Navigation – Plan du site

Compte rendu de Moretti (Franco), Distant Reading

London/New York, Verso, 2013, 244 p.
Ruth-Ellen St.Onge
Référence(s) :

Franco Moretti, Distant Reading, London/New-York, Verso, 2013, 244 p.

Texte intégral

  • 1 Moretti (Franco), The Bourgeois. Between History and Literature, London, New York, Verso, 2013.
  • 2 Moretti (Franco), Atlas du roman européen, 1800-1900, traduit de l’italien par Jérôme Nicolas, Pari (...)

1Les travaux de Franco Moretti, historien de la littérature, ouvrent de nouvelles perspectives qui touchent à un éventail de disciplines : l’histoire littéraire, mais aussi la sociologie de la littérature et l’histoire du livre. Distant Reading rassemble dix articles que l’auteur a publiés dans la New Left Review, Modern Language Quarterly et Critical Inquiry entre 2000 et 2011 et fait complément à son nouvel ouvrage, The Bourgeois, lancé en parallèle par la maison d’édition Verso1. Ces études ont eu des répercussions significatives dans le monde des recherches littéraires aux États-Unis comme en Europe : le recueil permet ainsi de tracer l’évolution de la pensée de Moretti et de comprendre la façon dont elle s’est nourrie de débats menés avec d’autres chercheurs, comme de la contribution de pairs et de disciples. L’auteur précise le contexte de chaque article à l’aide d’introductions courtes, mais fascinantes, où il décrit les sources et le développement de ses idées, soulignant parfois même les faiblesses de sa propre argumentation. Il ne cesse cependant d’affirmer les apports fructueux qu’une démarche inspirée par la science et l’économie est susceptible de fournir à l’étude du littéraire. Connu pour son Atlas du roman européen2, Moretti élargit le champ de recherche et ne se restreint pas à la littérature occidentale – dans trois articles ainsi, il examine le développement du roman chinois. De même, il ne se limite pas chronologiquement au XIXe siècle, sa période de prédilection, mais se livre à l’analyse des productions littéraire et culturelle classique et contemporaine. La perspective est pour le moins ambitieuse : considérer la littérature sur une échelle mondiale et de longue durée.

  • 3 Storia d’Europa. Volume Primo. L’Europa oggi, Torino, G. Einaudi, 1993.

2Dans son introduction au premier article du recueil, « Modern European Literature : A Geographical Sketch », Moretti signale que ce texte écrit originellement pour l’ouvrage Storia d’Europa3 représente au sein de son œuvre le premier chevauchement des approches géographiques, évolutionnistes et formalistes. Après avoir opposé la vision d’une Europe unifiée par la littérature canonique et celle d’une Europe éclatée par la nationalisation, il présente sa propre vision du continent comme écosystème d' « archipels », dont les régions se développent selon des modes et rythmes différents. Il déploie le concept d’un arbre pour expliquer l’émergence du roman européen et explique que le modernisme et les polarités des mouvements littéraires du XIXe et XXe siècles ne sont pas liés à une dialectique ou à des radicalismes, mais plutôt, selon la théorie de l’évolution, aux conditions et au comportement du système.

3Moretti a écrit « Conjectures on World Literature » alors qu’un débat animait son département, à l’Université de Columbia, autour de la discipline de la littérature comparée, des études littéraires et de la littérature mondiale. Inspiré par la pensée d’Immanuel Wallerstein, cet article a provoqué de vives réactions. L’auteur y introduit notamment le concept de « distant reading ». Suivant l’approche wallersteinienne, le système mondial de la littérature présente un noyau ainsi que des régions périphériques et semi-périphériques. Pour étudier le fonctionnement de la littérature à l’échelle globale, Moretti propose donc une méthode de lecture à distance qui permette au chercheur de comprendre le développement et la structure du système entier. En comparant les mécanismes d’émergence du roman en Inde, en Chine et au Brésil, il rappelle la loi de l’évolution littéraire, proposée antérieurement dans son Atlas, selon laquelle le roman moderne surgirait dans les cultures « périphériques » sous la forme d’un compromis entre les influences formelles de l’Ouest et les matériaux fournis par la culture originaire. Il réfère, par métaphore toujours, aux structures arborescentes et aux ondes (trees et waves) pour figurer les rouages de l’histoire littéraire, tout en indiquant que les premières sont de nature à illustrer le système national et les secondes, le système mondial.

