Navigation – Plan du site

Compte rendu de Ouellet (François) et Trottier (Véronique), « Populisme pas mort. Autour du Manifeste du roman populiste (1930) de Léon Lemonnier »

Études littéraires (Université Laval), été 2013.
Émilie Goin

Entrées d'index

Mots-clés :

Manifeste, Populisme, Roman
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paveau (Marie-Anne), « Le “roman populiste” : enjeux d’une étiquette littéraire », Mots, n°55, juin (...)

1Ce dossier part entre autres du questionnement de Marie-Anne Paveau1 sur les enjeux d’une étiquette littéraire telle que le « populisme », pour lui donner une application concrète. Son objectif est de mettre plusieurs écrivains et leurs œuvres à l’épreuve de cette étiquette, en analysant tantôt les romans et leurs métadiscours, tantôt le parcours des auteurs et leur sociabilité littéraire, tantôt encore le champ littéraire et historique dans lequel ils s’inscrivent. Il s’agira, en premier lieu, de confronter les principes esthétiques exposés dans les textes programmatiques de l’école, en particulier le Manifeste du roman populiste, aux œuvres de ceux qui ont fondé cette école et rédigé ces textes, tels André Thérive et Léon Lemonnier. Les contributions porteront ensuite sur l’œuvre de quelques romanciers revendiqués par le Manifeste ainsi que de quelques lauréats du Prix du roman populiste.

2La présentation de François Ouellet et Véronique Trottier synthétise les grands principes du populisme, la genèse de cette école, mais aussi les enjeux qu’elle poursuit dans un champ quadrillé par d’autres mouvements littéraires qui utilisent également le peuple comme principe de légitimation (le naturalisme, l’école prolétarienne, les communistes) et, plus largement, dans la période qui s’étend de 1929 à 1930, marquée par bon nombre de bouleversements sociaux et politiques. Elle propose de la sorte une contextualisation du Manifeste rédigé par Léon Lemonnier, lequel est largement inspiré du « Plaidoyer pour le naturalisme » d’André Thérive. Ces deux auteurs, Thérive et Lemonnier, occupent respectivement les deux premières études de l’ouvrage.

  • 2 « Le “naturalisme interne” d’André Thérive », p. 19-36.
  • 3 Lemonnier (Léon), Manifeste du roman populiste, Paris, La Centaine, 1930, p. 57.
  • 4 Guéhenno (Jean), « Le secret », Europe, 15 janvier 1930, p. 115-116.

3François Ouellet2 décrit la conception du populisme d’André Thérive, qu’il qualifie, à la suite de Lemonnier, de « naturalisme interne ». Ce type de populisme allie les différents principes du « réalisme nouveau » décrits dans le Manifeste et que l’on peut synthétiser en quelques lignes. Au niveau de la thématique, les romans populistes traitent de la « vie sociale » de leurs personnages, c’est-à-dire, de façon restreinte, du type de travail qu’ils réalisent pour gagner leur vie. La notion de peuple, ainsi caractérisée par la nécessité du travail, englobe, côte à côte, l’ouvrier et le petit bourgeois, en excluant la grande bourgeoisie. La narration préconisée pour ce type de roman consiste à prendre le contrepied de la littérature bourgeoise, jugée psychologisante et moralisante, en adoptant la posture d’un observateur effacé derrière le sujet qu’il décrit et détaché de toute émotion et de tout jugement. Le choix de ce type de narration entend donner au récit un caractère d’objectivité. Il est revendiqué comme la seule manière de faire du roman un document historique. Ouellet décrit en quoi les romans de Thérive sont plus particulièrement marqués par une esthétique mystico-religieuse, qui puise son inspiration dans l’œuvre de Joris-Karl Huysmans. Cette inflexion mystique est censée constituer la particularité de l’école populiste par rapport aux autres mouvements réalistes. Elle implique que le romancier doit non seulement décrire « les gestes et le métier de ses personnages, mais encore leurs croyances obscures et secrètes3 ». Ouellet explique comment cette mystique, qui dépeint la condition humaine de manière très pessimiste (péché, dégoût de l’existence), entraîne, au sein des romans populistes, une représentation relativement négative d’un peuple défini par sa passivité et sa souffrance. Selon lui, cette représentation aurait néanmoins pour avantage d’inscrire le roman populiste dans le « mal de l’époque » et de déterminer la spécificité du roman moderne, qu’il qualifie de « roman de l’impuissance ». Ouellet mentionne le reproche que Jean Guéhenno4 formule à l’encontre de cette forme de populisme qui, au nom d’une visée apolitique, occulte toutes les potentialités « positives » d’un héros populaire : l’espoir, la lutte, la révolution.

