Navigation – Plan du site

Crise idéologique et esthétique littéraire

Réflexions sociologiques sur le champ littéraire en zone d’occupation soviétique et en RDA (1945-1955)
Arvi Sepp

Texte intégral

La littérature en zone d’occupation soviétique

  • 1 Le présent article est un complément à Sepp (Arvi), « Groupes littéraires et esthétique moderniste (...)
  • 2 La lettre ouverte de Frank Thiess, « Die innere Emigration », fut publiée le 18 août 1945 dans le j (...)
  • 3 Voir Heukenkamp (Ursula), « Ein Anfang ohne rechte Hoffnung: Versuch einer analytischen Beschreibun (...)

1Il n’y a pas eu de Stunde Null, d’« heure zéro » dans la littérature allemande après 19451. Pas davantage d’unité entre les auteurs : le conflit entre exilés et « émigrés de l’intérieur » a éclaté dès août 1945, avec la « lettre ouverte » de Frank Thiess à Thomas Mann2. Puis, le retour des exilés dans le territoire d’occupation soviétique a aggravé ce conflit et largement contribué à la polarisation de la littérature allemande d’après-guerre. En définitive, le champ littéraire s’est trouvé dominé, pratiquement sans partage, par des auteurs rentrés d’exil, dont la conception de la littérature avait valeur canonique à l’Est, tandis qu’ils étaient globalement moins connus du public des zones occupées occidentales3.

2Leur antifascisme incontestable est devenu le symbole d’une littérature engagée, faisant d’eux, pendant les décennies à venir, des modèles à suivre pour les nouvelles générations d’écrivains. Leurs livres sont publiés par la maison d’édition de l’administration militaire soviétique (SMAD), puis par l’Aufbau-Verlag à Berlin ; des revues littéraires telles que Aufbau (Construction), Ost und West (Est et Ouest) ou Heute und Morgen (Aujourd’hui et demain) leur ouvrent également leurs pages. Ces mêmes écrivains font par ailleurs revivre les partis-pris esthétiques (par exemple sur l’avant-garde historique et l’expressionnisme) des premières années de la République de Weimar. Les jeunes auteurs, quant à eux, ont pris leurs distances par rapport à l’ancienne génération d’auteurs reconnus. Pour marquer cette rupture, il leur faut redéfinir le rôle de la littérature et des écrivains dans l’espace social.

3Après la chute du national-socialisme, les Allemands se doivent de réinvestir le champ littéraire. Une tentative a donc lieu visant à créer un pouvoir symbolique qui s’étende aux groupes concurrents de l’Est et au champ littéraire de l’Ouest. Sans faire l’impasse sur le poids des « idéologies », cet article s’efforce d’analyser la situation en tenant compte des rapports relativement indépendants qui s’établirent alors entre les auteurs, les maisons d’édition, les périodiques et les associations d’écrivains (qui n’étaient pas toujours orientées politiquement). Une première partie décrira la tension entre unité et division Est-Ouest dans le champ littéraire allemand, au cours des premières années suivant 1945. La deuxième partie examinera plus en détail la relation complexe entre autonomie et hétéronomie dans le champ littéraire du territoire d’occupation soviétique et de la RDA jusqu’en 1955. Enfin, dans une troisième partie, qui est également la principale, nous analyserons la formation d’un cercle littéraire spécifique à travers le cas de la revue littéraire Sinn und Form.

Le champ littéraire allemand, entre unité et division

4Dans les premières années d’après-guerre, le conflit Est-Ouest n’était pas aussi omniprésent et déterminant qu’on ne se l’est longtemps imaginé. À Berlin en particulier, les puissances occupantes tentaient de créer de concert un cadre pour relancer les institutions culturelles. Une certaine concurrence entre elles était pour beaucoup dans l’intensité de la vie théâtrale et l’abondance des expositions d’art. Elles permettaient aussi l’émergence d’une diversité d’opinions, pourvu que les points de vue exprimés fussent antifascistes. Dans ce cadre, il convient d’examiner la mise en place des institutions au sein desquelles les relations littéraires ont pris forme concrètement.

5Sur la base de la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu, la littérature peut être considérée comme un moyen d’accéder au pouvoir, à la reconnaissance symbolique et à la différenciation sociale. La littérature est ainsi démythifiée et analysée comme un outil dont les acteurs sociaux se servent pour interagir avec les institutions, les groupes ou les individus dans le champ littéraire :

  • 4 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du (...)

Le processus dans lequel les œuvres sont emportées est le produit de la lutte entre ceux qui, du fait de la position dominante (temporellement) qu’ils occupent dans le champ (en vertu de leur capital spécifique), sont portés à la conservation, c’est-à-dire à la défense de la routine et de la routinisation, du banal et de la banalisation, en un mot, de l’ordre symbolique établi, et ceux qui sont enclins à la rupture hérétique, à la critique des formes établies, à la subversion des modèles en vigueur, et au retour à la pureté des origines. En fait, seule la connaissance de la structure peut donner les instruments d’une véritable connaissance des processus qui conduisent à un nouvel état de la structure et qui, à ce titre, enferment aussi les conditions de la compréhension de cette structure nouvelle4

  • 5 Pour plus d’informations concernant la pertinence de la théorie du champ littéraire de Pierre Bourd (...)
  • 6 Voir Gansel (Carsten), « Für eine "wirksame ideologische, fachliche, und berufliche Unterstützung". (...)
  • 7 Sur la question de la formation de groupes littéraires dans la zone d’occupation soviétique et dans (...)

6Le débat sur le rôle et la fonction de la littérature en Allemagne de l’Est et de l’Ouest après la Seconde Guerre mondiale peut se lire à la lumière de cette théorie des champs5 et notamment de l’affirmation de Bourdieu à propos de la lutte entre les « nouveaux » et « les anciens ». En effet, dans le vide temporaire du champ littéraire allemand après 1945, la littérature doit être complètement redéfinie. De jeunes auteurs comme Hans Werner Richter, Werner Kolbenhoff et Alfred Andersch ont déjà pris leurs distances autant avec les auteurs exilés, largement salués pendant la période de la République de Weimar, qu’avec ceux de la Innere Emigration, tels que Frank Thiess et Walter von Molo6. À l’issue de la guerre, la formation rapide de groupes littéraires est donc un moyen stratégique de prendre position, tout en s’arrogeant symboliquement le pouvoir de définir quelle littérature est légitime7.

