Navigation – Plan du site

Compte rendu de Dubois (Jacques) (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

Liège, Presses Universitaires de Liège, « Situations », 2015, 222 p.
François-Ronan Dubois

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Que les rapports entre les pratiques sexuelles et le pouvoir soient d’ordre politiques, qu’ils soient inscrits dans une compréhension idéologique de la société, c’est le postulat qui fonde cet ouvrage, paru dans une collection destinée à éclairer les textes littéraires du point de vue de l’histoire sociale et de la sociologie. À travers son avant-propos et ses quinze chapitres, consacrés pour la plupart à des auteurs majeurs du xxe siècle et du début du siècle suivant, Sexe et pouvoir se propose de dire à la fois la cohérence d’une époque, marquée par un intérêt spécifique pour l’érotique politisée ou le politique érotisé, mais également de montrer la montée d’un malaise, la rupture entre les instincts du pouvoir et ceux de la sexualité, en une fin de siècle marquée par le désaveu des idéologies.

2Il faut le dire dès l’abord : certains lecteurs et certaines lectrices seront déçus de découvrir un ouvrage qui s’intéresse d’abord à une littérature pour ainsi dire canonique. C’est surtout l’érotisme et le pouvoir de l’homme blanc et hétérosexuel que l’on soumet ici à l’analyse. En dehors d’un détour par Proust et Genet d’un côté, par Beauvoir, Duras et Ernaux de l’autre, le corpus, qui comprend Desnos, Aragon (deux fois), Bataille, Drieu la Rochelle, Klossowski, Chessex, Houellebecq, Simon et Carrère, quelque valeur subversive que l’on accorde à tel ou tel de ces écrivains, est d’abord un corpus de la normativité, dont le silence sur le sexisme, l’hétérocentrisme et le pouvoir colonial est pour le moins frappant. Même l’attention accordée à Duras ne parvient pas à ôter l’impression qu’il manque là tout un siècle de luttes politiques et sexuelles, tout un siècle de ré-appropriation des corps hiérarchisés, médicalisés et dominés. Si Foucault est cité en introduction, force est de constater qu’il n’a pas ou peu trouvé son chemin dans les pages qui suivent.

3Il faudra bien plutôt lire l’ouvrage dans son ensemble comme une collection d’études particulières. De 1913, à partir de la Recherche, jusqu’en 2011, avec le Limonov d’Emmanuel Carrère, il a le mérite de couvrir un siècle de littérature romanesque en langue française. Une lecture de cette période fait émerger plusieurs rapports entre sexualité et pouvoir, qu’il est peut-être possible de classer en trois types : le rapport de la sexualité au pouvoir en tant que domination, le rapport de la sexualité à l’activité et aux opinions politiques et le rapport de la sexualité aux idéologies, qui sont le mode de compréhension du pouvoir politique au XXe siècle. Toutes les œuvres n’ont pas, à ce titre, les mêmes préoccupations.

  • 1 Dubois (Jacques), « Éros de gauche contre Éros de droite (Pierre Klossowski, La Révocation de l’Édi (...)
  • 2 Popovic (Pierre), « La passion selon Judas (Jacques Chessex, Judas le transparent, 1982) », p. 152- (...)

4Il faut distinguer, par exemple, l’héritage sadien de Klossowski et Chessex, abordés respectivement par Jacques Dubois1 et Pierre Popovic2. D’un côté, Octave, vieux professeur de droite, offre sa femme Roberte, héroïne de la gauche, à la malveillance de tout un chacun ; de l’autre, la violence sexuelle d’une secte est intériorisée par ceux qui la subissent ou l’observent. Des deux côtés, la violence de la domination sexuelle est marquée par l’ambiguïté de sa signification, parce qu’elle peut tout aussi bien être le symptôme d’une impuissance dans l’action politique ou une aptitude à se séparer d’un réel désormais incapable de soutenir l’investissement passionnel.

