Navigation – Plan du site

Traduire pour le Centre national du livre

Hélène Buzelin

Résumés

Depuis le milieu des années 1980, le Centre national du livre (entité du Ministère de la culture et de la communication) administre un programme de subvention encourageant la traduction en français d’œuvres étrangères à forte représentativité littéraire ou scientifique. Quasi-unique en son genre, cette initiative soutient chaque année environ 330 projets dont 60 % relèvent de la Commission littératures étrangères. Loin d’être systématique, l’aide est accordée au terme d’une expertise portant sur la qualité de l’original et celle de sa traduction. Empruntant un cadre socio-traductologique et à partir d’un travail de terrain au sein de cette Commission, le présent article analyse le processus de traitement des dossiers afin de dégager les dynamiques et tensions qui le sous-tendent. Ce faisant, il interroge ce à quoi renvoient, au sein de cette institution de traduction, les notions de « forte représentativité littéraire » et de « qualité » en traduction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  <www.centrenationaldulivre.fr/editeur/aide_a_la_traduction/aide_pour_la_traduction_en_francais_d_ouvrages_etrangers/>, consulté le 10 juin 2015.
  • 2 Sapiro (Gisèle) (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisa (...)
  • 3 Les données sont tirées des rapports d’activités annuels du CNL. Elles correspondent à la moyenne d (...)
  • 4 Sapiro(Gisèle), (dir.), Translatio… p. 80.

1Situé au 53, rue de Verneuil, dans un hôtel particulier du dix-huitième siècle au cœur du 7e arrondissement de la Ville de Paris, le Centre national du livre (CNL) – bras armé du Ministère de la culture et de la communication – a mis sur pied, dans le courant des années 1980, un programme destiné à soutenir la traduction vers le français d’œuvres du monde entier « à forte représentativité littéraire ou scientifique, dans une traduction de qualité »1. Cette initiative est souvent considérée comme une spécificité française2 en raison de sa mission (promouvoir la traduction de titres étrangers et non l’exportation du canon national) et de son fonctionnement: les dossiers sont évalués par des experts qui se prononcent sur la qualité du livre et celle d’un échantillon de sa traduction. L’aide revêt ainsi, pour celui qui la reçoit, une valeur tant financière que symbolique; elle s’affiche comme un gage de qualité, un label, une sorte de « mini-prix » avant publication. Avec un budget annuel moyen de 1,6 million d’euros, ce programme finance environ 332 projets éditoriaux répartis entre 147 bénéficiaires. Bien qu’il représente une mince part de l’enveloppe du CNL (soit environ le quart des aides à l’édition et un peu plus de 5 % de l’ensemble des bourses, subventions et prêts octroyés par cette institution3), il contribue largement à la diversification des langues d’origine au pôle de diffusion restreinte du champ littéraire4.

  • 5 En plus du site du CNL qui offre des informations détaillées sur le programme ainsi que des bilans (...)
  • 6 Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, collection « points », ([1 (...)
  • 7 Traductologie in the making: étude ethnographique du processus de traduction en contexte editorial. (...)
  • 8 Mossop (Brian), « Translating Institutions: a Missing factor in Translation Theory. » TTR 1:2, 1988 (...)

2Si la vocation, les modalités et l’évolution du programme sont bien documentées5, la dynamique et les différentes étapes du traitement des dossiers demeurent inexplorées, de sorte que les perceptions du public se résument souvent à des positions affectives, tantôt idéalisées (lorsque les commentateurs se contentent de souligner le mérite des experts sans questionner les logiques qui sous-tendent leur travail), tantôt sceptiques (lorsque ces logiques sont jugées douteuses ou insondables). La présente étude part plutôt du postulat que le travail d’évaluation de ces experts n’est ni sacré ni réductible à la recherche d’intérêts à court terme, qu’il peut faire l’objet d’une étude traductologique, et que celle-ci vaut la peine à l’heure où les acquis de la sphère autonome du champ littéraire semblent minés; où, aux yeux de certains, le marché de la traduction littéraire ne relève plus de « l’internationalisme » mais de « l’import-export commercial »6. La nécessité d’une telle étude s’est imposée dans le cadre d’une recherche sur le processus de traduction littéraire en contexte éditorial au cours de laquelle le CNL était apparu comme un partenaire important, voire parfois la première source de financement, des petits éditeurs spécialisés en littératures étrangères7. Or, ce mécène (qui finance environ 65 % des demandes qu’il reçoit) se prononce non seulement sur la pertinence des choix de ces éditeurs, mais semble susceptible d’influencer le travail des traducteurs, par le truchement des recommandations transmises aux demandeurs en cas d’ajournements. En somme, le CNL, par le biais de ce programme, s’apparente à une « institution traduisante »8, vecteur d’une conception et d’une politique traductionnelles.

  • 9 Les 40 % restant se répartissent entre neuf autres commissions.
  • 10 Assouline (Pierre), La condition… p. 45.
  • 11 La littéralité ou lettre du texte désigne ses éléments rythmiques, poétiques et « charnels ». Inspi (...)

3L’enquête se concentre sur la Commission littératures étrangères qui traite plus de 60 % des demandes d’aide à l’intraduction soumises au CNL9. Cette commission, vitrine du programme, est la plus importante quantitativement et celle qui demande l’expertise la plus fouillée. Je me suis intéressée aux travaux de cette commission afin de trouver des éléments de réponse aux questions suivantes: au-delà des critères et modalités explicites du programme, quelles sont les différentes étapes, les valeurs et les dynamiques qui sous-tendent le processus d’évaluation des dossiers? À quoi renvoient, dans ce contexte, les notions de « forte représentativité littéraire » et de « qualité » en traduction? Enfin, à quel point cette Commission « réputée préférer la littéralité »10 porte-t-elle l’empreinte du traducteur et traductologue français Antoine Berman, l’un des artisans de cette notion et ardent défenseur d’une éthique guidée par le travail sur la lettre11?

Notes méthodologiques

  • 12 Trois personnes ont été interviewées: Lydia Chaize (responsable de la Commission littératures étran (...)
  • 13 Le corpus se divise comme suit: 16 dossiers ajournés (sur 121 demandes) à la session de mars, 13 aj (...)

4D’inspiration ethnographique, l’enquête réalisée au printemps 2010 repose sur trois démarches complémentaires: des entretiens auprès de deux employées du CNL et du président de la Commission littératures étrangères de l’époque12; l’observation des travaux de la commission lors d’une session de deux journées pendant lesquelles 124 dossiers ont été traités; l’analyse de 69 notes de lecture (ou expertises) relatives à 43 dossiers portant sur des années antérieures. Ce dernier corpus d’archives rassemble des expertises produites pour tous les dossiers ayant fait l’objet d’un ajournement sur une année complète13. Ces dossiers dataient de quelques années et portaient donc sur des projets éditoriaux différents de ceux qui ont été instruits lors de la séance d’observation.

  • 14 Dans le cadre de ce programme, contrairement à celui offrant des « crédits de traduction », c’est l (...)

5L’entretien préliminaire avec Lydia Chaize, employée du CNL responsable de la Commission littératures étrangères, a vite révélé que la note de lecture rédigée à la demande du CNL par un spécialiste constituait la pierre angulaire du traitement des dossiers. Cette note (ou expertise) sert de point de départ à une discussion collégiale entre les membres de la Commission, discussion à l’issue de laquelle trois recommandations peuvent être émises: favorable, refus, ajournement. À titre d’exemple, lors de la session à laquelle j’ai assisté, 60 % des dossiers ont été recommandés, 16 % rejetés, 24 % ajournés. Les demandes sont acceptées lorsque le texte original et sa traduction satisfont toutes les exigences du CNL. Dans les cas de (premier) refus, c’est souvent le texte original qui pose problème. Les ajournements concernent plutôt des situations où la traduction est mise en cause. Car si on ne peut demander à l’auteur étranger de réécrire le livre qu’il a déjà publié, on peut exiger de l’éditeur francophone qu’il peaufine son dossier et la traduction. La Commission diffère alors la décision et suggère au traducteur (via l’éditeur)14 de « revoir sa copie » en tenant compte des recommandations de l’expert.

6Portant sur des cas où il y a tiraillement dans la Commission et, souvent, un défaut de traduction, les notes de lecture des dossiers ajournés offrent un échantillon susceptible de faire ressortir les critères et valeurs présidant à l’évaluation des dossiers, en particulier des traductions, ainsi que le rôle potentiellement prescripteur de la Commission. Ces notes ont été analysées sur les plans de leur contenu, de leur forme et de leur macrostructure. Quant à l’observation en commission, elle a permis de mieux cerner la dynamique de travail et de faire émerger des paramètres d’évaluation en partie différents de ceux qui sous-tendent les expertises individuelles.

LES REGLES DU JEU: MARGUERITE DURAS VS JEROME LINDON

CM – La tendance, c’est quand même une restriction de l’espace accordé à la grande littérature au profit de bruit éditorial, c’est-à-dire de publications commerciales ayant vocation à vendre beaucoup et devant être rentables. Et ça, par définition, ce n’est pas le propre de la littérature, d’être rentable. Jérôme Lindon, […] il s’était même disputé avec Marguerite Duras à cause de ça. Il disait que le nombre de lecteurs réels d’un livre de littérature, c’est 3000. Si on dépasse 3000… et c’est là qu’il s’est brouillé avec Duras quand elle a publié L’Amant et qu’elle a eu un très gros succès. Il a dit: « un tel succès est fondé sur un malentendu ». C’est-à-dire qu’il y a 3000 vrais lecteurs et les autres, c’est des gens qui l’ont acheté parce que c’est la mode, parce qu’ils l’ont vu à la télé, un copain leur a dit ça va te plaire, des raisons qui ne sont pas intrinsèquement liées au contenu du livre, à la valeur du livre.

HB – Et vous êtes d’accord avec ça? S’il y a trop de lecteurs…

  • 15 Entretien avec Christophe Mileschi, Président de la Commission littératures étrangères en 2010.

