Navigation – Plan du site

Compte rendu de Illouz (Eva), Hard romance. Cinquante nuances de Grey et nous

(traduit de l’allemand et de l’anglais par Frédéric Joli) [2013], Paris, éditions du Seuil, 2014, 154 p.
David Ledent

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’anglais, Fifty Shades of Grey de E.L. James [2011] est paru en langue française en 201 (...)
  • 2 Voir en particulier Goldmann (Lucien), Le Dieu caché. Étude sur la vision tragique dans les « Pensé (...)
  • 3 Une idée qui n'est pas sans faire penser aux développements que donne Georg Lukács dans La Théorie (...)

1Qu'exprime le succès de Cinquante nuances de Grey1 et que dit ce succès à la sociologie ? Ce sont les questions que s'est posées Eva Illouz, sociologue spécialiste des rapports sociaux de sexe, et qu'elle affronte avec rigueur en une centaine de pages. Dans une première partie, la sociologue s'intéresse à la relation de signification entre le best-seller et l'inconscient social, affirmant, dans une optique qui n'est pas sans évoquer les analyses de Goldmann autour de l’homologie structurale entre les œuvres littéraires et leur contexte de production2, que « les livres à succès sont une sorte de baromètres des normes et des idéaux d'une société. » (p. 8) Prenant l'exemple de Robinson Crusoé (1719), roman fondateur du genre, Eva Illouz montre que cette œuvre exprime par son succès des problèmes que se posent les hommes à l'époque de sa diffusion. En ce sens, le roman ne reflète pas par son contenu une réalité sociale mais constitue un révélateur de problématiques politiques, culturelles, sociales, philosophiques, existentielles, qui font époque. Reposant sur une morale qui se situe aux antipodes de celle véhiculée dans Robinson Crusoé, Cinquante nuances de Grey développe de la même manière une histoire et un message qui « trouvent un écho dans l'expérience des lecteurs » (p. 27). Aussi Eva Illouz centre-t-elle son analyse autour de la notion de « résonance » qui renvoie à la manière dont une production culturelle peut faire sens autour de questions sociales et/ou sociétales dont les réponses ne sont ni données a priori ni évidentes. Elle écrit : « Ma thèse est que le secret du succès du livre n'est pas à chercher dans son contenu érotique/pornographique, mais dans tout autre chose : la relation sadomasochiste mise en scène par ce roman est en résonance avec l'état actuel des rapports hommes-femmes » (p. 40), ce qui explique en partie le plaisir que peut procurer cette lecture en particulier. Eva Illouz souligne ainsi autant la fonction cognitive de Cinquante nuances de Grey, c'est-à-dire sa capacité à délivrer des connaissances concrètes en matière de sexualité, que sa fonction d'analyse qui consiste à engager le lecteur dans un dialogue avec les problèmes soulevés à partir des expériences vécues par les personnages3. Le livre participerait donc d' « un genre où s'entrelacent une sorte de commentaire sur l'état funeste de l'amour et de la sexualité, un fantasme romantique, ainsi que des instructions pour améliorer sa vie personnelle » (p. 58). 

  • 4 Au-delà de l'évidence, Eva Illouz ne nous livre malheureusement pas de données chiffrées qui auraie (...)
  • 5 Le traducteur précise que le terme « self-help » est souvent traduit par « développement personnel  (...)
  • 6 Voir Illouz (Eva), Pourquoi l'amour fait mal. L’expérience amoureuse dans la modernité (traduction (...)

2 Par la suite, Eva Illouz cherche à expliciter les raisons de ce succès dans le lectorat féminin, Cinquante de nuances de Grey se présentant clairement comme un roman écrit par une femme pour les femmes, donnant donc à partager un point de vue féminin sur la sexualité. Il serait pour la sociologue réducteur de présenter ce récit comme relevant exclusivement d'un genre pornographique s'adressant à des mères de famille, comme cela a pu être dit à maintes reprises par des commentateurs. Si le livre a rencontré l'essentiel de son succès parmi des femmes4, c'est parce qu'il rend compte selon Eva Illouz de l'expérience amoureuse comme d’« une expérience sociale pleine de contradictions » (p. 81), en mettant en scène un personnage féminin (Anastasia Steele, dite Ana) ambivalent, à la fois soumis et émancipé, dominé et dominant, déterminé dans ses choix et libre dans l'affirmation de soi. Tout en versant dans une représentation stéréotypée de la masculinité – le personnage masculin (Christian Grey) présentant tous les attributs de la virilité, de la beauté physique et de la réussite sociale, et refusant de s'engager affectivement –, le récit donne à partager l'expérience que vit Ana à travers son émancipation sexuelle. Or cette expérience, sans s'identifier nécessairement et mécaniquement à celle des lectrices, peut trouver un écho favorable auprès de femmes pour qui « la sexualité est […] non seulement le lieu d'une connaissance de soi et d'une découverte de leur identité, mais aussi un problème » (p. 73).  On retrouve là la fonction analytique, voire quasi-psychanalytique, du récit de Cinquante nuances de Grey. Mais cette fonction prend tout son sens au cœur d'un contexte sociétal dans lequel la structure des relations hommes-femmes peut générer des inquiétudes existentielles pour chacun, en particulier avec la psychologisation exacerbée des questions concernant les relations amoureuses et sexuelles, significative de cette « culture du self-help5 » qui se manifeste dans de multiples formats culturels à destination des femmes. Sans convoquer ici le concept durkheimien d'anomie, Eva Illouz, dans la continuité de son précédent ouvrage Pourquoi l'amour fait mal6, explique le succès du livre à la lumière d'un décalage que vivraient plus souvent les femmes entre les aspirations individuelles – en particulier le désir d'autonomie – et les possibilités de les réaliser, lesquelles se seraient réduites sur un marché des rencontres, fortement concurrentiel, qui génère « une incertitude chronique et un besoin permanent de reconnaissance » (p. 103). 

