Navigation – Plan du site

Les libéraux belges dans l’opposition (1870-1878)

Crise d’un parti politique et sous-champ littéraire
Marianne Michaux

Texte intégral

  • 1 Aron (Paul), « Postface », Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française, Bruxelle (...)

1L’étude des rapports qui se nouent entre le politique et le littéraire est particulièrement féconde en Belgique en raison des interactions récurrentes et serrées entre ces deux univers, une constante de l’histoire culturelle1. Nous nous attacherons ici, plus spécifiquement, à la période 1870-1878 et à l’incidence d’un double conflit politique sur la littérature nationale belge : d’une part, le conflit idéologique entre catholiques et libéraux, donnant lieu en 1878 à la « première guerre scolaire », et, d’autre part, la crise au sein d’un Parti libéral plus que jamais déchiré, durant ces années, entre une aile doctrinaire (droite) et une aile progressiste (gauche).

Champ politique

  • 2 Jusqu’en 1885 et la création du Parti ouvrier belge, le système politique belge sera monopolisé par (...)
  • 3 L’opposition officiel/libre correspond grosso modo à l’opposition public/privé dans l’enseignement (...)

2En 1878, l’accession au pouvoir du Parti libéral après un intermède catholique de huit années va déclencher en Belgique une crise majeure : la première guerre scolaire2. Le nouveau ministre de l’Instruction publique, Pierre Van Humbeeck, s’attaque à la séparation entre l’Église et l’État, mettant à mal la loi Nothomb de 1842, loi de compromis entre catholiques et libéraux, qui plaçait l’enseignement primaire communal sous le contrôle moral de l’Église. Désormais, chaque commune devra créer une école laïque et neutre, les diplômes des instituteurs devant être délivrés par l’État. Les communes ne pourront plus subsidier l’enseignement libre3 et les cours de religion dans les écoles publiques devront se donner en dehors des heures de cours officielles.

  • 4 Schiffino (Nathalie), Crises politiques et démocratie en Belgique, Paris, L’Harmattan, 2003, p.82.
  • 5 Ibid., p. 80.
  • 6 Mabille (Xavier), Histoire politique de la Belgique. Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, (...)

3L’introduction de ce projet de loi, puis l’adoption de la loi Van Humbeeck en 1879 (« loi du malheur », comme l’appelle le camp adverse) vont susciter une intense controverse, où les forces en présence, recourant parfois à la violence physique4, vont s’affronter dans la presse et à coups de meetings, de manifestations, de pétitions, etc.5. En 1880, cette crise provoquera la rupture des relations diplomatiques entre la Belgique et le Vatican. Elle est l’aboutissement et la concrétisation d’une véritable guerre idéologique qui voit s’opposer, tout au long du XIXe siècle, mais plus spécialement à partir de son milieu, les forces catholiques et libérales. Celles-ci se déchirent sur toutes les questions mettant en jeu les relations entre l’Église et l’État : la période 1857-1870, durant laquelle les libéraux sont au pouvoir de façon ininterrompue, est particulièrement propice à ces conflits autour d’une série de lois qui tentent de restreindre l’influence de l’Église6.

  • 7 Witte (Els) et Craeybeckx (Jan), La Belgique politique de 1830 à nos jours. Les tensions d’une démo (...)
  • 8 Depuis les années 1840, une fraction croissante de l’intelligentsia et du clergé au Nord du royaume (...)
  • 9 Ibid., p. 77.
  • 10 Les électeurs capacitaires bénéficiaient du droit de vote en raison de diplômes ou de l’exercice de (...)
  • 11 Gubin (Éliane) et Nandrin (Jean-Pierre), La Belgique libérale et bourgeoise. Nouvelle histoire de B (...)

4Cette action anticléricale s’exprimait par l’intermédiaire d’associations bourgeoises, qui constituaient au sein même du Parti libéral un groupe de pression. Le rationalisme est le fer de lance de ces progressistes. Il leur permet de jeter « la base idéologique du processus de sécularisation des comportements sociaux et de la relation entre l’Église et l’État. Ils renfor[cent] ainsi la conviction du bourgeois libéral voulant se soustraire au pouvoir de l’Église dans un souci d’accroître son autonomie sociale et politique7. » Le rationalisme leur permet aussi, au sein même du Parti libéral, de (co)exister avec une majorité doctrinaire. Ces progressistes sont également actifs sur la question du flamingantisme8 et sur celle du progrès social9. Tel Paul Janson, ils se montrent favorables à une réforme électorale et à l’élargissement du droit de suffrage par l’extension du suffrage capacitaire10. Ils patronnent un réseau d’éducation populaire, à l’intention des adultes, pour que les classes exclues socialement du processus démocratique puissent accomplir leur devoir d’électeurs11.

  • 12 Witte (Els) et Craeybeckx (Jan), op. cit., p. 88.
  • 13 Ibid., p. 87.

5Face à eux, le camp catholique n’est pas non plus homogène : à côté de catholiques libéraux, proches de leurs adversaires sur le terrain économique, se manifeste une aile ultramontaine, minoritaire mais très active12. Celle-ci réunit des membres de l’aristocratie foncière et de la grande bourgeoisie13 favorables, pour les plus radicaux d’entre eux, à un contrôle de l’Église sur l’État, placé sous l’autorité politique directe du pape, ou, pour les plus modérés, à une politique renforçant les prérogatives de l’Église tout en restant dans le cadre constitutionnel.

  • 14 Ibid., p. 79.
  • 15 Lory (Jacques), Libéralisme et instruction primaire 1842-1879 : introduction à l’étude de la lutte (...)
  • 16 Ibid., p. 492.

6À bien des égards, 1870 marque un tournant dans cet affrontement idéologique et provoque une phase de maturation, prélude au climax de 1879. La défaite de 1870 sera attribuée par les libéraux aux vives tensions entre l’aile droite (doctrinaire) et l’aile gauche (progressiste) du parti14, qui se présentent sans programme commun aux élections législatives de juin 187015. Les divisions perdurent pendant ces huit années, où les libéraux, répartis dans des associations rivales, se déchirent à Bruxelles, Anvers et Gand16 et vont d’échec en échec jusqu’à des tentatives de réconciliation vers 1875, sans doute favorisées par la montée, au sein du courant catholique, de l’opposition ultramontaine.

  • 17 Schiffino (Nathalie), op. cit., p. 69.

Dans ce contexte, la guerre scolaire est un événement unificateur, c’est-à-dire un événement qui présente des enjeux (réforme de l’enseignement pour favoriser le progrès social, séparation pouvoir civil / pouvoir religieux) qui servent de point d’entente minimale. Conservateurs ou progressistes, les libéraux sont tous d’accord sur les enjeux désignés (minimum) [...] ils focalisent leurs énergies sur un même objet de confrontation (guerre scolaire). C’est en cela que la cohésion du parti constitue un enjeu de la guerre scolaire17.

