Navigation – Plan du site

Introduction

Crises politiques et champs littéraires : un objet interdisciplinaire
Bastien Amiel, Mathilde Sempé et Paul Dirkx

Texte intégral

La crise politique comme objet sociohistorique

  • 1 Lacroix (Bernard), Lagroye (Jacques) (dirs.), Le président de la République. Usages et genèses d’un (...)
  • 2 Voir Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorie (...)

1Les travaux récents en sociologie, en histoire ou encore en science politique ont considérablement enrichi la compréhension des conjonctures particulières que sont les « crises politiques ». En tentant d’échapper à la double réduction de la crise à l’exceptionnalité et à l’institué, qui rapporte systématiquement la crise à la stabilité d’un champ politique ou au « sens public » qui en émane1, ces travaux ont amorcé un déplacement d’une histoire événementielle de la crise politique, chronique mécanique d’un bouleversement supposé, vers la formation d’un objet spécifique d’analyse sociohistorique, à savoir les mécanismes de « désectorisation » en conjoncture de crise, c’est-à-dire les mécanismes de réduction de l’autonomie des secteurs sociaux et de désenclavement des espaces de confrontation2. Moments de rupture avec le cours routinier du monde social, les crises politiques sont caractérisées par la synchronisation des enjeux entre différents espaces du monde social et par une situation d’incertitude empêchant les acteurs d’anticiper, comme ils y sont accoutumés, le cours normal des choses.

  • 3 Gobille (Boris), « L’événement 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Scie (...)
  • 4 Mégie (Antoine), Vauchez (Antoine), « Introduction. Crise, crises et crisologie européenne », Polit (...)
  • 5 Aït-Aoudia (Myriam), Roger (Antoine) (dirs.), La logique du désordre. Relire la sociologie de Miche (...)
  • 6 Hadjiisky (Magdalena), De la mobilisation citoyenne à la démocratie de partis : participation et dé (...)
  • 7 Codaccioni (Vanessa), Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS Éditions (...)

2L’intégration de l’événement à proprement parler dans un programme d’histoire plus vaste rend dès lors possible une approche au plus près de la réalité des crises politiques, une « sociohistoire du temps court » dans le temps long, selon les termes de Boris Gobille3. Contribuant à mettre au jour les modalités de la crise comme catégorie4, une telle approche permet par ailleurs de réinscrire la crise politique dans des luttes de définition plurielles. La notion, ses applications et ses appropriations multiples continuent de faire l’objet d’un intérêt scientifique soutenu, comme l’illustrent le récent ouvrage dirigé par Myriam Aït-Aoudia et Antoine Roger5 ou encore les travaux de Magdalena Hadjiisky6 et de Vanessa Codaccioni7, qui en font un usage étendu à travers la notion de « conjoncture de crise longue ».

  • 8 Lyon-Caen (Judith), Ribard (Dinah), L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, coll (...)
  • 9 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, op.cit., Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, op. (...)
  • 10 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains : 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la p (...)
  • 11 Gaïti (Brigitte), De Gaulle, prophète de la Ve République, Paris, Presses de Science Po, 1998, coll (...)
  • 12 Briquet (Jean-Louis), « Crise de légitimité en Italie. La première République à l’épreuve des scand (...)
  • 13 Pagis (Julie), « Quand le genre entre en crise (politique)… Les effets biographiques du militantism (...)
  • 14 Dans le cas des intellectuels, voir Gaïti (Brigitte), Mariot (Nicolas), Intellectuels empêchés. Col (...)

3Ainsi, il nous semble que les crises gagnent à être considérées comme étant caractérisées par un processus objectivable de ruptures d’intelligibilité. Elles se révèlent alors particulièrement pertinentes non seulement pour interroger les mécanismes sociaux à l’œuvre, une fois les normes routinières « débanalisées », comme disaient les formalistes russes », mais aussi pour observer les interrelations entre différents champs du monde social, dont la synchronisation rend visibles, avec une plus grande acuité, les logiques sociales d’échange et de conflit8. Plusieurs études antérieures ont permis de préciser les contours de conjonctures de crise spécifiques, en particulier la crise de Mai 689, la période de l’Occupation et de la Libération10, le moment d’incertitude politique dans la France de 1958 et la genèse de la Ve République11 ou encore la crise de légitimité de la Première République en Italie12. Enfin, de nouvelles perspectives ont été ouvertes, notamment concernant les incidences biographiques des crises13 ou les effets sur les pratiques professionnelles14.

