Navigation – Plan du site

Compte rendu de Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle. Essai d’histoire culturelle

Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, coll. Thèses et Essais, 2013.
Julien Schuh

Texte intégral

1La postérité n’a pas été tendre pour Edmond Picard (1836-1924), figure essentielle de l’histoire littéraire et artistique fin de siècle, que les spécialistes du symbolisme et de l’art nouveau croisent systématiquement sur le chemin de leurs artistes de prédilection sans oser toucher de trop près cette figure problématique, au parcours hétéroclite. « Avocat et homme politique, mécène, collectionneur, écrivain et animateur de la vie culturelle », aux productions d’une médiocrité honnête, rongé par un racisme pamphlétaire qui décourage quelque peu toute velléité de s’engager plus avant sur ses traces, Picard n’est pas un sujet d’étude présentable : « Son racisme est répugnant, son nationalisme décati, son socialisme minimal » (p. 6). Pourquoi lui faire l’honneur d’une biographie ? L’ouvrage de Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre ne relève du genre biographique que par la bande ; les termes d’« essai d’histoire culturelle », en page de titre, rendent mieux compte de la démarche qu’ils ont choisie pour analyser la vie de Picard, dans un ouvrage précieux par plusieurs côtés : la qualité littéraire de son style, volontiers orné, jouant des effets pour offrir un portrait vivant ; l’importance des archives souvent inédites consultées ; la richesse de l’illustration en couleurs, qui n’a rien à envier à nombre de livres d’art.

2Si biographie il y a (et l’on n’ignorera plus rien, en effet, au terme de ce livre, de la généalogie de Picard, de son parcours politique et professionnel, de ses ambitions artistiques ni de ses goûts culinaires et érotiques), ce choix générique est conçu d’emblée comme un outil méthodologique transdisciplinaire permettant de montrer l’exemplarité de son parcours (« En lui, toutes les tensions d’une époque sont réunies », p. 5) et de saisir, à travers le nœud singulier de son existence, la trame des forces sociales qui le traversent, le réseau des personnalités qui forment son univers social, l’évolution de la société belge dont l’unité est alors toute neuve. Plutôt que de choisir au hasard un quelconque paysan pour dresser en creux le tableau d’une société, les auteurs ont choisi une figure impliquée intimement dans la construction politique, juridique et culturelle de la Belgique de cette époque.

3Le livre ne respecte pas toutes les contraintes du pacte biographique. D’abord parce qu’il ne s’agit pas ici de tenter un portrait psychologique de Picard, de chercher à reconstruire l’unité d’une personnalité pour retrouver l’hypothétique vérité d’un être, mais de se placer délibérément sur le terrain des représentations. La figure de Picard est particulièrement intéressante par la « dimension spectaculaire » qu’il donne au moindre de ses actes : rien ne reste dans le domaine de l’intime pour l’avocat, qui met en scène, le plus souvent par le biais de la presse, jusqu’à ses mœurs – une extériorisation permanente qu’il faut peut-être analyser non pas comme un trait distinctif de Picard, mais comme l’une des dimensions essentielles de la construction des identités sociales dans l’Occident moderne.

4Mais c’est surtout dans son plan que ce livre déplace le genre biographique : plutôt que d’enfiler les dates, selon le modèle habituel des récits de vie, qui tend toujours à transformer la vie des personnalités décrites en destin en proposant une narration déterministe des événements (un peintre a toujours beaucoup dessiné enfant, un écrivain étonnait déjà ses professeurs par ses dissertations françaises, et les étapes de leur vie ne font que manifester l’épanouissement de leurs aptitudes innées), les auteurs ont préféré offrir une biographie à facettes, explorant les différentes identités sociales de Picard pour mieux exposer les mécanismes à l’œuvre dans la construction d’une telle personnalité. Ces facettes, on les retrouve, synthétisées, dans le sous-titre de l’ouvrage, « un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle », où l’on devine un faisceau de contraintes (historiques, sociales, économiques, politiques) qui tend à donner, déjà, une cohérence au parcours de Picard.