  • 18 Op. cit., p. 460.
  • 19 Schiffino (Nathalie), op. cit., p. 60 [c’est l’auteur qui souligne].

7La révision de la loi de 1842 va alors tenir lieu, selon Jacques Lory18, de seul programme du Parti libéral, ce qui se matérialise en 1876 par un accord entre doctrinaires et progressistes pour favoriser la défense des principes constitutionnels. En 1878, la « guerre scolaire est portée dans le champ politique où il ne s’agit pas uniquement d’élaborer des politiques publiques pour améliorer les conditions sociales des citoyens mais aussi de défendre des valeurs du champ culturel19 ».

8Qu’en est-t-il du sous-champ littéraire belge francophone (partie du champ international de la littérature en langue française) et de ses rapports avec le champ politique dans un tel contexte, propice à l’engagement et à la mobilisation de toutes les fractions intellectuelles de la société ? En outre, si ce contexte favorise a priori une certaine hétéronomie des pratiques, il convient de se demander dans quelle mesure l’économie de ce sous-champ – nous utiliserons cette notion, même s’il s’agit encore d’un sous-champ en voie de constitution – ne va pas jouer en imposant sa propre logique aux agents. Pour tenter de répondre à ces questions, nous examinerons dans un premier temps les rapports qui se sont noués avant 1850 entre les deux sphères, littéraire et politique, dans la mesure où ils jettent une lumière sur la suite des événements. Nous examinerons ensuite l’incidence de la crise sur le sous-champ littéraire après 1850, avant de montrer enfin quels ont été les facteurs de résistance opposés par le littéraire au politique.

Avant 1850 : instituer la littérature nationale

L’incidence de la Révolution de 1830

  • 20 Sur Édouard Wacken (1819-1861), littérateur, auteur dramatique et poète, voir la Biographie nationa (...)

9Si la Révolution belge de 1830 peut aussi être considérée comme un moment de crise, force est de constater que, dans un premier temps, l’événement n’a que très peu d’influence sur les auteurs et leurs travaux : les mêmes agents dominent la production littéraire avant et après 1830 (des écrivains appartenant à une nouvelle génération, comme Édouard Wacken, André Van Hasselt ou Théodore Weustenraad20, les rejoindront bientôt). Les « Journées de septembre » n’influencent ni l’organisation, ni les travaux de l’Académie, qui ne fait même pas mention de l’événement.

  • 21 Agulhon (Maurice), Le cercle dans la France bourgeoise : 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabi (...)
  • 22 Citons la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut (1833), l’Association nationale (...)
  • 23 Notamment la Revue belge, la Revue de Liège, le Messager des sciences historiques, La Renaissance e (...)
  • 24 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », Christian Berg et Pierre Halen (s.l.d (...)

10Peu à peu, cependant, les pratiques se diversifient et de nouvelles instances apparaissent. Un but commun : l’établissement d’une littérature nationale. Alors que les écrivains de la vieille génération, comme le baron de Reiffenberg, adoptent plutôt un profil d’« homme de lettres » (polygraphie), les jeunes écrivains associés au courant romantique s’efforcent de réserver à la littérature la plus grande part de leurs activités. De même, la production littéraire devient, dans son ensemble, de plus en plus spécialisée : les almanachs et autres recueils poétiques collectifs disparaissent au profit d’œuvres littéraires individualisées et plus diversifiées. Sur le plan de la sociabilité littéraire, les sociétés dites « littéraires » d’avant la Révolution – en réalité des cercles bourgeois d’agrément qui véhiculent une sociabilité d’ancien régime21 – cèdent le pas à de nouvelles associations dont le but, plus que les anciennes, est d’édifier une littérature nationale22. Ces nouvelles associations vont subir la concurrence d’un autre média, inédit dans le sous-champ belge : les revues23. Contrairement aux cercles, ce sont de véritables institutions de la vie littéraire qui s’adressent à un public cultivé (ou désireux de le devenir) et où s’expriment les membres d’une nouvelle intelligentsia24.

Les libéraux et les lettres avant 1850

  • 25 Le Parti libéral, anticlérical, partisan de l’indépendance de l’État vis-à-vis de l’Église et favor (...)

11Mais cet embryon de sous-champ littéraire est soumis très tôt à des forces hétéronomes, qui vont conditionner partiellement son évolution. À partir de 1839, le champ politique belge subit d’importantes modifications en raison de la fin de l’union nationale post-révolutionnaire (« unionisme »), entraînée par la reconnaissance de la Belgique sur le plan international (traité des XXIV Articles). La fracture entre une droite catholique et une gauche libérale25, qui conditionnera la vie politique belge pour les décennies à venir, aura désormais aussi des répercussions au sein du monde littéraire.

  • 26 On voit par exemple que, en l’absence de véritables partis, les premières « sociétés littéraires » (...)

12Dès les années 1840, avant même la fondation d’un véritable parti en 1846, les libéraux mettent en place une stratégie de conquête/reconquête du pouvoir tendant à s’appuyer sur une fraction du personnel intellectuel, dont des « hommes de lettres » (qui manifestent d’emblée des désirs d’indépendance vis-à-vis du politique). Cette perméabilité des champs assure au personnel politique un axe de pénétration dans le domaine des lettres et lui permet aussi de s’y replier en cas de revers. Les services rendus dans un des champs peuvent alors être facilement reconvertis dans un autre, une reconnaissance sur le plan littéraire pouvant être la gratification de services rendus dans le champ politique – et inversement26. Un autre exemple de cette alliance avec les hommes de lettres est, en 1845, la mise sous protection de l’Académie, placée directement sous la tutelle du roi par le ministre libéral de l’Intérieur, Sylvain van de Weyer, permettant à l’État de s’assurer du contrôle d’une fraction importante des intellectuels du temps. Pour ce faire, une nouvelle classe est créée, celle des Beaux-Arts, dans laquelle sont nommés des écrivains favorables à la cause libérale.

  • 27 E. R., « Feuilleton de L’Indépendant du lundi 1er mars. Une soirée littéraire au ministère des trav (...)
  • 28 Voir Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850-1880). (...)

13Dans ce jeu d’alliance entre les personnels des deux champs, il faut souligner le rôle particulier de Charles Rogier, libéral, ministre de l’Intérieur dans différents gouvernements unionistes et libéraux à partir de 1832. Dès 1834, il se lance dans une première tentative de réforme de l’Académie et propose que les académiciens soient nommés pour moitié par le roi, pour moitié par leurs pairs. Il patronne de jeunes écrivains comme Théodore Weustenraad qui, lors d’une soirée littéraire au ministère, fait une lecture publique de son poème Le Remorqueur27. Le rôle de protecteur des lettres qu’exerce Rogier deviendra tel que, ministre des Travaux publics en 1840 et 1841, il fera entrer dans ses attributions les Lettres, les Sciences et les Arts, compétences habituellement réservées au ministère de l’Intérieur28.

