Navigation – Plan du site

Compte rendu de Charpentier (Isabelle), Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb

Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, coll. « Long-courriers », 2013.
Ewa Tartakowsky

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’autres ouvrages sont parus dans le cadre de cette enquête : Charpentier (Isabelle), Détrez (Chris (...)

1Le Rouge aux joues… est l’un des fruits d’une recherche collective réalisée dans le cadre du réseau « Écrire sous/sans voile – Femmes, Maghreb, écriture », qui a réuni des chercheurs algériens, français, marocains et tunisiens autour d’une enquête qualitative menée auprès des écrivaines maghrébines en France et au Maghreb sur leurs contextes et pratiques d’écriture1. En cinq chapitres, l’ouvrage scrute la construction socioculturelle de la sexualité en se basant sur les textes littéraires et des entretiens inédits avec les écrivaines algériennes et marocaines, soit près de 75 œuvres et une trentaine de longs entretiens. Il s’appuie également sur des travaux anthropologiques, sociologiques et des données statistiques ; Isabelle Charpentier réussit ainsi à éclairer – avec érudition et finesse – les normes genrées hégémoniques que cette littérature et ces créatrices mettent en œuvre.

2Car la virginité féminine, comme tout objet relatif à la sexualité, génère des discours qui véhiculent des enjeux politiques et sociétaux allant des relations de pouvoir et de domination entre les sexes aux représentations de genres ou des statuts sociaux. La voix littéraire constitue, elle, un moyen de contourner la censure sociale et de révéler ces expériences liées à l’intime, telles que les socialisations de la sexualité, son contrôle familial, religieux et social.

3Objet de différentes formes de violences, tant symboliques que matérielles, la virginité féminine imprègne la littérature des écrivaines maghrébine sur le tard. En effet, à l’exception des textes satiriques de l’Algérienne Fadela M’Rabet au milieu des années 1960 et des essais en français des Marocaines Fatema Mernissi et Soumaya Naamane Guessous, ce sont surtout des écrivaines d’expression française qui investissent ce thème. La cohorte des écrivaines analysée par l’auteure est très hétérogène, puisqu’il s’agit de femmes nées entre le milieu des années 1930 et celui des années 1980, ce qui implique des socialisations et des dispositions sociales différentes. Même si la virginité, singulièrement celle de jeunes filles, est au centre de leurs discours, les rapports que ces auteures entretiennent avec elle varient en fonction des différences socioculturelles : ainsi l’origine sociale, le lieu de résidence (urbain ou rural), l’âge, le niveau d’études, l’intensité de la pratique religieuse jouent sur la manière dont elles vivent et décrivent ce tabou sexuel. Par conséquent, comme le souligne Isabelle Charpentier, son étude ne peut aucunement être érigée en « catégorie analytique unique épuisant l’explication des rapports de genre dans les pays du Maghreb » (p. 58).

4Cette hétérogénéité se répercute également dans l’investissement littéraire qui se traduit par des jeux créatifs allant de l’autobiographie à la fiction en se basant sur des stratégies discursives différentes. Ces dernières nous renseignent sur les positionnements spécifiques de ces écrivaines dans le champ littéraire. Par exemple, lors de la guerre civile algérienne dans les années 1990, appelée aussi « décennie noire », durant laquelle quiconque écrivait en français encourait la mort, la parole des écrivaines maghrébines sur la sexualité pouvait conduire à une disqualification esthétique de leurs écrits dans l’espace de réception maghrébin mais surtout occidental. Comme le souligne Isabelle Charpentier, « Renvoyées collectivement à leur identité sexuée – qui conditionnerait l’ensemble de leurs productions au-delà des différences qu’elles recèlent –, elles ont pu dès lors se voir dénier tout positionnement individuel et singulier en tant que créatrices originales, cette qualification rendant difficile l’accumulation de capital symbolique dans l’espace littéraire » (p. 51).

5Il s’agit donc, dans cette étude, d’analyser les fantasmes collectifs que génère la virginité féminine au regard des positionnements et des postures littéraires singulières de ces écrivaines, des conditions sociales de production de leurs textes ainsi que des représentations littéraires et leur récurrence en ce qu’elles permettent de mettre en lumière des remises en cause de l’ordre patriarcal et de ses assignations sexuées.

