Navigation – Plan du site

Les Misérables entre utopie et mélancolie : un essai de sociocritique

Compte rendu de Popovic (Pierre), La Mélancolie des Misérables. Essai de sociocritique, Montréal, Le Quartanier, « Erres Essais », 2013, 310 p.
Mélanie Lamarre

Texte intégral

1À quoi bon une étude de plus sur Les Misérables ? Telle est la question « terrible » que pose Pierre Popovic dans l’introduction de son essai sur l’inépuisable chef d’œuvre de Victor Hugo. Il y apporte au moins trois ordres de réponses, déployant un geste critique singulier (la sociocritique), une herméneutique sociale conduite au plus près du texte, et une réflexion sur l’actualité des Misérables. Le lecteur, qu’il cherche à dynamiser son approche des textes à la faveur de renouvellements théoriques, qu’il soit spécialiste des études hugoliennes ou qu’il s’interroge sur les mises en texte de la misère à travers les âges, y trouvera matière à passionnante réflexion.

  • 1 Les activités du CRIST et les travaux de ses membres sont annoncés sur le site http://www.site.soci (...)

2En 2008 est fondé à Montréal, à l’initiative de Pierre Popovic, le Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST)1. Le centre se dote d’un « manifeste » qui espère mettre fin à la confusion entourant le terme de « sociocritique ». Systématiquement associée à la « sociologie de la littérature » dans les ouvrages collectifs, les manuels et les dictionnaires, la sociocritique finissait par perdre sa spécificité et par se diluer dans un syncrétisme théorique préjudiciable à la lisibilité des options qui se proposent au chercheur. Prenant soin de distinguer radicalement la sociocritique des multiples formes de sociologie de la littérature, le CRIST en appelait à se centrer prioritairement sur le texte pour le rapporter, non pas à des déterminations sociales extérieures susceptibles d’être analysées objectivement, mais à des ensembles langagiers conjoncturels qui informent le texte autant que celui-ci les déforme.

3Ce n’est pas dans l’abondante tradition critique entourant le roman de Victor Hugo que nous resituerons la nouveauté de La Mélancolie des Misérables. En tant que membre associé du CRIST, nous tenterons plutôt de montrer en quoi le livre de Pierre Popovic met en œuvre une façon précise de définir la sociocritique. Nous tirerons parti de notre familiarité avec les travaux de l’auteur pour éclairer ses postulats théoriques et souligner l’intérêt de sa démarche interprétative.

Un geste critique singulier

  • 2 Popovic (Pierre), « La Sociocritique. Définition, histoire, concepts, voies d’avenir », Pratiques, (...)
  • 3 La sociocritique se distingue ainsi de l’analyse de contenus qui tient le texte « pour un matériau (...)

4Dans un article publié en 2011 dans la revue Pratiques, Pierre Popovic retraçait – non sans goût de la polémique – une histoire de cette perspective critique singulière qu’est la sociocritique, inventée par Claude Duchet dans les années soixante-dix et âgée aujourd’hui d’une quarantaine d’années. Prenant soin de la distinguer de toutes les formes existantes de sociologie de la littérature (sociopoétique inspirée par la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu, théorie de la création littéraire à la manière de Bernard Lahire, sociologie de la réception des œuvres illustrée par les travaux sur l’art contemporain de Nathalie Heinich), il rappelait que la sociocritique, ni discipline, ni théorie, se définissait comme un espace de pensée, une façon d’aborder les textes littéraires visant à dégager leur « socialité », c’est-à-dire leur « historicité, leur portée critique et leur capacité d’invention à l’égard du monde social2 ». Si la sociologie de la création littéraire met en rapport des choses et des mots (c’est-à-dire des aspects de la vie sociale des auteurs et les textes), la sociocritique, elle, met en relation des mots et des mots. En effet, elle ne cesse de corréler le texte à un contexte fait de tous les mots et représentations par lesquels une société se représente à elle-même. Elle orchestre un va-et-vient entre le texte et la semiosis sociale. Visant le particulier plutôt que le général, elle est attentive non seulement aux emprunts, aux reconductions, mais aussi et surtout à la rupture, à la déformation active et à la puissance d’invention de l’œuvre d’art3.

