Navigation – Plan du site

Compte rendu de Angenot (Marc), Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction

Paris, Champion, 2013.
Anthony Glinoer

Texte intégral

  • 1 http://www.medias19.org/index.php?id=11003.
  • 2 Angenot (Marc), Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, «  (...)
  • 3 Une Histoire des idées est sous presse aux Presses Universitaires de Liège.
  • 4 Publié aux Presses de l’université du Québec, « Genres et discours », 1975.

1On connaît Marc Angenot pour sa somme 1889. Un état du discours social, publiée en 1989 et rééditée il y a peu en ligne1, ou pour ses travaux plus récents de rhétorique2 et d’histoire des idées3. Ses recherches sur les paralittératures n’ont pas bénéficié de la même réception et c’est pourquoi la réunion d’articles dans le volume dont il est ici rendu compte est la bienvenue. Ce volume fait lointainement suite à un autre, publié en 1975 sous le titre Le roman populaire. Recherches en paralittérature4 et qui regroupait des textes parus entre 1968 et 1974 tandis que celui-ci juxtapose des articles parus entre 1978 et 2010. La « littérature populaire », dans ses différentes dimensions et incarnations, a été en fait son principal terrain de recherche avant de plonger dans le massif de 1889, puisque outre ce dont il sera question ici il a été l’un des animateurs de la revue Science-Fiction Studies où il a contribué à l’édition de cinq numéros spéciaux et publié une trentaine de comptes rendus.

  • 5 Et, faudrait-il ajouter, sur le plan des sources : le livre proposait en effet la première bibliogr (...)
  • 6 La littérature frénétique (PUF, 2009), de l’auteur de ces lignes, lui est à cet égard très redevabl (...)

2Le livre de 1975 se distinguait déjà des recherches contemporaines dans le domaine de la « paralittérature », menées par des érudits spécialisés d’ordinaire dans le roman-feuilleton. Angenot ouvrait résolument le cadre, tant sur le plan historique que sur le plan théorique5. Il s’agissait en effet d’étudier « la production paralittéraire de l’Empire à la Première Guerre mondiale » (p. IX), c’est-à-dire en-çà et au-delà des bornes que les spécialistes se fixaient : du roman noir ou frénétique, dont Angenot est le premier à reconnaître le caractère séminal6, jusqu’aux aventures de Fantômas. Mieux encore, pour étudier cette « masse hétéroclite d’objets culturels qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur “esthétique” » (p. 3), soit leur discrédit critique, Angenot privilégiait une « approche globale » (p. IX), un « continuum théorique » (p. 9) qui faisait fi des barrières qui s’érigaient alors entre les obédiences théoriques : on trouvait donc au fil des articles des études socio-historiques, des analyses sémiotiques, des études de motifs idéologiques et de pratiques rhétoriques, des analyses relevant de la théorie des genres, etc. Angenot faisait preuve, pour aborder ce corpus aussi varié que méconnu des universitaires, d’une extraordinaire plasticité d’analyse.

  • 7 Voir la réponse de Daniel Couégnas à Vittorio Frigerio dans Fictions, énigmes, images. Lectures (pa (...)

