Navigation – Plan du site

Compte rendu de Bonnafous (Simone) et Temmar (Malika) (éds), Analyse du discours et sciences humaines et sociales

Paris, Éditions Ophrys, coll. « Les Chemins du discours », 2007, 166 p.
Valérie Stiénon

Entrées d'index

Mots-clés :

Analyse du discours
Haut de page

Texte intégral

1Son titre l’annonce ambitieusement, et l’ouvrage tient son engagement, qui consiste à questionner les interactions entre les avancées actuelles de la recherche en analyse du discours (AD) et plusieurs secteurs disciplinaires successivement examinés : sciences de l’information et de la communication, sociologie, science politique, littérature, histoire, psychanalyse et philosophie. Il ne s’agit pas de démontrer ce que l’on sait déjà, que le langage, le discours et les théories les prenant pour objets sont inhérents aux sciences humaines et sociales. Il ne s’agit pas non plus de livrer, en une centaine de pages à peine, l’aperçu inévitablement rapide et tronqué d’un ensemble de postulats, de méthodes et de concepts dont on pressent d’emblée l’hétérogénéité. Il s’agit, bien davantage et plus judicieusement, de prendre acte de façon réfléchie d’un tournant épistémologique majeur, certes bien connu aujourd’hui, mais dont tous les enjeux scientifiques et les possibles heuristiques n’ont pas encore été mesurés ni explorés. La constitution progressive de l’école française d’analyse du discours à partir des années 1960 puis sa spécialisation en fonction de secteurs disciplinaires à partir des années 1980 justifient en effet de s’interroger sur les rapports de l’AD à ces disciplines.

2Dans cette optique sont examinées quelques pratiques qualifiées de « transfrontalières », celles qui précisément se trouvent le plus souvent délaissées de la réflexion par les chercheurs hésitant à s’aventurer hors des créneaux disciplinaires institués et se trouvant démunis face au brassage conceptuel et aux nécessités d’articulations de secteurs disciplinaires composites. Moins que les disciplines elles-mêmes, ce sont leurs frontières, par rapport auxquelles elles définissent leur spécificité et circonscrivent leur champ d’application et de validité, qui sont interrogées à la lumière des acquis les plus récents de l’AD, en vue de mettre au jour des apports mutuels. On l’aura compris, l’ouvrage n’opère pas par comparatisme mais par interdisciplinarité. Si, à ce propos, on aurait peut-être souhaité davantage qu’un passage en revue d’une série de disciplines dont chacune est considérée dans un aspect de ses rapports à l’AD, on reconnaît volontiers à l’ouvrage édité par S. Bonnafous et M. Temmar le mérite d’insister ponctuellement et avec pertinence sur les points précis d’articulation interdisciplinaire, aboutissant de la sorte non à un bréviaire de concepts et de notions à l’emporte-pièce ou à une synthèse-bilan, mais bien à la mise en évidence d’une série de jalons tant récapitulatifs que prospectifs et réflexifs destinés à amorcer des pistes de réflexion stimulantes.

3Et c’est sans doute là ce qui fait tout l’intérêt d’un ouvrage ne s’embarrassant pas de sommes théoriques et privilégiant la qualité de la problématique sans négliger la foisonnante quantité des sous-disciplines, leurs spécificités conceptuelles ou l’historicité de leur genèse, à propos desquelles sont régulièrement soulevés les problèmes du quantifiable et du délimitable, ainsi que les difficiles questions de choix de constitution de corpus et d’applicabilité des méthodes utilisées. L’ouvrage se donne d’autant mieux les moyens de ses ambitions qu’il parvient, d’une part, à maintenir un équilibre et une représentativité des secteurs disciplinaires, et, d’autre part, à mettre l’accent sur le transdisciplinaire et le pluridisciplinaire sans se contenter d’une simple juxtaposition de secteurs et de démarches. Un objet mouvant se devant d’être étudié dans sa mouvance intrinsèque, seul un travail d’équipe pouvait permettre de multiplier les points de vue et autoriser des regards croisés, requis par un objet lui-même multiple et complexe qui justifie pleinement l’aspect de prime abord disparate de l’ensemble des contributions de l’ouvrage.

4Précédés d’un chapitre faisant globalement le point sur la situation de l’AD en Europe, neuf chapitres brefs et denses sont consacrés chacun à une discipline considérée dans ses rapports à l’AD. Chaque section est suivie d’une brève bibliographie sélective, qui aurait cependant gagné en cohérence et en économie à être ajoutée en fin d’ouvrage à une unique bibliographie générale.

