Navigation – Plan du site

Compte rendu de Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle

Paris, Fayard, 2013, 706 p.
Julie Fäcker

Texte intégral

1L’historiographie retient principalement des lieux et des formes de sociabilité littéraire du xixe siècle trois grandes entités : le café, le salon et l’Académie. Parce que moins spectaculaire sans doute, moins visible – il s’organise généralement dans la sphère privée ou en un lieu cloisonné –, et moins repérable – souvent maintenu secret, il est par ailleurs mentionné sous plusieurs appellations différentes –, le cénacle est quant à lui sinon oublié, du moins amalgamé à d’autres sociabilités. L’âge des cénacles d’Anthony Glinoer et Vincent Laisney démantèle ces confusions et présente un nouvel état de la question, complet et détaillé, qui s’organise en quatre parties : « Le temps des cénacles », « Physiologie du cénacle », « Le cénacle en mouvement » et « Le cénacle en représentation ».

  • 1 Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans L’Histoire littéraire aujourd’hui, (...)

2 L’introduction, très fournie, commence par énoncer une définition claire du phénomène qui articule trois dimensions. La première est celle de la sociabilité littéraire qui présente des spécificités distinguant le cénacle des autres associations artistiques : composé exclusivement d’écrivains et de peintres en nombre restreint regroupés autour d’un chef charismatique, il s’organise généralement au domicile d’un de ses membres, selon des principes rituels. Reclus et réunis autour de l’art, de la conversation et de la lecture, les artistes échappent aux lois du marché et aux consécrations officielles auxquelles leur métier les contraint habituellement et s’en remettent au seul jugement de leurs pairs. Précisément parce qu’il possède ses propres modes de légitimation, le cénacle est donc deuxièmement une institution littéraire1. L’aspect imaginaire est enfin pertinemment inclus en troisième lieu dans la définition établie par les auteurs, qui postulent que les caractérisations prototypiques qui apparaissent dans les représentations écrites ou peintes du cénacle influencent ses pratiques et son organisation.

3 À ce préambule définitionnel s’ajoutent des éclaircissements contextuels et méthodologiques. L’époque étudiée – le xixe siècle – se justifie pleinement, de même que l’association des auteurs et des peintres au sein d’une même entité : la massification du personnel artiste ainsi que de la production artistique à l’époque les amènent à se réunir, à titre symbolique, d’abord, pour célébrer l’Art comme valeur absolue, mais aussi pratiquement, pour faire face collectivement au monde concurrentiel auquel ils sont soumis. L’introduction présente enfin les sources utilisées pour l’étude ; précision qui peut s’avérer très utile pour de futures recherches sur les réseaux et les sociabilités culturelles. Journaux intimes, correspondances, souvenirs, fictions, pamphlets, les documents rassemblés sont divers et multiplient les points de vue sur ces réunions. Chacun est cependant examiné avec la distance critique nécessaire en fonction de sa nature, de sa fonction et de son époque de publication. Les sources contemporaines sont considérées comme relativement fiables, mais présentent quelques faiblesses telles que la pauvreté des renseignements en ce qui concerne la correspondance des cénacliers par exemple, ou le caractère partial pour ce qui est des pamphlets ou des textes d’éloge. Les sources fictives ou les documents plus lointains, s’ils ne traitent pas une information brute, ont toutefois l’avantage d’être plus complets et d’apporter un éclairage essentiel sur les représentations des cénacles. Certes, certains sont mieux documentés que d’autres mais la totalité du corpus rassemblé permet sans nul doute d’appréhender les caractéristiques générales de ces sociabilités.