  • 8 Le réalisme socialiste exigeait des artistes qu’ils adhèrent aux concepts du communisme et à la thé (...)
  • 9 Ibid., p. 124. Pour de plus amples informations sur le concept et la politique de la Kulturbund ent (...)

7À Berlin, des auteurs des quatre zones occupées (soviétique, américaine, britannique et française) tentent de se regrouper. Les efforts de ce mouvement sont animés par la conviction que Berlin peut redevenir le centre littéraire qu’il était autrefois. L’un des protagonistes de ce « groupe de Berlin » est Günther Weisenborn, rédacteur en chef de la revue Ulenspiegel (agréée par les autorités américaines) et membre de la direction de la Schutzverband Deutscher Autoren (SDA, Association de protection des auteurs allemands). Une autre personnalité, encore plus influente, est Johannes R. Becher, qui deviendra le premier ministre de la Culture de RDA en 1954. L’idée selon laquelle la Kulturbund zur demokratischen Erneuerung Deutschlands (Ligue culturelle pour le renouveau démocratique de l’Allemagne), dont il est le fondateur, suivrait une ligne souvent fidèle aux idées du Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (SED), doit être relativisée, du moins en 1945, car les publications de la Kulturbund témoignent, dans un premier temps, d’une conception large de la culture qui a peu de choses en commun avec la doctrine artistique officielle du réalisme socialiste8. Et surtout, la Kulturbund fait preuve d’ouverture sur la culture de l’Europe de l’Ouest9. En conséquence, à l’occasion du premier congrès des écrivains allemands en 1947, Becher affirme, dans son intervention intitulée « Comment l’écrivain combat-il pour la paix ? Que signifie “être pour la paix” ? » :

  • 10 Becher (Johannes R.), Vom Anderswerden : Reden, Aufsätze, Briefe, Berlin, Aufbau, 1952, p. 240-241 (...)

Il n’y a pas […] de littérature est- ou ouest-allemande, du Sud ou du Nord, il n’y a qu’une seule littérature, une littérature allemande qui ne se permettrait pas de s’isoler à l’intérieur des frontières des zones et pour laquelle, nous l’espérons, les portes du monde, au-delà des frontières allemandes, vont s’ouvrir à nouveau10.

8Mais cette unité se révèlera assez rapidement être un espoir irréalisable, les tensions idéologiques entre Est et Ouest se faisant également sentir, de manière toujours plus forte, dans le domaine littéraire allemand.

  • 11 Cette association internationale, apolitique et non gouvernementale fondée en 1921 par  la Britanni (...)
  • 12 Pour plus de détails sur la préparation et le contenu du premier congrès des auteurs allemands en 1 (...)

9 Les auteurs de la Kulturbund ne sont pas les seuls à promouvoir le dialogue entre les auteurs allemands. À partir de 1946, des comités préparatoires de Berlin et Munich commencent à travailler à la fondation d’un PEN club11 interallemand. Günther Weisenborn, Ricarda Huch et Elisabeth Langgässer, entre autres, en sont des membres très actifs. Le projet le plus important est cependant lancé par la SDA, lorsque, en 1946, Weisenborn propose à Becher d’organiser un congrès des auteurs allemands unissant l’Est et l’Ouest12. Tandis que reproches et accusations fusent au sein du champ politique, il n’y a alors que peu de contestations ouvertes de la part d’écrivains.

  • 13 Ce groupe littéraire ouest-allemand créé en 1947 et officiellement dissous en 1977 avait pour but d (...)
  • 14 Voir Heukenkamp, art. cit., p. 127.

10Au congrès, le fait de s’engager en faveur de l’avant-garde européenne et de porter un jugement plein d’assurance sur la situation d’après-guerre implique de se prononcer contre le réalisme propre aux auteurs exilés. Cela aurait pu être le point de départ d’un débat littéraire, qui n’a cependant pas eu lieu. En effet, le groupe d’auteurs (dont Walter Kolbenhoff) attaché à la revue Der Ruf (L’Appel), duquel le Gruppe 4713 surgira plus tard, ne s’intéresse guère au programme littéraire du congrès de Berlin-Ouest que Weisenborn a proposé à Becher. Il prend acte avec méfiance de l’influence du pouvoir soviétique sur la vie culturelle à Berlin et fait preuve d’une certaine animosité vis-à-vis des auteurs allemands qui auraient, selon lui, adopté les modèles esthétiques et politiques soviétiques. Son intervention à l’encontre de toute représentation de la littérature allemande par des auteurs est-allemands marque le début de la guerre froide en littérature. La controverse ouverte au congrès révèle, avant qu’elle n’éclate ailleurs, l’incompatibilité entre l’Est et l’Ouest, entre des positions esthétiques qui sont construites autour d’idéologèmes tels que l’« antifascisme » pour l’Est et le « pluralisme d’opinion » pour l’Ouest. L’intégrité de l’engagement des auteurs de la Kulturbund contre les factions partisanes et pour la démocratie est mise en cause lors du congrès, et même Günther Weisenborn, qui tente une médiation, est soupçonné et attaqué14. Face à de telles forces centrifuges, la division de la littérature allemande en deux camps paraît inévitable. Durant une décennie, tous les enjeux proprement littéraires sont perdus de vue.

  • 15 Voir notamment Mann (Thomas), « Johannes R. Becher zum Gruß », in Thomas Mann, Gesammelte Werke. Ba (...)
  • 16 Ibid., p. 128.

11La rupture des contacts entre l’Est et l’Ouest aurait mené à la création de deux champs littéraires distincts. Pourtant, la présence de Brecht en RDA, par exemple, démontre que le développement de la littérature est-allemande ne se résume pas à un simple appendice de la politique culturelle du SED. À partir de 1949, le paysage littéraire s’enrichit d’ailleurs d’un théâtre de renommée internationale, le Berliner Ensemble, qui continuera à influencer l’histoire de la littérature après la mort de Brecht. De même, la relation intense avec la littérature allemande classique est davantage que le produit d’une directive imposée par la politique culturelle du SED. Ainsi, voyant la grande vénération témoignée à Goethe dans la zone d’occupation soviétique, Thomas Mann, pourtant peu suspect de sympathies communistes, s’associe en août 1949 à l’hommage qui lui est rendu à Weimar, tout comme il l’a fait à Francfort (en zone américaine) quelques jours auparavant. À cette occasion, Mann apparaît aux côtés de Johannes R. Becher, parce qu’il voit en lui, non pas un représentant politique, mais bien un écrivain de valeur15. Un autre auteur installé aux États-Unis, mais, quant à lui, soutien du régime soviétique, Lion Feuchtwanger, déclare ne pas comprendre pourquoi Arnold Zweig, écrivain installé à Berlin-Est depuis 1948, refuse de voir les symptômes de l’antisémitisme en RDA. Bien que Mann et Feuchtwanger rendent compte de la vie littéraire dans la zone d’occupation soviétique, puis en RDA, leurs propos ne semblent pas relayés en République fédérale16.

