Navigation – Plan du site

Guerre de Libération et libération des possibles littéraires

La trajectoire de Carlo Emilio Gadda et la réception de son œuvre dans le champ italien
Cecilia Benaglia

Texte intégral

1En observant la position de Carlo Emilio Gadda dans l’histoire littéraire italienne, un paradoxe saute tout de suite aux yeux : d’une part, tous les ouvrages majeurs de ce prosateur ont été conçus et entamés au cours des années 1930-1940 ; d’autre part, aucun de ces ouvrages n’a été publié, ni n’a circulé au sein d’un public un peu large, bref ne s’est constitué en tant qu’élément réellement agissant dans le champ littéraire avant les années 1950.

2Si le potentiel politiquement subversif de l’œuvre de cet écrivain pourrait donner à penser que le retard de son succès et de sa visibilité dépend surtout des contraintes politiques répressives du régime fasciste, on ne saurait se contenter de cette explication. D’abord à cause de la position plus qu’ambiguë de Gadda vis-à-vis du régime, ensuite du fait que cela reviendrait à oublier le cas d’autres écrivains, comme Alberto Moravia ou Eugenio Montale, qui n’ont pas dû attendre la fin de la guerre pour être reconnus en Italie et à l’étranger. Mais il est d’autres phénomènes relevant de l’autonomie relative du champ littéraire pendant les années du régime : pensons, notamment, à l’essor des traductions dans la période 1930-1940, désignée par l’histoire littéraire italienne comme « la décennie des traductions ». Si le lien entre changements politiques et évolution de l’œuvre de Gadda est indéniable, il n’est pas direct : le retard de son succès ainsi que les modalités particulières de son accès à la consécration s’expliquent principalement par les changements radicaux que l’espace littéraire italien subit pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

3On peut tenter d’expliquer cet enchevêtrement de conditions en adoptant la perspective proposée par la théorie des champs, qui explique la relation des écrivains à la politique en prenant en compte la logique propre au champ littéraire. Cette approche permet de nuancer le statut de phénomène « unique » et exceptionnel que la critique a toujours attribué à Carlo Emilio Gadda, en montrant que sa trajectoire et une partie de ses choix textuels ne sont compréhensibles qu’à la lumière des dynamiques collectives, dans une période caractérisée par une multiplicité de crises politiques.

  • 1 Ces expressions indiquent les différentes catégories de prismes à travers lesquels s’opère la média (...)

4Dans cet article, nous nous proposons de reconstituer des moments importants de cette trajectoire. En reprenant la distinction proposée par Alain Viala entre « institutions de la vie littéraire » et « institutions littéraires1 », nous allons organiser ce qui suit en deux parties. Dans un premier temps, nous allons évoquer les nouveaux réseaux dans lesquels Gadda se retrouve au lendemain de la guerre. Nous analyserons ensuite sa production d’après 1945, en nous attachant notamment à faire émerger la place fluctuante qu’elle fait au discours politique, ainsi que d’autres aspects qui tiennent en partie au nouveau contexte.

De la guerre civile à la Libération

  • 2 Voir Bresciani (Marco) et Scarpa (Domenico), « Gli intellettuali nella guerra civile 1943-45 », Ser (...)
  • 3 Pavone (Claudio), Une guerre civile : essai historique sur l'éthique de la résistance italienne, Pa (...)

5Le 25 juillet 1943, le Grand Conseil du Fascisme approuve la motion de censure contre Mussolini, qui est mis aux arrêts le lendemain. Le roi Victor-Emmanuel II place le maréchal Badoglio à la tête du gouvernement. Le 8 septembre de la même année, l’Italie signe l’armistice avec les Alliés : s’ouvre ainsi la période de guerre civile, qui ne se conclura qu’en avril 1945. Au cours de ces années, l’espace social italien s’organise en deux camps nettement opposés, et on assiste à une mobilisation généralisée, dans laquelle les intellectuels et les écrivains occupent une place de choix2. Toutefois, comme le montre bien l’historien Claudio Pavone, le choix entre les deux camps, celui des partisans et celui des fascistes, n’est pas toujours immédiat ni facile, surtout au début3. Il existe également une ample « zone grise », formée par des citoyens et des écrivains qui ne participent pas au conflit et qui gardent une place d’observateurs en retrait. C’est précisément la position occupée par Gadda au cours de ces années.

  • 4 Les textes de propagande technique sont publiés pour la plupart au cours des années 1930 dans le jo (...)

6Né dans une famille de la bourgeoisie milanaise en 1893, il s’engage comme volontaire pendant la Première Guerre mondiale en 1915, événement qui marquera à jamais sa personnalité et son parcours d’écrivain, surtout à cause de la perte de son frère qui, également combattant, meurt en 1918. Après la défaite de Caporetto le 24 octobre 1917, Gadda passe une période d’environ deux ans comme prisonnier des Allemands. Ayant réintégré la vie civile, il se laisse transporter par l’enthousiasme inspiré par le mouvement fasciste naissant et s’inscrit au parti en 1921, à l’instar de nombre d’intellectuels italiens à l’époque. Cette adhésion n’aboutit à aucune forme d’activisme politique. Sa proximité au régime se limite à la rédaction de quelques textes de propagande technique, qu’il écrit en qualité d’ingénieur, profession qu’il exerce jusqu’aux années 19404. Il prendra ses distances avec le régime assez tardivement.

  • 5 C’est une interprétation courante à l’époque, les deux événements devenant les emblèmes de la défai (...)

7La période qui s’ouvre en 1943 est décisive dans le parcours d’écrivain de Gadda. S’il ne prend pas part au conflit, à cause de son âge (il a alors 50 ans), il vit la chute du gouvernement et la guerre comme des événements catastrophiques qui, d’un seul coup, achèvent d’annihiler la confiance qu’il avait pu avoir dans les perspectives de changement promues par le fascisme. C’est surtout au cours de ces années que mûrissent les sentiments de refus et de ressentiment vis-à-vis du régime et, en particulier, vis-à-vis de la figure de Mussolini, qu’il attaquera par la suite férocement. Selon une perception répandue dans une large partie de la population, l’armistice est vécu comme un deuxième Caporetto, c’est-à-dire une défaite totale qui se teint de couleurs apocalyptiques5. Le scénario que Gadda a connu au cours de la Première Guerre se répète, lorsque les dirigeants et les hommes à la tête du pays abandonnent les soldats et la population, dans la débâcle des structures sociales. Gadda passe les années du conflit dans une situation économique très difficile, de quasi-pauvreté, entre Florence, ville durement bombardée, et la campagne, où il trouve refuge chez des amis. Il vit la guerre d’une manière très intense sur le plan psychologique, surtout à cause du pouvoir qu’elle a de « présentifier » l’expérience de la Première Guerre mondiale, en rouvrant les plaies du passé et en créant un effet de superposition temporelle. On mesure la profondeur de l’impact que la crise historique a sur son projet littéraire dans ce passage qu’il rédige en 1949 :

  • 6 Gadda (Carlo Emilio), Les voyages la mort. Traduit de l’italien par Monique Bacceli, Paris, Christi (...)