4 La première partie de l’ouvrage, intitulée « Le temps des cénacles », propose l’histoire de la vie cénaculaire parisienne. Après avoir démontré que les regroupements, depuis la Renaissance jusqu’à la Révolution, ne peuvent prétendre avoir inventé la formule, les auteurs énumèrent, par ordre chronologique, les cénacles (et les sociabilités apparentées) dont ils situent les origines en 1800 et la disparition au début du xxe siècle. Chaque rassemblement – la Secte des Méditateurs, le groupe de Coppet, la Muse française, le Grenier de Delécluze, les Dimanches de l’Arsenal, le Cénacle de la rue Notre-Dame-des-Champs, les Mercredis de Vigny, le Petit cénacle, le Doyenné, la société des Buveurs d’eau, le cénacle réaliste, le « salon » de l’avenue Frochot, les dîners Magny, les Samedis du boulevard des Invalides, le cénacle de Mendès, de Ricard, de Lemerre, le Cercle zutique, les Hydropathes de Goudeau, le « salon » de Nina de Villard, le café Guerbois, les Jeudis de Zola, le groupe des impressionnistes, les Mardis de Mallarmé, les Nabis, le Grenier d’Auteuil, les Samedis de Heredia, les Jeudis littéraires de Monsieur et Madame Daudet, les cénacles de Verlaine, de Moréas, d’Huysmans, ceux de La Plume, L’Ermitage, Le Mercure et le groupe de la NRF – est décrit en détails, tant du point de vue du personnel que des activités ou des modes d’organisation.

5 Si la définition du cénacle énoncée dans l’introduction sert de carcan pour déterminer le statut des confraternités citées, le chapitre examine également en quoi celles-ci s’en écartent, révélant ainsi une forme de sociabilité souple et évolutive. Les limites sont bien entendu posées, la formalisation des rencontres ainsi que la cohésion du groupe autour d’un projet esthétique apparaissant comme des critères indispensables à l’existence du cénacle. Ce recensement révèle du reste sa continuité tout au long du xixe siècle – quand il disparaît momentanément, les représentations littéraires le maintiennent présent dans l’imaginaire collectif – et déconstruit son image proprement romantique : le foisonnement de cénacles parnassiens et symbolistes entre autres atteste sa survivance après les glorieuses années 1820-1835.

6 Ces nombreuses études de cas font également apparaitre la relation intime des cénacles – leur formation, leurs crises, leur déploiement, leur disparition – avec les évolutions et les aléas du champ littéraire et artistique. Nodier, qui reçoit chaque dimanche à l’Arsenal, est ainsi trop impliqué dans les institutions littéraires officielles – il est membre de l’Académie de Besançon et bientôt de l’Académie française – pour devenir le leader symbolique d’un groupe et d’un mouvement nouveau et frondeur. Le cénacle romantique se verra dès lors reconstitué autour d’Hugo qui sera aussi pourtant à l’origine de sa dissolution : après Hernani, l’écrivain est en position dominante et fait cavalier seul. L’inventaire dépasse donc l’anecdote et présente une réflexion sociologique sur le phénomène. La rivalité entre les groupes artistiques pour mettre au jour le mouvement dont ils se réclament témoigne par exemple de la stratégie d’émergence que constitue l’appartenance au cénacle. Le profit symbolique que celui-ci confère à ses membres est lui aussi mentionné, de même que son réinvestissement dans la scénographie auctoriale.

7 Le second chapitre se consacre à la « Physiologie du cénacle », autrement dit à ses attributs morphologiques, selon une démarche comparatiste d’abord, puisqu’elles sont étudiées à la lumière des autres sociabilités culturelles du xixe siècle. Sont dénombrées les sociabilités ponctuelle (mariage, enterrement, banquet), d’auditoire (réceptions des académies, lieux d’enseignement, spectacles), de divertissement (cercles, loges, cabarets), mondaines (salons), d’ostentation (cafés, cafés-concerts), spectaculaire (cabarets littéraires, conférences poétiques), conviviale (dîners), communautaire, professionnelle (comités de rédaction), confraternelle (syndicats et congrès) et de consécration (académies et jurys de prix), dont les auteurs dégagent les caractéristiques générales et pointent les différences spatiales, de fréquentation et d’activités, avec le cénacle. Un tel relevé systématique et circonstancié permet de situer celui-ci dans un réseau de formes concomitantes qui entrent en concurrence et s’influencent mutuellement. Mais son intérêt dépasse largement la thématique du cénacle : il est une référence qui ouvre la voie à des études spécifiques et plus approfondies sur chacune des sociabilités artistiques citées. Il conviendrait toutefois peut-être de souligner davantage la distinction à faire entre les lieux et les formes présentées. L’intitulé des chapitres peut en effet laisser entendre que chaque forme sociabilitaire est enclavée dans un espace déterminé ou, de la même façon, qu’un lieu ne peut admettre ou engendrer qu’une forme sociabilitaire spécifique. Si c’est probablement parfois le cas – encore faut-il déterminer pour quels lieux et pour quelles sociabilités – il serait inexact de penser que le café ou le cabaret par exemple sont strictement liés à des réunions d’ordre ostentatoire ou spectaculaire. Il n’est pas rare d’y voir organiser des banquets, des dîners ou des réceptions littéraires. Les arrière-salles particulièrement, si on peut probablement les considérer comme des lieux indépendants du débit de boissons lui-même, ne permettent pas moins le déploiement de plusieurs types distincts de sociabilité : d’auditoire, conviviale, professionnelle et également cénaculaire, comme le confirment les auteurs eux-mêmes en mentionnant le Café Guerbois.