  • 29 Ibid., p. 41-43.
  • 30 Gubin (Éliane) et Nandrin (Jean-Pierre), op. cit., p. 42.

14Mais au fil du temps, on constate une spécialisation croissante du champ politique, qui exige un certain professionnalisme et un capital social et culturel que les écrivains ne possèdent pas nécessairement. Ceci aura des conséquences directes dans l’espace littéraire, notamment sur les revues qui vont davantage afficher une couleur politique. La première Revue de Belgique (rivale de la Revue de Liège, puis de la Renaissance), avec à sa tête Édouard Wacken, socialement progressiste, manifeste des sympathies pour « l’art social29 » et dessine pour la première fois deux lignes de fracture importantes, l’une opposant les modernes aux anciens, l’autre les libéraux aux catholiques. Peu à peu s’organise une forme de polarisation du sous-champ littéraire selon un modèle politique et idéologique, celui de l’affrontement entre catholiques et libéraux, et son corollaire, le cloisonnement entre ces deux camps : « La période 1846-1878 est un des moments clefs de ce maillage, où la bipolarisation de la société est le canevas sur lequel s’inscrivent les luttes entre cléricaux et anticléricaux, entre catholiques et libéraux30. »

Sous-champ littéraire et champ politique après 1850

Les libéraux dans l’opposition et la tentation du radicalisme

  • 31 Voir Michaux (Marianne), op. cit., p. 198 sq.

15De 1857 à 1884, le Parti libéral est au pouvoir de manière constante, sauf entre 1870 et 1878, période qui marque le retour des catholiques aux affaires et qui connaît l’affirmation grandissante d’une frange progressiste, voire radicale, au sein du parti, déchiré entre une aile gauche et une aile droite. On peut voir qu’une grande partie des écrivains libéraux de cette période – et parmi eux de nombreux romanciers réalistes – étaient engagés dans le réseau progressiste (ce n’est pas un parti constitué) par le biais de leurs publications dans certaines revues, mais aussi par leur adhésion au mouvement de l’éducation populaire et à un ensemble d’institutions rationalistes comme la Ligue de l’enseignement, la Libre Pensée ou la franc-maçonnerie31.

  • 32 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique b (...)

16Quant aux catholiques, leur présence dans l’univers littéraire est globalement très faible avant 1884 et il faudra attendre la fin du siècle pour voir émerger des revues littéraires qui leur sont fidèles, telles que Durendal ou La Lutte. Mis à part la Revue générale (à partir de 1865), qui privilégie surtout les sujets politiques et sociaux, les auteurs catholiques « n’ont pas de tribunes propres32 ». Plusieurs raisons peuvent l’expliquer : le fait que les catholiques, contrairement aux libéraux, ne disposent pas d’un parti organisé, mais se rassemblent et agissent au niveau de cercles locaux, qui possèdent des sections dramatiques et littéraires :

  • 33 Ibid., p. 27.

Contrôlées par les ultramontains, elles jouent des pièces à faible ambition littéraire : œuvres d’écrivains locaux, drames historiques, reconstitutions d’épisodes bibliques et vaudevilles. Quant aux sections dites littéraires, elles sont en réalité des réunions de jeunes gens qu’on initie à la rhétorique33.

  • 34 Ibid., p. 28.

17À cet égard, la première guerre scolaire est un facteur dynamisant pour les catholiques, qui se fédèrent en réaction à l’anticléricalisme dont ils se sentent les victimes. Leur identité tend ainsi à se construire par réaction : « Dans le dernier quart du XIXe siècle, les offensives libérales, l’ascension des socialistes et les redoutés cercles libres penseurs provoquent, chez une certaine frange du monde catholique, le sentiment d’être menacé et l’incite à adopter une attitude plus combative34. »

  • 35 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992 (...)

18Aussi peut-on s’interroger sur l’impact qu’ont eu sur la vie littéraire l’éloignement du pouvoir des libéraux et les dissensions internes à leur parti, d’autant qu’à la fin des années 1870 se tiennent des congrès littéraires (1877 et 1880) et qu’est fondée l’Union littéraire, nouvelle Société des gens de lettres. La tendance à l’hétéronomie, constitutive des quarante premières années de la vie littéraire en Belgique, s’est-elle accentuée durant les années 1870-1878, mettant en péril le maigre « capital collectif35 » constitué jusqu’alors par les écrivains ?

Le rôle de la Revue de Belgique

  • 36 Sur ce rôle, voir Aron (Paul), « Les revues politico-culturelles, lieux de contact dans la société (...)

19À défaut de véritables instances d’émergence, ce sont des revues qui, pendant cette période, assurent un rôle éditorial36. Elles accueillent sous forme de longs feuilletons les écrits de la plupart des romanciers du temps et, plus encore que la presse quotidienne, elles publient des auteurs qui sans elles seraient privés de public.

  • 37 De Spiegeleer (Christoph), Een blauwe progressist. Charles Potvin (1818-1902) en het liberaal-socia (...)
  • 38 Il s’agit de Joseph-Antoine-Ferdinand Plateau (1801-1883), physicien, mathématicien et professeur ; (...)
  • 39 Revue de Belgique 1, p. 8.

20Quand survient la crise en 1870, la libérale Revue trimestrielle, dirigée par Eugène Van Bemmel, est devenue, l’année d’avant, la Revue de Belgique. Elle compte, à partir de 1873, une nouvelle direction (Charles Potvin, Eugène Goblet d’Alviella, Émile de Laveleye et Charles Buls) qui lui imprime, plus qu’à la revue à laquelle elle succède, une tendance progressiste accentuée37. Au vu de son préambule, on est en effet en droit de se demander si ses rédacteurs n’allaient pas rééditer la stratégie des libéraux d’avant 1850, puisque Charles Potvin, un des fondateurs de la revue et l’un de ses premiers directeurs, y affirmait que la Revue de Belgique serait « [p]rogressiste dans la science avec les Plateau, les Houzeau, les Dupont38 ; progressiste dans la famille et dans l’État, avec nos publicistes, avec nos économistes, avec nos romanciers, avec nos poètes39 ».

  • 40 Sur Eugène Goblet d’Alviella (1846-1925), homme d’État, professeur et géographe, voir Biographie na (...)
  • 41 Sur Louis Defré (1814-1880), avocat, bourgmestre, parlementaire et publiciste, voir Erba (Achille), (...)
  • 42 S’agissant du caractère très engagé des œuvres d’Eugène Goblet d’Alviella, Marc D’Hoore parle d’« u (...)

