Navigation – Plan du site

Compte rendu de Mangeon (Anthony), Crimes d'auteur. De l’influence, du plagiat et de l’assassinat en littérature

Paris, Hermann, coll. « Fictions pensantes », 2016.
Ninon Chavoz

Texte intégral

1On se gardera de sous-estimer le plagiat. Dans cet ouvrage, Anthony Mangeon part du constat de la récurrence d’un « crime d’auteur » qui est toujours double – à la fois larcin et mise à mort – pour en démontrer les usages narratifs et métalittéraires. Dans le corpus littéraire et cinématographique étendu qu’il choisit d’étudier (entre 1915 et 2016), l’imitation du modèle se transforme systématiquement en scène ou en fantasme de meurtre. Comme le souligne Reverdy dans le Voleur de Talan, qui tient lieu de point d’entrée à la réflexion, « il faut que quelqu’un meure ».

2Le crime d’auteur apparaît ainsi comme un élément constitutif du compagnonnage en littérature et de la relation de l’écrivain à l’écrivain, souvent méconnue par l’histoire littéraire ou éclipsée par la problématique de l’authenticité individuelle.

  • 1 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

3L’enjeu de la réflexion proposée nous semble à ce titre double. Il concerne d’abord la posture de l’auteur1, assimilé, au-delà d’une cleptomanie littéraire discrète et somme toute répandue, à une figure romanesque de l’assassin : loin de consacrer sa mort, les textes commentés dressent en effet, sur des registres divers, le portrait-robot de l’auteur en meurtrier hanté par la crainte de la dépossession. D’autre part, la prise au sérieux d’une influence, conçue non comme répétition du modèle mais comme cohabitation profonde avec un double ou Doppelgänger incontrôlable, appelle à une redéfinition du champ littéraire. Aborder la littérature contemporaine et extra-contemporaine à travers le prisme plagiaire conduit en effet Anthony Mangeon à mettre en évidence un régime de co-présence de l’écriture qui, rejetant aussi bien la perspective linéaire de l’histoire littéraire que la logique implicitement hiérarchique du centre et de la périphérie, se conçoit en termes anthropologiques de « hantise » et de « possession ».

4Le plan général de l’ouvrage respecte cependant en apparence la trajectoire d’une histoire littéraire relue à travers le prisme thymique et thématique du meurtre de l’auteur qu’une anagramme introductive identifie comme « un autre…à tuer ».

5Le premier chapitre, autour de Reverdy, Apollinaire et Aragon, est ainsi consacré à la mise en évidence d’une représentation autoréflexive des avant-gardes proches du surréalisme, traversées à la fois par la hantise du double et par une pulsion violente qui aboutit à l’élimination du rival. D’emblée, ce rapport de l’écrivain à l’écrivain se conçoit donc non pas sous le signe d’un simple compagnonnage et de l’inspiration mutuelle mais comme une véritable possession, opérée par un double menaçant de l’auteur, habitant du même esprit, si ce n’est du même corps. Le plagiat pénètre alors dans le domaine de l’inconscient. Ainsi, le voleur de Talan et le mage Abel de Reverdy ne se contentent pas d’aller l’amble, ils ne forment plus qu’un, mettant ainsi en péril leur individualité. A la version polémique d’un geste plagiaire considéré par Aragon comme une provocation de « voyous » littéraires s’associe donc d’emblée une conception de l’appropriation textuelle comme possession inconsciente confinant au mauvais sort.