12La diversité des activités régionales manifestant un certain degré de pluralisme ira en diminuant après 1949. L’instauration d’un prix national de littérature en même temps que la création de la RDA marque symboliquement la fin de cette phase et le début de la centralisation du champ littéraire est-allemand. Les interventions politico-culturelles du pouvoir en place changent nettement de nature, avec l’unification graduelle des associations d’écrivains, à commencer par la dissolution de la SDA d’orientation panallemande.

13La politisation des auteurs est certainement plus repérable dans la zone d’occupation soviétique, du fait que l’on y requiert d’eux des prises de position officielles. Mais les interventions lors des conférences culturelles et des assemblées générales n’ont pas nécessairement un impact immédiat sur la réputation ou l’avancement des auteurs. Il existe d’autres autorités pouvant favoriser des écrivains « impopulaires », comme le soutien explicite de jeunes écrivains par des auteurs établis, sans parler de la gloire secrète de ceux qui dédaignent la reconnaissance officielle. En somme, la liberté de la vie littéraire ne fut jamais complètement éliminée.

  • 17 Bourdieu, op. cit., p. 355.

14Mais même dans ce contexte non entièrement idéologisé, il y a de quoi s’étonner du degré de liberté de Sinn und Form (Sens et Forme), une revue littéraire paraissant dans le territoire d’occupation soviétique et en RDA. Traitée plus en détail dans la troisième partie, celle-ci semble en effet avoir fonctionné d’une manière relativement autonome, malgré les injonctions idéologiques de l’époque. Il nous semble que les tensions du champ culturel au début de la guerre froide et les pressions croissantes exercées sur la revue par la politique culturelle du SED dans les années 1950 étaient intégrées dans les modes de production de la revue. Si, comme Bourdieu le suggère dans Les règles de l’art, de nouvelles entreprises artistiques s’installent au cours d’une « phase initiale, toute d’ascétisme et de renoncement17 » – renoncement aux profits matériels en faveur de l’accumulation de capital symbolique de prestige culturel –, la capacité de Sinn und Form, dans la première partie des années cinquante, à renoncer aux intérêts politiques hétéronomes du SED indique que, à ce moment-là, la revue avait déjà acquis des réserves considérables de capital symbolique, qui étaient investies dans sa mission distinctive et panallemande visant à promouvoir les valeurs d’une restauration culturelle progressive.

Entre autonomie et hétéronomie : le communisme allemand et le champ littéraire

  • 18 Voir ibid., p. 379.
  • 19 Parker (Stephen) et Philpotts (Matthew), Sinn und Form : The Anatomy of a Literary Journal, Berlin (...)

15Dans Les règles de l’art, Bourdieu invite la sociologie littéraire à situer les objets culturels en corrélation avec les agents du champ littéraire. Or ces agents ne sont pas seulement les auteurs eux-mêmes, mais aussi les agents de la diffusion et de la réception, comme les critiques, les maisons d’édition ou encore les organisations professionnelles. Selon les termes de Bourdieu analysant la Nouvelle Revue Française éditée par André Gide18, la revue littéraire devient une institution centrale dans le champ, un endroit où « les intellectuels prennent des positions […] et à travers lequel ils exercent leur capacité d’agir dans la transaction du capital19 ». Le concept de capital symbolique joue alors un rôle-clef :

  • 20 Ibid.

Alors que le capital culturel […] est essentiel dans l’équipement nécessaire aux agents pour participer dans le champ intellectuel, c’est le « capital symbolique » de « prestige accumulé, de célébrité, consécration ou honneur », qui est la monnaie la plus convoitée dans le monde littéraire et intellectuel20

  • 21 Ibid., p. 18.

16Dans cette configuration, la revue littéraire Sinn und Form constitue un exemple des alliances précaires entre ces agents. Quand la revue est fondée, à la fin de 1948, et dans les premières années qui suivent (sous la direction éditoriale de Johannes R. Becher et de Paul Wiegler et, par la suite, de Peter Huchel), un ensemble de facteurs assure l’autonomie relative des valeurs et des pratiques littéraires dans le champ de la littérature est-allemande. Cela s’explique partiellement par le déploiement incomplet du régime communiste dans la zone d’occupation soviétique et en RDA. La continuité culturelle qu’un quelconque régime politique doit observer, est l’une des plus importantes restrictions à l’exercice du pouvoir dictatorial. Or les valeurs autonomes du champ littéraire sont un aspect important de cette continuité culturelle. Dans la RDA des débuts, l’impossibilité d’exercer un contrôle absolu sur la sphère culturelle est redoublée non seulement par la nature instable de la politique culturelle et de ses institutions associées à la phase de cristallisation du régime, mais aussi par une série de facteurs politiques et géopolitiques liés à la fragilité du pouvoir du SED et à son manque de légitimité initial. Plus important encore, la division politique de l’Allemagne ne se superpose pas si facilement à l’espace culturel allemand, d’autant moins que la politique de Staline sur la question allemande ne s’oriente pas vers une stratégie révolutionnaire, mais vise plutôt la protection des intérêts soviétiques dans la négociation avec les Alliés occidentaux, ainsi que l’unification de l’Allemagne21. Même après la mort de Staline, et jusqu’en 1955, la politique soviétique aura pour priorité l’unification plutôt que le développement distinct d’un État socialiste.

  • 22 Becher (Johannes R.), « Programmerklärung des Ministeriums für Kultur zur Verteidigung der Einheit (...)