21Certaines publications pourraient en tout cas laisser penser que des hommes de lettres se sont convaincus de mettre leur plume au service d’une cause. Ainsi, c’est après 1870 que la revue publie deux romans à thèse, sous la plume de romanciers occasionnels, Eugène Goblet d’Alviella40, alors directeur de la revue, et Louis Defré (qui signe du pseudonyme de Joseph Boniface)41. Hommes politiques, ils incarnent un progressisme modéré. Dans l’opposition en 1870, ils utilisent la fiction réaliste déjà bien implantée comme véhicule de leurs aspirations, important des préoccupations politiques dans la sphère littéraire. La nature même du genre réaliste, dont le roman à thèse constitue le prolongement didactique, les y incite presque « naturellement ». La franc-maçonnerie ainsi que leur engagement politique leur offrent un horizon intellectuel et nourrissent leur imaginaire42.

  • 43 Goblet d’Alviella (Eugène), Partie perdue, in Revue de Belgique 21 (1875), p. 314. Ce roman sera en (...)
  • 44 Dans les années 1870, certains intellectuels progressistes, tels Goblet d’Alviella ou Émile de Lave (...)
  • 45 Sur Partie perdue, voir aussi Delsemme (Paul), Les écrivains francs-maçons de Belgique. Préface de (...)
  • 46 Boniface (Joseph), Jean Fusco, in Revue de Belgique 2 (1876), p. 125. Ce roman sera publié en 1876 (...)

22Dans Partie perdue, présenté comme « une sorte de mise en action des principales idées de notre programme43 », Goblet d’Alviella évoque sous une forme fictionnalisée la tentative – bien réelle – d’implanter le protestantisme dans le village belge de Sart-Dames-Aveline44. Le roman met en scène un comte, noble éclairé qui, aidé dans son entreprise par le jeune libéral La Ruelle, essaie de diffuser le protestantisme dans son fief, ce qui, selon le schéma antagonique du roman à thèse, suscite l’hostilité du clergé45. Dans Jean Fusco (peut-être une autobiographie de Louis Defré), Joseph Boniface dénonce les ravages de l’éducation catholique sur la personnalité de Jean, privé d’énergie par l’influence destructrice que la religion exerce à l’intérieur de sa famille, à l’école et dans sa vie privée46.

23Ces deux romans reposent sur un consensus idéologique minimal, la dénonciation des abus du clergé, à l’exclusion de toute autre forme de revendication, sociale notamment. Si l’on peut voir dans ces limites une traduction de l’impossibilité de trouver dans les années 1870 un programme commun aux doctrinaires et aux progressistes – exception faite pour leur anticléricalisme respectif –, sur un plan plus strictement littéraire, ce consensus idéologique tient aussi compte de la taille restreinte du lectorat et du peu d’opportunités d’émergence rencontrées par les écrivains dans le sous-champ romanesque. Nous y reviendrons.

L’évolution politique d’Émile Leclercq

  • 47 Sur Émile Leclercq (1827-1907), peintre, critique d’art, romancier et fonctionnaire, voir Aron (Pau (...)
  • 48 Leclercq (Émile), Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872.

24À la même époque, on observe aussi chez le romancier Émile Leclercq, théoricien et principal représentant du réalisme littéraire47, des signes de radicalisation croissante, que ce soit sous forme romanesque ou dans les articles qu’il signe dans le journal La Chronique, sous la plume de Jacques ou de Raoul de Montaigle. Dans un roman paru en 1872, Maison tranquille48, Leclercq narre l’arrivée d’un jeune peintre bruxellois, Paul Leroy, républicain et libre-penseur, dans la famille Bataille, catholique et provinciale, qui l’a engagé pour faire le portrait de certains de ses membres. Le jeune peintre sera l’agent de plusieurs bouleversements, contrariant les projets matrimoniaux de la très pieuse Mme Bataille et amenant les personnages à accomplir leur propre destin et à s’affranchir des chaînes – ici, le catholicisme – qui les empêchaient de mener une vie épanouie. À la fin du roman, Paul sera parvenu à rallier les membres de la famille, y compris M. Bataille lui-même, à la cause de la libre-pensée.

25Basé sur l’apprentissage positif, tout le roman apparaît comme la dénonciation de l’intrusion forcée de la religion dans la sphère privée, ce qui n’est sans doute pas neuf en 1872, mais la violence de la dénonciation l’est sans doute un peu plus. Prototype du roman politique radical, il peut sembler l’indice dans le sous-champ littéraire en voie de constitution de l’abandon d’un certain désir d’autonomie au profit de l’hétéronomie politique, d’autant qu’à la même époque d’autres romanciers réalistes comme Caroline Gravière, Herman Pergameni ou Violette (Florence Deros) exploitent jusqu’au ressassement les mêmes thèmes.

  • 49 La Chronique 16 mai 1871.
  • 50 Ibid. 3 mars 1874.
  • 51 Ibid. 3 et 4 juin 1873.
  • 52 Ibid. 26 septembre 1876.
  • 53 Ibid. 18 août 1871. L’Association internationale des travailleurs ou Première Internationale (1864- (...)
  • 54 Ibid. 4 juillet 1871.

26Par ailleurs, Émile Leclercq, ne dérogeant pas en cela à la polygraphie inhérente au métier d’écrire dans cette deuxième moitié du XIXe siècle, est aussi rédacteur du journal La Chronique où, sous le pseudonyme de Jacques, il exploite bien d’autres thèmes propres au discours radical. Abordant tous les sujets politiques du temps, Jacques conçoit son activité journalistique comme une forme de compensation symbolique à sa situation de dominé politique (il n’a pas le droit de vote). Autour des années 1870, le champ des préoccupations de Jacques s’est élargi progressivement à la politique belge et à la question sociale : il s’en prend aux libéraux doctrinaires, dont il incrimine le caractère démodé des combats contre l’Église49 ; il déplore la marginalisation des progressistes du parti desquels il se réclame50. Il défend l’action de la Ligue de l’enseignement à laquelle il s’est affilié51. Sur le plan des revendications sociales, il se montre en 1876 partisan du vote de la loi réglementant le travail des femmes et des enfants52. Auparavant, il avait combattu un projet de loi français contre l’Association internationale des travailleurs53. Ses prises de position sur la condition ouvrière sont plus à gauche que celles de ses amis progressistes, qui prônaient le self help ou la sobriété comme seuls remèdes au problème social54.