Saisir le champ littéraire par la crise

  • 15 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, op. cit.
  • 16 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains : 1940-1953, op.cit. et Dammame (Dominique), Gobille (Bori (...)

4La crise peut être abordée comme un objet transversal, dès lors que la démarche consiste à en interroger les mécanismes récurrents de fonctionnement15 ou le caractère d’événement spécifique socialement et historiquement situé16, mais aussi, comme nous nous proposons de le faire, en fonction des champs sociaux qu’elle touche de manière différentielle. Cette approche spécifique concerne en l’occurrence la crise politique affectant le champ littéraire et les transformations qui en découlent, en contact ou non avec d’autres sphères sociales. Elle contribuera à élargir au moins partiellement la focale de la crise comme phénomène relevant exclusivement du champ politique et de ses enjeux.

  • 17 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992 (...)

5En outre, comme ce dossier l’illustre amplement, la crise politique constitue un analyseur efficace du champ littéraire, dans la mesure où elle implique, dans un premier temps, de restituer ses modes de fonctionnement et les schèmes de vision et de division qui tendent à y prévaloir en conjoncture routinière et qui sont alors autant d’enjeux de luttes ou, si l’on préfère, autant de modalités de constitution, de conservation ou de remise en cause de l’illusio propre au champ littéraire17. Dans un second temps, il y a lieu d’aborder la conjoncture spécifique en dégageant les mécanismes sociaux qui déterminent au moins partiellement la rencontre, plus ou moins heurtée, entre le champ littéraire et les autres espaces sociaux, ces derniers gagnant à être envisagés relationnellement, en fonction de leur position dans les échanges en temps de crise et par rapport au champ du pouvoir.

  • 18 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit.
  • 19 Voir aussi Viala (Alain), Naissance de l'écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, (...)
  • 20 Charle (Christophe), La crise littéraire à l’époque du naturalisme : roman, théâtre et politique. E (...)
  • 21 Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, 2008, coll. « L (...)
  • 22 Vaillant (Alain), La crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005, coll. (...)
  • 23 Un roman « est un miroir qui se promène sur une grande route » (Stendhal, Le rouge et le noir. Chro (...)
  • 24 Pour un bilan, voir Viart & Demanze, 2011 et 2012. Sur le volet proprement éditorial de cette crise (...)

6Soulignons ici que le présent dossier ne se penche pas expressément sur l’objet « crise littéraire ». Certes, de fréquentes altérations en profondeur, voire de fortes déperditions de la doxa proprement littéraire s’observent et mériteraient amplement d’être étudiées en tant que telles, y compris dans leurs rapports avec les crises politiques18. L’histoire littéraire ressemble beaucoup à une succession de crises, l’art de la littérature – il n’est pas le seul – évoluant en fonction des rapports entre forces d’inertie conservatrices et projets novateurs, lesquels sont souvent amenés à procéder par à-coups. Dans Les règles de l’art, Pierre Bourdieu étudie l’un de ces moments qui, vers 1850, porte à son comble le processus d’autonomisation littéraire entamé quelque deux siècles plus tôt19 et dont le sociologue approfondit alors, parallèlement, la dimension de crise dans ses enseignements consacrés à la révolution picturale incarnée par Édouard Manet. Mais si le concept de crise s’avère ainsi des plus pertinent s’agissant du champ littéraire, peu d’études y ont été consacrées jusqu’à présent, la notion évoquant la plupart du temps une thématique étrangère au fonctionnement littéraire lui-même. Plus rare encore est l’approche sociohistorique de la crise littéraire : citons Christophe Charle, dont la thèse de doctorat porte sur La crise littéraire à l’époque du naturalisme20, et Pascal Durand, étudiant Mallarmé comme catalyseur de la « crise de vers » après Baudelaire21 ; Alain Vaillant en a donné un éclairage sociopoétique22. Il faudra étudier ailleurs les raisons de cette relative indifférence, alors que la littérature elle-même n’a pas cessé d’être, pour paraphraser Stendhal, un miroir qui se promène à travers la vie sociale23 et qui capte nécessairement plus d’un éclat des innombrables « crises » qui la ponctuent dans un nombre croissant de domaines : « crise économique », « crise des valeurs », « crise écologique », « crise des migrants », etc. De ce point de vue, la crise sans précédent que traverse depuis deux ou trois décennies le pôle autonome des champs littéraires en régime néolibéral, dans la mesure où elle est toujours plus abordée en termes sociaux et historiques, voire sociohistoriques24, pourrait peut-être avoir du bon et susciter d’autres travaux sur d’autres crises littéraires.

