Navigation – Plan du site

Compte rendu de Blandin (Claire), Le Figaro littéraire. Vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971)

Paris, Éd. Nouveau Monde, « Culture/Médias », 2010, 655 p.
Clara Sadoun-Édouard

Texte intégral

1Les études de presse connaissent une expansion récente : grâce à la numérisation massive dont les journaux font l’objet, mais aussi parce qu’elles permettent de renouveler les recherches en histoire, en histoire littéraire et en littérature. C’est à la croisée de ces chemins que se situe l’ouvrage de Claire Blandin. Son objet, Le Figaro littéraire, lui permet de mener de front plusieurs histoires : celle d’un journal politique et littéraire de la seconde moitié du xxe siècle, celle de la culture de droite, celle des sociabilités intellectuelles et plus généralement celle du champ culturel français de 1930 à 1970. De fait, Claire Blandin dépasse le domaine strict de l’histoire de la presse et propose, comme le souligne Jean-François Sirinelli dans sa préface, un « modèle de démarche heuristique » dont le caractère interdisciplinaire et l’ampleur de vue s’avèrent précieux au moment où, comme nous venons de le mentionner, les études de presse connaissent un tel succès.

2Si Le Figaro littéraire, comme publication indépendante, ne voit le jour qu’à la Libération, sa genèse remonte au xixe siècle, au premier Figaro puis à celui de 1866 transformé par Villemessant : Claire Blandin nous montre que, tout au long de son histoire, Le Figaro est un « journal tourné vers la littérature ». Elle souligne également le statut spécifique du Figaro littéraire, hapax de l’histoire de la presse française : lieu de la relation ambiguë entre le politique et le littéraire, il est le symbole de la droite. À ce titre, il offre « un point de vue irremplaçable sur la culture politique de la droite française » en ce qu’il a été un outil de sa reconstruction dans l’après-guerre.

  • 1 Sapiro (Gisèle), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe (...)

3L’histoire du Figaro littéraire débute, en tant que supplément, au sein des pages du Figaro. Claire Blandin commence par le récit des années 1930 quand Pierre Brisson le prend en main avec le projet de redonner vie à un journal aux origines littéraires. C’est alors que se constitue l’équipe qui animera Le Figaro littéraire d’après-guerre et, tout en précisant le contexte littéraire de la période (celui de la « génération éthique » à la suite des travaux de Gisèle Sapiro1). Claire Blandin dresse une série de portraits et retrace plusieurs parcours : ceux de Billy, de Rousseaux, de Maulnier et, bien sûr, de Noël, de Brisson et de Mauriac. Suit alors la période troublée de l’Occupation où Le Figaro, réfugié à Lyon, cesse de paraître en 1942. Nous est alors décrite « l’évolution d’un journal de droite dans les années noires » : du maréchalisme des premiers temps à l’engagement de ses rédacteurs dans la Résistance. C’est cet engagement qui crée la légitimité qui justifiera la reparution du Figaro et la création d’un Figaro littéraire autonome à la Libération.

  • 2 Cf. Sirinelli (Jean-François), Rioux (Jean-Pierre), Histoire culturelle de la France, Tome IV, Le T (...)