  • 4 Par exemple, l’analyse des grandes catégories du genre romanesque (espace, temps, personnage, énonc (...)

5Présentant les principaux travaux s’inscrivant dans cette perspective critique, Pierre Popovic en rappelait aussi les principaux concepts : Claude Duchet et son « sociogramme », Edmond Cros et la notion de « discours collectifs », Pierre V. Zima et celle de « sociolecte », Philippe Hamon et « l’effet-idéologie » du texte. Associant la lecture interne des textes4 à l’ouverture inductive de ces derniers sur le bain des représentations et des langages dans lequel ils sont plongés, la sociocritique se nourrit des travaux de Mikhaïl Bakhtine. Les concepts d’intertexte et d’interdiscours sont au cœur des travaux de « l’École de Montréal », qui réunit des chercheurs aux démarches novatrices. Marc Angenot et sa théorie du « discours social », très utile à qui veut évaluer la singularité que le texte littéraire est susceptible de gagner sur le régime discursif « hégémonique » conjoncturel. Régine Robin et ses travaux sur l’esthétique impossible du réalisme socialiste, puis ses analyses récentes des liens entre roman, mémoire et oubli. Pierre Popovic propose pour sa part une nouvelle voie en promouvant le concept d’« imaginaire social ».

  • 5 Popovic (Pierre), Imaginaire social et folie littéraire. Le second Empire de Paulin Gagne, Montréal (...)
  • 6 Popovic (Pierre), La Mélancolie des Misérables. Essai de sociocritique, Montréal, Le Quartanier, «  (...)

6Ce concept était déjà au cœur de son essai de 2008 sur un poète mineur et oublié du XIXe siècle, Paulin Gagne, grâce auquel il se proposait de porter un nouveau regard sur le second Empire5. L’article de 2011 en précise la définition, avant que l’essai sur les Misérables ne lui donne sa pleine mesure. Défini comme « ce rêve éveillé que les membres d’une société font, à partir de ce qu’ils voient, lisent et entendent et qui leur sert de matériau et d’horizon de référence pour tenter d’appréhender, d’évaluer et de comprendre ce qu’ils vivent ; autrement dit, il est ce que ces membres appellent la réalité6 », le concept d’imaginaire social s’articule à une approche iconoclaste de la « littérarité ». Reconnaissant une double dette envers les travaux de Cornélius Castoriadis et de Paul Ricœur, Pierre Popovic postule que si le « réel » est à jamais hors d’atteinte, la « réalité », elle, n’est pas antérieure, dans sa vérité intime et intrinsèque, à des représentations qui la masqueraient : elle est elle-même une construction symbolique, accessible à travers les langages qui donnent corps à une société. À ce titre, il n’est que de tendre l’oreille autour de soi ou de laisser ses yeux vagabonder sur les titres et les textes de la prose du monde pour s’apercevoir que la « littérarité » est partout : de la conversation de bistrot au discours politique. Ici et là, figures de style, mots et images raccordés à des récits, scènes théâtrales, fragments poétiques mettent en forme notre expérience du présent, notre mémoire du passé, nos projections de l’avenir. Ainsi, chacun « marche à la littérarité » lorsqu’il met sa propre vie en récit, pour soi et pour les autres, et accommode ce récit au gré des jours et des circonstances. Mais c’est aussi le monde qui marche à la littérarité lorsque le politologue américain Joseph S. Nye Jr définit la « théorie du soft power », et recommande aux chefs d’État de son pays un exercice du pouvoir passant par la séduction et les incitations attractives. Le narré est partout autour de nous, du récit que l’on se confectionne de sa propre vie aux « grands récits » qui sous-tendent les idéologies politiques. Mais la prose du monde ne déroule pas seulement ses « récits » aux oreilles attentives à les identifier. Savoir entendre la littérarité générale des énoncés, c’est aussi repérer le poétique, le théâtral, les savoirs, les images fixes et en mouvement qui animent l’ensemble de la semiosis sociale.