  • 25 Péru (Jean-Michel), « Une crise du champ littéraire français. Le débat sur la “littérature prolétar (...)
  • 26 Idem ; voir aussi Gobille (Boris), Crise politique et incertitude : régimes de problématisation et (...)
  • 27 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit., Popa (Ioana), Traduire sous contraintes. Littéra (...)
  • 28 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit.
  • 29 Idem et Dubois (Vincent), « De la “politique littéraire” à la littérature sans politique ? Des rela (...)
  • 30 Kréfa (Abir), « La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire : le cas des écrivains t (...)
  • 31 Israël (Liora), « La Résistance dans les milieux judiciaires. Action collective et identités profes (...)

7Pour revenir aux incidences des conjonctures fluides sur le champ littéraire, celles-ci ont déjà été explorées par un certain nombre de recherches, dont les principaux résultats et hypothèses impliquent une grande variété d’aspects : la restructuration du champ en tant que tel25, les enjeux liés à la prise de position politique en fonction de la position littéraire26, certaines incidences pratiques sur l’exercice du métier d’écrivain27, les rapports fluctuants aux institutions qui participent à la définition des principes de perception et de fonctionnement du monde social en général et du champ littéraire en particulier28, les processus de « politisation » de la littérature29, certains effets des dispositions et trajectoires sociales sur les rapports à « l’immixtion du politique dans le littéraire »30 ou encore les liens entre professions intellectuelles et savoirs spécifiques en situation de crise31.

Crises politiques et champs littéraires

8Le présent dossier prolonge cette démarche de recherche en investissant une problématique spécifique, celle de l’analyse des effets conjoncturels de la crise politique sur le champ littéraire – ou, plus exactement, comme on va voir, de différentes crises politiques sur une variété de champs littéraires. Les différentes contributions ne prétendent pas à l’analyse sociologique des conjonctures fluides en elles-mêmes, qui constituent plutôt le domaine de pertinence de la sociologie des crises politiques de Michel Dobry. Il s’agit, notamment à l’aide des outils et du modèle qu’élabore cette sociologie, d’interroger les incidences des conjonctures sur ces espaces sociaux singuliers que sont les champs littéraires et d’examiner dans quelle mesure et selon quelles modalités ceux-ci sont touchés par tel ou tel type de mobilisation multisectorielle.

  • 32 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 197 (...)

9Dans l’étude qu’elle consacre aux interactions serrées entre politique et littérature dans la Belgique des années 1870-1878, Marianne Michaux montre comment la première « guerre scolaire », élément structurant du clivage entre libéraux et catholiques durant la seconde moitié du XIXe siècle, est rejouée au sein des milieux littéraires. Dans un contexte de différenciation entre les deux espaces sociaux, politique et littéraire, les enjeux de professionnalisation du champ politique et d’institutionnalisation de la littérature nationale se mêlent partiellement. Marianne Michaux décrit ainsi les effets de l’importation dans l’espace des revues de clivages politiques comme catégories de classification et de modalités d’intervention, sous forme de romans à thèse notamment (signés en l’occurrence d’Eugène Goblet d’Alviella et d’Émile Leclercq). L’auteure décrit avec précision les mécanismes de résistance à des modalités hétéronomes de structuration et d’organisation de l’espace littéraire, qui lui permettent de conclure à une certaine persistance du processus d’autonomisation du sous-champ littéraire belge francophone alors en cours. Dans une perspective plus large, l’angle de la crise politique, moment d’incertitude structurelle et de redéfinition du « pensable politiquement »32permet de corroborer en les nuançant certains aspects des rapports entre littérature et fabrication des identités nationales : la crise étudiée par Marianne Michaux apporte un éclairage original sur les procédés de réinvention du passé et de réécriture de l’histoire nationale et littéraire en fonction d’enjeux de luttes du présent.

