Navigation – Plan du site

Compte rendu de Peureux (Guillaume), La Muse satyrique (1600-1622)

Genève, Droz, « Les seuils de la modernité », 2015, 226 p.
Alexandre De Craim

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux récents, l’auteur cite notamment Joan DeJean, The Reinvention of Obscenity. Sex, (...)

1Ces dernières années, la critique universitaire a vu fleurir un nombre important de travaux de qualité sur la poésie de la première moitié du XVIIe siècle. De récents ouvrages consacrés à Racan, à Théophile de Viau, à Tristan l’Hermite, ainsi qu’aux poètes que l’histoire littéraire a souvent rangés dans la catégorie des libertins1 ont permis de redécouvrir la richesse de cette période, trop souvent obscurcie par les étoiles passées de La Pléiade ou par le soleil à venir du siècle de Louis XIV. L’étude de Guillaume Peureux consacrée aux recueils de poésie satyrique (l’y est essentiel) parvient non seulement à éclairer un nouveau pan de cette époque trop longtemps survolée par les historiens du littéraire, mais également à nous faire découvrir un corpus rare, difficilement accessible que ce soit d’un point de vue matériel (peu d’exemplaires de ces recueils subsistent encore) ou intellectuel (les textes comportent leur lot d’obscurités). De plus, la qualité de cet ouvrage réside largement dans le soin pris à retracer le sens social qu’a pu revêtir une telle publication licencieuse au regard d’une époque où le polissage des mœurs conduisait à définir de nouveaux comportements de plus en plus soumis à l’empire de l’honnêteté, de la civilité et de la galanterie.

2D’emblée, dans son étude, Guillaume Peureux expose l’ampleur du « phénomène satyrique » (p. 32). Pas moins de cinquante-trois recueils collectifs de poésie s’y rattachent entre 1600 et 1622 et mettent en œuvre une écriture singulière, triviale et « chargé[e] sexuellement », qui provoque « une impression d’unité et de cohérence par delà le disparate des auteurs, des formes et genres poétiques, mais aussi le temps qui sépare les différentes éditions » (p. 13). Dans ces textes, les mœurs de la cour, les codes amoureux, les prescriptions religieuses et la langue même sont éreintés. Toutefois, l’auteur refuse de reléguer ces textes parmi les bizarreries de l’histoire littéraire ou de cantonner son étude à l’observation de leur seul aspect irrévérencieux. Guillaume Peureux souhaite aller plus loin et interroger la place singulière qu’occupaient ces recueils dans la production littéraire de cette époque ; car certains grands noms du monde de l’imprimerie comme Billaine ou Sommaville sont associés à ces textes, et la présence – malgré eux ? – de poètes comme Desportes ou Vauquelin de la Fresnaye montrent qu’en aucun cas les auteurs satyriques ne seraient « des inconnus, […] des marginaux, […] des perdants du monde littéraire » (p. 16).

3La méthode développée par Guillaume Peureux entend donc mettre au jour les « effets de recueil » qui structurent le propos satyrique par des phénomènes d’échos thématiques et langagiers et par un geste éditorial qui assure à ces publications une spécificité non négligeable dans le domaine des lettres. Certes, si certaines filiations – notamment avec l’antique tradition satirique (avec un i cette fois…) – ne demandent qu’à apparaître, les éditeurs de ces recueils entendent bien créer un discours nouveau, un « véritable événement » (p. 25) engendré par l’« espace polémique » que ces textes délimiteraient. Pour remédier au manque de traces documentaires qui témoigneraient de la production et de la réception des recueils satyriques, Guillaume Peureux élabore une méthode originale et sûre, en refusant une lecture « purement esthétique » qui ne tiendrait pas compte du contexte historique et social qui entoure ces publications. Partant de l’hypothèse que ces recueils « furent actifs, qu’ils agissent dans le monde social qui les vit apparaître » (p. 26), l’auteur propose de les lire comme une « réaction à la violence de différents processus sociaux que sont les transitions religieuses, sociales, éthiques, voire sexuelles, identitaires et génériques qui s’opèrent alors » (p. 27). En somme, malgré leurs licences et leur iconoclasme, les recueils satyriques fonderaient leur principe sur une subversion sociale et sexuelle toute réactionnaire.

