Navigation – Plan du site

Compte rendu de Berthou (Benoît) (dir.), La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture?

Paris, Editions de la Bibliothèque publique d’information, 2015, URL : http://books.openedition.org/bibpompidou/1671.
Benjamin Caraco

Texte intégral

  • 1 Baudry (Julien), « Jeune recherche en bande dessinée : introduction (1/2) », Le carnet de Comicalit (...)

1Les études consacrées à la bande dessinée témoignent désormais d’une grande richesse à la fois en termes d’objets et d’approches disciplinaires, comme la récente enquête de Julien Baudry auprès de jeunes docteurs et de doctorants a pu s’en faire l’écho1, et cela en dépit d’une institutionnalisation balbutiante à l’université. Si œuvres, auteurs et éditeurs intéressent la recherche, tel ne semble pas encore être complètement le cas pour les médiateurs (bibliothécaires, libraires et, dans une moindre mesure, critiques notamment issus de l’Université) et pour les lecteurs. Dans ce domaine, les travaux sur la bande dessinée ne se distinguent guère des études littéraires. La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, ouvrage collectif dirigé par Benoît Berthou – notamment directeur de publication de la revue Comicalités – vise à remédier à cette lacune en se fondant sur une ambitieuse enquête quantitative sur le lectorat de bandes dessinées.

  • 2 Collovald (Annie) et Neveu (Erik), Lire le Noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Renn (...)

2Cette étude sur les pratiques de lecture relatives à la bande dessinée a débuté en 2011 et a impliqué le Département des Études, de la Prospective et des Statistiques du Ministère de la Culture, la Bibliothèque Publique d’Informatique, le LABSIC (Paris-13), le LABEX Industries Culturelles & Création Artistique ainsi que la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image. Pour les auteurs, il s’agissait « d’appréhender statistiquement un mode d’expression », de proposer une étude sans réel équivalent connu pour d’autres média ou genres littéraires, à l’exception du roman policier2, et qui pourrait refléter des évolutions en cours de nos pratiques culturelles.

  • 3 Cinq catégories sont ici distinguées : albums traditionnels/franco-belges, journaux d’humour et de (...)

3Les sources concernant la lecture de bandes dessinées sont minces et reposaient jusque-là principalement sur les archives de l’édition contemporaine (données chiffrées concernant les abonnés à des magazines ou tirages d’albums) et sur celles de clubs ou autres associations de « fans ». La bande dessinée est initialement absente des grandes enquêtes du Ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français alors que ces entreprises de recueil de données débutent dans les années 1970, période souvent considérée comme celle de l’âge d’or d’une certaine bande dessinée, principalement publiée dans la presse. Cette pratique de lecture est donc demeurée longtemps invisible avant que ne s’opère un rattrapage, notamment grâce à l’enquête de 2008 qui cherche à la cerner. Deux précédents permettent toutefois aux auteurs d’établir quelques comparaisons : il s’agit à chaque fois d’enquêtes commandées à l’IFOP, en 1994 et 2000, respectivement par le Festival d’Angoulême et la Caisse d’Épargne. Celles-ci sont toutefois limitées autant par leurs échantillons que par la taille des questionnaires établis. L’enquête de 2011 corrige ces deux lacunes par son ambition (plus de 4 580 personnes âgées de 11 ans et plus interrogées en ligne et 401 enfants de 7 à 10 ans via leurs parents) et son mode de constitution (utilisation de la méthode des quotas pour garantir une meilleure représentativité des répondants). L’amplitude de cette opération permet de mieux prendre en compte un facteur déterminant de la lecture de la bande dessinée : l’âge. Le soin apporté à la conception du questionnaire ne permet pas d’éviter certains écueils liés à la définition de l’objet et particulièrement de ses « genres », difficilement catégorisables et sources de confusion3.

  • 4 Maigret (Éric) et Stefanelli (Matteo), La bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, « (...)

4Pour Benoît Berthou et Jean-Philippe Martin, qui signent conjointement l’introduction, cette interrogation sur les pratiques de lecture de bandes dessinées conduit à réhabiliter la notion de divertissement en lien avec le livre, et plus généralement avec l’art, alors que cette notion fut longtemps décriée par une partie des médiateurs du domaine. Les concepts traditionnellement associés à la culture chez Bourdieu (comme l’opposition entre populaire et savant) ont-ils encore un sens lorsqu’on les applique à la bande dessinée ? Pour les auteurs, les données en présence nous invitent à réfléchir à la pertinence que nous accordons aux hiérarchisations culturelles à partir de l’exemple de la bande dessinée et notamment de sa diffusion, plus horizontale (via la famille ou les amis) que verticale (via les institutions) : « la bande dessinée ne constitue-t-elle pas l’exemple d’une culture qui se développe et se transmet sur un tout autre mode que l’autorité, la capacité à imposer le goût et la pratique d’un ensemble donné de produits culturels ? » (Introduction, §28). Outre cette remise en cause d’un des paradigmes dominants de la sociologie de la culture, qu’illustre également la contribution d’Éric Maigret4 (et les travaux de ce dernier, de façon plus générale), les auteurs avancent l’hypothèse de l’émergence d’une « culture graphique », « d’un environnement artistique et médiatique entièrement structuré autour de l’art du dessin » (Ibid., §35), qui engloberait un continuum allant des jeux vidéo à la bande dessinée en passant par le cinéma d’animation.