27Enfin, sur le plan international, Leclercq – fait rare à l’époque – prend la défense des réfugiés de la Commune, envers lesquels le gouvernement belge se montrait hostile. Somme toute, Jacques-Leclercq fait preuve, plus radicalement que dans ses romans, d’un ethos militant ancré à gauche. Cette radicalisation manifeste était-elle le signe d’une nouvelle ingérence du politique au sein de la sphère littéraire ? Il n’est pas interdit de le penser, mais en réalité un certain nombre de facteurs témoignent aussi d’une grande résistance du sous-champ, qui exhibe les signes d’une autonomie croissante.

Facteurs de résistance à la crise

Difficultés internes propres aux revues

  • 55 Lettre d’Eugène Goblet d’Alviella à Émile de Laveleye, Correspondance É. de Laveleye, Archives de l (...)
  • 56 Voir, par exemple, la lettre du 14 janvier 1870 de Van Meenen à Charles Potvin (Dossier C. Potvin, (...)
  • 57 Malgré l’abolition de la contrefaçon, la situation de l’édition n’est guère favorable aux écrivains (...)

28En tant que grande revue libérale (2000 abonnés), la Revue de Belgique doit faire face à des problèmes internes : pour assurer économiquement et politiquement sa survie, elle doit ménager toutes les tendances (doctrinaires et progressistes) en son sein, rendant impossible toute manifestation collective d’opinion. « Une revue exclusivement radicale ne pourrait vivre », écrit en 1873 Eugène Goblet d’Alviella55. Par ailleurs, le comité de rédaction fait peser une censure morale – il ne faut pas choquer les abonnés – sur les œuvres qui lui sont soumises, rejetant les manuscrits jugés trop proches du roman populaire français56. De plus, de manière générale, l’exiguïté du lectorat et l’absence de véritables instances d’émergence rendent les auteurs tributaires de cette voie de publication : la (pré)publication de leurs œuvres dans de grandes revues ou dans des journaux, sous forme de feuilletons, est capitale pour eux57. En somme, le consensus idéologique partagé par les rédacteurs de la Revue de Belgique, comme nous l’avons dit, est minimal : la plupart des romanciers s’y conformeront donc sagement, échappant ainsi à l’exacerbation des opinions dans un contexte politique agité.

Mise en place d’un système d’aide aux lettres

  • 58 On peut se demander si c’est dans le but d’éloigner les intellectuels modérés du mouvement démocrat (...)
  • 59 Michaux (Marianne) « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880) », Textyles 15 ( (...)

29Parallèlement à l’apaisement momentané du débat sur la littérature dans le champ politique, dès la fin des années 184058, l’État libéral a mis en place un système d’aide aux lettres, qui constitue un des facteurs de l’autonomisation croissante du sous-champ littéraire59. Ce système tend à se substituer aux initiatives particulières de type mécénique (comme celle de Charles Rogier) et à devenir plus indépendant. À l’issue des années 1880, le seul pouvoir que l’État détienne encore directement sur les lettres s’exercera à travers la nomination des membres des jurys des prix triennaux et quinquennaux de littérature (mais sur présentation d’une liste proposée par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts).

  • 60 Mais n’est-ce pas la couleur politique dominante des hommes de lettres de l’époque ?
  • 61 Par exemple, Adolphe Siret ou Henri Conscience.
  • 62 Il n’en demeure pas moins que la politisation des écrivains est un critère hétéronome qui joue de m (...)
  • 63 Voir, par exemple, Hymans (Louis), Histoire parlementaire de la Belgique. Tome 4, Bruxelles, Bruyla (...)
  • 64 Marianne Michaux, op. cit., p. 128-129.

30On remarquera que, même si les encouragements vont souvent à des écrivains libéraux60, le critère politique n’est pas déterminant dans l’attribution des subventions. Durant l’intervalle 1870-1878, le système bien rodé de l’aide aux lettres ne subit aucune perturbation, mis à part l’octroi nouveau d’une aide à la catholique Revue générale, rivale de la Revue de Belgique : les mêmes écrivains, libéraux et catholiques61, continuent à bénéficier de très réguliers « encouragements littéraires62 ». De même, bien que l’opposition catholique critique ce système dès le début des années 186063 (comme les libéraux d’ailleurs) et en appelle à la décentralisation, elle ne porte pas le débat à l’avant de la scène : contrairement au Parti libéral, une alliance durable avec les écrivains ne constitue pas, pour ce parti, un objectif particulièrement mobilisateur (sauf peut-être en ce qui concerne l’art dramatique64).

Diversification des instances d’émergence

  • 65 Sur Ernest Gilon (1846-1902), libraire, imprimeur, sénateur libéral et conseiller communal, voir la (...)
  • 66 Combes (Paul), Ernest Gilon, Verviers, Gilon, 1884, p. 38.

31À la fin des années 1870, d’autres instances d’émergence et de légitimation apparaissent, dont le centre se situe à Verviers, dans le sillage d’une société d’éducation populaire, l’Œuvre des soirées populaires (1866). Son vice-président, l’éditeur et homme politique libéral Ernest Gilon65, est à partir de 1877 à l’origine d’une initiative sans précédent, la « Bibliothèque populaire », une collection de livres à bon marché destinés à un large public. Travaillant à la démocratisation de la lecture, dont le développement des bibliothèques publiques avait marqué la première étape, cette collection participait à une mission sociale : « contribuer à l’affranchissement de l’esprit humain et vulgariser, de la manière la plus pratique, les connaissances utiles66 ». Les volumes de la collection Gilon étaient vendus dans les librairies, mais aussi dans les gares, signe de leur caractère « grand public », où ils étaient mis en concurrence directe avec les romans de la grande production française. Ces ouvrages ont été aussi abondamment distribués lors de tombolas de livres à l’issue des soirées-spectacles données dans les sociétés d’éducation populaire ou achetés par les bibliothèques récemment créées.

32Dans la production scientifique, moralisante ou historique de la collection, la littérature au sens strict occupe une place importante : des écrivains réalistes, comme Émile Leclercq, Herman Pergameni, Émile Greyson, Violette, Camille Lemonnier, Marguerite van de Wiele et Caroline Gravière (à titre posthume), y seront présents. De manière générale, on retrouve les noms des collaborateurs réguliers de la Revue trimestrielle, puis de la Revue de Belgique. Ceux-ci n’hésitent d’ailleurs pas à « recycler » des œuvres plus anciennes, dont le caractère bref (ces textes étant initialement publiés en revue) et le style simple étaient censés convenir au public de la « Bibliothèque populaire ».

  • 67 J. Dierickx, « La Bibliothèque Gilon, les livres de M. Potvin », L’Artiste 11 novembre 1877.
  • 68 Combes, op. cit., p. 38.
  • 69 « Ernest Gilon », Revue artistique 23-24, 4 (1881-1882), 30 avril 1882, p. 374.