  • 2 Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », Fabula-LhT, n° 8, « Le partage des disciplines » (...)

8 Les invariants morphologiques du cénacle sont ensuite exposés amplement un à un. L’originalité notable de cette présentation est l’évocation de sa topographie. La carte utilement élaborée par les auteurs témoigne d’une dispersion du phénomène sur le territoire parisien, et permet de conclure que le critère géographique ne rentre que rarement en compte lorsqu’il s’agit de choisir un espace de réunion pour les cénacliers. La nature du lieu – isolé, privé de préférence – s’avère le critère décisif, au détriment parfois du confort et de l’accessibilité. Cette brève analyse topographique qui, à notre connaissance, n’a été effectuée pour aucune autre sociabilité culturelle française, rejoint les récentes études de « géographie littéraire »2 qui apportent un éclairage nouveau, notamment sur le contexte spatial des pratiques littéraires.

9 L’aspect protocolaire du cénacle est également détaillé dans ce chapitre, de même que les diverses activités qui y prennent place. Parmi elles, la causerie, qu’il convient de distinguer de la conversation mondaine et futile des salons alors démodée, est sans doute la plus essentielle et commune à l’ensemble de ces confraternités. La difficulté d’utilisation des sources est ici manifeste, les souvenirs, souvent publiés en feuilletons dans la presse puis en volumes par d’anciens cénacliers, tendant à l’idéalisation d’échanges qui seraient exclusivement centrés sur l’art et la littérature. Les comptes rendus de séance sténographiés dans les journaux intimes permettent d’entrevoir des échanges bien plus diversifiés. Les auteurs en laissent d’ailleurs l’appréciation au lecteur en insérant des extraits de ces transcriptions dans leur ouvrage, et lui permettant de la sorte de s’imprégner du quotidien et de l’ambiance du cénacle.

10 La troisième partie, « Le cénacle en mouvement », se penche sur les processus d’évolution des associations étudiées. Leur formation est difficilement justifiable tant ses causes sont nombreuses et souvent subjectives. L’habitus de chacun des groupes est toutefois identifié comme un facteur récurrent, sans être pour autant déterminant : les écrivains partagent le plus souvent les mêmes dispositions sociales (parcours scolaire, lieu de naissance, profession, statut, etc.) ainsi que des positions plus ou moins identiques dans le champ artistique ou littéraire (obtention de prix octroyés par des institutions culturelles, participation active à une revue, genres pratiqués, etc.). Leurs prises de position doivent également être prises en compte : s’ils ne s’accordent pas toujours sur le plan politique, ils ont pour le moins en commun une même conception de l’art. La phase de cohésion est elle aussi plurielle puisqu’elle repose sur plusieurs mécanismes distincts selon les cénacles. L’équilibre et le partage égalitaire des biens symboliques semblent toutefois être de rigueur pour tous, alors que le but du regroupement n’est pas encore été clairement défini. Le resserrement des artistes autour d’un membre plus charismatique commence par ailleurs à se développer, de même que les signes de connivence se transforment peu à peu en rituels. Ces derniers éléments se consolident durant la phase d’institutionnalisation qui affirme nettement l’identité du groupe. Cette étape, qui propulse le cénacle et le mouvement dont il se fait le porte-drapeau au devant de la scène publique, marque pourtant également le début de sa dissolution : la structure qui reposait sur des principes d’isolement, d’entre-soi et d’opposition aux lois du marché, ne se remet pas de sa médiatisation.