Chacun de nous m’apparaît comme un écheveau, un nœud, un grouillement de rapports physiques et métaphysiques. Chaque rapport est en suspens, il est maintenu en équilibre, dans le « champ » qui lui est propre, par une tension polaire. Laquelle tension peut évidemment changer d’intensité dans le temps, et parfois même de signe, donc s’éteindre. Il arrive que tant l’opération cognitive, c’est-à-dire la stabilisation du rapport cité plus haut, que les impulsions (expressives) libérées sur la page, soient perturbées par le système historique (et gnoséologique) ambiant, par des événements tout à fait extérieurs au processus analytico-synthétique qui construit le texte, qui tisse l’étoffe du texte. En un mot : les faits enregistrables dans une biographie, et plus largement encore dans une histoire du « milieu », bouleversent horriblement, parfois jusqu’à les détruire, les nobles constellations d’entrelacements internes, dus à l’activité naturelle de l’esprit6.

8Au cours des années qui précèdent la crise et dans l’après-guerre, Gadda n’interviendra jamais dans le champ politique à travers des prises de position explicites, se situant consciemment à l’opposé du modèle de l’écrivain engagé qui, en vertu de son capital proprement littéraire, intervient dans l’espace public. Les effets de la crise sur sa trajectoire ne sont donc repérables que dans ses œuvres elles-mêmes. Mais avant de concentrer notre attention sur ce qui change dans sa production après la guerre, commençons par fournir un aperçu de la situation du champ littéraire italien.

Les effets de la crise sur les institutions de la vie littéraire après 1945 

  • 7 Voir Boschetti (Anna), « La genesi delle poetiche e dei canoni. Esempi italiani (1945-1970) », Alle (...)
  • 8 Voir Gobille (Boris), « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capita (...)
  • 9 Ibid., p. 31. L’auteur, qui souligne, renvoie à Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. L (...)
  • 10 Le terme ermetismo, lancé en 1936, renvoie à une conception de la littérature qui, diffusée surtout (...)

9Au lendemain de la guerre, l’espace littéraire italien, notamment le pôle de la production restreinte, se reconfigure sous le poids des questions politiques, qui déterminent en partie les prises de position des écrivains7. Comme en France, l’engagement devient un trait constitutif de la littérature légitime, du fait de l’ascendant que le Parti Communiste Italien exerce sur le milieu littéraire et intellectuel. Son influence tient aussi au support financier qu’il assure aux auteurs et aux publications et aux éditeurs qu’il soutient. D’une manière générale, l’analyse de ce moment semble confirmer l’hypothèse selon laquelle les crises politiques favorisent une tendance à la désectorialisation, qui permet la circulation accélérée entre champs différents de problématiques caractérisant jusqu’alors uniquement un secteur spécifique de l’espace social8. Ce phénomène émerge dans plusieurs entreprises intellectuelles de cette époque-là, notamment dans la revue Il Politecnico. Celle-ci, fondée en 1946 par Elio Vittorini, vise expressément le dépassement de la séparation entre disciplines ou secteurs du savoir et, à côté des textes littéraires, publie des genres très divers, comme les premières enquêtes sociologiques et anthropologiques sur la situation du pays. Comme l’écrit Boris Gobille, dans un moment de crise « “l’arbitraire [des] conventions implicites” est mis au jour, et les agents sociaux sont contraints à un travail de reconstruction symbolique du monde social9 ». Le néoréalisme, le premier mouvement littéraire qui, après l’hermétisme10, parvient à accéder à la visibilité en Italie et aussi à l’étranger (grâce au cinéma), participe également à ce travail de reconstruction symbolique. Il fait de l’expérience politique de la Résistance sa source d’inspiration et le moteur de la création esthétique, en tentant de donner voix et corps à l’expérience collective de la guerre.

  • 11 Pendant les vingt années que dure le régime fasciste, Gadda collabore à beaucoup de revues, parmi l (...)
  • 12 Comme l’ont en effet montré des études récentes, l’impératif de l’engagement est promu, en France c (...)
  • 13 Voir le recueil de lettres envoyées au cousin Piero Gadda, lui aussi écrivain, Le confessioni di Ca (...)
  • 14 Fondé en 1942 sur la base du parti homonyme créé par Mazzini en 1853, le Partito d’Azione est un pa (...)
  • 15 Attal (Frédéric), Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle: prophètes, philosophes et expe (...)

10Carlo Emilio Gadda se trouve ainsi projeté dans une phase de grande expérimentation et dans un contexte qui est complètement transformé par rapport à celui où il s’était formé dans les décennies précédentes. Florence notamment, où il habitait avant la guerre, était le rempart de la littérature pure, représentée en particulier par les poètes hermétiques. Des faits très concrets lui font mesurer l’ampleur de ce changement : une bonne partie des revues auxquelles il collaborait, et qui étaient en partie liées au régime, disparaissent11 et, comme on l’a vu, l’engagement et l’antifascisme font partie de la nouvelle définition de la légitimité qu’incarnent les écrivains et les réseaux littéraires les plus en vue12. Or, sur le plan des idées politiques et de l’idéologie, Gadda est un conservateur, sinon un réactionnaire, et il le reste malgré la chute du régime : au référendum du 2 juin 1946 concernant le choix entre Monarchie et République, il prend position en faveur de la première, décision qui lui vaudra nombre de réactions négatives de la part de ses pairs13. Tout en n’adhérant jamais à un parti, il est proche du milieu libéral et collabore avec des revues qui en sont l’expression, comme Il Ponte et Il Mondo, cette dernière étant une revue florentine où il écrit régulièrement en 1945-1946. Quelques années plus tard, Mario Pannunzio fonde à Rome une revue du même nom et avec la même orientation politique. Elle regroupe la plupart des anciens membres du Parti d’Action14. Frédéric Attal décrit ainsi sa position : un « atlantisme et une américanophilie sans complexe, un européisme convaincu, un libéralisme politique sans concession qui critique le gouvernement lorsqu’il estime que les libertés publiques sont menacées … un laïcisme au ton parfois anticlérical15 ». Il faut ajouter un anticommunisme radical. Enfin, un dernier élément confirme les liens existant entre Gadda et ce milieu politique, à savoir le fait que la revue Il Mondo est financée par l’industriel Raffaele Mattioli, celui-là même qui assure à l’écrivain un soutien économique précieux durant ces années-là.

  • 16 Inchiesta sul neorealismo, Turin, Edizioni Radio Italiana, 1951. L’article que Gadda y publie s’int (...)