  • 4 Moretti (Franco), « The Slaughterhouse of Literature », in Distant Reading, p. 63-90, note, pp. 68- (...)
  • 5 Moretti (Franco), « The Slaughterhouse of Literature », in Distant Reading, pp. 63-90, p. 77.

4Largement informé par la théorie de l’évolution, le texte « The Slaughterhouse of Literature » est l’émanation d’un cours de troisième cycle, dispensé par l’auteur à l’Université de Columbia. Il repose sur l’analyse des titres du cabinet de lecture (circulating library) de Columbell à Derby. Relayant le travail d’autres spécialistes telle Margaret Cohen, Moretti constate que les grands romans britanniques ne représentent que 0,5 % de tous les romans publiés en Angleterre au XIXe siècle. Il s’attache dès lors à examiner cette masse de titres par le biais d’une histoire littéraire étendue et selon une approche quantitative. À ses yeux, la construction du canon littéraire résulte des choix des lecteurs et de l’action du marché, moins de l’activité des critiques ou des professeurs. Ici, il faut préciser ce que Moretti entend par « canon ». Son analyse ne s'attarde pas sur les « exceptions » : productions qui, malgré de très petits tirages et grâce au dévouement de certains lecteurs avertis, sont ensuite devenues des œuvres consacrées. Le canon qu’il décrit correspond aux œuvres littéraires qui ont une longue vie auprès des lectorats généraux ainsi que des critiques et qui sont couronnées d’un succès à grande échelle. Or, « [t]he key to canonization is not the extent of a book’s initial popularity but its steady survival from one generation to the next4» Selon Moretti, les lecteurs, comme le public du cinéma, seraient des « aveugles » qui, par leurs choix, construisent ce canon. En réaction aux goûts changeants des lecteurs, les auteurs feraient des choix formels pour triompher de leurs pairs. Pour vérifier cette hypothèse, Moretti pose en contraste l’œuvre de Conan Doyle et d’autres cycles détectives de l’époque. Le créateur de Sherlock Holmes a déployé des « indices » dans ses romans, lesquels ont constitué une innovation formelle répondant au goût des lecteurs ; n’ayant investi un semblable terrain d’invention, ses contemporains n’ont pu s’affirmer dans le champ de la production littéraire. Selon Moretti, cette micro-analyse d’un élément précis et à l’inverse, le remaniement d’autres travaux qui visent une échelle plus grande, permettent de mieux comprendre l’histoire littéraire : « If we want to explain the laws of literary history, we must move to a formal plane that lies beyond them: below or above; the device or the genre5. » Le modèle de l’arbre, ainsi, nous autorise à observer le développement des genres, qui favorise seulement un faible pourcentage des divergences formelles. Dans la deuxième partie de l’article, Moretti se penche sur toutes les nouvelles publiées dans la revue le Strand entre 1891 et 1900, travail qui le mène à conclure que les mutations littéraires ne sont pas le résultat d’un développement lent, mais se produisent de manière rapide et impromptue, sans s’assortir d’étapes intermédiaires.

5« Planet Hollywood », qui tire également son origine du contexte académique, applique une approche similaire, fondée sur la théorie de l’évolution, au genre cinématographique. Partant d’une réflexion sur les contraintes internationales auxquelles sont soumis les systèmes culturels, Moretti constate notamment que le genre des comédies a une réception mondiale plus restreinte que les films d’action. Cela serait dû au langage : les blagues ne se traduisent pas, tandis que les aventures des policiers hongkongais franchissent aisément les frontières. Les formes et les genres différents se disputent dans une concurrence darwinienne pour gagner du terrain dans le marché mondial.

