Navigation – Plan du site

Compte rendu de Saint-Amand (Denis), La Littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme

Paris, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuvièmistes, 32 », 2012, 166 p.
Alexia Kalantzis

Texte intégral

1Le projet de Denis Saint-Amand s’inscrit dans une double perspective : étudier un cas littéraire qui a jusqu’ici peu intéressé la critique, l’Album zutique, et tester une méthode critique, la sociologie, à partir de ce cas particulier. Par là même, ce travail présente un double intérêt. Il attire l’attention sur un objet original, qui trouve sa place dans les études actuelles revalorisant les littératures marginales et les supports d’écriture autres que le livre traditionnel. Une telle étude nécessite ainsi une méthode critique moderne, adaptée à son objet. C’est ici qu’intervient la sociologie, celle de Bourdieu bien sûr, mais aussi les études plus récentes qui renouvellent l’histoire littéraire à travers les notions de sociabilité ou de réseau, et la prise en compte des textes avec des critiques comme Pascal Durand, Jean-Pierre Bertrand ou Daphné de Marneffe.

  • 1 Voir par exemple Vaillant (Alain), « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’Hi (...)

2L’Album zutique présente deux particularités : collectif marginal, marqué par une certaine vulgarité, voire obscénité, créé dans un lieu lui-même marginal par des auteurs pour la plupart peu connus, hormis quelques grands noms comme Verlaine et Rimbaud, il n’est pas destiné à la publication. Denis Saint-Amand revient ainsi en introduction sur l’histoire éditoriale du manuscrit. Il part cependant du postulat que « le zutisme, en réalité, a programmé à l’avance une réception qu’il ne supposait pas, en s’excluant lui-même de formes aujourd’hui classiques d’institutionnalisation » (p. 12). C’est l’étude de cette sociabilité particulière, non institutionnalisée et autarcique, qui intéresse Denis Saint-Amand et qui constitue un apport certain pour les études critiques sur la fin-de-siècle et les avant-gardes. Il apporte ainsi un éclairage particulier sur une époque que la critique récente inscrit dans l’ère de la communication1.

3L’approche sociologique de Denis Saint-Amand est complète et adaptée à son objet, tant par l’absence de dogmatisme critique que par le va-et-vient entre la définition sociale du groupe et le contenu textuel du recueil. Dans une première partie, il étudie la composition sociale du Zutisme et la genèse du groupe. La deuxième partie est consacrée aux modes de fonctionnement du groupe. La troisième partie s’attache aux textes qui composent L’Album zutique.

La méthode sociologique à l’épreuve du zutisme

Enquête préliminaire

4Avant de proposer une étude sociologique de la genèse du groupe zutique, Denis Saint-Amand se livre à une enquête précise et documentée pour répondre à deux questions très simples, mais fondamentales à ce stade, à savoir qui participe au cercle, et quelle en est la chronologie précise.

5Denis Saint-Amand arrête le nombre de participants aux signatures attestées qui figurent dans L’Album zutique, c’est-à-dire à vingt-et-un noms : Paul Bourget, Ernest Cabaner, Antoine, Charles et Henry Cros, Michel Eudes dit de l’Hay, André Gill, Jacquet, Jean Keck, Albert Mérat, Henri Mercier, Miret, Germain Nouveau, Camille Pelletan, Raoul Ponchon, Gustave Pradelle, Jean Richepin, Arthur Rimbaud, Charles de Sivry, Léon Valade et Paul Verlaine (p. 23-24). Le critique signale au passage les difficultés d’identification que posent certains noms, comme Miret, Jacquet, ou J.M., auxquels la critique s’est heurtée et pour lesquels il n’apporte pas de solution, se contentant de rejeter certaines hypothèses. Il rejette également l’extension du nombre de participants à des écrivains comme Catulle Mendès, Eugène Manuel et Étienne Carjat. On voit bien ici l’importance de la prise en compte du texte lui-même pour l’étude sociologique : c’est en raison de la dimension satirique de certaines pièces qui citent les auteurs en question que Denis Saint-Amand peut rejeter leur appartenance au groupe.