17Devenu ministre de la Culture de la RDA, Johannes R. Becher insistera encore stratégiquement sur l’importance de l’« indivisible culture humaniste » des deux Allemagnes dans une « Déclaration programmatique du ministère de la Culture pour la défense de l’unité de la culture allemande », publiée dans Sinn und Form en avril 1954. Dans ce manifeste, la « libre circulation des œuvres humanistes de la littérature et de l’art dans toute l’Allemagne » et la « coopération entre les académies allemandes, les universités […], les organisations d’artistes et d’écrivains […] qui encouragent la culture humaniste allemande collective » sont élevées au rang de valeurs essentielles pour la défense de l’héritage littéraire et artistique allemand22.

  • 23 Parker etPhilpotts, op. cit., p. 19-20.
  • 24 Sur la campagne antiformaliste et la réception d’auteurs occidentaux en RDA, se référer à Emmerich (...)

18Cependant, la tension entre la focalisation sur une culture allemande commune et l’idéologie d’un État socialiste distinct conduira le SED à mener une politique culturelle particulièrement contradictoire avant 1955. Par conséquent, de nombreux auteurs engagés se trouveront face à un dilemme, car le gouvernement est-allemand, qui aurait dû défendre une culture allemande commune, abordant avec sincérité l’héritage du nazisme, semble s’engager dans une autre direction : celle de l’idéologie de la guerre froide, antioccidentale, hostile à la relative autonomie esthétique de la Kulturbund, et, avec elle, de la revue Sinn und Form23. Dans les années à venir, principalement après 1955, l’insistance des responsables culturels du SED sur la tradition humaniste du classicisme de Weimar, leur rejet du modernisme occidental (et d’auteurs tels que Joyce, Proust, Beckett, Gide, Kafka ou Camus)24 et leur plaidoyer pour une orientation plus prolétarienne du réalisme socialiste poseront de sérieux problèmes à Sinn und Form.

Sinn und Form : la formation d’un cercle littéraire

19Les valeurs soutenues par Sinn und Form s’expriment à la faveur de la prolifération de nouvelles revues qui voient le jour immédiatement après 1945. Toutes témoignent d’un fort sentiment d’urgence et de volonté d’action dans cette période de transition. Ce sentiment d’un Neuanfang, d’un « nouveau départ » moral et matériel (à ne pas confondre avec une quelconque Stunde Null), ouvre également la voie à une nouvelle définition de la littérature pendant cette période.

  • 25 Arnold Zweig fait valoir que dans le programme de la revue « le Moral et le Juste font nécessaireme (...)
  • 26 Parker et Philpotts, op. cit., p. 5.

20La lutte acerbe entre continuité et innovation en littérature éclate immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Les notions d’autonomie et d’hétéronomie permettent au chercheur d’en identifier et d’en analyser les formes. Pendant cette période en effet, on observe que les prises de position tantôt défendent l’engagement moral et politique à la suite de la dictature nazie et de la « mise au pas » (Gleichschaltung) littéraire, tantôt, au contraire, cherchent à éviter le soupçon d’une influence idéologique en insistant sur la nécessité d’une littérarité apolitique25. D’autre part, la tension transparaît aussi dans les positions établies et, à l’inverse, hérétiques du champ : les premières sont occupées par des agents porteurs d’un fort capital symbolique (comme les auteurs en exil, par exemple), les secondes par une nouvelle génération qui aspire à prendre leur place26. Avant la création de la revue, fin 1948, la correspondance des futurs éditeurs Peter Huchel et Johannes R. Becher avec d’autres intellectuels montre que la question de l’autonomie est clairement posée. Dans une lettre, l’écrivain Heinz Winfried Sabais commente ainsi une discussion avec Huchel, vers le milieu de l’année 1948 :

  • 27 Voir la lettre de Sabais du 28 juin 1948, citée in ibid., p. 16.

Je pense que cette revue va remplir une mission grande et exigeante et, en disant cela, je me souviens des Blätter für die Kunst de Stefan George, non pas pour leur fonction et, bien sûr, en faisant abstraction de leur inhumanité et de leur ligne réactionnaire. Si je comprends bien, cette fonction était […] d’unir la tradition et le progrès27.

  • 28 Pour plus d’informations sur le programme de Maß und Wert, représentatif de l’idée selon laquelle l (...)
  • 29 Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer qu’à partir de la fondation de Sinn und Form et j (...)

21La référence de Sabais à la revue Blätter für die Kunst (Feuillets pour l’Art) de Stefan George, qui réclamait de manière radicale l’autonomie de l’art contre toute influence politique, met en évidence la volonté d’indépendance à l’égard de l’idéologie socialiste. S’ajoute à cette situation le fait significatif que Becher voulait, initialement, faire appel au journal de l’exil Maß und Wert, publié par Thomas Mann et dirigé par Ferdinand Lion à Zürich entre 1937 et 1940, pour contrer la barbarie culturelle du national-socialisme en mettant l’accent (en référence à Goethe) sur la pérennité de la « mesure » (Maß) des classiques et sur la « valeur » (Wert) de l’institution bourgeoise autonome de la littérature28. La création de Sinn und Form représente une intervention claire dans le champ littéraire en zone d’occupation soviétique, en ce sens qu’elle adopte une vision internationale, centrée sur les traditions littéraires occidentales, et qu’elle prend ses distances à la fois par rapport à l’esthétisme et au socialisme29. Un dépliant de publicité pour la revue, datant de 1948, témoigne d’une oscillation assez complexe entre les valeurs autonomes et hétéronomes :

  • 30 Cité in Parker et Philpotts, op. cit., p. 13.

Avec Sinn und Form, nous présentons une revue littéraire dont la publication ne peut être justifiée que si, bien loin de l’esthétisme, elle sert l’esprit de la langue et la poésie. C’est uniquement en répondant à cette condition qu’elle pourra devenir l’une des publications littéraires périodiques essentielles et représentatives en Allemagne. Tout d’abord, la sélection des articles sera faite en fonction de principes qui auraient toujours dû être appliqués à ce genre de revue : celui de faire entendre toutes les voix qui, par des moyens artistiques, façonnent le mot, au service du progrès social et humain, dans l’intérêt de l’humanisme et de la profondeur intellectuelle, ou qui scrutent, dans un esprit critique et à la lumière de connaissances minutieuses, les publications littéraires du monde intellectuel, d’Allemagne ou d’ailleurs30

22D’une part, la revue est axée sur la forme et l’autonomie littéraires et « sert l’esprit de la langue et la poésie », mais, d’autre part, grâce à ce même souci d’indépendance artistique, elle se met « au service du progrès social et humain ». Sinn und Form se place ainsi dans la tradition des Lumières, dans le sens où son « intérêt de l’humanisme » est basé sur l’acquis d’une sphère bourgeoise autonome de la littérature incarnant une émancipation de diktats sociétaux. L’autonomie et l’hétéronomie sont ainsi intimement liées l’une à l’autre.