33Attractive pour des auteurs nationaux plus reconnus comme Théodore Juste ou Camille Lemonnier, l’initiative d’Ernest Gilon suscita un mouvement d’enthousiasme auprès des écrivains, puisque, peu après le lancement de sa collection, celui-ci fut « encombré » de nombreux manuscrits67 (peut-être aussi parce qu’il payait ses collaborateurs68, fait plutôt rare à l’époque dans le monde éditorial belge). Au vu des titres épuisés après quelques années d’existence, on peut constater que c’est la partie proprement littéraire de la collection qui eut le plus de succès. De même, Gilon semble avoir fait des émules parmi les éditeurs bruxellois69.

Conclusion

  • 70 Par exemple, Jeanne la Rousse, Un coin de village, La maison rose et Thérèse Monique.
  • 71 Voir Leclercq (Émile), Charles De Groux, Bruxelles, Veuve Parent et fils, 1871, p. III.
  • 72 Voir Rency (Georges), Camille Lemonnier (1844-1944). Son rôle, sa vie, ses meilleures pages, Bruxel (...)

34Enfin, une nouvelle génération d’auteurs, avec des dispositions nouvelles, commence à prendre la parole. Les travaux critiques de Camille Lemonnier, par exemple, sont représentatifs d’une autre posture, celle d’un défenseur de « l’art pour l’art », étranger à l’importation de dispositions politiques dans le sous-champ littéraire. Bien qu’au départ proche des milieux radicaux, collaborant à la petite presse de gauche et publiant des nouvelles et même un roman dans la Revue trimestrielle et dans la Revue de Belgique70, Lemonnier ne fait partie d’aucune association qui regroupe les progressistes libéraux et n’adhère à aucun mouvement politique. Alors qu’Émile Leclercq est dans une position de surenchère permanente, brisant sans cesse le statu quo idéologique libéral, ce qui nuit à sa réputation d’homme de lettres71, Lemonnier ménage son réseau, entretenant de bonnes relations avec tous, économe de ses talents de polémiste réservés au domaine de l’art et de la littérature. Par la suite, il s’efforce de rester pour les « jeunes », quels qu’ils soient, un modèle de référence72 et bientôt le « maréchal des Lettres belges ». Dans un monde littéraire où les bonnes places sont rares, où l’éventail des possibles n’est pas très large, c’est sans doute une attitude plus sage et symboliquement plus rentable.

  • 73 Vanderpelen-Diagre, op. cit., p. 27-29.

35On peut donc provisoirement conclure que, malgré certaines pratiques propres aux hommes de pouvoir libéraux, héritage d’une autre époque, le sous-champ littéraire a en réalité relativement bien résisté à la crise qui les éloigne entre 1870 et 1878 du gouvernement, occasion – paradoxale – de préserver et de renforcer pour les écrivains une position d’indépendance (souvent appelée de leurs vœux ) vis-à-vis du champ politique. Cette « crise » au sein du Parti libéral a peut-être contribué aussi à l’accélération d’un mécanisme de différenciation entre activités politiques et littéraires, comme en témoigne l’apparition de positions plus clivantes vis-à-vis de cet enjeu, dans l’un et l’autre espace. L’évolution du monde catholique – avec, notamment, la création d’un parti en 1884, la victoire électorale qui s’ensuit, la défense d’une identité catholique qui se sent menacée et la mise en place de structures propres73 – n’y est pas non plus étrangère.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique - Bruylant, 1938.

Galerie nationale. Le Sénat belge en 1894-1898, Bruxelles, Société belge de librairie, 1897.

Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 1997.

Agulhon (Maurice), Le cercle dans la France bourgeoise : 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Armand Colin / École des hautes études en sciences sociales, 1977, coll. « Cahiers des Annales ».

Aron (Paul), « Les revues politico-culturelles, lieux de contact dans la société belge francophone du XXe siècle », Ginette Kurgan-van Hentenryk (éd.), Laboratoires et réseaux de diffusion des idées en Belgique (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 1994, coll. « Faculté de Philosophie et Lettres », p. 95-108.

Aron (Paul), « Postface », Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française, Bruxelles, Labor, 1998, coll. « Espace Nord », p. 405-423.

Aron (Paul), Michaux (Marianne), « L’aide aux lettres, de la fondation de la Belgique à celle de l’Académie », Ginette Kurgan-van Hentenryk et Valérie Montens d’Oosterwyck, L’argent des arts. La politique artistique des pouvoirs publics en Belgique de 1830 à 1940, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2001, coll. « Faculté de Philosophie et Lettres », p. 131-148.

Boniface (Joseph), « Jean Fusco », Revue de Belgique 2 (1876) [rééd. Jean Fusco ou une victime de l’éducation catholique, Bruxelles, Muquardt, 1876].

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, coll. « Libre examen ».

Combes (Paul), Ernest Gilon, Verviers, Gilon, 1884.

Delsemme (Paul), Les écrivains francs-maçons de Belgique. Préface de Raymond Trousson, Bruxelles, Bibliothèques de l’Université libre de Bruxelles, 2004.

De Spiegeleer (Christoph), Een blauwe progressist. Charles Potvin (1818-1902) en het liberaal-sociale denken van zijn generatie, Gand / Bruxelles, Liberaal Archief / Academic and Scientific Publishers, 2011, coll. « De blauwe maandag ».

D’Hoore (Marc), « Goblet d’Alviella, un intellectuel en politique. Commentaires sur son œuvre et sa pensée » Alain Dierkens (éd.), Eugène Goblet d’Alviella, historien et franc-maçon, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1995, coll. « Problèmes d’histoire des religions / Université libre de Bruxelles. Institut d’étude des religions et de la laïcité », p. 19-31.

Erba (Achille), L’esprit laïque en Belgique sous le gouvernement libéral doctrinaire (1857-1870) : d’après les brochures politiques, Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1967, coll. « Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique ».

Goblet d’Alviella (Eugène), « Partie perdue », Revue de Belgique 21 (1875) [rééd. Partie perdue. Roman de mœurs belges, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1877].

Gubin (Éliane), Nandrin (Jean-Pierre), La Belgique libérale et bourgeoise. Nouvelle histoire de Belgique 1846-1878. Vol. 2, Bruxelles, Le Cri, 2010, coll. « Histoire ».

Hymans (Louis), Histoire parlementaire de la Belgique. Tome 4, Bruxelles, Bruylant-Christophe, 1878- 1880.

Leclercq (Émile), Charles De Groux, Bruxelles, Veuve Parent et fils, 1871.

Leclercq (Émile), Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872.

