Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Texte intégral

En Belgique francophone

Barnabé (Fanny), Jeu vidéo et culture participative. La réappropriation comme nouveau paradigme ludique

1Mots-clés : Game studies, Sociologie de la culture, Études de fans, Culture participative

2Langue du manuscrit : français

3Résumé : Cette recherche vise à étudier les dynamiques de détournement du jeu vidéo par les joueurs à travers quatre pratiques spécifiques : l’écriture de fanfictions, la réalisation de machinimas, le speedrun et le modding. L’étude comportera deux principaux versants. Le premier, s’inscrivant dans une perspective sociologique, aura pour but de rendre compte du nouveau rapport aux œuvres qui semble émerger de ces pratiques et, plus particulièrement, de la posture ambiguë qui est développée par les créateurs de détournements (ceux-ci ne pouvant s’assimiler ni à de simples joueurs, ni à de véritables auteurs). Le second, qui formera le versant formel de la démarche, consistera en une analyse des réappropriations dans leurs rapports avec le jeu (qu’est-ce qui est modifié par le détournement ? en quoi ces pratiques influencent-elles la manière de jouer ? en quoi la nature ludique de l’œuvre originale détermine-t-elle la création qui s’en inspire ?). L’hypothèse qui nous servira de clef d’entrée est que les détournements imposés au jeu par le joueur font partie intégrante de son expérience ludique. Ils prolongent l’espace du jeu en dehors de l’œuvre qui le supporte et débouchent sur la création d’objets hybrides : des textes, des vidéos, des programmes qui semblent conserver, malgré cette transition, certains traits ludiques.

4Adresse électronique de contact : fanny.barnabe@ulg.ac.be

5Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Pierre Bertrand

6Mentions institutionnelles : Aspirante F.R.S.-FNRS - Université de Liège

7Date de commencement de la recherche : 1er octobre 2013

8Date de soutenance, le cas échéant : /

9Composition du jury, le cas échéant : /

Bertiau (Christophe), Écrire en latin au siècle du romantisme : l'œuvre de Jean Dominique Fuss (1782-1860)

10Mots-clés : néo-latin, plaidoyers, réception, discours social.

11Langue du manuscrit : français.

12Résumé : Philologue classique et poète néo-latin, Jean Dominique Fuss (Düren 1782 – Liège 1860) s'est sans cesse battu pour défendre la langue latine contre le mépris dont elle faisait de plus en plus l'objet, en un siècle où sa prééminence se voyait remise en cause par l'essor des nationalismes et de l'industrie. Dans et autour de l'œuvre de J. D. Fuss se sont ainsi cristallisées les tensions d'une époque à l'égard de la langue latine, tensions que notre thèse de doctorat entend étudier. Nous examinerons dans un premier temps quels liens ont entretenus la philologie et la littérature dans le projet d'écriture de l'auteur. La question s'avère essentielle, dans la mesure où, comme nous le verrons, les deux disciplines y sont intimement mêlées. Nous étudierons également la manière dont J. D. Fuss a cherché à légitimer l'écriture littéraire en latin en un temps où les langues modernes tenaient le haut du pavé. Nous porterons une attention particulière à la question de la rime, que l'écrivain a souhaité réintroduire dans la poésie latine. Enfin, nous nous intéresserons à la réception que ses textes ont connue en même temps que nous tenterons de déceler les causes de sa « non-réception » dans un corpus de textes d'époque relatifs à la langue latine.

13Adresse électronique de contact : cbertiau@ulb.ac.be

14Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : M. Paul Aron (ULB), M. Dirk Sacré (KU Leuven, co-directeur)

15Mentions institutionnelles : Aspirant F.R.S.-FNRS – Université Libre de Bruxelles, co-tutelle avec la KU Leuven.

16Date de commencement de la recherche : 1er octobre 2012.

17Date de soutenance, le cas échéant : /

18Composition du jury, le cas échéant : /

Bundu Malela (Buata), L’homme pareil aux autres : stratégies et postures identitaires de l’écrivain afro-antillais à Paris (1920-1960)

19Mots-clés : Slavery, Mongo Beti, Interculturality, Africa, Aimé Césaire, Colonialism, Acculturation, Postcolonial Studies, Sociology of literature, Africain Studies, Léopold Sédar Senghor, French Studies, Theory of field, Schematism, African and carribean literature, René Maran, Edouard Glissant.

20Langue du manuscrit : français

21Résumé : Cette étude porte sur le fait littéraire afro-antillais de l’ère coloniale (1920-1960). Il s’agit d’examiner les stratégies des agents à partir des cas de René Maran, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Édouard Glissant et Mongo Beti et de percevoir comment ils se définissent leur identité littéraire et sociale.

22Pour ce faire, notre démarche s’articule en deux temps : (1) examiner les conditions de possibilité d’un champ littéraire afro-antillais à Paris (colonisation française et ses effets, configuration d’un champ littéraire pré-institutionnalisé, etc.) ; (2) analyser les processus de consolidation du champ, ainsi que les luttes internes qui opposent deux tendances émergentes représentées d’abord par Senghor et Césaire, ensuite par Beti et Glissant, dont les prises de position littéraires mettent en œuvre des « modèles empiriques » ; ceux-ci régulent et unifient leurs rapports au monde et à l’Afrique.

23Adresse électronique de contact : bbunduma@ulb.ac.be ou buata_malela@no-log.org

24Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Aron, Paul (ULB) et Halen, Pierre (U. Metz)

25Mentions institutionnelles : Université Libre de Bruxelles / Université de Metz

26Date de soutenance, le cas échéant : 20 octobre 2006

27Composition du jury, le cas échéant : Couloubaritsis, Lambros (Membre du jury/Committee Member), Fonkoua, Romuald (Membre du jury/Committee Member), Privat, Jean-Marie (Membre du jury/Committee Member), Mingelgrün, Albert (Président du jury/Committee Chair), Aron, Paul (Promoteur/Director), Halen, Pierre (Promoteur/Director).

de Halleux (Chanel), Fanny de Beauharnais (1737-1813), femme de lettres et « salonnière » du tournant des Lumières

28Mots-clés : Sociabilité, salons, études de genre.

29Langue du manuscrit : Français

30Résumé : Bien que les sources universitaires abondent sur les salons du XVIIIe siècle, rares sont celles qui s’intéressent au devenir de cette forme de sociabilité entre la fin du règne de Louis XVI et la Restauration. Pourtant, la formule salonnière ne s’éteint pas avec la Révolution et, à ce titre, le cercle tenu par Fanny de Beauharnais de 1762 à 1813 offre un observatoire privilégié. Notre recherche entend compléter l’historiographie actuelle par l’étude de ce cas si peu exploité.

31Dans un premier temps, nous nous attacherons à fournir une analyse évolutive du cercle de Fanny de Beauharnais qui permettra de saisir les dynamiques en lien avec les bouleversements socio-politiques du tournant des Lumières. Pour ce faire, une étude des enjeux littéraires, philosophiques et politiques liés à ce salon tout au long de son existence sera menée parallèlement à un examen de type « morphologique », sondant la liste des habitués, les lieux de réception et les modalités pratiques d’organisation.

32Indissociable de sa qualité d’hôte, la production écrite, vaste et éclectique, de Fanny de Beauharnais, nous occupera ensuite. Il s’agira d’observer les rapports existant entre le salon et l’œuvre, et ce, à deux niveaux. Le premier interrogera l’influence potentielle des publications sur la destinée du cercle, tandis que le second observera comment l’esprit de société infléchit les choix thématiques, stylistiques et formels de l’auteure.

33Le discours doxique véhiculé sur les femmes à cette période sera également l’objet d’un intérêt particulier et servira de support à notre réflexion pour les deux axes de recherche que nous proposons d’explorer.

34Adresse électronique de contact : cdehalle@ulb.ac.be

35Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : André Valérie

36Mentions institutionnelles : ULB, Aspirante FNRS

37Date de commencement de la recherche : 01/10/2013

38Date de soutenance, le cas échéant : /

39Composition du jury, le cas échéant : /

de Marneffe (Daphné), Entre modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922)

40Mots-clés : littérature belge, sociabilités intellectuelles, réseau, revues littéraires, modernisme, avant-garde.

41Langue du manuscrit : français

42Résumé : L’ensemble des revues littéraires « modernistes et d’avant-garde » parues en Belgique immédiatement après la première guerre mondiale (jusqu’en 1922) est étudié dans une perspective d’histoire et de sociologie de la littérature. L’exemplification porte principalement sur les corpus des revues bruxelloises (L’Art libre, Haro, Au Volant, Demain littéraire et social, Le Geste, Signaux de France et de Belgique, La Lanterne sourde, 7 Arts, Sélection) et anversoises de langue française (La Drogue, Lumière, Ça Ira). Une première partie de la thèse est consacrée à l’explicitation des choix théoriques et méthodologiques. Une seconde partie présente d’une part un panorama des revues littéraires belges pendant la première guerre mondiale (revues en Belgique occupée et revues du front) et d’autre part la progressive reconstitution de l’espace des revues après l’Armistice, notamment à travers l’étude des débats – tant politiques qu’esthétiques – autour de la question de la « reconstruction » du pays. Dans une troisième partie du travail, le réseau interpersonnel et intertextuel des revues littéraires est pris pour objet à travers l’examen des différents lieux et milieux qui le constituent. Un chapitre traite de questions matérielles concrètes (choix de format, modes de diffusion, financement, types de public visés). Abordées sous cet angle, les revues apparaissent non seulement comme des instances relevant de la vie littéraire, mais aussi comme des instances proprement « médiatiques ». Dans un troisième chapitre sont inventoriés les différents types de lieux où se déploie l’» action d’art » de ces revues (« centres d’art », galeries et lieux d’expositions, tribunes médiatiques, maisons d’éditions). La dernière partie propose un retour sur le modèle réticulaire, notamment sur les questions du déploiement du réseau des revues dans la durée, des enjeux historiographiques et du rapport de la littérature avec les autres champs. En conclusion générale, l’accent est mis sur la période de transition de l’immédiat après-guerre (1919-1922), où l’» effet de réseau » est particulièrement perceptible, et sur l’apport de la dissertation concernant les traits définitoires du modernisme et de l’avant-garde, en ce qui concerne les revues littéraires. [La thèse est disponible en intégralité (sans ses annexes) en version pdf, sur le site http://bictel.ulg.ac.be/​].

43Adresse électronique de contact : daphne.demarneffe@gmail.com

44Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bertrand Jean-Pierre (ULg)

45Mentions institutionnelles : Université de Liège (Belgique)

46Date de commencement de la recherche : janvier 2003

47Date de soutenance, le cas échéant : 11 septembre 2007

48Composition du jury, le cas échéant : Aron Paul (ULB), Denis Benoît (ULg), Vallotton François (Lausanne) [membres], Klinkenberg Jean-Marie (ULg) [président], Bertrand Jean-Pierre (ULg) [promoteur].

Dozo (Björn-Olav), Mesures de l'écrivain. Étude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres

49Mots-clés : sous-champ littéraire, réseaux sociaux, entre-deux-guerres, statistique, littérature belge

50Langue du manuscrit : français

51Résumé : voir http://trajectoires.revues.org/​index159.html et http://bictel.ulg.ac.be/​ETD-db/​collection/​available/​ULgetd-09292007-174518/​

52Adresse électronique de contact : bo.dozo@ulg.ac.be

53Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Marie Klinkenberg

54Mentions institutionnelles : Université de Liège / CIEL Communauté française de Belgique

55Date de commencement de la recherche : 1 octobre 2002

56Date de soutenance, le cas échéant : 31 août 2007

57Composition du jury, le cas échéant : Jean-Marie Klinkenberg (promoteur), Gérald Purnelle (président), Benoît Denis (secrétaire), Paul Aron, Michel Lacroix.

Franck (Thomas), Les revues d’intervention intellectuelle dans l’immédiat après-guerre. Rhétorique et conceptualité

58Mots-clés : revues, analyse du discours, sociocritique, rhétorique, philosophie, relations franco-allemandes, histoire des idées, transfert de concepts, immédiat après-guerre, dialogue, interdiscours.