5Dans sa contribution, Christophe Evans analyse à partir des données réunies les « Profils lecteurs, profils de lectures ». La tendance générale serait au recul de la pratique de la lecture de bandes dessinées et s’inscrirait dans une évolution plus large de diminution de cette activité culturelle, alors même que l’offre éditoriale (en bande dessinée) semble avoir explosé à la même période. La concurrence des écrans et des nouveaux médias pourrait expliquer un tel phénomène. Le profil des lecteurs peut également être affiné ; si ceux-ci restent – même en 2011 – majoritairement jeunes et de sexe masculin, des temporalités spécifiques se dessinent :

6« Pour résumer, il y aurait donc trois temps pour la lecture de bandes dessinées : celui de la pratique majoritaire à la période juvénile, celui de la pratique minoritaire mais constante et consistante à l’âge adulte (près d’une personne sur trois) et, enfin, celui de la pratique marginale parmi les seniors et les personnes très âgées (marginale ne voulant pas dire inexistante). » (§12)

7A partir des résultats de l’enquête qui confirment que le genre reste un facteur déterminant pour la lecture de bandes dessinées, C. Evans relativise les discours sur la féminisation du lectorat : les écarts ne se sont pas réduits. De même, si les diplômés et les lecteurs qui occupent une position sociale confortable lisent raisonnablement de la bande dessinée, ils ne s’investissent pas pour autant très intensément dans la pratique (fréquence de lecture et sentiment d’attachement) contrairement aux préadolescents par exemple. Enfin, Evans croise avec pertinence fréquentation d’un genre particulier et appréciation de ce dernier afin de relativiser les parts respectives de chacun : « un lecteur déclaré n’est pas nécessairement un lecteur conquis. » (§33)

8Sylvain Aquatias se demande de son côté comment se forge un goût pour la bande dessinée et surtout comment celui-ci perdure avec l’âge. La transmission familiale joue un rôle déterminant et, dans une moindre mesure, plusieurs autres instances de sensibilisation comme la télévision (via les adaptations en dessins animés), les bibliothèques et les pairs. La grande absente n’est autre que l’école, faiblement prescriptive. Aquatias observe un décrochage en termes de lecture avec l’adolescence qui s’expliquerait par l’association entre bande dessinée et monde de l’enfance opérée par cette tranche d’âge. Il souligne l’importance de la présence de bandes dessinées au domicile familial et les discussions parents-enfants sur la bande dessinée comme des facteurs concourant au maintien de la pratique. Toutefois, Aquatias estime qu’il est difficile de conclure à un agent déterminant dans la transmission du goût pour la bande dessinée. Un complément qualitatif à cette enquête semble alors de mise pour mieux appréhender le phénomène. Ces réflexions sur l’acquisition et la transmission du goût de la bande dessinée sont prolongées par celle de Xavier Guilbert sur les « circulations de la bande dessinée » qui met en lumière plusieurs phénomènes : les hommes collectionnent davantage que les femmes, la possession de bandes dessinées tend à décroître avec l’âge contrairement à d’autres genres livresques, l’emprunt est massivement répandu et l’offre numérique a du mal à décoller. Ces deux dernières observations conduisent Guilbert à conclure que le lecteur ne peut être réduit à son statut d’acheteur. Compte tenu de l’importance du prêt pour la bande dessinée, les éditeurs devraient prendre garde lors du développement de leur offre numérique – qui n’autorise actuellement que très peu l’emprunt – à ne pas inciter à recourir à des alternatives illégales ou à abandonner purement et simplement la lecture de bandes dessinées…

  • 5 Éric Maigret se fonde ici sur une notion développée dans les travaux de Richard Hoggart et Stuart H (...)

9A partir de l’enquête, Éric Maigret continue de remettre en cause la pertinence du schéma bourdieusien de la distinction pour les sociétés qui ont connu un « tournant culturel5 ». La hiérarchisation entre les genres culturels n’est plus à l’ordre du jour et cet état de fait le conduit à privilégier le terme de « reconnaissance » plutôt que celui de « légitimation » pour désigner la fin de la stigmatisation de la bande dessinée. Nous serions entrés dans un « régime du divertissement » avec de nouvelles générations qui se caractérisent avant tout par leur tolérance vis-à-vis de formes culturelles différentes.

