Navigation – Plan du site

Compte rendu de Dozo (Björn-Olav), Glinoer (Anthony) & Lacroix (Michel) (dir.) Imaginaires de la vie littéraire : fiction, figuration, configuration

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2012.
Aleide Vanmol

Texte intégral

  • 1 Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer et Michel Lacroix sont tous trois membres fondateurs du GREMLIN, T (...)

1L’ouvrage dirigé par Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer et Michel Lacroix, qui rassemble pas moins de vingt-trois textes (à l’exclusion de l’introduction), s’inscrit dans les travaux du Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions (le GREMLIN). Ce Groupe a lancé un projet consacré spécifiquement aux « figurations romanesques du personnel littéraire en France, 1800-1945 »1, dont le contenu et l’approche sociocritique constituent les lignes de force du présent ouvrage. Ce dernier se donne pour objectif de réunir des réflexions sur la représentation du monde littéraire dans la fiction, afin de mieux cerner les pratiques littéraires réelles. Plus précisément, il s’agit d’une étude de la littérature comme « lieu de socialisation, d’ancrage identitaire et de travail collectif, ceci par le biais de la forme et des codes romanesques » (p. 13).

2Le livre est divisé en quatre parties, à savoir « Personnages génériques et écrivains imaginaires », « Personnages légendaires et histoires littéraires », « Médiateurs et médiatisations » et « Vies et masques ». Il rassemble des contributions traitant d’œuvres fictives qui mettent en scène des figurations de l’écrivain, depuis l’auteure de chick lit jusqu’au biographe imaginaire en passant par le traducteur-écrivain, la figure du « rond-de-cuir », l’écrivain-journaliste, ainsi que divers médiateurs littéraires fictifs, comme le bibliothécaire et l’éditeur-artiste, dans un corpus de textes s’étendant du XIXe siècle jusqu’à la période contemporaine. Les littératures de langue française se taillent incontestablement la part du lion, mais quelques articles étendent la perspective à d’autres espaces linguistiques comme le domaine anglophone, en l’occurrence.

3Dans l’introduction générale « “Un texte comme les autres” : auteurs, figurations, configurations » (pp. 7-22), Michel Lacroix propose une synthèse de l’ouvrage, s’employant à mettre en lumière les points communs des différentes parties du livre. Afin de fournir un point d’ancrage aux textes réunis, il renvoie d’emblée aux travaux récents sur (la mort de) l’auteur et effectue un tour d’horizon des réflexions théoriques en cours en ce qui concerne la figure de l’auteur et ses multiples hypostases. Il met en évidence des notions courantes – mais peu associées avec la figuration de l’auteur, selon Lacroix – comme celles de mise en abyme et de métalepse, soulignant l’existence d’une réflexivité spécifique qui serait à l’œuvre dans la fiction et accordant une attention particulière à la pluralité de la figure d’écrivain. Selon Lacroix, la spécificité des articles rassemblés réside dans le fait qu’ils se penchent sur un « corpus quelque peu négligé de la littérature moderne et contemporaine » (p. 13), à savoir des textes où, à travers la mise en scène d’écrivains fictifs, la sociabilité de la littérature ainsi que « les scénarios auctoriaux idéaltypiques de l’imaginaire littéraire » (p. 13) se donnent à lire en se mettant en scène et mettant en question, notamment, les codes de la référentialité, les catégories génériques ou encore le rapport à l’histoire littéraire.

4Lacroix résume ensuite les différents travaux repris à la lumière de l’objectif posé. Il choisit de ne pas suivre, dans cet article liminaire, la répartition en quatre parties qui ordonne le livre. Même si l’on peut regretter que les principes de cette répartition ne sont au demeurant pas explicités dans le volume, son exposé des principales lignes de force de l’ensemble montre que l’ouvrage tente de dépasser la table des matières. Il s’emploie à expliciter les questions qui se trouvent à la base des études de cas réunies, à savoir l’intérêt pour les dimensions plurielles de l’auteur, dans une perspective qui tend « à le replacer dans ses dynamiques textuelles, institutionnelles, sociales, intégrant l’ensemble des rôles et fonctions de la vie littéraire, ceci par le biais des récits qui croquent l’écrivain “en sociétés”, en interaction, confrontation ou fusion avec d’autres acteurs, instances ou groupes associés à l’écrit, au livre. » (p. 13) Ainsi, Lacroix, dans cette introduction, rassemble les articles qui ont examiné les figures « génériques » associées aux « interlocuteurs » des écrivains, les « non-écrivains » – représentant la multiplicité des acteurs du monde littéraire – dans un ordre chronologique, à savoir partant d’un corpus plus ancien (il s’agit entre autres d’une contribution étudiant la figuration du journaliste dans l’œuvre de Balzac) à un corpus de textes plus contemporains. Il met l’accent sur l’identification paradoxale entre l’écrivain fictif et ces médiateurs littéraires fictifs, basée sur leur position paratopique partagée. Ensuite, il réunit des textes qui traitent de la pluralité des types d’écrivain – des scénarios auctoriaux spécifiques –, dont les contributions se concentrent sur l’image d’auteur (ce n’est pas toujours leur propre image qu’ils veulent retoucher), la notion de posture (Meizoz), ce qui, à plusieurs reprises, soulève aussi la question du rapport à l’histoire littéraire. Il rassemble des articles qui traitent des retours aux « tribus » littéraires, de l’écrivain légendaire s’avançant sans masques, de la confrontation ainsi que du décalage entre fiction et réalité et des interrelations entre les figures d’écrivain, avec une attention particulière à la logique des clés dans certains corpus de textes.

5En l’occurrence, la plupart des hypothèses, des constats sur la figuration de l’écrivain fictif en société reviennent sur la situation paratopique de l’écrivain moderne tout comme d’autres acteurs littéraires du monde littéraire moderne. L’introduction de Lacroix s’achève sur le point suivant : « les figures disqualifiées se retrouvent [dans les corpus de textes représentant des a(c)teurs littéraires fictifs modernes] au sein même de l’univers littéraire, au plus près des figures positives » (p. 21) : « [c]e constat bien provisoire de nos travaux correspond-il à une véritable mutation historique, la question est lancée… » (p. 21).

