Navigation – Plan du site

La revue bretonne Ar Falz : « l’art social » en conjoncture de crise politique et littéraire (1945-1946)

Mathilde Sempé

Texte intégral

  • 1 Entretien avec l’historienne Mona Ozouf, fille de Yann Sohier (cf. infra), le 26 avril 2013.

La honte d’être breton, c’était un thème constant de la maison, un thème militant. C’est-à-dire que mon père [Yann Sohier] et ma mère détestaient ce sentiment quand il apparaissait quelque part. Et donc j’ai été habituée très tôt à considérer que la pire des choses était d’avoir honte d’être breton et qu’il fallait retourner cette honte en fierté. Ça, c’est un des éléments fondamentaux de mon enfance.  […] Mon père imposait que la langue de la maison soit le breton. Et je me souviens très bien que quand je demandais quelque chose en français : surdité autour de moi. On attendait que je reformule en breton.
Mona Ozouf1

  • 2 « Notre Programme. Nos revendications », Ar Falz. Bulletin mensuel des instituteurs laïques partisa (...)
  • 3 « La langue Bretonne et le Socialisme. Revendications immédiates », Ar Falz. Bulletin mensuel des i (...)

1La revue Ar Falz (La Faucille), Bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton, est créée en 1933 à l’initiative de l’instituteur Yann Sohier (1901-1935). Engagés en faveur d’une stabilisation de la langue bretonne contre la croyance répandue en l’ascension sociale par l’apprentissage et la pratique de la langue française, les membres de la rédaction d’Ar Falz – opposés au bilinguisme, « qui n’aurait pour résultat que d’isoler le peuple breton dans une langue de culture réduite2 » – postulent que le breton est la langue principale et le français la langue secondaire en Bretagne. Ainsi, le programme élaboré en 1933 promeut la diffusion d’ouvrages de langue bretonne, de même qu’il dénonce les « punitions […] pour "délit de breton", procédé portant atteinte à la dignité de l’enfant et qui est à l’origine du sentiment d’infériorité constaté fréquemment chez les sujets bretonnants3 ».

  • 4 À partir des années 1820, les productions littéraires portant sur la Bretagne augmentent considérab (...)
  • 5 Voir Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditio (...)
  • 6 Voir Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de (...)
  • 7 L’analyse de « l’espace des revues » est un indicateur de l’état du champ littéraire du moment (Bos (...)

2Interrompue durant la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle certains groupements « régionalistes » sont demeurés actifs4, la revue est de nouveau investie, à la Libération, par des agents du champ de production culturelle (écrivains, enseignants, chercheurs et artistes), précédemment engagés dans la Résistance et mobilisés au sein de l’espace des mouvements sociaux breton pour la défense d’une langue et d’une culture singulières. En un sens proches des tenants de « l’art social », caractérisés par cette forme d’engagement politique qu’est la défense des représentations « populaires » de la culture5, les contributeurs d’Ar Falz, investis d’un « rôle social », confèrent dès lors une « mission sociale » à la littérature6. Cette posture singulière, que les fondateurs et héritiers de la revue permettent d’illustrer, constitue par conséquent une entrée possible dans l’étude des luttes pour la définition légitime des valeurs associées au champ littéraire7, luttes de renégociation permanente entre le pôle le plus favorable au maintien de l’autonomie – les tenants de « l’art pour l’art » – et le pôle le plus hétéronome, constitué entre autres des écrivains engagés. La formation du champ littéraire, dont les normes dominantes sont imposées à la fin du XIXe siècle par les adeptes de « l’art pour l’art » – et dont l’enjeu réside dans la reconnaissance de l’écrivain – est concomitante du processus de scolarisation et d’autonomisation politique. En cela, la spécialisation des activités littéraires ainsi que les principes de différenciation internes à ce microcosme prennent sens notamment au regard du champ politique, spécifiquement lors de conjonctures de crises politiques, au cours desquelles la définition et la représentation du statut d’écrivain sont continuellement remises en jeu.

  • 8 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)
  • 9 Ainsi que le pose en termes généraux Boris Gobille (« Les mobilisations de l’avant-garde littéraire (...)
  • 10 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992 [1984], coll. « Le sens com (...)
  • 11 Boschetti (Anna), « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », Gisèle Sapiro (...)
  • 12 En plus de ses usages scolaire et militant, Ar Falz est composée dès son deuxième numéro des rubriq (...)

3Processus conjoncturels de « désectorisation » de l’espace social8 symptomatiques d’une rupture d’allégeance avec l’ordre symbolique établi9, les contextes de crise politique – ici, la période de la Libération – sont ces « moments critiques10 » de bouleversement des modalités ordinaires de compréhension des rapports sociaux individuellement et collectivement incorporés. En effet, les « incertitudes de l’après-guerre », évoquées par Anna Boschetti11 et liées aux circonstances spécifiques du conflit mondial, sont significatives d’une modification des logiques propres aux champs politique et littéraire ici étudiés, un temps effacées à la faveur de luttes d’interprétation du passé en fonction des rapports de force du présent. Dans cette mesure, l’analyse des conditions de possibilité d’une revue littéraire12 contribue à restituer l’espace des positions ainsi que les rapports de force engagés, à partir de 1945, pour la succession à la direction d’Ar Falz, l’appropriation du capital symbolique de Yann Sohier et la redéfinition, en définitive, des frontières d’un sous-champ littéraire breton à travers la figure de l’engagement.

Genèse d’une revue militante : Ar Falz ou « l’art social » dans l’entre-deux-guerres

  • 13 Par exemple, George Sand (voir Les règles de l’art, op. cit., p. 125), qui produira d’ailleurs une (...)
  • 14 Les éléments de trajectoire sont tirés de la notice biographique du Maitron. Dictionnaire biographi (...)
  • 15 L’UJB est fondée en 1919 par Morvan Marchal et Joseph de Roincé. Morvan Marchal fonde le Groupe rég (...)
  • 16 Pour une déconstruction de la catégorie de « régionalisme », lire Sempé (Mathilde), « Des mouvement (...)
  • 17 Breiz Atao (Bretagne toujours) est une revue créée en 1919 par des militants de la langue bretonne (...)
  • 18 Feiz ha Breiz (Foi et Bretagne) est une revue catholique créée en 1865 et dirigée, à partir de 1911 (...)
  • 19 Le PAB est créé en 1927 par Olier Mordrel, Morvan Marchal, Yann Bricler, Maurice Duhamel et Francez (...)
  • 20 Les membres de ce premier PNB créé en 1911 promeuvent « l’histoire » et « la langue » comme constit (...)
  • 21 Il contribue également à la revue Gwalarn (Vent d’Ouest) et entretient des relations avec Émile Mas (...)
  • 22 Bourdieu (Pierre), Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980, coll. « Le sens commun ». (...)