CM – Je suis assez d’accord avec ça. Sur le long terme, non. Mais sur le temps instantané, je suis assez d’accord avec ça, oui. Ça paraît un peu élitaire comme conception de l’art, et je suis d’autant plus d’accord aujourd’hui, je dirais, parce qu’il y a tellement de bruit et de confusion sur ce que c’est un écrivain.15

  • 16 Bourdieu, (Pierre), « Le champ littéraire » Actes de la recherche en sciences sociales, 89, 1991, p (...)
  • 17 Casanova (Pascale), « Consécration et accumulation de capital littéraire », Actes de la recherche e (...)
  • 18 Sapiro (Gisèle) (dir.), Translatio… p. 179.

7Pour aborder un objet tel que le CNL, la théorie du champ littéraire – développée par Pierre Bourdieu16 à partir du contexte français puis étendue par Pascale Casanova17 à l’échelle mondiale – s’impose d’elle-même. Comme le rappelle Gisèle Sapiro, le CNL est le principal « mécène de l’édition littéraire à faible rendement. […] Se donnant pour objectif de contrecarrer les effets de la logique de marché, [sa] politique [d’aide à l’intraduction] vise expressément à soutenir les œuvres exigeantes, « haut de gamme », notamment celles écrites dans des langues périphériques »18. Bref, le CNL est l’un des bastions du « pôle restreint » contribuant à la production de la valeur dans cette sphère du champ littéraire.

  • 19 « Ce n’est pas la rédaction d’une page qui demande beaucoup de temps, c’est toute l’élaboration, la (...)

8Le principal indice de ce positionnement apparaît dans le rapport au temps. Par définition, l’expertise (soit l’analyse d’un original de 200 à 900 pages et de 20 % de sa traduction) impose une certaine lenteur19. La question du temps investi dans la recherche des bons experts, puis dans le travail pointu de ceux-ci et, bien sûr, dans le processus de canonisation et dans l’accession au Panthéon des écrivains (cf. citation plus haut), renvoie à celle du détachement.

  • 20 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art… p. 140.

[…] à mesure que l’autonomie de la production culturelle s’accroît, on voit croître aussi l’intervalle de temps qui est nécessaire pour que les œuvres parviennent à imposer au public […] les normes de leur propre perception, qu’elles apportent avec elles. Ce décalage temporel entre l’offre et la demande tend à devenir une caractéristique structurale du champ de production restreinte: dans cet univers économique proprement antiéconomique qui s’instaure au pôle économiquement dominé, mais symboliquement dominant, […] les producteurs peuvent n’avoir pour clients, au moins à court terme, que leurs concurrents.20

  • 21 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art… p. 376.

9Avec la notion de temps, la métaphore du jeu, de même que les allusions au plaisir, aux rôles et aux règles, imprègnent fortement le discours et les perceptions des principaux acteurs de la Commission, comme on le verra dans les lignes suivantes. Elles renvoient au principe d’illusio: « la croyance collective dans le jeu » et dans le caractère sacré des enjeux, à la fois condition de fonctionnement et produit du champ littéraire.21

  • 22 Les termes en italiques sont tirés des entretiens et des notes de lecture.
  • 23 Entretien avec Christophe Mileschi.

10Parmi les valeurs partagées par la Commission et les experts qu’elle recrute figure donc, d’abord, cette incompatibilité fondamentale entre qualité et rendement à court terme, le succès rapide relevant de l’imposture ou, au mieux, du « malentendu ». Le triage entre ce qui est digne d’être soutenu et ce qui ne l’est pas se fait donc à partir d’une série d’oppositions constitutives du champ littéraire, la première renvoyant à ce principe d’ « économie inversée ». D’un côté, il y a le « facile », le « consommable », le « déjà-vu », le « mièvre », le « fade », le « sirupeux », ce qui est « sympathique », « gentil », « à la mode », « ne dépassant pas les clichés » et, de l’autre, la littérature « originale », « inventive », « décalée », « lyrique », « attachante » qui « étonne » et « détone », qui « fascine », fait preuve de « nouveauté » et, surtout, qui « questionne l’écriture »22. L’opposition entre l’édition commerciale et la vraie littérature est à ce point ancrée qu’elle n’a pas à s’énoncer comme telle. Autrement dit, le potentiel de vente ne constitue pas, noblesse oblige, un critère explicite (du moins au premier stade de l’expertise): « les éditeurs généralement en amont s’autocensurent »23. Ceux qui ne le font pas et qui soumettent des projets affichant des cessions de droits de 50,000 ou 100,000 euros seront pointés du doigt en aval, durant les délibérations de la Commission.

  • 24 Entretien avec Christophe Mileschi.

11Le principe de l’art pour l’art impose des critères d’évaluation « purs », mais dont chacun sait (à commencer par les experts et membres de la Commission) qu’ils sont éminemment complexes à définir et relatifs. C’est pourquoi le nom et la réputation (indicateurs de la position respective des agents et des œuvres dans le champ) sont des éléments influençant souvent le regard de l’expert, sans pour autant être déterminants. En effet, la majorité des notes analysées commencent par présenter l’auteur en le resituant dans un espace littéraire, dans une tradition, et en rappelant les prix qu’il a reçus; 40 % présentent aussi le traducteur en rappelant l’étendue (plus ou moins vaste) de son expérience et les activités connexes qu’il exerce. Les énoncés évaluatifs prenant la forme d’auto-proclamations ou d’assertions engageant le jugement des pairs (voire des ancêtres) abondent. Ce sont les extraits du type: « chef d’œuvre méritant évidemment d’être traduit », « Il ne fait aucun doute que…», « L'intérêt de X n'est pas à démonter. Il suffit de s’en remettre à la préface de…», « Voltaire disait de cet auteur… », « Auteur incontournable », etc. Ces énoncés figurant en début de note teinteront la lecture de la critique, plus personnelle et détaillée, qui suit. Selon la même logique, sur les 69 expertises étudiées quatre seulement mentionnent le lectorat que la traduction pourrait rejoindre. Sur ce point, le programme du CNL se distingue des aides à la traduction développées depuis peu par le British Council et Pen America, où le lectorat et le plan de diffusion de la traduction doivent être explicités et sont des pièces importantes du dossier. Deux profils semblent privilégiés dans la sélection des demandes: d’un côté le soutien aux projets de nature patrimoniale, soit la traduction ou retraduction de classiques et la première traduction d’auteurs dont l’œuvre est déjà canonisée à l’étranger, de l’autre le soutien aux auteurs montants ou en voie de canonisation dans leur champ, soit les nouveaux entrants. Lors de l’observation en commission, cette idée de « mettre les gens dans le circuit, d’aider à démarrer, des traducteurs ou des éditeurs, de les porter sur les fonts baptismaux »24, la volonté de favoriser une politique de suivi d’auteurs semblait partagée par tous les membres.

  • 25 Entretien avec Christophe Mileschi.

12À ces deux axes (commercial vs. littéraire; consacré vs. nouvel entrant) s’ajoute celui du rapport de force, opposant, pour reprendre la terminologie de Bourdieu, les « dominants » (les langues dotées d’un fort capital littéraire, les « gros éditeurs ») aux « dominés » (les langues « périphériques », les « petits éditeurs »). En ce qui concerne les langues, le CNL reconnaît volontiers un biais en faveur de celles qui sont sous-représentées en traduction, critère qui n’apparaît pas trop dans les notes individuelles, mais qui s’exprime en commission. La question de la puissance financière des éditeurs est plus délicate. Elle n’apparaît dans aucune des notes consultées, mais les entretiens et l’observation laissent entendre qu’elle n’est pas absente pour autant et qu’elle serait source de tensions internes. Certains – notamment aux plus hautes instances de l’institution – soutiendraient que ce critère ne doit pas être pris en compte car il n’a rien à voir avec la qualité littéraire, tandis que d’autres estiment au contraire qu’il devrait peser dans la balance, que l’on peut se permettre d’être plus exigeant envers les « gros éditeurs » bénéficiant de moyens financiers « pléthoriques » et tenter d’encourager les « petits » qui « prennent des risques ». Cette dernière position peut être interprétée comme le reflet d’un durcissement des enjeux. Car si l’opposition entre les sphères à « forte » et à « faible » rendements est au fondement du champ, les acteurs œuvrant dans la seconde expriment le sentiment d’une disproportion croissante des rapports de force, le sentiment de mener un combat inégal, sentiment que l’espace réservé à la création et à la pensée est de plus en plus menacé « par la logique commerciale ». Dans ce paysage, la distinction entre les « gros » et les « petits » se transforme en antagonisme et acquiert une dimension axiologique. Notons que malgré l’essor du marché de la traduction, le nombre de demandes déposées à la Commission semble être resté stable. Certains y voient un autre indice de ce recul de la sphère restreinte, indice qu’il y a peu de projets apparaissant, aux yeux mêmes des éditeurs, relever de cette Commission25. Sans nier cette possibilité, l’étude du processus de traitement des demandes pourrait faire émerger d’autres éléments explicatifs.

« UNE PROCEDURE BIEN RODEE »26

  • 26 Entretien avec Lydia Chaize.

13Le programme d’aide à l’intraduction existe depuis une trentaine d’années. Tous les éditeurs professionnels de langue française – peu importe le pays dans lequel ils sont basés – y sont admissibles. Trois conditions principales doivent toutefois être remplies pour que le dossier soit considéré: la traduction doit être basée sur la langue originale de l’ouvrage (et non sur une langue relais), elle devra être diffusée en France (ce qui limite les éditeurs n’ayant pas de structure de distribution sur ce territoire) et elle ne doit pas être publiée avant que le CNL rende sa décision. La demande doit donc être déposée après la signature des contrats de cession de droits et de traduction (ces deux pièces devant figurer au dossier), mais avant la sortie du livre, puisque celui-ci, en cas d’acceptation, doit porter le cachet du CNL. Aux fins d’évaluation, l’éditeur remet au Bureau de l’édition un exemplaire de l’original, un échantillon de 20 % de la traduction et une présentation de son projet (auteur, livre, traducteur).

À la recherche des experts

  • 27 Le service financier du CNL prend la température financière des éditeurs en permanence, en faisant (...)
  • 28 La métaphore du « cercle » émane de membres de la Commission.
  • 29 Institut national des langues et civilisations orientales.