  • 31 Ibid., p. 60

23À la faveur de la politique officielle soviétique, qui promeut l’unité culturelle panallemande, le champ littéraire de la RDA des débuts bénéficie d’un certain degré d’autonomie artistique. Cela permet à la revue d’accumuler du prestige littéraire et idéologique grâce à son programme « panallemand31 ». De fait, elle s’est créée en mettant en avant et en se réclamant de certains écrivains célèbres du champ de la production littéraire autonome.

  • 32 Ibid., p. 44.
  • 33 Dès son premier numéro en 1949, Sinn und Form publie des auteurs internationalement connus comme Ro (...)

24Pour pouvoir expliquer le capital accumulé par la revue après à peine cinq années d’existence, alors que de nombreuses autres publications, fondées dans les années 1945-1949 et prises dans la même crise politique durable, avaient déjà cessé de fonctionner, analysons brièvement la structure de la rédaction telle qu’elle figure dans un (célèbre) numéro double de 1954. En publiant des intellectuels est-allemands importants (tels que Bertolt Brecht, Ernst Bloch et Hans Mayer) et tenus en haute estime à l’Ouest, ainsi que des écrivains ouest-allemands influents (comme Thomas Mann, Alfred Döblin et Hans Henny Jahnn), Sinn und Form a cumulé un important capital symbolique sur une période relativement courte, comme le soulignent avec justesse Parker et Philpotts32. Les écrivains canoniques qui ont attaché leur nom à la revue ont contribué à sa consécration et lui ont apporté une aura de libéralisme intellectuel, de modernisme littéraire et d’humanisme antifasciste, ainsi qu’une conviction culturelle panallemande. Les auteurs de Sinn und Form ont ainsi aidé à mettre en place le programme collectif politico-culturel et esthétique de la revue33.

  • 34 Voir Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes. Une entreprise intellectuelle, Paris, Les Édit (...)

25Dans ce sens, on pourrait comparer la constitution du capital symbolique de Sinn und Form dans le champ littéraire de la RDA avec le capital considérable apporté à l’ « entreprise intellectuelle » de la revue Les Temps Modernes34, fondée par Jean-Paul Sartre en 1945, par des auteurs aussi prestigieux que, entre autres, Michel Leiris, Raymond Queneau, Simone de Beauvoir, Garcia Lorca ou Vladimir Jankélévitch. À ce sujet, Bourdieu écrit :

  • 35 Bourdieu, op. cit., p. 295.

La « revue intellectuelle », qui, comme en témoigne la composition du comité de rédaction, rassemble sous la bannière de Sartre les représentants vivants de toutes les traditions intellectuelles réconciliées dans l’œuvre et la personne du fondateur, permet de constituer en programme collectif le projet sartrien de penser tous les aspects de l’existence […] et d’orienter ainsi toute la production intellectuelle, tant dans sa forme que dans ses thèmes35.

  • 36 Parker et Philpotts, op. cit., p. 44.
  • 37 Ibid.

26Comme dans le cas des Temps Modernes, le programme collectif de Sinn und Form affiche clairement son profil esthétique et intellectuel. La plupart des collaborateurs sont pro-occidentaux (seuls Johannes R. Becher et Ludwig Renn sont partisans du SED). Par ailleurs, les écrivains communistes orthodoxes, comme Willi Bredel et Konrad Wolf, n’y sont que très peu représentés sous la direction de Huchel. Le capital symbolique de la revue est ainsi nettement défini par les champs littéraire et intellectuel internationaux, et non par les représentants officiels de l’orientation culturelle de la RDA36. D’autre part, on trouve aussi nombre d’auteurs moins connus, non est-allemands, dans le numéro double de 1954. Dans leur cas, l’échange de capital qui a lieu habituellement entre l’auteur et le journal est inversé, en ce sens que le capital symbolique des jeunes auteurs est considérablement augmenté par la présence des écrivains influents qui sont déjà au sommaire de la revue. Cela dit, ces écrivains respectés, comme Döblin et Brecht, n’en ont pas moins tiré bénéfice, eux aussi, du fait d’être publiés dans Sinn und Form, ainsi que l’atteste l’augmentation de leur capital symbolique à l’Ouest par la suite. En publiant des auteurs moins connus, la revue souligne également son attachement à l’autonomie du champ littéraire, qui est la condition de l’accumulation de capital symbolique littéraire, y compris par l’écrivain qui en est initialement dépourvu37.

  • 38 Jurt (Joseph), Das literarische Feld : Das Konzept Pierre Bourdieus in Theorie und Praxis, Darmstad (...)
  • 39 Ibid., p. 90.

27L’analyse du cas de Sinn und Form met en lumière les relations fragiles entre les intellectuels et le pouvoir. Écrivains et artistes, en tant que fraction dominante du champ intellectuel, elle-même dominée par les professionnels de la politique, possèdent un capital culturel qui leur permet d’obtenir des privilèges symboliques et matériels en RDA. La légitimité interne du champ littéraire se situe dans une relation chiasmatique avec le champ du pouvoir, comme Joseph Jurt le souligne38. Le champ littéraire se définit effectivement par son autonomie envers l’autorité politique39. Comme Bourdieu le suggère dans Les règles de l’art, en parlant d’André Gide et du groupe d’auteurs qui l’entouraient :

  • 40 Bourdieu, op. cit., p. 379.

Le rassemblement des auteurs et, secondairement, de textes qui fait une revue littéraire a, on le voit, pour principe véritable des stratégies sociales proches de celles qui président à la constitution d’un salon ou d’un mouvement – même si elles prennent en compte […] le capital proprement littéraire des écrivains réunis40

  • 41 Parker et Philpotts, op. cit., p. 219.