10C’est autour de la figure de l’écrivain italien Carlo Emilio Gadda qu’est articulée la contribution de Cecilia Benaglia. Partant du décalage temporel entre les années trente, période de production de la majorité de ses écrits, et la période d’après 1950, où ils sont reçus et consacrés, l’auteure fait un retour approfondi sur la trajectoire littéraire de Gadda, corrélé à une analyse des ses productions littéraires. Dans un contexte de recomposition du champ littéraire italien après la Seconde Guerre mondiale et la guerre civile, marqué, comme en France, par le poids des enjeux politiques sur les prises de position, l’écrivain conservateur et anticommuniste continue d’orienter sa production vers des genres et des esthétiques qui se voient alors disqualifiés – opposé au néoréalisme, il persiste dans l’expérimentalisme –, prenant ainsi le risque d’être marginalisé. Cecilia Benaglia fournit des éléments d’explication de sa consécration paradoxale, en se focalisant sur les réseaux dont fait partie l’écrivain. Elio Vittorini et Pier Paolo Pasolini y jouent un rôle de premier plan, l’un pour la position-clef qu’il occupe dans le champ éditorial italien, l’autre en tant que critique littéraire influent qui qualifie habilement Gadda de « baroque-réaliste ». La valorisation de son expérimentation esthétique ainsi que de son usage du plurilinguisme, qu’il adopte à partir du début des années 1950, moment de la réécriture de son œuvre dans une perspective anti-mussolinienne, ouvrent la voie à une réévaluation de son travail par la critique proche de la neoavanguardia, notamment à travers la célébration d’un « engagement par la forme ». Cet article montre ainsi, à travers un cas aussi complexe qu’éclairant, comment le champ littéraire italien du second après-guerre, aux prises avec une longue crise politique, parvient à ruser avec certains effets intrusifs, en puisant dans ses ressources autonomes et en réorientant la notion d’engagement.

11Loin de toute illusion à propos d’une « Stunde Null » (heure zéro) et d’un ressaisissement collectif, Arvy Sepp analyse la polarisation du champ littéraire allemand après la Seconde Guerre mondiale entre, d’une part, les écrivains revenus d’exil, qui prônent le modèle de la « littérature engagée » au sein de la zone d’occupation soviétique, et, d’autre part, une génération d’auteurs plus jeunes qui, dans les quatre zones occupées, tentent de se regrouper afin de contester cette prétention à la redéfinition de la littérature légitime. Durant les premiers mois, les différents protagonistes multiplient les tentatives de création d’espaces communs entre l’Est et l’Ouest (création d’un PEN club, congrès plénier des écrivains allemands, etc.), alors même qu’une telle collaboration était a priori inaudible dans le champ politique. Cependant, les clivages entre les partis pris esthétiques construits autour de l’« antifascisme » à l’Est et le « pluralisme d’opinion » à l’Ouest finissent par devenir indépassables. Arvy Sepp montre comment de telles prises de positions antagonistes vont en définitive contribuer, durant une décennie, à structurer la littérature allemande, celle-ci se scindant même en deux lors de l’avènement en 1949 de la République démocratique allemande. Parallèlement, on voit que des dispositifs de résistance à une lecture purement politique de la littérature se font jour qui relient Est et Ouest, et que la littérature parvient à maintenir un certain degré d’autonomie. La revue Sinn und Form fondée en 1948 permet ainsi d’illustrer le fait que, à la faveur de jeux d’alliances précaires entre différents agents, des possibilités de fonctionnement autonome subsistent dans un contexte d’injonction forte à l’usage politique de la littérature. En pleine zone d’occupation soviétique, cette revue adopte une vision internationale et panallemande, centrée sur les traditions littéraires occidentales et critique aussi bien à l’égard de l’esthétisme qu’à l’égard du socialisme. Elle parvient à accumuler un volume important de capital symbolique en publiant des auteurs est-allemands et ouest-allemands jouissant d’une forte notoriété. L’étude d’Arvi Sepp révèle ainsi des modalités de résistance à une situation que la conjoncture fluide a contribué à redéfinir dans le sens d’une alternative entre repli esthétique et soumission aux mots d’ordre politiques, la littérature rejoignant ainsi une tendance caractérisant l’ensemble de la culture en RDA.