5Johannes Angermüller livre un aperçu de la genèse de l’AD et un utile état des lieux de sa situation en Europe, décelant quelques lignes de force dans un macrocosme de pratiques ayant pris naissance avec le développement historiquement et géographiquement très circonscrit de l’AD en France à la fin des années soixante, à partir de l’interaction de plusieurs disciplines ayant en commun de s’intéresser aux phénomènes langagiers considérés dans leurs contextes socio-historiques. Cette élaboration progressive de l’AD à partir d’une absence initiale de lieu disciplinaire propre est elle-même suivie, dans les années quatre-vingt, du processus inverse de re-spécialisation en fonction des secteurs disciplinaires, en autant de branches de l’AD : discours politique, littéraire, philosophique, médiatique, etc. Sont alors distinguées trois tendances majeures de l’AD, la française, l’anglo-saxone et l’allemande. Ensuite est opéré un passage en revue nuancé des réseaux d’orientations théoriques groupant les chercheurs actuels autour de quelques « clusters » ou « points nodaux » qui croisent et décloisonnent les trois courants du formalisme français, de l’herméneutique allemande et du pragmatisme anglo-saxon. Le panorama ainsi esquissé laisse entrevoir en quoi ces pratiques sont au moins partiellement désancrées de leurs champs nationaux et de leurs cadres disciplinaires initiaux et peuvent se fédérer autour d’approches et de problématiques communes.

6Si sa brièveté oblige ce chapitre à ne s’en tenir qu’à un regard surplombant parfois superficiel, l’étude témoigne tout de même d’un effort de synthèse et d’une bonne connaissance du sujet. Sont cependant surtout épinglés le rayonnement et la fortune de l’AD dans sa branche française. Par ailleurs, il y a de quoi s’interroger sur les choix et les fondements de ce panorama européen. D’une part, parce que l’aperçu s’épargne la prise en considération des apports de la branche « russe », tels ceux de Bakhtine. D’autre part, parce qu’il y a occultation d’une véritable diversité des points de vue en raison d’une dominante parisienne chez les auteurs ayant contribué à l’ouvrage, qui se revendiquent membres du Céditec, le « Centre d’Étude des Discours, Images, Textes, Écrits et Communications » de l’université Paris XII.

7Claire Oger prend acte de la rencontre tardive de l’AD avec les sciences de l’information et de la communication, en raison de la constitution initiale de ces deux disciplines dans un rapport d’extériorité réciproque et selon des positions théoriques hétérogènes. Elle passe brièvement en revue les raisons de cette convergence tardive ayant conduit à une « décevante tractation » de corpus contre méthode, et propose des pistes pour une collaboration plus fructueuse en évaluant de manière unilatérale les apports des sciences de l’information et de la communication à l’AD concernant la constitution des corpus et le renouvellement de la notion de « sujet de l’énonciation ».

8En collaboration avec Caroline Ollivier-Yaniv, la même Claire Oger expose une méthode où peuvent se reconnaître tant l’analyste du discours que le chercheur en sociologie compréhensive et qui consiste à étudier les éclairages réciproques et complémentaires du discours institutionnel et du discours des acteurs sociaux, recueilli celui-ci lors d’entretiens suscités par le chercheur. Dans leur examen de la variabilité des ordres de contraintes du discours, elles recourent à la notion de discours « instituant » pour rendre compte des contraintes qui pèsent sur l’énonciation institutionnelle officielle et prescriptive.

9À partir de sept études de cas, Alice Krieg-Planque se prononce en faveur de l’articulation d’une description initiale des corpus à l’aide de la linguistique et de l’AD à une interprétation ultérieure menée dans une perspective pluridisciplinaire. La démarche consiste à privilégier les unités discursives non-topiques, celles n’appartenant pas à un genre ou un type de discours établi, ce qui permet de déstructurer les formations discursives instituées pour mieux investiguer des réseaux d’interdiscours.

10Pierre Fiala consacre sa contribution à la question pointue du traitement statistique du discours socio-politique, qui s’y prête particulièrement bien en raison de sa répétitivité et de sa « sloganisation ». Cette approche quantifiée du discours politique reconduit la distinction entre analyse de contenu et AD, et met l’accent sur la notion de plan d’énonciation, entendu comme un ensemble interagissant de repères spatio-temporels, aspectuels, modaux et personnels qu’il serait possible de topographier.

11Juliette Rennes évalue les apports de l’étude argumentative à la science politique dans un aperçu stimulant qui montre en quoi certains concepts de l’AD, en particulier ceux d’interdiscursivité, d’institution discursive et de types d’arguments, permettent de rendre compte des processus de diffusion et d’impact d’une controverse dans les diverses sphères publiques.

12Dominique Maingueneau livre une synthèse claire et efficace des présupposés théoriques et méthodologiques liés aux enjeux de l’AD pour l’étude de la littérature en tant que nouveau mode d’appréhension du fait littéraire dans sa globalité, rendant possible l’examen de la spécificité du littéraire par l’étude de la façon dont il gère l’interactivité intrinsèque du discours à travers diverses institutions de parole. Ce tournant épistémologique majeur permet de récuser tout à la fois le credo romantique du créateur incréé, les reliquats marxistes d’une littérature-reflet et la dichotomie texte-contexte. Il passe également en revue, en les expliquant, les principales notions importées de la modélisation des champs héritée de la sociologie bourdieusienne.