  • 6 Moretti (Franco), « More Conjectures », in Distant Reading, pp. 107-120, p. 113.

6« More Conjectures » fournit une réponse aux nombreuses critiques soulevées contre l’article « Conjectures on World Literature ». Parmi celles-ci, la plus importante demeure liée à une conférence donnée par Jérôme David à Stanford (et qui reste inédite), à l’occasion de laquelle fut mise au jour l’asymétrie fondamentale régissant la dynamique du système littéraire proposé par Moretti : si le noyau détermine les événements dans les zones périphériques, celles-ci n’ont pas une influence réciproque sur la vie littéraire au centre. Moretti rétorque que son analyse du roman n’était qu’un exemple, et que l’on devrait se garder de le prendre comme modèle unique – par exemple, la poésie ne suit pas le même parcours de développement. Il souligne ensuite que son modèle ne donne pas l’apanage de l’invention à une poignée de cultures dominantes : « it specifies the conditions under which it is more likely to occur, and the forms it may take6. » La théorie ne peut démolir les inégalités, mais elle peut les mettre au jour.

7« Evolution, World-Systems, Weltliteratur », marque une deuxième étape dans la corroboration de la théorie des systèmes mondiaux telle que proposée par Wallerstein (World-Systems Theory). Moretti s’en justifie en condamnant dans le modèle évolutionniste son inaptitude à considérer le conflit social. L’article révèle en outre une certaine influence du domaine des humanités numériques. Après avoir énuméré les atouts des deux théories en cause, il conclut qu’on peut identifier deux époques distinctes de littérature – celle qui précède le XVIIIe siècle, et celle qui le suit. La première peut se comprendre par la pensée évolutionniste, mais la seconde, marquée par l’émergence d’un marché littéraire international, ne trouve à s’éclairer que via la théorie des systèmes mondiaux. Pour rendre l’opposition plus limpide encore, Moretti avance que l’évolution met en évidence la diversification des formes existantes produites par le processus de spéciation (la formation de nouvelles espèces par différenciation), tandis que l’analyse des systèmes mondiaux révèle une certaine conformité (« sameness »), renforcée par le processus de diffusion (dans ce cas-ci, celle des textes).

  • 7 Voir Dozo (Björn-Olav), « La mise en série de la littérature », COnTEXTES, mis en ligne 06 octobre (...)

8 « The End of the Beginning : A Reply to Christopher Prendergast », donne réponse aux critiques suscitées par l’ouvrage Graphs, Maps, Trees (2005)7, et tout particulièrement à celles formulées par Prendergast dans la New Left Review. Le chercheur déniait aux lecteurs le rôle d’ « agents de sélection », reconnu par Moretti. Ce dernier réaffirme leur pouvoir : ce sont les lecteurs et les marchés qui déterminent le destin des livres. Les lecteurs choisissent les ouvrages qui leur plaisent, et leurs choix sont, d’une certaine manière, renforcés par l’action du marché. Comme exemple, Moretti prend encore une fois le cas des nouvelles de Sherlock Holmes, couronnées par un succès populaire et devenues des classiques du genre détective. Fouillant dans les ouvrages des écrivains concurrents à Sir Arthur Conan Doyle, Moretti constate qu’on n’y trouve aucun classique perdu ou oublié. Les nouvelles de Conan Doyle ont survécu grâce aux lecteurs, qui ont su choisir l’ouvrage littéraire gagnant en ignorant les ouvrages de piètre qualité. Moretti concède que cette approche ne tient pas compte des motivations intérieures des lecteurs, souvent difficiles à cerner : elle traite des actions et les choix identifiables et quantifiables.

  • 8 Voir Engelsing (Rolf), Analphabetentum und Lektüre : zur Sozialgeschichte des Lesens in Deutschland (...)