Lory (Jacques), Libéralisme et instruction primaire 1842-1879 : introduction à l’étude de la lutte scolaire. Tome 2, Louvain, Bureau du recueil : Bibliothèque de l’Université / Nauwelaerts, 1979, coll. « Recueil de travaux d’histoire et de philologie ».

Mabille (Xavier), Histoire politique de la Belgique. Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, CRISP, 1992.

Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850-1880). Tome 1, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1998 [thèse de doctorat inédite].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Michaux (Marianne), « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880) », Textyles 15 (1999), p. 112-122.
DOI : 10.4000/textyles.1102

Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », Christian Berg et Pierre Halen (s.l.d.d.), Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, coll. « Histoire », p. 17-48.

Rency (Georges), Camille Lemonnier (1844-1944). Son rôle, sa vie, ses meilleures pages, Bruxelles, Labor, 1944.

Schiffino (Nathalie), Crises politiques et démocratie en Belgique, Paris, L’Harmattan, 2003.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux guerre, Bruxelles, Complexe / CEGES, 2004, coll. Histoires contemporaines.

Witte (Els), Craeybeckx (Jan), La Belgique politique de 1830 à nos jours. Les tensions d’une démocratie bourgeoise, Bruxelles, Labor, 1987, coll. « Archives du futur ».

Haut de page

Notes

1 Aron (Paul), « Postface », Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française, Bruxelles, Labor, 1998, coll. « Espace Nord », p. 405-423, p. 421.

2 Jusqu’en 1885 et la création du Parti ouvrier belge, le système politique belge sera monopolisé par les libéraux et les catholiques. Dans les années 50 du siècle suivant, les trois forces politiques se déchireront au cours d’une « deuxième guerre scolaire », à laquelle le « Pacte scolaire » de 1959 mettra un terme.

3 L’opposition officiel/libre correspond grosso modo à l’opposition public/privé dans l’enseignement français.

4 Schiffino (Nathalie), Crises politiques et démocratie en Belgique, Paris, L’Harmattan, 2003, p.82.

5 Ibid., p. 80.

6 Mabille (Xavier), Histoire politique de la Belgique. Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, CRISP, 1992, p. 149.

7 Witte (Els) et Craeybeckx (Jan), La Belgique politique de 1830 à nos jours. Les tensions d’une démocratie bourgeoise, Bruxelles, Labor, 1987, coll. « Archives du futur », p. 81.

8 Depuis les années 1840, une fraction croissante de l’intelligentsia et du clergé au Nord du royaume revendique la reconnaissance, dite « flamingante », du néerlandais comme langue administrative et culturelle.

9 Ibid., p. 77.

10 Les électeurs capacitaires bénéficiaient du droit de vote en raison de diplômes ou de l’exercice de certaines fonctions (avocats, médecins, notaires, professeurs d’université, etc.).

11 Gubin (Éliane) et Nandrin (Jean-Pierre), La Belgique libérale et bourgeoise. Nouvelle histoire de Belgique 1846-1878. Vol. 2, Bruxelles, Le Cri, 2010, coll. « Histoire », p. 83.

12 Witte (Els) et Craeybeckx (Jan), op. cit., p. 88.

13 Ibid., p. 87.

14 Ibid., p. 79.

15 Lory (Jacques), Libéralisme et instruction primaire 1842-1879 : introduction à l’étude de la lutte scolaire. Tome 2, Louvain, Bureau du recueil : Bibliothèque de l’Université / Nauwelaerts, 1979, coll. Recueil de travaux d’histoire et de philologie, p. 460.

16 Ibid., p. 492.

17 Schiffino (Nathalie), op. cit., p. 69.

18 Op. cit., p. 460.

19 Schiffino (Nathalie), op. cit., p. 60 [c’est l’auteur qui souligne].

20 Sur Édouard Wacken (1819-1861), littérateur, auteur dramatique et poète, voir la Biographie nationale. Tome 27, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique - Bruylant, 1938, col. 6 ; sur André Van Hasselt (1806-1874), écrivain et poète, voir Biographie nationale. Tome 8, ibid., col. 53 ; sur Théodore Weustenraad (1805-1848), magistrat, poète, polémiste et publiciste, voir Biographie nationale. Tome 27, ibid., col. 219.

21 Agulhon (Maurice), Le cercle dans la France bourgeoise : 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Armand Colin / École des hautes études en sciences sociales, 1977, coll. « Cahiers des Annales », p. 52.

22 Citons la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut (1833), l’Association nationale pour l’encouragement et le développement de la littérature en Belgique (1835), la Société des gens de lettres belges (1847) ou encore le Cercle des Arts (1844).

23 Notamment la Revue belge, la Revue de Liège, le Messager des sciences historiques, La Renaissance et la première Revue de Belgique.

24 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », Christian Berg et Pierre Halen (s.l.d.d.), Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, coll. « Histoire », p. 17-48, p. 22-24.

25 Le Parti libéral, anticlérical, partisan de l’indépendance de l’État vis-à-vis de l’Église et favorable en principe à certaines réformes, « allait faire figure de parti de gauche » (Mabille (Xavier), op. cit., p. 141).

26 On voit par exemple que, en l’absence de véritables partis, les premières « sociétés littéraires » offrent une forme d’hospitalité institutionnelle aux hommes politiques (surtout libéraux).

27 E. R., « Feuilleton de L’Indépendant du lundi 1er mars. Une soirée littéraire au ministère des travaux publics », L’Indépendant 1er mars 1841, p. 1-2.

28 Voir Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850-1880). Tome 1, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles [thèse de doctorat inédite], 1998, p. 47.

29 Ibid., p. 41-43.

30 Gubin (Éliane) et Nandrin (Jean-Pierre), op. cit., p. 42.

31 Voir Michaux (Marianne), op. cit., p. 198 sq.

32 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux guerre, Bruxelles, Complexe / CEGES, 2004, coll. « Histoires contemporaines », p. 29.

33 Ibid., p. 27.

34 Ibid., p. 28.

35 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, coll. « Libre examen », p. 306-307.

36 Sur ce rôle, voir Aron (Paul), « Les revues politico-culturelles, lieux de contact dans la société belge francophone du XXe siècle », Ginette Kurgan-van Hentenryk (éd.), Laboratoires et réseaux de diffusion des idées en Belgique (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 1994, coll. « Faculté de Philosophie et Lettres », p. 95-108.

37 De Spiegeleer (Christoph), Een blauwe progressist. Charles Potvin (1818-1902) en het liberaal-sociale denken van zijn generatie, Gand / Bruxelles, Liberaal Archief / Academic and Scientific Publishers, 2011, coll. « De blauwe maandag », p. 104.