6Dans « Le comble de la vie littéraire : Paludes » (pp. 23-46), Jean-Pierre Bertrand envisage la mise en scène de la figure de l’écrivain et du monde des littérateurs dans le texte d’André Gide, en se demandant « ce qui dans Paludes s’indexe sur la mythologie de l’écrivain du XIXe siècle et surtout […] ce qui s’en écarte » (p. 24). L’auteur montre en quoi ce récit, publié en 1895, se présente comme un portrait-charge de la vie littéraire de son temps : plus précisément, ce qui en fait une satire du littéraire qui vise à repenser la littérature dans son ensemble et qui trouve son comble dans le chapitre intitulé « Le banquet ». Bertrand interroge notamment la posture d’auteur et la conception de la littérature qu’elle implique chez Gide, à travers une analyse du rapport de l’écrivain perçu comme canonique avec celui dont l’acte littéraire se distingue de la norme. Le « retour à la tribu littéraire » – exposant la logique des clés – forme le sujet principal de quelques contributions rangées dans la deuxième partie du livre. En outre, l’interrogation sur la posture auctoriale (et y associée le rapport à l’institution) dans l’œuvre de Gide revient dans le dernier article de l’ouvrage.

  • 2 Voir aussi son numéro (sous sa direction et celle de Nathalie Preiss) pour Interférences littéraire (...)
  • 3 « Enfin, les procédés du texte à clés et du portrait crypté contribuent à l’assimilation de la pers (...)

7La première partie de l’ouvrage, « Personnages génériques et écrivains imaginaires », réunit des contributions qui visent à éclairer particulièrement la fonction de l’écrivain et de la littérature, la construction des figures auctoriales, la frontière entre la personne et le personnage ainsi que les codes de lecture. Elle s’ouvre avec un texte de Valérie Stiénon2 portant sur « L’homme de lettres en personnage générique. La sociologie-fiction des “physiologies” » (pp. 35-46). Il s’agit d’une investigation de la figuration de l’écrivain fictif dans une catégorie de textes non-romanesques, à savoir le petit genre éditorial de la physiologie littéraire, en vogue à Paris sous la Monarchie de Juillet. Valérie Stiénon présente son « étude de l’homme de lettres en personnage générique » (p. 45) comme l’occasion de rendre compte de l’ambiguïté qui existe entre la personne et le personnage dans ce genre où, par le recours au procédé du texte à clés (via le pseudonyme notamment), la frontière entre personne et personnage n’est plus facilement discernable3. Son étude convoque la question suivante : « [q]u’apporte l’étude du personnage générique de l’homme de lettres à la compréhension des mécanismes de la sociologie-fiction développée par ces textes ? » (p. 43).

  • 4 « Melville a introduit l’idée de contradiction en littérature et, avec elle la perspective nouvelle (...)
  • 5 Voir aussi sa thèse de doctorat La figure littéraire du rond-de-cuir ou l'écriture de l'impotence. (...)

8« Le rond-de-cuir dans le roman français : figure symbolique de l’écrivain moderne ? » (pp. 47-61) se consacre à la figure du « scribouillard insignifiant, indolent et velléitaire […] exemplaire de la voie nouvelle dans laquelle s’engageait le roman fin de siècle » (p. 47)4. Cyril Piroux5 y procède de la façon suivante : après avoir donné un aperçu des origines multiculturelles de la figure de l’antihéros que serait l’employé de bureau, il résume le rôle du rond-de-cuir, fréquemment représenté dans la littérature française des années 1920-1950, considérant que ce topos se voit adapté aux évolutions socio-historiques, métaphysiques et littéraires du XXe siècle. À travers cette étude d’une figure représentant l’échec et l’impuissance, et semblant formuler le prolongement de l’allégorie bartlebienne, Piroux analyse l’une des crises connues par le genre romanesque et celle, corollaire, affectant le statut d’écrivain.

  • 6 « le détachement dont font preuve les trois personnages, pour qui l’engagement politique au sens st (...)

9Se donnant pour objectif de réfléchir à la responsabilité de la littérature et au rapport de l’écrivain à la vie sociale, Martine-Emmanuelle Lapointe étudie pour sa part les représentations de l’écrivain en tant qu’observateur attentif mais discret de sa société, dans trois romans québécois contemporains : J’ai l’angoisse légère (2008) de Francine Noël, Nous étions jeunes encore (2009) de Gilles Archambault et L’œil de Marquise (2009) de Monique LaRue, dans son chapitre intitulé « Figures de l’engagement politique dans trois romans québécois contemporains » (pp. 63-74). Elle envisage le thème de la responsabilité de la littérature et la fonction (jugée suspecte) de l’écrivain et de la littérature : « leurs fictions ne pourront rivaliser avec les discours sur l’actualité, seuls aptes à traduire le réel et à transmettre une parole véritablement engagée » (p. 72). À travers cette esquisse de l’écrivain éloigné, isolé (de la vie sociale), les développements de l’auteure conduisent à questionner l’état du champ culturel contemporain (où l’engagement serait une chose du passé) et le rôle qui y est conféré à l’auteur6.

  • 7 « Il se pourrait bien que, comme l’a noté André Belleau, ces représentations de l’écrivain en situa (...)