4Tout en se méfiant d’une quelconque reconstitution des intentions qui auraient prévalu dans l’esprit des éditeurs d’alors, Guillaume Peureux préfère tirer des textes mêmes les éléments indiquant l’« ouverture d’une ligne de front » (p. 33) qui opposerait les recueils satyriques aux pratiques sociales et littéraires de l’époque. Tout d’abord, l’auteur constate que les recueils se posent « comme un ensemble cohésif, comme une série » (p. 34). Une observation des titres permet d’ailleurs de se convaincre de la cohérence du corpus : à La Muse folastre (1600), s’ajoutent Les Muses incognues (1604) et Les Muses gaillardes (1609) ; au Cabinet satyrique (1618), succèdent Les Délices satyriques (1620) ou La Quintessence satyrique (1622). De plus, l’ensemble formé par ces intitulés semble d’autant plus particulier que ceux-ci s’inspirent – et se moquent – des titres portés par des recueils qui se situent aux antipodes de l’esprit satyrique, comme Les Muses françoises, Le Cabinet des muses, ou Les Délices de la poésie françoise. S’il est malaisé de prouver qu’une intention parodique animait les responsables des publications satyriques, l’on peut néanmoins constater que les personnalités attachées aux recueils élaboraient leur « figure de lettrés par le biais d’une participation active à un collectif d’auteurs dont les spécificités étaient un certain rapport à la langue poétique et à l’expression lyrique ». Par conséquent, « les productions satyriques se sont bien, petit à petit, imposées dans le paysage poétique français du XVIIe siècle comme une production individuée et plus ou moins en rupture avec le contemporain » (p. 40).

5Ceci étant posé, Guillaume Peureux refuse d’assimiler cette poésie à la tradition des textes grivois largement représentée au XVIe siècle, par Lasphrise notamment. Les textes satyriques « recèlent […] une forme de brutalité qui se mue en évocation obscène » (p. 45) et détournent donc aussi bien les codes de la poésie galante que ceux de la poésie appartenant aux registres comiques. Par conséquent, « le réalisme cru, brutal […], plus ou moins sordide » (p. 46) devient un autre signe du rassemblement de ces recueils sous la bannière d’une muse satyrique, qui leur confère une place distinctive dans la production poétique du début du siècle.

6L’existence d’une telle « ligne de front » étant établie, l’originalité de l’approche de Guillaume Peureux réside certainement dans son refus de toute naïveté quant aux textes qu’il analyse : l’auteur perçoit que la cohérence de ces publications n’est due qu’à la construction, recueil par recueil, d’une « posture » satyrique qui « unifie artificiellement la disparité des voix » qui s’y font entendre (p. 49). La notion d’« effet de recueil » se révèle d’autant plus cruciale qu’elle permet de dépasser certains problèmes concernant les sens parfois contradictoires que peuvent revêtir certains textes considérés les uns par rapport aux autres. Le problème est d’autant plus épineux que les poèmes retenus ont souvent connu une première circulation hors des recueils satyriques et possèdent donc, individuellement, une signification première potentiellement différente de celle qu’ils acquièrent dans les volumes collectifs. Néanmoins, les recueils créent un contexte particulier et déclarent « saisir un air du temps » (p. 50) susceptible de rendre cohérents – à travers le prisme satyrique – des poèmes aux styles et aux moralités parfois divergents. La récurrence de thèmes irrévérencieux, la sélection de textes proches par leurs audaces langagières (ressassement, juxtaposition, imaginaire pétri de sexualité et, surtout, une certaine tendance à l’obscurité) conduisent à l’élaboration d’une subversion tant morale que linguistique qui se lirait au fil des poésies. En faisant apparaître, par le choix et la juxtaposition des textes, des traits communs entre les poèmes, les responsables des mises en recueil laissent entendre qu’il existerait des auteurs unis à la fois pour faire front dans le domaine des lettres et pour porter un contre-discours au sein de la société. Tout du moins, le lecteur de ces volumes satyriques ne pourrait qu’admettre cette existence.