11De plus, malgré le capital symbolique qu’il avait accumulé avant la guerre et malgré la portée éthique de son écriture, Gadda prend le risque de se retrouver dans une position de marginalité par ses choix proprement littéraires. L’expérimentalisme qui caractérise son écriture et la difficulté de ses textes ne correspondent pas au principe de démocratisation de la culture, qui préconisait un langage clair et accessible à une large partie de la population. En 1950, il écrit un article pour l’Enquête sur le néoréalisme16 de Carlo Bo, où il prend clairement position contre les poétiques néoréalistes. Comment expliquer alors l’irrésistible montée en valeur de son œuvre ? Et quels sont les effets de cette situation politico-littéraire sur son travail ?

  • 17 Si Quer pasticciaccio brutto de via Merulana (L’affreux pastis de la rue des Merles, Paris, Édition (...)
  • 18 Du fait qu’il constitue la première publication de lettres des condamnés à mort de la Résistance it (...)

12Pour saisir les facteurs qui lui permettent de s’imposer, il faut prendre en considération les réseaux dont il fait partie et les interventions des écrivains qui lui sont proches. Faute de pouvoir parler de tous les écrivains ou critiques qui ont joué un rôle dans sa légitimation, et faute de pouvoir évoquer l’histoire éditoriale de ses œuvres et ses rapports avec les éditeurs, nous allons concentrer notre attention sur deux figures, Elio Vittorini et Pier Paolo Pasolini, qui jouent un rôle particulièrement important, du fait qu’ils occupent une position clé dans le champ de l’édition et qu’ils sont liés avec les éditeurs qui publient les deux romans majeurs de Gadda17. Vittorini qui, dans l’après-guerre, deviendra un grand « découvreur » d’écrivains et l’un des acteurs principaux du paysage culturel italien, porte très tôt attention à la production de Gadda. Si son premier article date de 1931, il n’est alors qu’un jeune critique encore inconnu, en train de faire ses premières armes. C’est seulement après la guerre qu’il peut exercer pleinement le pouvoir de consécration acquis au fil des années, en proposant la publication des textes de Gadda à la maison d’édition Einaudi, où il est conseiller et directeur de collection. Cette entreprise est alors encore artisanale, mais déjà prestigieuse, proche du pôle de production le plus légitime, associé à l’antifascisme et au néoréalisme. Des écrivains qui sont parmi les anciens résistants les plus connus font partie du comité éditorial et en 1952 Einaudi publie les Lettres de condamnés à mort de la Résistance Italienne18. L’association avec cet éditeur constitue un premier « passage à gauche » pour Gadda. En 1950 il déménage à Rome, où il a été embauché par la Radio d’État, travail qui lui permet de se consacrer complètement à l’écriture. Ce déménagement est un changement important, car il lui permet de s’insérer dans la capitale, devenue un des centres les plus importants de la scène littéraire de l’après-guerre. Gadda y élargit ses contacts intellectuels et rencontre des écrivains tels que Goffredo Parise, Alberto Moravia et Pasolini.

  • 19 Pasolini (Pier Paolo), « Gadda. Le novelle del ducato in fiamme », Passione e ideologia, Milan, Gar (...)
  • 20 En 1929, Croce avait publié une Histoire de l’âge baroque en Italie (Storia dell’età barocca in Ita (...)
  • 21 Pasolini (Pier Paolo), art. cit., p. 345 [traduction de l’auteure].

13Ce dernier en particulier joue un rôle important, surtout au niveau de l’interprétation critique de l’œuvre gaddienne. En effet, Pasolini fait du style et de l’écriture de Gadda un pivot de la relecture de l’histoire de la littérature italienne du XIXe et XXe siècles qu’il est en train de mettre au point. Dans un essai de 1954, il parle de la non-contemporanéité de Gadda vis-à-vis de ses contemporains, et, tout en soulignant la distance existant en particulier entre sa prose et celle de D’Annunzio, écrivain extrêmement influent dans la première partie du siècle, il aborde une question critique centrale, à savoir celle de l’étiquette « baroque » souvent attribuée, avec une valeur négative, à l’œuvre gaddienne. Pasolini propose de parler dans son cas de « baroque-réaliste19 ». Il s’agit là d’une habile stratégie de relégitimation : en associant le baroque – catégorie alors extrêmement dévaluée, surtout à cause de la condamnation de Benedetto Croce20 – avec le réalisme, label en vogue à ce moment-là, Pasolini vise à libérer l’expérimentalisme de Gadda du soupçon de désengagement. De plus, en reprenant les analyses du critique Gianfranco Contini (cf. infra), il inscrit Gadda dans un filon plurilingue de la littérature italienne remontant à Dante, dont il fournit une lecture ouvertement politique. Alors que le filon pétrarquiste monolingue a été historiquement le privilège des classes dominantes, ayant partie liée avec les pouvoirs et les institutions constituées, telle l’académie, et conservant cette connotation dans l’époque contemporaine, le dantisme linguistique « se répandait luxuriant dans la vie littéraire militante, s’imprégnait de Risorgimento, de libéralisme et de socialisme21 ». Cette interprétation présente le plurilinguisme comme une prise de position implicitement politique et suggère que l’attention doit dorénavant être portée au langage, alors qu’auparavant l’engagement se concrétisait à travers un travail sur le contenu et une prise en charge des phénomènes sociaux. C’est donc au début des années 1950 qu’est produite la première interprétation « politisée » du style gaddien, essentielle pour légitimer son œuvre à l’époque, et qui sera radicalisée par les critiques proches de la néo-avant-garde, comme on va le voir par la suite.

Gadda, la crise et les institutions littéraires

  • 22 Voir Ragone (Giovanni), Un secolo di libri. Storia dell’editoria in Italia dall’Unità al post-moder (...)
  • 23 Voir Boschetti (Anna), art. cit., p. 58.

14Outre une restructuration globale de l’espace social et politique, la chute du régime fasciste et la guerre entraînent, dans l’espace littéraire, une crise des valeurs stylistiques et linguistiques, et, plus généralement, des vecteurs jusque-là dominants, autrement dit toutes les institutions littéraires touchant à la dimension sociopoétique des œuvres, les réseaux thématiques qui les caractérisent, les codes et les hiérarchies esthétiques et stylistiques auxquels elles sont soumises. Pour comprendre ces effets de la crise, on peut prendre en considération, en premier lieu, les changements qui ont affecté le système de contrôle de la vie intellectuelle, à commencer par l’abolition des lois censoriales fascistes. À partir de 1945, on assiste à l’effondrement d’un système qui, surtout à partir de 1937 et la fondation du ministère de la Culture populaire, visait l’imposition d’un état d’autarcie culturelle. En particulier, le régime avait limité la circulation des textes d’auteurs juifs ou d’origine juive tels que Spinoza, Bergson, Einstein ou Freud22, et interdit tout allusion « favorable » à des tendances de pensée qui ne s’accordaient pas avec la philosophie officielle. La Libération provoque un sentiment intense d’ouverture des possibles, qui se concrétise dans un effort pour sortir de l’isolement et du provincialisme dans lesquels la culture nationale avait été enfermée. On assiste ainsi à une série d’initiatives qui visent à promouvoir, à travers les revues et les maisons d’édition, la circulation des penseurs proscrits, dans une tentative de rattraper le temps perdu. La revue Il Politecnico est, encore une fois, un bon révélateur de ce moment-là, car elle promeut une culture matérialiste, cosmopolite et scientifique, incompatible avec l’hégémonie de l’humanisme idéaliste dont Croce et Giovanni Gentile avaient été les champions23.