9« The Novel : History and Theory » est tiré d’une communication donnée à l’Université de Brown. En réaction à la prépondérance des études sur le roman réaliste, Moretti se penche sur le rôle assumé par l’aventure et la prose, en général, et plus spécifiquement, par le roman en Chine. Dans l’introduction, il signale que ses recherches sont amenées à revêtir une tournure encore plus « scientifique » – il se donne en effet pour tâche d’exploiter l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (fMRI) pour valider, physiologiquement, l’hypothèse de la typologie de la lecture intensive et extensive proposée par Rolf Engelsing8. Dans l’article, où il présente des pistes de recherche plutôt que des résultats définitifs, l’auteur propose d’examiner la prose par l’entremise du kitsch et du banal (les ouvrages « populaires ») plutôt qu’en commençant par les œuvres consacrées. Ainsi, une théorie de la prose repose sur une étude tu style des romans populaires de masse (« dime novels »). Selon cette approche à l’histoire du roman, le style des ouvrages de la culture des élites (par exemple, ceux d’Henry James) est, pour reprendre l’expression de Moretti, un sous-produit inattendu. Ce travail de l’histoire de la prose doit tirer profit de l’alimentation de banques de données, amenées à faciliter le repérage de développements et de motifs récurrents dans des milliards de phrases, compilées au départ d’ouvrages publiés à une époque déterminée. Ainsi, l’analyse statistique de larges corpus est-elle appelée à éclairer sous un nouveau jour la genèse des innovations stylistiques, tel le style indirect libre.

10Cette approche est mobilisée dans l’avant dernier article du recueil, « Style, Inc. : Reflections on 7,000 titles (British Novels, 1740-1850) », où Moretti analyse un corpus de titres des romans pour démontrer que la production élevée des romans a produit des titres plus courts et plus formatés. Il identifie par ailleurs une divergence dans l’évolution des titres de roman : la prolifération des titres abstraits et métaphoriques vers la fin de la période examinée. Ce développement est lié à l’action du marché qui, en pleine expansion, provoque la contraction des titres (lesquels tendent alors à « compresser » leur signifiance et à développer certains « signaux » qui sont par la suite émis aux lecteurs).

11Le dernier article du recueil, « Network Theory, Plot Analysis » atteste l’influence des méthodologies nouvelles des humanités numériques et met à profit l’analyse des réseaux – méthode appliquée plus souvent dans les études littéraires aux figures historiques et aux écrivains contemporains qu’aux personnages – pour envisager les structures réglant les actions et les motivations des figures de la tragédie Hamlet de Shakespeare. La construction et, chose plus surprenante, la déconstruction ou reformation des réseaux présentés dans la pièce, révèlent aux yeux de Moretti la centralité de certains personnages secondaires, tels l’omniprésent Horatio.

  • 9 Ce courant se révèle surtout dans la discipline de l’histoire du livre. Voir le volume 8 de la revu (...)

12 Succincts, clairs, provocants, les articles de Distant Reading se lisent aisément et interrogent notre vision du fait littéraire. Malgré une large perspective conceptuelle, les analyses de Moretti manquent parfois d’ampleur : les idées, une fois proposées, ne sont pas réellement soumises à un travail d’élaboration. Cela tient sans doute à la forme fragmentaire sous laquelle les études paraissent ici. L’originalité de son approche n’en demeure pas moins qu’il propose des pistes inexplorées et des outils novateurs, tout en se montrant disposé à changer son angle d’attaque, à l’adapter à l’objet fascinant et mouvant qu’est l’histoire de la littérature. Bien que les articles rassemblés dans Distant Reading présentent une profusion d’approches, on peut identifier trois axes spécifiques privilégiés par Moretti. Le premier est son application du modèle évolutionniste à l’histoire littéraire. Le développement le plus marquant de cette perspective reste son déploiement de schémas visuels et conceptuels – arbres, ondes et cartes – pour tracer des cycles vastes de la production littéraire, démarche qui s’oppose directement au procédé de « close reading », plus familier des études littéraires nord-américaines. Le deuxième axe dans lequel s’inscrit la pensée de Moretti est celui d’une histoire littéraire encadrée par la théorie des systèmes mondiaux. Se penchant sur l’action des lecteurs et des marchés, mettant au jour les liens tissés entre le centre et les régions périphériques du système mondial de la littérature, les travaux qui suivent cette voie peuvent être associés au mouvement vers une considération transnationale et historique de la littérature9. Le troisième et dernier axe, appuyé par le développement des humanités numériques, s’inspire de l’analyse quantitative et du traitement informatique de grands corpus de données et de textes.