7Le deuxième chapitre de l’ouvrage de Guillaume Peureux se pose comme une étude des péritextes des recueils satyriques, notamment afin d’observer les rapports que ces derniers entretiennent avec l’antique tradition des poésies satiriques. L’importance des textes liminaires est d’autant plus forte qu’ils donnent à entendre un « discours rassembleur et surplombant qui donnerait sens à l’anthologie » (p. 67). Face à la censure morale, ces avant-propos mettent en place des mécanismes de défense qui détournent l’attention des censeurs de la charge subversive présente dans les recueils. Par exemple, en invoquant l’ancienne tradition de la poésie satirique, les préfaces présentent « le recueil comme un ensemble de satires morales ordinaires » (p. 68), censées épingler et corriger les mœurs déviantes de la société. Toutefois, l’équivoque n’échappera pas à qui parviendra à lire attentivement le dispositif de ces textes argumentatifs « moralisateurs » au regard des poésies qui le suivent et des mots grossiers tronqués que celles-ci contiennent (« …ut » pour « fout », « es…tez » pour « esfoutez » par ex.) Le tri entre les lecteurs peut s’opérer, entre ceux qui prendront pour argent comptant le discours préfaciel et ceux qui ne seront pas dupes de la charge subversive que le recueil annonce déjà. L’« énonciation paratextuelle » ne relevant en rien d’une position stable, le langage mis en œuvre dans ces préfaces est marqué par un « usage libertin […] dont l’équivocité et l’interprétation du lecteur sont le fondement » (p. 72). L’invocation de certaines figures légitimantes au sein du recueil (comme Ronsard, Belleau ou Berni) n’échappe pas à une argumentation à double tranchant : d’une part, les auteurs revendiqués confèrent un prestige assuré à la publication, mais, dans un même mouvement, ils offrent aux poètes « satyriques » une justification à leur licencieuse production. Encore une fois, c’est au lecteur qu’il revient de décider du sens fuyant qu’il souhaite (ou qu’il peut) donner à l’objet qu’il découvre.

8Dans cette section Guillaume Peureux développe une pensée fine et nuancée, préférant la lecture approfondie des textes à toute mobilisation superficielle des concepts de « stratégie » ou d’« intention » auctoriale. Aussi, lorsque l’auteur formule l’hypothèse de « la subversion satyrique » propre à ces publications (p. 80), il prend soin de ne pas se laisser éblouir par la charge contestataire de ces poésies et souligne que les poètes satyriques maîtrisaient parfaitement la rhétorique courtoise dans d’autres florilèges poétiques, au contenu moralement irréprochable. D’où le constat que « ces auteurs appartenaient par leur écriture et ses lieux de publication à plusieurs espaces sociaux sans qu’il soit possible de savoir ce qu’ils pensaient vraiment, ce qu’ils voulaient dire, ni d’ailleurs comment ils s’y retrouvaient […] » (p. 86). Dès lors, afin de percevoir la position particulière de ces recueils satyriques dans l’espace littéraire, Guillaume Peureux place ces derniers en perspective avec la tradition moralisatrice des poésies satiriques, qui souhaitent corriger les mœurs et se posent comme les garants d’un certain bon sens comportemental. Or, les recueils satyriques – non sans un esprit de bravade et une volonté de légitimation – revendiquent ce but moralisateur, même si cette revendication conduit à la question suivante : « comment être un réformateur moral tout en contredisant aussi brutalement les éléments sociaux qui illustrent précisément la morale environnante ? » (p. 93). Une fois encore, il s’agit moins d’une contradiction non résolue que d’une liberté interprétative imposée au lecteur, issue en premier lieu du « brouillage de la catégorie de la satire » (p. 103).