  • 24 Il s’agit peut-être de la seule conférence qu’il ait jamais faite au sujet de la littérature. Le te (...)

15Gadda a une formation technique et scientifique, grâce à ses années d’étude à l’École polytechnique de Milan et à son métier d’ingénieur, et parmi ses auteurs de référence il y a plusieurs penseurs interdits par le régime, tels Spinoza, Leibniz, Kant, Darwin, Pareto et Einstein. Alors que dans la période d’avant-guerre sa position était décalée par rapport au contexte culturel, après la guerre, sans doute pour la première fois, Gadda fait l’expérience d’un accord entre son habitus et plusieurs tendances de l’espace culturel. L’évolution du statut de la psychanalyse, qui commence alors à se frayer un chemin dans le monde culturel italien, fournit un exemple particulièrement significatif de la réévaluation que connaissent nombre de questions et de disciplines qui n’étaient pas abordables, du moins ouvertement, dans la période fasciste. Gadda avait abordé des écrits de Freud sans doute dès les années 1930, quand la lecture de cet auteur était soupçonnée d’être un signe de décadence morale. La disparition des interdits qui frappaient la psychanalyse l’encourage, en février 1948, à se risquer à une forme de « prise de parole » rarissime pour lui, à savoir la conférence24. Il y traite des rapports entre la littérature et la théorie freudienne et il souligne le rôle essentiel que cette dernière occupe dans la déconstruction du sujet qui est au centre de son œuvre, opération dont il souligne également la portée de critique sociale.

  • 25 Voir Foresti (Fabio) (éd.), Credere, obbedire, combattere. Il regime linguistico del Ventennio, Bol (...)
  • 26 La Ruota est une revue fondée en 1937 avec pour sous-titre « Rivista mensile di letteratura e polit (...)
  • 27 Voir « Langue littéraire et langue usuelle », Les voyages la mort, op. cit. Les points de désaccord (...)

16L’ouverture de l’espace des possibles littéraires et idéologiques concerne également le contrôle exercé par le pouvoir politique sur la langue légitime. Surtout à partir de la fin des années 1930, le régime avait mis en place un ensemble de politiques linguistiques qui visaient la promotion d’une langue nationale épurée, au niveau du lexique et de la syntaxe, de tout élément étranger ou dialectal. Si l’impact réel de ces interventions sur la structure et sur l’usage courant de l’italien a été plutôt faible selon les spécialistes de sociolinguistique25, elles ont tout de même conditionné d’une manière visible et efficace les discours qu’il était possible de tenir, surtout dans le milieu littéraire, à propos de ces questions. Comme dans le cas de la psychanalyse, l’œuvre de Gadda participe à ces changements et, en même temps, se laisse modifier par eux. Pendant les dernières années du régime, l’écrivain avait déjà eu l’occasion de s’exprimer sur les questions linguistiques et stylistiques. En 1942, par exemple, le linguiste Bruno Migliorini lance un débat autour des rapports entre langue d’usage et langue littéraire au sein de la revue La Ruota, débat qui engage le milieu intellectuel à une confrontation indirecte avec les choix politiques du régime26. Invité à y participer avec d’autres écrivains et critiques littéraires comme Contini, Giacomo Devoto et Mario Luzi, Gadda écrit pour l’occasion un texte où il expose des positions clairement incompatibles avec les lignes fondamentales de la politique linguistique fasciste27.

  • 28 Voir sur ce point Meizoz (Jérôme), L’âge du roman parlant (1919-1939): écrivains, critiques, lingui (...)
  • 29 Voir Giglioli (Daniele) et Scarpa (Domenico), « Strutturalismo e semiotica in Italia (1930-1970) », (...)

17Cet épisode éclaire la genèse de certains traits de son style (notamment le mélange entre différents registres de l’italien, les dialectes et les langues étrangères caractérisant son plurilinguisme), dont la présence se manifestera d’une manière encore plus visible après la guerre. Il montre également que les débats linguistiques sous le régime fasciste recouvrent des enjeux politiques et littéraires importants, qui ne disparaîtront pas par la suite et, au contraire, deviendront en quelque sorte l’héritage de la période précédente. Ainsi ce n’est pas un hasard si, après 1945, on assiste à un phénomène de redécouverte du répertoire des traditions et des parlers régionaux, ainsi qu’à la reprise, mais sur de tout autres bases, du débat concernant la présence des dialectes et de la langue orale dans le roman, et même dans la poésie. C’est donc uniquement avec l’assouplissement des ingérences du champ du pouvoir dans le champ linguistique et intellectuel que cette question se transforme en pratique littéraire ouvertement discutée – d’une manière tardive par rapport à la France par exemple, où l’« âge du roman parlant » avait été celui des années 193028. L’œuvre de Gadda, qui se fonde en grande partie sur l’usage à la fois expressionniste et réaliste des dialectes et des langues étrangères, occupe dans ces débats un rôle majeur d’antécédent et de modèle. Cette dimension plurilinguistique ne fait en effet que se renforcer dans l’après-guerre, période de l’élaboration du roman Quer Pasticciaccio brutto de via Merulana (1957), son œuvre la plus marquée par la présence des dialectes. Cette dimension linguistique et formelle est également valorisée et soulignée par les nouvelles théories littéraires qui commencent à s’imposer en Italie, importées directement ou à travers la médiation française. Les thèses des formalistes russes, en particulier les propositions de Bakhtine sur le dialogisme, seront constamment mobilisées pour l’interprétation de l’œuvre gaddienne, à partir des travaux de Contini, qui est parmi les premiers introducteurs du formalisme et du structuralisme en Italie29.

  • 30 Savettieri (Cristina), art. cit.
  • 31 Dans un entretien de 1951, Gadda parle clairement de cet aspect en référence à son livre Il primo l (...)