7L’imaginaire social peut ainsi se décrire comme le lieu d’une « littérarité générale » produite par cinq modes majeurs de sémiotisation : une narrativité (qui conduit à l’émergence de récits et de héros), une poéticité (qui scande la parole de ses rythmes et l’enrichit de ses tropes), une cognitivité (qui articule parole et façons de connaître et de faire connaître), une théâtralité (qui met en scène la parole), une iconicité (qui renvoie aux images fixes ou animées dont nous sommes entourés). Il se rencontre et se distribue à différentes échelles : celle de l’individu, du groupe social et de la collectivité nationale ou supranationale. Il accueille en son sein quatre grands ensembles de représentations : celles qui concernent l’histoire et la structure de la société, celles qui relient l’individu et le collectif, celles qui figurent la vie érotique, celles qui ont trait au rapport avec la nature.

8Dans ce cadre, la sociocritique pose que la socialité du texte ne peut s’atteindre que par une lecture interne, textualiste, attentive à l’implicite, aux présupposés, aux contradictions. Celle-ci ne reconduit cependant pas la finalité des lectures formalistes d’autrefois : « En sociocritique, l’examen de la mise en forme n’a de sens que par l’éversion du texte vers ses altérités constitutives, c’est-à-dire vers les mots, les langages, les discours, les répertoires de signes qu’il a intégrés, qu’il corrèle les uns avec les autres de façon étonnante et problématique, et qu’il transforme grâce à la distance sémiotique qu’il gagne sur eux par divers moyens scripturaux qu’il s’agit justement de faire connaître et d’analyser. » (p. 42) Point de sociocritique sans ce mouvement d’aller et retour entre le texte et les signes qui l’entourent. Un travail qui ne se contente pas du simple repérage d’idées ou d’arguments que le texte emprunterait à l’imaginaire social de son temps : il n’est pas question de soumettre le texte à une logique de la preuve et de nier sa singularité en l’envisageant comme une simple reconduction du même dans un état de société donné. Bien au contraire, la sociocritique présuppose la singularité du texte littéraire, dont elle s’attache à montrer qu’elle résulte « d’une action, d’une intervention sur et dans la semiosis sociale » (p. 44).

Construire l’imaginaire social

9Le XIXe siècle, s’il se perçoit lui-même comme le « siècle du progrès », est aussi celui où la pauvreté et la misère deviennent des phénomènes de masse. La « question sociale » hante les consciences et Les Misérables se trouve branché sur les innombrables façons de raconter la misère qui circulent dans l’imaginaire social au XIXe siècle. L’écriture hugolienne s’empare cependant de la question d’une façon singulière.

10L’originalité de la démarche sociocritique se lit dès le premier chapitre de l’essai. Plutôt que de partir d’une contextualisation biographique ou littéraire des Misérables, Pierre Popovic propose un ingénieux travail de ressaisie de l’imaginaire social de la pauvreté au mitan du XIXe siècle. S’appuyant à la fois sur des sources de première main et sur des travaux savants, il dégage six tendances historiques principales dans la considération de la pauvreté : effacement de la figure du mendiant et du vagabond face à celle du travailleur industriel et du prolétaire ; nouvelles façons de vouloir traiter le problème de la misère (de l’internement des pauvres et de la charité personnelle de l’Ancien Régime à la mise en place d’une « politique de la pauvreté » impliquant la responsabilité collective) ; changement de focale vis-à-vis de la nature de la pauvreté (d’un état naturel prévu par les plans de la Providence à la reconnaissance d’un problème historique et social) ; réinterprétation de ses origines (du péché originel aux causes empiriques et objectives sur lesquelles il serait possible d’agir) ; rupture du sujet historique unitaire de 1789 et concurrence du « peuple » par le « prolétariat » ; définition du pauvre comme citoyen à part entière pour lequel se mettront en place progressivement des programmes d’assistance, de prévoyance et d’assurance. Autour de ces tendances générales s’orchestrent une quantité de débats et d’affrontements entre des doctrines idéologiques opposées où le catholicisme, le libéralisme et le socialisme rencontrent les sensibilités monarchistes, bonapartistes et républicaines en autant de possibles.