4L’intérêt porté aux conditions de production de la revue ne peut faire l’économie d’un retour sur la trajectoire sociale de Yann Sohier, dont la position au sein du champ littéraire est en de nombreux points homologue de celle des écrivains parisiens défenseurs de « l’art social », à la fin du XIXe siècle13. Issu de la petite bourgeoisie bretonne non bretonnante (son père est gendarme, puis percepteur), Yann Sohier (Jean Sohier pour l’état civil) est né en 1901 à Loudéac, dans les Côtes-du-Nord14. Il étudie à l’École supérieure de Lamballe (1912-1918), entre à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc (1918-1921) et adhère à l’Union de la jeunesse de Bretagne (UJB)15, mouvement « régionaliste16 » breton au sein duquel il rencontre Olier Mordrel (Olivier Mordrelle) et Francez Debauvais (François Debauvais), tous deux engagés au pôle conservateur des espaces littéraire et politique bretonnants. Ils sont également contributeurs de la revue Breiz Atao17, dont certains membres du groupe éponyme collaboreront durant la Seconde Guerre mondiale. C’est au contact de ces militants qu’il apprend la langue bretonne. Lors de son service militaire (1921-1923), il côtoie François Uguen, collaborateur de la revue Feiz ha Breiz de l’Abbé Jean-Marie Perrot (situé lui aussi au pôle conservateur)18, en même temps qu’il prend part au mouvement Breiz Atao et à la revue du même nom. Enfin, il est nommé instituteur dans une commune des Côtes-du-Nord en 1923. En 1929, il est secrétaire de la section du Trégor du Parti autonomiste breton (PAB)19 et rejoint, deux ans plus tard, le Parti national breton (PNB)20. Les liens ainsi établis avec des agents de l’espace breton des mouvements sociaux « régionalistes21 » lui font acquérir un sens pratique militant et des capitaux sociaux préalables à la création d’une entité au sein de l’espace des revues22.

  • 23 Marcel Cachin (1869-1958) contribue à L’Humanité à partir de 1912 et en obtient la direction en 191 (...)
  • 24 Au sens de Max Weber dans Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959. Sur la distinction entre «  (...)

5Proche du Parti communiste français (PCF) – notamment de Marcel Cachin, connu et reconnu dans le champ politique national23 et également favorable à la légitimation de l’apprentissage et de la diffusion de la langue bretonne –, il est perçu par les professionnels de la politique locaux24 comme un militant « d’extrême gauche ». Lors d’une délibération du Conseil général des Côtes-du-Nord de 1935, un conseiller général précise ainsi :

  • 25 Yves Bouguen (conseiller général des Côtes-du-Nord, Arrondissement de Lannion), Conseil général des (...)

Il n’est pas inutile de vous signaler que la cause du breton est aujourd’hui défendue par des groupements de tendances bien différentes. Côté religieux : Bleun-Brug […] ; neutre, politiquement et religieusement : Collège des Bardes […]. Extrême-gauche : Ar Falz (La Faucille), revue dirigée par Yann Sohier, instituteur à Plourivo, qui combat, intelligemment d’ailleurs, pour l’introduction du breton dans les écoles ; l’U.R.S.S. est d’ailleurs très large sur la question des langues. Je crois pour ma part qu’il n’y a pas là une question de politique ou de religion, mais seulement à la fois de sentiment et de raison, et que la langue bretonne doit avoir pour défenseurs naturels tous les Bretons de bon sens qui aiment leur pays25.

  • 26 Voir Sapiro (Gisèle), « De l’usage des catégories de “droite” et de “gauche” dans le champ littérai (...)
  • 27 L’affaire Dreyfus constitue une configuration d’opportunité politique pour la conquête de l’autonom (...)
  • 28 Sapiro, art. cit., p. 39.
  • 29 Anne Le Den contribue à la revue Ar Falz sous le pseudonyme de Naïg Sezny.
  • 30 Voir Bourdieu (Pierre), Chamboredon (Jean-Claude) et Passeron (Jean-Claude), Le métier de sociologu (...)
  • 31 Voir Chanet (Jean-François), L’École républicaine et les petites patries, Mayenne, Aubier, 1996, co (...)
  • 32 Selon l’expression générale de Boris Gobille (« Mai-Juin 68 : crise du consentement et ruptures d’a (...)
  • 33 Voir Bourdieu (Pierre) et Boltanski (Luc), « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en (...)
  • 34 Voir Frajerman (Laurent), « L’engagement des enseignants (1919-1968). Figures et modalités », Histo (...)

6L’importation dans l’espace de la production littéraire des catégories de « droite » et de « gauche », comme principes de différenciation internes au champ politique26, non sans lien avec l’affaire Dreyfus et l’injonction à la polarisation que cette dernière contribue à mettre en place27, concourt à structurer les prises de position au sein du champ littéraire à partir des années 1930. À cet égard, les recherches menées par Gisèle Sapiro permettent de caractériser socialement les écrivains « de gauche », tendanciellement plus jeunes, issus de la petite bourgeoisie ou des « classes populaires » et provenant principalement de la fonction publique, en particulier des professions enseignantes28. Dans cette mesure, la socialisation professionnelle de Yann Sohier et la rencontre avec Anne Le Den, institutrice bretonnante qu’il épouse en 1929, sont également déterminantes de son engagement29. Il est ainsi davantage disposé à adopter un regard désenchanté30 sur le monde social, que le passage par les écoles normales d’instituteurs (ENI) rend en partie possible31, la « légitimation de l’illégitime32 » étant renforcée par deux éléments de contexte que sont la préservation de l’enseignement local breton malgré le processus d’uniformisation de et par la langue française33 et la reconnaissance, dans le même temps, du groupe social des instituteurs, matérialisée notamment par la création d’un syndicat en 192434.

  • 35 Sapiro, art. cit., p. 39.
  • 36 Voir Fouché (Pascal), « L’édition littéraire : 1914-1950 », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Je (...)

7Par ailleurs, a priori peu professionnalisés, rares sont les écrivains engagés à « gauche » à pouvoir vivre de leur production35, système de contraintes qui pèse d’autant plus sur la visibilité et la réception de la revue Ar Falz que l’espace spécifiquement consacré à l’édition de littérature en langue bretonne est faiblement autonomisé et la conjoncture nationale peu propice à l’expansion économique du monde éditorial36. Mona Ozouf rappelle, à ce titre, les conditions spécifiques de financement de la revue :

  • 37 Lors des hommages rendus à Yann Sohier en 1935, le Groupe des instituteurs laïques bretonnistes pré (...)
  • 38 Entretien cité avec Mona Ozouf. C’est ce qui tend d’ailleurs à être confirmé dans le numéro de janv (...)

Il avait un double métier finalement, et puis ce n’est pas très évident d’aller chercher des subsides pour un bulletin qui intéressait d’assez loin les instituteurs laïcs, il faut bien le dire37. […] Mon père et ma mère versaient un salaire sur deux à Ar Falz, ils vivaient comme ça. Ce bulletin qui avait 235 lecteurs, qu’on appelait solennellement « la revue de ton père », disait ma mère, il fallait l’éditer. Il fallait faire des campagnes d’abonnés, il s’usait à trouver des abonnés, mais qui n’arrivaient pas. Les cotisations ne rentraient pas, donc c’est lui qui finançait la revue38.

8De même, lors des éloges funèbres prononcés à la mort de Yann Sohier en 1935, les membres d’Ar Falz apportent un éclairage sur les conditions de production et de diffusion de la revue, dont le volet éditorial était essentiellement assuré par Yann Sohier :

  • 39 Ar Falz 23-24 (juin 1935), p. 271.