18À partir du début des années 1950 s’ouvre pour Gadda une période au cours de laquelle il revient sur l’ensemble de son œuvre en s’efforçant de lui donner un statut d’opus. Tous les facteurs que l’on vient de mentionner jouent un rôle dans ce travail de révision, d’où – pour arriver à un dernier aspect – la dimension politique n’est pas absente. En effet, parallèlement à l’effort pour limiter l’aspect « fragmenté» de son œuvre, Gadda se préoccupe de s’autocorriger et de modifier une bonne partie de ce qu’il a écrit jusqu’alors dans un sens anti-mussolinien, à la faveur d’un processus de « recodification en clé antifasciste30 ». Cette révision est caractérisée par l’explicitation de la dimension politique d’une partie des textes. Les formes d’autocensure, qui se manifestaient par l’emploi d’un langage riche en allusions et en euphémismes, s’atténuent31. Ce processus qui voit la dimension politique s’affirmer de plus en plus a comme sommet la rédaction d’Eros et Priape, pamphlet anti-mussolinien que Gadda commence à écrire sans doute entre 1944 et 1945, mais qui ne sera publié intégralement qu’en 1964, à l’exclusion de la partie initiale, publiée en 1955. Il s’agit d’une sorte d’hapax dans sa production, précisément à cause de la manière directe dont il s’attache à un sujet ouvertement politique et à cause du choix du genre. Ici le caractère élusif de ses prises de position est abandonné complètement, donnant lieu à une éruption linguistique, dont le ton surprend, surtout si on le compare à la prudence que Gadda a gardée tout au long de la période précédente. Dans le premier chapitre, il dit clairement : maintenant que le régime est tombé, on peut parler, on a même l’obligation morale de se pencher sur ce qui vient de se passer dans le pays et de l’analyser, pour que l’histoire ne se répète pas.

  • 32 Voir leurs articles cités.
  • 33 Voir Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe (...)
  • 34 Distances qu’il exprime, par exemple, dans une lettre à Lucia Rodocanachi, dans laquelle il se comp (...)
  • 35 Boris Gobille, art. cit., p. 49.
  • 36 Le confessioni di Carlo Emilio Gadda, op. cit., p. 139-140.

19Si, comme le soulignent Cristina Savettieri et Giuseppe Stellardi32, les raisons qui le mènent à l’écriture de ce texte sont liées à la déception qu’il éprouve vis-à-vis des promesses du régime ainsi que de ses propres illusions et s’ils possèdent ainsi une dimension psychologique, les logiques du champ littéraire que l’on a décrites n’y sont pas étrangères. Comme dans le cas de la France et d’autres pays européens, une des conséquences majeures de la crise a été de modifier la définition de la littérature légitime, ainsi que la notion de responsabilité de l’écrivain, qui se trouve réhabilitée33. La volonté de prendre position par rapport aux événements politiques récents et d’agir sur l’histoire n’est plus considérée comme un signe d’hétéronomie, mais représente au contraire une confrontation obligée avec les nouvelles valeurs dominantes. C’est sans doute ce contexte qui permet à Gadda de ne pas considérer ce pamphlet comme une trahison de sa conception de la littérature, malgré les distances qu’il a toujours prises vis-à-vis de l’activité politique34. Si Gadda ne se soustrait pas au moment d’« intense production discursive35 » engendré par la crise historique, le recours à un genre comme le pamphlet montre, par ailleurs, qu’il fait attention à ne pas confondre cette forme d’écriture avec celle du roman ou des nouvelles. Par là, il se démarque implicitement du néoréalisme, qui confiait justement au roman la prise en charge des positions politiques et idéologiques. On comprend bien, du reste, que le pamphlet est perçu par Gadda comme un corps étranger par rapport à sa production, vis-à-vis duquel il aura toujours des positions réticentes, jusqu’au refus qu’il manifeste dans une lettre au cousin Piero Gadda36.

  • 37 L’ouvrage presque complet (car censuré en partie) sera publié en 1967 par Livio Garzanti (voir la r (...)
  • 38 Anna Boschetti, art. cit. p. 55.
  • 39 La revue Il Verri, expression de la neoavanguardia, est fondée en 1956.

20Le lieu de publication d’Eros et Priape est aussi à prendre en considération : les trois premiers chapitres du pamphlet sont publiés par Pasolini en 1955 dans Officina37, la revue qu’il vient de fonder. Or Officina est l’un des instruments par lesquels Pasolini et d’autres nouveaux entrants s’apprêtent à changer les rapports de force dans le champ. On peut donc considérer cette revue comme un des premiers signes d’une crise interne qui, dans les années suivantes, mènera à une reformulation des valeurs littéraires38. Son programme poétique se fondait sur la promotion d’un expérimentalisme capable de garder une dimension engagée tout en se différenciant clairement des positions de la « néo-avant-garde », qui commence alors à émerger39. Le texte gaddien répond parfaitement à ce programme, car il propose une analyse historico-politique, mais dans un langage des plus expérimentaux, qui enfreint les règles du genre. En effet, jusque dans un texte qui devrait avoir comme priorité la transmission d’un message clair, la communication est continûment sabotée, par le recours massif aux digressions et par l’usage d’un langage qui défie la compréhension, à cause du registre soutenu et des fréquentes références savantes, qui rendent complexe et obscur le lien avec le monde contemporain.

Dernière étape : réception par la neoavanguardia et consécration

21Le nœud du conflit d’interprétations auquel l’œuvre de cet écrivain était exposée dès l’après- guerre est bien exprimé dans ce passage du critique Cesare Cases qui, en revenant sur un article dirigé contre L’Affreux Pastis, écrit:

  • 40 Cité par Stracuzzi (Riccardo), Cases. The Edinburgh Journal of Gadda Studies 1 (2008), http://www.g (...)

Gadda se rebella contre l’ordre à travers le langage, surtout à travers la subversion du langage. Ce que je n’approuvais pas chez lui c’était exactement cela, justement car j’étais socialiste et donc j’attendais la subversion sur une dimension existentielle, politique-sociale, alors que lui l’attendait fondamentalement de la réforme du langage, de son usage hérétique40.

  • 41 Réédité chez Einaudi en 1973 (traduction française : L’Adalgisa. Croquis milanais, Paris, Éditions (...)
  • 42 La citation continue : « […] les écrits publiés datent en revanche d’années relativement sereines, (...)
  • 43 Ce mouvement avant-gardiste fondé au début des années 1960 influencera de manière importante la vie (...)
  • 44 Guglielmi (Angelo), « Gadda progressista », Vero e Falso, Milan, Feltrinelli, 1968, p. 50-65.