14Après vérification de l’admissibilité et de la santé financière de l’éditeur27, chaque dossier est évalué par un expert qui est sélectionné en priorité parmi les membres de la Commission. Ceux-ci ne pouvant absorber tous les dossiers, on élargit ensuite le bassin au « deuxième cercle »28, celui des anciens de la Commission. Puis on fait appel, si besoin, à d’autres personnes, des traducteurs ayant pignon sur rue ou des spécialistes de langues et littératures étrangères. Pour ce faire, le Bureau passe généralement par les instituts de langues et civilisations étrangères tels que l’INALCO29. L’allocation de chaque dossier à un expert est donc une tâche importante, délicate, qui demande une pré-analyse des dossiers, parfois des recherches. Une vacation est remise pour chaque expertise effectuée.

  • 30 Ces membres ont été recrutés dans différentes universités de France: Rouen, Montpellier (2), Lyon ( (...)
  • 31 Les données sur le nombre de titres traduits par les membres jusqu’en 2010 ont été collectées à par (...)

15Au moment de la collecte de données, soit en 2010, la Commission littératures étrangères comptait 22 membres, dont cinq anglicistes, trois italianistes, deux hispanistes, deux germanistes, deux slavistes, un expert des littératures scandinaves, une libraire ainsi qu’un spécialiste de chacune des langues et littératures suivantes: suédois, finnois, chinois, croate, arabe, hébreu. Quinze de ces membres étaient des universitaires (trois professeurs émérites, sept professeurs des universités, cinq maîtres de conférence)30; cinq autres exerçaient la traduction littéraire « à temps plein » (certains de ces traducteurs œuvrant aussi comme éditeurs ou directeurs de collection pour des maisons d’édition); un des membres était libraire et un autre bibliothécaire. Les experts ayant un profil universitaire étaient tous rattachés à des départements (ou instituts) de littératures étrangères ou comparées plutôt qu’à des écoles ou départements de traduction. Ils enseignaient donc la littérature dont ils étaient spécialistes et, à une exception près, avaient tous publiés au moins une traduction d’un livre s’inscrivant dans cette littérature. Si les cinq traducteurs « à temps plein » comptaient, de loin, le plus de traductions à leur actif (243 titres au total répartis entre cinq personnes, soit 48 titres en moyenne par traducteur), les universitaires avaient également, à des degrés variables, une bonne expérience en traduction littéraire. Ces quinze membres avaient signé 132 traductions au total, soit en moyenne près de neuf titres par personne, avec un écart important allant d’un seul titre pour un membre à 45 pour un autre31.

16Lors de l’enquête en 2010, le Bureau de l’édition insistait sur l’importance de la professionnalisation de la traduction et, en conséquence, sur l’importance de recruter au sein de la Commission des traducteurs professionnels. En 2015, cette Commission ne comprend plus que 17 membres. D’après les informations fournies sur le site du CNL, quatre sont traducteurs et enseignants, cinq sont traducteurs et exercent d’autres fonctions dans le milieu de l’édition (éditeurs, auteurs, critiques, journalistes, etc.), quatre se désignent uniquement comme traducteurs et quatre autres ne se désignent pas du tout comme traducteurs (se présentant plutôt comme critique, blogueur, éditeur, romancier, etc.). Ce changement suggère une volonté de faire de la commission un microcosme représentatif non seulement du milieu de la traduction littéraire professionnelle, mais plus généralement du champ littéraire (plutôt que du champ universitaire).

Exercices de style

  • 32 Les citations sont extraites du document intitulé « Notice au lecteur ».

17Une fois recruté, l’expert doit produire son rapport individuel, rapport qui est désigné comme une « note de lecture ». Les fonctions de cette note sont énoncées dans une notice d’une page transmise à l’expert avec le dossier. On y rappelle que la note « doit être courte et précise: une page environ » et qu’elle sert de base à la discussion et à la prise de décision de la Commission. Elle « doit donc être plus critique que descriptive » et « éviter tout résumé de l’ouvrage ». Enfin, « elle doit nettement comprendre deux parties: appréciation de l’ouvrage [l’intérêt, la cohérence, la nouveauté de l’ouvrage ainsi que l’apport de l’auteur] et observations sur la qualité de la traduction (style, choix du temps du récit, difficultés particulières liées à la langue ou au texte, maladresses amendables, contresens ou faux sens, fautes graves, etc.) ». On spécifie enfin que « la note peut faire état de réserves et proposer des améliorations » 32 rassemblées sur des pages annexes qui seront éventuellement transmises à l’éditeur.

  • 33 Assouline (Pierre), La condition du traducteur…, p. 45.

18L’étude des expertises révèle que si la plupart sont « fouillées, denses, critiques »33, elles sont aussi très différentes les unes des autres. La diversité s’exprime d’abord sur le plan stylistique. La plupart, fortement teintées de subjectivité, en disent long sur la posture, l’humeur et le caractère de leur auteur, au point que la lecture de l’ensemble rappelle les fameux Exercices de style de Queneau. Les experts se montrent tantôt :

  • 34 Ces citations sont extraites de quinze des 69 expertises consultées.

Lyriques: « Incompréhension, amours interdites, piété douloureuse, sens aigu du péché, bâtards, orphelins et prêtres libidineux sont réunis dans cet ample roman. […] Le récit morcelé est toujours palpitant et vibre d’une sensualité d’autant plus frappante qu’elle est servie avec une grande économie de moyens. »
Suspicieux: « Encore faut-il que le traducteur soit rétribué pour son travail… Est-ce le cas ? »
Sentencieux: « Traduire la littérature demande tout de même un minimum de sensibilité aux effets de style dans la langue de départ et la maitrise des outils stylistiques dans la langue d’arrivée. »
Susceptibles : « Tout cela [ces erreurs] n’est pas extrêmement grave, mais c’est fâcheux et c’est dommage. »
Réticents, puis enthousiastes : « J’appréhendais la lecture d’un tel pavé, mais les sondages que j’y ai faits m’ont agréablement surpris. C’est certainement l’œuvre de [X] qui me touche le plus. La narration coule agréablement, c’est picaresque et réjouissant à souhait. »
Caustiques: « Copie qui fourmille de fautes d’orthographe, où le circonflexe de mât disparait pour se retrouver cinq lignes plus bas dans la brûme ».
Relativistes : « Si la traduction me parait convenable, la qualité du texte original me laisse sceptique – mais c’est peut-être une question de gout ».
Blasés : « La traduction est fidèle, correcte, sans erreurs, sans envol non plus, ni trouvailles particulières. »
Sibyllins : « C’est sur ce souhait que j’exprime un avis “plutôt très favorable” en formulant toutefois le vœu (en réalité, c’est une demande pressante) que le traducteur revoie scrupuleusement sa copie, du moins en ce qui concerne les premières pages. »
Alarmistes : « Traduction catastrophique. »
Comptables : « Une étoile pour le livre et moins une étoile pour la traduction égalent zéro étoile. »
Flaubertiens : « Elle [cette traduction] sent la sueur. »
Solennels (dans l’euphémisme) : « Le CNL n’aura pas à rougir d'avoir apposé son sceau sur cette nouvelle édition dont la recherche avait sans doute besoin. »
Magnanimes : « Je tiens à saluer les efforts de cette jeune traductrice qui s'est attaquée ici à un texte éminemment difficile. »
Dégoutés : « Traduction en certains passages carrément indigeste, très lourde, hachée. »
Minutieux : « C’est peut-être en tant que linguiste trop pointilleuse que je relève quelques incohérences dans les transcriptions. »
Élogieux (et professoraux) : « Travail sérieux dont les résultats sont remarquables. »34

19Dans tous les cas, ces experts, choisis avec soin et dont l’érudition force l’humilité, prennent leur tâche à cœur; ils en comprennent et en partagent les enjeux. Au-delà de la diversité de styles et de tons, l’échantillon indique des variations importantes dans la facture, l’ampleur, le genre et l’objet du discours. Tout d’abord, des 56 notes réalisées par des experts différents, neuf (soit 16 %) comportent l’annexe suggérée (et trois autres indiquent que des annotations ont été apportées directement sur la traduction). Ce chiffre peut paraître bas sachant que sur ces 56 notes, près de la moitié (27) portent un regard très critique sur la traduction – allant parfois jusqu’à mettre en doute la compétence du traducteur – tandis que 15 autres relèvent des défaillances ponctuelles à corriger. Pour ce qui est de l’ampleur, la moyenne se situe bien autour d’une page (506 mots), avec une variation importante allant de 160 à 1380 mots. L’objet est aussi variable, certaines notes (assez rares) ne se prononçant que sur la valeur du texte original, tandis que d’autres se concentrent sur la traduction. Le propos est tantôt très précis et contextualisé, axé sur le détail (voire focalisé sur des aspects ponctuels) tantôt général ou théorique (dissertant, par exemple, sur l’intraduisibilité des « littératures mineures »). Certaines sont très descriptives et factuelles tandis que d’autres sont de nature plus critique. Celles-ci enfilent les arguments, en général étayés d’exemples bien choisis, pèsent le pour et le contre, avant de parvenir à une synthèse. Enfin, certains experts s’investissent dans un véritable travail de révision allant bien au-delà du mandat confié, travail qui contribue directement au processus de mise au point du texte, voire à la formation (continue) du traducteur lorsque l’origine et la nature des erreurs, voire la règle s’y rapportant, sont explicitées.

  • 35 Ces exemples sont des paraphrases de passages tirés de deux des notes étudiées.

20En ce qui concerne le genre, on oscille entre le résumé, le commentaire de texte, la critique littéraire, l’éloge et le réquisitoire. Nombre de notes sont écrites sur un mode dialogique faisant intervenir des allusions, des références, des questions. Certaines ont parfois une teneur plus idéologique, notamment lorsque l’expert passe des commentaires généraux sur le manque d’aisance et de précision « des traductions publiées de nos jours » ou sur ces comparatistes qui, ayant appris la langue dans les textes mais connaissant mal la langue courante, commettent quantité d’inexactitudes35. Ces énoncés suggèrent la fonction plus officieuse que revêt la note: soit celle de rappeler les valeurs de la Commission et de renforcer ainsi le sentiment d’appartenance. Quelques-unes sont des bijoux de rhétorique, exploitant tous les procédés possible (litote, exagération, antithèse, ironie mordante) pour bâtir, avec un plaisir évident, leur argumentaire. À l’inverse, d’autres sont plus sibyllines, tel l’ambivalent « plutôt très favorable ».

  • 36 Réaction de la Commission rapportée par Lydia Chaize en entretien.
  • 37 Commentaire émis, sur le ton de la plaisanterie, par Lydia Chaize.