12Retraçant les luttes d’appropriation symbolique autour de la revue Ar Falz en 1945-1946, Mathilde Sempé montre les enjeux de redéfinition des frontières du sous-champ littéraire breton en temps de crise politique. Le principe de l’engagement littéraire tient une place centrale dans la genèse de cette revue fondée en 1933 par Yann Sohier, proche des écrivains parisiens défenseurs de « l’art social ». La reconstitution de sa trajectoire permet d’appréhender ses dispositions et ses positions dans des espaces sociaux variés. Cette multipositionnalité au sein de l’espace du militantisme – Yann Sohier entretient des liens avec les instituteurs laïcs socialistes comme avec les membres du pôle conservateur – engendre, à la Libération, des luttes d’héritages hétérogènes (politiques et littéraires) entre ces acteurs investis de manière diverse dans les mouvements dits « régionalistes ». La conjoncture d’incertitude politique qu’est la Libération produit en effet une « structure d’opportunité politique » favorable à la redéfinition des modes de classification, de promotion et de hiérarchisation au sein du champ littéraire ; les publications en langue bretonne sont dès lors pour partie assimilées à la pratique collaborationniste de certains militants autonomistes. Les héritiers de Yann Sohier entament ainsi un processus de réhabilitation symbolique de la revue, notamment grâce à la présence de l’ancien résistant Per Jakez Helias, écrivain reconnu dans l’espace de production littéraire en langue bretonne. Ce dernier représente la figure valorisée de l’écrivain breton à la faveur de conjonctures politiques fluides, précisément au moment où l’engagement est une conduite particulièrement recommandée par le champ littéraire national. La contribution de Mathilde Sempé montre ainsi comment les crises politiques peuvent constituer des structures d’opportunité politiques permettant de rejouer des luttes de définition légitime de diverses « identités » littéraires.

13C’est la persistance à long terme des effets de situations de crise politiques que Carmela Lettieri interroge dans un article consacré à la résurgence dans la production éditoriale italienne de 1990 à 2000 des « Années de plomb », soit les années 1970 caractérisées par une contestation protéiforme. L’auteure cherche à élucider les conditions de cette réévaluation d’un « passé qui ne passe pas », à laquelle se livrent de nombreuses publications, surtout à partir de la seconde moitié des années 1990. Elle retrace le processus historique ayant conduit à la normalisation de l’activité politique au début des années 1980, c’est-à-dire à la fin du cycle de protestation, concomitant d’une période d’injonction au silence politique et médiatique. C’est à la faveur d’une nouvelle crise politique en 1992 que la recomposition des clivages politiques, avec notamment l’effondrement des partis traditionnels et l’émergence d’une nouvelle droite, réactive, dans un contexte de proximité continue entre les champs politique et intellectuel, des enjeux jusqu’alors refoulés. La courbe statistique du nombre d’ouvrages suit la dynamique de remémoration collective, notamment parlementaire, des « Années de plomb » qui, ces dernières années, sont devenues « un véritable topos littéraire ». C’est si vrai que ces romans, essais et autres témoignages constituent un analyseur du champ éditorial, marqué par l’avènement de nouveaux éditeurs qui se font une spécialité de la décennie 1970 (DeriveApprodi, Odradek, Kaos ou encore Chiarelettere). Le constat que fait l’auteure d’une apparente réactivation d’oppositions structurantes, notamment entre les victimes des violences ou leurs héritiers et les anciens militants, masque l’homogénéité de l’usage du registre de l’intime « dépolitisé, désociologisé et déshistoricisé » qui caractérise la grande majorité de ces publications. Quant aux modalités et aux espaces de publication auxquels les acteurs peuvent prétendre, ils dépendent de la détention inégale de capitaux culturels, sociaux et politiques, tandis que les formes que prennent les récits autobiographiques tiennent en partie aux trajectoires sociales génératrices, selon les cas, d’un sentiment de légitimité littéraire et politique plus ou moins important. Cet article montre bien dans quelle mesure la résurgence de la crise des « Années de plomb » est une fenêtre d’opportunité de réécriture de l’histoire en fonction des enjeux du présent, motivée par la nouvelle conjoncture d’incertitude à partir de 1992. Ce « double effet de miroir déformant » est ainsi une illustration éloquente des effets dans le temps long des conjonctures fluides sur les logiques de production de biens symboliques.