6Parmi les règles asymétriques entre les sexes, le maintien de la virginité féminine avant le mariage demeure « un élément majeur des stratégies sexuelles et reproductives inspirées par une lecture patriarcale de l’islam, principe normatif majeur » (p. 79). Cette obligation sociale engage toute la famille, et en particulier l’honneur et la responsabilité du père. En outre, la virginité est considérée comme faisant partie de la dot, en tant que « premier capital féminin convertible et rentable sur un marché matrimonial contractuel » (p. 112), surtout lorsque la famille ne possède pas d’autres capitaux matériels. Cette intégrité hyménale est donc considérée comme « capital social » de la famille, ce dont témoignent certaines des écrivaines étudiées : Souad El Alaoui Ben Hachem, originaire de Casablanca, narre, dans la nouvelle « La Soie » (J’ai mal en moi, Casablanca, Eddif, 2004), comment après une nuit de noces, le mari souhaite récupérer sa dot car sa femme n’a pas saigné ; la journaliste casablancaise Sanaa El Aji dénonce elle aussi, à travers ses prises de parole publiques, cet « échange économico-sexuel ».

7C’est que, outre le fait qu’il arrive que la mariée rencontre pour la première fois son époux lors du mariage, les socialisations primaires de la sexualité, associée à la pudeur et à la honte, sont allusives au point que ces jeunes femmes ignorent souvent le fonctionnement de leur propre corps.

8Les écrivaines (franco-)maghrébines évoquent ce tabou de la virginité gardé précieusement par les aînées de la famille, comme l’atteste notamment l’autobiographie de Khalida Toumi-Messaoudi, Une Algérienne debout (Paris, Flammarion, 1995), écrite sous forme d’entretien avec Elizabeth Schemla, dans laquelle elle qualifie ces femmes de « gendarmes de la virginité ». Car « en perpétuant ainsi la reproduction de l’ordre patriarcal, c’est aussi leur propre pouvoir domestique statutaire qu’elles contribuent à affirmer et à renforcer aux yeux de la communauté » (p. 89). Dans cette observation du tabou, la mère se pose comme personnage central, qui bénéficie des mérites éducatifs en assurant la sauvegarde des qualités morales et sociales du groupe. Ces dernières sont symbolisées par la chemise nuptiale tachée du sang virginal, dont des usages sociaux se retrouvent décrits chez certaines écrivaines comme Nedjma dans L’Amande (Paris, Plon, 2004), dont l’héroïne énonce : « Mon pucelage circula de main en main ».

9Lorsque le contrat de la virginité de la mariée est présumé non respecté, la jeune femme et sa famille doivent affronter des violences symboliques, ce dont se font l’écho Khalida Toumi-Messaoudi (Une Algérienne debout) ou Souad Bahéchar (Ni fleurs ni couronnes, Casablanca, Le Fennec, 2000), voire être victimes d’un « crime d’honneur », comme chez Fadela M’Rabet (Une enfance singulière) ou chez Assia Djebar (L’Amour, la fantasia, Paris, Jean-Claude Lattès, 1985).

10La violence symbolique et physique qui entoure le tabou de la virginité, conduit certaines de ces auteures à dénoncer l’institution du mariage comme forme de « prostitution légale ». La défloration d’une jeune femme lors de sa nuit de noces y est souvent décrite comme viol sacrificiel, rendu légal car se déroulant dans le cadre matrimonial. Dans son roman Les hommes qui marchent (Paris, Ramsay, 1990), l’Algérienne Malika Mokeddem met en scène « les femmes [qui] chuchotaient le souvenir de cette terrible nuit » ; Marguerite Taos Amrouche, née en Tunisie mais élevée et ayant vécu en Algérie, décrit, dans L’Amant imaginaire (Mane, Morel, 1975), le sexe masculin comme « un couteau » qui « cloue au sol et domine ».

11Des métaphores sacrificielles de la jeune vierge se retrouvent également chez Assia Djebar, mais chez elle, elles renvoient à la domination coloniale : ainsi, dans Amour, la fantasia (Paris, Jean-Claude Lattès, 1985), l’Algérie, à l’instar de la jeune vierge, est déflorée et possédée par l’occupant français, métaphore qui n’exclut pas des références aux réelles violences perpétrées sur les femmes.

12Une autre référence historique qui apparaît de manière récurrente dans cette littérature est la « décennie noire », singulièrement des viols de vierges enlevées par des groupes islamistes radicaux : dans le roman Ravisseur (Paris, Julliard, 1998), Leïla Marouane décrit une jeune femme traumatisée par son enlèvement par des islamistes ; dans le Châtiment des hypocrites (Paris, Seuil, 2001), elle évoque son agression (en 1989) et celle, fatale, de son amie ; dans Sans voix (Paris, Plon, 1997), Hafsa Zinaï Koudil publie des témoignages de jeunes femmes violées et victimes de séquestrations par des islamistes.