22On trouve résumées ici aussi bien les raisons de l’hostilité que l’œuvre gaddienne a pu susciter chez certains critiques militants marxistes que celles qui sont à la base de la réévaluation postérieure de son œuvre, par la neoavanguardia en particulier. Au début des années 1940, Gadda commence la rédaction de nouvelles satiriques ayant comme objet la bourgeoisie de Milan, qui constitueront L’Adalgisa, livre qui sortira en 194441. Dans une lettre à son ami Carlo Linati, en souscrivant à un point de vue proche de celui qui caractérisera l’immédiat après-guerre, il ressent le besoin de se justifier pour avoir écrit un livre « mondain », désengagé et ludique, pendant une période où, écrit-il, « de graves soucis occupent l’esprit de mes concitoyens42 ». Or, c’est précisément cet ouvrage, avec d’autres, que, dix ans plus tard, les écrivains du Groupe 6343 vont saluer comme exemple d’« engagement par la forme ». Pour comprendre ce changement dans les critères de jugement, qui montre la dépolitisation progressive du champ littéraire, il faut rappeler un événement politique, l’Insurrection de Budapest de 1956 et la crise qui s’ensuit, qui contribue grandement à modifier les règles du jeu, en accélérant le processus de reformulation des possibles littéraires qui se dessinait depuis les années 1950. Le discrédit dont le régime soviétique et le communisme sont frappés dans le milieu intellectuel affaiblit l’hégémonie, incontestée jusqu’alors, de la littérature engagée et prépare le terrain pour des positions et des attitudes différentes, caractéristiques notamment de jeunes écrivains qui n’ont pas participé à la guerre civile ni à la Résistance. Ainsi, au début des années 1960, Angelo Guglielmi, critique proche de la neoavanguardia, peut prétendre faire de l’expérimentalisme formel la mesure de l’engagement d’un écrivain, en présentant Gadda comme un écrivain progressiste, dont la lecture inciterait les jeunes à la révolution, plus que tout roman « réaliste » traditionnel44.

23Le paradoxe que nous avons évoqué au début de cet article – la réception différée, qui fait de Gadda un écrivain transgénérationnel, contemporain des esthétiques qui s’imposent dans les années 1950 et 1960 – s’explique à la lumière des crises historico-politiques multiples auxquelles le champ littéraire se trouve confronté au cours d’environ une décennie. Nous avons essayé de montrer comment ces crises influencent, plus précisément, les conflits qui scandent le succès et le déclin de la notion de littérature engagée – ou plutôt sa reformulation, à laquelle l’œuvre de Gadda et sa réception ont grandement contribué.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Attal (Frédéric), Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle: prophètes, philosophes et experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Baldini (Anna), Il comunista. Una storia letteraria dalla Resistenza agli anni Settanta, Turin, Utet, 2008.

Bo (Carlo), Inchiesta sul neorealismo, Turin, Edizioni Radio Italiana, 1951.

Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes. Une entreprise intellectuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. « Le sens commun ».

Boschetti (Anna), « La genesi delle poetiche e dei canoni. Esempi italiani (1945-1970) », Allegoria 55 (janvier-juin 2007), http://www.allegoriaonline.it/index.php/i-numeri-precedenti/allegoria-n55/72-la-genesi-delle-poetiche-e-dei-canoni-esempi-italiani-1945-1970.html.

Boschetti (Anna), « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », Gisèle Sapiro (éd.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-182.

Bresciani (Marco), Scarpa (Domenico), « Gli intellettuali nella guerra civile 1943-45 », Sergio Luzzatto et Gabriele Pedullà (éds.), Atlante della letteratura italiana. Vol. III: Dal Romanticismo a oggi. A cura di Domenico Scarpa, Turin, Einaudi, 2012, p. 703-717.

Croce (Benedetto), Storia dell’età barocca in Italia, Bari, Laterza, 1929.

David (Michel), La psicoanalisi nella cultura italiana, Turin, Boringhieri, 1966.

Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

Foresti (Fabio) (éd.), Credere, obbedire, combattere. Il regime linguistico del Ventennio, Bologne, Pendragon, 2003.

Gadda (Carlo Emilio), « Un’ opinione sul neorealismo », Carlo Bo, Inchiesta sul neorealismo, Turin, Edizioni Radio Italiana, 1951, http://www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/essays/opinioneneorealismo.php.

Gadda (Carlo Emilio), Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, Milan, Garzanti 1957 [L’affreux pastis de la rue des Merles, Paris, Éditions du Seuil, 1963].

Gadda (Carlo Emilio), La cognizione del dolore, Turin, Einaudi, 1963 [La connaissance de la douleur, Paris, Éditions du Seuil, 1974].

Gadda (Carlo Emilio), Il primo libro delle favole, Turin, Einaudi, 1952.

Gadda (Carlo Emilio), I sogni e la folgore, Turin, Einaudi, 1955.

Gadda (Carlo Emilio), Eros e Priapo, Milan, Garzanti, 1967.

Gadda (Carlo Emilio), L’Adalgisa. Disegni milanesi, Milan, Adelphi, 2012 [1943] [L’Adalgisa. Croquis milanais, Paris, Éditions du Seuil, 1987, coll. « Le don des langues »].

Gadda (Carlo Emilio), Lettere a una gentile signora, Milan, Adelphi, 1983.

Gadda (Carlo Emilio), « Per favore, mi lasci nell’ombra ». Interviste 1950-1972, Milan, Adelphi, 1993.

Gadda (Carlo Emilio), Les voyages la mort. Traduit de l’italien par Monique Bacceli, Paris, Christian Bourgois, 1994, coll. « Les derniers mots ».

Gadda (Piero), Le confessioni di Carlo Emilio Gadda, Milano, Pan, 1974.

Gibelli (Antonio), La grande guerra degli Italiani, 1915-1918, Firenze, Sansoni, 1998.

Giglioli (Daniele), Scarpa (Domenico), « Strutturalismo e semiotica in Italia (1930-1970) », Sergio Luzzatto et Gabriele Pedullà (éds.), Atlante della letteratura italiana. Vol. III: Dal Romanticismo a oggi. A cura di Domenico Scarpa, Turin, Einaudi, 2012, p. 882-890.

Gobille (Boris), « Les mobilisations de l'avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 3, 158 (juin 2005), p. 30-61.

Guglielmi (Angelo), « Gadda progressista », Vero e Falso, Milan, Feltrinelli, 1968, p. 50-65.

Hainsworth (Peter), « Gadda fascista », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 3 (2003), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/suppn+1/articles/hainswfasc.php.

Lacroix (Bernard), « Trente ans après, comment expliquer Mai 68. D’aujourd’hui à hier et d’hier à aujourd’hui : le chercheur et son objet », Scalpel 4-5 (1999), p. 147-168.

Malvezzi (Piero), Pirelli (Giovanni) (éds.), Lettere di condannati a morte della Resistenza italiana (8 settembre 1943 – 25 aprile 1945), Turin, Einaudi, 2002 [1952], coll. « I Millenni ».

Meizoz (Jérôme), L’âge du roman parlant (1919-1939): écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en débat, Genève, Librairie Droz, 2001, coll. « Histoire des idées et critique littéraire ».

Pasolini (Pier Paolo), « Gadda. Le novelle del ducato in fiamme », Passione e ideologia, Milan, Garzanti, 1960, p. 309-314.

Pavone (Claudio), Une guerre civile : essai historique sur l'éthique de la résistance italienne, Paris, Éditions du Seuil, 2005, coll. « L’univers historique ».

Pinotti (Giorgio), « Sul testo di Eros e Priapo », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 6 (2007), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/supp6editing/articles/pinottiediting.php.

Ragone (Giovanni), Un secolo di libri. Storia dell’editoria in Italia dall’Unità al post-moderno, Turin, Einaudi, 1999, coll. « Biblioteca Einaudi ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la pensée ».
DOI : 10.3167/153763701782370064

Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, Seuil, 2011.