21Devant cette diversité de rendus, on comprend que le président de la Commission de l’époque ait proposé de revoir les consignes et de schématiser le format de la note, en indiquant des points précis que l’expert devrait couvrir dans un espace prédéfini: dix lignes pour présenter le livre, dix autres sur ses aspects essentiels, un paragraphe sur son intérêt pour le public français, une demi-page pour la traduction, quelques lignes pour une conclusion générale suivie d’un avis. L’idée a été approuvée par la Commission, non sans une certaine timidité – « on peut essayer… »36 – et un brin d’ironie: « T’es sûr de pas vouloir des questions à choix multiples? »37. L’ironie n’est pas anodine. Elle renvoie à la tension entre, d’un côté, le besoin de standardiser la procédure, par souci de transparence et d’efficacité et, de l’autre, le caractère foncièrement subjectif, rhétorique et stylistique de l’exercice, surtout en ce qui concerne l’original. Si cette hétérogénéité pose problème en Commission, il n’est guère étonnant que le verdict final puisse mystifier les éditeurs des projets rejetés ou ajournés, d’autant que lorsqu’ils ont accès à cette note (en cas d’ajournement), ceux-ci n’en voient que des extraits, soit des segments isolés et décontextualisés.

Souvenirs d’école

22Les dossiers expertisés individuellement sont ensuite instruits en commission. Les membres se réunissent trois fois par an (comme pour les conseils de classe), pendant deux journées, dans la salle du Conseil de l’hôtel d’Avejan. L’ambiance est sérieuse et conviviale, à l’occasion légèrement potache.

  • 38 Entretien avec Christophe Mileschi.

Il y a un côté conseil de classe, du style… « Nous, on aurait jamais fait cette faute, quand même, c’est gros! » C’est vrai que c’est un des ressorts du comique que d’entendre quelqu’un qui casse du sucre sur quelqu’un d’autre, qui le maltraite, donc on aime bien. Donc [X] aime bien nous embarquer, nous séduire, nous faire rire. Mais je voyais bien qu’elle gonflait énormément ce qu’elle avait écrit, qui était peu de chose, une petite dizaine de remarques dont la moitié au moins me paraissait vénielle, voire contestable. Ça ne marchait pas. Donc c’est pour ça que [le président a] le rapport sous les yeux, c’est pour rester extérieur au show que nous fait l’expert, ne pas se laisser embarquer dans l’empathie de quelqu’un qui dit: « Quand même, c’est inadmissible! ». Et puis il est tellement convaincant, tellement bon dans son show qu’on adhère. [Le président] est là comme arbitre.38

  • 39 Entretien avec Christophe Mileschi.

23Les membres reçoivent un ordre du jour d’une cinquantaine de pages où figurent, dans un tableau synthétique, les informations relatives aux demandes à instruire. Chaque entrée indique les noms (des éditeurs, de l’auteur, des traducteurs), le titre, la langue et le pays d’origine, le tarif consenti au traducteur (rémunération au feuillet et pourcentage sur les ventes), le nombre de feuillets et l’avaloir versé en cession de droits. Les dossiers sont présentés par ordre alphabétique, depuis Actes Sud jusqu’au Seuil, et sont instruits l’un après l’autre. Selon le président, la Commission est réputée pour sa bonne entente. Le fait que les membres aient des compétences linguistiques distinctes, diverses et souvent pointues suscite la curiosité et impose un respect mutuel que l’on ne rencontrerait peut-être pas dans des commissions où les territoires de chacun sont moins définis. Comme le résume le président de l’époque: « Quand j’écoute quelqu’un qui rapporte sur le norvégien, l’ouzbek ou le hongrois, je suis forcément humble, parce que je n’y connais rien »39. À titre d’exemple, lors de la Commission à laquelle j’ai participé, figuraient (par ordre d’apparition) des projets de traduction du néerlandais, du norvégien, du persan, de l’hébreu, de l’arabe, du russe, de l’anglais, du serbe, du hongrois, du suédois, de l’italien, de l’espagnol, du japonais, de l’arménien, du thaï, du coréen, du portugais, de l’allemand, de l’albanais, de l’islandais, du tchèque, du bulgare, du grec moderne, de l’indonésien, du chinois et… du catalan.

  • 40 Entretien avec Christophe Mileschi.
  • 41 Pour faciliter les délibérations, les membres ont instauré un système d’étoiles: « Trois étoiles, t (...)

24Plus de cent-vingt demandes sont traitées à chaque session, soit en moyenne un projet par dix-quinze minutes. Alors que le sort de certains est réglé en quelques secondes, trois ou quatre font l’objet de longs débats animés et parfois techniques (sur les modalités de traduction des dialectes italiens, par exemple). L’instruction commence par la lecture de la note de l’expert. Une différence s’instaure d’emblée entre les dossiers évalués par des experts-membres qui rapportent directement à la Commission et ceux qui ont été traités par des évaluateurs externes dont la note est lue, en tout ou en partie, par un tiers. Dans le second cas, on doit distinguer les notes produites par les ex-membres de celles produites par des collaborateurs plus occasionnels. Si l’auteur de la note reste anonyme du demandeur, il est donc bien connu de la Commission. Là encore, sa réputation de même que ses talents oratoires influenceront en partie l’interprétation de son expertise. Par ailleurs, chacun est bien conscient que son show, renforçant le sentiment d’appartenance au « cercle » et le plaisir que l’on peut tirer à en faire partie, a des limites. Quelles soient éloquentes ou drôles, ces performances sont aussi envisagées d’un œil critique et peuvent donner lieu à une discussion collégiale. « On sait que le débat ne fera pas émerger pour autant une vérité, ou la vérité, mais il fera en tout cas émerger une position collective issue d’une réflexion »40. Au fil de ce processus, des demandes évaluées positivement par l’expert peuvent se voir ajournées (auquel cas on sollicitera une nouvelle expertise si l’éditeur resoumet son dossier) ou refusées, et vice-versa. Ce débat permet aussi de pallier le fait que demandeurs et évaluateurs forment, finalement, un tout petit monde41.

  • 42 Les énoncés en italiques et entre guillemets sont tirés des notes prises lors de l’observation.
  • 43 Entretien avec Christophe Mileschi.

25Si l’expertise est le fruit d’une lecture individuelle axée sur les qualités formelles de l’original et de sa traduction, en Commission l’évaluation devient relative, les projets étant appréciés les uns par rapport aux autres. Dès lors, le potentiel commercial – révélé au montant de l’avaloir consenti en cession de droits, montant qui figure dans le tableau synthétique – peut peser lourd dans la balance, et ce même si les membres savent bien que le succès d’un livre dans le contexte d’origine n’est pas garant du succès de sa traduction. De même, à ce stade, le souci de favoriser les langues et littératures dites « périphériques », qui ne transparaît pas trop dans les notes, entre plus directement en ligne de compte. Les bons projets seront d’autant bien cotés qu’ils viennent de langues et littératures moins traduites: « On met trois étoiles pour le livre arménien, incontournable, d’autant que l’Arménien, il n’y en a plus beaucoup ». Et si le budget exige de faire un choix, entre deux projets jugés comparables du point de vue littéraire, la Commission tendra à privilégier celui qui provient d’une aire linguistique et littéraire moins couverte: « Ce livre [espagnol] n’est pas mieux que le Suédois à une étoile. – Alors on remonte le Suédois à deux étoiles. Il y a plus d’Espagnols que de Suédois »42. En particulier, la Commission veillera à limiter la part accordée aux littératures de langue anglaise, de façon à ce qu’elle ne représente pas plus de 40 % à 50 % des projets financés. Dernier paramètre, les demandes portant sur des livres inscrits au programme du festival Les belles étrangères (organisé chaque année par le CNL autour d’une littérature d’ailleurs) ne reçoivent pas tout à fait le même traitement: « On n’est pas plus indulgent, mais enfin on est attentif. Par exemple, si c’est vraiment tangent, on va ajourner, alors que dans d’autres cas, on aurait tout simplement refusé. On va laisser une petite chance de plus, parce que c’est dans le programme. »43

L’Imprimatur

  • 44 Sur les 43 dossiers ajournés, quatre avaient reçu une recommandation favorable et cinq une recomman (...)

26Les recommandations de la Commission sont consultatives, la décision finale relevant du président du CNL. Contrairement au passage de l’expertise individuelle à la Commission, qui peut donner lieu à des ajustements44, il est exceptionnel que le président du CNL aille contre l’avis de celle-ci. Selon Lydia Chaize, cela s’est produit deux à trois fois en cinq ans. Dans tous les cas, il s’agissait de repêcher des projets après une rencontre avec l’éditeur. Les raisons d’une contre-décision sont souvent extérieures à l’expertise.

27Les réponses sont communiquées par téléphone. En cas d’ajournement, le CNL transmet des extraits de la note de lecture afin d’indiquer à l’éditeur les modifications requises ou suggérées. Dans le corpus étudié de 43 dossiers ajournés, 15 n’ont pas donné suite et 28 ont été resoumis. Parmi ces derniers, 19 ont fini par être acceptés et neuf ont été refusés. Le fait que plus du tiers des dossiers ne soient pas resoumis tient souvent à un conflit de calendrier, l’éditeur n’étant pas toujours prêt à reporter la date de sortie de l’ouvrage pour tenter sa chance une deuxième fois. Hormis l’intervention personnelle du président du CNL, qui est très rare, la Commission ne prévoit pas de modalités d’appel pour les dossiers refusés.

  • 45 Entretien avec Lydia Chaize.
  • 46 Alors que les subventions à la traduction sont demandées par les éditeurs, les crédits de traductio (...)
  • 47 En entretien, à propos de ce point, le président a ajouté que personne au sein de la Commission ne (...)

28Alors que les décisions d’ajournement sont assorties de commentaires et de suggestions tirés de la note de l’expert, l’institution ne justifie pas les décisions d’acceptation et de refus. Autrement dit, dans ces deux cas, les éditeurs ne reçoivent aucun extrait des notes de lecture. Les refus donnent parfois lieu à des réactions vives et passionnées remettant en cause la compétence ou l’intégrité des experts. « Ils [les éditeurs] sont persuadés que si l’ouvrage a été refusé, c’est parce que c’était tel expert, et généralement ils se trompent complètement, parce qu’il y a bien sûr des querelles de clochers, qui ne nous intéressent pas. »45 La consigne est alors d’en dire le moins possible afin « d’éviter les histoires ». Lors de la Commission à laquelle j’ai assisté, les membres ont été avisés que, pour les crédits de traduction46, à la suite d’un cas de contestation, une directive venait d’être instaurée afin d’interdire de communiquer au demandeur toute information relative à l’évaluation de l’expert. « Alors à quoi on sert ? » a commenté un des membres, exprimant vraisemblablement le sentiment général47.

