Navigation – Plan du site

Compte rendu de Maingueneau (Dominique), Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création

Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, « Au cœur des textes », 2016.
Anthony Glinoer

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, « U », 2004.
  • 2 Voir les travaux de Marc Angenot et le numéro de la revue Littérature « Analyse du discours et soci (...)

1Le concept de paratopie a longtemps été, dans l’arsenal conceptuel développé au fil des années par Dominique Maingueneau, l’un des moins exploités. Depuis Le discours littéraire, qui avait intégré la paratopie dans son sous-titre1, certains chercheurs y faisaient référence, le mentionnaient au passage, mais avec des pincettes, de peur sans doute de le dénaturer ou d’en faire un usage impropre. L’enjeu de ce livre est donc, explicitement, de donner consistance et opérativité à ce concept. Un autre enjeu double celui-là : il s’agit, écrit Maingueneau, de « répondre au reproche constamment adressé aux sciences humaines et sociales de ne rendre compte que de la trivialité, des séries et des masses, bref de ne pouvoir accéder aux singularités les plus nobles de l’univers esthétique » (p. 13). On aura reconnu la réduction, par certains littéraires férus d’herméneutique des textes, des approches sociales du littéraire à une marche sur les seuls échafaudages de la littérature, incapable d’accéder à son architecture secrète. La situation est pire encore, d’après Maingueneau, chez les analystes du discours qui, du fait de leur distance institutionnelle par rapport aux départements de lettres, se sont généralement désintéressés des « conditions de la création esthétique » (p. 14). Il est vrai que si analyse du discours et sociocritique ont pu se croiser à plusieurs occasions2, la première n’a guère fréquenté la parente (cousine, sœur, belle-mère ?) de la seconde : la sociologie.

  • 3 Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans L’Histoire littéraire aujourd’hui, (...)
  • 4 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire, op. cit., p. 72.

2L’ambition de Maingueneau, rare et originale, vise à conjoindre perspective sociologique et analyse du discours. Il déploie pour ce faire une panoplie de concepts parmi lesquels j'énumérerai : le « discours constituant », qui est une sorte de supra-discours présent dans les discours particuliers ; un « discours qui se constitue en réfléchissant sa propre constitution » (p. 25) ; le discours littéraire, l'un de ces discours constituants, ce qui oblitère au passage le statut d’exception que les littéraires lui accordent souvent. L’auteur s’intéresse aussi à « l’institution discursive », qui désigne à la fois les institutions établies, qu’elles soient littéraires (formes, genres) ou de la vie littéraire (maisons d’édition, critique, enseignement) pour reprendre une distinction d’Alain Viala3, et le processus d’institution du discours, de légitimation de son énonciation à l’intérieur même de l’énoncé. Maingueneau propose aussi la notion de « positionnement », « à la fois les opérations par lesquelles une identité énonciative se pose et se maintient dans le champ et cette identité même » (p. 24). On le voit, la double acception dynamique et réflexive des concepts est au cœur du dispositif théorique de Maingueneau. Elle s’applique également à la paratopie, qui dit à la fois l’appartenance et la non-appartenance, selon les cas et avec tous les cumuls possibles, à un groupe (paratopie d’identité familiale, sexuelle, sociale), à un lieu (paratopie spatiale), à un moment (paratopie temporelle) ou à une langue (paratopie linguistique). Dans tous les cas la paratopie, toujours singulière, est marquée par le collectif où l’auteur se « positionne » : c’est un « processus à l’issue radicalement incertaine qui est à la fois construction d’une identité énonciative et fabrique de soi, à travers un récit qui se construit en prenant appui sur des schémas partagés par la collectivité dont on attend la reconnaissance » (p. 14). Plutôt que de situer l’écrivain et son discours dans un espace (le « monde » ou le « champ » littéraire) ou, inversement, plutôt que de lui refuser toute localisation, le laissant flotter dans un ailleurs quasi mystique, la paratopie signale la « négociation entre le lieu et le non-lieu, une appartenance parasitaire qui se nourrit de son impossible inclusion4. » Enfin, la paratopie peut être étudiée via des « embrayages », inscrits dans l’énoncé, grâce auxquels se disent la relation de l’énoncé à la situation d’énonciation : les embrayeurs peuvent être des lieux (les cafés de la bohème, les salons galants par exemple), des personnages ou encore des marqueurs temporels.

3Tous ces éléments conceptuels étaient déjà présents dans les travaux précédents de Dominique Maingueneau. La véritable nouveauté de ce livre est leur application, sur la longueur, à deux œuvres et à deux vies d’auteurs, ensembles que Maingueneau refuse opportunément de dissocier au nom d’une conception large de l’énonciation : « l’œuvre, écrit-il, n’est pas une représentation, un agencement de  “contenus”, qui permettrait d’exprimer de manière plus ou moins détournée, peines et joies, situations, sociales, idéologies ou mentalités, bref quelque instance déjà là : elle n’est pas non plus un univers parallèle qui obéirait à ses seules lois » (p. 33). À rebours des conceptions structuraliste (opposition entre le sujet du texte et le sujet biographique) et proustienne (opposition entre le moi créateur et le moi social) du rapport entre vie et œuvre, Maingueneau privilégie les rencontres entre les niveaux et, de ce fait, la dimension métalittéraire ou métadiscursive.