28On peut considérer ces « stratégies sociales » comme la somme des ressources et bénéfices qui peuvent être tirés de l’appartenance à un groupe et de la (re)connaissance mutuelle41. En effet, l’acte primaire d’échange du journal réside dans l’offre et l’acceptation de textes pour la publication. Cet acte sert de critère pour devenir membre du groupe, limitant la possibilité d’appartenance à d’autres groupes et déterminant ainsi le volume de capital social du journal grâce au réseau de ses collaborateurs.

  • 42 Ibid., p. 221.
  • 43 Ibid., p. 60.

29Dans les années suivant la création de la revue, des auteurs tels que Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, Nelly Sachs, Federico Garcia Lorca et Pablo Neruda ont publié dans Sinn und Form42. La relation de la revue avec Neruda, en particulier, a été institutionnalisée quand celui-ci a été élu membre correspondant de la section littéraire de l’Akademie der Künste en 1955. L’Académie pouvait accomplir sa mission d’institution culturelle d’élite, entre autres grâce au réseau de Sinn und Form qui lui apportait le capital social et symbolique nécessaire à cet effet. Plus tard, Thomas Mann, Alfred Döblin, Louis Aragon, Peter Weiss et d’autres collaborateurs de Sinn und Form y seront élus, le plus souvent sans aucune considération de politique intérieure. Par ailleurs, comme Parker et Philpotts le notent s’agissant du nombre d’abonnés, on peut remarquer qu’en 1953, la revue n’avait que 2.400 abonnés, pour un tirage total de seulement 5.000 numéros au milieu des années 1950. Le caractère restreint du lectorat de la publication est un élément-clé dans l’acquisition du capital symbolique. Débattre des articles de Sinn und Form avec d’autres lecteurs représentait une sorte de signe politique et intellectuel d’appartenance à un groupe hétérodoxe43.

Conclusion

  • 44 Sapiro (Gisèle), « The Literary Field between the State and the Market », Poetics 31 (2003), p. 441 (...)

30Dans son article « The Literary Field between the State and the Market », Gisèle Sapiro souligne que l’organisation professionnelle est un instrument significatif de contrôle idéologique dans les régimes autoritaires : « […] les principaux instruments de contrôle sont la centralisation des moyens de production, l’unification de la profession, la surveillance des institutions professionnelles et la supervision idéologique44. » À partir de la seconde moitié des années 1950, l’Union des écrivains de la RDA contrôle les moyens de publication et les instruments de consécration (revues spécialisées, prix, etc.). Le Literaturinstitut (Institut de littérature, renommé par la suite « Literaturinstitut Johannes R. Becher ») est fondé à Leipzig en 1955. La création de cette école d’écrivains illustre la volonté de développer une structure corporative de la profession d’écrivain et de mettre en œuvre une politique de contrôle idéologique et de formation. L’année 1955 marque un tournant dans le développement du champ littéraire est-allemand, qui abandonne définitivement l’idée d’une culture littéraire panallemande.

  • 45 Sur le concept de Ersatzöffentlichkeit de la littérature en RDA, voir par exemple Emmerich (Wolfgan (...)

31Le champ littéraire en zone d’occupation soviétique et en RDA montre à quel point la guerre froide a graduellement surdéterminé la production littéraire, sans pour autant rendre impossible l’autonomie relative de la littérature. La crise idéologique d’après-guerre, marquée par l’incertitude des relations futures entre Est et Ouest, nécessitait une redéfinition du rôle de la littérature et des écrivains en Allemagne. Cependant, dans cette redéfinition de l’espace littéraire, comme on l’a noté pour Sinn und Form, il pouvait encore y avoir, dans certains cas, la possibilité d’une fragile Ersatzöffentlichkeit45 littéraire, une « sphère publique de substitution » autorisée par le capital symbolique accumulé par la revue dans les premières années de son existence. En effet, on a pu constater que, dans la première décennie après la Seconde Guerre mondiale, les positionnements politiques et idéologiques des écrivains est-allemands résultent de rapports de force et d’échanges idéologiques et esthétiques complexes qui ne sauraient être réduits à une alternative simple entre allégeance au pouvoir politique et contestation.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becher (Johannes R.), Vom Anderswerden : Reden, Aufsätze, Briefe, Berlin, Aufbau, 1952.

Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes. Une entreprise intellectuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. Le sens commun.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992, coll. Libre examen.

Corbin-Schuffels (Anne-Marie), La force de la parole : les intellectuels face à la RDA et à l’unification allemande (1945-1990), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998.

Dietrich (Gerd), Politik und Kultur in der Sowjetischen Besatzungszone Deutschlands (SBZ) 1945-1949, Berne, Peter Lang, 1993.

Emmerich (Wolfgang), Kleine Literaturgeschichte der DDR, Berlin, Aufbau Taschenbuch Verlag, 2000.

Emmerich (Wolfgang), « Holzwege, gelegentlich Lichtungen : Ostdeutsche Literatur 1945-55 », Bernd Bisch, Thomas Combrink (dirs.), Doppelleben : Literarische Szenen aus Nachkriegsdeutschland, Göttingen, Wallstein, 2009, p. 107-116.

Fischer (Torben), « Exildebatte », Torben Fischer et Matthias N. Lorenz (dirs.), Lexikon der « Vergangenheitsbewältigung » in Deutschland. Debatten- und Diskursgeschichte des Nationalsozialismus nach 1945, Bielefeld, Transcript Verlag, 2007, p. 48-50.

Gansel (Carsten), Parlament des Geistes. Literatur zwischen Hoffnung und Repression 1945-1961, Berlin, Basisdruck, 1996.

Gansel (Carsten), « Für eine “wirksame ideologische, fachliche, und berufliche Unterstützung”. Literarische Gruppenbildung und Schriftstellerorganisationen nach 1945 in der Sowjetischen Besatzungszone und der DDR », Bernd Bisch, Thomas Combrink (dirs.), Doppelleben : Literarische Szenen aus Nachkriegsdeutschland, Göttingen, Wallstein, 2009, p. 65-74.

Hempel (Leon), « Die agonale Dynamik des lyrischen Terrains : Herausbildung und Grenzen des literarischen Feldes der DDR », Ute Wölfel (dir.), Literarisches Feld DDR : Bedingungen und Formen literarischer Produktion in der DDR, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2005, p. 13-29.

Heukenkamp (Ursula), « Ein Anfang ohne rechte Hoffnung: Versuch einer analytischen Beschreibung der Nachkriegsliteratur in der sowjetischen Besatzungszone (SBZ) », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur 18, 2 (1993), p. 121-144.