ON NE S’IMPROVISE PAS TRADUCTEUR

  • 48 Entretien avec Christophe Mileschi.

Mal payer le traducteur, c’est évidemment considérer que son rôle est annexe, c’est ne pas mesurer que l’acte de traduction est un acte de création et d’écriture, c’est un acte de transposition, de réécriture, c’est ne pas connaître la traduction ou ne pas vouloir la reconnaître et puis c’est mal traiter le texte de départ aussi. Si on aime le texte et qu’on a envie qu’il paraisse, alors là il faut le traiter le mieux possible, en prenant un traducteur à qui on donne les meilleurs moyens possibles pour faire le meilleur boulot possible.48

29Dans son étude, Pierre Assouline a très bien montré à quel point le CNL travaillait à la reconnaissance professionnelle des traducteurs littéraires. Si, en 2010, près des trois quarts des membres de la Commission étaient aussi des universitaires, ils se définissaient avant tout, collectivement, comme traducteurs. La reconnaissance du statut d’auteur et la lutte pour une hausse des tarifs, surtout auprès des « gros éditeurs », sont des enjeux qu’ils partagent. L’idée selon laquelle la juste rétribution est la condition de base pour obtenir des traductions de qualité a d’ailleurs été rappelée en plusieurs occasions lors de la Commission à laquelle on a assisté, de la part des membres, du président et de la Secrétaire générale. En 2010, le pourcentage des coûts de traduction pris en charge par la subvention était majoré (de 50 à 60 %) si l’éditeur rétribuait le traducteur au-delà d’un seuil jugé acceptable et en 2015, le seuil de rémunération, pour que la demande soit recevable, était de 21 euros le feuillet.

  • 49 Kalinowski (Isabelle), « La vocation au travail de traduction », Actes de la recherche en sciences (...)
  • 50 Kalinowski (Isabelle), « La vocation… » p. 49.

30La perception de la valeur du travail de traduction émanant des membres de la Commission et de l’institution dans son ensemble est donc très différente de celle qui ressort de l’étude de Kalinowski49, où les traducteurs interviewés acceptaient des conditions de travail précaires – et qui seraient vécues négativement dans d’autres professions – en y voyant une forme d’ascèse, un « signe d’élection » 50, une preuve ultime que ce travail relève de la « vocation » et du domaine des arts. Loin de se prendre pour leur patron, St Jérôme, les membres de la Commission, par le biais de l’institution, insistent au contraire sur la valeur à la fois symbolique et financière de la traduction. Autrement dit, l’institution leur offre l’occasion de véhiculer un message et des exigences qu’un traducteur individuel (de par sa position dans la chaine éditoriale) pourrait beaucoup plus difficilement faire passer. Il est intéressant de constater que sur cet enjeu précis l’opposition qui est au fondement du champ – soit l’incompatibilité entre valeurs artistique et économique (à court terme), le détachement ou « l’intérêt au désintéressement » pour reprendre les termes de Bourdieu – est en quelque sorte suspendue.

31Une autre valeur se dégageant des notes critiques et des travaux de la Commission est l’idée que la traduction est un savoir-faire qui s’acquiert avec le temps, par la pratique et la patine. Cette valeur, qui coïncide cette fois avec la logique du champ, plus spécifiquement de la sphère restreinte dans son rapport au temps, permet de résoudre en partie l’apparent paradoxe relevé plus haut. L’apprentissage est nécessaire et l’on peut donc distinguer, d’une part, les maitres des novices et, de l’autre, les amateurs des professionnels. La première opposition entre les traducteurs d’expérience et les nouveaux entrants apparait dans plusieurs notes qui, lorsque le traducteur est qualifié de « jeune » ou « peu expérimenté », prennent des allures plus didactiques, où l’on rappelle le B-A.BA du métier, avec bienveillance. Les experts se révèlent en revanche souvent plus durs envers les collègues comparatistes qui « s’improvisent » traducteurs ou qui sont des traducteurs très occasionnels. Les notes les plus critiques du corpus étudié sont celles rédigées à l’attention de ces confrères. Si, comme le soutenait Kalinowsli, la pratique de la traduction est peu valorisée dans le milieu universitaire, on pourrait voir dans ces jugements sévères portés par les membres de la Commission – composée à 75% d’universitaires-traducteurs-experts – sur des universitaires-traducteurs-amateurs, une douce revanche, sur le terrain de la traduction, des premiers sur les seconds. Autrement dit, les luttes au sein du champ universitaire se déplaceraient sur celui de la traduction. Bien sûr, cette dynamique pourrait toutefois changer si la proportion d’universitaires au sein de la Commission venait à diminuer, ce qui semble être le cas en 2015.

L’ÉTHIQUE DE LA TRADUCTION

  • 51 Folkart (Barbara), Le conflit des énonciations: traduction et discours rapporté. Montréal, Les Édit (...)
  • 52 Assouline (Pierre), La condition du traducteur…, p. 45.
  • 53 Kalinowski (Isabelle), « La vocation… » p. 51.

32Bien que les experts et membres de la Commission littératures étrangères se définissent avant tout comme des traducteurs et ont à cœur la reconnaissance de la profession, il semble que les éditeurs les perçoivent plutôt comme des universitaires qui privilégient des traductions sourcières et qui raffolent des notes de bas de page, glossaires, introductions, autant d’éléments où foisonnent les « indices de réénonciation » ou, pour reprendre l’expression de Barbara Folkart, la traduction « se désigne du doigt »51. À cet égard, Assouline mentionne lui aussi que « la commission serait réputée préférer la littéralité », mais il estime que ce jugement est « abusif comme tout jugement global »52. L’échantillon analysé ici invite à nuancer tant le point de vue des éditeurs que celui défendu par Assouline. De prime abord, l’hypothèse selon laquelle la Commission privilégierait la littéralité est séduisante et plausible: cette commission, du moins jusqu’à récemment, était essentiellement composée d’universitaires dont les manières de traduire seraient, selon l’étude de Kalinowski, « entachées de “quelque chose de scolaire” », du moins aux yeux des traducteurs « à temps plein » (c’est-à-dire non-universitaires) qui revendiqueraient, contre l’« académisme » des premiers, une plus grande liberté créatrice53. On peut se demander cependant à quel point cette opposition émane de la praxis ou si elle ne relève pas plutôt du discours que les traducteurs portent sur leur travail et surtout sur celui de leurs confrères.

33Un trait ressort clairement des notes étudiées: l’expert est de nature curieuse et semble affectionner les éléments paratextuels où se met en scène le travail d’édition, d’écriture, de traduction, de transfert culturel. Des 56 notes rédigées par des lecteurs différents, 20 se prononcent sur le paratexte, ce qui dénote un certain intérêt dans la mesure où cette dimension de l’analyse n’est pas mentionnée explicitement dans les consignes. Lorsque le projet consiste en une anthologie, une retraduction, ou lorsque l’ouvrage relève d’un genre autre que la fiction (essai, récit de voyage, correspondance, etc.) l’expert s’attend à ce que l’éditeur et le traducteur énoncent leurs intentions dans une introduction. Quant aux notes (de bas de page, d’introduction, de fin d’ouvrage), elles semblent prisées dans les projets de type patrimonial ou les genres autres que le roman qui peuvent supposer un travail d’édition plus poussé. Par contre, dans les cas plus courants, comme la première traduction d’un roman contemporain, les avis sont plus partagés. La question du paratexte est alors abordée plus rarement et concerne toujours le transfert des éléments culturels. Il est difficile de relever une tendance puisque, des quelques évaluations concernées (5 sur 33), émergent des avis divergents: trois lecteurs suggérant l’ajout de notes et deux déplorant une accumulation « de notes encyclopédiques » ou la présence « d’un appareil de notes pléthorique qui transforment le roman en ouvrage d’ethnographie universitaire ». Or la traduction ethnographique ne semble pas avoir la cote au sein de la Commission.

  • 54 Berman (Antoine), L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984; La traduction et la lettre ou l’ (...)
  • 55 « On peut quand même se mettre d’accord entre gens de bonne volonté qui pratiquent la traduction. O (...)
  • 56 Par exemple, aux antipodes de l’éthique bermanienne, une des notes reproche le fait qu’un traducteu (...)

34Au-delà du paratexte, quelle éthique de la traduction les experts valorisent-ils? Et à quel point cette éthique rejoint-elle celle défendue par Antoine Berman54? Si le nom du traducteur et traductologue français n’est pas évoqué dans les notes étudiées, quelques concepts et aspects de son analytique de la traduction ressortent bien de temps à autre: l’importance de s’approcher autant que possible de l’univers de l’auteur, de ne pas prendre à la légère les termes ayant une portée culturelle, de ne pas contourner les difficultés, d’éviter la rationalisation et la standardisation, de respecter l’ordre du discours, le découpage des phrases, la ponctuation, bref le souci de ne pas s’éloigner, sans raison, du phrasé original. Le non respect des systématismes lexicaux est critiqué dans une seule note. C’est sur la question des variations de registres, des dialectes et sociolectes littéraires que le recoupement, quoique toujours implicite, est le plus fort. S’il est un point sur lequel tout le monde s’entend au sein de la Commission, c’est qu’une bonne traduction doit respecter le registre de langue dans lequel est écrit l’original – ni embellir ni vulgariser – et ne doit pas gommer les variations ou diversités de styles lorsqu’elles se présentent. Quant à savoir comment rendre cette variation, la question fait l’objet de débats55. Mais là s’arrêtent les recoupements. Notons que le concept de littéralité ou de traduction littérale n’apparaît qu’à trois reprises (chez deux experts différents). À ces rares occasions, il est utilisé comme adjectif et toujours précédé du même adverbe: « traduction trop littérale ». On est donc loin de l’acception noble que Berman avait donné à cette notion, l’idée d’une traduction procédant d’un travail sur la lettre. Ici, la traduction littérale dénote une traduction servile, et des stratégies que d’aucuns pourraient interpréter comme des partis pris littéralistes sont souvent perçues comme des maladresses56.