14Les conditions dans lesquelles la revue Algérie Littérature Action a acquis le statut de référence au sein de la littérature algérienne sont au centre de l’article de Tristan Leperlier, qui clôt le dossier. L’autonomie littéraire revendiquée par la revue dès sa création en 1996 à Paris ainsi que sa capacité à mobiliser des auteurs proches des deux camps qui s’affrontent alors durant la guerre civile algérienne, sont pour beaucoup dans ce (relatif) succès. Cependant, cette stratégie d’autonomie se révèle problématique, dans la mesure où c’est à la faveur d’une crise politique que la revue s’est trouvée apte à accumuler les ressources suffisantes pour occuper sa position enviable au sein de l’espace littéraire, notamment à travers ses soutiens et autres réseaux de sociabilité. En outre, au moment de sa création, l’espace éditorial français, très politisé notamment à propos de la question algérienne, publie une grande partie de la littérature algérienne, du fait de la destruction des infrastructures éditoriales locales. Le retour sur la trajectoire d’Aïssa Khelladi et de Marie Virolle donne à voir à quel point la revue est une entreprise conjointement algérienne et française, menée par une militante culturelle française et « algérienne de cœur » et par un journaliste politique algérien exilé en France, menacé pour ses écrits et en voie de conversion vers la littérature. Tristan Leperlier montre que c’est à une redéfinition de l’engagement littéraire que procède la revue en proposant des prises de position littéraires à propos de la crise politique : « Politique et autonomie par rapport au politique ne sont donc pas nécessairement contradictoires. » L’examen des effets de la crise algérienne du début des années 1990 sur le discours des collaborateurs de la revue, pour la plupart déjà engagés antérieurement à la gauche du spectre politique, met en évidence que la revendication de l’autonomie vis-à-vis des injonctions politiques liées à la guerre civile n’implique pas nécessairement un refus de la politique. Au contraire, les situations d’incertitude sont propices au réinvestissement, au sein du champ littéraire, des solidarités politiques antérieures permettant à certains acteurs d’éviter de se confronter à des clivages imposés par le champ politique. La création de la revue Algérie Littérature Action apparaît dès lors comme un coup favorisant la préservation d’une certaine autonomie dans un période de forte politisation des enjeux littéraires, tout en revendiquant des formes et des logiques d’intervention hétérodoxes.

15En conclusion, on voit que chacune des contributions à ce dossier de la revue COnTEXTES confirme de façon originale l’intérêt heuristique de l’étude des périodes de crise dans leurs spécificités, en particulier l’étude des modes de transfert des bouleversements conjoncturels dans un ensemble de configurations littéraires séparées dans le temps et dans l’espace. Ce dossier pose dès lors la question de l’existence de lignes convergentes d’approche des objets, autant que de récurrences dans les phénomènes observés. C’est dire aussi que nous appelons de nos vœux la multiplication et le croisement d’études comparables, propres à concourir à une meilleure compréhension des crises politiques d’une part, des littératures et de leurs dynamiques d’autonomie d’autre part, sous un angle inséparablement microsocial et macrosocial et dans une perspective résolument internationale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Actes de la recherche en sciences sociales 126-127 (mars 1999). Édition, éditeurs (1).

Actes de la recherche en sciences sociales 130 (décembre 1999). Édition, éditeurs (2).

Aït-Aoudia (Myriam), Roger (Antoine) (dirs.), La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Presses de Science Po, 2015, coll. « Sociétés en mouvement ».

Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, coll. « Le sens commun ».

Bourdieu (Pierre), Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, coll. « Le sens commun ».

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, coll. « Libre examen ».

Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique, Paris, Raisons d’agir / Seuil, 2013, coll. « Cours et travaux ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Briquet (Jean-Louis), « Crise de légitimité en Italie. La première République à l’épreuve des scandales (1992-1994) », Revue internationale des sciences sociales, 2 (2010), 196, p. 141-154.
DOI : 10.3917/riss.196.0141

Charle (Christophe), La crise littéraire à l’époque du naturalisme : roman, théâtre et politique. Essai d’histoire sociale des groupes et des genres littéraires, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1979.

Charle (Christophe), Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2013, coll. « Le temps des idées ».

Codaccioni (Vanessa), Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS Éditions, 2013, coll. « Culture et société ».

Dammame (Dominique), Gobille (Boris), Matonti (Frédérique), Pudal (Bernard) (dirs.), Mai-Juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2008.

Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009 [1986], coll. « Références ».

Dubois (Vincent), « De la “politique littéraire” à la littérature sans politique ? Des relations entre champs littéraire et politique en France », Hal. Archives-ouvertes.fr 2010 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00498022/document].

Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, 2008, coll. « Liber ».

Gaïti (Brigitte), De Gaulle, prophète de la Ve République, Paris, Presses de Science Po, 1998, coll. « Académique ».

Gaïti (Brigitte), Mariot (Nicolas), Intellectuels empêchés. Colloque de Paris, 7-9 octobre 2015.

Gobille (Boris), Crise politique et incertitude : régimes de problématisation et logiques de mobilisation des écrivains en mai 68, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2003 [thèse inédite en études politiques s.l.d.d. Bernard Pudal].

Gobille (Boris), « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 158 (juin 2005), p. 30-61.

Gobille (Boris), « L’événement 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences sociales 70, 2 (mars-avril 2008), p. 321-349.