59Langue du manuscrit : français

60Résumé : Notre thèse étudiera les échanges intellectuels et culturels mis en œuvre entre différentes revues d’intervention intellectuelle (principalement Les Temps Modernes, Critique, La Table ronde, Les Cahiers de la Pléiade, Socialisme ou barbarie) des années 1945 à 1949. Dans une perspective d’analyse du discours philosophique et d’histoire des idées collectives, une attention toute particulière sera portée sur le rapport qu’entretiennent ces revues françaises avec la culture allemande. Il sera question d’étudier l’actualisation de la philosophie allemande (citons sommairement Kant, Hegel, Marx, Nietzsche et Heidegger), centrale dans les débats d’immédiat après-guerre, ainsi que la mise en œuvre d’une imagologie de l’Allemagne en analysant les effets rhétoriques engendrés par ces thématiques (ethos, particularités du registre polémique, stratégies argumentatives, topoï d’une époque donnée, figements et tropes récurrents, hétérogénéité énonciative, etc.). L’objectif est de comprendre la dimension performative de la revue d’intervention, qui tend à se concevoir tantôt comme une praxis face à l’urgence de l’action, tantôt comme la mise en œuvre d’une réflexivité critique.

61Adresse électronique de contact : thomas.franck@ulg.ac.be

62Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Provenzano François et Cormann Grégory

63Mentions institutionnelles : Université de Liège, Service de Sciences du langage et Rhétorique

64Date de commencement de la recherche : Octobre 2015

65Date de soutenance, le cas échéant :

66Composition du jury, le cas échéant :

Fréché (Bibiane), Entre rupture et continuité. Le champ littéraire belge après la Seconde Guerre mondiale (3 septembre 1944 – 8 octobre 1960)

67Mots-clés : Belgique, vie littéraire, politique culturelle, Seconde Guerre mondiale, second après-guerre

68Langue du manuscrit : français

69Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, la vie littéraire belge connaît une phase d’effervescence remarquable. De nombreuses revues littéraires émergent, l’esthétique néoclassique gagne les différents genres littéraires, de jeunes dramaturges s’illustrent en Belgique et à l’étranger, plusieurs écrivains remportent des prix prestigieux en France, les poètes sont plus actifs que jamais. De leur côté, les pouvoirs publics mettent sur pied un système de subventionnement des arts et des lettres, qui repose notamment sur la création du Théâtre national et du Fonds national de la littérature.

70Malgré cette vitalité, la période reste méconnue. Après avoir retracé brièvement les bouleversements que la vie littéraire connaît durant la Seconde Guerre mondiale, la thèse étudie les relations que les écrivains entretiennent avec les institutions littéraires, les pouvoirs publics et la société en général. Se dessinent alors des réseaux interpersonnels qui donnent toute leur dimension aux choix littéraires de l’époque.

71Adresse électronique de contact : bfreche@ulb.ac.be

72Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Paul Aron

73Mentions institutionnelles : Université Libre de Bruxelles / CIEL Communauté française de Belgique

74Date de commencement de la recherche : 1 octobre 2002

75Date de soutenance, le cas échéant : 28 avril 2006

76Composition du jury, le cas échéant : Paul Aron, Manuel Couvreur, Pieter Lagrou, Jean-Maurice Rosier (ULB), Gisèle Sapiro (EHESS)

Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives

77Mots-clés : littérature belge, sociologie de la littérature, gender studies (études de genre), histoire des intellectuelles, histoire des femmes, femmes écrivains.

78Langue du manuscrit : français

79Résumé : À la croisée de l’histoire des femmes et de l’histoire des lettres belges, la thèse étudie la participation des femmes à la vie littéraire belge entre 1880 et 1940. Partant des deux principaux arguments avancés pour exclure les femmes du canon littéraire – le déni d’individualité créatrice et l’homogénéité de leurs productions – le rapport des femmes au littéraire est analysé sous l’angle à la fois individuel et collectif. Deux approches théoriques sont mobilisées : les études de genre et la sociologie de la littérature. Une première partie du travail consiste à discuter les propositions formulées par ces deux courants et à mettre en place la structure adoptée ensuite dans la thèse.

80Partant du pôle individuel, la deuxième partie étudie successivement les trajectoires sociales et littéraires de trois femmes de lettres : Marguerite Van de Wiele (1857-1941), Jean Dominique (1873-1952) et Emma Lambotte (1876-1963). Les différentes stratégies développées par ces auteures y sont analysées en terme de « posture ».

81La troisième partie de l’étude opère un premier déplacement vers le pôle de la collectivité. Sur base d’un corpus de cent-quarante-six femmes de lettres, les trajectoires sociales sont étudiées sous l’angle du milieu social d’origine, de la formation et de la situation socio-économique. La question de la formation constitue le point central de l’analyse et permet d’interroger le rôle de l’école et de l’éducation dans la reproduction d’un ordre social sexué au cœur du champ littéraire. Pour rendre compte de l’homogénéité relative du corpus étudié, l’analyse s’appuie à la fois sur une approche statistique des données biographiques et une analyse comparée des trajectoires sociales, ainsi que sur la proposition de l’historienne de la littérature Nathalie Grande de considérer le genre comme un hyper-habitus.

82La quatrième partie de la thèse opère un second déplacement vers le pôle de la collectivité, en étudiant les constantes qui traversent les stratégies d’émergence, de légitimité et de reconnaissance des femmes de lettres. Une part importante de cette dernière partie est consacrée à la place des femmes dans les domaines du théâtre, de la poésie et du roman, sous l’angle du « genre des genres », c’est-à-dire de l’existence d’une hiérarchie des genres littéraires qui s’articule aux représentations sociales et culturelles de l’identité féminine. La question des relais de la visibilité littéraire des femmes, permet enfin de souligner le rôle des réseaux littéraires féminins.

83Cette question des réseaux permet de conclure cette étude par une hypothèse sur la place des femmes dans le champ littéraire belge. La coexistence de deux logiques – sociétale (importance du capital social) et littéraire (importance du capital symbolique) – au sein de ce dernier a ouvert une brèche pour la reconnaissance des femmes de lettres, l’acquisition d’un capital social étant d’autant plus à leur portée qu’il renvoie à une modalité traditionnelle et privilégiée d’inscription des femmes dans le champ : les sociabilités.

84Adresse électronique de contact : vanessagemis@hotmail.com

85Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Aron Paul.

86Mentions institutionnelles : Université Libre de Bruxelles

87Date de commencement de la recherche : octobre 2005.

88Date de soutenance, le cas échéant : 30 septembre 2009.

89Composition du jury, le cas échéant : Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles), Delphine Naudier (Université de Paris VIII-CNRS), Valérie Piette (Université libre de Bruxelles), Paul Aron (promoteur, Université libre de Bruxelles) et Jean-Marie Klinkenberg (Université de Liège). Le jury était présidé par Manuel Couvreur (vice-Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres, ULB). Secrétaire : Laurence Brogniez.

Haug (Hélène), La voix dans l’écrit. La place de l’oralité dans la transmission des textes français à la fin du Moyen Âge : les dits et les débats [titre provisoire]

90Mots-clés : lecture publique, lecture orale, orality/literacy studies

91Langue du manuscrit : français

92Résumé : Nous cadrons nos travaux sur deux questions centrales : Quelle est la place effective de la lecture publique en milieux curiaux à la fin du Moyen Âge (XIVe–XVe s.) ? Comment définir la portée sociale, culturelle, politique de ces pratiques de lecture pour l’autre ?

93Adresse électronique de contact : helene.haug@uclouvain.be

94Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Tania Van Hemelryck

95Mentions institutionnelles : Université catholique de Louvain (Belgique)

96Date de commencement de la recherche : octobre 2007

97Date de soutenance, le cas échéant : octobre 2012

98Composition du jury, le cas échéant : /

Hennaut (Benoît), Pratiques du récit dans les et autour des écritures théâtrales contemporaines [titre provisoire]

99Mots-clés : théorie du récit / théâtre postdramatique / performance texts

100Langue du manuscrit : français

101Adresse électronique de contact : bhennaut@yahoo.fr

102Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Paul Aron

103Mentions institutionnelles : ULB

104Date de commencement de la recherche : octobre 2009

105Date de soutenance, le cas échéant : /

106Composition du jury, le cas échéant : /

Houscheid (Karin)

107Mots-clés : Littérature allemande contemporaine, Traduction et stratégies de transferts interculturelles, Marché du livre, Prix littéraires.

108Langue du manuscrit : Allemand.

109Résumé : Le but de mon projet de recherche est de montrer par une analyse socio-littéraire quels mécanismes régulent actuellement la circulation des œuvres littéraires entre l’espace germanophone et l’espace francophone, afin de mieux comprendre pourquoi certaines œuvres de la littérature contemporaine de langue allemande parviennent à réussir ce transfert et d’autres pas. Il s’agit d’analyser quels sont les facteurs déterminants, depuis 2000, pour qu’une œuvre littéraire de langue allemande soit traduite en français et quels facteurs font que cette œuvre trouve un écho positif dans l’espace francophone. Partant d’une analyse des facteurs économiques, symboliques, culturels et textuels favorisant la traduction en français et de la perception de la littérature traduite dans la culture cible, les résultats obtenus seront précisés dans des études de cas sur Julia Franck, Herta Müller et Wilhelm Genazino. En s’intéressant à ces trois écritures très différentes, il sera possible de constater s’il existe des points communs ou des différences frappantes dans la perception des auteurs par la critique en Allemagne et à l’étranger francophone. À partir de ces trois études de cas, il s’agira de montrer en quelle mesure des facteurs thématiques, esthétiques mais aussi des facteurs liés au genre jouent un rôle dans le transfert vers l’espace francophone. Jusqu’à l’heure actuelle, aucune réponse satisfaisante n’a été apportée à ces questions.

110Adresse électronique de contact : k.houscheid@doct.ulg.ac.be

111Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Vera Viehöver (ULg) et Alexandra Pontzen (Universität Duisburg-Essen).

112Mentions institutionnelles : Assistante en langue et littérature allemandes / traduction à l'Université de Liège.

113Date de commencement de la recherche : octobre 2012.

114Date de soutenance, le cas échéant : /

115Composition du jury, le cas échéant : /

Lhote (Florence), La « distance », poétique et réception dans le traitement de la guerre d’Algérie dans trois fictions d’écrivains de la « seconde génération », transmission de la mémoire « historique » et réinterprétation littéraire. Vers un nouveau « pacte de lecture » ? (titre provisoire)

116Mots-clés (5 maximum) : Distance/Transmission/Genres/Histoire/Littérature

117Langue du manuscrit : français

118Adresse électronique de contact : florence.lhote@ulb.ac.be

119Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : M. Paul Aron

120Mentions institutionnelles : Université Libre de Bruxelles (ULB)

121Date de commencement de la recherche : Novembre 2010

Mayeur (Ingrid), Étude des communautés d’usages et d’usagers des plateformes documentaires en sciences humaines : Contribution à une philologie du numérique

122Mots-clés : humanités numériques ; édition scientifique ; sciences du langage ; circulation des savoirs

123Langue du manuscrit : français

124Résumé : Le présent projet souhaite étudier l’influence concrète des infrastructures numériques de la recherche en sciences humaines, tels que les portails d’édition en ligne ou les plateformes documentaires, sur les conditions de production, de circulation et de réception des savoirs.

125Les dernières décennies ont vu le développement de nouvelles possibilités de recherche en sciences humaines et sociales, grâce aux technologies de l’informatique. Généralement rassemblées sous l’étiquette accueillante des humanités numériques, ces réalisations embrassent des champs disciplinaires variés. On y trouve pour l’essentiel des bases de données, des portails de diffusion en ligne de textes scientifiques (Persée, Revues.org…), des sites documentaires (Fabula, Socius), ainsi que des carnets de recherche (Hypothèses), des calendriers d’événements scientifiques (Calenda) voire même de réseaux professionnels (Academia.edu). Ces infrastructures numériques modifient les pratiques de la recherche en sciences humaines et sociales, notamment par la production d’une littérature grise, à partir de laquelle se déploient de nouveaux genres comme support de la réflexion (billets, brouillons, commentaires hypertextuels, etc.), et par le recours à des procédures collectives de fonctionnement (entre autres, listes de diffusion, fils twitter, forum) devenues parties intégrantes de la construction des savoirs.

126M’inscrivant dans ce champ de la philologie du numérique, je développerai une approche fondée sur l’étude des traces laissées par les utilisateurs des interfaces numériques de la recherche en sciences humaines : (hyper)textes, commentaires, logs de connexion, échanges sur les médias sociaux, etc. L’objectif de la recherche sera de mobiliser ces traces, afin de décrire les usages faits de ces plateformes et de se demander si et comment le dispositif matériel détermine le type de savoir produit, en portant une attention particulière aux indices d’une réflexivité critique spécifique. Concrètement, on recensera des traces numériques constituant une série de textes contextualisés, pour les traiter à partir des concepts pertinents de l’analyse du discours (topiques, polyphonie, etc.) afin de dégager des énonciations et des énonciateurs prototypiques ainsi que des relations récurrentes entre des énoncés, des types d’énonciateurs et des contextes énonciatifs.

