Navigation – Plan du site

Compte rendu de Ribard (Dinah) & Schapira (Nicolas) (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écritures et trajectoires sociales

Paris, PUF, « Les Littéraires », 2013, 208 p.
Chanel de Halleux

Entrées d'index

Mots-clés :

Stratégie
Haut de page

Texte intégral

1Certaines notions, devenues suspectes en raison d’une trop grande banalisation de leur emploi, ne sont plus utilisées par les chercheurs sans être assorties d’un arsenal de justifications théoriques et d’infinies précautions méthodologiques. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, celle de stratégie en fait indéniablement partie, à tel point que la pertinence même des études centrées sur ce concept est régulièrement remise en question.

  • 1 Ribard (Dinah) & Schapira (Nicolas), Programme des journées d’études « On ne peut pas tout réduire (...)

2Apport significatif au débat, l’ouvrage On ne peut pas tout réduire à des stratégies rassemble neuf contributions qui interrogent les acquis et les limites de la notion à la lumière de « parcours individuels semés d’écrits » (p. 4). Tenter de saisir ce qui, dans l’observation de ces trajectoires, relèverait du « calcul » et identifier celui-ci comme une stratégie sert-il réellement l’analyse ? Telle est l’une des problématiques centrales de ce volume, fruit d’une longue réflexion collective menée dans le cadre du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l'Histoire du Littéraire (GRIHL). Pour y répondre, les collaborateurs ont été invités à opérer un retour sur des cas d’étude traités antérieurement, dans le but d’objectiver leur utilisation (ou leur non utilisation) de la stratégie au sein de leurs travaux1. Bien que tous reconnaissent les risques de réductionnisme afférents à cette notion, ils ne la rejettent pas unanimement. Il en résulte un propos d’ensemble d’autant plus convaincant qu’il n’a pas pour objectif a priori de discréditer ou de défendre les approches en termes de stratégie.

Ceci n’est pas une stratégie

3Dans leur introduction (pp. 5-21), Dinah Ribard et Nicolas Schapira développent un modèle de l’analyse stratégique qui se définit en négatif par rapport aux usages récents du la notion. Nous proposons ici de présenter les principaux critères méthodologiques et enjeux associés à cette conception différentielle et de montrer comment ceux-ci sont illustrés au sein des diverses contributions.

4Prenant acte de la principale critique émise au sujet des explications stratégiques, à savoir « qu’elles postuleraient des intentions, et un lien non démontré entre intentions et actions, entre intentions et textes » (p. 6), les éditeurs scientifiques du volume délimitent un cadre théorique qui permet de reléguer la question de l’intentionnalité au second plan. En proposant de centrer l’attention sur les écrits et de considérer ceux-ci comme des actions, destinées à générer des résultats dans le monde où ils sont produits et diffusés, ils s’opposent à une démarche historienne douteuse par laquelle l’établissement de la « volonté » d’un agent social (pourtant fondamentalement inaccessible) était préalable à toute étude stratégique. Il convient de souligner les avantages d’un tel renversement.

  • 2 Girard (Pascale), « “J’y pense même en mangeant.” Peut-on lire des stratégies dans les Indipetæ des (...)
  • 3 Jouhaud (Christian), « L’action rendue visible comme stratégie par son écriture. Marie Du Bois et l (...)
  • 4 Hermant (Héloïse), « Campagnes épistolaires et négociation politique : l’imparable “stratégie” d’as (...)

5Premièrement, celui-ci présente le mérite d’envisager les déclarations d’intention produites par les auteurs/scripteurs comme des actes distincts, propres à véhiculer eux-mêmes une visée tactique, et non comme de simples commentaires explicatifs dont le chercheur pourrait se servir pour déterminer les motivations du sujet qu’il examine. C’est ce que démontrent notamment Pascale Girard2, Christian Jouhaud3 et Héloïse Hermant4 dans leurs articles respectifs, plaçant la problématique intentionnelle au cœur de leur réflexion. S’attachant à des objets inscrits dans des situations sociales et politiques très différentes - la variation des arguments mobilisés au sein de lettres successives par des Jésuites souhaitant partir aux Indes, le journal d’un petit noble français de province du xviie siècle et les textes diffusés dans le contexte des guerres de plume centrées sur Juan José de Austria, bâtard royal d’Espagne -, ces chercheurs mettent en lumière le décalage entre motifs exprimés par l’acteur social et motifs sous-jacents, susceptibles d’être reconstruits grâce à l’analyse.