Savettieri (Cristina), « Il Ventennio di Gadda », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 7 (2011), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/archive/fascism/savettierifasc.php.

Stellardi (Giuseppe), « Gadda antifascista », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 3 (2003), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/suppn+1/articles/stellantifasc.php.

Stracuzzi (Riccardo), Cases. The Edinburgh Journal of Gadda Studies 1 (2008), http://www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/walks/pge/casesstracuzzi.php#dednref5.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Viala (Alain), « Effets de champ, effets de prisme », Littérature 70 (mai 1988), p. 64-71.
DOI : 10.3406/litt.1988.2281

Viala (Alain), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l'âge classique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992, coll. « Le sens commun ».

Haut de page

Notes

1 Ces expressions indiquent les différentes catégories de prismes à travers lesquels s’opère la médiation entre la littérature et les autres praxis sociales, et qui découlent tous de la médiation primaire constituée par le champ littéraire. Par « institutions de la vie littéraire » Viala entend les « instances […] vouées à la régulation sociale de la vie littéraire », comme, par exemple, les académies, les cercles et les prix. Par « institutions littéraires », il entend les facteurs qui ont trait, en revanche, aux dimensions poétiques et esthétiques des œuvres, comme, par exemple, les genres, les registres et les formes. Voir Viala (Alain), « Effets de champ, effets de prisme », Littérature 70 (mai 1988), p. 64-71, p. 66 et 67 ; voir aussi Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992, coll. « Le sens commun », p. 10.

2 Voir Bresciani (Marco) et Scarpa (Domenico), « Gli intellettuali nella guerra civile 1943-45 », Sergio Luzzatto et Gabriele Pedullà (éds.), Atlante della letteratura italiana. Vol. III: Dal Romanticismo a oggi. A cura di Domenico Scarpa, Turin, Einaudi, 2012, p. 703-717.

3 Pavone (Claudio), Une guerre civile : essai historique sur l'éthique de la résistance italienne, Paris, Éditions du Seuil, 2005, coll. « L’univers historique ».

4 Les textes de propagande technique sont publiés pour la plupart au cours des années 1930 dans le journal de Milan L’Ambrosiano. La question du fascisme ou de l’anti-fascisme de cet écrivain est un point très débattu par la critique, cf., entre autres : Savettieri (Cristina), « Il Ventennio di Gadda », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 7 (2011), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/archive/fascism/savettierifasc.php ; Pinotti (Giorgio), « Sul testo di Eros e Priapo », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 6 (2007), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/supp6editing/articles/pinottiediting.php ; Hainsworth (Peter), « Gadda fascista », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 3 (2003), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/suppn+1/articles/hainswfasc.php ; Stellardi (Giuseppe), « Gadda antifascista », The Edinburgh Journal of Gadda Studies 3 (2003), www.gadda.ed.ac.uk/Pages/journal/suppn+1/articles/stellantifasc.php.

5 C’est une interprétation courante à l’époque, les deux événements devenant les emblèmes de la défaite de la patrie. Antonio Gibelli en parle dans La grande guerra degli Italiani, 1915-1918, Firenze, Sansoni, 1998.

6 Gadda (Carlo Emilio), Les voyages la mort. Traduit de l’italien par Monique Bacceli, Paris, Christian Bourgois, 1994, coll. « Les derniers mots », p. 29-30 (« Comment je travaille »).

7 Voir Boschetti (Anna), « La genesi delle poetiche e dei canoni. Esempi italiani (1945-1970) », Allegoria 55 (janvier-juin 2007), http://www.allegoriaonline.it/index.php/i-numeri-precedenti/allegoria-n55/72-la-genesi-delle-poetiche-e-dei-canoni-esempi-italiani-1945-1970.html. Voir aussi « La recomposition de l’espace intellectuel en Europe après 1945 », Sapiro (Gisèle) (éd.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-182, ainsi que Baldini (Anna), Il comunista. Una storia letteraria dalla Resistenza agli anni Settanta, Turin, Utet, 2008.

8 Voir Gobille (Boris), « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 3, 158 (juin 2005), p. 30-61.

9 Ibid., p. 31. L’auteur, qui souligne, renvoie à Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986, p. 202 ; sa citation est extraite de Lacroix (Bernard), « Trente ans après, comment expliquer Mai 68. D’aujourd’hui à hier et d’hier à aujourd’hui : le chercheur et son objet », Scalpel 4-5 (1999), p. 147-168, p. 161.

10 Le terme ermetismo, lancé en 1936, renvoie à une conception de la littérature qui, diffusée surtout dans l’entre-deux-guerres, est fondée sur un idéal de pureté et s’inspire d’une conception mystique du langage. Le genre le plus pratiqué par les écrivains relevant de ce courant est la poésie, qui doit être dépourvue de toute finalité pratique et de toute volonté de communication avec un public élargi. Parmi les poètes les plus représentatifs, on trouve Eugenio Montale, Salvatore Quasimodo et Giuseppe Ungaretti.

11 Pendant les vingt années que dure le régime fasciste, Gadda collabore à beaucoup de revues, parmi lesquelles La Ruota, Primato, La Nazione, La Gazzetta del Popolo et L’Ambrosiano, qui toutes cessent de paraître après la guerre.

12 Comme l’ont en effet montré des études récentes, l’impératif de l’engagement est promu, en France comme en Italie, par des écrivains qui font partie de la partie autonome du champ littéraire et n’est donc pas l’expression d’instances hétéronomes (voir Boschetti (Anna), art. cit. et Sartre et Les Temps Modernes. Une entreprise intellectuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. « Le sens commun » ; concernant le champ français dans son ensemble, voir Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la pensée »).

13 Voir le recueil de lettres envoyées au cousin Piero Gadda, lui aussi écrivain, Le confessioni di Carlo Emilio Gadda, Milano, Pan, 1974.

14 Fondé en 1942 sur la base du parti homonyme créé par Mazzini en 1853, le Partito d’Azione est un parti socialiste modéré qui, dans la période de la guerre civile, regroupe des antifascistes non communistes et non catholiques.

15 Attal (Frédéric), Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle: prophètes, philosophes et experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013, p. 321.

16 Inchiesta sul neorealismo, Turin, Edizioni Radio Italiana, 1951. L’article que Gadda y publie s’intitule « Un’ opinione sul neorealismo » (« Une opinion sur le néoréalisme ») et est disponible en ligne : http://www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/essays/opinioneneorealismo.php.

17 Si Quer pasticciaccio brutto de via Merulana (L’affreux pastis de la rue des Merles, Paris, Éditions du Seuil, 1963) paraît en 1957 à Milan chez Garzanti, La cognizione del dolore (La connaissance de la douleur, Paris, Éditions du Seuil, 1974) est publié en 1963 à Turin par Einaudi, qui avait précédemment édité Il primo libro delle favole (en 1952) et I sogni e la folgore (en 1955), recueil d’une partie des textes écrits dans les années 1930-1940 (La madonna dei filosofi, Il castello di Udine et L’Adalgisa).