127Mon questionnement prendra appui sur deux corpus particulièrement complémentaires : l’un, en partenariat avec OpenEdition, sera constitué des traces d’usages de cette plateforme majeure en sciences humaines et sociales ; l’autre, au sein du projet ARC « Genèse et Actualité des Humanités critiques », mobilisera l’outil documentaire principal du projet, à savoir une plateforme destinée à valoriser les résultats de la recherche. Les axes autour desquels se développera mon travail seront au nombre de trois : tout d’abord, la question de l’archivage du numérique, soit de la coexistence et de l’articulation des différentes strates temporelles au sein d’une même interface ; ensuite, la question du format médiatique et du genre textuel/hypertextuel et, enfin, celle de « l’appropriabilité » des savoirs par les usagers des plateformes, et de la potentielle constitution de communautés de pratiques.

128Adresse électronique de contact : Ingrid.Mayeur@ulg.ac.be

129Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Dozo, Björn-Olav ; Provenzano, François

130Mentions institutionnelles : Université de Liège

131Date de commencement de la recherche : 1er janvier 2016

132Date de soutenance, le cas échéant : /

133Composition du jury, le cas échéant : /

Provenzano (François), Francophonie et métalittérature. Deux histoires sociodiscursives pour une épistémologie critique

134Mots-clés : Francophonie, Historiographie littéraire, Analyse du discours, Analyse institutionnelle, Rhétorique

135Langue du manuscrit : français

136Résumé : L’auteur envisage la notion de francophonie comme effet de discours et étudie les modalités socio-institutionnelles et rhétoriques de son élaboration et de sa circulation, de la fin du xixe siècle à la fin du xxe siècle. Ce travail se montre particulièrement attentif à la manière dont les discours sur la francophonie instrumentalisent diverses conceptions du littéraire et contribuent ainsi à infléchir, encore aujourd’hui, la constitution d’une épistémologie des études littéraires francophones.

137Les conclusions proposent une vision schématique des fonctions rhétoriques des représentations mises en évidence dans les discours examinés (l’histoire, la France, la valeur littéraire, la société). Cette systématisation ambitionne de définir un nouvel ordre de problématiques : en parlant de francodoxie plutôt que de francophonie, l’auteur ébauche le cadre d’une étude socio-rhétorique de la production aussi bien doxique que théorique de la valeur symbolique et de la fonction idéologique de la littérature, « francophone » parmi d’autres.

138Adresse électronique de contact : Francois.Provenzano@ulg.ac.be

139Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Marie Klinkenberg

140Mentions institutionnelles : Université de Liège (Service de Rhétorique et sémiologie) – FNRS

141Date de commencement de la recherche : Octobre 2004

142Date de soutenance, le cas échéant : 18 avril 2008

143Composition du jury, le cas échéant : Jean-Marie Klinkenberg (promoteur), Bernard Cerquiglini (président), Benoît Denis (secrétaire), Jean-Pierre Bertrand, Michel Beniamino

Régibeau (Madeleine)

144Mots-clés : Littérature 19e siècle, Opéra italien, réception

145Langue du manuscrit : Français

146Adresse électronique de contact : mad.regibeau@ulg.ac.be

147Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Pierre Bertrand

148Mentions institutionnelles : Université de Liège (Service de Littérature française des 19e-21e siècles)

149Date de commencement de la recherche : Septembre 2013

Robert (Laurent), Georges Fourest. Une célébration de la littérature

150Mots-clés : Georges Fourest, poésie, institution littéraire, postérité, versification

151Langue du manuscrit : français

152Résumé : La thèse se veut une première étude d'ensemble de l'œuvre du poète et conteur français Georges Fourest (1864-1945). Après une étude sociographique de Georges Fourest, elle comporte une analyse de chaque ouvrage de l'auteur, selon une chronologie inversée. En effet à contre-courant des quelques études consacrées à Fourest et qui situent essentiellement le poète de La Négresse blonde dans une esthétique décadente (ou fin de siècle) indéfiniment prolongée, elle montre, à partir de l'analyse du dernier recueil, Le Géranium ovipare, à quel point Fourest a jeté sur son œuvre un regard rétrospectif, à quel point il a réfléchi à sa propre postérité, à sa situation dans l'institution littéraire et au devenir même de la littérature. Elle souligne également combien toute l'œuvre tient de la réécriture, tant ironique que laudatrice, de la littérature - du moins d'une certaine littérature. En effet, une telle célébration active, créatrice, n'est dénuée ni de clins d'œil ni d'options littéraires précises, comme en témoignent les autres livres successivement analysés. Dans la mesure où l'écriture poétique s'avère indissociable chez Fourest du travail du vers, la thèse se conclut par une relecture du corpus poétique sous l'angle de la métrique et de la versification.

153Adresse électronique de contact : laurentrobert1864@gmail.com

154Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Pierre Bertrand

155Mentions institutionnelles : Université de Liège

156Date de commencement de la recherche : 2005

157Date de soutenance, le cas échéant : 15 décembre 2009

158Composition du jury, le cas échéant : Paul Aron (ULB), Jan Baetens (KUL), Laurent Demoulin (ULg), Gérald Purnelle (ULg) [membres], Danielle Bajomée (ULg) [présidente], Jean-Pierre Bertrand (ULg) [promoteur].

Saint-Amand (Denis), Le Dictionnaire au second degré. Sociopoétique d’un détournement générique

159Mots-clés : Dictionnaire, Parodie, Littérature du XIXe siècle

160Langue du manuscrit : Français

161Adresse électronique de contact : Denis.saint-amand[a]ulg.ac.be

162Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bertrand Jean-Pierre

163Mentions institutionnelles : F.R.S.-FNRS – Université de Liège

164Date de commencement de la recherche : Octobre 2008

165Date de soutenance, le cas échéant : /

166Composition du jury, le cas échéant : /

Sindaco (Sarah), Ennui, Violence, Oubli. Le roman français de l'ère gaullienne à l'épreuve de l'histoire (1958-1974).

167Mots-clés : sociocritique, histoire culturelle, roman français XXe siècle

168Langue du manuscrit : français

169Adresse électronique de contact : sarah.sindaco@ulg.ac.be

170Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-Marie Klinkenberg & Jean-Louis Dumortier

171Mentions institutionnelles : boursière de doctorat non FRIA, Université de Liège

172Date de commencement de la recherche : octobre 2007

173Date de soutenance, le cas échéant : 19 avril 2012

174Composition du jury, le cas échéant : MM. Jean-Louis DUMORTIER (ULg, co-promoteur), Pascal DURAND (ULg, Secrétaire du jury), Jean-Marie KLINKENBERG (ULg, promoteur), Marc-Emmanuel MÉLON (ULg, Président du jury), Pierre POPOVIC (Université de Montréal) et Dominique RABATÉ (Université de Paris 7).

Stiénon (Valérie), La littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre « panoramique » (1830-1845)

175Mots-clés : Physiologie (genre littéraire) ; sociologie de la littérature ; poétique ; Balzac ; épistémologie.

176Langue du manuscrit : français.

177Résumé : Consacrée aux Physiologies, un ensemble d’environ cent trente textes illustrés de petit format dont la parution est concentrée sur quelques années de l’histoire culturelle française, la thèse s’emploie à penser leur inscription dans une épistémologie de la recherche en littérature, selon une méthode conciliant la démarche poéticienne avec l’étude des modes de production et de sophistication du medium en tant que dispositif esthétique et technique. En six chapitres et à l’aide de plusieurs approches – la sociologie des champs, l’analyse du discours, l’étude du discours social et l’épistémocritique –, il s’agit de resituer ce genre dans l’espace des possibles (P. Bourdieu) formels de la Monarchie de Juillet.

178Après un chapitre de contextualisation déterminant la place du paradigme physiologique par rapport à la discipline médicale expansive et au règne médiatique de la "connaissance utile", un second chapitre interroge les orientations intellectuelles qui ont infléchi l’étude de l’objet textuel en lien avec la littérature panoramique (W. Benjamin), ainsi que les raisons qui font du corpus un ensemble de productions "mineures". L’étude des modes de diffusion culturelle montre la réappropriation par la Physiologie de son opérativité sémiotique (plans symbolique et social) et logistique (plan technique), en particulier dans les représentations textuelles affichant un lectorat associé au type traité, une figure d’éditeur en entrepreneur impérieux et un illustrateur en co-énonciateur. L’étude des principaux invariants du genre s’attache ensuite à plusieurs caractéristiques récurrentes telles que le développement d’une fiction d’actualité, la structure taxinomique, le projet éditorial sériel, la composante réflexive et l’usage contre-idéologique du stéréotype.

179Le chapitre consacré aux auteurs revient sur leurs trois profils principaux, situables entre la participation aux équipes rédactionnelles du Charivari et de La Caricature, la pratique mêlée du feuilleton, du vaudeville, du roman populaire et la fondation répétée de petites feuilles politiques et littéraires. L’investissement non-exclusif de ces pratiques explique la position d’amateur souvent revendiquée dans les scénographies auctoriales. Un positionnement de groupe se manifeste moins par l’effet d’un phénomène générationnel que par le procédé du panthéon parodique, consolidé par une intertextualité spécifique qui permet aux auteurs de s’entre-désigner en tant que "spirituels collaborateurs".

180L’avant-dernier chapitre développe une lecture discursive du laboratoire des identités d’auteurs. La cohésion éditoriale favorise les stratégies de distinction chez des auteurs désireux de particulariser leur contribution à une production surcodée et de recréer, entre petits, les valeurs de l’originalité portées au même moment par la littérature reconnue. L’identité discursive du physiologiste repose sur des scénographies déceptives qui vont au-delà d’un effet dysphorique de lecture et concernent l’économie du dispositif d’énonciation. Le sixième chapitre examine le projet de textualisation du social qui rapproche la Physiologie de l’émergence de certaines formes de proto-sociologie. Les représentations de la vie littéraire sont l’occasion d’observer la fabrique de la consécration dans le champ littéraire français des années 1840-1842 et montrent que le traitement de la référence littéraire se double d’une valorisation par la négative permise par la comparaison qui disqualifie, la référence secondaire qui déclasse, la caricature écrite et le pastiche satirique.

181La thèse a eu pour objectif de penser cet objet atypique comme sujet de recherche littéraire et de recherche en littérature. Non seulement le genre parle (de) la littérature et représente le monde littéraire, mais il constitue lui-même un dispositif formel qui a eu des effets dans le champ et il développe des scénarios, des identités et des figures énonciatives qui constituent la richesse d’une littérature en train de se faire et de se dire.

182Adresse électronique de contact : V.Stienon@ulg.ac.be

183Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Prof. Bertrand Jean-Pierre

184Mentions institutionnelles : Aspirante du FNRS – Université de Liège

185Date de commencement de la recherche : 01/10/2007

186Date de soutenance, le cas échéant : 07/02/2011

187Composition du jury, le cas échéant : José-Luis Diaz (Paris VII) ; Nathalie Preiss (Université de Reims) ; Danielle Bajomée (ULg) ; Pascal Durand (ULg) ; Jean-Pierre Bertrand (ULg)

En Belgique néerlandophone

Absillis (Kevin), Literaire kwaliteit uit Arm Vlaanderen. Uitgeverij A. Manteau en de verzelfstandiging van het literaire veld, 1932-1971 (2008)

188Kernwoorden : uitgeverijonderzoek (P. Bourdieu, P. Casanova, G. Sapiro), Nederlandse en Vlaamse literatuurgeschiedenis van de 19de en 20ste eeuw, nationalism studies (Vlaamse Beweging)

189Taal van het manuscript : Nederlands

190Samenvatting : ‘Vechten tegen de bierkaai’, zo vatte Angèle Manteau haar carrière samen. Van dat gevecht brengt dit boek verslag uit, van 1932, toen Manteau als nauwelijks meerderjarig Franssprekend meisje in Brussel Nederlandse boeken begon te importeren, tot 1970, toen ze zich terugtrok uit de zaak die ze intussen had uitgebouwd tot het meest prestigieuze uitgevershuis in Vlaanderen.

191Laverend tussen Vlaamse Beweging, kerk en loge trotseerde Angèle Manteau economische crisissen, een wereldoorlog en de zogeheten repressie. Ze beleefde de opkomst van nozems, provo’s en hippies, en promootte het gedrukte woord in een tijd waarin radio en film, en later televisie en rock & roll de massa in extase brachten. En met zowat iedere uitdaging wist de uitgeefster wel raad, behalve met een hardnekkige vloek die Vlaanderen over zich had afgeroepen en die de Nederlandse concurrentie een onaantastbaar monopolie op literaire kwaliteit gaf.