  • 3 Anthony Glinoer avait déjà développé cette thématique dans La Querelle de la camaraderie littéraire (...)

11 L’ouvrage se clôt sur un chapitre consacré à l’histoire et à l’analyse de ses représentations, majoritairement textuelles. « Le cénacle en représentation » ne se veut pas tant un complément d’informations sur la vie cénaculaire, qu’une étude de l’influence que son image, évoluant au gré d’écrits qui ont marqué l’imaginaire collectif à l’époque, a pu exercer sur elle. L’examen de la correspondance des cénacliers, des quelques albums amicorum des groupes, des épigraphes, des dédicaces, des critiques de complaisance, des préfaces qu’ils rédigent, révèle d’abord la représentation que le cénacle se fait de lui-même. Si l’autocélébration caractérise la majorité de ces textes, ceux-ci se singularisent également par l’absence de précisions sur le déroulement et les objectifs des réunions : destinés aux cénacliers eux-mêmes, ils n’ont aucune intention informative. Ces discours fragmentaires qui excluent le lecteur extérieur ont pour conséquence le développement de fantasmes et de sévères critiques à son égard. Accusé de conspiration, de connivence et de « camaraderie », pour reprendre le terme du satiriste Latouche qui entachera durablement son image, le cénacle répond par des textes apologétiques3.

12 Cette représentation dualiste et stéréotypée est toutefois nuancée par les revues, la fiction et les souvenirs dont les modèles auront du reste des répercussions plus directes sur le cénacle réel lui-même. La littérature de souvenirs, particulièrement, se développe dès les années 1850 et n’est peut-être pas sans liens avec la floraison des cénacles de la fin du siècle. Quant aux romans, les auteurs en sélectionnent cinq qui accordent une place prépondérante aux réunions cénaculaires dans la narration : Illusions perdues (1837-1843) de Balzac, Scènes de la vie de Bohème (1851) de Murger, Charles Demailly (1860) des frères Goncourt, Le Termite (1889) de Rosny et Le Soleil des morts (1898) de Camille Mauclair proposent des prototypes de cénacles autonomes, sans filiations avec des structures existantes, qui seront en partie copiés par les groupes littéraires ultérieurs. Le modèle romantique des Illusions perdues sera ainsi concurrencé par celui proposé par Murger, qui décrit un cénacle plus démocratique et réunissant la classe dominée des écrivains de l’époque, qui se voient par là-même légitimés. L’étude des représentations du cénacle permet donc aussi d’éclairer d’autres aspects de la vie littéraire du xixe siècle, la bohème n’en est qu’un exemple.

13 La somme réalisée par Anthony Glinoer et Vincent Laisney constitue un travail considérable et remarquable : aucun aspect de la question cénaculaire n’est oublié et chacun est traité en détails, avec minutie et clarté. Loin de la cantonner à des considérations d’ordre esthétique, les auteurs l’explorent sous l’angle de la morphologie, de la représentation et de la sociologie littéraire, offrant au phénomène des approches multiples, restées jusque-là ignorées par la recherche. Nous n’insisterons pas assez, de plus, sur l’intérêt que l’ouvrage représente pour l'étude des autres sociabilités artistiques du siècle et du réseau qu’elles constituent entre elles : formes concurrentielles et concomitantes, elle se révèlent également successives et liées à l’évolution du groupe, qui choisira une ou des sociabilités appropriées à son statut et ses besoins ; le cénacle, apparaissant incontestablement, à la lecture de la brillante démonstration des auteurs, comme la forme privilégiée par les écrivains du xixe siècle au moment de former un mouvement littéraire.

Haut de page

Notes

1 Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans L’Histoire littéraire aujourd’hui, sous la direction d’Henri Béhar & Roger Fayolle, Paris, Armand Colin, 1990, pp. 118-128.

2 Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », Fabula-LhT, n° 8, « Le partage des disciplines », mai 2011, URL : http://www.fabula.org/lht/8/index.php?id=242, page consultée le 13 mai 2015.

3 Anthony Glinoer avait déjà développé cette thématique dans La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, collection « Histoire des idées et critique littéraire », 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Fäcker, « Compte rendu de Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6075

Haut de page

Auteur

Julie Fäcker

FNRS - Université libre de Bruxelles

Haut de page