  • 57 Entretien avec Christophe Mileschi.

35L’idée selon laquelle la Commission privilégierait la littéralité tient sans doute moins à l’influence d’un Berman qu’au fait que les experts valorisent la précision sémantique, le mot juste. Ils sont à l’affût des faux sens, glissements et approximations en tout genre. On peut se demander si cette recherche du mot juste n’est pas d’autant importante que l’appréciation de la qualité de l’œuvre originale, premier volet de la tâche de l’expert, repose, elle, sur des critères beaucoup plus subjectifs et intangibles. On peut en revanche s’entendre « sur le fait que si la personne ne comprend pas ce qu’elle traduit, c’est une mauvaise traduction »57. Ainsi, le traducteur doit savoir, par exemple, que le collegio italien n’est pas un collège français, que to kill ne signifie pas assommer, que conserver son calme ne dit pas tout à fait la même chose que to pretend to be quite calm, etc. L’observation en Commission a également suggéré que celle-ci distinguait clairement la traduction de l’adaptation, le traducteur n’étant pas censé supprimer des syntagmes, en rajouter ou réinterpréter le texte. Si la précision est à ce point valorisée, c’est vraisemblablement moins par adhésion à une éthique de la littéralité mais plutôt comme reflet d’un travail soigné, peaufiné, affranchi de cette précipitation qui, encore une fois, dans l’illusio du champ, est contraire à ce qui fait la vraie littérature. De même, les fautes (d’accord, de syntaxe ou d’orthographe), que les experts ne manquent pas de relever, constituent des éléments tangibles que personne ne remettra en question et, en ce sens, elles sont rédhibitoires. Les régionalismes pourraient offrir un terrain de discussion intéressant, si la Commission était représentative de la diversité linguistique au sein de la francophonie, ce qui n’est cependant pas le cas. Ces régionalismes courent donc plutôt le risque de passer pour des fautes, ou pour un manque d’idiomaticité, ce qui nous amène au dernier point.

  • 58 Les énoncés entre guillemets et en italiques sont tirés des notes de lecture.
  • 59 Venuti (Lawrence), The Translator’s Invisibility: A History of Translation, London & New York, Rout (...)

36Parallèlement à ce souci de précision, ce qui ressort le plus de l’ensemble des notes, c’est la valorisation unanime de la « fluidité » et tout ce qui s’en rapproche: « légèreté », « limpidité », « lisibilité », « aisance », « élégance », « agilité », « subtilité ». À l’opposé de cet idéal croupissent les traductions « lourdes » (dix occurrences), « maladroites », « timides », « fades » « sans envol », « hésitantes », « inélégantes » « indigestes », « qui collent comme une surcharge de sucre aux mots », qui « au lieu de courir allègrement, piétinent, suivant pesamment l’original », ces traductions laborieuses qui « sentent la sueur »58. La récurrence et la richesse des expressions renvoyant au champ sémantique de la légèreté et de l’élégance (et leur contraire) montrent l’importance de ce critère, éminemment subjectif, aux yeux des experts. Car c’est bien là que se trace la ligne de partage entre une traduction « correcte », (sans fautes, minutieuse, respectant les registres) et une « bonne traduction »… soit une traduction qui en outre célèbrera le plaisir du texte, tout en faisant oublier son étrangeté. Ce dernier point – mais le plus marquant du corpus – montre à quel point la Commission défend finalement une éthique de traduction assez différente de celle qu’a pu promouvoir Berman, et en tous points contraire à celle que défend depuis plusieurs années le traducteur et traductologue italo-américain Lawrence Venuti59.

« CE QUE “TRADUIRE POUR LE CNL” VEUT DIRE »

  • 60 Entretien avec Lydia Chaize.

Hier par exemple, j’ai prévenu une éditrice. Elle avait un refus, un accord et un ajournement. Elle m’appelle tout de suite et me dit: « Je ne comprends pas l’ajournement. » Alors je lui explique. [… Elle dit:] « Pour l’ajournement, je suis désolée mais, on ne le représentera pas, c’est notre décision, parce que pour nous c’est majeur qu’il sorte à tel moment et je ne bousculerai pas le calendrier ». Je dis: « Oui, mais alors, on joue le jeu jusqu’au bout, je vous envoie immédiatement la note de lecture pour que vous puissiez prendre connaissance des corrections, des observations, etc. » Donc, la connaissant, je sais qu’elle en tiendra compte.60

  • 61 Casanova (Pascale), La république mondiale… p. 249. D’après l’auteure, le déclin semble s’être amor (...)

37Le programme d’aide à l’intraduction est né à la fin des années quatre-vingt au moment où explosait le marché mondial de la traduction, où se confirmait la suprématie anglo-saxonne sur ce marché et où Paris voyait son titre de « capitale autonome de la production littéraire autonome » mis en cause61. Si le programme contribue à la diversification des langues d’origine au pôle de diffusion restreinte et, à plus grande échelle, à l’unification du champ littéraire mondial, il offre également une façon, pour la capitale, de rappeler sa puissance littéraire et de maintenir son rôle de consacrant dans la « République mondiale des lettres ». Une trentaine d’années plus tard, il est toujours en vigueur. Son poids relatif au sein de l’institution a récemment diminué (la priorité semblant s’être déplacée vers un autre enjeu: la politique de numérisation), mais le budget et le volume des demandes restent stables. Entre-temps, nombre de voix se sont élevées, dénonçant l’emprise croissante de la logique commerciale au sein du champ littéraire et la menace qu’elle exerce sur ce pôle autonome. Dans la foulée, d’autres programmes encourageant la traduction de littératures de qualité ont vu le jour aux États-Unis et en Grande Bretagne. Ceci suggère que les producteurs de la valeur dans la sphère restreinte, en France et au-delà, sont actifs et n’ont pas dit leur dernier mot.

38En revanche, l’étude montre que ces tensions affectant le champ littéraire dans son ensemble donnent lieu à des prises de position différenciées au sein de cette sphère autonome. Celles-ci se manifestent d’abord entre l’institution et ses partenaires, notamment dans le rapport au temps, élément constitutif du champ littéraire. Elles s’expriment dans un décalage de plus en plus visible entre le rythme de travail de l’institution et celui des éditeurs. L’un de ces éditeurs (ayant souvent bénéficié du soutien du CNL) explique la difficulté de coordonner ces différents temps:

  • 62 Entretien réalisé avec un des éditeurs ayant participé à l’étude mentionnée à la note 7.

Vous signez des contrats assez tôt, ce qui fait qu'il y a des échéances qui commencent à courir. Et vous êtes obligé de demander au traducteur de travailler assez tôt aussi, pour pouvoir donner cet échantillon [au CNL]. Donc là, il y a une influence très très directe sur notre manière de travailler. [Et puis] on est obligés de tenir compte du calendrier contractuel, c'est-à-dire que quand je contracte avec un éditeur étranger, j'ai un certain temps pour publier le livre, c'est-à-dire que je peux pas le publier au bout de dix ans. En général, c'est assez court, même, c'est parfois dix-huit mois, ce qui n’est pas beaucoup, dix-huit mois ou vingt-quatre mois. Donc je suis obligé quand même de lancer la traduction assez vite, et je suis également pris contractuellement par le fait que je m'engage auprès du traducteur à faire paraître le livre au bout d'un certain temps. C'est pas si facile que ça de faire coordonner tous les calendriers. Les dossiers qui seront déposés le 10 janvier [au CNL], je pense qu’il n'y aura pas de réponse avant avril, fin mars, début avril, peut-être même plus tard. C'est long. C'est long, et attention, ça c'est la décision. Maintenant ils la donnent par téléphone. Mais la donner par téléphone, vous avez la réponse de principe, vous attendez la réponse officielle qui peut traîner encore pas mal de temps. Quand je dis pas mal de temps, c'est plusieurs semaines. Ensuite, vous attendez le contrat, qui peut encore traîner. Vous attendez après le retour du contrat et vous attendez le premier versement, puisqu'on vous verse que cinquante pour cent de la somme globale, le cinquante autre pour cent étant accordé à parution. Non, c'est un calendrier très long, très chewing-gum, qui s'étire, assez compliqué à gérer.62

  • 63 Les programmes d’aide à l’intraduction qui ont été mise sur pied dans le monde anglo-saxon semblent (...)

39Ces tensions se dessinent aussi au sein même de l’institution, entre les tenants d’une politique dépolitisée toujours guidée par le seul critère de la qualité littéraire et ceux qui, sans remettre en question le critère de la qualité littéraire, estiment que le programme devrait aussi être au service d’une redistribution en faveur des moins nantis. Les premiers incarnent la tradition, le principe fondateur de l’art pour l’art, tandis que les seconds réinterprètent ce principe en termes plus politiques, disons en termes de biblio-diversité. La coexistence de ces deux positions explique en partie le fait que l’hétérogénéité des notes de lecture (inévitable lorsque les directives sont assez générales et que l’évaluateur peut laisser libre cours à sa subjectivité) commence à être perçue comme un problème, mais que l’idée de standardiser ou de formaliser ces évaluations soit reçue avec réserve63; elle explique aussi le fait que l’institution oscille entre, d’une part, une attitude de dialogue (se positionnant en partenaire, encourageant les projets originaux et prenant part au processus) et, d’autre part, une logique de repli et une posture d’autorité lorsque les règles du jeu sont parfois contestées.

  • 64 En contrepartie, le fait que les mandats ne soient pas renouvelables favorise une certaine ouvertur (...)
  • 65 Notons que les bilans d’activités du CNL donnent des chiffres précis sur le nombre d’aides accordée (...)

40Si l’importance du programme de même que la compétence et l’engagement de ceux qui évaluent les demandes sont indiscutables, le principe de cooptation (où les sortants nomment les nouveaux qui font appel aux anciens64) et les modalités de traitement des dossiers (surtout l’hétérogénéité des expertises et le fait que les critères qui s’ajoutent en Commission – tels que la diversité des langues de départ ou la contribution du projet aux Belles étrangères – ne soient pas énoncés comme tels) peuvent contribuer à donner l’impression d’une frontière, invisible mais ressentie, entre les élus et les recalés, entre ceux qui font partie du cercle et ceux qui en sont exclus. Ainsi, le fait qu’il n’y ait pas plus de demandes déposées65 serait non seulement un indice de la marchandisation croissante de la littérature, mais aussi un effet de l’institution, laquelle, tout en servant un projet collectif qui la dépasse, est aussi tournée sur elle-même, occupée à sa reproduction.