6En ce qui concerne la datation, Denis Saint-Amand se livre à nouveau à une enquête rigoureuse et bien documentée. Il commence par poser une datation approximative des débuts du cercle, de la fin du mois de septembre 1871 au 22 octobre 1871, date qui figure sur l’une des pages du manuscrit. Là encore, Denis Saint-Amand reprend et commente les hypothèses développées par les chercheurs. La participation notamment de Rimbaud et Verlaine est largement commentée à travers des détails biographiques, mais dont le critique démontre les enjeux sociologiques. Les anecdotes reprises par Denis Saint-Amand sur Rimbaud ont ainsi un enjeu plus large en montrant la marginalisation du poète à l’intérieur de la sphère parisienne. À la méthode historique, fondée sur un travail documentaire et érudit, se mêle donc l’approche sociologique, la première se révélant indispensable pour l’étude de la logique interne du groupe.

7La suite de cette première partie s’inscrit plus explicitement dans l’étude sociologique, en reprenant notamment la méthode de Bourdieu, abondamment citée.

Théorie du champ et contre-littérature

8La première notion sociologique à laquelle s’attaque Denis Saint-Amand est celle de « positionnement », développée dans Les Règles de l’Art. En tant que littérature clandestine qui s’oppose aux institutions dominantes, le Zutisme n’a « aucune existence objective » dans le champ et donc aucune relation objective avec les autres agents du champ (p. 37). Mais la théorie du champ n’est pas rejetée, bien au contraire, elle est simplement adaptée et affinée par l’étude de cet objet littéraire particulier qu’est le Zutisme :

Ne prenant aucunement part à la course aux profits symboliques ou matériels offerts aux individus évoluant dans l’espace littéraire, n’ayant aucune incidence sur l’état du champ, le Cercle n’en est pas moins un produit de celui-ci, et c’est aux luttes qui s’y jouent qu’il doit son existence. (p. 37)

9Les trajectoires individuelles sur lesquelles s’attarde Denis Saint-Amand dans cette analyse de la genèse du cercle font par contre l’objet d’une étude sociologique plus traditionnelle, notamment dans leur rapport au Parnasse. Mais le critique distingue bien la « somme d’individualités » du « positionnement d’un groupe » (p. 37). Les liens avec le Parnasse, différents selon les membres du cercle, et selon le positionnement global du cercle, sont donc, ici encore, étudiés avec nuance et précision, le mouvement étant lui-même complexe. Denis Saint-Amand souligne d’abord l’homogénéité générationnelle du groupe, hormis les deux extrêmes que représentent Rimbaud, le plus jeune, et Cabaner, le « doyen », cible privilégiée des zutistes en raison de son âge, dans une logique inverse à celle du Parnasse avec Leconte de Lisle, mais aussi en raison de ses orientations sexuelles. Le critique analyse ensuite l’origine géographique et le capital culturel des membres du Cercle, en distinguant le groupe des parisiens et celui des provinciaux, venus tôt ou tard dans la capitale. L’hétéroclisme social qui caractérise le groupe, ainsi que l’échec du parcours scolaire pour beaucoup de ses membres, sont considérés par Denis Saint-Amand en parallèle avec leur positionnement littéraire en rupture avec « certains réseaux parnassiens » (p. 51) et avec la « non reproduction de ce qui, à l’époque, participe de l’orthodoxie » (p. 46). En ce qui concerne la profession des zutistes, très hétérogène comme leur capital culturel, même si tous ont la nécessité de gagner leur vie, Denis Saint-Amand y voit une cause possible de la dissolution du groupe, en lien avec la théorie de Bourdieu sur la dissolution des groupes littéraires :

Sans vouloir reprendre trop systématiquement le modèle explicatif de la dissolution des groupes littéraires proposée par Pierre Bourdieu, en vertu duquel les divergences surviennent quand le collectif accède à un certain capital symbolique et que les gains sont redistribués de façon inégale en fonction de dotations initiales jusqu’alors atténuées (modèle de toute façon peu opérant dans le cas du Zutisme, qui ne prétendra jamais aux gains en question), on peut, à ce stade-ci, se demander dans quelle mesure cette forte bigarrure ne nuira pas à la cohésion du groupe et ne contribuera pas à favoriser son délitement. (p. 53)