  • 1 Voir le numéro de la revue Textyles dirigé par Laurence Brogniez consacré aux relations entre « Dro (...)

5La première partie explore plus précisément les contraintes familiales et socio-économiques qui contribuèrent à façonner l’habitus de Picard : « Comment on devient un bourgeois socialiste », c’est presque une recette à suivre. La scène biographique s’ouvre sur une carte de Bruxelles, délimitant deux pôles : la rue des Minimes, de la « petite bourgeoisie laborieuse », et l’avenue de la Toison d’or. Picard naît dans la première en 1836, dans un quartier défini par ce qu’on appellerait aujourd’hui sa « mixité sociale ». Son père travaille déjà dans le monde du Droit (en tant qu’avoué, puis avocat) ; à travers l’évocation de son ascendance, c’est une culture familiale qui est ici présentée : on apprend à devenir avocat dès son plus jeune âge, par les idées circulant dans le cercle de ses proches1. On aurait aimé que les auteurs s’arrêtent sur les conditions d’existence d’une telle culture familiale, et offrent des outils permettant d’articuler cette communauté familiale avec le reste de la société bruxelloise, mais il y aurait là de quoi faire un autre livre… Viennent ensuite les années de formation : Picard est élève de l’Athénée de Bruxelles, où il « rencontre alors nombre des hommes qui jalonneront — voire parfois détermineront — sa trajectoire future » (p. 14) ; ici aussi, on aurait pu insister sur l’importance des institutions scolaires dans la structuration des réseaux sociaux à la fin du xixe siècle, où bien des mouvements artistiques et littéraires sont créés par d’anciens condisciples des mêmes Lycées et des mêmes écoles. L’ascension sociale d’Edmond Picard se traduit géographiquement par ses déménagements successifs, qui le rapprochent toujours davantage du second pôle de son existence, au 47, avenue de la Toison d’or, tout près du Palais de Justice, où il fait réaménager un bâtiment qui accueille également son cabinet, et qui devient bientôt une vitrine de son art de vivre. Mais Picard ne pourra jamais prétendre à l’aisance sûre d’elle-même des grands héritiers, et les auteurs montrent bien l’instabilité de sa position (symbolisée par sa devise, « Je gêne »), liée à la fois à l’origine de son capital (lié à son mariage dans une famille d’industriels du papier) et à son ascendance : Edmond est un parvenu, sans terre ni héritage, et il ne pourrait maintenir son train de vie sans les revenus dégagés par sa profession, où il déploie une énergie considérable.

6C’est donc logiquement que cet essai se penche ensuite sur l’étude du milieu professionnel de Picard, qui se définit, dans son être social le plus profond, comme un membre du Barreau : c’est « Le Centre de ma Vie », comme il le résume. Picard comprend qu’il peut avoir un rôle capital à jouer en cette période d’élaboration du pouvoir judiciaire en Belgique, et sa carrière reflète l’évolution du rôle des avocats dans la société industrielle de l’époque. Il s’implique dans la création du Jeune Barreau, une institution de formation et de socialisation des jeunes stagiaires en Droit qu’il conçoit comme un outil d’unification et de légitimation du Barreau. À travers l’organisation de conférences, de voyages, de banquets, cette institution participe à la consolidation de la communauté judiciaire par la constitution d’une culture propre, qui s’incarne dans des poèmes commémoratifs, des discours, des illustrations faisant l’objet de publications luxueuses. On est très proche ici des modalités de cohésion des communautés littéraires de l’époque, qui utilisent des manières de s’affirmer qui ne leur sont pas propres. Avec ses publications et surtout, la direction des Pandectes belges, série monumentale de volumes destinés à servir de bibliographie à l’ensemble du Droit belge, Picard s’impose dans le paysage du Droit ; ses innovations juridiques, ses grands procès relayés dans la presse, ses plaidoiries en faveur d’écrivains d’avant-garde et de militants ouvriers, peuvent être considérées comme des outils de cohésion culturelle nationale pour un jeune État comme la Belgique. 