11Le repérage des idéologies politiques et économiques qui traversent le siècle ne suffit cependant pas à cartographier l’imaginaire social. Abordant en littéraire le contexte historico-discursif, Pierre Popovic dégage douze caractéristiques majeures de la représentation de la pauvreté. Il s’agit pour lui de « prendre en compte les régulations dominantes de ce qui constitue la géologie sémiotique de l’objet pauvreté » (p. 66). Ces caractéristiques forment une « matrice sémiotique », dont la reconstruction idéale-typique permettra, en retour, d’évaluer le travail propre du roman. Parce qu’il serait trop long de toutes les présenter ici, nous évoquerons cinq exemples. Tout d’abord, le principe axiomatique qui irrigue le siècle suppose qu’il est possible de changer cet état de fait qu’est la pauvreté : une mystique du progrès sous-tend les récits qui traitent de la pauvreté, mais se retrouve aussi dans des genres non narratifs comme le traité, le discours, le poème ou l’article de presse. Ensuite, le récit biblique de « l’onction à Béthanie » imprègne les écrits de l’époque : si la référence à l’épisode des Évangiles justifie d’abord l’acceptation et la légitimation de la pauvreté, une évolution des sensibilités se fait jour à la fin du siècle qui offre une nouvelle interprétation de la parabole. Ensuite, l’oxymore « pauvre, mais honnête », déjà identifié par Claude Duchet, obsède les esprits, le second terme corrigeant le premier et déplaçant la question de l’économie vers la morale. Ce déplacement est lui-même souvent à la source d’un récit, d’une scène, d’une image, d’une maxime susceptible de lisser la contradiction et de la rendre acceptable. Par ailleurs, des alliances métonymiques et symboliques se créent : le poète et le pauvre forment un premier couple, le Christ et le pauvre en forment un autre, tantôt combattu, tantôt valorisé. Enfin, le discours sur la pauvreté s’accompagne toujours de lieux communs l’associant à la dangerosité, à une sexualité incontrôlable, et fait de la fille-mère l’objet d’un ostracisme généralisé.

12La fin du premier chapitre propose d’observer, à même le grand discours de Victor Hugo à l’Assemblée législative du 9 juillet 1849, la façon dont l’éloquence politique « tord et distord déjà ce qu’elle emprunte » (p. 51). Tout en rassurant son auditoire, en lui répétant l’échec de la révolution de 1848 et de ses chimères dangereuses, en faisant des concessions à l’imaginaire providentialiste de la misère, l’orateur conteste le récit de « l’onction à Béthanie » – diversement mobilisé par les catholiques et par les libéraux-conservateurs – et affirme que, si l’on ne peut pas supprimer la souffrance, l’on peut en revanche détruire la misère. L’éloquence politique se double d’un art du romanesque qui parle à la sensibilité autant qu’à la raison, et ces échappées du discours préfigurent les choix esthétiques des Misérables.

Une herméneutique sociale des Misérables

13Attentif à trois foyers romanesques de concentration du sens, Pierre Popovic s’appuie dans le chapitre 2 sur une analyse du titre, de l’exergue et des deux incipits du livre pour voir à l’œuvre dans Les Misérables un principe « d’amplification encyclopédique ». Celui-ci se complète cependant d’une « individuation » des récits de la misère qui aménage non seulement une place symbolique à la classe des miséreux mais confère également à chacun d’entre eux une valeur humaine et citoyenne. Cette « encyclopédie narrative de la misère » trouve un symbole dans la bataille de Waterloo, mêlée furieuse qui rappelle comment, loin des abstractions et au ras des existences, la question sociale n’a pas encore trouvé sa solution. Seul Jean Valjean offre la leçon de sa propre vie comme « premier brouillon très imparfait d’un projet de transcendantalisation sociale » (p. 117). Mais le don exemplaire de soi accentue la solitude sacrificielle de son aventure. Sans compter que les autres personnages ne cessent de lui attribuer une vie et une personnalité sans rapport avec la réalité, soulignant la façon dont, dans l’imaginaire social du XIXe siècle, il n’est pas « de récit disponible pour un pauvre, si ce n’est celui qui le lie au crime » (p. 119).