6Dans un deuxième temps (chapitres II à IV), Anthony Mangeon aborde la question du plagiat en contexte francophone. Ces chapitres sont l’occasion de poser à nouveaux frais la question du « nègre » comme écrivain dépossédé de son œuvre et comme figure littéraire récurrente, à la fois victime et meurtrière : partant du Docker Noir d’Ousmane Sembène, Anthony Mangeon examine la position subalterne imposée à l’auteur francophone, dont la création est réduite à un simple exercice mémoriel, en vertu d’un stéréotype ethnographique qui prête au sauvage une mémoire surdéveloppée. L’ouvrage s’attache ensuite à suivre la réutilisation de ce motif de l’écrivain spolié, en convoquant les romans d’Akoua Ekué (Le Crime de la Rue des Notables), de Maryse Condé (Nanna-Ya) et de Didier Daeninckx (Le Manuscrit trouvé à Sarcelles) : à côté du portrait-robot de l’auteur criminel, caractérisé par la hantise de la dépossession et par la rivalité littéraire ou amoureuse, se dessine ainsi celui de la victime dépossédée – écrivain véritable et jamais reconnu. Cette seconde typologie se distingue cependant par sa diversité et par un trouble des hiérarchies : loin d’être cantonnée à une figure attendue de subalterne, la victime prend en effet aussi le visage de notables, tel celui de l’académicien dépossédé de son texte dans le Manuscrit trouvé à Sarcelles de Didier Daeninckx.

  • 2 Lafont (Suzanne), « Droit de poursuite : imaginaire patrimonial et présence de Céline dans Verre Ca (...)
  • 3 Dubreuil (Laurent), L’Empire du langage, colonies et francophonie, Paris, Hermann, 2008.

7Au-delà de cette position de « nègre » contraint par le larcin littéraire, la littérature dite postcoloniale pose aussi la question d’un régime de l’intertextualité assumée, revendiquée comme un « droit de poursuite2 » et d’appropriation. Ce phénomène intertextuel est ici analysé chez trois auteurs dont Anthony Mangeon met en évidence le jeu assumé avec le précédent littéraire. Henri Lopes, lecteur d’Aragon, reproduirait ainsi dans Le Lys et le Flamboyant, dont le titre végétal peut faire écho au poème « La rose et le réséda » la structure de La Mise à Mort, fondée sur l’intégration d’éléments auto-réflexifs et sur la mise en scène d’une rivalité amoureuse et littéraire, gravitant autour d’une figure de cantatrice. L’intertexte est également mis en évidence chez Patrick Chamoiseau, auteur avec Solibo Magnifique d’un « livre-écho » habité par Céline et par l’Italien Carlo Emilio Gadda ou chez Alain Mabanckou  devenu copycat littéraire, assimilant sous une « plume cannibale » les titres de la littérature universelle, qu’il inclut sans aucune marque de citation dans la coulée de son texte. Pour analyser le rapport ainsi tissé par les écrivains francophones au panthéon occidental, Anthony Mangeon s’appuie ici sur la notion de « phrase de possession3 », conçue en termes anthropologiques comme syntaxe de la pensée véhiculée par la langue depuis l’époque coloniale. En application de cette « phrase », le rapport de l’Occident à la marge impériale passerait à la fois par l’assignation des possédés en dehors d’un centre rationnel représenté par la métropole et par une vocation consécutive d’exorcisme, de conversion et de « possession des possédés ». Or, selon Anthony Mangeon, cette « phrase de possession » serait à la fois assumée et détournée par des écrivains qui se revendiquent « nègres » ou ventriloques, toujours engagés dans un dédoublement plagiaire de l’instance auctoriale et dans l’accomplissement parodique ou rituel du crime.