  • 66 Par exemple, le CNL tient à s’assurer que les œuvres sont bien traduites à partir de la langue orig (...)
  • 67 Voir Buzelin (Hélène), « Independent Publisher in the Networks of Translation », TTR 19:1, 2006, p. (...)
  • 68 Voir Venuti (Lawrence), The Translator’s Invisibility…

41Par le biais de ce programme, le CNL exerce une véritable politique (publique) de traduction. Son influence sur le processus d’édition et les pratiques de traduction dans la sphère restreinte peut sembler limitée en termes quantitatifs, puisque l’étude révèle que les expertises ne sont transmises qu’en cas d’ajournement et que, d’après l’échantillon étudié, dans 30 à 40 % de ces cas, les éditeurs ne retentent pas leur chance. Or parmi ces derniers, combien accepteront, comme cette éditrice mentionnée par Lydia Chaize, de jouer le jeu jusqu’au bout, de tenir compte des recommandations sans toucher la subvention? Sur le plan qualitatif, l’influence est plus évidente. Au-delà des questions de rythme de travail, les exigences du programme, si elles en découragent plusieurs, invitent sans aucun doute les demandeurs à peaufiner leurs projets, à préciser leurs intentions, à ne pas tourner les coins ronds66. Sensibilisant les éditeurs à la valeur du travail des traducteurs littéraires, le programme peut aussi favoriser un rééquilibrage des rapports de force entre les premiers et les seconds, dans une certaine mesure. Car dans ses interventions, l’institution se fait aussi prescriptrice d’une conception bien particulière, socialement, régionalement et historiquement ancrée, de la « bonne » traduction, conception qui s’érige en norme. L’étude des notes d’experts porte à croire que cette norme, guidée par le souci du mot juste en tant que signe tangible d’une traduction non précipitée et digne de ce nom, une valeur rare, et donc une distinction, à l’heure où les traducteurs littéraires se voient imposés des échéances de plus en plus serrées67, s’inscrit aussi dans la longue tradition de la traduction fluide et élégante. Ironie du sort, c’est en partie dans cette tradition que certains traductologues68 ont cru déceler l’idéologie à l’origine de la marginalisation de la pratique de la traduction et du statut de traducteurs.

Haut de page

Bibliographie

Assouline (Pierre), La condition du traducteur. Paris, Centre national du livre, 2011.

Berman (Antoine), Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

_____ La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Paris, Le Seuil, [1985] 1999.

_____ « La traduction comme épreuve de l’étranger » Texte 4, 1985, p. 67-81.

_____ L’épreuve de l’étranger: culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art: Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Le Seuil, collection « points », 1992.

_____ « Le champ littéraire » Actes de la recherche en sciences sociales 89, 1991, p. 3-46.

Buzelin (Hélène), « Translations in the Making » dans Constructing a sociology of translation dir. par Alexandra Fukari et Michaela Wolf, Philadelphia/Amsterdam, John Benjamins, 2007, p. 135-169.

_____ « Independent Publisher in the Networks of Translation », TTR 19:1, 2006, p. 135-173.

Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres. Paris, Le Seuil, collection « points », [1999]2008.

_____ « Consécration et accumulation de capital littéraire. » Actes de la recherche en sciences sociales 144, 2002, p. 7-20.

Centre national du livre. « Entretien avec Christian Bourgois » publié dans htpp://www.centrenationaldulivre.fr/?Centre-national-du-livre-1946-2006. Consulté le 24 mai 2010.

Folkart (Barbara), Le conflit des énonciations: traduction et discours rapporté. Montréal, Les Éditions Balzac, 1991.

Kalinowski (Isabelle), « La vocation au travail de traduction », Actes de la recherche en sciences sociales 144, 2002, p. 47-54.

Lane-Mercier (Gillian), « Translating the Untranslatable: The Translator’s Aesthetic, Ideological and political responsibility » Target 9:1, 1997, p. 43–68.

Mossop (Brian) « Translating institutions: a missing factor in translation theory. » TTR 1:2, 1998, p. 65-71.

Sapiro (Gisèle) (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Paris, CNRS, 2008.

Venuti (Lawrence), The Scandals of Translation. Towards an Ethics of Difference, London & New York, Routledge, 1998.

_____ The Translator’s Invisibility: A History of Translation, London & New York, Routledge, 1995.

Haut de page

Notes

1  <www.centrenationaldulivre.fr/editeur/aide_a_la_traduction/aide_pour_la_traduction_en_francais_d_ouvrages_etrangers/>, consulté le 10 juin 2015.

La présente étude n’aurait pas été possible sans l’accord du CNL et la participation de plusieurs employés du Bureau de l’édition. Je tiens à remercier en priorité Lydia Chaize et Marie-Joseph Delteil qui ont généreusement donné de leur temps et rendu possible l’étude des archives (en compilant 69 expertises relatives à 43 dossiers). Je remercie aussi les membres de la Commission littératures étrangères qui ont participé à l’étude en 2010, en particulier son président de l’époque, Christophe Mileschi, de leur accueil chaleureux et de leur disponibilité.

2 Sapiro (Gisèle) (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS, 2008, p. 80. Voir également Centre National du Livre. « Entretien avec Christian Bourgois » publié dans htpp://www.centrenationaldulivre.fr/?Centre-national-du-livre-1946-2006. Consulté le 24 mai 2010.

3 Les données sont tirées des rapports d’activités annuels du CNL. Elles correspondent à la moyenne des quatre dernières années disponibles, de 2010 à 2013. (www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/rapports_d_activites).

4 Sapiro(Gisèle), (dir.), Translatio… p. 80.

5 En plus du site du CNL qui offre des informations détaillées sur le programme ainsi que des bilans annuels d’activité, voir Assouline (Pierre), La condition du traducteur, Paris, Centre national du livre, 2011 et le chapitre trois de Sapiro (Gisèle), (dir.), Translatio…

6 Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, collection « points », ([1999]2008), p. 249.

7 Traductologie in the making: étude ethnographique du processus de traduction en contexte editorial. Recherche subventionée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Subvention de recherche n°410-2004-2216. Voir Buzelin (Hélène), « Translations in the Making » dans Constructing a sociology of translation, dirigé par Alexandra Fukari et Michaela Wolf, Philadelphia/Amsterdam, John Benjamins, p. 135-169.

8 Mossop (Brian), « Translating Institutions: a Missing factor in Translation Theory. » TTR 1:2, 1988, p. 65-71.

9 Les 40 % restant se répartissent entre neuf autres commissions.

10 Assouline (Pierre), La condition… p. 45.

11 La littéralité ou lettre du texte désigne ses éléments rythmiques, poétiques et « charnels ». Inspirée de la pensée traductologique de Henri Meschonnic et de Walter Benjamin, l’éthique développée par Berman refuse le paradigme de la traduction comme processus de communication et préconise la traduction de la lettre plutôt que celle du sens. « La visée éthique du traduire, justement parce qu’elle se propose d’accueillir de l’Étranger dans sa corporéité charnelle, ne peut que s’attacher à la lettre de l’œuvre. Si la forme de la visée est la fidélité, il faut dire qu’il n’y a de fidélité – dans tous les domaines – qu’à la lettre. Être « fidèle » à un contrat signifie respecter les stipulations, non l’« esprit » du contrat. […] Fidélité et exactitude se rapportent à la littéralité charnelle du texte. En tant que visée éthique, la fin de la traduction est d’accueillir dans la langue maternelle cette littéralité. Car c’est en elle que l'œuvre déploie sa parlance, sa Sprachichkeit et accomplit sa manifestation du monde ». Berman (Antoine), La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Paris, Le Seuil, ([1985] 1999, p. 77-78).

12 Trois personnes ont été interviewées: Lydia Chaize (responsable de la Commission littératures étrangères) le 8 avril et le 7 juin 2010, Marie-Joseph Delteil (chef du bureau de l’édition littéraire) le 7 juin 2010 et Christophe Mileschi (qui présidait la Commission littératures étrangères) le 28 juin 2010.

13 Le corpus se divise comme suit: 16 dossiers ajournés (sur 121 demandes) à la session de mars, 13 ajournés (sur 105 demandes) à la session de juillet et 14 (sur 124 demandes) à la session de octobre. Sur ces 43 dossiers, 12 ont été réévalués par un autre expert et 14 ont été expertisés une seconde fois par la même personne à la session suivante.

14 Dans le cadre de ce programme, contrairement à celui offrant des « crédits de traduction », c’est l’éditeur qui dépose la demande de subvention et le CNL n’a aucun contact direct avec le traducteur. La communication entre ce dernier et l’expert chargé d’évaluer son travail est donc filtrée à deux reprises: tout d’abord par la commission qui décide quels extraits de la note seront communiqués à l’éditeur, puis par l’éditeur qui transmettra – ou non – ces extraits à son traducteur.

15 Entretien avec Christophe Mileschi, Président de la Commission littératures étrangères en 2010.

16 Bourdieu, (Pierre), « Le champ littéraire » Actes de la recherche en sciences sociales, 89, 1991, p. 3-46. Les règles de l’art: Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, collection « points », 1992.

17 Casanova (Pascale), « Consécration et accumulation de capital littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales 144, 2002, p. 7-20. La république mondiale…

18 Sapiro (Gisèle) (dir.), Translatio… p. 179.

19 « Ce n’est pas la rédaction d’une page qui demande beaucoup de temps, c’est toute l’élaboration, la lecture, etc. Et au fil du temps continuer à faire des expertises pour le CNL, c’est pour les gens que ce travail intellectuellement intéresse qui se sentent impliqués dans un vrai ensemble et une vraie dynamique en faveur de l’édition et de la littérature. » Entretien avec Lydia Chaize.

20 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art… p. 140.

21 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art… p. 376.