13Marie-Anne Paveau examine les raisons et les facteurs de l’éloignement mutuel et progressif de l’AD et de l’histoire, raisons qui apparaissent liées à trois phénomènes : les conceptions divergentes de l’histoire chez les historiens et les analystes du discours, les premiers travaillant sur des archives disponibles, les seconds sur des corpus choisis ; les rapports difficiles entre une discipline contributive et une discipline source dans leur convocation réciproque ; les deux regards différents posés sur la scientificité, l’AD s’étant progressivement déshistoricisée, tandis que l’histoire cherche depuis peu à considérer, notamment grâce à la notion d’« archive », dans quelle mesure le discours participe à une certaine configuration de l’histoire.

14Dans une perspective inverse qui n’est pas celle d’une analyse du discours psychanalytique mais de l’apport de la psychanalyse à l’AD, Dominique Ducard s’emploie à « repérer dans les formes discursives des modalités de la subjectivité répondant à ce que la psychanalyse nous apprend de l’activité de langage. » (p. 138). L’exercice est sans doute le plus polémique et l’articulation entre symbolique et social, la plus délicate de l’ensemble de l’ouvrage. L’accent est mis sur la dimension intersubjective des pratiques discursives, ce qui conduit à une réévaluation du dispositif énonciatif à la lumière d’une retraduction spéculaire de la scène sociale en termes de places imaginaires et d’autorités symboliques.

15Malika Temmar revient sur la longue résistance de la philosophie à l’AD, résistance qui s’explique par le fait que, ayant longtemps constitué un des cadres théoriques du développement de l’AD, surtout dans sa branche française bénéficiaire des apports de Foucault et d’Althusser, la philosophie était réticente à passer au statut d’objet d’analyse. Pourtant, appréhender la dimension discursive de la philosophie permet de mesurer l’importance des procès discursifs dans la constitution du sens philosophique et rend possible une exploration des caractéristiques de l’énonciation philosophique du vrai et de l’universel.

16Clair, concis, habile à la synthèse et à la problématisation, cet ensemble d’études se destine moins à tel spécialiste soucieux de se mettre à jour concernant sa discipline de prédilection, qu’à tout chercheur intéressé par les réflexions interdisciplinaires et curieux de s’informer des avancées théoriques et méthodologiques dans les disciplines connexes, ce que confirme encore le renvoi régulier à un grand nombre d’ouvrages fondateurs ou de référence orientant le lecteur vers d’autres domaines.

17Outre que toutes les interventions signifient, chacune à sa manière, la difficulté de passer de l’étude des mots et des textes à celle du discours, l’ouvrage pose implicitement la question cruciale suivante : comment dépasser la juxtaposition et l’intersection disciplinaire par la mise en place de dispositifs communs de recherche ? Et cette présentation succincte d’une série de bilans et de works in progress permet aux auteurs d’inclure leurs recherches dans une démarche fédératrice favorable aux échanges, susceptible d’instaurer une concertation disciplinaire efficace qui prouve que l’AD permet à des chercheurs issus de disciplines différentes de partager un outillage conceptuel, des schèmes intellectuels et des approches méthodologiques ayant davantage en commun que ce que peuvent partager les chercheurs œuvrant dans le cadre d’une même discipline.

18En interrogeant des « pratiques transfrontalières », l’étude cerne judicieusement la principale caractéristique des sciences humaines et sociales, celle de frontières labiles entre disciplines s’employant à construire et à définir elles-mêmes leurs objets d’étude. La démarche de ces auteurs est donc lourde d’enjeux institutionnels, puisqu’il s’agit de se confronter à la paradoxale difficulté de sortir des cloisonnements disciplinaires établis quand ceux-ci ne sont dans la plupart des cas que des constructions heuristiques modulables et modifiables. Ce qui est également en jeu ici, ce sont les hiérarchisations et les rapports ancillaires de discipline contributive à discipline source, ou encore la précellence de telle discipline sur telles autres.

19Posant un regard métadisciplinaire qui parcourt les conditions de possibilité d’une pratique inter- ou transdisciplinaire, le collectif dirigé par le Céditec se consacre donc tout autant à un bilan des évolutions récentes de l’AD qu’à une révision épistémologique du statut des disciplines considérées, de sorte que l’exercice s’avère non seulement utile mais indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Compte rendu de Bonnafous (Simone) et Temmar (Malika) (éds), Analyse du discours et sciences humaines et sociales », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 20 février 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

Aspirante du F.N.R.S. – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page