10Enfin, pour expliquer la formation d’un « carnaval cénaculaire » (p. 54), Denis Saint-Amand étudie les sociabilités du Cercle — c’est-à-dire les lieux de sociabilité que fréquentent ou ont fréquenté ses membres, mais aussi leurs relations individuelles, importantes selon le critique : « pas nécessairement dégagées des préoccupations artistico-littéraires sans forcément se fonder sur celles-ci, elles impliquent un rapport privilégié entre les acteurs, dont l’origine ne remonte pas à des regroupements cénaculaires ou mondains » (p. 54). La cohésion du groupe relève à la fois d’amitiés isolées et de la fréquentation des mêmes salons, notamment celui d’Antoine Cros, de Nina de Villard — d’où ils tirent sans doute leur intérêt pour le genre de l’album, à la suite de son album amicorum — et celui des Vilains Bonshommes, autour de François Coppée, qui réunit beaucoup des futurs membres du cercle, et qui y a souvent été assimilé, à tort, ou considéré comme son ancêtre. Certes, Les Vilains Bonshommes est proche par certains aspects du Zutisme, notamment par l’album parodique et potache qui en émane. Le lien est évident, mais le Cercle serait davantage un « symptôme » qu’un « héritier direct », conséquence de la lassitude et de la fatigue vis-à-vis des « sociabilités codifiées » (p. 61).

Les enjeux politiques du Zutisme

  • 2 Bourdieu (Pierre), « Les modes de domination », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vo (...)

11Dans le contexte de la Commune de Paris, la dimension politique joue un rôle important dans la constitution du Zutisme. Parmi les écrivains de l’époque, seules quelques voix mineures semblent soutenir le mouvement, notamment celles de Verlaine, de Rimbaud et des autres zutistes comme les frères Cros, Cabaner, Keck, Pelletan ou Gill. Cette dimension politique est perceptible dans certains textes de l’Album. Ce positionnement rejoint l’opposition au Parnasse et peut se lire comme un refus des « instances dominantes » (p. 66), qu’elles soient littéraires ou politiques, et contre la « loi bourdeusienne selon laquelle les stratégies de reconversion d’un quelconque capital – par lesquelles les individus visent à maintenir ou à améliorer leur position – “dépendent des chances objectives de profit qui sont offertes à leurs investissements […]2” » (p. 67). La dimension politique est essentielle à la constitution du groupe zutiste, car l’opposition au Parnasse va plus loin que la seule dimension esthétique. Selon Denis Saint-Amand, le Zutisme « résulte en grande partie de la tension entre la contestation d’une autorité politique dominante et la participation à une entreprise littéraire qui, pour certaines de ses factions, se révèle d’autant plus conservatrice qu’elle rejoint l’idéologie du pouvoir politique en question. » (p. 68).

Le fonctionnement du groupe : étude d’une sociabilité littéraire particulière

Le Zutisme : groupe, réseau ou cercle ?

  • 3 Sapiro (Gisèle), « Réseaux, institution(s) et champ », dans Daphné de Marneffe et Benoît Denis (dir (...)

12L’impossible émergence du Zutisme dans le champ littéraire est un choix du groupe lui-même. On ne peut donc pas l’envisager comme une sociabilité littéraire en échec, et son étude nécessite des outils d’analyse spécifiques. Denis Saint-Amand s’interroge d’abord sur la dénomination à attacher à la collectivité zutique, puisque l’appellation « cercle Zutique » vient de la critique et non du groupe lui-même, qui utilise séparément les deux termes. En plus du terme « groupe », notion large et interdisciplinaire, la notion de réseau présente l’intérêt de compléter la théorie des champs. Selon la catégorisation de Gisèle Sapiro, le Zutisme appartiendrait aux « réseaux semi-institutionnalisés », c’est-à-dire « établis autour d’instances ou de groupes éphémères aux contours relativement flous3 ». Mais le terme « Zutisme », forgé à partir de l’interjection « zut », montre bien le détournement des formes de sociabilité bourgeoises de l’époque. D’ailleurs, le terme « cercle » n’était pas nécessairement valorisant à l’époque et dénote à la fois l’autodérision et la désillusion du groupe.