9Le troisième chapitre de l’étude s’intéresse plus particulièrement à la « posture auctoriale », à l’« ethos satyrique » mis en avant dans les recueils. Par la revendication d’une écriture affranchie de toute convention sociale et littéraire – s’élaborant, de surcroît, en l’absence de commanditaire ou de protecteur –, les poètes rassemblés sont présentés comme « matures et libérés, détenteurs d’une voix singulière et autonome » (p. 113). De plus, une des particularités des recueils est d’afficher que les textes ont précédemment circulé et que la publication de ces derniers peut se réaliser au détriment du bon vouloir des auteurs, ce qui conduit à l’idée que les poèmes présentés « émanent d’un espace privé, associé à une forme d’authenticité du discours non destinée à connaître une large diffusion » (p. 117). Notamment à partir de l’exemple du procès de Théophile de Viau – archive précieuse pour quiconque souhaite étudier l’interprétation qu’un lecteur d’alors pouvait tirer de ce type de textes –, Guillaume Peureux tente de percer le fonctionnement du « je » particulier du poète satyrique. Loin de se réduire à une pure construction poétique, ce « je » ne représenterait nullement une personne désincarnée, mais se ferait plutôt le relais d’une expérience (principalement sexuelle) présentée comme réelle et qui viserait à produire un effet, une « impression » sur le lecteur. Dans cette section de l’ouvrage, Guillaume Peureux établit donc un solide lien entre la thématique sexuelle des recueils (axée sur l’intime, le grossier, le « bas ») et le type de relation qu’entretiennent auteurs et lecteurs par le biais de ces poèmes ; la question du corps et de la contamination d’une expérience devient centrale jusque dans les modes de lecture propres à la publication.

10Après avoir décrit le fonctionnement des recueils satyriques par rapport au contexte éditorial de l’époque, et, ensuite, par rapport au lecteur qui les consomme, l’auteur de la Muse satyrique consacre son quatrième chapitre à étudier, au plus près du texte, les obsessions qui constituent le fonds de ces publications, c’est-à-dire ce que ces dernières « représentent, figurent, défigurent, dévoilent » (p. 146). Certes, l’activité sexuelle et tout ce qui relève peu ou prou des pulsions du corps sont exhibés dans ces textes, mais les poètes satyriques éreintent principalement les discours dominants, moraux et courtois, de la poétique traditionnelle. Ils reprennent et réécrivent les codes de ces derniers pour mieux les inscrire en porte à faux face aux réalités crues qu’ils entendent réhabiliter. Dès lors, l’obscénité réside moins dans la thématique sexuelle que dans le fait de montrer l’hypocrisie des comportements courtisans qui souhaitent transfigurer et intérioriser les pulsions. La section se conclut donc sur la belle thèse selon laquelle la poésie satyrique s’attaquerait à un idéal en construction – celui de l’honnête homme courtisan. Les recueils « dévoiler[aient] les rouages des représentations, celles de l’invention de l’honnête homme, celles des fonctions assignées aux femmes, mais aussi la définition de la pudeur, qui s’imposent à travers les œuvres littéraires et les traités moraux et par lesquelles se construit la société moderne française » (p. 169). La poésie satyrique serait donc une poésie de rejet, écrite par des auteurs dénonçant les nouveaux comportements en passe d’être adoptés à la cour et « qui entretiendraient une forme d’hypocrisie collective » (p. 170). Dans ce sens, les poètes satyriques poseraient un acte réactionnaire, en s’opposant à la civilisation qui se met en place autour d’eux et en « revendiqu[ant] une certaine idée de l’ordre social » (p. 171) nécessairement viril et masculin alors que les discours dominants se feraient de plus en plus pudiques et courtois.