  • 7 Eva Illouz en rappelle la définition usuelle : « Bondage et discipline, domination et soumission, s (...)

3 Le récit de Cinquante de nuances de Grey propose ainsi aux lectrices des éléments d'appréciation d'une situation anomique en matière de relations amoureuses et sexuelles, d'autant plus anomique que les injonctions contradictoires sont permanentes. Or cet apport analytique qui consisterait à « fournir des outils susceptibles de les [relations hétérosexuelles] améliorer » (p. 138) passe par la description de pratiques BDSM7 qui deviennent alors un « élément séduisant du récit » (p. 127).  Si le récit s'était concentré sur des pratiques sexuelles socialement plus légitimes et considérées comme moins marginales, il n'aurait pas eu cette puissance d'analyse, Eva Illouz considérant là le BDSM comme « le cœur d'une formule narrative où il fait office de conseil de développement personnel en matière sexuelle » et dont la lecture apparaît comme un « acte d'auto-encapacitation (“self-empowermentˮ) et d'auto-amélioration » (p. 145). Ainsi, la lecture de ce livre présente une dimension performative dans la mesure où elle peut permettre de poser un regard réflexif sur sa propre situation affective et sexuelle et de la faire évoluer. Eva Illouz est très claire en écrivant : « Les femmes ne s'identifient pas seulement à une histoire sentimentale ; elles s'approprient et retravaillent le texte au prisme de leurs expériences et au sein de leur existence, afin de se comprendre elles-mêmes et d'opérer des transformations dans leur vie » (p. 143). 

  • 8 Et c'est là sans doute un champ de recherche encore trop peu exploré par la sociologie des rapports (...)
  • 9 Voir Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, éditions du Seuil, 1998.
  • 10 Ou tout au moins faiblement dotés en capitaux scolaires et culturels.
  • 11 Voir en particulier Lahire (Bernard), La Raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures dom (...)
  • 12 Une idée néanmoins suggérée par Eva Illouz lorsqu'elle décrit le BDSM comme une « utopie amoureuse  (...)

4 De bout en bout, l'analyse proposée par la sociologue est parfaitement menée, et ce dans une langue aussi précise que limpide. S'il fallait toutefois apporter quelques éléments de critique, nous en relèverions deux. Le premier concerne la place des hommes dans cette sociologie de la réception. Si celle-ci rend compte avec force du succès du livre auprès d'un lectorat féminin, on s'interroge sur ce que des hommes peuvent avoir à dire et à penser d'un tel récit, en particulier dans la mesure où les problématiques existentielles qu'il soulève selon Eva Illouz trouvent de plus en plus un écho parmi eux. Dans la société contemporaine, la psychologisation des rapports de sexe ne constitue pas une caractéristique exclusivement féminine8. Aussi, et c'est notre seconde remarque, la question des rapports sociaux de sexe, outre leur caractère fondamentalement structurel comme l'a souligné Bourdieu dans La Domination masculine9, ne peut selon nous pas ignorer les dispositions sociales des lecteurs quand ces rapports sont mis en récit sous une forme fictionnelle. Car Cinquante nuances de Grey est un roman s'adressant à un lectorat non seulement féminin mais également populaire10, cette dernière caractéristique étant tout juste effleurée dans l'analyse que propose la sociologue. Et c'est sans doute là la limite de cette notion quelque peu floue de « résonance », plus holiste que structurale pour cerner les différentes logiques sociales de réception du livre. Si le propos d'Eva Illouz est absolument convaincant dans le cadre d'une sociologie de l'imaginaire, il élude la question des déterminants sociaux de cette fonction pragmatique d'analyse que remplit la lecture dans les milieux populaires, comme a notamment pu le décrire Bernard Lahire11. On a en effet le sentiment que Cinquante nuances de Grey s'adresse à un lectorat uniforme, sans caractéristique sociale et essentiellement défini par son genre. Et c'est encore conforter la thèse selon laquelle les goûts – et en particulier les goûts littéraires – ne sont plus socialement structurés quand les enquêtes concernant les pratiques culturelles continuent de le montrer. Le risque est de surestimer la dimension réflexive d'une lecture qui est peut-être avant tout une forme de divertissement pour un lectorat en mal de rêve et d’évasion12.