192Meer nog dan een bedrijfsgeschiedenis of een literatuurstudie is dit een verhaal over hoe Vlaanderen modern werd, van de grote depressie tot de golden sixties. Met de vindingrijke directrice van de firma A. Manteau aan het hoofd van een bonte stoet personages: Hugo Claus, Françoise Sagan, Louis Paul Boon, J.R.R. Tolkien, Annie M.G. Schmidt, Willem Elsschot, Curzio Malaparte, Jef Geeraerts, Gerard Walschap, Jos Vandeloo, Ward Ruyslinck, Jeroen Brouwers, Julien Weverbergh, Walter van den Broeck, Pjeroo Roobjee en nog zeer, zeer vele anderen.

193Emailadres van de contactpersoon : kevin.absillis@ua.ac.be

194Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Humbeeck Kris

195Institutionele affiliatie : Universiteit Antwerpen

196Startdatum onderzoek : 1 januari 2004

197Datum van de verdediging (indien gekend) : 27 mei 2008

198Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Kris Humbeeck (UA, promotor), Georges Wildemeersch (UA, voorzitter), Dirk De Geest (KULeuven), Anne-Marie Musschoot (UGent), Bart Vervaeck (UGent), Geert Buelens (Universiteit Utrecht), Marnix Beyen (UA)

Azadibougar (Omid), The Infant Genre of a Teenage Nation: Towards a Theory of the Persian Novel (working title)

199Kernwoorden (maximum 5): Persian novel, English novel, peripheral aesthetics, novelistic epistemology.

200Taal van het manuscript: English

201Samenvatting (optioneel, maximum 20 regels): My research starts off with a simple but significant question: Why isn’t the Novel a/the dominant genre in the Persian literary system? What does this signify? In order to answer this question, I am doing a comparative (English vs. Persian) analysis of the socio-cultural history of the novel to conceptually re-examine the Persian novel in terms of contextual functional equivalence. I aim to develop a theory of the Persian novel, descriptive or prescriptive, as a “modern” discourse critiquing culture and society. From a Western point of view, the Persian novel is utterly anachronistic; it is produced in the absence of material, literary, religious, and socio-cultural conditions which had, in the first place, led to the production of the English novel, and it participates in structures that it was meant to counter.

202If we establish that the novel was imported into the Persian literary system, the problem will be for it to become an authentic product informed by fundamental contextual cultural forces and to transcend its initial imitativeness, on the one hand, and to be accepted as “novel” on the global literary stage by properly establishing its relationality with dominant hegemonic literary systems, on the other. As such, and distancing ourselves from Eurocentric notions of the Novel: how can we develop a contextualized textual/literary aesthetic without stumbling into retrograde nationalism, and without resorting to a naive Third Worldist ideology based on a negative identitarian relationship with hegemonic systems? What subversive measures and literary forms could make literary identity and prestige possible in a marginal inauthentic un-positioned hybrid culture? And, if the novel embodies cultural discontinuity and inauthenticity, (how) can it retain or resuscitate cultural continuity and/or genuineness? Any adequate response needs to take these issues into account to seriously engage the problem of the Persian novel.

203Emailadres van de contactpersoon: omid.azadi@arts.kuleuven.be/ oazadib@gmail.com

204Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek: Prof. Dr. Ortwin de Graef

205Institutionele affiliatie: Leuven University

206Startdatum onderzoek: November 2008

207Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend): Prof. Ortwin de Graef (Leuven), Prof. Helge Daniels (Leuven), Prof. Christine van Ruymbeke (Cambridge).

Bollen (Katrien), Underground or Six Feet Under? A Case-Study of the Unbearables’ Poetic Terrorism in Downtown New York (1985-2008) [werktitel]

208Kernwoorden : The Unbearables – Hakim Bey - Temporary Autonomous Zone – Bourdieu – New York – performance poetry

209Taal van het manuscript : Engels

210Emailadres van de contactpersoon : Katrien.Bollen@UGent.be

211Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Kristiaan Versluys en Bart Keunen

212Institutionele affiliatie : Universiteit Gent

213Startdatum onderzoek : 14 september 2007

214Datum van de verdediging (indien gekend) : /

215Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : /

Bru (Sascha), Writing on Water. Notes on the Literature and Politics of the Historical Avant-Gardes

216Kernwoorden (maximum 5): Literatuur, politiek, democratie, literatuurtheorie

217Taal van het manuscript: Engels

218Emailadres van de contactpersoon: sascha.bru@gmail.com

219Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek: Keunen, Bart

220Institutionele affiliatie: Universiteit Gent

221Startdatum onderzoek: 1 febr. 2001

222Datum van de verdediging (indien gekend): 6 dec. 2006

223Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend): Peter Nicholls (New York University), Michel Delville (Université de Liège), Kris Humbeeck (Universiteit Antwerpen), Jurgen Pieters (Universiteit Gent).

Codde (Philippe), “Born into this Nightmare”: The French Existentialist Repertoire in the Post-World War II Jewish American Novel. A Polysystemic and Text-Sociological Approach

224Kernwoorden : Jewish American Novel, Existentialism, Holocaust

225Taal van het manuscript : Engels

226Emailadres van de contactpersoon : Philippe.Codde@ugent.be

227Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Versluys Kristiaan en Keunen Bart

228Institutionele affiliatie : Universiteit Gent

229Startdatum onderzoek : /

230Datum van de verdediging (indien gekend) : 21 januari 2005

231Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : S. Lillian Kremer, Derek Rubin, Gert Buelens

De Coux (Johanna), ‘Nieuwe vormen van authenticiteit? Autobiografisch schrijven in de Nederlandstalige letteren na 1995’ [werktitel]

232Kernwoorden : autobiografisch schrijven, mediatisering, discoursanalyse, discursief ethos, posture

233Taal van het manuscript : Nederlands

234Samenvatting (optioneel, maximum 20 regels): In de Nederlandstalige literatuur na 1945 is het autobiografische schrijven weinig onderzocht. Nochtans kent dat schrijven met de mediatisering van de literatuur vanaf 1985 en de verwatering van het postmodernisme vanaf 1995 een grote bloei en diversificatie. In dit onderzoeksproject worden naast de klassieke autobiografie ook de pseudo-autobiografie, de autobiografische roman en de autofictie onderscheiden. In deze (sub)genres worden de voorschriften van de klassieke autobiografie - bv. de drie-eenheid auteur-verteller-hoofdpersonage en de feitelijkheid - op uiteenlopende wijzen overtreden. De hypothese is dan ook dat verschillende vormen van autobiografisch schrijven van verschillende authenticiteitsclaims uitgaan. Het begrip authenticiteit refereert aan de waarachtigheid (ook vraisemblance en vérité du dire) van het beeld dat de autobiograaf van (de ontwikkeling van) zijn persoonlijkheid oproept. In de discoursanalytische theorieën van Ruth Amossy (1999) en Dominique Maingueneau (2004) wordt dit beeld het discursieve ethos van de auteur genoemd. Dit ethos wordt in kaart gebracht via een pragma-retorisch onderzoek, d.i. een onderzoek naar het effect van authenticiteit dat door tekstuele (bv. de drie-eenheid schrijver-verteller-protagonist), paratekstuele (bv. de ondertitel), extratekstuele (bv. poëticale geschriften) en contextuele strategieën (bv. mediaoptredens) wordt gecreëerd. Aangezien deze strategieën niet alleen retorisch-narratief, maar ook contextueel van aard zijn, vervangt Meizoz de strikt retorische term ethos door de ruimere posture van de auteur, een begrip dat “la dimension rhétorique (textuelle) et actionnelle (contextuelle)” omvat (2007: 17). De onderzoeksvraag is op welke wijze de tekstuele, paratekstuele, extratekstuele en contextuele strategieën vanaf 1995 veranderd zijn.

235Emailadres van de contactpersoon : Johanna.De.Coux@vub.ac.be

236Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Vandevoorde, Hans (promotor), Vervaeck, Bart (copromotor) en Martens, Gunther (copromotor)

237Institutionele affiliatie : Vrije Universiteit Brussel

238Startdatum onderzoek : 1 oktober 2009

239Datum van de verdediging (indien gekend) : /

240Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Prof. dr. Hans Vandevoorde, prof. dr. Bart Vervaeck en prof. dr. Gunther Martens

Floris (Bernard), The Beats of the Pen. Social Contexts of Reading and Writing Poetry in Eleventh-Century Byzantium

241Kernwoorden : Byzantijnse literatuur, poëzie, leespraktijken

242Taal van het manuscript : Engels

243Samenvatting : Deze thesis onderzoekt de productie en lectuur van poëzie als sociale en culturele praktijken in een historische context. Eerst wordt een conceptueel kader geschetst waarin in de Byzantijnse elfde eeuw deze praktijken geplaatst werden, waarbij vastgesteld wordt dat begrippen als ‘poëzie’ en ‘dichter’ geen op zichzelf staande esthetische categorieën aanduiden, maar gezien werden als activiteiten eigen aan de ‘intellectueel’ (logios). De studie naar leespraktijken komt tot de conclusie dat poëzie op vluchtige media circuleerde, binnen cirkels van intellectuele vrienden. Het tweede deel van de thesis verbindt deze vaststellingen met de sociologische achtergrond van de productie van poëzie. Belangrijk hierbij zijn de fenomenen van competitie, en de controle en consecratie door de ‘peer-group’. Deze intellectuele controlemechanismen, die al van bij het onderwijs in gang worden gezet, bakenen een elite van dichter-beambten af. Gedichten kunnen ook gezien worden als elementen in een netwerk van diensten. Een belangrijk discours hierbij is het ‘geschenk van woorden’, dat toelaat om de uitwisseling van literatuur tegen diensten te zien als een gedesinteresseerde praktijk.

244Emailadres van de contactpersoon : floris.bernard@ugent.be

245Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Demoen Kristoffel

246Institutionele affiliatie : Universiteit Gent

247Startdatum onderzoek : 01-01-2006

248Datum van de verdediging (indien gekend) : 19-03-2010

249Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Michael Jeffreys, Marc Lauxtermann, Wolfram Hörandner, Gunnar De Boel, Wim Verbaal

Gonne (Maud), » Mon hard labour à moi ». Traduction ou recyclage culturel ? Le rôle médiateur de Georges Eekhoud au tournant du vingtième siècle

250Mots-clés : Georges Eekhoud, Belle Époque, Belgique, médiateur, réseaux, bilingue, relations littéraires, transferts, traductions, recyclage, chroniques, feuilletons, hybridité, stratégies, cultures nationales, frontières, processus, sociologie de la traduction.