10Dans l’avant dernier chapitre de l’ouvrage, Benoît Berthou revient sur la thèse d’une absence (ou d’une insuffisance) de médiateurs pour la bande dessinée (Gilles Ciment). Il interroge ce constat à partir de deux angles d’analyse : le partage et la prescription. 85% des lecteurs interrogés déclarent ainsi se débrouiller seuls pour choisir leurs bandes dessinées. En dépit d’une offre éditoriale pléthorique, le conseil des libraires comme des bibliothécaires est délaissé, ce qui est d’autant plus surprenant pour les bibliothèques alors que les lecteurs de bandes dessinées les fréquentent assidûment. D’autres formes de médiation existent (forums en ligne, festivals et critiques), mais elles touchent d’abord des lecteurs aguerris. Berthou clôture la réflexion avec un développement sur la bande dessinée comme composante de ce qu’il appelle une « culture de l’image » qui regrouperait entre autres cinéma et jeu vidéo. La bande dessinée apparaît à ses yeux comme un « stimulant visuel » pour d’autres pratiques culturelles suivant une « logique de cumul » des pratiques culturelles. La bande dessinée nous inviterait alors à penser en termes de transmédialité et à « considérer la notion d’image au sens large. » Selon Berthou, « Émerge ainsi une question que gagneraient assurément à poser les naissantes études visuelles : l’image définit-elle vraiment une communauté de pratiques culturelles, structure-t-elle un ensemble d’activités et d’échanges se focalisant sur des dispositifs graphiques et iconiques ? » (§12) L’approfondissement de cette interrogation permettrait de comprendre comment ces différentes formes visuelles sont liées entre elles et pas uniquement au niveau de la production. Faut-il par exemple appréhender la consommation d’un média tel que la bande dessinée comme une disposition à en découvrir et à en apprécier d’autres relevant également de la « culture de l’image » ? La comparaison et l’analyse globale des médias liés à l’image offriraient la possibilité de repenser les manifestations, les appropriations et les significations des pratiques culturelles actuelles.

11En définitive, une telle enquête mérite d’être saluée pour son ambition – aussi bien factuelle qu’analytique –, pour les premières réponses qu’elle apporte et pour les nombreuses questions qu’elle ne manque pas de poser. De nouvelles enquêtes, qualitatives cette fois-ci, pourraient venir compléter ces données, notamment afin d’ausculter les préférences en termes de genres éditoriaux. L’idée, véhiculée par certains auteurs de L’Association, selon laquelle une partie du lectorat aurait abandonné la bande dessinée franco-belge à la fin des années 1980 pour se tourner vers la bande dessinée alternative à la fin des années 1990 est-elle ainsi vérifiée ? Les lecteurs de bandes dessinées traditionnelles abandonnent-ils ce type de lectures parce qu’ils grandissent ou parce qu’ils n’y trouvent plus leur compte ? Enfin, alors que plusieurs contributions vont dans le sens de la montée en puissance d’un « régime du divertissement » (Éric Maigret) et d’une « culture de l’image » (Benoît Berthou) où la bande dessinée jouerait un rôle prépondérant, il serait intéressant de pouvoir croiser une telle étude avec d’autres à propos de formes culturelles différentes afin de dégager une éventuelle singularité de la bande dessinée comme « stimulant ».

Haut de page

Notes

1 Baudry (Julien), « Jeune recherche en bande dessinée : introduction (1/2) », Le carnet de Comicalités, mis en ligne le 18 janvier 2015, URL : http://graphique.hypotheses.org/512

2 Collovald (Annie) et Neveu (Erik), Lire le Noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Rennes, PUR, « Essais », 2013.

3 Cinq catégories sont ici distinguées : albums traditionnels/franco-belges, journaux d’humour et de bandes dessinées, comics et bandes dessinées américaines, mangas et sphère asiatique en général, romans graphiques et bandes dessinés alternatives. Les « strips » sont curieusement exclus de l’enquête alors qu’ils restent notamment présents dans la presse, quoique dans une moindre mesure par rapport aux pays anglo-saxons.

4 Maigret (Éric) et Stefanelli (Matteo), La bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, « Médiacultures », 2012.

5 Éric Maigret se fonde ici sur une notion développée dans les travaux de Richard Hoggart et Stuart Hall pour qui la culture s’émanciperait partiellement de la sphère socio-économique et ne servirait plus principalement à produire des classements sociaux. Voir : Maigret (Éric), op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Compte rendu de Berthou (Benoît) (dir.), La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture? », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6079

Haut de page

Auteur

Benjamin Caraco

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page