Une communauté emotionnelle

  • 4 Bertrand (Jean-Pierre), Dubois (Jacques), Durand (Pascal), « Approche institutionnelle du premier s (...)

13Le concept de « communauté émotionnelle », forgé par Jean-Pierre Bertrand, Jacques Dubois et Pascal Durand, désigne la phase initiale de formation d’un groupe cloisonné autour d’un leader, encore dominé par des facteurs affectifs4. Le Zutisme, fondé sur le rire, la convivialité et le cloisonnement, semble d’autant plus correspondre à cette définition qu’il ne dépasse pas cette phase initiale, bien qu’on ne puisse identifier de meneur, ni d’ailleurs de programme esthétique. Denis de Saint-Amand rejette ainsi successivement la prédominance de Cabaner, Rimbaud ou Cros pour un groupe qui se caractérise par l’absence de hiérarchie. D’autres formes de régulation existent cependant, notamment à travers la notion de « conduite de vie » élaborée par David Vrydaghs (p. 78) :

  • 5 Denis Saint-Amand renvoie à une analyse plus détaillée de cette notion dans un article écrit en col (...)

la mobilisation du concept de conduite de vie permet d’interroger les échanges continus entre membres d’un même groupe qui prennent place durant la période couvrant l’interstice entre les moments respectifs de formation et de dissolution, en partant du postulat que cet intervalle qui correspond à une période de routinisation de l’activité collective est aussi celui où s’exerce les premières forces de dissolution. (p. 78-79)5

14La conduite de vie concerne ainsi tout aussi bien les positions esthétiques ou politiques que les manières de vivre. Le « bon zutiste » se définit avant tout par son idéologie pro-communarde et anti-parnassienne, qui correspond à une liberté totale de l’individu, voire à une forme d’anarchie. Les Zutistes se caractérisent par leur ouverture, tant en terme de sexualité que de drogues et autres comportements illégaux. En ce qui concerne les liens au Parnasse, cette liberté se manifeste par une prise de distance parodique. Enfin, le Cercle est fondé sur l’autodérision, particulièrement apparente dans les Propos du Cercle, tant sur la forme que sur le contenu, à travers une licence poétique totale et des propos ludiques et provocateurs qui présentent les membres comme des « hurleurs foireux » (p. 84). Mais ces règles sont implicites et surtout rendues nécessairement secrètes par le contexte politique et littéraire, ce qui explique la non diffusion de l’album et rend problématique l’idée d’un engagement du Cercle. De plus, cet « engagement » relatif est limité à la désacralisation, puisqu’il propose une parodie sans alternative. La figure du Zutiste oscille ainsi entre celle du poète romantique engagé et celle du poète de la modernité « cantonné dans son rôle d’écrivain » (p. 87). Cette ambiguïté, entre des règles tacites mais qui doivent être comprises, et entre engagement et retrait, entraîne la dissolution rapide du groupe.

La dissolution du cercle

15La théorie bourdeusienne du capital symbolique ne peut être appliquée à la dissolution du Zutisme qui ne cherchait pas la conquête du pouvoir littéraire. Denis Saint-Amand écarte également d’autres hypothèses, comme celle du revirement de certains zutistes par rapport au Parnasse. D’autres explications sont évoquées, comme le refus de renouvellement du bail par le propriétaire de l’Hôtel, la fuite de Rimbaud et Verlaine ou la peur de contrôles policiers. Mais la dissolution du groupe s’explique sans doute plus simplement par une forme de lassitude due à l’incapacité à « forger une véritable cohésion et à accepter un semblant d’institutionnalisation » (p. 90).