3Publié à près de quarante ans de distance, Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction ne dément pas cette capacité volontariste à aller chercher son bien théorique là où il se trouve. La notion de paralittérature, un peu tombée en désuétude quoique toujours discutée7, n’est pas maintenue dans le titre, contrairement à celle de « roman populaire » ; parlant plutôt de « dehors de la littérature », Angenot poursuit son exploration « [d]es genres, [d]es thématiques et [d]es formes les plus dévalués de ce grand “Déchet” » (p. 8) afin, écrit-il en introduction, de « comprendre et confronter la diversité même des logiques d’exclusion et de dévaluation ». Cette introduction fait des propositions intéressantes en ce sens : annonçant son refus de s’inscrire tant parmi les descendants d’Adorno qui voient la culture de masse comme une menace pour la grande culture que parmi ceux qui n’y voient, à l’inverse, qu’un moyen facile de refuser en bloc la culture canonique, Angenot remet en question la séparation binaire (et d’ailleurs, amplement construite a posteriori) entre littérature et paralittérature. Que faire ainsi, se demande-t-il, de genres mineurs qui ne sont ni légitimes ni complètement illégitimes, à l’exemple de la littérature grivoise ? Pourquoi d’ailleurs ne prendre en considération que les genres populaires les plus légitimés, comme le roman ? Et d’apeler plutôt à « une complexe topologie de légitimités, infra-légitimités et pleines illégitimités » (p. 24). L’un des moyens que l’auteur envisage, sans le développer, pour atténuer ces effets de classement, est d’interroger ce que « savent » les genres paralittéraires de la modernité, d’observer leur dialogue avec la littérature d’avant-garde (Sade, Lautréamont, Mallarmé, Jarry, Robbe-Grillet, etc.) et les façons dont ils reconduisent des formules ou au contraire transgressent les éléments doxiques.

4Suivent sept articles, tous déjà publiés dans des revues ou des collectifs. Le premier relève de l’histoire du livre et de l’imprimé : fondé sur les statistiques qu’Angenot a compilées dans 1889, il oppose de façon particulièrement convaincante le livre, « support traitionnel du texte littéraire et symbole concret de son prestige » (p. 27) et les autres imprimés, en particulier les supports périodiques. Il nuance ainsi les chiffres de L’histoire de l’édition française qui font autorité pour montrer que la surproduction imprimée à la fin du siècle est due en bonne partie à l’impression de littérature en périodique. L’auteur en conclut que vers 1889, du fait que ce sont souvent les mêmes éditeurs (comme Ollendorff) qui publient l’un et l’autre, il n’y a plus de cloison étanche entre le littéraire et le paralittéraire et que cette nivélation est à l’origine d’une angoisse (observable, il faut l’ajouter, tout au long du xixe siècle) sur la dévaluation de la chose imprimée dans son ensemble.

5Après un panorama historique de la « littérature populaire au dix-neuvième siècle », qui développe et complète celui proposé dans le livre de 1975, le troisième article porte sur les affaires d’outrage aux mœurs dont les auteurs de livres et de périodiques ont été les victimes sous la Troisième République : Angenot combat là aussi une idée reçue en montrant que la soi-disant liberté de la presse votée en 1882 n’empêche pas de nombreux procès ni les cas de censure pour les chansons au café-concert ou pour le théâtre, alors même que les livres y sont de moins en moins sujets.

  • 8 Voir La critique au service de la révolution, Leuven, Peeters/Vrin, « Accent », 2000.

6Le quatrième article concerne le public féminin, qu’il interroge par le canal non seulement des romans mais aussi d’autres secteurs spécialisés (presse d’actualité, revues, philosophie, science) ouvertement destinés à ce public. Se dessine dans tous ces imprimés une « femme idéologique » construite par le discours, aussi bien dans les romans « sérieux » que dans la littérature sentimentale la plus dégradée. Vient ensuite un long article sur la poésie socialiste de la Troisième République, autre variété de ces « dehors de la littérature » : y est mise au jour une abondante poésie chansonnière, celle qui animait les banquets et fêtes socialistes avant de se retrouver dans la presse du mouvement ouvrier. Comme dans d’autres travaux8, Angenot s’interroge ici avec érudition sur la nécessaire illégitimité de l’art social.

  • 9 Pour le dire avec ses mots une « catégorie historique qui peut être déterminée à partir de constant (...)
  • 10 Voir l’article de Dubois (Jacques) et (Durand) Pascal, « Champ littéraire et classes de textes », L (...)