251Langue du manuscrit : français

252Résumé :
À la fin du XIXe siècle, la formation d’identités nationales n’implique pas pour autant la cessation d’interactions culturelles internationales. Au contraire, des recherches récentes (Middell 2000 ; Leerssen 2006, 2012, 2014) ont démontré que l’affirmation de cultures nationales a été accompagnée par une intensification d’échanges intra- et internationaux, dans les domaines de l’art et de la littérature, qui ont veillé à la reconnaissance des cultures émergentes. Ces échanges, ou transferts culturels, ont été pris en charge par une poignée de médiateurs interculturels qui, en « manipulant » les discours au-delà des frontières (linguistiques, nationales, artistiques), ont joué un rôle proéminent dans le processus de production et de diffusion de représentations culturelles (D’hulst et al 2014). En dépit de leur rôle crucial dans l’organisation de la vie littéraire et artistique, cette catégorie d’acteurs a longtemps été mise à l’écart par les historiens littéraires et culturels. En effet, actifs aux carrefours des langues, des nations, des arts et des cultures, les médiateurs ont échappé aux cadres méthodologiques et théoriques mono-disciplinaires qui fixent traditionnellement les individus dans des cadres nationaux, artistiques ou linguistiques peu perméables. Dans cette optique et répondant au besoin croissant de développer une historiographie (des pratiques) interculturelle en Belgique (Meylaerts 2004 ; D’hulst 2012 ; Verschaffel 2008), cette étude s’est attelée au rôle médiateur joué par un acteur interculturel belge entre Paris, Anvers et Bruxelles en relation avec la construction de cultures (post-) nationales : Georges Eekhoud (1854-1927). En appliquant un regard nouveau sur cet acteur bien connu de l’historiographie littéraire belge, c’est-à-dire en adoptant la perspective souple du médiateur (Meylaerts et al 2016), en le « suivant » dans ses micro-réseaux (Buzelin 2005) et en laissant « les frontières se manifester d’elles-mêmes » (Latour 2007 ; Pym 2007), nous avons été confrontés à un ensemble d’activités de transfert et de rôles inattendus, particulièrement pertinents pour la compréhension des mécanismes interculturels et identitaires en Belgique durant la Belle Époque et, par extension, dans les cultures hétérogènes et multilingues. Contrairement à l’image traditionnelle, le quotidien d’écrivain de Georges Eekhoud, apparaît comme une constellation de rôles et de pratiques multilingues interconnectés, touchant aux circuits littéraires, critiques et populaires et franchissant constamment les « barrières » linguistiques, artistiques et nationales (auteur, traducteur, feuilletoniste bilingue, critique artistique et littéraire plurilingue, correspondant étranger, etc.). Via ces différents rôles et l’entretien quotidien d’un large réseau d’écrivains et d’artistes, Georges Eekhoud semble avoir tiré un profit maximum de l’hétérogénéité culturelle et linguistique de l’espace belge pour pouvoir « vivre de sa plume ». En tant que chroniqueur et feuilletoniste bilingue, Eekhoud a largement fait usage de ce que nous avons appelé le « recyclage culturel ». Il a en effet « recyclé » sur différentes plateformes (revues anversoises, bruxelloises, amstellodamoises et parisiennes, roman-feuilletons patriotiques), en français et en néerlandais, une sélection artistique, littéraire, historique et « patriotique » belge limitée au pays flamand (et à la langue flamande). Le genre peu régulé du roman-feuilleton est apparu comme un espace de réutilisation, de recyclage et de validation des circuits critique et romanesque : un laboratoire où Eekhoud superpose différentes techniques de transfert (traduction, adaptation, plagiat, écriture collaborative bilingue) et expérimente, dans un brassage de genres, de langues et d’œuvres (inter-) nationales (ex. Grimmelshausen), de nouveaux thèmes et de nouvelles pratiques littéraires qui, via l’auto-plagiat, interfèrent directement avec sa production prestigieuse et « parisienne », participant ainsi à l’innovation dans les répertoires littéraires nationaux. En envisageant ces modalités inédites de transferts et « histoires croisées » sur trois niveaux interconnectés, qui semblent bien souvent s’opposer (cfr. micro-réseaux impliqués dans le transfert, formes du transfert et stratégies de transfert), nous avons décelé une dynamique culturelle paradoxale et difficilement prédictible.

253Afin de transférer une sélection « patriotique » flamande sans compromettre sa position centrale entre et au sein de plusieurs réseaux nationaux et internationaux, Eekhoud a fait usage de stratégies de médiation discursives pour insérer ses discours tour à tour dans un ensemble patriotique belge (cfr. « l’Âme belge »), dans un ensemble culturel flamingant (la Flandre comme ensemble néerlandophone homogène), dans un ensemble artistique pan- néerlandais (la Flandre comme partie des anciens Pays-Bas) ou dans un discours « parisien » qui voyait alors dans la thématique flamande la particularité étrangéisante belge (cfr. Mythe nordique). Entre discours homogénéisant et procédé hétérogénéisant, entre traduction et original, entre français et flamand, la production d’Eekhoud s’est avérée foncièrement hybride, portant les traces des relations et du processus de médiation qui la mènent à exister ainsi que de l’intériorisation complexe, dans le chef de l’écrivain, de sa position « entre » les groupes et de ses agissements « au-delà » des frontières (cfr. habitus interculturel).

254Ces constatations sur la trajectoire culturelle et littéraire de Georges Eekhoud impliquent toute une série de pistes de réflexion concernant les relations entre littératures flamande et francophone en Belgique pendant la « Belle Époque ». En effet, une étude orientée vers le processus de transfert culturel nous a démontré que ces interactions étaient beaucoup plus directes (via l’écriture-traduction simultanée, le plagiat, etc.) et pragmatiques (motifs commerciaux, collaboration) que l’on a tendance à l’imaginer. Les mises en relation de certains micro-réseaux, de certaines activités, de certains genres et certaines langues sont ensuite apparues comme plus facilement réalisables que d’autres, révélant la place des « frontières » dans certaines combinaisons plutôt que dans la seule transgression linguistique ou nationale. Nous avons finalement pu redéfinir le médiateur culturel comme celui qui assume simultanément différents rôles, qui occupe une place stratégique entre et au sein de plusieurs réseaux, qui transforme les produits et textes qu’il est censé rapporter, et qui bloque, sélectionne et manipule les représentations culturelles selon des objectifs individuels et collectifs et de nombreuses contraintes. Le médiateur n’invalide pas les frontières qu’il transgresse, il les utilise, les déplace, les spécifie, les définit en plaçant une langue ou une culture source d’un côté et une langue ou une culture cible de l’autre et en produisant des discours culturels homogénéisants instables qui, à la fois, légitiment sa position intermédiaire et témoignent d’une perception et d’une instrumentalisation complexes du contexte socioculturel et sociolinguistique dans lequel il agit.

255Adresse électronique de contact : maud.gonne@arts.kuleuven.be

256Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Reine Meylaerts (prom.), Lieven D’hulst (co-prom.), Tom Verschaffel (co-prom.)

257Mentions institutionnelles :

258Date de commencement de la recherche : 20 octobre 2011

259Date de soutenance, le cas échéant : 29 septembre 2015

260Composition du jury, le cas échéant : L. D’hulst (KU Leuven), J.-M. Klinkenberg (ULg), R. Meylaerts (KU Leuven), A. Pym (Rovira i Virgili University), T. Verschaffel (KU Leuven).

Kotrlá (Štĕpánka), GENDER, CULTURELE IDENTITEIT EN GLOBALISATIE. Het discours van Vlaamse en Tsjechische vrouwenbladen in dynamisch perspectief

261Kernwoorden : Gender, Identiteit, Globalisatie

262Taal van het manuscript : Nederlands

263Samenvatting : Het doel van het onderzoek is na te gaan welke genderspecifieke elementen geïdentificeerd kunnen worden bij hedendaagse Vlaamse en Tsjechische media en hoe cultuurspecifiek ze zijn.

264Het project richt zich naar de nationale vrouwenbladen: voor Vlaanderen is dat het weekblad Libelle en het maandblad evita en voor Tsjechië hun tegenhangers Vlasta en Puls. Bij de keuze van de tijdschriften was niet enkel het parallellisme belangrijk (doelpubliek, periodiciteit, en bestaansduur) maar ook de overkoepelende uitgeversmaatschappij. De vier vermelde tijdschriften worden immers alle uitgegeven door de Finse communicatiegroep SanomaWSOY, die de periodieken toelaat een nationale eigenheid te behouden.

265Het empirische luik van het onderzoek houdt de vergelijking van vier vrouwentijdschriften in over een periode van een volledig jaar (2008). Daarnaast wordt het onderzoeksmateriaal geconfronteerd met de resultaten van een bijkomende historische steekproef bij de tijdschriften Libelle en Vlasta om de historische relativiteit van culturele identiteit scherp te stellen.

266Emailadres van de contactpersoon : stepanka.kotrla@hogent.be

267Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Keunen Bart

268Institutionele affiliatie : Hogeschool Gent - UGent

269Startdatum onderzoek : september 2007

270Datum van de verdediging (indien gekend) : ergens in 2013

271Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Bart Keunen, Piet Van Poucke, Eric Metz, Chia Longman

Vandemeulebroucke (Karen), Les itinéraires d’une poésie émergente à travers deux revues littéraires belges (1850-1900)

272Kernwoorden: literatuur in België (19e eeuw), poëzie, literaire tijdschriften, discoursanalyse

273Taal van het manuscript: Frans

274Samenvatting: This thesis focuses on the origins of the new Belgian poetical repertoire which emerged during the second half of the nineteenth century. It analyses closely two Belgian-francophone literary periodicals, the Revue de Belgique (1869-1890) and La Jeune Belgique (1881-1897). It offers a reconstruction of the literary-critical conceptualization and principal thematic and prosodic features of Belgian-francophone poetry during its foundational period, as well as an analysis of the origins and forms of poetical ethos. These different levels are associated with the striving for intra- and international legitimacy for Belgian poethood at a time in which this legitimacy is experienced as insecure and even problematic, within the young nation (regarding Flanders) as well as outside its frontiers (mainly regarding France).

275By examining the lesser-known actors and poets populating the literary midfield during a period of transition (the period between the Romantic Movement and the fin-de-siècle, which has remained to a large extent unexplored), traditional perspectives on Belgian poetry are adjusted. The part these poets played in history appears to have been much more substantial than has previously been assumed: they were the actual – but ignored – pioneers of a new poetic system who paved the road for the following generations of the three great icons: Maeterlinck, Rodenbach and Verhaeren.

276E-mailadres van de contactpersoon: Karen.Vandemeulebroucke[at]kuleuven-kortrijk.be

277Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek: D’hulst Lieven

278Institutionele affiliatie: Katholieke Universiteit Leuven

279Startdatum onderzoek: 01/10/2004

280Datum van de verdediging: 21/01/2011

281Samenstelling van de jury:

282Prof. Dr. Lieven D’hulst (Katholieke Universiteit Leuven), Prof. Dr. Piet Desmet (Katholieke Universiteit Leuven), Prof. Dr. Jean-Yves Masson (Université de Paris-Sorbonne), Prof. Dr. Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège), Prof. Dr. Jan Herman (Katholieke Universiteit Leuven), Prof. Dr. Reine Meylaerts (Katholieke Universiteit Leuven).

Vanmol (Aleide), L’imaginaire nobiliaire dans la littérature française de la première moitié du XXe siècle. 

283Mots-clés : littérature française (XXe siècle), noblesse, analyse des textes, étude sociohistorique

284Langue du manuscrit : Français

285Résumé : Si la noblesse a été relativement bien étudiée en sociologie et en histoire (entre autres par Bourdieu, De Saint Martin, Mension-Rigau, et De Neroni), l’imaginaire nobiliaire de la littérature moderne reste encore méconnu, même si la littérature européenne de la première moitié du XXe siècle semble marquée en profondeur par le paradigme de cette classe sociale.

286Le propos de cette thèse est d’étudier l’imaginaire nobiliaire dans la littérature d’écrivains appartenant à la noblesse française et ayant connu de grands succès pendant l’entre-deux-guerres. Le corpus se composera d’écrivains français de (petite) noblesse, comme Henry de Montherlant, Jean de La Varende, Alphonse de Châteaubriant et Jean d’Esme. Ainsi, le corpus rassemble des écrivains peu étudiés, parfois même complètement oubliés : des écrivains qui n’ont jamais été envisagés ensemble. Il sera intéressant d’étudier leur positionnement dans le paysage littéraire et social de leur temps, notamment dans la façon dont ils mobilisent le référent « noblesse ».

287Enfin, l’originalité du projet repose sur l’étude conjointe d’œuvres qui relèvent de positionnements différents, au départ d’un référent socio-identitaire commun. Il s’agira d’une recherche qui combine de façon effective l’analyse des textes avec une étude sociohistorique des pratiques littéraires effectives, en combinant à la recherche littéraire et à l’analyse du discours des apports de la sociologie et de l’histoire.

288Adresse électronique de contact: aleide.vanmol@arts.kuleuven.be

289Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche: Prof. dr. David Martens

290Mentions institutionnelles: KU Leuven & MDRN

291Date de commencement de la recherche: octobre 2012

Van Nuijs (Laurence), Critique littéraire communiste en Belgique (1944-1956): le cas du Drapeau Rouge et du Rode Vaan

292Kernwoorden : literatuur in België (Franstalig en Nederlandstalig, 20ste eeuw), communisme en literatuur, literaire kritiek, canonvorming, discoursanalyse

293Taal van het manuscript : Frans

294Samenvatting : Critique littéraire communiste en Belgique. Le cas du Drapeau Rouge et du Rode Vaan (1944-1956) examine l'existence en Belgique d'un phénomène littéraire international, à savoir celui du « réalisme socialiste » ou d'une esthétique littéraire communiste. Cette question est abordée à partir de l'analyse systématique (fondée principalement sur l'approche sociocritique de Marc Angenot) d’un corpus de textes où cette conception littéraire s’exprime de manière privilégiée: les rubriques culturelles des journaux quotidiens officiels du Parti communiste de Belgique, le Drapeau Rouge et le Rode Vaan. Plusieurs problématiques centrales orientent l’examen de ce corpus, et permettent la comparaison entre les deux journaux: celles de la nation, du canon littéraire, de l'histoire littéraire et de l'interaction entre autonomie et hétéronomie.