L’Album zutique : pour une sociologie des textes littéraires

16Dans la dernière partie de l’ouvrage, Denis Saint-Amand étudie l’Album zutique dans une perspective sociologique qui recherche dans les textes « un code interne » et des « logiques de positionnement » (p. 94).

L’album comme rupture littéraire et politique

17Le détournement parodique qui caractérise l’esthétique zutique apparaît dans le choix même du genre de l’album, en vogue sous le Second Empire dans les milieux bourgeois. L’album est lié au groupe, mais dans la perspective d’une sociabilité organisée et respectable. La rupture zutiste se fait ainsi au niveau social aussi bien qu’au niveau littéraire, dans son affichage anti-Parnasse, qui n’est cependant pas dépourvu d’ambiguïté. Malgré quelques trajectoires individuelles liées au Parnasse (Verlaine et Charles Cros proposent ainsi une contribution au troisième recueil du Parnasse contemporain), la critique du Parnasse est cependant plus idéologique que formelle, et donc plus profonde que celle du Parnassiculet Contemporain. Dans les textes, les cibles, constituées plutôt par les écrivains mineurs – que Denis Saint-Amand nomme des « cibles-hapax » et qu’il analyse en détail (p. 104), ne sont pas celles attendues. Leconte de Lisle, parodié explicitement dans un seul poème, est peu raillé, sans doute parce que méprisé. À l’inverse, François Coppée représente une cible privilégiée, presque un symbole de ce que les zutistes rejettent. Nommé dans vingt-quatre textes sur cent, il est attaqué sur le prosaïsme du quotidien qu’il développait dans une poésie jugée mièvre par les zutistes, ainsi que sur ses opinions politiques anti-communardes. Denis Saint-Amand analyse en détail les parodies de Cros, Rimbaud et Verlaine. L’inimitié face à Coppée jouerait ainsi un rôle fédérateur au sein du Cercle Zutiste.

18En ce qui concerne la dimension politique, les zutistes ne s’attaquent pas directement aux acteurs de la Commune dans leurs textes, mais cristallisent leurs critiques autour de la figure de Napoléon III. Denis Saint-Amand analyse dans cette perspectives des textes de Rimbaud qui, à travers l’évocation du passé (la naissance du futur Napoléon III), renvoient à la situation présente ; quelques lignes de Charles de Sivry ; et un dizain de Verlaine, signé d’ailleurs Fr. Coppée, ce qui montre bien, encore une fois, le lien entre la dimension littéraire et politique. Ces analyses illustrent bien le fonctionnement de la parodie dans l’Album : à travers des textes qui semblent anecdotiques, les écrivains prennent position indirectement, en parodiant les formes utilisées par les auteurs légitimes et en utilisant des glissements historiques ou sémantiques (p. 127).

Une dimension parodique généralisee

19Mais la dimension parodique dépasse parfois le contexte politique et littéraire pour se placer sur un plan plus individuel. L’Album superpose ainsi plusieurs dimensions et mêle des allusions privées à une dimension littéraire et politique plus large :

en mêlant drôleries évidentes et allusions privées avant tout compréhensibles par les initiés que sont les membres du Cercle, les Zutistes composent avec leur Album un véritable livre à tiroirs, lisible de diverses manières en plus d’être polyphonique, et dont les clefs ne sont pas accessibles à chaque lecteur. (p. 132-133)

20Certains textes, analysés par Denis Saint-Amand selon une méthode « microcontextuelle » (p. 131), visent ainsi Alphonse Daudet, le beau-père de Verlaine, Théodore Mauté, le Paris d’après la Commune, de grands auteurs comme Corneille ou Molière, ou encore Baudelaire, pourtant fort admiré des zutistes.

