » et la « scénographie ». Comme l’a souligné également Ruth Amossy, la scène générique impose certaines contraintes, en ce que « chaque genre de discours comporte une distribution préétablie des rôles qui détermine en partie l’image de soi du locuteur ». Mais le locuteur peut prendre une certaine liberté et « choisir plus ou moins librement sa ‘scénographie’ » – ce dernier concept étant entendu comme « scénario familier qui lui dicte sa posture (le père bienveillant face à ses enfants, l’homme au parler rude et franc, etc.) 4 » L’interrogation générique est, du reste, à articuler au contexte socio-historique. Plusieurs travaux5 se sont ainsi attachés à étudier comment l’émergence du genre romanesque en France se négocie dans les dispositifs péri- et métatextuels qui l’accompagnent. Dans le prolongement de ces réflexions, K. Horemans analyse dans ce dossier les stratégies discursives péritextuelles qui légitiment le discours mémoriel « en passe de devenir autobiographique » à l’âge classique. Un brouillage générique contemporain est analysé par Ugo Ruiz, qui décrit comment les contraintes génériques du régime éditorial s’effacent dans l’écriture numérique du blog littéraire, et examine les répercussions de cette évolution sur la construction d’une figure d’auteur.

Haut de page

Notes

1 D’autres rencontres scientifiques récentes témoignent d’une préoccupation similaire : le colloque international de la SBLC et de la VAL « À propos de l’auteur » (Bruxelles, 14 novembre 2012, organisé par Matthieu Sergier, Marc van Zoggel & Hans Vandevoorde) ; l’atelier du xixe siècle autour de « Ethos/ postures/ scénographies » organisé dans le cadre de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (Paris, 24 novembre 2012) ; ou encore le colloque « Figures, ethos et postures de l’auteur au fil des siècles » (Lausanne, 20-21 juin 2013, organisé par Jérôme Meizoz & Jean-Claude Mühlethaler). Mentionnons également, dans ce contexte, les récents entretiens parus dans Interférences littéraires/Literaire interferenties avec José-Luis Diaz (par Elien Declercq & Karen Vandemeulebroucke), Dominique Maingueneau (par Reindert Dhondt & David Martens) & Jérôme Meizoz (par David Martens) (URL : http://www.interferenceslitteraires.be/interviews).

2 Maingueneau (Dominique), Dhondt (Reindert) & Martens (David), « Un réseau de concepts. Entretien avec Dominique Maingueneau au sujet de l’analyse du discours littéraire », Interférences littéraires/Literaire interferenties, n°8, mai 2012, p. 216. URL : http://www.interferenceslitteraires.be/interferences/nl/node/162

3 Diaz (José-Luis), Declercq (Elien) & Vandemeulebroucke (Karen), « De l’écrivain au traducteur imaginaires. Entretien avec José-Luis Diaz au sujet de sa théorie de l’auteur », Interférences littéraires/Literaire interferenties, n° 9, novembre 2012, pp. 223-224, URL : http://www.interferenceslitteraires.be/interferences/nl/node/179

4 Voir Amossy (Ruth), « Ethos », dans Dictionnaire d’analyse de discours, sous la direction de Patrick Charaudeau & Dominique Maingueneau, Paris, Seuil, 2002, p. 239. Voir aussi Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, « U », 2004.

5 Voir à ce sujet Herman (Jan), Kremer (Nathalie) et Kozul (Mladen), Le roman véritable : stratégies préfacielles au xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 2008 : 08 et Vanacker (Beatrijs), « La ‘fiction à l’anglaise’. Au sujet des stratégies préfacielles dans l’œuvre de deux romancières françaises du xviiie siècle », dans Les Lettres romanes, n° 67 (1-2), pp. 199-217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reindert Dhondt, Katrien Horemans, Beatrijs Vanacker et Karen Vandemeulebroucke, « Avant-propos », COnTEXTES [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/5842 ; DOI : 10.4000/contextes.5842

Haut de page

Auteurs

Reindert Dhondt

KU Leuven – FWO-Vlaanderen / Universiteit Utrecht

Articles du même auteur

Katrien Horemans

KU Leuven

Articles du même auteur

Beatrijs Vanacker

KU Leuven – FWO-Vlaanderen

Articles du même auteur

Karen Vandemeulebroucke

KU Leuven – FWO-Vlaanderen

Articles du même auteur

Haut de page