13Comme le souligne Isabelle Charpentier, « questionnant tant les pratiques (remise en cause de la division sexuée inégalitaire des rôles sociaux) que des représentations (déconstruction des stéréotypes de genre), plusieurs écrivaines (franco-)maghrébines […] dénoncent avec virulence, sous des modalités diverses, le statut réservé aux femmes dans des sociétés androcentrées en général, et les tabous sexuels en particulier, en tentant de s’écarter des stéréotypes misérabilistes et / ou orientalistes » (p. 195). Compte tenu du fait que ces créatrices visent objectivement à changer l’ordre social construit sur des valeurs patriarcales et androcentrées des sociétés maghrébines, leurs écrits revêtent nécessairement une dimension politique.

14Cette dimension conduit à interroger la performativité de cette production littéraire. Si sur le plan individuel, l’écriture peut avoir une fonction thérapeutique surtout lorsqu’elle repose sur un pacte autobiographique ou autofictionnel, sur le plan collectif, elle transgresse des assignations genrées. En effet, en investissant des espaces, artistiques et politiques, traditionnellement réservés aux hommes, ces écrivaines peuvent être considérées comme des « lanceuses d’alertes » ou des « porte-voix de questionnements sociaux liés à la “cause des femmes” » (p. 250), même si leur performativité n’opère pour l’instant qu’à la marge. Il faut toutefois souligner qu’on assiste dans les sociétés maghrébines à des mutations socioculturelles (scolarisation croissante des filles, progression de l’activité professionnelle féminine, célibat féminin) qui permettent d’envisager autrement la persistance de certains tabous, dont celui de la virginité. Pour autant, si la chirurgie (reconstruction de l’hymen) facilite une sexualité avant le mariage, elle participe également de la validation et de la consolidation de l’ordre patriarcal, ce qu’évoque Sanaa El Aji dans Majnounat Youssef (Casablanca, éd. Argana, 2003), où l’héroïne se fait refaire l’hymen par son futur mari.

  • 2 Soulignons toutefois que de plus en plus de littéraires s’interrogent sur les limites des approches (...)

15Le Rouge aux joues… d’Isabelle Charpentier est donc un ouvrage riche sur les rapports de sexes et de genres dans les sociétés maghrébines. Il traite également de la « valeur littéraire », question présente dans de nombreux débats menés entre sociologues et spécialistes des lettres, ces derniers ayant tendance à réduire trop souvent la littérature à la seule poétique du texte2.

  • 3 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992 (...)
  • 4 Ibid., p. 288.

16Comme le soulignait Pierre Bourdieu, la sociologie a beaucoup à gagner de la littérature car une œuvre littéraire « peut parfois en dire plus, même sur le monde social, que nombre d’écrits à prétention scientifique »3. Pour lui, c’est précisément « la notion [sociologique] du champ [qui] permet de dépasser l’opposition entre lecture interne et analyse externe sans rien perdre des acquis et des exigences de ces deux approches, traditionnellement perçues comme inconciliables »4.

  • 5 Voir notamment : Casanova (Pascale), Beckett, l'abstracteur, Paris, Seuil, 1997 ; ead., Kafka en co (...)

17Même si la sociologie de la littérature reste encore souvent celle de l’institution littéraire (les agents littéraires, les instances de légitimation, les maisons d’éditions), certains sociologues entrent eux aussi dans la chair même du texte, travaillent à rendre intelligible le réseau des liens entre les textes et les expériences sociales de l’écrivain5. C’est le cas d’Isabelle Charpentier pour qui la valeur littéraire doit être prise en compte pour éclairer les luttes de classement au sein des champs littéraires et / ou académiques, sans jamais être la seule à guider la réflexion sociologique. Son livre constitue une belle illustration de méthode quant à l’analyse d’une production littéraire et de ses auteur.e.s.

Haut de page

Notes

1 D’autres ouvrages sont parus dans le cadre de cette enquête : Charpentier (Isabelle), Détrez (Christine) & Krefa (Abir) (dir.), Socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb. Avoir voix au chapitre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013 ; Détrez (Christine), Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012.

2 Soulignons toutefois que de plus en plus de littéraires s’interrogent sur les limites des approches internes. Voir notamment les travaux du colloque tenu en 2004 : Baudorre (Philippe), Rabaté (Dominique) & Viart (Dominique) (dir.), Littérature et sociologie, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2007.

3 Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 60.

4 Ibid., p. 288.

5 Voir notamment : Casanova (Pascale), Beckett, l'abstracteur, Paris, Seuil, 1997 ; ead., Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011 ; Lévy (Clara), Écritures de l’identité. Les écrivains juifs après la Shoah, Paris, PUF, 1998 ; Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010 ; id. (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scènes littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Compte rendu de Charpentier (Isabelle), Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 07 février 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6134

Haut de page

Auteur

Ewa Tartakowsky

Centre Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page