4Ici encore, l’auteure consacre son analyse précise au contexte intellectuel de la Libération et propose notamment une histoire de la presse de la période au moment où cette dernière se voit appelée à jouer un nouveau rôle dans la démocratie. « Presse indépendante et héroïque issue de la clandestinité », elle est au cœur du projet du CNR. Le Figaro représente une « anomalie » et une exception : seul organe d’une droite déconsidérée, autorisé à reparaître, au milieu d’une presse dominée par la gauche, il sait tirer profit du « vide de la Libération ». C’est dans ce contexte qu’est créé Le Figaro littéraire, projet de Pierre Brisson et de François Mauriac qui veulent en faire un outil de l’« union entre les partis réconciliés ». Le rôle de Mauriac se révèle alors central : « prophète national » (Gisèle Sapiro), il incarne la figure de l’intellectuel catholique et modèle un Figaro littéraire à son image : entre littérature et politique. Du Figaro littéraire, qui voit le jour en mars 1946, il fait sa tribune et lui apporte ainsi légitimité et caution patriotique. L’enjeu pour l’hebdomadaire est alors de donner à une droite en « zone de dépression » (J.-F. Sirinelli2), déconsidérée par l’Occupation, « les canons de sa culture politique ». Le programme initial du Figaro littéraire est à la fois de continuer l’esprit de la Résistance mais aussi, en réaction à l’engagement en littérature, de revendiquer « un héritage littéraire français » et de s’opposer au CNE (avec les Lettres françaises, proche du PCF). Dans le contexte de l’Épuration, tout en se proclamant « le défenseur de la mémoire des lettres résistantes face aux écrivains compromis » (Fabre-Luce, Guitry, Céline), Le Figaro littéraire réhabilite Jacques Chardonne, Abel Hermant, Jean Guéhenno et défend « leur droit à publier » sans pour autant devenir une « tribune » offerte aux anciens collaborateurs.

5Dans un paysage culturel dominé par les communistes et « l’engagement » (notion dont Claire Blandin nous propose l’histoire), Le Figaro littéraire choisit son camp : du côté des États-Unis (sans enthousiasme excessif) et contre l’URSS. Il prône la « cohésion » contre la lutte des classes et se donne pour mission de « révéler au peuple français l’horreur du monde communiste ». Claire Blandin nous invite ainsi à relativiser « l’hégémonie culturelle communiste ». Elle montre en effet comment Le Figaro littéraire s’affirme comme « le lieu d’expression politique du littéraire » : d’abord en refusant le principe de l’engagement (mais en développant des stratégies de dénonciation de la situation des artistes et écrivains en URSS, en publiant leurs témoignages, en critiquant Louis Aragon), puis, en proposant une théorie du « contre engagement », en réaction à l’engagement des communistes – au travers des affaires Koestler, Kravchenko, en relayant les analyses de David Rousset sur le caractère concentrationnaire du régime soviétique. Ce faisant, Le Figaro littéraire s’impose comme « adversaire direct » des Lettres françaises et comme « acteur essentiel des luttes idéologiques de la guerre froide ».

6Les années 1950 sont une période de prospérité et Le Figaro littéraire y apparaît comme la « vitrine », le « prestigieux symbole de la maison Figaro ». Comme pour les autres périodes, Claire Blandin livre une histoire matérielle complète et contextualisée du journal à partir d’analyses de sa situation juridique, commerciale et financière, de sa culture d’entreprise, de sa diffusion, de sa publicité, de son lectorat, de sa politique d’abonnement, etc. Elle étudie aussi sa rédaction et le parcours de son rédacteur en chef, Maurice Noël, notamment à travers la lecture de sa correspondance avec Pierre Brisson. Enfin, elle expose sa politique éditoriale : privilégier l’auteur à l’œuvre et, partant, rejeter la critique d’analyse. Ces années représentent également « le temps des honneurs » pour l’hebdomadaire avec le prix Nobel de Mauriac dont le prestige rejaillit sur Le Figaro littéraire.

7C’est alors que l’ouvrage aborde l’aspect peut-être le plus paradoxal de cette étude de grande ampleur (du fait de l’objet d’étude et non de l’historienne) : sa critique littéraire qualifiée de « critique de connivence ». Blandin y montre Le Figaro littéraire, dans un monde des lettres en mutation, pris dans une relation endogamique avec les académies, dévoué au « culte d’un panthéon d’auteurs anciens » (Gide, Claudel et Colette) et se consacrant à la promotion des « amis de la maison ». À travers l’étude des critiques publiées, et notamment de la réception du Nouveau Roman, Claire Blandin démontre que Le Figaro littéraire a pour seul credo « la défense du goût français » et « parachève l’institutionnalisation du courant ».