  • 5 « Léon Lemonnier : romancier populiste ? », p. 37-51.

4Pour Véronique Trottier5, le populisme doit être décrit à partir de l’analyse des œuvres qui entrent sous cette étiquette. C’est pourquoi elle entend analyser la production romanesque de Lemonnier pendant les dix années qui entourent la parution du Manifeste, afin d’interpréter les écarts entre la théorie et la pratique. Une contradiction fondamentale est ainsi soulevée : le populisme entend produire des romans non partisans, non moralisateurs et objectifs, dignes de prétendre à une valeur documentaire, et pourtant, cet objectif ainsi que l’esthétique (style simple et clair, psychologie montrée plutôt qu’analysée) développée pour l’atteindre sont construits en opposition à la littérature bourgeoise et aux valeurs qu’elle véhicule. À partir de l’analyse des romans de Lemonnier, Trottier montre que le peuple n’est jamais décrit pour lui-même, mais constitue plutôt un prétexte pour, d’une part, véhiculer une morale anti-bourgeoise et, d’autre part, illustrer l’esthétique mystico-religieuse chère à Thérive et Lemonnier. D’un point de vue stylistique, le populisme de Lemonnier n’atteindrait pas non plus son objectif dans la mesure où la structure de ses romans ne parviendrait pas à éviter le « romanesque », trait identifié à la littérature bourgeoise, qui est pourtant dénoncé dans le Manifeste comme nuisant à l’effet de réel.

5Le dossier se poursuit sur avec l’étude de deux romanciers présentés par le mouvement populiste comme des précurseurs.

  • 6 « Douze cent mille de Luc Durtain : un roman populiste avant la lettre ? », p. 53-70.

6Alexis Buffet6 étudie le roman Douze cent mille (1922) de Luc Durtain. Cet auteur, cité dans le Manifeste aux côtés de Jules Romains et Georges Duhamel, appartient au mouvement des unanimistes. Buffet nous montre que l’opposition entre populisme et littérature bourgeoise est comparable aux positions esthétiques que les unanimistes ont soutenues en contrepied par rapport au symbolisme : réalisme, simplicité, usage du peuple comme modèle d’authenticité. Le roman de Durtain se distinguerait toutefois du programme populiste par sa partialité plus explicite : il illustre une forme d’« utopie socialiste » (p. 66) où le héros renonce volontairement au statut de bourgeois pour retourner à l’état d’ouvrier. Buffet note qu’en ceci le roman se rapproche d’un « populisme plébéien de gauche, tel que l’incarnera Maurice Thorez » (p. 65). Toutefois, Durtain se refuse à produire une littérature de parti et assume son origine bourgeoise, ce qui expliquerait qu’il soit tout de même repris par les populistes.

  • 7 « André Baillon, romancier populiste par défaut », p. 71-84.
  • 8 Wolf (Nelly), Le Peuple dans le roman français de Zola à Céline, Paris, PUF, p. 37.

7L’auteur belge André Baillon est également considéré comme un précurseur du populisme. Maria Chiara Gnocchi7 étudie la pertinence de cette étiquette. Elle explique tout d’abord les conditions du rayonnement international de l’école populiste : la création du Prix du roman populiste, mais également la réalisation d’enquêtes visant à rassembler les positionnements des écrivains du monde entier quant à la validité du concept de populisme littéraire. En Belgique, André Baillon est l’un des premiers auteurs à répondre à cette enquête. Gnocchi expose la prise de position réservée de l’auteur qui ne rejette pas le mouvement, mais dénonce son manque de définition, son manque d’utilité (dans le sens où il ne correspond pas à un nouvel état d’esprit) et enfin, son manque d’adeptes volontaires. Les réponses des autres romanciers belges sont, selon Gnocchi, à peu de choses près semblables. Pourtant, cette étiquette restera accolée à l’œuvre de Baillon jusqu’à aujourd’hui, d’où l’intérêt de mettre ici en question sa validité. Gnocchi commence par relever quelques convergences entre le Manifeste et l’œuvre : l’auteur puise ses sujets romanesques parmi les gens simples (paysans, petits employés, prostituées), son style est clair et détaché et enfin il rejette les affiliations politiques, tout comme les milieux intellectuels qui font preuve de snobisme. Mais le caractère autobiographique des romans de Baillon implique que l’auteur a réellement côtoyé les sujets qu’il décrit. Son positionnement ne serait de ce fait pas du tout conforme à la position d’observateur objectif préconisée par le populisme. Gnocchi explique ensuite en quoi Baillon ne serait pour le populisme qu’un simple objet de conquête dans une rivalité qui oppose cette école à d’autres mouvements comme les prolétariens, les régionalistes et les communistes. Elle prend pour référence les travaux de Nelly Wolf qui décrivent notamment la manière façon dont ces différents mouvements se disputaient l’image de la meilleure « esthétique démocratique8 ». Or, Gnocchi remarque que ces différentes catégorisations ne sont pas aptes à valoriser la modernité de l’écriture baillonienne, laquelle sera fort heureusement relevée par différents critiques et éditeurs belges, permettant ainsi de sauver Baillon de l’oubli où sont tombés la plupart des autres auteurs populistes et prolétariens.