14Le XIXe siècle fut un siècle de foisonnement des utopies sociales mais aussi de l’utopie au sens large puisque celle-ci se greffait sur l’ensemble des idéologies articulées sur l’idée de progrès. Si les Misérables ne contiennent pas de description de cité utopique, le roman n’est pas étranger à la tendance utopique qui fertilise le siècle. Pierre Popovic parle d’une « utopicité » lisible à même le prophétisme de l’exergue, mais aussi dans la récurrence d’une matrice narrative utopique. Trouvant sa source dans la Révolution française (1793 compris) mais aussi dans l’aventure napoléonienne conçue comme un prolongement de celle-ci, cette matrice narrative présuppose que « l’histoire avance sous l’effet de secousses brutales, à coups de happenings salvateurs dont la violence sera peut-être un jour excusable au nom des améliorations sociales produites » (p. 142). Le roman contribue ainsi à l’articulation des idées d’utopie et de révolution. Mais l’essentiel n’est peut-être pas là, et l’utopicité des Misérables se trouve avant tout dans le dynamisme dégagé par le retour d’un même motif sémiotique : la transformation du grotesque en sublime. Ce principe de transfiguration, grevé de connotations religieuses, et qui s’effectue sur des éléments très divers du récit (personnages, décors et paysages, atmosphères, événements), impose l’idée que malgré toutes les vicissitudes, des changements peuvent survenir pour le meilleur. Le roman ambitionne même de fonder une philosophie de l’histoire reposant sur l’idée de la transfiguration, à la faveur des événements historiques, de la « foule » en « peuple » et s’offre dès lors comme le lieu d’une vision providentielle de l’avenir.

15Le chapitre 4 s’intéresse aux relations du roman avec le second Empire et les grands récits politiques du moment. Il renouvelle l’approche de l’antagonisme entre Victor Hugo et le bonapartisme contemporain en se penchant sur le topos narratif des « mauvaises lectures » accomplies par les personnages – soit qu’ils ne comprennent pas ce qu’ils lisent, soit que ce qu’ils lisent est médiocre et s’oppose au progrès politique et social. Sachant à peine lire, Fantine se laisse éblouir par Tholomyès, incapable de voir en lui la lâcheté et la veulerie sous le vernis jovial et la culture d’emprunt. Quant au mauvais goût des Thénardier dans leur choix de lectures, il en dit long sur cette petite-bourgeoisie duplice, aspirant à l’élévation sociale mais pervertissant l’ambition par l’absence de bonté et le ressentiment, qui tente de frayer son chemin sous le second Empire. Un sous-texte anime le roman : celui de la fable de légitimation de l’accession de Louis-Napoléon Bonaparte au pouvoir. Et de nombreuses allusions voilées permettent de le contester, à commencer par la corrélation, soutenue par de multiples indices, entre Thénardier et Louis-Napoléon Bonaparte. De façon plus générale, c’est le portrait d’une société fausse, coupable d’imposture et responsable d’une mauvaise lecture de l’histoire aussi bien que du présent, qui se dégage du roman.

16La combativité et l’utopicité du roman constituent son versant lumineux, celui qui a pu faire penser qu’il s’offrait comme un « contrepoint absolu » à une modernité littéraire faite de septicisme, d’ironie et de désenchantement. Mais c’est oublier le versant d’ombre des Misérables, et la mélancolie qui le tenaille. L’analyse de cette fructueuse tension interne, sans laquelle il n’est de bon roman, fait l’objet du chapitre 5. S’intéressant à l’eros du texte conçu comme le lieu de possibles significations politiques et sociales, Pierre Popovic analyse les relations de Jean Valjean avec les femmes. Or la chasteté du héros le rend incapable de fonder un monde nouveau et sa rencontre avec quatre figures féminines avec lesquelles il aurait pu former un couple apparaissent comme autant de possibilités anéanties, esquisses d’un « autre roman qui aurait été pensable dans une autre société que celle qu’il décrit » (p. 222). La part de négativité et de dysphorie des Misérables se lit encore dans d’autres épisodes ou détails troublants. Pierre Popovic propose une exégèse originale du rêve de Jean Valjean, du suicide de Javert, et relève toutes les morts – réelles ou symboliques – qui émaillent le roman pour en faire « le lieu d’un monde qui passe » (p. 266). Que dire, enfin, du devenir de la petite Cosette sauvée par Jean Valjean ? Réservoir d’avenir, ferment d’espoir ? Le roman s’avère à cet égard bien décevant : « Une fois qu’elle a convolé en justes noces, Cosette devient à quelques rares moments près affétée, superficielle, creuse, asservie, et puérile comme elle ne l’était pas quand elle était fillette. » (p. 273) Renoncements, effacements, disparitions, malaise dans la transmission : le spectre de l’échec plane sur le roman et entre en contradiction avec son utopicité constitutive.