  • 10 James F. English décrit la réception ambivalente de la sociologie de la littérature dans les départ (...)
  • 11 Moretti (Franco). Signs Taken for Wonders. Essays in the Sociology of Literary Forms, translated by (...)

13Les travaux de Moretti peuvent s’avérer particulièrement utiles aux chercheurs qui privilégient les approches sociales de la littérature. Il faut noter qu’à l’exception de la diffusion étendue des travaux de Bourdieu, la sociologie de la littérature n’a pas eu le même retentissement aux États-Unis que dans les milieux francophones10. Moretti pour autant, a rapidement proclamé son adhésion à l’approche sociologique dans son ouvrage Signs taken for Wonders. Essays in the Sociology of Literary Forms11. Par la suite, il tâchera de décrypter les cycles de la consommation de la littérature, les goûts des lecteurs et l’action des marchés. Les articles rassemblés dans Distant Reading attestent un intérêt croissant pour une lecture du texte qui présente des parallèles avec la perspective sociocritique. L’exploitation des grands corpus de textes pour mieux comprendre l’histoire littéraire et sociale est par ailleurs déployée dans son nouvel ouvrage The Bourgeois. Celui-ci puise dans des sources tels le corpus de livres numérisés par Google Books, la banque de données Chadwyck-Healey, et les 3500 romans numérisés par le Stanford Literary Lab afin de mettre en évidence les mots-clés et les variétés de prose qui correspondent au « style » bourgeois du XVIIIe et XIXe siècles. The Bourgeois, qui porte comme sous-titre Between History and Literature, mérite évidemment sa propre note de lecture, mais concluons en soulignant que cet ouvrage propose une exploration approfondie des pistes de recherche lancées dans Distant Reading.

14 Telle la théorie de l’évolution qu’il applique au marché de la littérature, la pensée de Moretti est toujours en « mouvement » ; ainsi qu’un des noyaux du réseau qu’il analyse dans ses articles plus récents, les textes de ce recueil font le pont entre l’histoire littéraire et des disciplines diverses. D’une manière similaire, ce compte rendu veut servir de relais temporaire aux lecteurs francophones, qui n’auront pas longtemps à attendre pour lire l’indispensable traduction française de Distant Reading.

Haut de page

Bibliographie

Anderson (Perry) et alii, Storia d’Europa. Volume Primo. L’Europa oggi, Torino, G. Einaudi, 1993.

Dozo (Björn-Olav), « La mise en série de la littérature », COnTEXTES [Online], Notes de lecture, mis en ligne 06 October 2009, URL : http://contextes.revues.org/4566.

Engelsing (Rolf), Analphabetentum und Lektüre : zur Sozialgeschichte des Lesens in Deutschland zwischen feudaler und industrieller Gesellschaft, Stuttgart, J. B. Metzler, 1973.

English (James F.), « Everywhere and Nowhere : The Sociology of Literature After ‘The Sociology of Literature’ », New Literary History : A Journal of Theory and Interpretation, vol. 41, no 2, 2010, pp. v-xxiii.

Fournier (Michel), « La “révolution” de la lecture romanesque au XVIIIe siècle en France: institutionnalisation de la lecture et émergence d'une nouvelle sensibilité », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 54, no 2, 2007, pp. 55-73.