10« Talons aiguilles, best-sellers et milieu de l’édition : figurations du personnel littéraire en chick lit » (pp. 75-89) ouvre la réflexion en s’appuyant sur l’opposition « bourdieusienne » entre la logique économique et la recherche de capital symbolique. Celle-ci permet à Marie-Pier Luneau d’analyser le phénomène de la chick lit dans la littérature contemporaine. Elle focalise son attention sur des romans québécois mettant en scène des écrivaines aspirant à une carrière dans ce sous-genre, peu légitimé, du champ littéraire. L’auteure de l’article fournit un aperçu des principes sous-tendant la « vocation » des écrivaines, et examine la relation écrivaine fictive-écrivaine réelle (ainsi que son incidence sur l’image de l’auteur7), et le rapport auteur-éditeur. Luneau montre la façon dont ces récits mettent en scène des enjeux cruciaux pour la vie littéraire contemporaine, notamment en ce qui concerne la promotion et la distribution du livre, en éclairant les problèmes spécifiques qui se posent pour les auteures de cette catégorie de livres en termes de recherche de consécration littéraire.

  • 8 Voir aussi son ouvrage Fictions en quête d’auteur (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll.  (...)
  • 9 Intertextualité qui invite à être attentifs aux jeux de références littéraires et culturelles conte (...)
  • 10 « La supercherie littéraire révèle a contrario la pathologie actuelle du champ littéraire qui empri (...)

11Dans « “Pataulogie” de la littérature : l’écrivain afro-américain à l’épreuve de la fiction dans Erasure de Percival Everett » (pp. 91-103), Charline Pluvinet8 analyse le texte d’un écrivain afro-américain, que l’on peut traduire par « Effacement ». Il s’agit d’une supercherie littéraire goûtée par un public fictif, composition pleine d’allusions parodiques à d’autres exemples de la littérature « afro-américaine »9 mais dont la veine satirique n’a pas été perçue par le public. À travers l’analyse du livre d’Everett10, Pluvinet fournit un exemple particulièrement éclairant sur la fragilité du jugement littéraire. Elle fait ainsi apparaître la façon dont la représentation auctoriale détermine les modalités de la lecture en même temps que celles qui président, corollairement, à la classification et à l’évaluation des ouvrages. En offrant une image fictive du champ littéraire contemporain, elle met au jour la « pataulogie » de la société (littéraire) réelle.

12La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux « Personnages légendaires et histoire littéraire ». Il s’agit d'examiner la représentation fictive de groupes, personnes réel(le)s à peine crypté(e)s (reconnu(e)s largement, représentant des « personnages légendaires » dans le champ culturel) et leur relation à l’histoire littéraire : ainsi, chacune des contributions rassemblées dans cette partie de l’ouvrage met-elle l’accent sur l’évolution du champ culturel. Les trois premiers articles portent ainsi sur quelques lieux/modes de sociabilité, comme le cénacle ou la visite.

13Dans l’« Enquête préliminaire sur l’évolution littéraire Le Termite de J.-H. Rosny (1889) » (pp. 107-121), Vincent Laisney se demande « comment le roman [de Rosny] réfracte le champ littéraire à la fin du XIXe siècle. » (p. 107) et, en particulier, comment Rosny dessine le cénacle de Goncourt (à une époque contemporaine aux événements racontés dans le roman), en s'interrogeant tout spécialement sur la façon dont se dessine son rapport avec la crise du naturalisme. Dans son analyse de ce roman à clef, Laisney montre que Rosny tente de détruire de l’intérieur le groupe constitué par Goncourt. Cela fut un échec complet – étant donné qu’il ne réussit pas à rallier les disciples à sa cause, mais s’attire par contre la risée et le mépris d’eux ainsi que des maîtres – à tel point que le roman fut mal lu et tomba dans l’oubli. Laisney indique que Rosny travaille à éloigner le lecteur de l’homme de lettres mis en scène dans Le Termite « pour marquer le fossé qui sépare la société des hommes de la micro-société des hommes de lettres » (p. 111).

  • 11 « un réaménagement des structures culturelles se dessine, qui va mettre en jeu, au-delà de la compa (...)

14La mise en scène d’un cénacle dans un roman à clef est également au cœur du deuxième texte de ce chapitre, « Le dernier mardi et le dernier cénacle de Calixte Armel à Mallarmé » (pp. 123-135). Pascal Durand y étudie Le Soleil des Morts (1898) de Camille Mauclair, ce « portrait à peine crypté de Stéphane Mallarmé » (p. 123), représentant un écrivain fictif en société, qui enrichirait mais aussi bouclerait le répertoire cénaculaire « en laissant présager la désagrégation de la forme cénacle en général » (p. 126). Le moteur de ce roman ainsi que celui du Termite de Rosny résiderait en la perte des illusions, et ces romans plaideraient en ce sens pour un réaménagement des structures culturelles « qui va mettre en jeu, au-delà de la compartimentation des réunions domiciliées et de la juxtaposition de singularités, d’autres modalités de l’expérience artistique, davantage chevillées à l’action, et d’autres lieux de sociabilité, localisés dans l’espace public » (p. 135)11.

  • 12 « cette scène de récitation constitue un point d’observation privilégié de la société romanesque et (...)

15Le motif de la visite continue d’être exploré dans « Visite au grand écrivain et récitation d’outre-tombe : Nelligan dans Le Beau Risque » (pp. 137-151). Pascal Brissette propose l’étude d’un mode de sociabilité de la littérature au sein de l’institution littéraire québécoise dans la période de l’avant-guerre. Il analyse Le Beau risque (1939), roman dans lequel l’auteur François Hertel prête voix à Émile Nelligan – figure notoire de la littérature québécoise – dans une scène de récitation ayant lieu aux alentours de 193612. Dans le roman, le personnage du professeur de rhétorique, le Père Berthier, emmène sa classe à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu où réside Nelligan, afin de voir et écouter ce poète. Cette scénette de visite « s’inscrit dans la tradition littéraire de la visite au grand écrivain » (p. 145), et permettrait à Hertel d’en offrir une variante qui participerait à la construction de sa propre posture d’auteur : cela « renforce l’image que Hertel a déjà donnée de lui, dans Leur inquiétude, d’éveilleur de consciences et “d’initiateurˮ. » (p. 147).

  • 13 « Dans ces trois romans, la saisie du groupe dépend en partie des choix narratifs » (p. 156).
  • 14 « le fonctionnement du groupe au microscope de la fiction » (p. 160) ; « une cartographie de ce mic (...)