  • 9 « Marc Bernard, le “Goncourt” et le populisme », p. 85-100.

8Bruno Curatolo9 retrace le parcours et la sociabilité littéraire de Marc Bernard, ancien ouvrier qui reçoit le prix Goncourt en 1942. Cet auteur aurait également pu être un objet de conquête pour les différents mouvements susdits s’il ne s’était pas fourvoyé auprès de chacun en les attaquant vivement, une fois devenu journaliste et critique littéraire, dans les lignes pages du Monde, du Figaro et de L’Europe. Cet auteur atypique est présenté dans ses différentes facettes : polémiste, critique, didacticien et académiste. L’étude relève, à travers ce parcours complexe et fluctuant, au moins deux principes qui resteront chers à l’auteur tout au long de sa carrière : la volonté de ne pas réduire un écrivain à son origine sociale, même si son œuvre est immanquablement marquée par celle-ci, et celle de ne pas se borner à une conception matérialiste du monde, en concevant la manière dont le rêve permet de le transcender et de le transformer. Ce dernier principe, marqué par l’influence des surréalistes, dont Bernard a fréquenté les cercles, permettrait certaines comparaisons avec le mysticisme de Lemonnier.

9Les contributions suivantes portent sur quelques lauréats du Prix du Roman populiste avec, tout d’abord, un vainqueur par confusion.

  • 10 « Marcel Aymé, romancier populiste par défaut », p. 101-114.

10Le roman La Rue sans nom de Marcel Aymé a en effet longtemps été confondu avec le roman du même titre d’Eugène Dabit, qui a remporté le premier Prix du Roman populiste en 1930. C’est de cette confusion que part Cyril Piroux10 pour décrire en quoi l’esthétique d’Aymé peut néanmoins être rapprochée de celle du populisme. Ainsi, l’œuvre décrit des personnages qui se définissent par leur travail et par leur appartenance à la rue, le héros entretient des rêves d’ascension sociale, mais ne parvient jamais à échapper à sa condition. Enfin, l’écriture relève d’un réalisme, sans ironie qui, tout comme dans le mysticisme de Lemonnier, entend se libérer du diktat du rationalisme et de la science qui était encore prépondérant dans le naturalisme. Tout comme Lemonnier, Aymé entend s’opposer à la littérature bourgeoise tout en rejetant les principes de l’école prolétarienne ainsi que tout engagement politique explicite. Piroux observe ensuite plusieurs divergences : à la différence de Lemonnier, chez Aymé, ce n’est pas l’âme qui triomphe de la raison, mais plutôt le corps : représentation d’« êtres de chair », « prégnance des affects et des instincts des personnages » (p. 105). Ce retour à l’essence physique commune à tout homme permettrait l’abolition des frontières sociales. Selon Piroux, l’auteur aurait flirté avec l’étiquette de populisme (sans jamais toutefois y prêter allégeance) par opportunisme (avantage financier, légitimité institutionnelle et médiatisation élargie) davantage que par conviction esthétique.

  • 11 « Sophie de Tréguier, roman populiste ? », p. 115-126.