  • 3 Haddad (Karen), « 99, année érotique (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, 1913-1927) », p (...)
  • 4 Denis (Benoît), « Amour tordu de la patrie (Jean Genet, Pompes funèbres, 1948) », p. 95-106.
  • 5 Demoulin (Laurent), « Staline et les Sex Pistolets (Emmanuel Carrère, Limonov, 2011) », p. 203-2015

5On le comprend, les rapports sont poreux. Chez Klossowski par exemple, la domination est aussi une question de pouvoir politique : il y a une sexualité de gauche, celle de la jouissance malgré tout, et une sexualité de droite, celle d’une impuissance qui trouve un dérivatif dans la violence. Dans le Proust commenté par Karen Haddad3, cette interchangeabilité de la pratique sexuelle et de l’opinion politique fait l’objet d’une curiosité commune du narrateur, qui découvre et juge avec la même valeur analytique l’homosexualité et le dreyfusisme de tel ou tel personnage. Ce n’est pas pour autant que le jeu des équivalences puisse toujours associer étroitement une opinion précise à une pratique donnée : chez Genet par exemple, la sexualité trouble bien plutôt qu’elle ne fixe l’évaluation idéologique de la position politique, ainsi que le remarque Benoît Denis4. C’est encore le même processus qui est à l’œuvre pour Limonov, dans le roman de Carrère, dont Laurent Demoulin souligne les hésitations du narrateur, entre jugement définitif sur son héros, qu’il soit de condamnation ou d’admiration, et une perplexité prudente5.

  • 6 Paque (Jeannine), « Aimer à loisir ou être dans la vie (Simone de Beauvoir, Les Mandarins, 1954) », (...)
  • 7 Bertrand (Jean-Pierre) et Dubois (Jacques), « Fin de partie (Michel Houellebecq, Extension du domai (...)
  • 8 Vernet (Mathieu), « Quelque chose qui trahisse toutes les étiquettes (Pierre Drieu la Rochelle, Une (...)
  • 9 Rabaté (Dominique), « En attendant la foudre. Impuissance et révolution (Georges Bataille, Le Bleu (...)

6En fait, ce trouble est plutôt la règle. Il est rare apparemment que l’adéquation entre la pulsion sexuelle et le pouvoir se fasse au profit d’une efficacité politique. Chez Beauvoir, chez Houellebecq, chez Drieu la Rochelle, le sexe et le pouvoir ne fonctionnent pas ensemble. Pour Beauvoir, dans les Mandarins, le risque est toujours grand de perdre sa propre force idéologique, sa propre efficacité politique, dans l’épanouissement sexuel ; ce que suggère l’analyse de Jeannine Paque, c’est que jouir d’un homme, c’est risquer de perdre une énergie qui serait mieux employée ailleurs6. Chez Houellebecq et Drieu la Rochelle, la situation est plus critique encore, puisque, ainsi que le montrent Jean-Pierre Bertrand et Jacques Dubois pour le premier7, Mathieu Vernet8 pour le second, sexe et pouvoir sont enveloppés tous les deux dans une décadence commune, qui est celle de l’impuissance. Ils ne livrent alors qu’un spectacle grotesque qui ne mérite, pour le Bataille commenté par Dominique Rabaté, que le rire d’une ironie noire9.

  • 10 Durand (Pascal), « À l’ombre des guillotines en fleurs (Robert Desnos, La Liberté ou l’Amour ! 1927 (...)
  • 11 Bertrand (Jean-Pierre), « La société comme bordel (Louis Aragon, La Défense de l’infini — Le Con d’ (...)
  • 12 Lavault (Maya), « Des idées et des corps : l’écriture comme re-jouissance (Annie Ernaux, Les Années (...)

7Est-ce à dire que la sexualité est toujours inefficace politiquement ? Ce n’est pas sûr pour tout le monde. Chez Desnos et chez Aragon, elle peut garder sa force révolutionnaire, sa capacité à subvertir une idéologie bourgeoisie qui est à la fois une morale et une politique. C’est ce que montrent Pascal Durand, en décrivant la position de Desnos en marge du surréalisme institué10, et Jean-Pierre Bertrand, en revenant sur l’œuvre multiforme d’Aragon qui se prête sans doute le mieux à un pareil projet11. Dans un cas comme dans l’autre, il faut évidemment que l’écriture vienne publier cette subversion, sans quoi le sexe ne resterait finalement qu’une affaire privée : c’est à cette performance politique de l’écriture que s’attache la grande d’œuvre d’Annie Ernaux, telle qu’elle est analysée par Maya Lavault12. En organisant la mémoire en un parcours féminin significatif, l’écriture donne à l’expérience érotique sa valeur politique.

  • 13 Dirkx (Paul), « Une politique autonome : l’érotisme littéraire (Claude Simon, Le Jardin des Plantes (...)
  • 14 Depretto (Laure), « Vouloir tout, tout de suite, puis l’impuissance (Louis Aragon, Les Cloches de B (...)
  • 15 Bajomée (Danielle), « On écrit toujours sur le corps mort du monde (Marguerite Duras, L’Été 80, 198 (...)