Les Misérables d’hier à aujourd’hui

17La conclusion synthétise sous un angle nouveau les analyses et les interprétations dégagées au fil de l’essai, dans le souci constant de comprendre comment le texte littéraire s’articule de façon dynamique aux récits disponibles de la misère devenue « question sociale ». Du côté des récits individuels, le roman en offre un catalogue alarmant, et s’oppose à l’un des nœuds narratifs de l’imaginaire social qui associe misère et crime. Il lui préfère l’idée que c’est la société qui engendre la misère, laquelle peut conduire au crime, « désignation causale qui ne dispense pas le misérable de la possibilité de choisir » (p. 278). La trajectoire de Jean Valjean, caractérisée par sa solitude, et l’éparpillement des cas, montre que la charité individuelle ne peut suffire à traiter le problème de la misère et qu’il y faut une prise en charge collective. Tout en appelant de ses vœux une future politique sociale, le roman rappelle que chaque pauvre est une subjectivité « à préserver, à cultiver, parfois à sauver » (p. 279). Du côté des grands récits produits par les groupes et les institutions, l’on constate l’étanchéité des systèmes de valeurs : si l’idée d’une démocratie possible se dessine dans le foisonnement des points de vue, la société du roman ne parvient pas encore à briser les barrières de classe issues de l’Ancien Régime. Les idées et les représentations ne circulent pas. Des hommes qui pourtant vivent dans le même monde, paraissent évoluer dans des temps différents. Enfin, du côté des grands récits « macro-idéologiques » en lutte pour le pouvoir, le roman promeut une matrice narrative qui fait de 1789 une rupture prolongée par le régime napoléonien – en dépit de la tache du 18 Brumaire –, et ne cesse de s’opposer à la fable accompagnant la prise de pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte.

18Si la trajectoire de Jean Valjean, sans cesse relancée, lui permet de traverser tout l’espace social, elle n’ouvre pas sur une assomption rassurante du bien. Pour autant, pas de nihilisme esthétique ou idéologique dans Les Misérables, qui épouse la tendance dominante de l’imaginaire social selon laquelle la pauvreté peut être vaincue, et ouvre différentes pistes d’amélioration de l’avenir. Dans le même temps cependant, le livre formule « l’inquiétude d’un ratage de ce projet visionnaire » (p. 285). Que signifie donc la mélancolie qui irradie le texte ? Pierre Popovic s’essaie à une interprétation en quatre volets (historique, social, philosophique et politique) débouchant sur l’idée que malgré l’incertitude et l’ombre de l’échec, il faut continuer : « En ce sens, la mélancolie des Misérables est une énergie, elle n’a rien d’une nostalgie, elle pousse à l’action. Chacun est convié à agir, à faire selon ses capacités et à joindre la lutte pour le meilleur monde possible, mais en sachant que, selon toute vraisemblance, ce meilleur monde possible, il ne le connaîtra, ne le verra, n’en bénéficiera, n’y vivra pas. » (p. 286)

19Les formes de la misère ne sont aujourd’hui plus les mêmes qu’au siècle de Fantine et de Champmathieu. Mais le roman est travaillé par une indignation sociopolitique qui peut toujours nous servir. Pierre Popovic met à profit l’énergie libérée par la lecture pour rapprocher les scènes d’indignation du livre – là où l’« émotion blanche » grandit « sur le terreau d’un raisonnement intérieur » (p. 290) – des récents mouvements de contestation et de revendication de la Puerta del Sol ou Occupy Wall Street. Aujourd’hui comme autrefois, un même sentiment de l’indignité du sort subi (alors même qu’on pensait avoir joué le jeu) saisit des individus que l’on somme parfois avec un grand cynisme de « s’adapter », au mépris de la précarité de leurs existences.