16Dans « Le surréalisme fictif. Motifs critiques et réécritures historiographiques dans Odile, Gilles et Aurélien » (pp. 153-166), David Vrydaghs s’intéresse ensuite aux tentatives de représentation de la vie en collectivité du groupe surréaliste français. Il se concentre sur trois fictions écrites par d’anciens surréalistes, à savoir Odile (1937) de Raymond Queneau, Gilles (1939) de Drieu la Rochelle et Aurélien (1944) d’Aragon, afin de se rendre compte de la vie en collectivité telles qu’elles sont représentées dans ces romans satiriques mettant en scène le mouvement surréaliste13. Il montre que ces romans constituent des « charges historiographiques »14 : la fiction permettrait de faire le bilan (d’une façon satirique/critique) du groupe, en nuançant la perception du groupe au moment où « paraissent les premières histoires élogieuses du mouvement » (p. 165).

17Dans « Roger Nimier, personnages(s) de roman ; scénographies d’un hussard de papier » (pp. 167-183), Jean-Philippe Martel envisage les « configurations nimiériennes dessinées par la fiction » (p. 168) et le rôle nimiérien dans l’espace social de la période (1953-1962). Le corpus envisagé – deux exemples publiés du vivant de l’auteur (de Frank et Céline respectivement) et trois représentations nimiériennes postérieures à la disparition de leur modèle (« d’amis proches ou se prétendant tels » (p. 171), Blondin et Ollivier et de sa fille, Marie Nimier) – permet d’analyser la représentation de Roger Nimier dans ces fictions, et d’en montrer l’évolution. Ce faisant, Martel laisse apparaître qu’en convertissant Nimier en une figure de fiction, les auteurs de ces récits ne vont pas seulement dans le sens du prolongement de la biographie/l’histoire dans le littéraire, ils s’approprient aussi une partie de ce que Nimier a à dire sur la littérature, sur la position de l’écrivain dans le champ social ainsi que littéraire, et sur l’accès à la légitimité à une époque donnée (avec Nimier « comme une sorte d’embrayage du texte sur ses conditions d’énonciation » (p. 182)).

  • 15 Cette partie s’inscrit dans le prolongement d’une série de travaux sur littérature et journalisme : (...)

18La troisième partie de l’ouvrage explore les « Médiateurs et médiatisations » représentés dans des œuvres de fiction. Les textes de cette troisième partie ont en commun l’examen de la relation ambiguë qui existe entre le rôle d’écrivain endossé par les auteurs et certaines de leurs autres fonctions dans le champ littéraire, tels leur rôle de traducteur, bibliothécaire, journaliste… selon une cohabitation qui n’est pas toujours dénuée d’inconfort15. Dans les contributions rassemblées, on jette un coup d’œil critique sur l’« identité problématique » de l’écrivain.

  • 16 Ce qu’ils (les essayistes et le romancier) ont en commun, c’est l’acte social que pose le journalis (...)

19Guillaume McNeil Arteau, dans « Le journaliste chez Balzac, ou le libéralisme dans les lettres » (pp. 187-201), compare la représentation du topos du journalisme au XIXe siècle dans des textes politiques (de Benjamin Constant et d’Alexis de Tocqueville) et dans des romans (de Balzac, notamment, avec les Illusions perdues (1837-1843) et La Peau de Chagrin (1831)). Chez les essayistes, le journalisme constituerait « un prolongement de la parole humaine » et, davantage, selon l’image qu’en donne Tocqueville, une nécessité afin de réunir les hommes devenus plus individualistes dans un régime libéral. L’œuvre de Balzac, en revanche, présente « une critique » (p. 188)16. L’auteur de la Comédie Humaine attribuerait la faillite du journaliste aux sociabilités journalistiques : le journaliste balzacien représente le prolongement du libéralisme, ce qui fraye la voie à une critique plus générale du libéralisme (qui impliquerait le désordre, le « brouillage de la communication » (p. 193)).

  • 17 le roman du reporter qui « est une littérature de l’ère de l’information, parfaitement décomplexée  (...)

20L’étude de la représentation fictive du journaliste, cette figure familière au XIXe siècle, se prolonge dans le deuxième texte de cette partie, « De Lucien de Rubempré à Gédéon Spilett ou de l’écrivain-journaliste au reporter qui n’écrit plus : scénarios et contre-scénarios » (pp. 203-215). Guillaume Pinson traite à la fois du roman de l’écrivain-journaliste et du roman du reporter17 en dégageant trois scénarios en ce qui concerne les diverses manifestations de la figure du journaliste/reporter (dont le dernier, celui du reporter, est présenté comme une sorte de contre-scénario). Il s’agit de rendre compte de l’état du champ. En retournant à la figure (problématique) de l’écrivain-journaliste représentée dans la littérature avant Illusions perdues, en la confrontant à une figure voisine, celle du reporter, l’auteur fait apparaître « le malaise d’une littérature plongée dans les médiations anonymes et envahissantes de la culture de l’imprimé. Si cette grande topique marque durablement l’ensemble du siècle, parallèlement dans le dernier quart du XIXe siècle prend forme le roman du reporter, renouvelant, grâce à des dispositifs littéraires inventifs, l’imaginaire du journalisme. » (p. 214)

21Björn-Olav Dozo et Michel Lacroix (« “Le lieu géométrique de toutes les agitations” : écrivains fictifs et prix littéraires, de Renée Dunan à Vincent Ravalec », pp. 217-235) étudient un corpus dont les personnages « sont fortement indexés par leur activité littéraire et [où] les prix jouent un rôle significatif dans le déroulement de l’intrigue » (p. 218) au cours d’un XXe siècle marqué par le développement des prix littéraires modernes. Les deux auteurs exposent les interactions propres au monde littéraire, le capital social, les relations (littéraires ainsi qu’amoureuses) en rapport avec la logique économique, tels qu’ils se trouvent configurés dans le roman Le Prix Lacombyne (1924) de Dunan, tour à tour qualifié d’« allégorie », de « portrait-charge » ou encore de « sociologie-fiction ». À travers l’analyse de ce livre mettant en scène deux écrivains-amants luttant pour le même prix littéraire, ce sont les « multiples médiations entre le champ, l’auteur et le texte » (p. 232) qui sont abordées.