22 Les termes en italiques sont tirés des entretiens et des notes de lecture.

23 Entretien avec Christophe Mileschi.

24 Entretien avec Christophe Mileschi.

25 Entretien avec Christophe Mileschi.

26 Entretien avec Lydia Chaize.

27 Le service financier du CNL prend la température financière des éditeurs en permanence, en faisant preuve de vigilance contre les mauvais payeurs, ceux qui ont des dettes auprès du CNL ou qui sont au bord du gouffre.

28 La métaphore du « cercle » émane de membres de la Commission.

29 Institut national des langues et civilisations orientales.

30 Ces membres ont été recrutés dans différentes universités de France: Rouen, Montpellier (2), Lyon (3), Nancy, Sorbonne-Nouvelle, Artois, Strasbourg, Limoges, La Sorbonne, Cergy-Pontoise, INALCO (2)

31 Les données sur le nombre de titres traduits par les membres jusqu’en 2010 ont été collectées à partir du catalogue général de la Bibliothèque nationale de France. Seules les premières éditions d’une même traduction ont été prises en compte. Cette recension donne une idée approximative de l’activité de traduction des membres, mais elle ne prétend pas être exhaustive, puisqu’elle ne comptabilise pas les traductions non publiées ou diffusées sur d’autres supports que le livre, par exemple, dans des périodiques.

32 Les citations sont extraites du document intitulé « Notice au lecteur ».

33 Assouline (Pierre), La condition du traducteur…, p. 45.

34 Ces citations sont extraites de quinze des 69 expertises consultées.

35 Ces exemples sont des paraphrases de passages tirés de deux des notes étudiées.

36 Réaction de la Commission rapportée par Lydia Chaize en entretien.

37 Commentaire émis, sur le ton de la plaisanterie, par Lydia Chaize.

38 Entretien avec Christophe Mileschi.

39 Entretien avec Christophe Mileschi.

40 Entretien avec Christophe Mileschi.

41 Pour faciliter les délibérations, les membres ont instauré un système d’étoiles: « Trois étoiles, tout le monde est d’accord, c’est un ouvrage d’une grande qualité littéraire, très bien traduit, et dont la publication en français est un plus pour le lectorat français, pour les bibliothèques, les librairies, etc. Donc, il faut absolument l’aider. Deux étoiles, c’est quand même très bien, et si l’enveloppe budgétaire le permet, tous les « deux étoiles » peuvent être acceptés par le CNL. Ensuite il y a les « une étoile ». Une étoile, ce n’est pas que l’ouvrage est mauvais, ce n’est pas que la traduction soit si nulle que ça, sinon on demanderait l’ajournement, ou ce serait un refus, mais c’est moins prioritaire, parce que l’œuvre est moins indispensable, même à l’époque, quand ce sont des ouvrages anciens, il n’était pas primordial même à l’époque, il ne l’est pas devenu plus aujourd’hui, il a peu d’intérêt, même s’il est bien traduit, même s’il n’est pas totalement sans intérêt, on lui mettra une étoile. » (Entretien avec Lydia Chaize). Ce système n’existe que dans la Commission littératures étrangères. Bien que les étoiles soient attribuées en Commission elles apparaissent parfois sur les notes de lecture, détail qui contribue à distinguer encore une fois les rapports produits par les membres (actuels ou anciens) de celles qui émanent de collaborateurs beaucoup plus occasionnels.

42 Les énoncés en italiques et entre guillemets sont tirés des notes prises lors de l’observation.

43 Entretien avec Christophe Mileschi.

44 Sur les 43 dossiers ajournés, quatre avaient reçu une recommandation favorable et cinq une recommandation négative de la part de l’expert. Dans huit autres cas, l’expert n’avait pas émis d’avis et dans les 28 derniers il s’était prononcé (plus ou moins explicitement) en faveur d’un ajournement (ou avait émis un avis « favorable sous conditions », avis donnant souvent lieu à un ajournement). Ces données suggèrent que la Commission suit en général l’avis des experts (75 % des cas), mais qu’il n’est pas rare non plus qu’elle aille contre (25 %).

45 Entretien avec Lydia Chaize.

46 Alors que les subventions à la traduction sont demandées par les éditeurs, les crédits de traduction sont des dossiers montés par les traducteurs eux-mêmes et portent sur des projets de traduction posant des difficultés spécifiques. Les décisions et montants relatifs aux crédits sont transmis aux traducteurs. Un même projet peut faire l’objet d’une demande de subvention (de la part de l’éditeur) et une demande de crédits (par le traducteur).

47 En entretien, à propos de ce point, le président a ajouté que personne au sein de la Commission ne souhaiterait qu’une telle directive soit également appliquée aux subventions à la traduction.

48 Entretien avec Christophe Mileschi.

49 Kalinowski (Isabelle), « La vocation au travail de traduction », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, 2002, p. 47-54.

50 Kalinowski (Isabelle), « La vocation… » p. 49.

51 Folkart (Barbara), Le conflit des énonciations: traduction et discours rapporté. Montréal, Les Éditions Balzac, 1991, p. 196. Cette perception était ressortie des entretiens réalisés avec plusieurs éditeurs et traducteurs littéraires dans le cadre de l’étude mentionnée à la note 7.

52 Assouline (Pierre), La condition du traducteur…, p. 45.

53 Kalinowski (Isabelle), « La vocation… » p. 51.

54 Berman (Antoine), L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984; La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Paris: Le Seuil, ([1985] 1999); Pour une critique des traductions: John Donne, Paris, Gallimard.

55 « On peut quand même se mettre d’accord entre gens de bonne volonté qui pratiquent la traduction. On peut établir des critères et d’ailleurs on peut ne pas être d’accord sur la manière de les remplir. La dernière fois on a eu cette discussion dont il a été un peu question […] Comment traduire les dialectes, par exemple. On a vu ça quand même sur un recueil de poèmes où il y a à la fois du chinois, du japonais, du coréen entremêlés et où la traduction aplatit tout sur un registre linguistique unique. Donc là, on est d’accord pour dire, en général, les gens qui sont là en tout cas qui sont des traducteurs assez chevronnés et qui essaient de porter un livre qu’ils aiment d’une langue à une autre en le mutilant le moins possible, on est d’accord pour dire que s’il y a trois registres linguistiques dans l’original, on ne va pas tout aplatir sur un registre. Mais il y a des traducteurs qui sont sur des positions un peu différentes, qui pensent, par exemple qu’on ne peut pas rendre les dialectes par un patois français parce qu’il y a des tas de problèmes qui se posent. Ce n’est pas la même réalité sociologique, anthropologique, en Italie et en France ou dans un autre pays et en France. Il y a des gens qui disent qu’il faut inventer une langue; il y a des gens qui disent qu’il faut utiliser l’argot. C’est pas facile de se mettre d’accord. » Entretien avec Christophe Mileschi. Notons que si Berman insistait, lui aussi, sur la nécessité de rendre les variétés de registres et les sociolectes romanesques, il se montrait par contre, comme la majorité des traductologues, beaucoup plus pessimiste sur la possibilité de bien le faire (voir Lane-Mercier (Gillian), « Translating the Untranslatable: The Translator’s Aesthetic, Ideological and political responsibility » Target 9:1, 1997, p. 43–68).

56 Par exemple, aux antipodes de l’éthique bermanienne, une des notes reproche le fait qu’un traducteur ait traduit littéralement des métaphores issues du monde animal et propose de rendre to have butterfly in her belly par avoir les genoux qui tremblent plutôt que par avoir des papillons dans le ventre, cette deuxième proposition étant celle qu’avait retenu le traducteur.

57 Entretien avec Christophe Mileschi.

58 Les énoncés entre guillemets et en italiques sont tirés des notes de lecture.

59 Venuti (Lawrence), The Translator’s Invisibility: A History of Translation, London & New York, Routledge, 1995; The Scandals of Translation. Towards an Ethics of Difference, London & New York, Routledge, 1998.

60 Entretien avec Lydia Chaize.

61 Casanova (Pascale), La république mondiale… p. 249. D’après l’auteure, le déclin semble s’être amorcé dès les années soixante.

62 Entretien réalisé avec un des éditeurs ayant participé à l’étude mentionnée à la note 7.

63 Les programmes d’aide à l’intraduction qui ont été mise sur pied dans le monde anglo-saxon semblent se rapprocher de la seconde position. Dans le cas de Pen Translates, par exemple, les évaluateurs sont invités à se prononcer sur la « qualité littéraire », les « forces du projet éditorial » et « la contribution de ce projet à la diversité littéraire ». Ces trois critères sont d’ailleurs pondérés, comptant pour 40 %, 30 % et 30 %. On a vu que dans le cas du CNL, la diversité ne constituait pas un critère explicite, elle n’est pas évoquée dans l’énoncé du programme, ni dans la « notice au lecteur », elle est donc rarement évoquée dans les expertises, mais elle est prise en compte en commission, notamment en ce qui a trait à la diversité des langues de départ.

64 En contrepartie, le fait que les mandats ne soient pas renouvelables favorise une certaine ouverture.

65 Notons que les bilans d’activités du CNL donnent des chiffres précis sur le nombre d’aides accordées, mais ne nous renseignent pas sur le nombre de dossiers reçus. Cela dit, comme le taux de financement semble stable (environ 60 à 65%) et que le nombre d’aides délivrées l’est aussi, on peut supposer que le nombre de demandes déposées l’est également. Cet aspect mériterait toutefois de faire l’objet d’une étude quantitative plus précise.

66 Par exemple, le CNL tient à s’assurer que les œuvres sont bien traduites à partir de la langue originale affichée et que les traducteurs et éditeurs ne travaillent pas, en pratique, avec des traductions intermédiaires dans des langues internationales. Par exemple, dans une des notes de lecture consultées, l’expert notait qu’une traduction, officiellement du chinois, semblait très inspirée d’une version anglaise de l’ouvrage. Par ailleurs, les éditeurs ayant participé à la recherche mentionnée à la note 7 qui ont bénéficié du soutien du CNL insistaient sur la nécessité de bien « ficeler » les dossiers soumis à cette institution.

67 Voir Buzelin (Hélène), « Independent Publisher in the Networks of Translation », TTR 19:1, 2006, p. 135-173.

68 Voir Venuti (Lawrence), The Translator’s Invisibility…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Buzelin, « Traduire pour le Centre national du livre », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/6095

Haut de page

Auteur

Hélène Buzelin

Université de Montréal

Haut de page