11Pierre Lecoeur11 décrit la trajectoire du roman Sophie de Tréguier d’Henri Pollès, qui a reçu le Prix du Roman populiste en 1933, alors que son sous-titre, « Mœurs de village », l’inscrivait plutôt dans la mouvance régionaliste. Il explique que, bien que l’on associe généralement le populisme à la description d’un milieu urbain, le courant comporte également une aile « provinciale » (p. 116), illustrée entre autres par Lemonnier. Lemonnier entend rattacher le populisme à l’École historique des Annales qui militait pour que le peuple retrouve sa place dans l’histoire. Les œuvres qui représentent la province seraient de bons candidats à la poursuite de cet objectif dans la mesure où elles se réfèrent généralement à une période révolue. Les romans ruraux correspondraient également à l’esthétique défendue par Lemonnier par l’illustration des croyances et des superstitions de la province. Lecoeur décrit en quoi le roman de Pollès s’inscrit dans cette mouvance, en cultivant particulièrement la représentation de la piété populaire et en présentant encore bien d’autres affinités avec l’esthétique populiste : le rejet du scientisme zolien, l’influence de Flaubert et de Maupassant et, enfin, l’importance toute particulière accordée au traitement de la vie intérieure des personnages. Il remarque toutefois que le style employé par Pollès pour représenter les âmes dans leur incohérence offre une densité poétique, notamment par l’usage impressionniste des métaphores, qui s’éloigne des préceptes de Lemonnier. Par ce style, Pollès atteint pourtant l’objectif que Lemonnier poursuivait thématiquement : la représentation de l’imaginaire et de la spiritualité populaires. Pour terminer, le roman en question est situé dans la trajectoire de Pollès qui prendra un tout autre tour, plutôt célinien, avec la production de pamphlets et de romans-discours satiriques.

  • 12 « Louis Guilloux et le populisme, une longue histoire », p. 127-146.

12Michèle Touret12 analyse le parcours de Louis Guilloux, fils de cordonnier et militant socialiste, qui oscille entre trois mouvements, le populisme, l’art prolétarien et le communisme. Si son roman La Maison du Peuple attire l’attention à la fois de Lemonnier et d’Henry Poulaille (fondateur de l’école prolétarienne), l’auteur rejette publiquement les deux écoles, tout comme le communisme : le populisme, parce qu’il s’agit à ses yeux d’une littérature bourgeoise déguisée, l’art prolétarien et le communisme parce qu’ils enferment l’auteur respectivement dans ses origines et dans un art de parti. Par la suite, c’est l’auteur lui-même qui devra accuser plusieurs rejets : son roman, Le Sang noir, sera mal reçu par le populisme et Jean Pauhlan refuse un autre de ses manuscrits. En outre, au retour de son voyage en URSS, Guilloux refuse de soutenir Aragon, Nizan et Bloch dans la querelle qui les oppose à André Gide, avant de se retirer du champ politique français. Après sept années, où il s’est senti maintenu à l’écart du monde, Guilloux revient avec un nouveau roman Le Pain des rêves, qui reçoit le Prix du Roman populiste en 1942. Touret explique que ce roman correspondait esthétiquement aux attentes des populistes. De plus, il illustrait une posture plus assagie de l’auteur. Dans ce roman, en effet, la pauvreté du peuple se dissout dans la pauvreté du monde, sans qu’aucune marque de révolte ne soit perceptible. Guilloux conçoit lui-même ce récit d’enfance comme l’illustration de ce que peut être une littérature de rejet : celui de l’auteur vis-à-vis de son époque, mais également celui que pratique une société avec ses règles de « ségrégation économique et sociale » (p. 136). Une intéressante comparaison de Guilloux est relevée par Touret : pour lui, ce choix du récit d’enfance comme « littérature de rejet » serait similaire au choix du roman historique privilégié par les écrivains émigrés. Selon Touret, la posture de Guilloux dans Le Pain des rêves ne serait pas si « assagie » que voulaient le croire les populistes : l’histoire des personnages trouve en effet des prolongements dans un autre roman, Le Jeu de patience, où les enfants de la famille poursuivront des rêves révolutionnaires. Dans Le Pain des rêves déjà, Guilloux utilisait certains clichés populistes dans l’optique de les détourner. Le roman apparaîtrait dès lors comme somme toute assez ambigu, ce qui expliquerait la diversité des lectures qu’il a reçues à l’époque et, dont Touret donne un aperçu.

  • 13 « Récit d’enfance et populisme dans Éducation barbare de Claire Goll », p. 147-158.

13Le dossier se clôt par l’étude d’un auteur oublié de l’histoire littéraire : Claire Goll. Patrick Bergeron13 décrit en quoi le roman Éducation barbare (1941) correspond à une illustration tardive de l’esthétique populiste préconisée par Lemonnier (personnages populaires, description du sentiment religieux, narration à prétention objective). Il entend en outre démontrer comment le genre du récit d’enfance, et ce roman en particulier, renvoient à toute une série de protagonistes qui, d’Oliver Twist à Gavroche, composent un imaginaire populaire et un répertoire particulièrement fécond pour les romans populistes. Dans ce roman, l’imagerie de l’enfance serait influencée par deux autres types d’intertextes : les contes de fées et la mythologie grecque. Bergeron remarque que la description des personnages, même lorsque ceux-ci sont détestables, ne sert pas à condamner la bourgeoisie. Notons que ce fait, bien qu’il soit conforme au principe de non-engagement idéologique défendu dans le Manifeste, ne correspond cependant pas à la pratique des romans populistes où l’attaque implicite des valeurs bourgeoises est monnaie courante.