22On trouvera une autre forme de médiation avec Sylvie Ducas qui se penche sur la bibliophobie (« Fables contemporaines du “bibliothécaire en morceaux” ou l’auteur bibliophobe et l’a-bibliothèque », pp. 237-250). Ducas constate notamment que la bibliophobie, attestée chez nombre d’auteurs du XIXe ainsi que du XXe siècle, « s’accompagne d’une propension à l’“a-bibliothèque”, autrement dit à un impensé de la médiation bibliothécaire qui pose question » (p. 239). Grâce à l’analyse de figures dégradées de bibliothécaires au sein de la fiction, Ducas en vient à relier ce phénomène aux enjeux concernant l’ethos auctorial et les postures de l’écrivain contemporain afin de mettre en relation in fine le mépris du bibliothécaire mis en scène dans la littérature à la « peur du lecteur-roi » que « l’écrivain partage aujourd’hui avec le bibliothécaire » (p. 246).

23Dans une contribution plus courte, « De quelques personnages de traducteurs dans la littérature québécoise » (pp. 251-259), Patricia Godbout tente, dans la perspective d’un projet de recherche en cours, de rendre compte de quelques traits caractéristiques de personnages de traducteurs dans plusieurs romans/nouvelles québécois(es) datant du XXe siècle, comme Les médisances (1945) de Claude Perrin de Pierre Baillargeon, La fin des songes (1950) de Robert Élie, « Les conspirateurs » (1962) d’Andrée Maillet, La traduction est une histoire d’amour (1970) de Jacques Poulin et Le désert mauve de Nicole Brossard (1987). En guise de conclusion rassemblant ces œuvres figurant toutes des traducteurs fictifs, Godbout observe la diversification du discours sur la traduction au fil du temps, en mettant l’accent sur l’idée que la représentation du traducteur révèle un monde « où le contact des langues et des cultures joue un rôle déterminant dans l’évolution des identités, tant individuelles que collectives. » (p. 258)

  • 18 Il s’agit entre autres de l’affrontement entre deux systèmes de valeurs : l’univers du capitalisme (...)

24Anne-Marie Clément consacre son article, « Représentations contemporaines de l’écrivain fictif dans ses habits de biographe » (pp. 261-272), au personnage du biographe, particulièrement à la mode depuis trois décennies, au moins. Elle aborde cette figure dans trois romans récents – Portrait de l’écrivain en animal domestique (2007) de Lydia Salvayre, Vie d’Anne-Sophie Bonenfant (2009) de François Blais et Ce qui est perdu (2006) de Vincent Delecroix. Cette étude invite à une réflexion sur l’identité et la reconnaissance de l’écrivain, sur l’écrivain en société, sur le choix générique et sur le(s) système(s) de valeurs18. L’univers du capitalisme où le profit matériel est la seule chose qui compte, et le monde intellectuel des artistes/écrivains, où l’enjeu déterminant relève de la reconnaissance symbolique, régissant les rapports de l’écrivain-biographe sont mis en avant dans ces fictions.

25La troisième partie se termine par un texte signé par Caroline Paquette, « Entre manuscrits et souffrance : l’éditeur artiste dans le roman québécois contemporain » (pp. 273-284). L’auteure y étudie, à travers quatre études de cas québécois, l’identité problématique de l’éditeur en artiste fictif (marqué par son rapport à l’institution fictive, au statut d’auteur, sa vocation, son autorité). Au niveau de la mise en œuvre romanesque de ces figures (dans De l’autre côté du pont (2004) de Gilles Archambault, Les six degrés du désir (2000) de Marc Fisher, Je suis un écrivain japonais (2008) de Dany Laferrière et Le manuscrit Phaneuf (2005) de Gilles Marcotte), et de ce qu’elle indique, Paquette s’emploie à expliquer ce choix de représentations d’éditeurs artistes en évoquant la relation complexe et pleine d’ambiguïtés qui existe au sein du couple auteur/éditeur. Elle se demande « [d]e quelle façon les multiples “emprunts” à la figure de l’écrivain redessinent-ils la fonction éditoriale dans la fiction? » (p. 274), en mettant l’accent sur l’identité problématique de l’éditeur en artiste fictif, dont l’une des difficultés réside dans le fait qu’il se trouve pris entre le monde inspiré et le monde marchand.

26La quatrième et dernière partie de l’ouvrage s’intitule « Vies et masques ». La mise en abyme est au cœur des contributions, ainsi que l’opposition entre « grande » littérature et « sous-littérature ». Les articles réunis analysent, entre autres, la position de l’écrivain dans le champ littéraire et ses sociabilités (angle qui contribue à organiser la réflexion dans plusieurs des articles des parties précédentes) ainsi que la frontière entre réalité et fiction.

27Dans la première contribution, « Gide et ses alter ego expérimentaux » (pp. 287-300), Alain Goulet analyse les mises en abyme créées par Gide dans ses romans qui mettent en scène de multiples personnages écrivains en train de créer des œuvres. Goulet en donne un aperçu dans un ordre chronologique, recensant les caractéristiques principales de ces écrivains en miroir afin d’élucider (l’évolution de) la posture de Gide lui-même, de ses jugements sur la littérature, et de son comportement en société.