Nous faisons notre « meâ [sic] culpa », – nous lui laissions la plus grande partie du travail. Nous collaborions bien à la rédaction, tant en articles en français, pour les uns, que dans la partie bretonne pour d’autres. Mais nous nous reposions sur lui pour presque tout le reste : propagande, expédition des Bulletins, correspondance avec les […] journaux. Nous le voyions une fois tous les trois ou six mois, dispersés que nous sommes aux quatre coins du pays breton. Certainement, nous aurions dû, – et nous aurions pu – l’aider davantage39 !

  • 40 De 1933 à 1935, Yann Sohier publie deux volumes de contes en langue bretonne (voir ibid., p. 270).
  • 41 Voir Tilly (Charles), La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, coll. « L’espa (...)
  • 42 « Pour un enseignement de la langue Bretonne ! Contre l’oppression culturelle ! », Ar Falz 20 (déce (...)

9En outre, de nombreux numéros de la revue sont entièrement rédigés par Yann Sohier, qui use alors de différents pseudonymes. En ce sens, les prises de position de la revue peuvent être en partie expliquées par les propriétés sociales de son fondateur (instituteur, éditeur et écrivain40) et la position qu’il occupe au sein de l’espace social. Loin du pôle de grande production, que déterminerait un succès économique, ni même situé au pôle de production restreinte, lié à la reconnaissance des pairs au sein du champ littéraire, le fondateur de la revue Ar Falz est dès lors plus proche de « l’art social », où l’accumulation de dispositions à l’engagement peut se traduire par l’investissement dans des dispositifs littéraires et/ou éditoriaux. Ainsi la revue constitue-t-elle un support à des modes d’action collective41 tels que la pétition, comme c’est le cas en décembre 193442.

  • 43 Les obsèques de Yann Sohier sont révélatrices de ses liens avec un spectre large de mouvements soci (...)
  • 44 Laferté (Gilles), « L’homme politique, l’industriel et les universitaires. Alliance à la croisée du (...)

10Lorsque Yann Sohier décède en 1935, l’ambigüité due à sa multipositionnalité au sein de l’espace du militantisme confère un héritage et un capital symbolique susceptibles d’être captés tant par le pôle le plus conservateur que par les agents positionnés à « gauche » de l’espace breton des mouvements sociaux43. De ce point de vue, la multiplicité des engagements doit être réinscrite dans un contexte d’entre-deux-guerres, propice à l’émergence de la « question territoriale », dont les enjeux de luttes définitionnelles, au sein des espaces de production des biens politiques, ne contrarient pas les logiques d’alliances entre groupements « régionalistes » parfois antagonistes44. Aussi est-ce dans un contexte singulier de recomposition du champ politique que la revue, interrompue durant la guerre, sera l’enjeu d’héritages hétérogènes à la Libération.

Luttes d’héritages autour d’Ar Falz : les frontières du champ littéraire en conjoncture de crise politique (1945-1946)

  • 45 Direction centrale des renseignements généraux, Direction générale de la sûreté nationale, Ministèr (...)
  • 46 Bassy (Alain-Marie), « L’édition en marche », Henri-Jean Martin, e.a., op. cit., p. 572-575, p. 574 (...)

11La contribution de Yann Sohier à la revue du mouvement Breiz Atao et les liens entretenus avec ses membres, notamment Olier Mordrel, Francez Debauvais et Yann Kerlann – dont la compromission au régime de Vichy produit des effets sur les représentations associées à la revue à la Libération –, sont d’autant plus significatifs que c’est Yann Kerlann qui succède à la direction d’Ar Falz, de 1935 à 1939. Instituteur militant pour l’enseignement du breton à l’école, il intègre le PNB en 1941 et ouvre, en 1943, une école dispensant des enseignements en langue bretonne dans les Côtes-du-Nord, avec l’accord de l’occupant. À la Libération il est emprisonné, puis libéré et condamné, le 30 juin 1945, à « l’indignité nationale à vie et à l’interdiction de séjour en Bretagne45 ». En 1946, il est destitué de ses fonctions d’instituteur. En dépit de la suspension de la revue Ar Falz, de 1939 à 1945, les pratiques de Yann Kerlann, en lien avec l’occupant, renforcent le « discrédit » et la « suspicion » qui découlent plus généralement des incertitudes liées aux activités littéraires et éditoriales de nombreuses maisons d’édition durant la Seconde Guerre mondiale46. Les membres de la revue Breiz Atao, par exemple, dont la parution est interrompue de 1939 à 1944, adoptent, à sa relance, des positions collaborationnistes et anticommunistes :

  • 47 « Breiz Atao reparaît », Breiz Atao 25, 337 (mai 1944), p. 6-7, in Archives municipales de Quimper, (...)

Il y fut également décidé de relancer le véritable Parti national Breton dont Breiz Atao a toujours été l’organe […]. Le rôle de ce parti est de mener le train dans le mouvement breton et de rappeler à tous qu’il existe toujours en Bretagne une élite extrémiste qui ne se laissera pas abattre et mènera jusqu’au bout de ses revendications la lutte pour la réalisation d’une Bretagne bretonne. Son but est clairement défini : création d’un état de choses breton participant directement à l’Europe nouvelle sans aucun intermédiaire français. En politique extérieure, collaboration complète et sincère avec l’Allemagne ; en politique intérieure lutte contre le gaullisme, le communisme et l’effroyable fléau qu’est le développement du terrorisme en Bretagne, donc soutien énergique de la Formation Jean-Marie Perrot47.

  • 48 Voir Bellanger (Claude), Godechot (Jacques), Guiral (Pierre) et Terrou (Fernand) (dirs.), « D’août (...)
  • 49 Si le mouvement Ar Falz est relancé dès la Libération, il faut attendre 1947 pour que l’association (...)
  • 50 Celui-ci précise ainsi le 17 avril 1945, dans une lettre adressée aux membres d’Ar Falz : « Vous av (...)
  • 51 Il rencontre Yann Kerlann à l’école primaire. Par ailleurs, il obtient un diplôme d’études celtique (...)
  • 52 Artiste peintre, fondateur des Seiz Breur (Sept Frères ; d’après le nom d’une confrérie artistique (...)
  • 53 Pour la plupart formés ou enseignant à l’École normale d’instituteurs de Quimper.
  • 54 Pour des éléments de trajectoire biographique de Per Jakez Helias (1914-1995), cf. infra.
  • 55 Ainsi, René-Yves Creston est engagé dans le groupe du Musée de l’homme et dans les Forces française (...)
  • 56 Bourdieu, Propos sur le champ politique, op. cit., p. 65.