38 Il s’agit de Joseph-Antoine-Ferdinand Plateau (1801-1883), physicien, mathématicien et professeur ; de Jean-Charles Houzeau de Lehaie (1820-1888), astronome, directeur de l’Observatoire de Bruxelles ; d’Édouard-François Dupont (1841-1911), directeur du Musée d’histoire naturelle de Belgique.

39 Revue de Belgique 1, p. 8.

40 Sur Eugène Goblet d’Alviella (1846-1925), homme d’État, professeur et géographe, voir Biographie nationale. Tome 41, col. 359.

41 Sur Louis Defré (1814-1880), avocat, bourgmestre, parlementaire et publiciste, voir Erba (Achille), L’esprit laïque en Belgique sous le gouvernement libéral doctrinaire (1857-1870) : d’après les brochures politiques, Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1967, coll. « Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique », p. 121-141.

42 S’agissant du caractère très engagé des œuvres d’Eugène Goblet d’Alviella, Marc D’Hoore parle d’« une œuvre de combat » (« Goblet d’Alviella, un intellectuel en politique. Commentaires sur son œuvre et sa pensée » Alain Dierkens (éd.), Eugène Goblet d’Alviella, historien et franc-maçon, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1995, coll. Problèmes d’histoire des religions / Université libre de Bruxelles. Institut d’étude des religions et de la laïcité, p. 19-31.

43 Goblet d’Alviella (Eugène), Partie perdue, in Revue de Belgique 21 (1875), p. 314. Ce roman sera ensuite publié à Paris en 1877 (Partie perdue. Roman de mœurs belges, Sandoz et Fischbacher).

44 Dans les années 1870, certains intellectuels progressistes, tels Goblet d’Alviella ou Émile de Laveleye, prônent, afin de préserver leur conscience des influences de l’Église, l’adhésion au protestantisme libéral (voir Lory (Jacques), op. cit., p. 458). En l’occurrence, ce « courant reste marginal, même s’il gagne parfois de petites communautés villageoises, dont l’exemple est alors utilisé par la presse. C’est le cas, maintes fois cité, de la communauté de Sart-Dames-Avelines, où une partie importante du village se constitue en communauté protestante à la suite d’un différend avec Mgr Deschamps, qui a révoqué un vicaire apprécié des paroissiens » (Gubin et Nandrin, op. cit., p. 86).

45 Sur Partie perdue, voir aussi Delsemme (Paul), Les écrivains francs-maçons de Belgique. Préface de Raymond Trousson, Bruxelles, Bibliothèques de l’Université libre de Bruxelles, 2004, p. 168-170.

46 Boniface (Joseph), Jean Fusco, in Revue de Belgique 2 (1876), p. 125. Ce roman sera publié en 1876 sous le titre Jean Fusco ou une victime de l’éducation catholique (Bruxelles, Muquardt, 1876).

47 Sur Émile Leclercq (1827-1907), peintre, critique d’art, romancier et fonctionnaire, voir Aron (Paul), Nouvelle Biographie nationale. Tome 4, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 1997, p. 242-245.

48 Leclercq (Émile), Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872.

49 La Chronique 16 mai 1871.

50 Ibid. 3 mars 1874.

51 Ibid. 3 et 4 juin 1873.

52 Ibid. 26 septembre 1876.

53 Ibid. 18 août 1871. L’Association internationale des travailleurs ou Première Internationale (1864-1876) a été fondée à Londres par des ouvriers anglais et français. Elle tient son premier congrès en 1866 à Genève. Elle lutte notamment pour la suppression du travail des enfants, l’extension du droit de suffrage et l’émancipation sociale et politique des travailleurs.

54 Ibid. 4 juillet 1871.

55 Lettre d’Eugène Goblet d’Alviella à Émile de Laveleye, Correspondance É. de Laveleye, Archives de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, n° 12243.

56 Voir, par exemple, la lettre du 14 janvier 1870 de Van Meenen à Charles Potvin (Dossier C. Potvin, Bibliothèque royale de Belgique, ms. III, 435).

57 Malgré l’abolition de la contrefaçon, la situation de l’édition n’est guère favorable aux écrivains, dont les romans subissent la concurrence de la nouveauté parisienne, vendue dans des éditions bon marché sur le sol belge. Des collections consacrées aux écrivains nationaux existent, mais, de manière générale, elles sont davantage destinées à une élite (éditions de luxe, illustrées, etc.) qu’à la grande consommation.

58 On peut se demander si c’est dans le but d’éloigner les intellectuels modérés du mouvement démocratique.

59 Michaux (Marianne) « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850-1880) », Textyles 15 (1999), p. 112-122 ; Aron (Paul) et Michaux (Marianne), « L’aide aux lettres, de la fondation de la Belgique à celle de l’Académie », Ginette Kurgan-van Hentenryk et Valérie Montens d’Oosterwyck, L’argent des arts. La politique artistique des pouvoirs publics en Belgique de 1830 à 1940, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2001, coll. Faculté de Philosophie et Lettres, p. 131-148, p. 134.

60 Mais n’est-ce pas la couleur politique dominante des hommes de lettres de l’époque ?

61 Par exemple, Adolphe Siret ou Henri Conscience.

62 Il n’en demeure pas moins que la politisation des écrivains est un critère hétéronome qui joue de manière non négligeable.

63 Voir, par exemple, Hymans (Louis), Histoire parlementaire de la Belgique. Tome 4, Bruxelles, Bruylant-Christophe, 1878- 1880, p. 144.

64 Marianne Michaux, op. cit., p. 128-129.

65 Sur Ernest Gilon (1846-1902), libraire, imprimeur, sénateur libéral et conseiller communal, voir la Galerie nationale. Le Sénat belge en 1894-1898, Bruxelles, Société belge de librairie, 1897, p. 308 sq.

66 Combes (Paul), Ernest Gilon, Verviers, Gilon, 1884, p. 38.

67 J. Dierickx, « La Bibliothèque Gilon, les livres de M. Potvin », L’Artiste 11 novembre 1877.

68 Combes, op. cit., p. 38.

69 « Ernest Gilon », Revue artistique 23-24, 4 (1881-1882), 30 avril 1882, p. 374.

70 Par exemple, Jeanne la Rousse, Un coin de village, La maison rose et Thérèse Monique.

71 Voir Leclercq (Émile), Charles De Groux, Bruxelles, Veuve Parent et fils, 1871, p. III.

72 Voir Rency (Georges), Camille Lemonnier (1844-1944). Son rôle, sa vie, ses meilleures pages, Bruxelles, Labor, 1944, p. 49.

73 Vanderpelen-Diagre, op. cit., p. 27-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Michaux, « Les libéraux belges dans l’opposition (1870-1878) », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://contextes.revues.org/6113 ; DOI : 10.4000/contextes.6113

Haut de page

Auteur

Marianne Michaux

Université Libre de Bruxelles

Haut de page