28Le texte suivant, « Le corps autographe. Nouvelles hypothèses sur Le Jardin des Plantes de Claude Simon » (pp. 301-312) est signé par Paul Dirkx. Il met en évidence la façon dont Simon laisse des traces de lui-même dans ses romans : « il écrit chaque nouveau texte en prenant chaque fois un peu moins le soin de se faire oublier » (p. 303), écrit Dirkx au sujet de cet aspect autographique de la littérature simonienne, en dépit du formalisme auquel Simon a adhéré pendant une période donnée de sa carrière. C’est dans Le Jardin des Plantes (2006) que Dirkx distingue le plus clairement l’effort autographique de Claude Simon à travers sa représentation de « (C.) S. » d’une façon directe et détaillée. En bref, « [t]ous ces livres [de Simon] poursuivent […] le travail de réincarnation textuelle de l’écrivain en tant qu’écrivain » (p. 307).

29Robert Dion et Frances Fortier s'intéressent ensuite aux « Institutions en péril », dans leur contribution intitulée « Institutions en péril : de la satire dévastatrice à la disqualification parodique » (pp. 313-328). Ils examinent trois fictions contemporaines mettant en scène des écrivains de papier insignifiants, des figures dérisoires, à savoir Catastrophes (2007) de Pierre Samson, Démolir Nisard (2006) d’Éric Chevillard et Discours de réception (2003) d’Yves Gosselin. Les auteurs de l’article s’intéressent aux questions posées par William Marx dans L’adieu à la littérature et par Dominique Maingueneau dans Contre Saint-Proust ou la fin de la littérature en ce qui concerne l’idée d’une faiblesse progressive de la littérature : « la littérature se crut assez forte pour s’émanciper de la société qui l’avait portée jusque-là et pour trouver en elle-même sa propre valorisation ; ce fut la doctrine de “l’art pour l’artˮ, qui constitua le fer de lance de l’autonomisation du littéraire à partir du milieu du XIXe siècle. Or ce qui pouvait apparaître comme une démonstration de force constitua en réalité, selon Marx, la preuve d’une faiblesse et le début de la fin. » (p. 315). L’examen de ces fictions contemporaines « donne lieu à une critique virulente des mécanismes institutionnels de valorisation des écrivains. » (p. 314). Ainsi, ils réfléchissent à l’état de la littérature contemporaine, plus précisément à la vacuité des milieux éditoriaux et la médiocrité culturelle ambiante du champ dominé par des organismes subventionnaires. « [L]a figure d’écrivain n’existe, dans ces textes, que par l’entremise d’un commentateur qui la met en lumière en désignant avec insistance sa dimension emblématique » (p. 327).

30Dans « Devenir auteur : Angot actrice et témoin » (pp. 329-338), Jacques Dubois analyse l’œuvre romanesque de Christine Angot, connue pour ses romans sur le roman (entre autres son roman sur la réception du roman, Quitter la ville (2000) : « [r]oman sur le roman donc, ou roman du roman, où le dévoilement du personnage principal va plus loin encore qu’à l’accoutumée puisque nous allons découvrir le petit côté des choses, la médiocre cuisine de la fabrication littéraire, qui honore peu ceux qui sont aux fourneaux. » (p. 329)) révélant des informations particulières au sujet du fonctionnement de l’institution littéraire française au tournant du XXIe siècle. Dans la « sociologie du champ » (p. 331) à laquelle elle se livre, Angot « procède à un inventaire stratégique des étapes par lesquelles passe tout écrivain, mais tout spécialement l’écrivain émergent » (p. 332), écrit ainsi Jacques Dubois. Il s’agit aussi, selon lui, d’envisager le dedans et le dehors de la littérature : l’écrivaine prise entre succès de masse et reconnaissance distinctive.

31Le texte qui clôt la dernière partie et l’ouvrage entier, « La représentation littéraire de l’écrivain comme reflet de l’imposture de l’institution littéraire chez Stephen King » (pp. 339-353) est de la main de Clotilde Landais. Dans cet article, Landais étudie, dans les romans The Dark Half (1989), Bag of Bones (1998) et la novella « Secret Window, Secret Garden » (1990), les représentations d’écrivains à succès en situation d’imposture auctoriale (à la lumière du rapport entretenu avec l’institution littéraire). Évoquant le statut conféré au genre fantastique horrifique, Landais conclut son texte de la façon suivante : « [l’]auteur états-unien utilise [...] la représentation littéraire de l’écrivain comme outil métatextuel pour disqualifier la division institutionnelle entre (grande) littérature et “sous”-littérature » (p. 352).

  • 19 Parmi les publications récentes sur l’auteur, l'on peut songer à La fabrication de l’auteur (sous l (...)

32À travers cet ensemble d’études de cas analysant les représentations d’écrivains et d’autres agents du champ littéraire dans des œuvres de fiction allant du XIXe au XXIe siècle, Imaginaires de la vie littéraire : fiction, figuration, configuration fournit un aperçu intéressant de nombre d’enjeux théoriques étudiés dans les travaux récents au sujet de l’auteur19 avec une attention particulière accordée à la posture, l’imag(inaire)e de l’auteur, ainsi qu’au rapport auteur-champ/institution littéraire, sans omettre l’importance conférée, dans ces stratégies, aux choix génériques. L’un des communs dénominateurs à l’œuvre dans chacune des parties de l’ouvrage réside dans l’appareillage analytique de la sociologie bourdieusienne avec une attention toute spéciale accordée à la position problématique de l’écrivain moderne, pris entre capital économique et symbolique, le monde marchand et le monde inspiré, reconnaissance/consécration et l’argent.

  • 20 « l’aura légendaire de l’écrivain ne brille guère dans la société actuelle » (p. 267).