295Résumé détaillé (en néerlandais) et table des matières: https://lirias.kuleuven.be/​handle/​123456789/​248345

296Emailadres van de contactpersoon : laurencevannuijs@hotmail.com

297Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Baetens, Jan

298Institutionele affiliatie : Katholieke Universiteit Leuven

299Startdatum onderzoek : 1 oktober 2005

300Datum van de verdediging (indien gekend) : 8 januari 2010

301Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Dirk De Geest (Katholieke Universiteit Leuven), Reinhilde Meylaerts (Katholieke Universiteit Leuven), Paul Aron (Université Libre de Bruxelles), Arthur Langeveld (Universiteit Utrecht)

Verraest (Sofie), “Stedenbouwkundig ontwerp en narratieve chronotopen in de naoorlogse roman. Een vergelijkend onderzoek van urbanistische visies in literaire en stedenbouwkundige discoursen.”

302Kernwoorden : Chronotoop, urbanisme, ruimte, narrativiteit, cognitieve perceptie

303Taal van het manuscript : Nederlands

304Samenvatting : In het licht van de “narrative turn” in de humane en sociale wetenschappen (MacIntyre, Rorty, White, Herman, Nussbaum, etc.), focust mijn onderzoek op de manier waarop de naoorlogse westerling narratief vormgeeft aan de moderne stedelijkheid. Het gaat daarbij niet alleen om de spontane perceptie en de interpretatieve blik van de gemiddelde stedeling, maar ook om de projectieve blik van ontwerpers, planologen en (landschaps)architecten. Ik stel me voornamelijk de vraag hoe cultuurspecifieke denkpatronen onze mentale vormgeving van stedelijke landschappen kunnen beïnvloeden. Welke cognitieve constanten zijn aan het werk in onze perceptie van de bestaande (of projectie van een toekomstige) stadsruimte? En in hoeverre zijn die narratief van aard? Op een multidisciplinaire manier onderzoek ik stadspercepties in zowel fictie als non-fictie: ruimtevisies uit naoorlogse romans worden geconfronteerd met de toekomstdromen van architecten en urbanisten. Methodologisch beroep ik me op het concept van de “chronotoop” van de Russische literatuurtheoreticus Mikhail Bachtin (1937-1938). Met die term duid ik de spatiotemporele constructies van onze narratieve verbeelding aan. Zoals ook uit cognitieve hoek steeds duidelijker blijkt (bv. Barletts “geheugenschema”, narratologisch gebruikt door Herman 1962, Keunen 1999), gaat perceptie immers onvermijdelijk gepaard met evaluatie. Ons beeld van een landschap bestaat niet alleen uit zijn materiële eigenheid, maar ook uit de waarden die onze herinneringen, affecten en ideologische ingesteldheid daaraan toevoegen. Hierdoor ‘brengen we het beeld in beweging’, d.i. we voegen tijd (chronos) aan ruimte (topos) toe: er ontstaat een narratieve chrono-toop.

305Emailadres van de contactpersoon : sofie.verraest@ugent.be

306Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Promotor: Prof. Dr. Bart Keunen ; copromotor Prof. Dr. Pieter Uyttenhove.

307Institutionele affiliatie : Universiteit Gent, Vakgroep Algemene en Vergelijkende Literatuurwetenschap. GUST (Ghent Urban Studies Team: www.gust.ugent.be).

308Startdatum onderzoek : 1 oktober 2009

309Datum van de verdediging (indien gekend) : /

310Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : Prof. Dr. Bart Keunen (promotor), Prof. Dr. Pieter Uyttenhove (co-promotor), Prof. Dr. Bart Eeckhout (Universiteit Antwerpen), Prof. Dr. Kristiaan Versluys (Universiteit Gent).

Willem (Guillaume), Les entretiens d'écrivain : étude du genre et de ses mutations médiologiques

311Mots-clés : Littérature francophone (xxe-xxie siècles), entretien d’écrivain, médias, genre, analyse du discours, médiologie

312Langue du manuscrit : Français

313Résumé : Ce projet consacré à l’entretien d’écrivain se concentre sur des documents – écrits, audio et audiovisuels – de forme dialogale, dans lesquels l’une des voix appartient à un écrivain (francophone). Il s’agit de discerner et d’analyser la façon dont les innovations médiatiques qui s’y jouent ont transformé le genre de l’entretien tel qu’il est pratiqué en contexte littéraire.

314Parce qu’il se focalise en priorité sur les aspects générique et médiatique, ce projet relève de la théorie littéraire aussi bien que des études médiatiques. Plus précisément, la définition de concepts-clés comme ceux d’auteur, de genre, de texte ou de littérarité requiert d’envisager de multiples paramètres, comme la nature du signe, la manière de produire celui-ci, le fonctionnement du discours, le cadre socio-historique dans lequel ce dernier s’inscrit et les effets singuliers qu’il engendre. D’autre part, le rôle charnière de la médiation dans l'entretien d'écrivain justifie une approche médiologique de l'objet. Celle-ci vise à rendre compte de l’avènement de l'entretien et de sa forme en accordant une attention spécifique aux conditions techniques et contextuelles de cette production.

315Adresse électronique de contact : guillaume.willem@arts.kuleuven.be

316Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : David Martens, Myriam Watthee-Delmotte

317Mentions institutionnelles : KU Leuven (MDRN) – UCL

318Date de commencement de la recherche : 01/10/2012

Xhonneux (Lies), Multiple Identifications in the Writings of Rebecca Brown (werktitel)

319Kernwoorden : Rebecca Brown, identiteitsconstructie, identificatie

320Taal van het manuscript : Engels

321Samenvatting : In het werk van Rebecca Brown (°1956), een Amerikaanse lesbische schrijfster die tot nog toe opvallend weinig academische aandacht heeft gekregen, speelt identiteitsconstructie een belangrijke rol. Dit maakt Browns oeuvre een interessant testlabo voor Richard Rorty's claim dat literatuur de belangrijkste manier is om met nieuwe sociale theorieën te experimenteren. In literatuur ontmoeten we immers een brede waaier aan medemensen, inclusief die "abjecten" die ons doen beseffen dat we ons idee van "het menselijke" moeten uitbreiden om ook hen hierbinnen op te nemen. Daarbij komt dat de literaire kritiek zich al gedurende geruime tijd beroept op theorieën over de sociale constructie van identiteiten. Recent zijn er verschuivingen teweeggebracht door critici die de notie "identiteit" willen vervangen door "identificatie", een dynamischer begrip dat de rol van socialisatie onderstreept. Sociale theorieën rond identificatie hebben baat bij literatuur die identificatieprocessen exploreert en tastbaar maakt, zoals Browns oeuvre. Mijn onderzoek bestaat uit twee onderdelen: ten eerste een thematische analyse van de manier waarop identificatie plaatsvindt op (1) het sociale, (2) het historische, en (3) het fysieke domein; en ten tweede een vormelijke analyse van Browns minimalisme, met aandacht voor de identificatie van de lezer met personages, en de mogelijkheden die een dergelijke identificatie schept met betrekking tot solidariteit in de extra-literaire wereld.

322Emailadres van de contactpersoon : Lies.Xhonneux@ua.ac.be

323Naam en voornaam van de promotor(en) van het onderzoek : Eeckhout Bart

324Institutionele affiliatie : Universiteit Antwerpen

325Startdatum onderzoek : 01/10/2009

326Datum van de verdediging (indien gekend) : /

327Samenstelling van de jury of de doctoraatsbegeleidingscommissie (indien gekend) : /

En France

Amilitou (Eftychia), L’écrivain et le camelot. Enjeux d’une littérature de presse dans les « romans athéniens » (1913-1945) de Grigorios Xénopoulos

328Mots-clés : Grigorios Xénopoulos, Littérature grecque moderne XIXe-XXe siècles, presse et littérature, analyse du discours littéraire, écrivain dans la littérature, Athènes dans la littérature.

329Langue du manuscrit : français

330Résumé : Ce travail a pour objectif la mise en évidence des interférences entre la presse et la littérature. En étudiant les « romans athéniens » de Grigorios Xénopoulos, publiés en feuilleton entre 1913 et 1945 dans la presse athénienne, nous examinons le champ littéraire et journalistique grec depuis la fin du XIXe siècle et jusqu’à la deuxième guerre mondiale, la description de l’espace urbain (Athènes) et la présence de l’interdiscours dans les romans. Nous traitons le corpus dans l’optique d’une littérature de presse, médiatique et largement accessible. Enfin, dans le sillage de l’analyse du discours et particulièrement de la nouvelle rhétorique, nous examinons la dimension argumentative des textes et l’image de l’auteur dans la fiction, telle qu’elle est perçue notamment à travers le réseau intertextuel.

331Adresse électronique de contact : eftychia.amilitou@orange.fr

332Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : HAMON, Philippe, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

333Mentions institutionnelles : enseignante à l’université Nice-Sophia Antipolis, UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines, Section de Grec Moderne

334Date de commencement de la recherche : 1998 (DEA)

335Date de soutenance, le cas échéant : 19.11.2011

336Composition du jury, le cas échéant : Mme Marie-Ève Thérenty, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3 ; Mme Sophie Vassilaki, Professeur, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) ; M. René Bouchet, Professeur, Université Nice-Sophia Antipolis ; M. Alain Pagès, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 ; M. Alain Vaillant, Professeur, Université Paris Ouest-Nanterre la Défense.

Arbeval (Mathias), Ethnocritique de La Peau de Chagrin d’Honoré de Balzac

337Mots-clés : Littérature, Ethnologie, Anthropologie culturelle, Ethnocritique, Polyphonie Sociocritique

338Langue du manuscrit : français

339Ce projet est issu d'un double constat : premièrement, l’appel de Jean Marie Privat et Marie Scarpa pour une ethnologie de la littérature promet un champ d’investigations qui ne s’est jamais étendu à l’adaptation filmique d’œuvres littéraires. Aussi, il reste à étudier la polyphonie et l’hybridité des adaptations filmiques des romans modernes et contemporains dans l’examen des interactions mutuelles des théories de l’image et des concepts littéraires. L’avènement de cette torsion du texte sur lui-même par l’image, cette anthropologie de la création, véritable “archéologie des sciences humaines” et porteuse de tant de promesses annoncée par Michel Foucault est encore en devenir. Elle remet l’ethnologie au centre de la réflexion littéraire et assure la nouvelle prédominance des sciences humaines et de l’image dans la poétique des textes.

340Deuxièmement, les trente dernières années qui viennent de s’achever ont vu la critique littéraire s’emparer du cinéma et l’ekphrasis s’étendre à l’image mouvement et même à la photographie. L’image est devenue le nouveau paradigme de lecture et d’interprétation. Le champ critique cinématographique son logos et ses topos de figuration, défiguration, visibilité se sont ajoutés dans la démarche heuristique aux théories littéraires car la lecture du réel ne saurait aujourd’hui se dispenser d’une appréhension de la diégèse hypermédiatique. Le texte et l’image sont devenus une seule entité hybride et polyphonique. La poétique du texte se pratique désormais par l’image qu’il offre et l’esthétique de ce reflet s’opère à travers lui. Et pour poursuivre le mouvement entrepris depuis le début des années 90, la place de l’image dans la réflexion en littérature a pris un nouvel essor. Elle se préoccupe moins de la textualisation de l’image qui considère que le cinéma ou la photographie se lisent comme un texte, que de la possibilité de l’image à conditionner dorénavant la lisibilité de l’écrit. Ainsi la recherche littéraire regarde désormais si l’image que le texte offre de lui-même, n’est pas aussi importante que le texte lui-même, et si les romans « ne réserveraient pas leurs meilleurs secrets à qui sait lire une image cinématographique » (Santino Sylvano et Gervais Bertrand, 24 images pour la théorie. L'interprétation littéraire face à l'image cinématographique : http://figura.uqam.ca/​chantiers/​24-images-pour-la-th-orie-linterpr-tation-litt-raire-face-limage-cin-matographique, le 14/04/2013).

341Adresse électronique de contact : arbevalmathias@live.fr

342Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Marie Scarpa

343Mentions institutionnelles : Université de Lorraine, Ecole doctorale Fernand Braudel, CREM

344Date de commencement de la recherche : 1/9/14

345Date de soutenance, le cas échéant : /

346Composition du jury, le cas échéant : /

Benaglia (Cecilia), Engagement de la forme, entre France et Italie/ 1945-1963.

347Mots-clés : responsabilité des écrivains, champ littéraire italo-français et circulation transnationale des procédés littéraires, défamiliarisation, littérature et idéologie, Carlo Emilio Gadda, Claude Simon, Nouveau Roman.

348Langue du manuscrit : Français.