12Comme pour de nombreux journaux et revues édités à la Libération, ce sont principalement des agents sociaux engagés dans les mouvements de résistance48 qui réinvestissent la direction d’Ar Falz en 194549. Bénéficiant du soutien de Marcel Cachin50, Armand Keravel (1910-1999), contributeur d’Ar Falz en 1933, devient le secrétaire général de la revue. Fils d’un père marin et né dans une famille bretonnante, il devient instituteur dans le Finistère et adhère au PAB51. En 1946, il écrit dans le journal de langue bretonne La Terre et fonde une école bretonne d’été. À ses côtés, contribuent notamment René-Yves Creston52 et de nombreux instituteurs53, dont Charlez ar Gall (Charles Le Gall), Andreo ar Merser (André Le Mercier) ou encore Per Jakez Helias (Pierre-Jacques Hélias)54, ce dernier assurant la présidence du groupe des instituteurs laïques Ar Falz. Pour la plupart engagés dans différentes organisations de Résistance durant la Seconde Guerre mondiale55, les membres de la revue ont accumulé un certain nombre de ressources (sociales et politiques) qui, à la Libération, fonctionnent comme un « capital réputationnel56 », reconvertible au sein du collectif que constitue Ar Falz. En 1945, le premier numéro d’Ar Falz depuis son interruption en 1939, dirigé par Armand Keravel, met au jour les mécanismes sociaux de réhabilitation de la revue et de ses membres :

  • 57 Ar Falz 1 (nouvelle série, 3e troisième trimestre 1945), p. 9-10.

Le dernier numéro d’Ar Falz remonte à juillet-août 1939. C’est donc après un long silence de six années que reparaît ce Bulletin, fondé en 1933 par notre cher Yann Sohier. Nous nous devons, en tête de ce premier numéro d’Ar Falz d’après-guerre, de fournir, aux instituteurs et professeurs et aux militants politiques et syndicalistes auxquels il est adressé, quelques explications, brèves mais précises. Ces simples lignes suffiront, nous en avons la conviction, à rétablir la vérité, à mettre fin à certaines équivoques, certaines confusions qui peuvent encore exister au sujet d’Ar Falz chez une partie de nos collègues et de nos camarades.
[…] L’attitude de Kerlann à partir de juillet-août 1940 et l’action qu’il mena par la suite ne sauraient en aucune façon être reprochées à la revue dont il avait été le responsable jusqu’à la guerre. En effet, dès qu’il fut évident que Kerlann tournait le dos aux principes mêmes du Groupe des Instituteurs Laïques – groupe nettement prolétarien et antifasciste, donc anti-nazi – il fut décidé qu’il n’était plus rien à Ar Falz. […] Les activités clandestines du groupe Ar Falz sous l’occupation furent menées non seulement en dehors de Kerlann, hors de sa connaissance, mais elles s’opposaient aux activités de celui-ci. […] Nous étions avant la guerre, nous sommes demeurés pendant le règne du nazisme, et nous restons toujours des progressistes, des révolutionnaires, de vrais révolutionnaires. Nous sommes les héritiers spirituels d’Émile Masson et de Yann Sohier, fidèles à l’idéal prolétarien et breton qui fut le leur […].
Dès la Libération nous avons essayé de remettre Ar Falz en route. Hélas ! Nous n’en avons pas trouvé tout de suite les moyens. Par la suite, la crise du papier nous a valu d’attendre durant des mois l’autorisation de publier le présent bulletin.
[…] Ce bulletin comprendra deux parties distinctes : 1. Une partie en breton (chroniques diverses – partie littéraire – partie pédagogique). 2. Une feuille de propagande, en français, destinée à être adressée dans le plus grand nombre d’écoles possible57.

  • 58 Sapiro, op. cit., p. 530, 539 et 529.
  • 59 Voir Boschetti, art. cit., p. 181.
  • 60 Bensa (Alban) et Fassin (Éric), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 (mars 2002 (...)
  • 61 McAdam (Doug), Tarrow (Sidney) et Tilly (Charles), « Pour une cartographie de la politique contesta (...)
  • 62 Ainsi, par exemple, les instances de consécration littéraire, telles que le Comité national des écr (...)
  • 63 En 1965, Ar Falz devient Ar Falz/Skol Vreizh, Skol Vreizh étant au départ une revue envisagée comme (...)

13Cependant, les engagements dans les mouvements de résistance demeurent fortement différenciés et les principes de légitimation qui en résultent concourent à opérer un système de hiérarchisation des pratiques résistantes. Gisèle Sapiro précise que l’engagement des écrivains dépend en partie de la date d’entrée dans la Résistance (« l’antériorité résistante »), de l’exercice de l’action résistante en zone sud ou en zone nord (écrivains « pour lesquels la semi-légalité s’est révélée moins accessible et plus risquée »), des structures mêmes de résistance, qui confèrent ou non « un "certificat de Résistance" », et de la participation ou non à la lutte armée ; ces mécanismes déterminent le recrutement, dès 1945, des agents du champ de production des biens culturels au sein des différentes instances littéraires58. La configuration spécifique est ainsi partiellement structurée par le prisme « résistant » qui module, en quelque sorte, la position occupée dans le champ littéraire, par une injonction plus ou moins formelle à se définir en fonction de son attitude pendant l’occupation. Le champ littéraire est dès lors fortement politisé, de même que le modèle de l’écrivain engagé domine à partir de 194559. Si la figure de l’intellectuel engagé bénéficie d’une reconnaissance spécifique, l’autonomie relative du champ littéraire s’en trouve fragilisée, et ce d’autant plus que les événements de la Seconde Guerre mondiale ont engendré des « ruptures d’intelligibilité » des modes ordinaires de compréhension et d’objectivation du monde social60. Dès lors, ces crises politiques constituent des « structures d’opportunité politique61 » singulières pour la redéfinition des positions, des frontières des champs politique et littéraire ainsi que des modalités d’intervention de porte-parole en leur sein62. C’est ce que tente de mettre en évidence un des membres d’Ar Falz/Skol Vreizh63 à propos de Per Jakez Helias :

  • 64 Entretien avec Jean-René Le Quéau, responsable des éditions Skol Vreizh, le 19 décembre 2012. Afin (...)

La revue Ar Falz existait depuis 1933, avec une interruption pendant la guerre, bien entendu. Elle a été interrompue en 1939 et a repris ensuite après la guerre avec des gens qui sont devenus illustres par la suite, des gens comme Pierre Jakez Hélias, qui était président dans les années après-guerre, ce qui n’était pas évident, parce que dans les années d’après-guerre, le mouvement culturel breton avait été terni par le comportement de quelques-uns de ses activistes, marqués à l’extrême droite, qui avaient collaboré. […] Il est difficile de comprendre comme il était compliqué pour des gens qui s’intéressaient à la culture bretonne d’en parler et de ne pas être en but aux critiques et même au rejet, parce que les gens qui s’intéressaient à la culture bretonne – et ça, ça va durer au moins jusqu’à la fin des années 1960 –, c’était : « Mais alors, t’es un Breiz Atao » – ça veut dire « Bretagne toujours ». C’était le slogan des nationalistes bretons64.

  • 65 Luttes d’héritages perpétuées, durant les années 1960, à propos de l’association Ar Falz/Skol Vreiz (...)

14La confusion des positions et prises de position d’avant-guerre (et d’après-guerre) joue par conséquent dans la suspicion de pratiques collaborationnistes associées à l’étiquette de « Breiz Atao ». Généralisée à l’ensemble des agents sociaux engagés dans des revues littéraires et maisons d’édition de langue bretonne, elle entretient de ce fait la complexité des héritages autour de la revue Ar Falz65. À cet égard, la réappropriation par des agents qui disposent d’un certain degré de reconnaissance compte tenu de leur engagement résistant doit être envisagée – dans cette conjoncture singulière de renégociation des visions dominantes du monde social et des acceptions légitimes de « la culture » – à la lumière d’un travail de réhabilitation symbolique de la revue et de son fondateur par ses héritiers.