33Plus particulièrement, les articles de Piroux, Luneau, McNeil Arteau, Ducas, Godbout, et Paquette offrent matière à réfléchir sur le rapport purement conflictuel entre les médiateurs et les écrivains : dans le champ littéraire moderne, les deux catégories sont menacées de « paratopie », ce qui a pour résultat leur indentification paradoxale. L’étude de l’image ou de la posture d’auteur focalise l’attention sur l’aspect d’auto-légitimation (cf. entre autres les contributions de Luneau, Brissette, Martel, Dozo & Lacroix et Paquette), ainsi que sur la légitimation d’autres auteurs (cf. les articles de Brissette, Martel ou encore Durand) : la question de légitimation est à la base de chacune des quatre parties analysant la multiplicité des acteurs du monde littéraire tout comme la pluralité des auteurs de la société culturelle moderne. L’ensemble de l’ouvrage ouvre la voie à la pluralité, l’Auteur (avec majuscule) a disparu dans le champ moderne : les auteurs, les lecteurs l’ont remplacé. Dans bon nombre d’études (cf. Piroux, Lapointe, Pluvinet, Laisney, Durand, Vrydaghs, Clément), la perte des illusions de l’auteur, voire la perte de pouvoir de la parole littéraire – dont l’avenir incertain est évoqué à plusieurs reprises20 – est dénoncée.

34Complémentaire au numéro de la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture « Le livre dans le livre : représentations, figurations, significations »21, coordonné par Anthony Glinoer et par Caroline Paquette, ce collectif se donne pour finalité le lancement de nouvelles pistes de recherche afin d’étendre la réflexion sur des particularités – l’effet de réel, l’interrelation entre les acteurs du champ littéraire, la relation avec l’objet-livre, la mise en abyme – dans les procédés de référentialité que mettent en jeu de nombreux textes littéraires et sur les rapports avec le statut effectif de la littérature et du langage dans la société réelle.

35Outre l'absence d’explicitation des raisons qui ont motivé la structuration du volume, l’on peut regretter que la figure du scribouillard bartlebien (de l’auteur américain Melville, dans le texte de Cyril Piroux) et celle de l’écrivain fictif de Stephen King (dans l’article de Clotilde Landais) y constituent les seuls cas anglophones. Nul doute qu’une ouverture plus effective à d’autres domaines linguistiques aurait permis la mise en évidence de spécificités de l’histoire littéraire francophone au regard d’autres espaces. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage apparaît comme particulièrement intéressant, notamment en raison du canevas étendu qu’il propose dans l'étude des (con)figurations de l’écrivain fictif dans la littérature moderne française/francophone.

36Dans la mesure où le GREMLIN vise à travailler sur l’institution littéraire telle qu’elle est représentée dans la fiction, afin d’enrichir la réflexion sur des enjeux particuliers préoccupant le champ culturel des époques précédentes (XIXe-XXIe siècles) – comme le rapport autonomie/hétéronomie (de l’écrivain), le couple reconnaissance des masses/consécration littéraire, la dichotomie grande littérature/sous-littérature impliquant l’imaginaire littéraire (enjeux à la base de chacune des quatre parties du livre) –, cet ouvrage collectif réalise les objectifs qu’il s'était assigné. Cependant, même si la spécificité de ce projet est précisément de rendre compte de la représentation du champ littéraire dans les œuvres de fiction, l’on pourrait se demander si l’extension du projet, dans lequel s’inscrit Imaginaires de la vie littéraire, à d’autres modes de discours, factuels, ne serait pas susceptible de fournir une plus-value à la portée de leurs conclusions. Au terme de la lecture de cet ouvrage, l’on se demande pourquoi le livre n’a pas explicité cet aspect du choix de la représentation fictive de l’écrivain et ses « interlocuteurs ». Effectivement, une question demeure, qu’est-ce qui ferait la spécificité de la fiction dans la mise en œuvre des imaginaires de la vie littéraire, selon les éditeurs de l’ouvrage ? Peut-être que le travail de Glinoer et Paquette (2011, cf. supra) rend plus clair l’apport de la fiction (à l’encontre d’autres modes de discours) dans la figuration du monde littéraire : « Montrer dans la fiction les dessous de la vie littéraire et de la fabrique des œuvres questionne l’articulation entre le monde de la littérature […] et le monde social dans lequel celui-ci s’enchâsse. […] parler de la vie littéraire non pas dans des textes réputés ancillaires (correspondances, journaux intimes, souvenirs), mais au cœur des œuvres d’imagination revient pour l’écrivain à reconnaître, malgré ses prétentions souvent réitérées à ne relever que du “régime vocationnel”, qu’il fait profession de la littérature ; aussi bien, faire surgir dans le texte le microcosme littéraire aboutit chaque fois à révéler l’hétéronomie relative de celui-ci et donc à contrecarrer l’idéologie de l’autonomie et de l’autotélicité qui domine depuis deux siècles dans le champ littéraire français. » (Glinoer & Paquette, 2011)

37En l’occurrence, la représentation littéraire de l’écrivain « moderne » – dans son rapport à la société, à l’institution littéraire – offre un outil métatextuel afin de réfléchir sur les sociabilités réelles de l’écrivain et toutes les facettes associées comme, entre autres, l’opposition entre la quête d’originalité/d’individualité/de liberté et les contraintes de l’institution, la pureté littéraire et le commerce. Finalement, l’ensemble des contributions figurant un monde littéraire fictif élargit la définition du terme d’« auteur ».

Haut de page

Notes

1 Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer et Michel Lacroix sont tous trois membres fondateurs du GREMLIN, Tel qu'il se trouve présenté sur le site du groupe, le projet de recherche « Figurations romanesques du personnel littéraire en France, 1800-1945 » « vise à rassembler, par des coupes ciblées, un corpus d'œuvres romanesques françaises mettant en scène la vie littéraire, et à analyser les configurations qu'on y met en place et en mouvement. Ceci dans une perspective sociocritique, attentive aux médiations qui unissent ces configurations aux textes, discours et pratiques contemporains. » (http://legremlin.org).

2 Voir aussi son numéro (sous sa direction et celle de Nathalie Preiss) pour Interférences littéraires : http://www.interferenceslitteraires.be/nr8 et son livre : La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d'un genre panoramique (1830-1845) (Paris, Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012).