11Développant l’idée que la poésie satyrique se construit par rapport aux réalités sociales de son temps et ne peut être comprise sans que l’on mesure la charge contestataire qu’elle entend introduire dans cette société, l’auteur achève son étude en observant la mise en place d’un discours « réaffirmant le principe apparaissant menacé de l’hétéronormativité » (p. 187). Notamment à travers l’exemple de poèmes composés par Sigogne, Guillaume Peureux analyse la représentation « binaire » de la femme, à la fois objet de valorisation (la conquête de jeunes filles, de courtisanes, de servantes ou de bergères sert à flatter les égos masculins) et de rejet (les femmes laides, malades ou âgées). Cette ambivalence permet, dans les deux cas, la revendication d’une « domination masculine » qu’il conviendrait pour les auteurs de réinstituer (p. 184). Le jeu social de cette poésie se trouve renforcé par ces poètes qui chercheraient une connivence avec leur public masculin en ressassant des « motifs de nature misogyne » (p. 187). De plus, à l’âge où la société de cour triomphe, la poésie satyrique apparaît comme réfractaire au développement de l’idéal courtisan : la courtisane est dépeinte comme une femme de peu de vertu, tandis que l’homme courtisan est raillé pour le caractère efféminé qu’il montre dans ses rapports avec le sexe opposé. Les recueils satyriques se font donc l’écho d’une inquiétude, d’une « anxiété » particulière à une époque de bouleversements sociaux (p. 198). L’impact social que visent ces textes est d’autant plus fort qu’ils promeuvent une « action contestataire à l’égard du cours de l’histoire » (p. 200).

  • 2 Frank Greiner, Les Amours romanesques de la fin des guerres de religion au temps de L’Astrée (1585 (...)

12En abordant les textes par les particularités éditoriales des recueils qui les enserrent et, ensuite, en retraçant finement le sens que ceux-ci pouvaient revêtir au regard des changements sociaux qui se profilaient alors, La Muse satyrique de Guillaume Peureux est un ouvrage riche en ses conclusions, fascinant en son objet et exemplaire en sa méthode. La démarche, qui consiste à observer les « effets de recueils », accentue le double aspect social de la publication : l’auteur fait à la fois dialoguer les textes et les poètes entre eux, avant de mettre en regard cette production, diverse mais finement assemblée, avec les idéologies qu’elle entend défendre dans une société en mutation. Même si les objets d’étude et les méthodes restent différents, La Muse satyrique donne à voir l’envers de cette littérature sentimentale et romanesque que Frank Greiner2 a observée en faisant ressortir à quel point ces récits se faisaient la chambre d’écho des préoccupations sociales qui agitaient la France à la fin des guerres de religion. Bien entendu, dans le cas de l’étude de Frank Greiner, c’est du roman qu’il s’agissait, et même si l’idéal courtisan était finalement intégré et non remis en cause dans le corpus des Amours romanesques, les deux ouvrages semblent néanmoins reconstituer les réponses sérieuse ou satyrique qui furent apportées aux mêmes bouleversements sociétaux. Ces deux analyses établissent d’un point de vue méthodologique que les nouveaux idéaux qui étaient assimilés – plus ou moins facilement – dans les mœurs du début du XVIIe siècle constituent un fil d’Ariane indispensable pour comprendre les littératures de cette époque, au-delà du seul jugement esthétique.

13Outre la qualité des conclusions auxquelles aboutit l’étude de Guillaume Peureux, il est à noter que beaucoup de poèmes sont cités dans leur intégralité, ou, du moins, par de très larges fragments. Le lecteur peut ainsi imaginer pleinement à quoi ressemblaient ces textes satyriques si difficiles d’accès et si ardus à décrypter dans toute leur complexité. De plus, si l’humour des auteurs satyriques est toujours agréable à découvrir, notons que Guillaume Peureux n’est pas dépourvu d’une certaine verve spirituelle dans de nombreux passages, ce qui, loin d’affaiblir la démonstration, ne prouve que mieux à quel point l’auteur maîtrise, jusqu’en ce moindre détail, les jeux d’esprit et l’intelligence des poètes qu’il nous donne à découvrir.

Haut de page

Notes

1 Parmi les travaux récents, l’auteur cite notamment Joan DeJean, The Reinvention of Obscenity. Sex, Lies and Tabloids in Early Modern France, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 2002 ; Michel Jeanneret, Eros rebelle. Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Le Seuil, 2003 ; ainsi que Michel Loude, La littérature érotique et libertine au XVIIe siècle, Lyon, Aléas, 1994.

2 Frank Greiner, Les Amours romanesques de la fin des guerres de religion au temps de L’Astrée (1585 - 1628), Paris, Honoré Champion, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre De Craim, « Compte rendu de Peureux (Guillaume), La Muse satyrique (1600-1622) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/6154

Haut de page