  • 66 Les MUR, fondés en 1943 sous l’impulsion de Jean Moulin, sont composés des mouvements de résistance (...)
  • 67 Boschetti, « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », art. cit., p. 151.
  • 68 Voir Thiesse (Anne-Marie), Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours pat (...)
  • 69 Pudal (Bernard), « Ordre symbolique et système scolaire dans les années 1960 », Dominique Damamme, (...)
  • 70 Sapojnik (Didier), « Novembre 1947 - mars 1948 : la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) chois (...)

15Le capital symbolique de Per Jakez Helias participe à l’entreprise de renversement des modalités de classification de la revue (et de l’association). Les capitaux scolaires (licence de lettres), culturels et résistants acquis antérieurement ainsi que les multiples positions occupées au sein du champ de production des biens culturels (presse, littérature, édition, théâtre) lui permettent d’entretenir un réseau de relations sociales étendu. En 1946, il est président de l’association Ar Falz et rédacteur en chef de la revue Vent d’Ouest, hebdomadaire des Mouvements Unis de la Résistance (MUR66) créé en 1945. En outre, il anime une émission en langue bretonne sur Radio Quimerc’h : les activités menées dans le champ de l’édition, de la traduction, de la presse et en particulier au sein du sous-espace de la radio assurent, selon Anna Boschetti, la détention d’un capital symbolique, spécifiquement intellectuel, pouvant agir dans le processus même de sélection et de réception des œuvres67. Par ailleurs, Per Jakez Helias est membre de la Ligue des droits de l’enseignement, au sein de la commission « Folklore », et enseigne à partir de 1946 à l’ENI de Quimper, institution où se retrouvent de nombreux militants « régionalistes ». Les ENI qui, avant la Seconde Guerre mondiale, demeurent des espaces d’enseignement de la géographie et de l’histoire locale68, sont supprimées en 1940 par le gouvernement de Vichy au motif de composer des « foyers des idéologies désormais proscrites (athéisme, rationalisme, sociologie, communisme, pacifisme, modernisme, etc.)69 ». Aussi, le passage par les écoles normales joue un rôle important dans la cohésion « idéologique » des instituteurs. Selon Didier Sapojnik, « l’ENI forme l’instituteur dans un moule unique, celui de “l’homme de gauche”, avec toutes ses composantes caractéristiques70 ».

16Ajustées à l’offre littéraire de langue bretonne, les pratiques de réhabilitation symbolique de la revue Ar Falz sont significatives des stratégies distinctives et des luttes pour la définition légitime de l’écrivain breton engagé dans la défense de la langue et de la « culture » bretonnes, en particulier vis-à-vis des pôles les plus « à droite » de l’espace littéraire de langue bretonne. Et ce d’autant plus que les conjonctures fluides de désectorisation des sphères du monde social rendent possible l’importation des modalités de classement et de différenciation du champ politique au sein du champ littéraire.

Conclusion : crises politiques et redéfinition de la figure légitime de l’écrivain de langue bretonne

  • 71 Voir Boschetti, « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », art. cit., p. 526.
  • 72 Telles que Ar Falz, Bleun-Brug (Fleur de Bruyère), créée en 1905 par l’abbé Perrot, ou encore Al Li (...)
  • 73 Telles que Kendalc’h (Maintien, Persévérance), Kuzul ar Brezhoneg (Conseil de la langue bretonne) o (...)

17En un sens, la configuration d’intense politisation de 1945 contribue à organiser l’espace de production littéraire en langue bretonne en deux pôles d’opposition majeurs que sont les pratiques collaborationnistes et l’engagement résistant. C’est autour de ce second pôle que sont rassemblés les agents investis dans le processus de réhabilitation de la revue Ar Falz. Luttant pour la consécration de la figure de l’intellectuel engagé, ils contribuent à imposer, en définitive, une nouvelle définition de l’écrivain de langue bretonne. Restituer l’espace des positions des agents sociaux engagés dans la défense de « la langue » et de « la culture » bretonnes, en particulier au sein du champ littéraire, à travers l’étude de la genèse et des héritages d’une revue et de son fondateur, Yann Sohier, implique nécessairement de placer l’ensemble des pratiques littéraires et éditoriales dans un contexte singulier de conquête de l’autonomie du champ littéraire, vis-à-vis du champ politique, spécialement en conjoncture de crise politique. Jamais complètement réalisée71 et sans cesse revendiquée, cette relative autonomie trouve écho dans d’autres configurations où l’investissement de militants dans la production littéraire en langue bretonne peut se traduire, dans les années 1950 par exemple, par le regroupement de revues72 au sein de fédérations d’associations également maisons d’édition73, contribuant à l’autonomisation naissante d’un espace de production de biens culturels, en particulier d’un sous-champ éditorial de langue bretonne.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Maitron. Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social [http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr].

Bassy (Alain-Marie), « L’édition en marche », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dirs.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, Paris, Promodis, 1986, p. 572-575.

Bellanger (Claude), Godechot (Jacques), Guiral (Pierre), Terrou (Fernand) (dirs.), Histoire générale de la presse française. T. 4 : de 1940 à 1958, Paris, Presses Universitaires de France, 1975.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bensa (Alban), Fassin (Éric), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 (mars 2002) [http://terrain.revues.org.1888].
DOI : 10.4000/terrain.1888

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bertho (Catherine), « L’invention de la Bretagne », Actes de la recherche en sciences sociales 35, 1 (novembre 1980), p. 45-62.
DOI : 10.3406/arss.1980.2099

Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. « Le sens commun ».

Boschetti (Anna), « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dirs.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, Paris, Promodis, 1986, p. 480-527.

Boschetti (Anna), « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », Gisèle Sapiro (éd.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation : XIXe-XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-182.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu (Pierre), « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie 12, 3 (juillet-septembre 1971), p. 295-334.
DOI : 10.2307/3320234

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu (Pierre), Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980, coll. « Le sens commun ».
DOI : 10.3406/arss.1976.3383

Bourdieu (Pierre), « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la recherche en sciences sociales 35, 1 (novembre 1980), p. 63-72.

Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992 [1984], coll. « Le sens commun ».

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1998 [1992], coll. « Points Essais ».

Bourdieu (Pierre), Propos sur le champ politique. Introduction de Philippe Fritsch, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000.

Bourdieu (Pierre), Chamboredon (Jean-Claude), Passeron (Jean-Claude), Le métier de sociologue, Paris, Mouton / Bordas, 1967, coll. « Les textes sociologiques ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu (Pierre), Boltanski (Luc), « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sciences sociales 1, 4 (juillet 1975), p. 2-32.
DOI : 10.3406/arss.1975.3417

Chanet (Jean-François), L’École républicaine et les petites patries, Mayenne, Aubier, 1996, coll. « Histoire ».

Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels ». 1880-1900, Paris, Les Éditions de Minuit, 1998 [1990], coll. « Le sens commun ».

Conihout (Isabelle de), « La conjoncture de l’édition », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dirs.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, Paris, Promodis, 1986, p. 75-89.

Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

Fillieule (Olivier) (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, coll. « Sociologiquement ».