7Les deux derniers articles portent sur la science-fiction. L’un, de pure sémiotique, établit qu’au niveau lexical (néologismes, mots-fictions) mais aussi au niveau narratif, ce genre joue sur des développements syntagmatiques à partir d’un paradigme imaginaire, autrement dit que l’invention d’un monde autre engendre en science-fiction une fiction qui se forge son propre référent. L’autre article interroge plutôt le rapport entre le statut institutionnel et le public-cible de la science-fiction au xixe siècle. Pourquoi, soulève Angenot, la science-fiction de cette époque est-elle perçue axiomatiquement comme une littérature pour adolescents ? La réponse repose, comme il le soutient à plusieurs reprises dans le livre, dans la coïncidence entre le genre, comme entité9 et comme « dispositif intertextuel », et un public-cible. En l’occurrence : le genre et sa topique (non réaliste, non mimétique, porté sur la pédagogie scientifique) auraient déterminé son statut institutionnel. Pointons tout de même que si l’appel final à l’articulation de la typologie des discours sociaux et de la topologie des statuts institutionnels est salutaire, il eût été possible, passant par le concept de classe de textes10, de montrer que les phénomènes d’illégitimation sont les produits non pas seulement d’une coïncidence entre des phénomènes textuels et des réalités liées à leur réception, mais bien encore d’une convergence entre ces deux plans et le plan des actions et fonctions médiatrices (de l’auteur, de l’éditeur, de l’illustrateur, du libraire, etc.) qui situent socialement et symboliquement à la fois les discours et leurs producteurs.

8Marc Angenot n’a donc eu de cesse, pour traiter des corpus paralittéraires (plus ou moins légitimés selon les cas à l’intérieur même de l’espace en voie d’institutionnalisation des études paralittéraires), de pratiquer sans solution de continuité l’histoire du livre, l’analyse narratologique, l’histoire littéraire et, bien sûr, l’étude du discours social. Il ressort de ses travaux, et en particulier des articles réunis dans Les dehors de la littérature, une réflexion d’une grande richesse sur les modes de la légitimation littéraire qui bat en brèche les dispositions trop bien ordonnées entre « sous-champ de production restreinte » et « sous-champ de grande production », ainsi qu’un modèle d’approche sociale plurielle du littéraire qu’herméneutes et sociologues auraient intérêt à méditer.

Haut de page

Notes

1 http://www.medias19.org/index.php?id=11003.

2 Angenot (Marc), Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, « Essais », 2008.

3 Une Histoire des idées est sous presse aux Presses Universitaires de Liège.

4 Publié aux Presses de l’université du Québec, « Genres et discours », 1975.

5 Et, faudrait-il ajouter, sur le plan des sources : le livre proposait en effet la première bibliographie critique de ce domaine en langue française. Angenot restera un familier des entreprises bibliographiques, comme on peut s’en rendre compte en visitant son site : http://marcangenot.com/bibliographies/.

6 La littérature frénétique (PUF, 2009), de l’auteur de ces lignes, lui est à cet égard très redevable.

7 Voir la réponse de Daniel Couégnas à Vittorio Frigerio dans Fictions, énigmes, images. Lectures (para)littéraires ?, Limoges, PULIM, « Médiatextes », 2001, pp. 217-222.

8 Voir La critique au service de la révolution, Leuven, Peeters/Vrin, « Accent », 2000.

9 Pour le dire avec ses mots une « catégorie historique qui peut être déterminée à partir de constantes sémiotiques, articulées à une finalité ou telos immanent à un ensemble de textes » (p. 241).

10 Voir l’article de Dubois (Jacques) et (Durand) Pascal, « Champ littéraire et classes de textes », Littérature, n° 70, 1980, pp. 5-23 qui peut aussi être consulté sur le site des Ressources Socius à l’adresse : http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/18-reeditions-d-articles/74-champ-litteraire-et-classes-de-textes. Voir aussi mon article « Classes de textes et littérature industrielle dans la première moitié du xixe siècle » à l’adresse : http://contextes.revues.org/4325.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Compte rendu de Angenot (Marc), Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 19 mai 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5924

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Sherbrooke – Chaire de recherche du Canada

Articles du même auteur

Haut de page