18 Du fait qu’il constitue la première publication de lettres des condamnés à mort de la Résistance italienne, ce livre eut à l’époque un succès considérable, connut de multiples éditions et contribua à forger l’identité de la maison d’édition Einaudi en tant qu’expression de la gauche militante italienne.

19 Pasolini (Pier Paolo), « Gadda. Le novelle del ducato in fiamme », Passione e ideologia, Milan, Garzanti, 1960, p. 309-314.

20 En 1929, Croce avait publié une Histoire de l’âge baroque en Italie (Storia dell’età barocca in Italia, Bari, Laterza, 1929), dont les positions, à l’instar de sa pensée en général, eurent beaucoup d’influence sur la culture italienne et dans laquelle il stigmatisait la production baroque en la considérant comme l’expression du « laid artistique ».

21 Pasolini (Pier Paolo), art. cit., p. 345 [traduction de l’auteure].

22 Voir Ragone (Giovanni), Un secolo di libri. Storia dell’editoria in Italia dall’Unità al post-moderno, Turin, Einaudi, 1999, coll. Biblioteca Einaudi, p. 166.

23 Voir Boschetti (Anna), art. cit., p. 58.

24 Il s’agit peut-être de la seule conférence qu’il ait jamais faite au sujet de la littérature. Le texte est paru sous le titre « Psychanalyse et Littérature» dans Les voyages la mort, op. cit., p. 67-93. La lecture des textes de Freud joue un rôle important dans l’ensemble de l’œuvre gaddienne et elle est visible en particulier dans le pamphlet Eros et Priape ainsi que dans une série de nouvelles écrites après la guerre, où elle sert à traiter de sujets ouvertement politiques. Voir David (Michel), La psicoanalisi nella cultura italiana, Turin, Boringhieri, 1966, en particulier le chapitre 2 (« Le ideologie politiche e la psicoanalisi », p. 29-84) et le chapitre 7 (« Letteratura italiana e psicoanalisi », p. 332-555).

25 Voir Foresti (Fabio) (éd.), Credere, obbedire, combattere. Il regime linguistico del Ventennio, Bologne, Pendragon, 2003 (en particulier « Proposte interpretative e di ricerca su lingua e fascismo : la “politica linguistica” », p. 35-82). 

26 La Ruota est une revue fondée en 1937 avec pour sous-titre « Rivista mensile di letteratura e politica » (« Revue mensuelle de littérature et de politique »), qui change ensuite en « Rivista mensile di letteratura e arte » (« Revue mensuelle de littérature et d’art »). Comme la fameuse Primato (1940-43), revue dirigée par Giuseppe Bottai, ministre de l’Éducation Nationale, elle était proche du régime et dirigée par Mario Alberto Meschini, membre actif du parti fasciste.

27 Voir « Langue littéraire et langue usuelle », Les voyages la mort, op. cit. Les points de désaccord concernent surtout la question du plurilinguisme sur le plan des dialectes et sur le plan des langues étrangères.

28 Voir sur ce point Meizoz (Jérôme), L’âge du roman parlant (1919-1939): écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en débat, Genève, Librairie Droz, 2001, coll. Histoire des idées et critique littéraire.

29 Voir Giglioli (Daniele) et Scarpa (Domenico), « Strutturalismo e semiotica in Italia (1930-1970) », in Sergio Luzzatto et Gabriele Pedullà (éds.), op. cit., p. 882-890.

30 Savettieri (Cristina), art. cit.

31 Dans un entretien de 1951, Gadda parle clairement de cet aspect en référence à son livre Il primo libro delle favole publié en 1952 : « Mes fables de 1939 sont caractérisées par une certaine réticence, un humour qui est justifiable à la lumière des conditions politiques de l’époque. Les fables de 1949, 1950 et 1951 sont en revanche plus libres et inédites » (traduction de l’auteure ― « Le mie favole del 1939 sono caratterizzate da una certa reticenza, umore giustificabile riguardo le condizioni politiche di allora […]. Le favole del ’49, ’50 e ’51, sono viceversa più libere e inedite » ; « Per favore, mi lasci nell’ombra ». Interviste 1950-1972, Milan, Adelphi, 1993, p. 26).

32 Voir leurs articles cités.

33 Voir Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, Seuil, 2011, en particulier le chapitre « Le traître et l’intellectuel responsable », p. 629-688.

34 Distances qu’il exprime, par exemple, dans une lettre à Lucia Rodocanachi, dans laquelle il se compare aux écrivains proches de lui, notamment Montale, qui sont tous plus « politisés » (voir Lettere a una gentile signora, Milan, Adelphi, 1983).

35 Boris Gobille, art. cit., p. 49.

36 Le confessioni di Carlo Emilio Gadda, op. cit., p. 139-140.

37 L’ouvrage presque complet (car censuré en partie) sera publié en 1967 par Livio Garzanti (voir la reconstruction de l’histoire éditoriale par Giorgio Pinotti, art. cit.).

38 Anna Boschetti, art. cit. p. 55.

39 La revue Il Verri, expression de la neoavanguardia, est fondée en 1956.

40 Cité par Stracuzzi (Riccardo), Cases. The Edinburgh Journal of Gadda Studies 1 (2008), http://www.gadda.ed.ac.uk/Pages/resources/walks/pge/casesstracuzzi.php#dednref5 (traduction de l’auteure).

41 Réédité chez Einaudi en 1973 (traduction française : L’Adalgisa. Croquis milanais, Paris, Éditions du Seuil, 1987, coll. Le don des langues).

42 La citation continue : « […] les écrits publiés datent en revanche d’années relativement sereines, où le jeu était esthétiquement permis » (traduction de l’auteure ; « […] cure gravi occupano l’animo dei miei concittadini : mentre gli scritti pubblicati risalgono ad anni relativamente sereni, in cui lo scherzo era esteticamente lecito» (cité par Vela (Claudio), « Note al testo », Carlo Emilio Gadda, L’Adalgisa. Disegni milanesi, Milan, Adelphi, 2012, p. 340).

43 Ce mouvement avant-gardiste fondé au début des années 1960 influencera de manière importante la vie littéraire et culturelle de cette décennie. Il rassemble des poètes, des écrivains et des critiques, dont une partie considère l’œuvre de Gadda comme un modèle pour le renouvèlement du roman italien.

44 Guglielmi (Angelo), « Gadda progressista », Vero e Falso, Milan, Feltrinelli, 1968, p. 50-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cecilia Benaglia, « Guerre de Libération et libération des possibles littéraires », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://contextes.revues.org/6117 ; DOI : 10.4000/contextes.6117

Haut de page

Auteur

Cecilia Benaglia

John Hopkins University of Baltimore

Haut de page