Hadjiisky (Magdalena), De la mobilisation citoyenne à la démocratie de partis : participation et délégation politiques dans la nouvelle démocratie tchèque (1989-1996), Paris, Institut d’Études Politiques, 2004 [thèse inédite en science politique s.l.d.d. de Jacques Rupnik].

Israël (Liora), « La Résistance dans les milieux judiciaires. Action collective et identités professionnelles en temps de guerre », Genèse 4, 45 (2001), p. 45-68.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kréfa (Abir), « La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire : le cas des écrivains tunisiens », Sociologie 4 (2013), 4, p. 395-411.
DOI : 10.3917/socio.044.0395

Lacroix (Bernard), Lagroye (Jacques) (dirs.), Le président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992, coll. « Académique ».

Lyon-Caen (Judith), Ribard (Dinah), L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, coll. « Repères ».

Mariot (Nicolas), Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918 : les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, coll. « L’univers historique ».

Mégie (Antoine), Vauchez (Antoine), « Introduction. Crise, crises et crisologie européenne », Politique européenne 2 (2014), 44, p. 8-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pagis (Julie), « Quand le genre entre en crise (politique)… Les effets biographiques du militantisme en Mai-68 », Sociétés & Représentations 2 (2007), 24, p. 233-249.
DOI : 10.3917/sr.024.0233

Péru (Jean-Michel), « Une crise du champ littéraire français. Le débat sur la “littérature prolétarienne” (1925-1935) », Actes de la recherche en sciences sociales 89 (septembre 1991), p. 47-65.

Popa (Ioana), Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS Éditions, 2010, coll. « Culture et société ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains : 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. Histoire de la pensée.
DOI : 10.3167/153763701782370064

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Steinmetz (George), « Bourdieu, Historicity and Historical Sociology », Cultural Sociology 1, 5 (mars 2011), p. 45-66.
DOI : 10.1177/1749975510389912

Vaillant (Alain), La crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005, coll. « Stendhalienne et romantique ».

Viala (Alain), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985, coll. « Le sens commun ».

Viart (Dominique), Demanze (Laurent) (dirs.), Fins de la littérature. Tome 1 : Esthétiques et discours de la fin, Paris, Armand Colin, 2011, coll. « Recherches ».

Viart (Dominique), Demanze (Laurent) (dirs.), Fins de la littérature. Tome 2 : Historicité de la littérature contemporaine, Paris, Armand Colin, 2012, coll. « Recherches ».

Haut de page

Notes

1 Lacroix (Bernard), Lagroye (Jacques) (dirs.), Le président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992, coll. « Académique », p. 64

2 Voir Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009 [1986], coll. « Références ». Se référer également aux travaux antérieurs de Pierre Bourdieu analysant la genèse des bouleversements universitaires dans les années 1960 ou artistiques un siècle plus tôt (Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, coll. « Le sens commun » et Manet. Une révolution symbolique, Paris, Raisons d’agir / Seuil, 2013, coll. « Cours et travaux »). À noter que le débat que suscite depuis 1986 le concept de secteur est régulièrement réactivé, notamment en ce qu’il s’oppose en partie à la notion de champ élaborée par Pierre Bourdieu. Michel Dobry y décèle en effet une dimension fonctionnaliste, en ce que l’organisation d’un champ autour d’un enjeu central supposé lui apparaît comme une fonction liée à l’ensemble du monde social. Or une telle lecture interdirait de considérer les champs comme autant d’aboutissements de séries causales complexes, fluctuantes et hétérogènes, les éloignant ainsi d’une assignation mécaniste à une « fonction » particulière. Cela dit, à la suite des travaux de George Steinmetz notamment, la dimension historique permise par l’usage de la notion de champ a été réévaluée (Steinmetz, 2011). Sans pour autant négliger ces enjeux, il nous paraît possible de faire usage du concept de crise tout en abordant le monde social en termes de champs. Sur cette question, voir aussi Aït-Aoudia & Roger, 2015, p. 16-17.

3 Gobille (Boris), « L’événement 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences sociales 70, 2 (mars-avril 2008), p. 321-349.

4 Mégie (Antoine), Vauchez (Antoine), « Introduction. Crise, crises et crisologie européenne », Politique européenne 2 (2014), 44, p. 8-22.

5 Aït-Aoudia (Myriam), Roger (Antoine) (dirs.), La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Presses de Science Po, 2015, coll. « Sociétés en mouvement ».

6 Hadjiisky (Magdalena), De la mobilisation citoyenne à la démocratie de partis : participation et délégation politiques dans la nouvelle démocratie tchèque (1989-1996), Paris, Institut d’Études Politiques, 2004 [thèse inédite en science politique s.l.d.d. de Jacques Rupnik].