Fouché (Pascal), « L’édition littéraire : 1914-1950 », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dirs.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, Paris, Promodis, 1986, p. 188-241.

Frajerman (Laurent), « L’engagement des enseignants (1919-1968). Figures et modalités », Histoire de l’éducation 117 (janvier-mars 2008), p. 57-96.

Gobille (Boris), « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 3, 158 (juin 2005), p. 30-61.

Gobille (Boris), « Mai-Juin 68 : crise du consentement et ruptures d’allégeance », Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dirs.), Mai-Juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2008, p. 15-31.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Laferté (Gilles), « L’homme politique, l’industriel et les universitaires. Alliance à la croisée du régionalisme dans l’entre-deux-guerres », Politix 17, 67 (3e trimestre 2004), p. 45-69.
DOI : 10.3406/polix.2004.1624

Leclercq (Catherine), Pagis (Julie), « Les incidences biographiques de l’engagement. Socialisations militantes et mobilité sociale », Sociétés contemporaines 4, 84 (2011), p. 5-23.

McAdam (Doug), Tarrow (Sidney), Tilly (Charles), « Pour une cartographie de la politique contestataire », Politix 11 (1998), 41, p. 17-32.

Ozouf (Mona), Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2010 [2009], coll. « Folio ».

Phélippeau (Éric), L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002, coll. « Socio-histoires ».

Pudal (Bernard), « Ordre symbolique et système scolaire dans les années 1960 », Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dirs.), Mai-Juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2008, p. 62-74.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la pensée ».
DOI : 10.3167/153763701782370064

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sapiro (Gisèle), « De l’usage des catégories de “droite” et de “gauche” dans le champ littéraire », Sociétés et Représentations 1, 11 (2001), p. 19-53.
DOI : 10.3917/sr.011.0019

Sapojnik (Didier), « Novembre 1947 - mars 1948 : la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) choisit l’autonomie », Le Mouvement social 92 (juillet-septembre 1975), p. 17-48.

Sempé (Mathilde), « Des mouvements “régionalistes” à l’institutionnalisation de la “région” : enjeux de luttes pour la construction d’une identité culturelle de la Bretagne », Fédéralisme Régionalisme 12 (décembre 2012), http://popups.ulg.ac.be/1374-3864/index.php?id=1130.

Simonin (Anne), Les Éditions de Minuit : 1942-1955. Le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 2008 [1994], coll. « L’édition contemporaine ».

Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, coll. « Ethnologies ».

Thiesse (Anne-Marie), Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, coll. « Ethnologie de la France ».

Tilly (Charles), La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, coll. « L’espace du politique ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Weber (Max), Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959.
DOI : 10.1522/cla.wem.sav

Haut de page

Notes

1 Entretien avec l’historienne Mona Ozouf, fille de Yann Sohier (cf. infra), le 26 avril 2013.

2 « Notre Programme. Nos revendications », Ar Falz. Bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton 1 (janvier 1933), p. 4.

3 « La langue Bretonne et le Socialisme. Revendications immédiates », Ar Falz. Bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton 1 (janvier 1933), p. 5. Le terme « bretonnant » désigne les agents sociaux qui parlent « la langue » bretonne. Pour faciliter l’exposé, nous employons ici « la » et non « les langues bretonnes ». Toutefois, des enjeux de lutte demeurent autour de sa définition et des formes différenciées, y compris des variations linguistiques, qu’elle peut prendre.

4 À partir des années 1820, les productions littéraires portant sur la Bretagne augmentent considérablement à travers des genres littéraires divers, mettant au jour les éléments supposément caractéristiques de l’« identité » régionale. À ce titre, Catherine Bertho oppose une littérature locale à une littérature « parisienne », dont la vision en partie inspirée de celle des agents de l’État et des folkloristes du XVIIIe siècle évoque une civilisation rurale et sauvage (Bertho (Catherine), « L’invention de la Bretagne », Actes de la recherche en sciences sociales 35, 1 (novembre 1980), p. 45-62. « [C]hargée et surchargée de représentations », la Bretagne est vue comme le « parangon des provinces et en même temps [comme une] région ayant gardé une identité forte » (Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, coll. « Ethnologies », p. 41 et 46). Sur la déconstruction des critères d’une « identité régionale » et sur la genèse de la catégorie de « région », voir Bourdieu (Pierre), « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la recherche en sciences sociales 35, 1 (novembre 1980), p. 63-72.

5 Voir Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1998 [1992], coll. « Points Essais », p. 123-125.

6 Voir Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la pensée ».

7 L’analyse de « l’espace des revues » est un indicateur de l’état du champ littéraire du moment (Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. « Le sens commun », p. 185).

8 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

9 Ainsi que le pose en termes généraux Boris Gobille (« Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 3, 158 (juin 2005), p. 30-61, p. 31-32).

10 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992 [1984], coll. « Le sens commun », p. 207-250.

11 Boschetti (Anna), « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », Gisèle Sapiro (éd.), L'espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation : XIXe-XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-182, p. 149.

12 En plus de ses usages scolaire et militant, Ar Falz est composée dès son deuxième numéro des rubriques suivantes : « L’heure du breton » (comportant un texte littéraire en langue bretonne et en langue française), le « Conte du samedi » et « Récitation » (en langue bretonne). À partir de décembre 1934, une rubrique « Lecture pour les grands » est ajoutée. En outre, en plus de publier des poèmes et autres genres littéraires d’écrivains bretons (en langue bretonne), les membres de la revue traduisent des auteurs étrangers, tels que Léon Tolstoï (Ar Falz 14 (avril 1934), p. 153). Par ailleurs, le numéro d’octobre-novembre 1934 (Ar Falz 18-19, p. 205-208) promeut, outre des « ouvrages pour enfants » et autres « livres d’études » (dictionnaires et précis de grammaire, d’orthographe et de prononciation), une liste d’écrivains de langue bretonne considérés comme légitimes au sein de l’espace de production de littérature en langue bretonne.

13 Par exemple, George Sand (voir Les règles de l’art, op. cit., p. 125), qui produira d’ailleurs une critique favorable au Barzaz Breiz, recueil de contes bretons publié par Théodore de la Villemarqué en 1939.

14 Les éléments de trajectoire sont tirés de la notice biographique du Maitron. Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article131378). Voir aussi Ozouf (Mona), Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2010 [2009], coll. « Folio » ; Combot (Paolig), « 1933. Un événement : Ar Falz », Dalc’homp sonj ! Revue historique bretonne 5 (1983), p. 12-14.

15 L’UJB est fondée en 1919 par Morvan Marchal et Joseph de Roincé. Morvan Marchal fonde le Groupe régionaliste breton en 1918 et prend la direction de la revue Breiz Atao en 1919, ainsi que de l’UJB.

16 Pour une déconstruction de la catégorie de « régionalisme », lire Sempé (Mathilde), « Des mouvements “régionalistes” à l’institutionnalisation de la “région” : enjeux de luttes pour la construction d’une identité culturelle de la Bretagne », Fédéralisme Régionalisme 12, Varia (décembre 2012), http://popups.ulg.ac.be/1374-3864/index.php?id=1130. Voir aussi Anne-Marie Thiesse, op. cit.