  • 13 Ajoutons une petite critique purement formelle et éditoriale puisqu'il manque à la fin de l'ouvrage (...)
  • 14 Voir en particulier Heinich (Nathalie), États de femme. L’identité féminine dans la fiction occiden (...)
  • 15 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littérai (...)
  • 16 Nous faisons là référence à la proposition que nous avons développée par ailleurs dans l’article su (...)

5 Cette critique13 ne doit pas faire oublier les enjeux de cette double contribution à une sociologie de la littérature et à une sociologie des rapports sociaux de sexe. Pour ce qui est de la première, il convient de souligner que cette étude dépasse en pratique deux oppositions classiques en sociologie de la littérature, entre analyse externe des contextes de production et analyse interne des œuvres d'une part, entre création et réception comme pôles de l'expérience culturelle d'autre part. Bien que certains aspects de l'analyse externe auraient pu être développés – la détermination sociale, et pas seulement genrée, de l'appréciation de Cinquante nuances de Grey –, Eva Illouz livre une étude développée d'un succès littéraire et populaire dans une optique culturaliste. Plutôt que de centrer son point de vue sur la production de la valeur esthétique du livre – ce qui serait peu pertinent au regard de sa faible légitimité dans le champ de la production restreinte des œuvres littéraires –, la sociologue propose d'en cerner la valeur culturelle à partir de ce qu'elle fait au lectorat et de sa capacité à entrer en résonance avec des problématiques actuelles. L'autre enjeu de cette étude sociologique pourrait ainsi se formuler à la manière de plusieurs travaux de Nathalie Heinich : ce que la littérature dit à la sociologie des rapports sociaux de genre14. Ce serait alors une contribution à ce domaine de recherche à partir d'une œuvre littéraire, en considérant donc celle-ci comme un outil de réflexion, et pas seulement et strictement comme un objet. Sans aller jusqu'à faire de Cinquante nuances de Grey un laboratoire de la pensée sociologique15, Eva Illouz montre que la sociologie d'une œuvre, en particulier lorsqu'elle rencontre un grand succès public, et de sa réception peut faire avancer une autre sociologie. C'est alors déplacer la fonction analytique que la littérature peut exercer sur les lecteurs à sa fonction analytique pour la réflexion sociologique. En ce sens, Hard Romance constitue une stimulante contribution à une sociologie par la littérature16.

Haut de page

Notes

1 Traduit de l’anglais, Fifty Shades of Grey de E.L. James [2011] est paru en langue française en 2012 aux éditions Lattès.

2 Voir en particulier Goldmann (Lucien), Le Dieu caché. Étude sur la vision tragique dans les « Pensées » de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955. À noter que cet ouvrage est cité par Eva Illouz (p. 65).

3 Une idée qui n'est pas sans faire penser aux développements que donne Georg Lukács dans La Théorie du roman [1920], Paris, Denoël, 1968.

4 Au-delà de l'évidence, Eva Illouz ne nous livre malheureusement pas de données chiffrées qui auraient pu appuyer ce constat d'ordre intuitif.

5 Le traducteur précise que le terme « self-help » est souvent traduit par « développement personnel », traduction restrictive selon lui (p. 65).

6 Voir Illouz (Eva), Pourquoi l'amour fait mal. L’expérience amoureuse dans la modernité (traduction de Frédéric Joly), Paris, éditions du Seuil, 2012.

7 Eva Illouz en rappelle la définition usuelle : « Bondage et discipline, domination et soumission, sadomasochisme » (p. 11).

8 Et c'est là sans doute un champ de recherche encore trop peu exploré par la sociologie des rapports de sexe. Par ailleurs, on pourra toujours objecter à Eva Illouz que de nombreuses femmes ne se sont pas « retrouvées » dans ce récit dont la « psychologie » implicite a surtout pour effet de reconduire les clichés les plus éculés sur les hommes et les femmes.

9 Voir Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, éditions du Seuil, 1998.

10 Ou tout au moins faiblement dotés en capitaux scolaires et culturels.

11 Voir en particulier Lahire (Bernard), La Raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, Presses universitaires de Lille, 1993.

12 Une idée néanmoins suggérée par Eva Illouz lorsqu'elle décrit le BDSM comme une « utopie amoureuse » dans la troisième partie de l’ouvrage. Dans un même temps, on est en droit de rester circonspect face à cette proposition sociologique.

13 Ajoutons une petite critique purement formelle et éditoriale puisqu'il manque à la fin de l'ouvrage une bibliographie récapitulative ainsi qu'un index des notions et concepts employés dans le texte.

14 Voir en particulier Heinich (Nathalie), États de femme. L’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallimard, 1996 ; « Ce que la littérature fait à la sociologie. Petite histoire des États de femme », Cahiers de recherche sociologique, n° 26, 1996, pp. 61-77.

15 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

16 Nous faisons là référence à la proposition que nous avons développée par ailleurs dans l’article suivant : « Les enjeux d’une sociologie par la littérature », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 05 décembre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5630.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Ledent, « Compte rendu de Illouz (Eva), Hard romance. Cinquante nuances de Grey et nous », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 26 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/6001

Haut de page

Auteur

David Ledent

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page