  • 5 Bourdieu (Pierre), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-6 (...)
  • 6 Chappey (Jean-Luc), « Nouveaux regards sur les “girouettes”. Écritures et stratégies intellectuelle (...)
  • 7 Bourdieu (Pierre), loc. cit., p. 69.
  • 8 Ribard (Dinah), « La création des chaires de droit français (1679). Stratégies, événement et histoi (...)

6Privilégier l’observation d’actions sur l’identification d’une volonté présumée du sujet permet également d’échapper à la menace de « l’illusion biographique5 ». Dans son article consacré aux trajectoires de trois intellectuels pendant la Révolution française, Jean-Luc Chappey6 regrette, à la suite de Pierre Bourdieu, cette propension de nombreux historiens à se faire les idéologues des vies qu’ils observent « en sélectionnant, en fonction d’une intention globale, certains événements significatifs et en établissant entre eux des connexions propres à leur donner cohérence7 ». Loin d’écarter certaines prises de position de ces individus, sous prétexte qu’elles ne répondraient pas à des logiques de carrière littéraire ou scientifique, l’auteur suggère au contraire de s’interroger sur leurs écarts de parcours et prouve que ceux-ci sont riches d’enseignements sur le monde social dans lequel ils s’inscrivent. C’est un semblable constat d’une incohérence de position - celle de la nomination d’hommes de lettres au titre de docteurs honoraires de la faculté de droit de Paris en 1656-1657 - qui permet à Dinah Ribard8 de montrer comment le pouvoir royal et ses protégés ont usé de diverses tactiques, notamment littéraires, pour intervenir sur l’enseignement du droit. L’analyse stratégique apparaît donc comme un outil efficient pour interroger des trajectoires hétérogènes, ainsi que la lecture de ces deux contributions nous en convainc.

7Un second précepte méthodologique majeur développé dans l’introduction et mis en pratique au sein des neuf articles du volume est celui d’une indispensable contextualisation des actes considérés. Initialement introduite en sociologie pour se démarquer du structuralisme et reconnaître une liberté de choix aux agents évoluant dans un espace des possibles restreint, la question de la stratégie a, paradoxalement, peu à peu contribué à présenter les individus sous les traits de calculateurs tout-puissants. S’opposant avec raison à cette acception galvaudée de la notion, les collaborateurs du volume illustrent la nécessité d’envisager ensemble toutes les actions d’un agent et de réintégrer la variable temps au sein des analyses. L’importance de réaliser un « séquençage temporel » précis est ainsi attestée par Héloïse Hermant et Pascale Girard, comme étant le meilleur moyen de révéler la part d’improvisation, d’adaptabilité aux événements, inhérente à chaque visée stratégique.

  • 9 Sapiro (Gisèle), « Stratégies d’écriture et responsabilité auctoriale », pp. 163-181.
  • 10 Viala (Alain), « Des stratégies dans les Lettres », pp. 183-199.
  • 11 Voir Viala (Alain), La Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Par (...)

8Contextualiser implique également de mettre en exergue les restrictions qui pèsent sur les possibles sociaux des individus. Citons, sur ce point, le texte très éclairant de Gisèle Sapiro9, qui se concentre sur les diverses stratégies déployées par les auteurs français aux xixe et xxe siècles pour faire face à une contrainte spécifique, à savoir la définition pénale de la responsabilité auctoriale. En s’intéressant aux ajustements d’autocensure et aux tentatives de disculpation élaborées lors des procès d’écrivains, elle démontre de manière concluante que les contraintes sont génératrices de stratégies, tant sociales que textuelles. À ce propos, nous pouvons regretter que les effets proprement stylistiques des prises de position stratégiques n’aient pas été davantage traités au sein de ce recueil dédié aux productions écrites. Seul Alain Viala10, dans l’article devant servir de postface au recueil, évoque cette question, réalisant un retour critique sur ses analyses des rapports entre sociologie du monde des écrivains et modes d’écriture à l’âge classique11.