Jurt (Joseph), Das literarische Feld : Das Konzept Pierre Bourdieus in Theorie und Praxis, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995.

Klessinger (Hanna), Bekenntnis zur Lyrik. Hans Egon Holthusen, Karl Krolow, Heinz Piontek und die Literaturpolitik der Zeitschrift Merkur in den Jahren 1947 bis 1956, Göttingen, Wallstein, 2011.

Krebs (Gilbert), « Bilan d’une décennie », Gilbert Krebs et Gérard Schneilin (dirs.), L'Allemagne, 1945-1955. De la capitulation à la division, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1996, p. 9-24.

Krones (Susanne), Akzente im Carl Hanser Verlag. Geschichte, Programm und Funktionswandel einer literarischen Zeitschrift, Göttingen, Wallstein, 2009.

Mann (Thomas), Gesammelte Werke. Band 13. Nachträge, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1974.

Mittenzwei (Werner), Die Intellektuellen. Literatur und Politik in Ostdeutschland 1945-2000, Leipzig, Faber & Faber.

Ohlerich (Gregor), Sozialistische Denkwelten : Modell eines literarischen Feldes der SBZ/DDR 1945 bis 1953, Heidelberg, Winter, 2005.

Parker (Stephen), Philpotts (Matthew), Sinn und Form : The Anatomy of a Literary Journal, Berlin - New York, de Gruyter, 2009.

Parker (Stephen), Davies (Peter), Philpotts (Matthew), The Modern Restoration. Re-thinking German Literary History 1930-1960, Berlin, New York, 2004.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sapiro (Gisèle), « The Literary Field between the State and the Market », Poetics 31 (2003), p. 441-464.
DOI : 10.1016/j.poetic.2003.09.001

Haut de page

Notes

1 Le présent article est un complément à Sepp (Arvi), « Groupes littéraires et esthétique moderniste : la formation du champ littéraire en zone d’occupation soviétique », Élise Petit (dir.), La création artistique en Allemagne occupée (1945-1949). Enjeux esthétiques et politiques, Sampzon, Éditions Delatour, 2015, p. 207-220. La notion de « Stunde Null » (heure zéro) renvoie à l’expérience de dévastation matérielle, institutionnelle et psychique de l’Allemagne au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, elle s’avère largement inappropriée, car, comme le met en évidence Gilbert Krebs, et sur le plan tout d’abord matériel, il restait bien plus que juste des décombres. Plus important encore, les Allemands qui avaient comme tâche la reconstruction du pays « portaient en eux tout l’héritage du passé, de leur éducation […]. Ce n’est donc certainement pas sur une tabula rasa, mais sur les décombres de l’ancienne Allemagne que s’édifiera la nouvelle Allemagne » (Krebs (Gilbert), « Bilan d’une décennie », Gilbert Krebs et Gérard Schneilin (dirs.), L'Allemagne, 1945-1955. De la capitulation à la division, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1996, p. 9-24, p. 10-11). Voir à ce sujet également Werner Mittenzwei, Die Intellektuellen. Literatur und Politik in Ostdeutschland 1945-2000, Leipzig, Faber & Faber, p. 22-29.

2 La lettre ouverte de Frank Thiess, « Die innere Emigration », fut publiée le 18 août 1945 dans le journal Münchener Zeitung. Dans cet article, Thiess introduit l’expression innere Emigration (« émigration intérieure ») pour désigner la résistance passive des intellectuels restés en Allemagne pendant le national-nationalisme. Il crée la polémique en critiquant Thomas Mann pour avoir quitté l’Allemagne dès 1933 et, par conséquent, pour ne pas avoir connu réellement la « tragédie » du national-socialisme. Voir à ce sujet Fischer (Torben), « Exildebatte », Torben Fischer et Matthias N. Lorenz (dirs.), Lexikon der « Vergangenheitsbewältigung » in Deutschland. Debatten- und Diskursgeschichte des Nationalsozialismus nach 1945, Bielefeld, Transcript Verlag, 2007, p. 48-50, p. 49.

3 Voir Heukenkamp (Ursula), « Ein Anfang ohne rechte Hoffnung: Versuch einer analytischen Beschreibung der Nachkriegsliteratur in der sowjetischen Besatzungszone (SBZ) », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur 18, 2 (1993), p. 121-144, p. 130.

4 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992, coll. « Libre examen », p. 289.

5 Pour plus d’informations concernant la pertinence de la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu pour l’analyse de la littérature en RDA, voir surtout Hempel (Leon), « Die agonale Dynamik des lyrischen Terrains : Herausbildung und Grenzen des literarischen Feldes der DDR », Ute Wölfel (dir.), Literarisches Feld DDR : Bedingungen und Formen literarischer Produktion in der DDR, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2005, p. 13-29, p. 13-18.

6 Voir Gansel (Carsten), « Für eine "wirksame ideologische, fachliche, und berufliche Unterstützung". Literarische Gruppenbildung und Schriftstellerorganisationen nach 1945 in der Sowjetischen Besatzungszone und der DDR », Bernd Bisch, Thomas Combrink (dirs.), Doppelleben : Literarische Szenen aus Nachkriegsdeutschland, Göttingen, Wallstein, 2009, p. 65-74.

7 Sur la question de la formation de groupes littéraires dans la zone d’occupation soviétique et dans la jeune RDA, voir Ohlerich (Gregor), Sozialistische Denkwelten : Modell eines literarischen Feldes der SBZ/DDR 1945 bis 1953, Heidelberg, Winter, 2005, p. 130-135.

8 Le réalisme socialiste exigeait des artistes qu’ils adhèrent aux concepts du communisme et à la théorie du matérialisme dialectique. Les écrivains étaient dès lors censés donner une représentation « exacte » et « véridique » du combat social au service de la révolution. Pour de plus amples informations sur le réalisme socialiste, voir Corbin-Schuffels (Anne-Marie), La force de la parole : les intellectuels face à la RDA et à l’unification allemande (1945-1990), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, p. 28-31.

9 Ibid., p. 124. Pour de plus amples informations sur le concept et la politique de la Kulturbund entre 1945 et 1949, lire Dietrich (Gerd), Politik und Kultur in der Sowjetischen Besatzungszone Deutschlands (SBZ) 1945-1949, Berne, Peter Lang, 1993, p. 24-35.