3 « Enfin, les procédés du texte à clés et du portrait crypté contribuent à l’assimilation de la personne à une entité fictive par des pseudonymes faussement transparents (cas du cryptage par déléation) et par des signalétiques parodiques. […] Cette ambiguïté entretenue entre personne et personnage permet le développement d’un pacte de lecture jouant explicitement des codes véridictionnels. » (p. 37).

4 « Melville a introduit l’idée de contradiction en littérature et, avec elle la perspective nouvelle qu’un personnage d’apparence médiocre, sans véritable substance romanesque, objet de son époque, pouvait tout à fait constituer le sujet même d’une histoire. » (p. 56).

5 Voir aussi sa thèse de doctorat La figure littéraire du rond-de-cuir ou l'écriture de l'impotence. Une idée du roman français au XXe siècle.(2011, http://www.theses.fr/s54073).

6 « le détachement dont font preuve les trois personnages, pour qui l’engagement politique au sens strict fait partie du passé, est-il lié à leur condition d’écrivains, de scripteurs volontairement décalés, en retrait, et pour deux d’entre eux à la retraite, ou est-il plutôt rattaché aux changements survenus depuis les années 1960, au recul des idéologies et à la fameuse fin des grands récits prophétisée par Jean-Françoais Lyotard ? » (p. 69).

7 « Il se pourrait bien que, comme l’a noté André Belleau, ces représentations de l’écrivain en situation d’échec aient pour effet de jeter la lumière, par le contre-exemple, sur la réussite de l’auteur réel. » (p. 81).

8 Voir aussi son ouvrage Fictions en quête d’auteur (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012).

9 Intertextualité qui invite à être attentifs aux jeux de références littéraires et culturelles contenues dans le roman et aux processus de construction des figures auctoriales.

10 « La supercherie littéraire révèle a contrario la pathologie actuelle du champ littéraire qui emprisonne tout écrivain dont la peau serait noire dans un cliché et étouffé la voix de ceux qui entendent en sortir. » (p. 97).

11 « un réaménagement des structures culturelles se dessine, qui va mettre en jeu, au-delà de la compartimentation des réunions domiciliées et de la juxtaposition de singularités, d’autres modalités de l’expérience artistique, davantage chevillées à l’action, et d’autres lieux de sociabilité, localisés dans l’espace public – les avant-gardes d’une part, les cafés d’autres part. » (p. 135).

12 « cette scène de récitation constitue un point d’observation privilégié de la société romanesque et mérite qu’on s’y arrête. » (p. 137).

13 « Dans ces trois romans, la saisie du groupe dépend en partie des choix narratifs » (p. 156).

14 « le fonctionnement du groupe au microscope de la fiction » (p. 160) ; « une cartographie de ce microcosme » (p. 163).

15 Cette partie s’inscrit dans le prolongement d’une série de travaux sur littérature et journalisme : voir les ouvrages de Thérenty et de Vaillant, entre autres Marie-Ève Thérenty & Allain Vaillant (dir.) Presse & Plumes : Journalisme et littérature au XIXe siècle (Paris, Nouveau Monde Éditions, coll. « Histoire contemporaine », 2004) ; ainsi que les deux numéros d’Interférences Littéraires sur le sujet : Laurence van Nuijs (dir.), « Postures journalistiques et littéraires » in Interférences Littéraires, n° 6, mai 2011 (http://www.interferenceslitteraires.be/nl/nr6) et M. Boucharenc, D. Martens & L. van Nuijs, (dir.), « Croisées de la fiction. Journalisme et littérature » in Interférences Littéraires,  n° 7, novembre 2011 (http://www.interferenceslitteraires.be/nl/nr7) ; voir aussi Paul Aron & Vanessa Gemis (dir.), « Le littéraire en régime journalistique » in COnTEXTES, n° 11, 2012 (http://contextes.revues.org/5296); ainsi que le travail du site Médias 19 : http://www.medias19.org/.

16 Ce qu’ils (les essayistes et le romancier) ont en commun, c’est l’acte social que pose le journaliste en prenant la plume.

17 le roman du reporter qui « est une littérature de l’ère de l’information, parfaitement décomplexée » (p. 204).

18 Il s’agit entre autres de l’affrontement entre deux systèmes de valeurs : l’univers du capitalisme où le profit matériel est la seule chose qui compte, et le monde intellectuel des artistes/écrivains (où il s’agit de reconnaissance).

19 Parmi les publications récentes sur l’auteur, l'on peut songer à La fabrication de l’auteur (sous la direction de Marie-Pier Luneau et Josée Vincent, 2010), similaires à l’ouvrage entre les mains, qui s’attaquent aussi à la problématique de l’auteur, qui réunit plusieurs membres du GREMLIN et explore la figure de l’auteur en prenant en compte l’ensemble des éléments qui la constituent au sein du vaste espace littéraire, ou encore L’écrivain, un objet culturel (sous la direction de David Martens et Myriam Watthee-Delmotte, 2012), où cette figure est envisagée, de façon plus large encore, en tant que produite par de multiples discours et institutions. Voir aussi le catalogue de l’exposition « Écrivains modes d’emploi. De Voltaire à bleuOrange (revue hypermédiatique) » tenue au Musée royal de Mariemont (Morlanwelz) du 2 novembre 2012 au 17 février 2013, Écrivains Modes d’emploi : de Voltaire à bleuOrange (revue hypermédiatique) (sous la direction scientifique de Sofiane Laghouati, David Martens et Myriam Watthée-Delmotte, 2012).

20 « l’aura légendaire de l’écrivain ne brille guère dans la société actuelle » (p. 267).

21 Cf. volume 2, numéro 2, printemps 2011, url : http://www.erudit.org/revue/memoires/2011/v2/n2/1001758ar.html (accédé une dernière fois le 26 mai 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aleide Vanmol, « Compte rendu de Dozo (Björn-Olav), Glinoer (Anthony) & Lacroix (Michel) (dir.) Imaginaires de la vie littéraire : fiction, figuration, configuration », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5843

Haut de page

Auteur

Aleide Vanmol

KULeuven

Haut de page