8La décennie suivante voit l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef, Michel Droit, porteur d’une nouvelle formule destinée à suivre l’émergence de la presse magazine. L’intention est de rendre le journal plus lisible et Claire Blandin analyse le rajeunissement de la maquette (1961) puis la transformation du journal en magazine (1967) par la diversification de son contenu. Sciences, tourisme, sport, société y prennent place. Une citation savoureuse permet de bien prendre la mesure du chemin parcouru : « Pour [Johnny Hallyday], les voitures de sport, c’est visiblement Montaigne et Racine, il en parle avec l’émotion d’un agrégé ayant découvert le sens caché d’un alexandrin. » La critique suit la diversification du marché : télévision (chroniquée par François Mauriac), radio, musique, spectacle, peinture, sculpture. Cependant, le ton est généralement à la déploration de la création contemporaine. De même, si la critique littéraire évolue, elle favorise toujours les mêmes auteurs proches du journal, l’actualité académique et elle se contente de substituer un nouveau panthéon au précédent, sans être guère plus avant-gardiste (Ionesco, Morand et Kessel). Par la diversification, une nouvelle culture se développe cependant au Figaro littéraire et, à l’occasion de la guerre du Vietnam, il devient un « relais de la parole des intellectuels ». En suivant les positions gaullistes, il change d’attitude vis-à-vis de l’URSS et il apporte son soutien aux écrivains emprisonnés, y compris Régis Debray : l’actualité, introduite par la diversification, le pousse vers une forme d’engagement.

9La fin des années 60 constitue une triste fin pour l’hebdomadaire. Pierre Brisson, jusqu’alors seul maître à bord, meurt. Des difficultés de succession apparaissent et mai 68 provoque « incompréhension et peur ». L’hebdomadaire se réfugie dans la « défense des valeurs » et Michel Droit durcit l’ancrage à droite. En février 1971, Le Figaro littéraire cesse d’exister comme publication indépendante, il est « encarté » dans Le Figaro du vendredi, une grande partie de la rédaction est reclassée et nombre de ses rubriques disparaissent avec sa pagination. Son identité se fond dès lors dans celle du quotidien.

10La conclusion de l’ouvrage souligne la place centrale de Pierre Brisson, digne successeur de Villemessant comme « homme seul » du Figaro. Elle propose aussi une analyse des causes de l’échec de l’hebdomadaire : trop passéiste, victime du développement de la presse de masse, isolé par son opposition à l’engagement, sa légitimité a été transférée au Monde des livres.

  • 3 Blandin (Claire), Le Figaro, deux siècles d’histoire, Paris, Armand Colin, 2007.
  • 4 Blandin (Claire), Le Figaro. Histoire d’un journal, Paris, Éd. Nouveau Monde, 2010.

11Cet ouvrage vient compléter avec brio les travaux de Claire Blandin consacrés au Figaro (une monographie3 et un colloque4). Malgré ses dimensions imposantes et son érudition, il restitue une « histoire incarnée » (comme le souligne Sirinelli). C’est en effet l’un des aspects les plus stimulants de l’ouvrage : en consacrant de nombreuses recherches et analyses aux journalistes du Figaro littéraire, « derniers avatars d’un modèle du XIXe siècle », Claire Blandin restitue une histoire vivante du champ politique et intellectuel du second vingtième siècle. Il nous faut également souligner la diversité et la richesse des analyses : sociabilités, histoire culturelle, typographie, maquettage, « cartographie des espaces » (Rémy Rieffel), aucune approche n’est négligée. Avec la variété des sources sollicitées (archives, entretiens, base de données), elles font de cet ouvrage un modèle et une référence pour les études de presse.

Haut de page

Notes

1 Sapiro (Gisèle), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècles, Paris, Seuil, 2011.

2 Cf. Sirinelli (Jean-François), Rioux (Jean-Pierre), Histoire culturelle de la France, Tome IV, Le Temps des masses, Paris, Seuil, 1998, p. 226.

3 Blandin (Claire), Le Figaro, deux siècles d’histoire, Paris, Armand Colin, 2007.

4 Blandin (Claire), Le Figaro. Histoire d’un journal, Paris, Éd. Nouveau Monde, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Sadoun-Édouard, « Compte rendu de Blandin (Claire), Le Figaro littéraire. Vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971)  », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5869

Haut de page