7Après l’analyse de ce pan essentiel de l’activité de Picard, la troisième partie de l’ouvrage s’attaque aux questions essentielles d’un essai d’histoire culturelle : dans « Moderniser la vie publique », les convictions et les goûts de Picard ne sont pas examinés sous l’angle du particulier ; à travers les choix de l’avocat, c’est la Nation belge et, plus largement, la civilisation occidentale colonisatrice qui sont brossées à traits vigoureux. Rappelant rapidement les combats de Picard, sénateur proche du Parti Ouvrier Belge, pour la défense des ouvriers (Picard se contentant de s’attaquer aux conséquences de l’inégalité de la société belge sans chercher à transformer le système qui les perpétue), les auteurs rouvrent le dossier du racisme affiché de l’avocat. Les essais les plus récents consacrés à Picard mettent en effet principalement en lumière la profondeur de son antisémitisme, le présentant comme un préfasciste dont les théories avaient pu avoir une influence profonde sur la société de l’époque. Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre ne minimisent pas l’abjection des conceptions raciales de Picard : l’avocat ne se contente pas d’adhérer à une forme d’antisémitisme de gauche, fréquente à la fin du xixe siècle où l’on assimile judaïsme et capitalisme, antisémitisme qui s’étiole au moment de l’Affaire Dreyfus. Picard, contrairement à ses alliés du Parti Ouvrier Belge, refuse de signer les pétitions en faveur de Dreyfus ou les lettres de soutien à Zola, et développe, dans la lignée de Drumont dont la France juive l’inspire beaucoup, une forme particulièrement virulente d’antisémitisme, qu’il expose dans des pamphlets dont l’ardeur n’était pas courante dans son milieu, même si certains de ses amis, comme Verhaeren, l’en félicitent chaudement en privé. Le racisme de Picard, exposé méthodiquement dans sa Synthèse de l’antisémitisme (1892), influence également sa vision juridique et structure ses cours, publiés sous le titre Le Droit pur (1899) ; mais ce livre montre que « les thèses de Picard demeurent un phénomène isolé et borné à la sphère privée » qui n’a « aucune implication politique » (p. 124), et dont l’emphase doit plus au goût de la provocation de Picard : elles n’eurent pas de véritable retentissement dans la société de l’époque, dont le racisme n’avait guère besoin d’aiguillon. Ses théories raciales sont cependant centrales pour expliquer ses positions dans deux questions qui occupent particulièrement la Belgique à cette époque : celle de l’unité nationale et celle de la légitimation de la politique coloniale. Le jeune nationalisme belge souffre de la tension entre francophones et Flamands ; Picard, dans un texte célèbre de la Revue encyclopédique de 1897, pose ce problème comme celui de la cohabitation de deux races, latine et germanique : peut-elle être le ferment d’un sentiment d’unité nationale ? Devant les théories qui font dépendre la Nation d’une unité linguistique et raciale, Picard valorise la conception de la France des Lumières : une Nation peut être fondée sur une volonté commune. Il pose le caractère gémellaire de l’âme belge, mélange harmonieux garantissant l’identité de la Nation, théorie qui, reprise par Henri Pirenne dans sa grande histoire de la Belgique, sera au fondement de l’identité belge pour près d’un demi-siècle. Parallèlement, ses idées sur la hiérarchie des races légitiment la politique coloniale de la Belgique, selon une logique partagée par les philosophes et sociologues de l’époque.