14En résumé, étant donné que Lemonnier et Thérive n’ont pas véritablement créé de nouvelle tendance, mais plutôt calqué leur esthétique sur celle de grands auteurs du xixe siècle, Flaubert, Maupassant, Huysmans, beaucoup d’auteurs dont on peut qualifier l’esthétique de « populiste » ne désirent pas réellement être inclus dans cette école qui pour eux n’apporte rien de nouveau. En outre, l’œuvre de la plupart des romanciers dits « populistes » ne peut jamais se borner à cette unique étiquette : l’esthétique de leur roman illustre généralement d’autres influences (p. ex. le surréalisme) et leurs représentations du peuple peuvent s’inscrire dans plusieurs cadres (régionaliste, prolétarien, communiste). L’ensemble des prises de position des fondateurs du populisme dévoile d’ailleurs une attitude fluctuante à l’égard de ces différents mouvements, qui correspond tantôt à un rejet, tantôt à une assimilation. Pour les auteurs qui ne font que côtoyer le populisme à un moment de leur carrière, cette esthétique apparaît comme une forme d’hommage à leurs origines, mais elle peut aussi parfois être adoptée par opportunisme. L’école populiste constituerait en effet, dans les années 1930, un bon tremplin pour des auteurs en devenir, une bonne manière d’effectuer une transition dans la trajectoire d’un auteur ou, tout simplement, un bon moyen d’élargir son audience et peut-être même d’être reconnu internationalement.

15L’ensemble des contributions de ce dossier laisse entrevoir la diversité des inflexions qu’a pu connaître le populisme, les querelles et la compétition entre les différentes mouvances littéraires des années 1930, ainsi que les problèmes de reconnaissance qu’ont connus la plupart de ces écrivains, souvent affublés de plusieurs étiquettes. Ce dossier tombe inévitablement dans le même écueil que la mouvance qu’il entend décrire : le caractère trop vaste et peu défini du populisme mène à rassembler des études portant sur des œuvres assez disparates, sélectionnées de manière relativement arbitraire et étudiées dans un rapport de conformité ou non à une école dont la définition et les enjeux sont fluctuants. Mais son intérêt réside justement dans la problématisation du caractère ambigu de cette étiquette, dans la manière dont il retrace son histoire, son destin ainsi que ses confrontations avec les autres mouvements littéraires et politiques, tout en mettant au jour bon nombre d’éléments jusqu’alors peu traités et méconnus.

Haut de page

Notes

1 Paveau (Marie-Anne), « Le “roman populiste” : enjeux d’une étiquette littéraire », Mots, n°55, juin 1998, p. 47.

2 « Le “naturalisme interne” d’André Thérive », p. 19-36.

3 Lemonnier (Léon), Manifeste du roman populiste, Paris, La Centaine, 1930, p. 57.

4 Guéhenno (Jean), « Le secret », Europe, 15 janvier 1930, p. 115-116.

5 « Léon Lemonnier : romancier populiste ? », p. 37-51.

6 « Douze cent mille de Luc Durtain : un roman populiste avant la lettre ? », p. 53-70.

7 « André Baillon, romancier populiste par défaut », p. 71-84.

8 Wolf (Nelly), Le Peuple dans le roman français de Zola à Céline, Paris, PUF, p. 37.

9 « Marc Bernard, le “Goncourt” et le populisme », p. 85-100.

10 « Marcel Aymé, romancier populiste par défaut », p. 101-114.

11 « Sophie de Tréguier, roman populiste ? », p. 115-126.

12 « Louis Guilloux et le populisme, une longue histoire », p. 127-146.

13 « Récit d’enfance et populisme dans Éducation barbare de Claire Goll », p. 147-158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Goin, « Compte rendu de Ouellet (François) et Trottier (Véronique), « Populisme pas mort. Autour du Manifeste du roman populiste (1930) de Léon Lemonnier » », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 11 mars 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/6062

Haut de page

Auteur

Émilie Goin

Université de Luxembourg

Haut de page