21Enfin, les zutistes se raillent entre eux. Denis Saint-Amand distingue deux catégories de « plaisanteries intra-zutiques » : les pastiches et parodies et les mentions ou descriptions satiriques qui mettent en scène les individus (p. 138). Au sein du groupe, Cabaner et Mérat sont particulièrement touchés par la parodie qui, dans ce cas, acquiert presque un rôle d’exclusion. La parodie qui caractérise presque la totalité de l’Album a donc une fonction structurante. Liée à la liberté d’expression du groupe, elle véhicule une conception de la poésie comme transgression, dans une logique d’opposition qui n’est cependant pas un désengagement.

Le xixe siècle à la lumière du Zutisme

  • 6 Voir par exemple Maingueneau (Dominique), « Quelques implications d’une démarche d’analyse du disco (...)
  • 7 Thérenty (Marie-Ève), « Pour une poétique historique du support », Romantisme, 2009/1, n°143, p. 11 (...)

22Comme l’écrit Denis Saint-Amand, le Zutisme est donc un objet fécond, non seulement pour la sociocritique, mais plus généralement pour les études dix-neuvièmistes. Tout d’abord, il faut souligner la richesse de l’étude sociologique qui convoque les approches les plus modernes tout en s’inscrivant dans la lignée des théories de Bourdieu, nuancées et complétées. Denis Saint-Amand utilise ainsi les notions de réseau, de conduite de vie ou de communauté émotionnelle pour mieux cerner la spécificité du Cercle Zutique parmi les groupes ou cénacles divers qui se développent au cours du xixe siècle. Il faut également souligner la richesse du va-et-vient entre les textes, analysés minutieusement tant dans leur forme que dans leur contenu, et le contexte. L’approche sociologique rejoint ici l’analyse du discours, telle qu’elle est développée notamment en France par Dominique Maingueneau6. L’étude minutieuse de l’Album en tant qu’objet atypique s’inscrit également dans la lignée des travaux de Marie-Ève Thérenty sur la poétique du support : les écrivains en effet « produisent des œuvres qui se positionnent par rapport aux catégories génériques qui existent […] mais aussi et du même élan par rapport aux formes matérielles que ces œuvres pourraient prendre7 ». Plus généralement, l’étude du Zutisme rejoint les travaux actuels sur les sociabilités littéraires au xixe siècle, que ce soit l’étude des cénacles des Petits Romantiques au début du siècle ou celui des réseaux symbolistes à la fin du siècle autour des « petites revues ». Tout en s’inscrivant dans les grandes problématiques qui sont actuellement au cœur des études dix-neuvièmistes, l’étude de Denis Saint-Amand propose cependant un éclairage particulier en raison de son objet même. Cependant, si l’absence de visée communicationnelle fait du Zutisme un cas à part, la présence bien réelle de l’Album, qui a tout de même été écrit, dénote une ambiguïté qui mériterait d’être développée et peut-être davantage interrogée.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Vaillant (Alain), « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’Histoire littéraire de la France, 2003/3, vol. 103, p. 549-562.

2 Bourdieu (Pierre), « Les modes de domination », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n°2-3, juin 1976, p. 122-132.

3 Sapiro (Gisèle), « Réseaux, institution(s) et champ », dans Daphné de Marneffe et Benoît Denis (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/CIEL, 2006, p. 44-59.

4 Bertrand (Jean-Pierre), Dubois (Jacques), Durand (Pascal), « Approche institutionnelle du premier surréalisme (1919-1924) », dans Pratiques, n°38, 1983, p. 27-53.

5 Denis Saint-Amand renvoie à une analyse plus détaillée de cette notion dans un article écrit en collaboration avec David Vrydaghs, « La biographie dans l’étude des groupes littéraires », COnTEXTES, n°3, La Question biographique en littérature, 2008, http://contextes.revues.org/index2302.htlm.

6 Voir par exemple Maingueneau (Dominique), « Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire », COnTEXTES [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 15 avril 2014. URL : http://contextes.revues.org/93 ; DOI : 10.4000/contextes.93.

7 Thérenty (Marie-Ève), « Pour une poétique historique du support », Romantisme, 2009/1, n°143, p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Kalantzis, « Compte rendu de Saint-Amand (Denis), La Littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5892

Haut de page

Auteur

Alexia Kalantzis

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page