349Résumé : Si dans le champ littéraire de l’immédiat après guerre, en France et en Italie, la notion de littérature engagée se présente comme la seule légitime, elle sera rapidement critiquée par un ensemble d’écrivains, « nouveaux entrants » et dont les œuvres s’imposent à partir des années 1950. Il s’agit d’un changement qui montre l’affirmation de nouveaux critères dans l’établissement de la valeur des œuvres littéraires, dont cette thèse se propose d’étudier les conditions de possibilité, à partir de deux cas d’étude. En adoptant une approche qui combine la théorie des champs avec une analyse des œuvres menée dans une perspective sociocritique, nous concentrons l’attention sur la production et la réception des écrivains Carlo Emilio Gadda et Claude Simon. Ces deux écrivains se situent à l’opposé de la position de l’intellectuel engagé à la fois par la conception qu’ils ont de la fonction sociale de l’œuvre et par leurs choix stylistiques, qui sont en contraste avec le principe de démocratisation de la culture qui s’impose à l’époque et qui préconise un langage clair et accessible à une grande partie du public. Il s’agira d’abord de situer leur production à l’intérieur du champ transnational italo-français, et, concernant l’œuvre de Gadda, d’éclaircir le processus de politisation qui caractérise une partie de sa réception dans les années 1950-60. Nous étudierons ensuite les modalités à travers lesquelles leurs textes incarnent ce que Roland Barthes appelait une responsabilité ou morale de la forme, en concentrant l’attention en particulier sur l’usage qu’ils font du procédé de la défamiliarisation, tel qu’il a été théorisé par les Formalistes Russes, et sur ses effets de lecture.

350Adresse électronique de contact : cecilia.benaglia@gmail.com

351Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : J. Neefs/ T. Samoyault /D. Schilling.

352Mentions institutionnelles : Université Johns Hopkins (USA, Baltimore) - Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

353Date de commencement de la recherche : septembre 2012.

354Date de soutenance, le cas échéant : printemps 2016.

355Composition du jury, le cas échéant : /

Bloomfield (Camille), L’Oulipo : histoire et sociologie d’un groupe-monde

356Mots-clés : oulipo, groupe littéraire, mouvement, archive, perec, queneau, histoire, stratégie, habitus, traduction, réception, génétique.

357Langue du manuscrit : français.

358Résumé : A partir du fonds d'archives déposé par l'Ouvroir de Littérature potentielle en 2005 à la Bibliothèque de l'Arsenal, cette thèse a pour objectif de repérer les stratégies d'un groupe littéraire qui s'est toujours dit différent des mouvements d'avant-garde et autre écoles de son siècle, par le biais d’une analyse de ses stratégies de l'archives (génétique des textes, pensée de l'archive collective), de ses stratégies de l'histoire (histoire du groupe de 1960 à aujourd'hui, et analyse de la façon dont cette histoire est racontée), et de stratégies de rayonnement international (inscription dans la littérature mondiale, traduction et réception, Italie et Etats-Unis, etc.).

359Adresse électronique de contact : camille.bloomfield@gmail.com

360Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Samoyault Tiphaine.

361Mentions institutionnelles : U. Paris-VIII.

362Date de commencement de la recherche : 20 septembre 2006.

363Date de soutenance, le cas échéant : décembre 2011.

Bois (Géraldine), Les écrivains dominés du jeu littéraire. Définition de l’espace d’investissement et rapports aux enjeux littéraires

364Mots-clés : domination ; investissements ; espace d’action ; variations inter et intra-individuelles

365Langue du manuscrit : français

366Résumé : Notre recherche porte sur des écrivains très peu reconnus de Rhône-Alpes (i.e. publiés chez de petits éditeurs régionaux sans légitimité littéraire, à compte d’auteur ou en autoédition). Elle s’attache à décrire et à expliquer leur investissement dans les différentes dimensions de l’activité littéraire (l’écriture, la publication, les activités publiques, etc.). Elle repose principalement sur une enquête par questionnaires auprès de 503 écrivains, répartis en plusieurs degrés de reconnaissance (les « très peu reconnus » forment une sous-population de 163 enquêtés), et sur des entretiens approfondis avec 31 auteurs très peu reconnus. À partir de l’objectivation de leurs modes d’existence littéraire (lieux d’édition et de visibilité, genres publiés, etc.), de leurs ressources extra-littéraires (position et origines sociales, niveau de diplôme, etc.), et de leurs niveaux de compétences et d’ambitions littéraires, notre analyse montre dans un premier temps que ces auteurs ne sont pas des « amateurs » évoluant dans un espace différent de celui des « professionnels », mais des membres dominés du jeu littéraire, au même titre (mais pas au même niveau) que les écrivains reconnus. Elle s’intéresse ensuite à la pluralité des degrés et des formes de leurs investissements dans cinq types d’enjeux littéraires différents, et elle met au jour des variations intra-individuelles en fonction des types d’enjeux considérés. Parce que l’engagement des enquêtés révèle des degrés de reconnaissance et de connaissance des manières légitimes de jouer au jeu littéraire, notre travail est aussi l’occasion d’une réflexion sur les rapports que des acteurs dominés entretiennent à la domination.

367Adresse électronique de contact : geraldinebois@hotmail.com

368Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bernard Lahire

369Mentions institutionnelles : membre du Groupe de Recherche sur la Socialisation (GRS - UMR 5040 CNRS), dirigé par Bernard Lahire, Université Lyon 2 / ENS Lyon

370Date de commencement de la recherche : septembre 2003

371Date de soutenance, le cas échéant : 27 novembre 2009

372Composition du jury, le cas échéant : Marie Buscatto, Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteure) ; Roger Chartier, Professeur au Collège de France et Directeur d'études à l'EHESS ; Vincent Dubois, Professeur des Universités, Université de Strasbourg (rapporteur) ; Yves Grafmeyer, Professeur émérite des Universités, Université Lyon 2 ; Bernard Lahire, Professeur des Universités, ENS Lyon ; Jean-Claude Passeron, Professeur émérite, Directeur d'études à l'EHESS.

Brun (Éric), Guy Debord et l’Internationale situationniste. Sociologie d’une avant-garde « totale »

373Mots-clés : Avant-gardes, engagement politique, théorie des champs, multi-positionnement, routinisation, désintéressement, internationalisation, bohème, marxisme, prophétie.

374Langue du manuscrit : français

375Résumé : Au croisement de la sociologie des intellectuels, de la sociologie politique et de la sociologie des mouvements artistiques, cette thèse analyse la trajectoire d’un collectif dénommé « Internationale situationniste » (I.S.) et de son principal animateur, Guy Debord (1931-1994). Fondée en 1957 à partir de la réunion de plusieurs petits groupes d’artistes dits « d’avant-garde », l’I.S. est devenue au cours des années 1960 un mouvement politique « révolutionnaire ». Il s’agit ici de comprendre cette « reconversion » par une étude des propriétés sociales, positions et prises de position des situationnistes. Une telle reconversion, qu’on peut voir également comme une opération de décloisonnement des différents espaces sociaux d’activité, permet en effet de mettre à l’épreuve sur un nouveau terrain le concept de champ forgé par Pierre Bourdieu, et de jeter un nouvel éclairage sur les rapports qu’entretiennent les artistes et les intellectuels avec la politique. C’est dans la continuité d’une opération de redéfinition des conceptions de la création et du désintéressement que l’I.S. est amenée à prendre ses distances avec le champ artistique. Sa reconversion dans l’activisme « révolutionnaire » renvoie également à des enjeux de positionnement propres aux avant-gardes littéraires et artistiques des années 1950, ainsi qu’à une transformation de l’espace des possibles politiques au tournant des années 1960. Elle met en jeu, enfin, des luttes internes au mouvement, dont l’étude permet d’éclairer les logiques qui président à la formation des groupes d’avant-garde et les obstacles à leur internationalisation.

376Adresse électronique de contact : ericbrunster@gmail.com

377Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Gisèle Sapiro

378Mentions institutionnelles : CESSP, EHESS

379Date de commencement de la recherche : 2005

380Date de soutenance, le cas échéant : 8 décembre 2011

381Composition du jury, le cas échéant : Norbert Bandier, Maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 ; Annie Collovald, Professeur à l’Université de Nantes ; Jean-Louis Fabiani, Directeur d’études à l’EHESS ; Laurent Jeanpierre, Professeur à l’Université Paris 8, Vincennes Saint-Denis ; Frédérique Matonti, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Gisèle Sapiro, Directrice de recherche au CNRS et Directrice d’études à l’EHESS.

Bundu Malela (Buata), L’homme pareil aux autres : stratégies et postures identitaires de l’écrivain afro-antillais à Paris (1920-1960)

382Mots-clés :Slavery, Mongo Beti, Interculturality, Africa, Aimé Césaire, Colonialism, Acculturation, Postcolonial Studies, Sociology of literature, Africain Studies, Léopold Sédar Senghor, French Studies, Theory of field, Schematism, African and carribean literature, René Maran, Edouard Glissant.

383Langue du manuscrit : français.

384Résumé : Cette étude porte sur le fait littéraire afro-antillais de l’ère coloniale (1920-1960). Il s’agit d’examiner les stratégies des agents à partir des cas de René Maran, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Édouard Glissant et Mongo Beti et de percevoir comment ils se définissent leur identité littéraire et sociale.

385Pour ce faire, notre démarche s’articule en deux temps : (1) examiner les conditions de possibilité d’un champ littéraire afro-antillais à Paris (colonisation française et ses effets, configuration d’un champ littéraire pré-institutionnalisé, etc.) ; (2) analyser les processus de consolidation du champ, ainsi que les luttes internes qui opposent deux tendances émergentes représentées d’abord par Senghor et Césaire, ensuite par Beti et Glissant, dont les prises de position littéraires mettent en œuvre des « modèles empiriques » ; ceux-ci régulent et unifient leurs rapports au monde et à l’Afrique.

386Adresse électronique de contact : bbunduma@ulb.ac.be ou buata_malela@no-log.org

387Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Aron, Paul (ULB) et Halen, Pierre (U. Metz)

388Mentions institutionnelles : Université Libre de Bruxelles / Université de Metz

389Date de soutenance, le cas échéant : 20 octobre 2006

390Composition du jury, le cas échéant : Couloubaritsis, Lambros (Membre du jury/Committee Member), Fonkoua, Romuald (Membre du jury/Committee Member), Privat, Jean-Marie (Membre du jury/Committee Member), Mingelgrün, Albert (Président du jury/Committee Chair), Aron, Paul (Promoteur/Director), Halen, Pierre (Promoteur/Director).

Calderone (Amélie), Entre la scène et le livre. Formes dramatiques éditées dans la presse à l’époque romantique (1829-1851).

391Mots-clés : Théâtre, Presse, Littérature médiatique, Romantisme, Drame romantique, Proverbe dramatique.

392Langue du manuscrit : Français.

393Résumés en français et en anglais : Entre 1829 et 1851 le champ dramatico-médiatique s’est vu reconfiguré : l’apparition de grandes revues littéraires, la naissance de la presse à quarante francs, la multiplication des périodiques et l’augmentation de leurs tirages sont conjoints des bouleversements économiques, politiques et sociaux faisant suite à la période postrévolutionnaire, et de mutations théâtrales majeures sur les scènes parisiennes. En résulte un accroissement de la présence de textes dramatiques diffusés dans la presse, sous de multiples formes : pièces jouées à lire en feuilletons, extraits, fragments, mais aussi ensembles de scènes théâtrales et d’articles théâtralisés ou dialogués à lire le temps de la fréquentation d’une feuille. Il existe ainsi à l’époque un troisième canal d’accès du théâtre vers l’espace public – entre la scène et le livre –, la presse. Parce que le théâtre partage avec le périodique des caractéristiques discursives, stylistiques et formelles, ses limites s’en trouvent diluées sinon abolies. En cet espace spécifique qu’est le journal, il n’est pas de concept de « genre dramatique » qui tienne. Ce que nous avons coutume de nommer « théâtre » n’existe pas, et vient à former une masse textuelle impure, mêlant matières journalistiques et dramatiques. Aussi est-ce au regard de ce contexte éditorial pleinement signifiant qu’il convient d’interpréter les pièces en bonne et due forme alors diffusées, parfois composées à sa destination : un pan entier de l’écriture dramatique romantique a été « médiatique », et doit se comprendre comme tel, recontextualisé et « recotextualisé » dans un cadre éditorial soumis aux modes, à la temporalité collective, à la collaboration et aux effets de lecture redevables à la présence d’autres articles qui lui sont contigus.

394Étudier le lien intime que les formes dramatiques éditées dans la presse entretiennent avec leur support de diffusion dans le second tiers du XIXe siècle permet de faire émerger une autre histoire du théâtre romantique, médiatique et en grande partie textuelle, en mettant au jour des auteurs, des tentatives dramatiques ou des événements aujourd’hui oubliés, mais aussi en ouvrant à la relecture de textes consacrés, tels ceux de Sand, de Vigny ou encore de Musset.