10 Becher (Johannes R.), Vom Anderswerden : Reden, Aufsätze, Briefe, Berlin, Aufbau, 1952, p. 240-241 [notre traduction].

11 Cette association internationale, apolitique et non gouvernementale fondée en 1921 par  la Britannique Catherine Amy Dawson Scott sous la présidence du romancier John Galsworthy regroupait à ses débuts poètes, essayistes et romanciers (Poets, Essayists, Novelists) et tint son premier congrès en 1923.

12 Pour plus de détails sur la préparation et le contenu du premier congrès des auteurs allemands en 1947, se référer à Gansel (Carsten), Parlament des Geistes. Literatur zwischen Hoffnung und Repression 1945-1961, Berlin, Basisdruck, 1996, p. 44-46.

13 Ce groupe littéraire ouest-allemand créé en 1947 et officiellement dissous en 1977 avait pour but de renouveler la littérature allemande d’après-guerre. Heinrich Böll, Günter Grass, Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Uwe Johnson étaient parmi ses membres les plus prestigieux.

14 Voir Heukenkamp, art. cit., p. 127.

15 Voir notamment Mann (Thomas), « Johannes R. Becher zum Gruß », in Thomas Mann, Gesammelte Werke. Band 13. Nachträge, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1974, p. 871.

16 Ibid., p. 128.

17 Bourdieu, op. cit., p. 355.

18 Voir ibid., p. 379.

19 Parker (Stephen) et Philpotts (Matthew), Sinn und Form : The Anatomy of a Literary Journal, Berlin - New York, de Gruyter, 2009, p. 5 [notre traduction].

20 Ibid.

21 Ibid., p. 18.

22 Becher (Johannes R.), « Programmerklärung des Ministeriums für Kultur zur Verteidigung der Einheit der deutschen Kultur », Sinn und Form 6, 2 (mars-avril 1954), p. 315-317 [notre traduction].

23 Parker etPhilpotts, op. cit., p. 19-20.

24 Sur la campagne antiformaliste et la réception d’auteurs occidentaux en RDA, se référer à Emmerich (Wolfgang), « Holzwege, gelegentlich Lichtungen : Ostdeutsche Literatur 1945-55 », in Bernd Bisch et Thomas Combrink (dirs.), op. cit., p. 107-116, p. 111.

25 Arnold Zweig fait valoir que dans le programme de la revue « le Moral et le Juste font nécessairement partie des conditions du Beau ». Voir Zweig (Arnold), « Zur Übernahme der Zeitschrift durch die Deutsche Akademie der Künste », Sinn und Form 2, 5 (octobre 1950), p. 5 ; notre traduction.

26 Parker et Philpotts, op. cit., p. 5.

27 Voir la lettre de Sabais du 28 juin 1948, citée in ibid., p. 16.

28 Pour plus d’informations sur le programme de Maß und Wert, représentatif de l’idée selon laquelle la tradition littéraire moderne de l’Allemagne peut s’opposer à la barbarie national-socialiste, voir Parker (Stephen), Davies (Peter) et Philpotts (Matthew), The Modern Restoration. Re-thinking German Literary History 1930-1960, Berlin, New York, 2004, p. 94-106.

29 Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer qu’à partir de la fondation de Sinn und Form et jusqu’à la mort de Staline en 1953, on ne trouve qu’une seule référence explicite à Staline, ce qui suggère un degré certain d’autonomie politique et littéraire de la revue dans le champ littéraire de la RDA (Stalin (Joseph W.), « Über den Frieden », Sinn und Form 3, 4 (1951), p. 7).

30 Cité in Parker et Philpotts, op. cit., p. 13.

31 Ibid., p. 60

32 Ibid., p. 44.

33 Dès son premier numéro en 1949, Sinn und Form publie des auteurs internationalement connus comme Romain Rolland, Oskar Loerke, Hans Reisiger, Hermann Kasack, Charles-Ferdinand Ramuz, Wladimir Majakowski et Vítězslav Nezval pour établir son programme, orienté vers l’internationalisme littéraire, l’unité de la culture allemande, l’antifascisme et le modernisme.

34 Voir Boschetti (Anna), Sartre et Les Temps Modernes. Une entreprise intellectuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985, coll. « Le sens commun ». Sans entrer dans le détail de la situation des revues littéraires dans les zones d’occupation occidentales et en RFA, on notera tout de même que des périodiques ouest-allemands tels que Merkur ou Akzente illustrent bien le rôle spécifique joué par la revue littéraire/philosophique dans le contexte politique de l’Allemagne de l’Ouest. Pour plus d’informations sur l’histoire, le programme et le contexte idéologique de Akzente et Merkur, voir Susanne Krones, Akzente im Carl Hanser Verlag. Geschichte, Programm und Funktionswandel einer literarischen Zeitschrift, Göttingen, Wallstein, 2009, et Hanna Klessinger, Bekenntnis zur Lyrik. Hans Egon Holthusen, Karl Krolow, Heinz Piontek und die Literaturpolitik der Zeitschrift Merkur in den Jahren 1947 bis 1956, Göttingen, Wallstein, 2011.

35 Bourdieu, op. cit., p. 295.

36 Parker et Philpotts, op. cit., p. 44.

37 Ibid.

38 Jurt (Joseph), Das literarische Feld : Das Konzept Pierre Bourdieus in Theorie und Praxis, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1995, p. 88-93.

39 Ibid., p. 90.

40 Bourdieu, op. cit., p. 379.

41 Parker et Philpotts, op. cit., p. 219.

42 Ibid., p. 221.

43 Ibid., p. 60.

44 Sapiro (Gisèle), « The Literary Field between the State and the Market », Poetics 31 (2003), p. 441-464, p. 445.

45 Sur le concept de Ersatzöffentlichkeit de la littérature en RDA, voir par exemple Emmerich (Wolfgang), Kleine Literaturgeschichte der DDR, Berlin, Aufbau Taschenbuch Verlag, 2000, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arvi Sepp, « Crise idéologique et esthétique littéraire », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://contextes.revues.org/6119 ; DOI : 10.4000/contextes.6119

Haut de page

Auteur

Arvi Sepp

Universiteit Antwerpen – Vrije Universiteit Brussel

Haut de page