4Pour répondre au double enjeu, conceptuel et méthodologique, qu’il a assigné en ouverture à son livre, Dominique Maingeneau se penche sur une période qui a toujours passionné sociologues et sociocriticiens d’un jour ou de toujours : la seconde moitié du XIXe siècle. Il en extrait deux trajectoires fortement contrastées : celle de José-Maria de Heredia (1842-1905) et celle d’Émile du Tiers (1848-1897). Le premier, auteur de nombreuses poésies mais d’un seul recueil, Les Trophées (1893), a été couvert de gloire littéraire ; le second est l’humble auteur de six recueils de poésies publiés à Niort. Dans les deux cas, Maingueneau alterne entre considérations biographiques et analyses de poèmes, toujours à l’affût des témoignages volontairement ou involontairement métadiscursifs de l’œuvre, de la manière « dont à travers le texte se construisent d’un même mouvement les contenus et l’espace même de l’énonciation » (p. 39). Dans le cas de Heredia dominent la naissance noble, la préférence à la langue maternelle (le français) plutôt qu’à la langue paternelle (l’espagnol) et la non-transmission de la position paternelle à la tête d’une plantation de café à Cuba. Plusieurs paratopies déterminent donc son positionnement dans le champ littéraire : paratopies hispanique, nobiliaire et temporelle (la préférence pour l’Antiquité gréco-latine, le refus tout parnassien du monde moderne). Dans le cas de Du Tiers ressortent le fort capital scolaire et économique, le célibat, le provincialisme (il participe à des revues littéraires à Niort) et la variation de l’inspiration et de la manière d’un recueil à l’autre. Autant Heredia ne dévie pas de son sillon, autant Du Tiers n’a pas de positionnement stable (du Parnasse au régionalisme bucolique en passant par « l’Idée évolutive » sous l’égide de René Ghil).

  • 5 Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Décou (...)

5On pourra reprocher à Maingueneau d’avoir pioché seulement quelques éléments biographiques considérés comme déterminants plutôt que de se pencher, comme l’a fait un Bernard Lahire à propos de Kafka5, sur la diversité des formes de socialisation à l’œuvre dans une vie. Là n’est toutefois pas l’essentiel, qui réside dans la finesse des analyses de poèmes dans lesquels les positionnements de l’auteur viennent se refléter et se rejouer, en particulier dans la longue étude sur le sonnet « L’Oubli » de Heredia. Parfois trop rapide dans ses développements, au risque de tout attribuer dans la trajectoire d’un individu à ses tensions paratopiques, Trouver sa place dans le champ littéraire réussit néanmoins son double pari de rendre opératoire au concept de paratopie et de dynamiser la sociologie des trajectoires d’écrivains grâce à l’analyse des discours. La mise en regard des deux auteurs étudiés est également opportune pour ne pas tomber dans le piège d’une approche légitimiste où quelques grands génies, absolument singuliers dans leurs choix, viendraient s’opposer à une foule de médiocres à la traîne sur le grand chemin de la postérité. Quand l’étude des grands auteurs tend à établir des cohérences à travers toute la vie et toute l’œuvre, au risque de les construire elle-même (unification de l’œuvre autour d’une vision du monde ou d’un style qu’il suffirait de mettre au jour), quand la sociologie des agents est volontiers centripète parce qu’elle fait tourner toute action autour du pôle magnétique de la légitimation, au risque de la téléologie (détermination de la trajectoire par son point d’arrivée), l’approche de Maingueneau se distingue en privilégiant les ambivalences, les bougés et les ratés des positionnements individuels. Son raisonnement « en termes d’ajustements successifs » (p. 166), quoique plutôt fermé aux dynamiques collectives si prégnantes au XIXe siècle, s’avère stimulant pour qui s’attache à conjoindre phénomènes biographiques, institutionnels et textuels.

Haut de page

Notes

1 Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, « U », 2004.

2 Voir les travaux de Marc Angenot et le numéro de la revue Littérature « Analyse du discours et sociocritique », n° 140, 2005.

3 Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans L’Histoire littéraire aujourd’hui, sous la direction d’Henri Béhar & Roger Fayolle, Paris, Armand Colin, 1990, pp. 118-128.

4 Maingueneau (Dominique), Le discours littéraire, op. cit., p. 72.

5 Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui / Laboratoire des sciences sociales », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Compte rendu de Maingueneau (Dominique), Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/6145

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Sherbrooke

Articles du même auteur

Haut de page