8La culture, au sens actuel du mot, constitue un autre outil d’unité nationale. L’action de Picard pour le développement des arts et des lettres représente l’un des aspects les plus intéressants de sa personnalité ; elle passe par la création d’institutions destinées à diffuser et légitimer ses goûts esthétiques. Contrairement à bien des revues d’avant-garde de l’époque, L’Art moderne, qu’il fonde en mars 1881, n’émane pas d’un cercle de créateurs, mais d’un groupe d’amateurs (issus pour la plupart des cercles judiciaires). Littérature, Beaux-Arts, arts décoratifs, architecture : aucun domaine artistique n’est étranger à la publication, résolument moderniste, dont les articles restent anonymes jusqu’en 1898. En contrôlant ce périodique, Picard assume une position centrale dans le champ artistique d’avant-garde ; une initiative comme celle des XX, fondée par Octave Maus en 1884, dépend de sa représentation médiatique. Picard, s’inspirant des théories de William Morris sur le rôle social de l’art, s’engage également dans des entreprises d’art industriel. Après avoir déménagé pour une vie plus simple en 1890, il transforme l’hôtel de l’avenue de la Toison d’art en Maison d’art, pour en faire un lieu de promotion et de diffusion de l’esthétique art nouveau. Le modèle sera repris dans toute l’Europe, en particulier par Bing à Paris. Dans le domaine littéraire, Picard fonde une tradition de nouvelles judiciaires par ses propres récits, et défend, à la scène, une forme de théâtre de l’intériorité que concrétisent les pièces de Maeterlinck, qui fut avocat stagiaire chez Picard et dont la célébrité doit beaucoup à L’Art moderne. Picard est également à l’origine de la Libre Académie, conçue comme une institution parallèle à l’Académie royale et destinée à promouvoir la jeune création.

9La dernière partie, intitulée « Un art de vivre », semble revenir à des préoccupations plus terre à terre : la cuisine, la bibliophilie, la sensualité, le sport… Mais ce serait oublier que Picard ne distingue jamais nettement vie privée et vie publique, et tend toujours à médiatiser ses goûts (qui sont le plus souvent ceux d’une classe sociale privilégiée très précise) pour les transformer en prescriptions. L’histoire familiale et l’encouragement des pratiques de mécénat dans sa classe sociale contribuent aux manières de collectionner de Picard ; sa collection présente une cohérence sociale plus qu’artistique. Peu fortuné, il se lie avec des artistes pour acquérir leurs œuvres d’une manière moins commerciale et se poser en défenseur des arts, en particulier avec Rops et Redon, dont il fait son illustrateur attitré (entre 1888 et 1890, Picard et Deman sont quasiment les seuls acheteurs de l’artiste). Dans le domaine du livre, peu bibliophile, il ne fait relier luxueusement que ses propres ouvrages. Plaisirs de la table, soins du corps, gymnastique amoureuse, tourisme : Picard n’ignore aucun domaine de la culture humaine, et écrit plaquettes et articles pour défendre une vision globale de l’existence sociale.

10Ce livre n’a donc rien d’une « simple » biographie. Contrairement aux récits de vies exemplaires, où l’histoire singulière d’un sujet façonne la grande histoire, ou aux biographies traditionnelles, où l’histoire est un contexte posé en marge d’une vie unique en son genre, les va-et-vient entre la société et la vie de Picard sont ici constants, et permettent d’analyser la manière dont l’histoire politique et sociale détermine un certain nombre de choix de Picard sans le réduire au statut de pantin mené par les événements. La comparaison des destins d’Edmond et de son frère, ou celle des ascensions sociales contrastées de ses fils à partir d’un même capital familial, montrent bien qu’il s’agit moins de déterminisme social que de la mise en place d’un champ de possibilités investi par un acteur social. L’image de la mise en scène de soi, constante chez Picard, révèle la part de créativité dans la construction de ce destin.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro de la revue Textyles dirigé par Laurence Brogniez consacré aux relations entre « Droit et littérature » en Belgique (URL : http://textyles.revues.org/285).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Schuh, « Compte rendu de Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle. Essai d’histoire culturelle », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 19 février 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6010

Haut de page

Auteur

Julien Schuh

Université de Reims

Haut de page