8Cette valeur, au demeurant, n’est pas toujours positive : ce que l’écriture peut donner à voir du sexe, c’est sa fragmentation, son indécision qui fait miroir à l’indécision du pouvoir. Ainsi du labyrinthique Jardin des Plantes analysé par Paul Dirkx13 ou de parcours de l’héroïne des Cloches de Bâle étudié par Laure Depretto14. En somme, le narrateur est presque toujours dans la situation de celui de la Recherche, contraint de deviner, plutôt que capable d’affirmer, une logique souterraine à l’acte sexuel et à l’acte politique. Si leur rapport est une évidence, on est tenté au fil des essais de trouver l’évidence trompeuse. La plupart des œuvres s’entendent à la défaire et à la compliquer. Pour la Duras de l’Été 80, commentée par Danielle Bajomée, il ne reste finalement plus rien ni de nettement politique, ni de nettement sexuel, dans l’attente spectatrice d’un monde qui échappe finalement au désir vital autant qu’à la compréhension15.

9À l’heure où l’attention médiatique aux scandales politiques n’est jamais plus grande que lorsqu’ils sont aussi sexuels, la lecture de Sexe et pouvoir force à faire un pas de côté et à considérer d’abord l’impuissance du sexuel et du politique, même dans leurs réalisations les plus spectaculaires. Tout se passe comme si la littérature s’était attachée à offrir un discours concurrent, un discours où se sapent les fondements d’une évidence, celle de la politique érotique. Si l’on regrettera que cet ouvrage n’aborde pas la question avec une approche conceptuelle plus solide et plus étendue, il n’en constituera pas moins une étude utile pour celles et ceux que le corpus parcouru intéresse particulièrement.

Il est à souhaiter désormais qu’un projet semblable réunisse des commentaires qui fassent une plus large place aux questions coloniales, féminines et non-hétérosexuelles.

Haut de page

Notes

1 Dubois (Jacques), « Éros de gauche contre Éros de droite (Pierre Klossowski, La Révocation de l’Édit de Nantes, 1959) », p. 121-131. Pour la pagination des articles, on ne se fiera pas à la table des matières proposée par l’ouvrage, qui est souvent inexacte.

2 Popovic (Pierre), « La passion selon Judas (Jacques Chessex, Judas le transparent, 1982) », p. 152-161.

3 Haddad (Karen), « 99, année érotique (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, 1913-1927) », p. 13-24.

4 Denis (Benoît), « Amour tordu de la patrie (Jean Genet, Pompes funèbres, 1948) », p. 95-106.

5 Demoulin (Laurent), « Staline et les Sex Pistolets (Emmanuel Carrère, Limonov, 2011) », p. 203-2015.

6 Paque (Jeannine), « Aimer à loisir ou être dans la vie (Simone de Beauvoir, Les Mandarins, 1954) », p. 107-118.

7 Bertrand (Jean-Pierre) et Dubois (Jacques), « Fin de partie (Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, 1994) », p. 163-172.

8 Vernet (Mathieu), « Quelque chose qui trahisse toutes les étiquettes (Pierre Drieu la Rochelle, Une femme à sa fenêtre, 1929, Rêveuse bourgeoisie, 1937 et Gilles, 1939) », p. 84-93.

9 Rabaté (Dominique), « En attendant la foudre. Impuissance et révolution (Georges Bataille, Le Bleu du ciel, 1935/1957) », p. 69-81.

10 Durand (Pascal), « À l’ombre des guillotines en fleurs (Robert Desnos, La Liberté ou l’Amour ! 1927) », p. 25-40.

11 Bertrand (Jean-Pierre), « La société comme bordel (Louis Aragon, La Défense de l’infini — Le Con d’Irène, 1928) », p. 41-54.

12 Lavault (Maya), « Des idées et des corps : l’écriture comme re-jouissance (Annie Ernaux, Les Années, 2008) », p. 189-202.

13 Dirkx (Paul), « Une politique autonome : l’érotisme littéraire (Claude Simon, Le Jardin des Plantes, 1997) », p. 173-187.

14 Depretto (Laure), « Vouloir tout, tout de suite, puis l’impuissance (Louis Aragon, Les Cloches de Bâle, 1934), p. 55-68.

15 Bajomée (Danielle), « On écrit toujours sur le corps mort du monde (Marguerite Duras, L’Été 80, 1980) », p. 133-149.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Compte rendu de Dubois (Jacques) (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/6083

Haut de page

Auteur

François-Ronan Dubois

Université de Grenoble-Alpes

Articles du même auteur

Haut de page