7 Codaccioni (Vanessa), Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS Éditions, 2013, coll. « Culture et société ».

8 Lyon-Caen (Judith), Ribard (Dinah), L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, coll. « Repères » et Charle (Christophe), Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2013, coll. « Le temps des idées ».

9 Bourdieu (Pierre), Homo academicus, op.cit., Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, op. cit. et Gobille (Boris), « L’événement 68. Pour une sociohistoire du temps court », art.cit.

10 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains : 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, coll. « Histoire de la pensée ».

11 Gaïti (Brigitte), De Gaulle, prophète de la Ve République, Paris, Presses de Science Po, 1998, coll. « Académique ».

12 Briquet (Jean-Louis), « Crise de légitimité en Italie. La première République à l’épreuve des scandales (1992-1994) », Revue internationale des sciences sociales, 2 (2010), 196, p. 141-154.

13 Pagis (Julie), « Quand le genre entre en crise (politique)… Les effets biographiques du militantisme en Mai-68 », Sociétés & Représentations 2 (2007), 24, p. 233-249.

14 Dans le cas des intellectuels, voir Gaïti (Brigitte), Mariot (Nicolas), Intellectuels empêchés. Colloque de Paris, 7-9 octobre 2015.

15 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, op. cit.

16 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains : 1940-1953, op.cit. et Dammame (Dominique), Gobille (Boris), Matonti (Frédérique), Pudal (Bernard) (dirs.), Mai-Juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2008.

17 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, coll. « Libre examen », p. 237-245 et Manet. Une révolution symbolique, op.cit.

18 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit.

19 Voir aussi Viala (Alain), Naissance de l'écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985, coll. « Le sens commun ».

20 Charle (Christophe), La crise littéraire à l’époque du naturalisme : roman, théâtre et politique. Essai d’histoire sociale des groupes et des genres littéraires, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1979.

21 Durand (Pascal), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, 2008, coll. « Liber ».

22 Vaillant (Alain), La crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005, coll. « Stendhalienne et romantique ».

23 Un roman « est un miroir qui se promène sur une grande route » (Stendhal, Le rouge et le noir. Chronique du XIXe siècle, Paris, A. Levavasseur, 1831, p. 56).

24 Pour un bilan, voir Viart & Demanze, 2011 et 2012. Sur le volet proprement éditorial de cette crise, voir le dossier « Édition, éditeurs » dans les numéros 126-127 (mars 1999) et 130 (décembre 1999) de la revue Actes de la recherche en sciences sociales, ainsi que les investigations auxquelles ce dossier a plus ou moins directement donné lieu depuis.

25 Péru (Jean-Michel), « Une crise du champ littéraire français. Le débat sur la “littérature prolétarienne” (1925-1935) », Actes de la recherche en sciences sociales 89 (septembre 1991), p. 47-65 et Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit.

26 Idem ; voir aussi Gobille (Boris), Crise politique et incertitude : régimes de problématisation et logiques de mobilisation des écrivains en mai 68, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2003 [thèse inédite en études politiques s.l.d.d. Bernard Pudal] et « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968. Capital politique, capital littéraire et conjoncture de crise », Actes de la recherche en sciences sociales 158 (juin 2005), p. 30-61.

27 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit., Popa (Ioana), Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS Éditions, 2010, coll. « Culture et société », Mariot (Nicolas), Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918 : les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, coll. « L’univers historique » et Gaïti (Brigitte), Mariot (Nicolas), Intellectuels empêchés, op.cit.

28 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, op.cit.

29 Idem et Dubois (Vincent), « De la “politique littéraire” à la littérature sans politique ? Des relations entre champs littéraire et politique en France », Hal. Archives-ouvertes.fr 2010 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00498022/document].

30 Kréfa (Abir), « La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire : le cas des écrivains tunisiens », Sociologie 4 (2013), 4, p. 395-411.

31 Israël (Liora), « La Résistance dans les milieux judiciaires. Action collective et identités professionnelles en temps de guerre », Genèse 4, 45 (2001), p. 45-68.

32 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, coll. « Le sens commun », p. 465.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Amiel, Mathilde Sempé et Paul Dirkx, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://contextes.revues.org/6125 ; DOI : 10.4000/contextes.6125

Haut de page

Auteurs

Bastien Amiel

Université Paris Ouest Nanterre

Mathilde Sempé

Université Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

Paul Dirkx

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page