Navigation – Plan du site

Compte-rendu de Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge. Une anthologie

Textes rassemblés et introduits par Björn-Olav Dozo et François Provenzano, Lyon, ENS Editions, Coll. BI2S, 2014, 231p.
Anne-Frédérique Schläpfer

Texte intégral

1Alors que depuis une dizaine d’années de nombreux spécialistes des études littéraires et de l’histoire de la littérature interrogent la pertinence des grands récits nationaux et cherchent à les décloisonner en opérant un « tournant global », la publication d’Historiographie de la littérature belge. Une anthologie peut surprendre. Ses éditeurs, Björn-Olav Dozo et François Provenzano, proposent en effet un parcours en douze étapes dans l’archive historiographique belge, parcours constitué d’autant de programmes s’échelonnant sur près d’un siècle et demi (1870-2006). Une telle mise en série de textes considérés aujourd’hui comme des « classiques » du genre – ordonnée, qui plus est, dans une anthologie – pourrait s’avérer périlleuse et reconduire les apories et les poncifs tant décriés de l’histoire littéraire. Mais il n’en est rien. Car plutôt que de produire un inventaire complet et définitif des discours historiographiques sur la littérature belge, l’ouvrage a pour ambition de permettre au chercheur d’aujourd’hui de se positionner dans son champ disciplinaire et d’« évaluer le type de savoir qui est encore possible sur cette littérature » (p. 12). Ainsi, loin de se borner à mettre bout à bout une suite de textes disparates, Dozo et Provenzano engagent une réflexion bienvenue sur l’historiographie et posent les premiers jalons d’un programme de recherche.

Le cas belge : un lieu d’où renouveler l’historiographie de la littérature ?

2L’intérêt de cette anthologie et, surtout, de sa substantielle introduction, réside selon nous dans le point de vue doublement « décentré » qu’elle propose. Décentré, d’abord, car le cas belge constitue un lieu particulièrement pertinent d’où interroger le discours historiographique, en général. La diversité des échelles de contextualisation nécessaires à sa compréhension, qu’elles soient géographiques (faut-il le penser en termes d’échelle régionale, nationale, transnationale, européenne ou mondiale ?) ou linguistiques (la littérature belge est-elle francophone, flamande ou plurilingue ?) font de la « littérature belge » un objet à géométrie variable dont les contours changent en fonction des options théoriques adoptées par les historiens. Comme le notent les éditeurs, le corpus présenté dans ce volume a l’avantage de rendre saillante l’incessante oscillation théorique des historiens de la littérature dont les conceptions ont été tiraillées « entre plusieurs options géographiques, terminologiques, chronologiques et axiologiques » (p. 8). La compréhension d’ensemble proposée par Dozo et Provenzano éclaire d’une part les problèmes théoriques et méthodologiques rencontrés par les historiens de la littérature belge depuis plus d’un siècle, mais constitue également une réponse aux difficultés actuelles des études littéraires. Elle nous invite en effet à ouvrir une réflexion plus large sur la nécessaire innovation théorique qu’appellent les impasses des approches traditionnelles ; le pari des éditeurs consiste ainsi à fonder leur propre expérimentation théorique à l’intersection de l’histoire littéraire, du comparatisme et de la théorie. Et c’est en cela que le cas belge s’avère un lieu propice à la réflexion : il nous oblige à effectuer un véritable « pas de côté » et à considérer à nouveaux frais nos évidences critiques. Si le bénéfice d’une telle démarche touche en premier lieu le savoir sur l’historiographie belge, on aurait tort de n’y voir qu’une connaissance de niche. Sa généralisation à tout travail historiographique – touchant ou non à la francophonie – même s’il n’est que timidement esquissé par les éditeurs au détour d’une parenthèse, nous semble non seulement possible mais souhaitable.

3Le deuxième décentrement relève de la méthode élaborée dans l’introduction à cet ouvrage. Renonçant aux questionnements portant sur l’identité, la valeur ou la nature de la littérature belge, Dozo et Provenzano déplacent le débat sur les modalités d’écriture de l’histoire littéraire. Leur première opération relève de l’explicitation des critères de sélection des textes (donnés intégralement en respectant leur édition originale) et des « moments » retenus : il s’agit pour eux de faire voir la variété du discours historiographique belge sur le temps long, en favorisant une multiplicité de prises. Ainsi, favorisent-ils (i) les justifications et les plaidoyers plutôt que les sommes historiographiques ; (ii) les programmes ou protocoles, en portant une attention fine à leur diversité éditoriale ; (iii) la gamme variée de modalités d’actualisation de ces programmes, en sélectionnant aussi bien des entreprises collectives que des travaux d’érudition singulière et en panachant les programmes aux réalisations immédiates ou rétrospectives et, en dernier lieu, (iv) différentes définitions du littéraire (allant des Belles-Lettres à la métalittérature).