17 Breiz Atao (Bretagne toujours) est une revue créée en 1919 par des militants de la langue bretonne proches des milieux maurrassiens.

18 Feiz ha Breiz (Foi et Bretagne) est une revue catholique créée en 1865 et dirigée, à partir de 1911, par l’abbé Perrot.

19 Le PAB est créé en 1927 par Olier Mordrel, Morvan Marchal, Yann Bricler, Maurice Duhamel et Francez Debeauvais. Il est la continuité de l’UJB. Ayant éclaté en 1931, son aile droite, plus « nationaliste », forme un nouveau Parti national breton en 1932.

20 Les membres de ce premier PNB créé en 1911 promeuvent « l’histoire » et « la langue » comme constitutives des « identités nationales » et du « nationalisme breton ».

21 Il contribue également à la revue Gwalarn (Vent d’Ouest) et entretient des relations avec Émile Masson et François Vallée, respectivement fondateur d’une « revue d’éducation paysanne » Brug (Bruyères) et auteur d’un dictionnaire français-breton. Émile Masson (1869-1923) est par ailleurs engagé au sein de la Fédération régionaliste bretonne (FRB) créée en 1911, puis au PNB (Maitron, op. cit., http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article120935).

22 Bourdieu (Pierre), Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980, coll. « Le sens commun ». Sur les processus de « transposabilité des dispositions » militantes et les « incidences biographiques de l’engagement », voir Leclercq (Catherine) et Pagis (Julie), « Les incidences biographiques de l’engagement. Socialisations militantes et mobilité sociale », Sociétés contemporaines 4, 84 (2011), p. 5-23 ; voir aussi Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, coll. Sociologiquement.

23 Marcel Cachin (1869-1958) contribue à L’Humanité à partir de 1912 et en obtient la direction en 1918. Député puis sénateur, il est membre du Comité directeur du PCF, élu au Comité central et au Bureau politique. Arrêté en 1941 par la police nazie et libéré en 1942, il contribue clandestinement à L’Humanité. Il est ensuite réélu au bureau politique du PCF à partir de 1945 (Maitron, op. cit., http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?page=article_long&id_article=18297).

24 Au sens de Max Weber dans Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959. Sur la distinction entre « profanes » et « professionnels » de la politique, voir aussi Bourdieu (Pierre), Propos sur le champ politique. Introduction de Philippe Fritsch, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p. 34 sq ; voir également Phélippeau (Éric), L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002, coll. Socio-histoires.

25 Yves Bouguen (conseiller général des Côtes-du-Nord, Arrondissement de Lannion), Conseil général des Côtes-du-Nord. Première session ordinaire de 1935. Rapport présenté par M. Paul J. Séguin. Préfet des Côtes-du-Nord, séance du jeudi 16 mai 1935, Saint-Brieuc, Imprimerie moderne, p. 289.

26 Voir Sapiro (Gisèle), « De l’usage des catégories de “droite” et de “gauche” dans le champ littéraire », Sociétés et Représentations 1, 11 (2001), p. 19-53.

27 L’affaire Dreyfus constitue une configuration d’opportunité politique pour la conquête de l’autonomie symbolique par les « intellectuels » vis-à-vis du champ politique (Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels ». 1880-1900, Paris, Les Éditions de Minuit, 1998 [1990], coll. « Le sens commun », p. 224).

28 Sapiro, art. cit., p. 39.

29 Anne Le Den contribue à la revue Ar Falz sous le pseudonyme de Naïg Sezny.

30 Voir Bourdieu (Pierre), Chamboredon (Jean-Claude) et Passeron (Jean-Claude), Le métier de sociologue, Paris, Mouton / Bordas, 1967, coll. « Les textes sociologiques », p. 152.

31 Voir Chanet (Jean-François), L’École républicaine et les petites patries, Mayenne, Aubier, 1996, coll. « Histoire », p. 101 sq.

32 Selon l’expression générale de Boris Gobille (« Mai-Juin 68 : crise du consentement et ruptures d’allégeance », Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dirs.), Mai-Juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2008, p. 15-31, p. 22).

33 Voir Bourdieu (Pierre) et Boltanski (Luc), « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sciences sociales 1, 4 (juillet 1975), p. 2-32.

34 Voir Frajerman (Laurent), « L’engagement des enseignants (1919-1968). Figures et modalités », Histoire de l’éducation 117 (janvier-mars 2008), p. 57-96.

35 Sapiro, art. cit., p. 39.

36 Voir Fouché (Pascal), « L’édition littéraire : 1914-1950 », Henri-Jean Martin, Roger Chartier et Jean-Pierre Vivet (dirs.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, Paris, Promodis, 1986, p. 188-241, p. 220.

37 Lors des hommages rendus à Yann Sohier en 1935, le Groupe des instituteurs laïques bretonnistes précise néanmoins qu’« Ar Falz “faisait” des abonnements parmi les instituteurs [et] ses revendications se vulgarisaient, un courant de sympathie se dessinait à son égard » (Ar Falz 23-24 (juin 1935), p. 272 et 271).

38 Entretien cité avec Mona Ozouf. C’est ce qui tend d’ailleurs à être confirmé dans le numéro de janvier 1934 : « Ar Falz 1933 a pu finir l’année sans déficit, la différence entre les recettes et les dépenses ayant été comblée par les rédacteurs du bulletin. »

39 Ar Falz 23-24 (juin 1935), p. 271.

40 De 1933 à 1935, Yann Sohier publie deux volumes de contes en langue bretonne (voir ibid., p. 270).

41 Voir Tilly (Charles), La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, coll. « L’espace du politique ».

42 « Pour un enseignement de la langue Bretonne ! Contre l’oppression culturelle ! », Ar Falz 20 (décembre 1934), supplément.

43 Les obsèques de Yann Sohier sont révélatrices de ses liens avec un spectre large de mouvements sociaux bretons « régionalistes », des plus conservateurs (comme Olier Mordrel, l’Abbé Perrot ou encore Yann Kerlann, alias Jean Delalande, membre d’Ar Falz depuis 1933) aux militants d’extrême gauche (tels que Marcel Cachin). Elles sont aussi l’occasion pour des militants catalans de présenter leurs condoléances, attestant ainsi de liens entre différents mouvements « régionalistes » (Ar Falz 23-24 (juin 1935), p. 268 sq.).

44 Laferté (Gilles), « L’homme politique, l’industriel et les universitaires. Alliance à la croisée du régionalisme dans l’entre-deux-guerres », Politix 17, 67 (3e trimestre 2004), p. 45-69, p. 47.

45 Direction centrale des renseignements généraux, Direction générale de la sûreté nationale, Ministère de l’intérieur, « Les mouvements autonomistes en Bretagne », septembre 1968 (Archives de la préfecture de police de Paris, Clubs régionalistes : GABR46, p. 2-3).

46 Bassy (Alain-Marie), « L’édition en marche », Henri-Jean Martin, e.a., op. cit., p. 572-575, p. 574. Voir aussi Simonin (Anne), Les Éditions de Minuit : 1942-1955. Le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 2008 [1994], coll. « L’édition contemporaine ».