  • 12 Parmentier (Bérengère), « Les moyens et les fins : quelques remarques sur les connotations de la no (...)
  • 13 Schapira (Nicolas), « Trajectoire d’auteur, trajectoire de secrétaire. Livre et stratégie dans la s (...)

9Enfin, les auteurs de l’ouvrage opèrent une troisième prise de position significative par rapport au discours contemporain sur les stratégies : ils se distancient de la théorie de l’habitus, pourtant la plus à même de leur fournir des outils opératoires sur la question. Ainsi que l’expliquent Nicolas Schapira et Dinah Ribard dans leur introduction, la sociologie de l’habitus est exclusivement « [tournée] vers l’explication de conduites, c’est-à-dire d’actes instantanés (même s’ils peuvent prendre du temps, ou encore être répétés pour constituer une conduite habituelle, un comportement) non détachable du corps de l’individu qui les accomplit » (p. 11). En ce sens, elles se révèlent inappropriées pour analyser des écrits qui, en plus de n’être pas intériorisés, présentent la particularité d’être étalés dans le temps : « l’action est affectée, quand il s’agit d’écrits, d’une effectivité durable et imprévisible : des écrits peuvent matérialiser des choix passés qui continuent ainsi à s’imposer, notamment à ceux qui les ont faits, ils peuvent aussi être détournés et transformés, par leurs auteurs ou par d’autres » (p. 11). Les articles de Bérengère Parmentier12 et Nicolas Schapira13 traitent directement de cette inadéquation du concept dans le cadre d’une étude des productions écrites. Ils proposent, en outre, des outils analytiques originaux à lui substituer, sur lesquels il est opportun de nous attarder plus longuement.

10Prenant pour objet le parcours d’un scribe prophète fou du xviie siècle, Bérengère Parmentier témoigne du fait que la pratique de l’écriture peut engendrer des actions considérées comme improbables dans les études axées sur les schèmes incorporés. En tant que « compétence transversale » n’étant associée à aucun champ spécifique, le savoir-faire graphique permet en effet à François Davant d’imaginer passer de simple copiste à auteur renommé et de sortir ainsi du territoire des possibles qui lui était assigné. Examinant ses diverses actions de manière objective et complète, la chercheuse dévoile avec clarté les limites des explications stratégiques et privilégie un modèle d’analyse fondé sur les « puissances d’agir interstitielles » qui, telle l’aptitude scripturale, autorisent des prises d’initiatives a priori inconcevables.

11Dans sa contribution consacrée à Louis Videl, un secrétaire particulier d’Ancien Régime, Nicolas Schapira démontre que les possibilités d’action de cet agent sont davantage déterminées par sa position professionnelle que par son habitus. C’est, en effet, parce qu’il souhaite mettre à profit les relations avec ses maîtres successifs que Videl mobilise ses capacités littéraires et l’acte de publication pour se forger un statut de « secrétaire de papier », qu’il réactualise encore longtemps après avoir cessé de remplir cette fonction. Les écrits publiés, autonomes, visibles et durables, s’intègrent à l’identité sociale de leur auteur, au point de la déterminer. Telle est la thèse de Nicolas Schapira, qui appelle en conséquence à remplacer le rapport traditionnel habitus/stratégie par celui d’identité sociale/action, permettant « de mieux prendre en compte l’incorporation progressive des actions à l’identité, la mise en scène de la personnalité sociale, la résonance des actions par l’écrit dans tout l’espace social » (p. 143).

12Il arrive donc que les études en termes de stratégies et d’habitus se révèlent contre-productives ou, du moins, insuffisantes. Appréhender une trajectoire individuelle par leur biais ne peut, de ce fait, en aucun cas devenir un réflexe mécanique de l’analyste : chaque parcours social observé doit faire l’objet d’une réflexion singulière, mettant en balance les bénéfices et désavantages de telles approches.