Moretti (Franco), The Bourgeois. Between History and Literature, London, New York, Verso, 2013.

Moretti (Franco), Atlas du roman européen, 1800-1900, traduit de l’italien par Jérôme Nicolas, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

Moretti (Franco), Distant Reading, London, New York, Verso, 2013.

Moretti (Franco), Graphs, Maps and Trees, London, New York, Verso, 2005.

Moretti (Franco), Signs Taken for Wonders. Essays in the Sociology of Literary Forms, translated by Susan Fischer, David Forgacs, David Miller, London, Verso and NLB, 1983.

Haut de page

Notes

1 Moretti (Franco), The Bourgeois. Between History and Literature, London, New York, Verso, 2013.

2 Moretti (Franco), Atlas du roman européen, 1800-1900, traduit de l’italien par Jérôme Nicolas, Paris, Éditions du Seuil, 2000 (Traduction de l’Atlante del romanzo europeo, Torino, G. Einaudi, 1997).

3 Storia d’Europa. Volume Primo. L’Europa oggi, Torino, G. Einaudi, 1993.

4 Moretti (Franco), « The Slaughterhouse of Literature », in Distant Reading, p. 63-90, note, pp. 68-9 : « […] la voie qui mène à la canonisation n’est pas construite sur la popularité initiale du livre, mais liée plutôt à sa survie d’une génération à l’autre ». Dans cette même note, Moretti souligne que même les exceptions à la règle – des ouvrages canoniques méconnus à l'époque – ont été des succès de vente. Le Rouge et le Noir de Stendhal, par exemple, a connu au moins dix-sept éditions entre 1830 et 1900.

5 Moretti (Franco), « The Slaughterhouse of Literature », in Distant Reading, pp. 63-90, p. 77.

6 Moretti (Franco), « More Conjectures », in Distant Reading, pp. 107-120, p. 113.

7 Voir Dozo (Björn-Olav), « La mise en série de la littérature », COnTEXTES, mis en ligne 06 octobre 2009, consulté 27 octobre 2013, URL : http://contextes.revues.org/4566.

8 Voir Engelsing (Rolf), Analphabetentum und Lektüre : zur Sozialgeschichte des Lesens in Deutschland zwischen feudaler und industrieller Gesellschaft, Stuttgart, J. B. Metzler, 1973 et l’article plus récent : Fournier (Michel), « La "révolution" de la lecture romanesque au XVIIIe siècle en France: institutionnalisation de la lecture et émergence d'une nouvelle sensibilité », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 54, no 2, 2007, pp. 55-73. Dans ce dernier, Fournier explique que la thèse d’Engelsing « affirmait le passage d’une lecture intensive à une lecture extensive, se caractérisant non plus par la fréquentation assidue d’un petit nombre de textes, mais par une lecture plus superficielle d’un grand nombre d’ouvrages » (p. 55).

9 Ce courant se révèle surtout dans la discipline de l’histoire du livre. Voir le volume 8 de la revue Histoire et civilisation du livre, « Pour une histoire transnationale du livre » (2012).

10 James F. English décrit la réception ambivalente de la sociologie de la littérature dans les départements d’études littéraires aux États-Unis. Voir English (James F.), « Everywhere and Nowhere : The Sociology of Literature After ‘The Sociology of Literature’ », New Literary History : A Journal of Theory and Interpretation, vol. 41, no. 2, 2010, pp. v-xxiii. Il identifie Moretti parmi les représentants les plus connus du domaine aux États-Unis et souligne les retombées importantes qu’ont eues ses ouvrages « provocants » (xiv).

11 Moretti (Franco). Signs Taken for Wonders. Essays in the Sociology of Literary Forms, translated by Susan Fischer, David Forgacs, David Miller, London, Verso and NLB, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth-Ellen St.Onge, « Compte rendu de Moretti (Franco), Distant Reading », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le , consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5870

Haut de page

Auteur

Ruth-Ellen St.Onge

University of Toronto

Haut de page