4Dans un deuxième temps, les éditeurs conjuguent une perspective méta-historiographique et une approche propre à l’analyse du discours afin de rendre intelligibles les seuils et transitions qui permettent de comprendre l’évolution des discours sur l’histoire de la littérature belge, de celui de Charles Potvin à la fin du xixe siècle aux propositions contemporaines. Ainsi, de l’unitarisme au multiculturalisme, Dozo et Provenzano présentent quatre phases qui correspondent, selon eux, à quatre modes d’expérimentation théorique : le mode historique (1870-1921) ; le mode linguistique (1938-1968) ; le mode sociologique (1980-1983) et le mode conceptuel (1994-2006). Ces modes identifieraient « un type de questionnement privilégié par l’historien de la littérature ou, si l’on veut, un type d’enjeu auquel il tente de répondre » (p. 28). Afin de mieux la visualiser et pour en saisir la valeur didactique et heuristique, les éditeurs schématisent leur proposition dans un tableau, tout en étant conscients du risque d’écrasement de l’épaisseur et de la variété du discours historiographique qu’encourt ce type d’entreprise. C’est donc une série de « dominantes » du discours sur l’histoire de la littérature belge qu’épinglent les éditeurs qui n’excluent d’ailleurs pas que d’autres discours aient été produits. L’analyse du discours et la rhétorique fournit quant à elle divers points d’entrée dans les textes du corpus. Dozo et Provenzano distinguent d’abord plusieurs variables rhétoriques qui participent de ce qu’ils nomment le « style » historiographique : (i) la périodisation, sur laquelle repose l’argumentation historienne et qui se trouve corrélée à la valeur que les historiens confèrent à la littérature ; (ii) les topoï mobilisés – et, notamment, celui de la « renaissance » ; (iii) la posture des historiens ; et finalement (iv) l’usage de métaphores. Afin de démontrer la prégnance de ces matrices métaphoriques dans l’historiographie et leur force heuristique, les éditeurs relèvent celles qui ont structuré les débats et les conceptions de la littérature belge. Ainsi en va-t-il de l’image d’« unité organique », dont les éditeurs proposent une analyse détaillée, et les métaphores de la « bâtardise », du « carrefour » ou de l’« exil ». Pour Dozo et Provenzano, le discours de l’histoire littéraire en Belgique « articule souvent un propos sur l’identité intrinsèque de son objet à un propos sur les relations que cet objet entretient avec son alentour » où l’axiologie peut tendre vers un pôle positif ou négatif ouvrant ainsi à une « combinatoire dialectique » (p. 27). Selon les éditeurs, le recours massif aux métaphores structurantes permettrait aux historiens de la « littérature belge » d’esquiver l’épineuse question de la définition de leur objet en en privilégiant une saisie visuelle, plus immédiate et plus diffuse.

Quelques pistes pour un nouveau questionnaire d’enquête

5La dimension programmatique du présent ouvrage se manifeste dans les nombreuses pistes esquissées par les éditeurs. L’anthologie rassemble les premiers matériaux de travail nécessaires à l’élaboration de recherches transversales. Nous aimerions, en guise de conclusion, revenir sur deux propositions laissées pour l’heure en suspens mais que l’on peut espérer voir développées dans des travaux ultérieurs. La première concerne les liens entre les protocoles historiographiques et les pratiques littéraires. Pour Dozo et Provenzano, « loin d’être détachés de la littérature proprement dite, les textes de cette anthologie proposent (…) des clés d’entrée inédites pour la lecture des œuvres, qu’elles invitent à historiciser autrement que par le seul ‘contexte’ » (p. 11). Si la littérature ou les corpus littéraires ne constituent pas l’objet principal des éditeurs dans ce volume, ces derniers considèrent toutefois que les programmes qu’ils étudient ont pu conditionner les pratiques d’écriture du fait, notamment, de la proximité des théoriciens et des écrivains dans le champ littéraire belge, voire de « l’hybridé des profils sociologiques ». Il pourrait également être intéressant de faire voir ce que ces différents modèles permettent ou ont permis de dire des textes ainsi que les prises possibles qu’ils fournissent à l’interprétation. Quels sont les corpus qu’ils font émerger ? Quelles sont les conceptions, les définitions de la littérature qu’ils impliquent ?

6La deuxième piste a trait à la production de la valeur dans le discours de l’histoire littéraire ; elle rejoint en cela une perspective plus sociologique. Pour Dozo et Provenzano, il s’agirait de comprendre comment un mode d’expérimentation induit une hiérarchisation ou une légitimation particulière de certains écrivains – mais on pourrait élargir l’enquête pour examiner la définition de la littérature privilégiée par un mode, ou les genres qu’il favorise.

7De par sa méthodologie plurielle qui croise histoire littéraire, sociologie de la littérature et analyse des discours, ce livre contribue à renouveler utilement la réflexion sur la théorie et les méthodes de l’historiographie littéraire et ouvre de fructueuses perspectives de recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Frédérique Schläpfer, « Compte-rendu de Dozo (Björn-Olav) et Provenzano (François), Historiographie de la littérature belge. Une anthologie », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6107

Haut de page

Auteur

Anne-Frédérique Schläpfer

Université de Genève

Haut de page