8La réflexion menée autour de ces figures de la dépossession aboutit ainsi à l’identification d’une figure type de l’auteur dédoublé : il s’agit du couple pseudonymique Romain Gary/ Émile Ajar, auquel s’ajoute l’auteur putatif Paul Pavlowitch (chapitre V). L’analyse du roman Pseudo où Romain Gary revient, sous le masque de Paul Pavlowitch, sur la question de la schizophrénie et de la paternité littéraire permet ainsi de démontrer la complexité des effets psychologiques d’une dépossession pourtant consentie par l’auteur. Gary, ses doubles et ses prête-noms, apparaissent dès lors comme un pivot de la réflexion en tant qu’ils démontrent, par leur capacité de circulation, la porosité des catégories qu’induit le geste plagiaire. Remettant en cause la distinction entre le réel et la fiction, le décollement de l’œuvre et de son auteur induit en effet un trouble de l’identité et une appétence criminelle ou suicidaire dont Anthony Mangeon recense les manifestations littéraires et cinématographiques. Loin d’être cantonné aux pages de l’œuvre, le double littéraire devient en effet avec Gary/Ajar une réalité intégrée à l’espace éditorial et médiatique pris au piège de la supercherie et une figure incarnée à l’écran – par exemple dans l’adaptation de L’homme que l’on croyait par Laurent Heynemann, Faux et usage de faux (1990). Cette circulation de l’influence permet en outre de fissurer la partition arbitraire entre littérature française et francophone, en montrant comment la triangulation auctoriale et le pseudonyme entrent dans un réseau d’échos et de réécritures : l’analyse de Banal Oubli du romancier haïtien Gary Victor conduit ainsi à souligner non seulement une parenté narrative autour du motif du décollement auctorial par le dédoublement, mais aussi à proposer une modalité commune de lecture des œuvres françaises et francophones à la lumière du paradigme vaudou de la possession ou du chevauchement. Anthony Mangeon, mettant l’accent sur la présence dans les œuvres occidentales de topoï rattachables à ces thématiques issues de l’espace francophone, évoque à ce titre une « haïtianisation de la hantise littéraire ».

9La mise en évidence de cette figure de l’écrivain dédoublé au cœur de l’espace institutionnel amène enfin à examiner le genre satirique du roman de campus où l’histoire littéraire, avec son collège de personnages – éditeurs, professeurs et étudiants – devient le cadre et le moteur même de la fiction, si ce n’est le foyer d’une intrigue policière. Choisissant quatre romans issus d’horizons variés (Mourir à Francfort d’Hubert Monteilhet, Effacement de Percival Everett, Himmelfarb de Michael Krüger et Je suis un écrivain frustré de José Ángel Mañas), Anthony Mangeon confirme la construction d’une nouvelle figure reconnaissable de l’auteur ou de l’aspirant auteur devenu, par crainte d’une concurrence exacerbée, plagiaire et assassin. La convocation, dans le dernier chapitre du livre, d’exemples de mises à l’écran de ces figures de l’auteur criminel permet de rendre compte d’adaptations plus ou moins fidèles des romans en question : ainsi, Imposture (2005), conçu par Patrick Bouchitey à partir de Je suis un écrivain frustré, modifie l’issue du récit et en tire une leçon alternative, fondée sur le retournement spéculaire de la relation plagiaire. Cette consécration cinématographique de l’écrivain raté ou frustré, devenu plagiaire, kidnappeur et assassin apparaît dès lors comme l’ultime illustration de l’apparition d’un nouveau mythe auctorial, battant en brèche le postulat romantique de l’originalité.

10Sans faire le procès des plagiaires ni les exonérer de leurs forfaits, Anthony Mangeon incite ainsi à porter sur leur geste un regard renouvelé — à relire en somme comme on réécrit.  Tout en invitant à prendre la mesure du « crime », il tend à en faire un moteur de la création, mais aussi un mode d’affirmation de la figure auctoriale et l’expression d’une éthique de l’exorcisme en littérature.

Haut de page

Notes

1 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

2 Lafont (Suzanne), « Droit de poursuite : imaginaire patrimonial et présence de Céline dans Verre Cassé », dans Romuald Fonkoua (dir.), Alain Mabanckou, Paris, Classiques Garnier, 2016 (à paraître).

3 Dubreuil (Laurent), L’Empire du langage, colonies et francophonie, Paris, Hermann, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Compte rendu de Mangeon (Anthony), Crimes d'auteur. De l’influence, du plagiat et de l’assassinat en littérature », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/6143

Haut de page

Auteur

Ninon Chavoz

Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page