47 « Breiz Atao reparaît », Breiz Atao 25, 337 (mai 1944), p. 6-7, in Archives municipales de Quimper, Publications mouvement nationaliste Breton : 22J27. Marcel Guieysse (1881-1967) contribue à relancer le mouvement Breiz Atao. Président du PNB en 1936, il participe à la collaboration sous Vichy. Il est condamné en 1946 à cinq ans d’emprisonnement. L’Abbé Perrot, qui avait participé à la collaboration sous Vichy, est assassiné en décembre 1943. Célestin Lainé (1908-1983) dirige la milice Perrot (Bezen Perrot), intégrée à la police des SS, après l’assassinat de l’Abbé.

48 Voir Bellanger (Claude), Godechot (Jacques), Guiral (Pierre) et Terrou (Fernand) (dirs.), « D’août 1944 à la crise de 1947 », Histoire générale de la presse française. T. 4 : de 1940 à 1958, Paris, Presses Universitaires de France, 1975, p. 273-358.

49 Si le mouvement Ar Falz est relancé dès la Libération, il faut attendre 1947 pour que l’association dépose ses statuts à la sous-préfecture de Brest, sous le nom de « Skoloerien ha kelennerien Ar Falz ». En 1957, elle est renommée : « Ar Falz, mouvement de la culture populaire bretonne » (Direction centrale des renseignements généraux, op. cit., p. 3-4).

50 Celui-ci précise ainsi le 17 avril 1945, dans une lettre adressée aux membres d’Ar Falz : « Vous avez effectivement très bien fait de m’envoyer les circulaires “Ar Falz”. Avec vous à fond. Vous pouvez compter absolument sur moi. » De même, le 19 juillet 1945 : « [u]sez de mon nom si vous le jugez utile pour la pétition d’Ar Falz” (Ar Falz 2 (nouvelle série, 1er trimestre 1946), p. 4).

51 Il rencontre Yann Kerlann à l’école primaire. Par ailleurs, il obtient un diplôme d’études celtiques en 1938.

52 Artiste peintre, fondateur des Seiz Breur (Sept Frères ; d’après le nom d’une confrérie artistique créée en 1923), René-Yves Creston contribue dès le début à la revue.

53 Pour la plupart formés ou enseignant à l’École normale d’instituteurs de Quimper.

54 Pour des éléments de trajectoire biographique de Per Jakez Helias (1914-1995), cf. infra.

55 Ainsi, René-Yves Creston est engagé dans le groupe du Musée de l’homme et dans les Forces françaises libres ; Per Jakez Helias est rédacteur en chef de la revue Vent d’Ouest, revue du Mouvement de Résistance Unifié, créé en 1944 ; Armand Keravel a contribué aux Forces françaises de l’intérieur. Par ailleurs, il semblerait que les membres d’Ar Falz aient perpétué une activité « clandestine » durant la guerre (Armand Keravel, « Aux Instituteurs et Professeurs Bretonnistes. Extraits d’une note adressée dans la clandestinité », Ar Falz 1 (nouvelle série, 3e trimestre 1945), p. 10-11 ; cette note est datée de 1942, et Keravel mentionne également d’autres notes datant de 1943).

56 Bourdieu, Propos sur le champ politique, op. cit., p. 65.

57 Ar Falz 1 (nouvelle série, 3e troisième trimestre 1945), p. 9-10.

58 Sapiro, op. cit., p. 530, 539 et 529.

59 Voir Boschetti, art. cit., p. 181.

60 Bensa (Alban) et Fassin (Éric), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 (mars 2002), http://terrain.revues.org.1888. Voir aussi Bourdieu (Pierre), « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie 12, 3 (juillet-septembre 1971), p. 295-334.

61 McAdam (Doug), Tarrow (Sidney) et Tilly (Charles), « Pour une cartographie de la politique contestataire », Politix 11 (1998), 41, p. 17-32, p. 17 sq.

62 Ainsi, par exemple, les instances de consécration littéraire, telles que le Comité national des écrivains, sont investies par des agents du champ politique, à commencer par ses membres appartenant au PCF. Ils bénéficient d’une certaine reconnaissance dans de nombreux sous-espaces des champs littéraire et intellectuel, notamment en raison du rôle qui leur est attribué dans la Résistance (Sapiro, op. cit., et Boschetti, art. cit.).

63 En 1965, Ar Falz devient Ar Falz/Skol Vreizh, Skol Vreizh étant au départ une revue envisagée comme un supplément pédagogique à la revue Ar Falz.

64 Entretien avec Jean-René Le Quéau, responsable des éditions Skol Vreizh, le 19 décembre 2012. Afin de nuancer une interprétation qui se focaliserait sur les tensions qui demeurent au sein de cet espace de mobilisations en faveur d’une perception de « la culture » bretonne, il convient de ne pas omettre le processus d’épuration généralisé après la Seconde Guerre mondiale, qui influe nécessairement sur la succession à la direction de la revue et du mouvement Ar Falz. Selon Anna Boschetti, l’épuration touche davantage les écrivains que les éditeurs. Les seconds sont tendanciellement plus amnistiés, alors que les premiers peuvent être exécutés, condamnés à l’exil ou à l’emprisonnement (Anna Boschetti, « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », Henri-Jean Martin, e.a., op. cit., p. 480-527, p. 526).

65 Luttes d’héritages perpétuées, durant les années 1960, à propos de l’association Ar Falz/Skol Vreizh.

66 Les MUR, fondés en 1943 sous l’impulsion de Jean Moulin, sont composés des mouvements de résistance Libération, Combat et Francs-Tireurs.

67 Boschetti, « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », art. cit., p. 151.

68 Voir Thiesse (Anne-Marie), Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, coll. Ethnologie de la France.

69 Pudal (Bernard), « Ordre symbolique et système scolaire dans les années 1960 », Dominique Damamme, e.a., op. cit., p. 62-74, p. 65.

70 Sapojnik (Didier), « Novembre 1947 - mars 1948 : la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) choisit l’autonomie », Le Mouvement social 92 (juillet-septembre 1975), p. 17-48, p. 35.

71 Voir Boschetti, « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », art. cit., p. 526.

72 Telles que Ar Falz, Bleun-Brug (Fleur de Bruyère), créée en 1905 par l’abbé Perrot, ou encore Al Liamm (Le Lien), fondée par Ronan Huon en 1946.

73 Telles que Kendalc’h (Maintien, Persévérance), Kuzul ar Brezhoneg (Conseil de la langue bretonne) ou Emgleo Breiz (Entente culturelle bretonne). Dans le champ éditorial national, les maisons d’édition se regroupent elles aussi à partir des années 1950. Hachette, Les Presses de la Cité et Gallimard deviennent de « véritables groupes d’édition » et développent « de nouvelles formes d’édition (club, courtage, correspondance) » et des « collections de grande diffusion » (Fouché, art. cit., p. 241). Voir aussi Conihout (Isabelle de), « La conjoncture de l’édition », Henri-Jean Martin, e.a., op. cit., p. 75-89, p. 81-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Sempé, « La revue bretonne Ar Falz : « l’art social » en conjoncture de crise politique et littéraire (1945-1946) », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://contextes.revues.org/6115 ; DOI : 10.4000/contextes.6115

Haut de page

Auteur

Mathilde Sempé

Université Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Crises politiques et champs littéraires : un objet interdisciplinaire
    Paru dans COnTEXTES, 16 | 2015
Haut de page