20L’essai de Pierre Popovic propose à tous ceux qui s’intéressent à la lecture sociocritique des textes un trésor de ressources théoriques et un modèle d’application pratique. Les concepts maniés sont toujours précisément distingués et définis, les options interprétatives présentées avec clarté. Une lecture au plus près du texte, fouillant dans ses moindres détails – allusions littéraires, emploi des noms propres – s’assortit toujours d’un mouvement d’élargissement vers l’imaginaire social. En se réappropriant ce concept sociologique, Pierre Popovic nous offre une vision originale de la littérature. Si la littérarité est « partout », la littérature se conçoit comme un mode de sémiotisation particulièrement riche de l’imaginaire social. Pensé en termes de « travail », d’« énergie », de « dynamisme », d’« interaction », le texte littéraire ne gagne sa formidable originalité que dans un mouvement d’échange avec le contexte dans lequel il a été écrit. L’analyse sociocritique permet ainsi non seulement une analyse minutieuse de l’œuvre, mais également, par coups de sonde, une tentative – toujours parcellaire mais bel et bien éclairante – du global. Elle permet un voyage dans l’imaginaire d’une époque, une traversée des représentations qu’elle chérit ou rejette, une plongée au cœur des fictions – littéraires ou politiques – qu’elle se crée, une relecture des fables dont elle aime se bercer.

21Par ailleurs, l’hypothèse d’une mélancolie active des Misérables ne peut laisser insensible le lecteur du XXIe siècle, susceptible de se laisser envahir par un sentiment de découragement devant le devenir récent du capitalisme mondialisé et sa cohorte de populations « échangeables » et « jetables ». « L’esthétique hugolienne est tout sauf un abattement » (p. 276), confie Pierre Popovic, et l’on ressort revigoré de la lecture des Misérables. Il en va de même après la lecture très agréable de cet essai, qui donne à penser le rôle positif de l’utopie en des temps de désarroi social, et qui offre au lecteur la possibilité de redécouvrir le chef d’œuvre de Victor Hugo tout en enrichissant son goût des mots rares. Non que Pierre Popovic cède à une quelconque préciosité, mais c’est en fouillant dans tous les recoins du grand magasin de la langue qu’il expose sa vision de la littérature. L’activité interprétative est inséparable de l’invention d’un style qui ne cesse de dire son plaisir de débusquer les possibles significations du texte. Cette recherche de style, qui associe la précision et l’originalité, est propre à épouser les mouvements les plus intimes de la prose hugolienne. Elle prouve à elle seule à quel point la lecture sociale des textes n’est, avec la sociocritique, jamais un appauvrissement mais bel et bien un enrichissement du sens des textes.

Haut de page

Notes

1 Les activités du CRIST et les travaux de ses membres sont annoncés sur le site http://www.site.sociocritique-crist.org Les actes du premier symposium international de sociocritique (co-organisé par le CRIST et le CERLOM en 2011 à l’Inalco) ont été publiés sous la direction de Patrick Maurus dans Actualité de la sociocritique, Paris, L’Harmattan, 2013, 260 p.

2 Popovic (Pierre), « La Sociocritique. Définition, histoire, concepts, voies d’avenir », Pratiques, n° 151-152, décembre 2011, p. 16.

3 La sociocritique se distingue ainsi de l’analyse de contenus qui tient le texte « pour un matériau sociologique dans lequel le chercheur cherche des significations localisables, et non des relations de sens toujours plus sinueuses et cinétiques. », ibid., p. 10. Nathalie Heinich illustre cette approche « lorsqu’elle puise dans des romans écrits par des femmes des représentations des problèmes identitaires rencontrés par ces dernières dans la vie sociale réelle », ibid.

4 Par exemple, l’analyse des grandes catégories du genre romanesque (espace, temps, personnage, énonciation) du point de vue du système qu’elles forment et des relations internes (récurrences, points de tension) qu’elles font émerger au sein des œuvres.

5 Popovic (Pierre), Imaginaire social et folie littéraire. Le second Empire de Paulin Gagne, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Socius », 2008, 384 p.

6 Popovic (Pierre), La Mélancolie des Misérables. Essai de sociocritique, Montréal, Le Quartanier, « Erres Essais », 2013, p. 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Lamarre, « Les Misérables entre utopie et mélancolie : un essai de sociocritique  », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5986

Haut de page

Auteur

Mélanie Lamarre

Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes

Articles du même auteur

Haut de page