Conclusion : du potentiel heuristique de l’hypothèse stratégique

13« On ne peut pas tout réduire à des stratégies », certes, mais cela ne signifie pas pour autant que la notion doive être reléguée aux oubliettes de la science. Si l’on excepte les deux derniers articles mentionnés, cette conclusion est admise par l’ensemble des collaborateurs du volume, qui s’attachent à dévoiler le potentiel heuristique de la notion. L’intérêt du recueil réside précisément dans cette démonstration. Bien plus qu’une finalité en soi, la stratégie doit être perçue comme « un outil d’analyse susceptible de faire apparaître des phénomènes qui, sans cela, seraient restés dans l’ombre » (Chappey, p. 44). Détachée de toute lecture finaliste, mise en contexte et envisagée à partir de ses spécificités, l’hypothèse stratégique appliquée aux écrits se révèle en effet un moyen privilégié pour comprendre les rapports entre individus et institutions religieuses (Girard) ou encore les dynamiques structurales du champ littéraire (Viala), juridique (Ribard) ou social (Chappey). S’intéresser au particulier afin de nourrir nos connaissances des mécanismes sociaux généraux, voici ce que le concept de stratégie permet de penser efficacement.

14Pour finir, il convient de souligner la grande qualité scientifique de ce recueil, qui remplit pleinement son objectif en offrant des éléments de réflexion essentiels pour le sociologue, l’historien et l’historien de la littérature. Ne doutons pas que celui-ci restera une référence incontournable pour l’étude du rapport entre stratégie et écriture.

Haut de page

Notes

1 Ribard (Dinah) & Schapira (Nicolas), Programme des journées d’études « On ne peut pas tout réduire à des stratégies : Stratégies sociales et gestes d’écriture, un débat, des manières de faire », (11 – 12 mai 2007, Université Marne La Vallée, EHESS), URL : http://grihl.ehess.fr/docannexe/file/461/2007_strategie_programme.pdf, consulté le 18/11/2014.

2 Girard (Pascale), « “J’y pense même en mangeant.” Peut-on lire des stratégies dans les Indipetæ des jésuites d’Espagne et de Sardaigne du xviie siècle ? », pp. 23-42.

3 Jouhaud (Christian), « L’action rendue visible comme stratégie par son écriture. Marie Du Bois et la maison du Poirier (1649) », pp. 93-103.

4 Hermant (Héloïse), « Campagnes épistolaires et négociation politique : l’imparable “stratégie” d’ascension politico-sociale de don Juan José de Austria ? », pp. 145-161.

5 Bourdieu (Pierre), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, 1986, pp. 69-72.

6 Chappey (Jean-Luc), « Nouveaux regards sur les “girouettes”. Écritures et stratégies intellectuelles en Révolution », pp. 43-69.

7 Bourdieu (Pierre), loc. cit., p. 69.

8 Ribard (Dinah), « La création des chaires de droit français (1679). Stratégies, événement et histoire sociale », pp. 71-92.

9 Sapiro (Gisèle), « Stratégies d’écriture et responsabilité auctoriale », pp. 163-181.

10 Viala (Alain), « Des stratégies dans les Lettres », pp. 183-199.

11 Voir Viala (Alain), La Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, « Le sens commun », 1985 ; id., Racine, la stratégie du caméléon, Paris, Seghers, « Biographie », 1990.

12 Parmentier (Bérengère), « Les moyens et les fins : quelques remarques sur les connotations de la notion de stratégie. Autour du cas de François Davant », pp. 105-122.

13 Schapira (Nicolas), « Trajectoire d’auteur, trajectoire de secrétaire. Livre et stratégie dans la société du xviie siècle », pp. 123-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chanel de Halleux, « Compte rendu de Ribard (Dinah) & Schapira (Nicolas) (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écritures et trajectoires sociales », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5996

Haut de page

Auteur

Chanel de Halleux

FNRS - Université libre de Bruxelles

Haut de page