395During the period 1829-1851, numerous factors brought about a reconfiguration of the relationship between print media and dramatic genres : the appearance of major literary journals, the introduction of low-priced printed press, the proliferation of mass periodicals and their increased print runs. These factors echoed not only the economic, social and political upheavals that characterized the first half of the 19th-century in post-revolutionary France but also the sweeping changes that affected the Parisian stage. As a result, one notes an increased presence of dramatic texts in the printed press. They may appear in various forms, as serialized theatrical plays, extracts, fragments but also collections of scenes and dramatized or dialogue-based articles – their length tailored to the newspaper format. Thus, between the stage and the page, dramatic forms could reach the public through a third access channel: print media. Their shared discursive, stylistic and formal features blur and even obliterate the boundaries between dramatic texts and periodical writing. In this particular context, the concept of “dramatic genre” does not apply and what we call “drama” does not exist as such. The result is a mixed mass of text, combining journalistic and dramatic materials. The “proper” plays that were circulated in the press, or even written for it, should be studied against the backdrop of this fully significant editorial context. An entire branch of Romantic playwriting was “media-oriented” and should be understood as such, with a new focus on context and co-text within an editorial framework subject to trends, collective temporality, collaborations and reading effects resulting from the influence of adjacent articles.

396The study of the close relationship between dramatic forms and their means of dissemination in the second third of the 19th-century gives a new, media-oriented and largely text-centered perspective on the history of the Romantic drama. Besides highlighting long-forgotten authors, events or diverse dramatic forms, it also prompts a new approach to the dramatic writings of well-established authors such as George Sand, Alfred de Vigny or Alfred de Musset.

397Adresse électronique de contact : amelie_calderone@yahoo.fr

398Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Olivier Bara (Directeur de thèse, Professeur, Université Lumière Lyon II)

399Mentions institutionnelles : UMR-LIRE CNRS, Université Lumière Lyon II, école doctorale ED 3LA Lettres, Langues, Linguistique & Arts.

400Date de commencement de la recherche : septembre 2011

401Date de soutenance : 27 novembre 2015

402Composition du jury : Olivier Bara (Directeur de thèse, Professeur, Université Lumière Lyon II), Sarah Mombert (Maître de conférences, École Normale Supérieure de Lyon), Sylviane Robardey-Eppstein (Maître de conférences HDR, Université d’Uppsala, Suède), Marie-Ève Thérenty (Professeur, Université Paul Valéry Montpellier III) & Jean-Claude Yon (Professeur, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

Chardon (Elodie), Franz Kafka, pour une approche socio-anthropologique d’une œuvre

403Mots-clés : Sociologie – littérature – connaissance – interprétation – esthétique – polysémie – organisations – justice – droit - culpabilité

404Langue du manuscrit : français

405Résumé : Ce travail a pour objectif de réfléchir, dans un premier temps, sur les rapports qu’entretiennent entre elles la littérature et la sociologie puis dans un second temps, de tenter une approche socio-anthropologique d’une œuvre, celle de Franz Kafka, afin de tester la rentabilité des textes littéraires dans les processus de connaissance du social.

406À travers des concepts tels que la polysémie, l’esthétique, l’interprétation etc. l’exercice de la sociologie, sa prétendue neutralité axiologique, ses limites et possibilités sont questionnées, ainsi que la nécessité d’aborder les problématiques sociales sous l’angle de l’interdisciplinarité, de la souplesse épistémologique, théorique et méthodologique, de l’humilité.

407Enfin, à partir du terrain que représente ici l’œuvre de F. Kafka, les questions de l’organisation, de la bureaucratisation, de la justice et de la culpabilité sont évoquées et mises en relation avec les recherches menées à ces sujets par des sociologues tels que Goffman, Crozier, Foucault etc.

408Adresse électronique de contact : sijetaisriche@hotmail.com

409Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : FARRUGIA Francis

410Mentions institutionnelles : U. de Franche-Comté

411Date de commencement de la recherche : novembre 2006

412Date de soutenance, le cas échéant : 23 novembre 2010

413Composition du jury, le cas échéant : Antigone MOUCHTOURIS, Professeure de sociologie, Université de Metz ; Laurent FLEURY, Professeur de sociologie, Université Paris-Diderot (Paris 7) ; Bruno CURATOLO, Professeur de langue et littérature française, Université de Franche-Comté.

Clerc (Adeline), Le monde du livre en salon. Le Livre sur la Place à Nancy (1979-2009)

414Mots-clés : salon du livre, Livre sur la Place, Nancy, monde du livre, dispositif de médiation littéraire, médiation présentielle, dédicace.

415Langue du manuscrit : française

416Résumé : Les conditions de rencontre physique entre un écrivain et un lecteur n’ont pas encore fait l’objet de recherches universitaires. Or les occasions de médiation présentielle entre ces deux acteurs sont, depuis les années 80, de plus en plus fréquentes : cafés littéraires

417café littéraire

, séances de dédicaces en librairie, salons du livre, interventions d’un écrivain en milieu scolaire, etc. En outre, le désintérêt que rencontrent ces événements au sein de la communauté scientifique, notamment en ce qui concerne leurs publics et les relations qu’ils nouent avec des auteurs, est d’autant plus surprenant lorsqu’il s’agit d’événements ancrés dans le paysage culturel d’un territoire, tel le salon du livre de Nancy : le Livre sur la Place. Au-delà de l’examen de ce qui se joue entre un écrivain et un lecteur, nous souhaitons dépasser le discrédit ambiant jeté sur les salons. Souvent stigmatisés, associés à une littérature « commerciale » et taxés négativement de « foires », où seule l’approche mercantile et l’appât du gain importent, ils sont régulièrement pointés du doigt. En se nourrissant de ce discrédit et de ce paradoxe (multiplication des salons versus absence d’analyses universitaires), cette recherche veut démontrer la thèse suivante : le salon (microcosme littéraire) est le lieu de sédimentation d’un certain nombre de caractéristiques et de représentations relatives au monde du livre (macrocosme), tels les auteurs vedettes, la lecture divertissante et intime, le statut des écrivains, l’importance du cérémonial dédicatoire, les prix littéraires et le clivage entre le monde inspiré et le monde marchand.

418Lien vers la thèse : http://petale.univ-lorraine.fr/​thematic-search.html?menuKey=these&submenuKey=authors&id=clerc_adeline

419Adresse électronique de contact : adelineclerc@yahoo.fr

420Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Béatrice Fleury

421Mentions institutionnelles : Université Nancy 2

422Date de commencement de la recherche : septembre 2008

423Date de soutenance, le cas échéant : 7 juillet 2011

424Composition du jury, le cas échéant : M. le Professeur Jean Davallon, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, rapporteur - M. le Professeur Marc Lits, Université catholique de Louvain, examinateur - M. le Professeur Bertrand Legendre, Université Paris 13-Villetaneuse, rapporteur - Mme le Professeur Béatrice Fleury, Université Nancy 2, directrice de thèse - M. le Professeur Jacques Walter, Université Paul Verlaine-Metz, examinateur.

Cosker (Christophe) La posture d'ironiste de Nassur Attoumani dans le champ littéraire francophone de l'océan Indien

425Mots-clés : ironie, posture, francophonie, polyphonie, linguistique, sociologie de la littérature

426Résumé : Nassur Attoumani est l’un des pionniers des lettres francophones dans l’une des îles de l’archipel des Comores : Mayotte. Le présent travail de recherche universitaire propose une lecture ironique de sa production littéraire à l’aune des théories linguistiques modernes de l’énonciation, en particulier la notion de polyphonie d’origine musicale et transposée en littérature par Bakthine. Ce discours linguistique est contextualisé par un discours qui emprunte également sa méthode à la sociologie de la littérature, principalement à travers les concepts de posture et de champ afin de comprendre les stratégies de Nassur Attoumani par rapport aux autres écrivains de la zone.

427Adresse électronique de contact : christophe.cosker@free.fr

428Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Michael Rinn, Buata Bundu Malela

429Mentions institutionnelles : HCTI EA4249, Université de Mayotte

430Date de commencement de la recherche : en préparation depuis 2013.

431Date de soutenance, le cas échéant : /

432Composition du jury, le cas échéant: /

Delormas Pascale, Genres de la mise en scène de soi. Les « autographies » de Jean-Jacques Rousseau

433Mots-clés : Analyse du discours, Autobiographie, Autographie, Communauté discursive, Discours constituant, Ethos, Genre, Interdiscours, Paratopie, Rhétorique, Rousseau, Scène d’énonciation.

434Langue du manuscrit : français

435Résumé : La recherche porte sur une catégorie discursive transverse à divers genres, « l’autographie ». Le corpus est constitué de trois œuvres de Rousseau : les Confessions, les Dialogues, les Rêveries. La perspective adoptée est celle de l’analyse de discours, qui s’efforce d’articuler construction du Sujet, fonctionnements textuels et institutionnels. Pour « exister » dans la communauté discursive des philosophes dont il est tout à la fois membre à part entière et dissident, Rousseau procède à une mise en scène de soi discursive où gestes et textes sont indissociables. C’est en construisant des scènes d’énonciation originales que Rousseau atteint cet objectif.

436L’étude se développe en trois étapes. Les approches de l’» autobiographie » littéraire et des « ego-documents » sociologiques sont d’abord présentées et évaluées. On s’intéresse ensuite à la démarche de Rousseau, pour montrer comment se construit discursivement son positionnement dans la communauté de la Nouvelle République des Lettres, à travers des scénographies qui inscrivent ses œuvres dans l’interdiscours et dessinent un ethos paratopique. Les marques linguistiques de l’énonciation d’un je multiple, les modalités de prise en charge de sa propre parole et de celle d’autrui, les actes illocutoires indirects sont examinés. Ainsi s’élabore une figure hors norme, celle d’un réprouvé, victime d’un malentendu général.

437Enfin, la dernière partie montre comment, loin de dévoiler la personne, les autographies de Rousseau, à travers la « » captation » du genre de la Vie de philosophe et le recours systématique au paradoxe, s’y refusent. Plus que le lieu d’une quelconque expression de soi, ces autographies aspirent à être entendues comme des « discours constituants ».

438Abstract : This research bears on a discursive category that goes across various genres : “autography”. The corpus consists of three works by Rousseau : Confessions, Dialogues, Rêveries. The viewpoint adopted is that of discourse analysis, which endeavours to articulate the building up of the Subject, and the ways texts and institutions operate. In order to”exist” in the discursive community of philosophers which he belongs to totally and at the same time dissents from, Rousseau discursively sets himself on stage, where gestures and texts cannot be dissociated. By building up original enunciation scenes, Rousseau reaches this aim.

439 The study unfolds in three stages. The approaches to literary “autobiography” and to sociological “egodocuments” are first presented and evaluated. Then our attention focuses on Rousseau’s proceeding to build up in the community of the New Republic of Letters by way of scenographies which make his works belong to interdiscourse and draw a paratopical ethos. The linguistic marks of the enunciation to a multifaceted I, the way he assumes his own speech and that of the others’, the indirect illocutionary acts are examined. Thus there gradually rises an unconventional character, that of an outcast, who is the victim of a general misunderstanding.

440 Finally, the last part shows how, far from unveiling his person, Rousseau’s autographies, through the “capture” of the genre of Live of the philosophers, and the systematic resort to paradox, refuse to do it. More than the convenient place for any self-expression, these autographies must be heard as “self-constituting discourses”.

441Adresse électronique de contact : pascale.delormas@orange.fr

442Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Directeur de thèse : Maingueneau Dominique

443Mentions institutionnelles :

444Date de commencement de la recherche : septembre 2001

445Date de soutenance, le cas échéant : décembre 2006

446Composition du jury, le cas échéant : D. Maingueneau, directeur (UPEC), J.-L. Chiss (Université Paris 3-Sorbonne), I. Laborde-Milaa (UPEC), J.-F. Perrin (Université Grenoble 3), A. Rabatel (Président de jury, Université de Lyon.

Demougin (Laure), Identités et exotisme : représentations de soi et des autres dans la presse coloniale française au 19ème siècle

447Mots-clés : presse, colonie, stéréotypes, exotisme.

448Langue du manuscrit : français.

449Résumé : la thèse en cours porte sur la représentation des colonisateurs et des colonisés dans la presse coloniale française au 19ème siècle. La presse étudiée est francophone mais publiée dans les colonies, pour et par les colons ; il s’agit de voir comment s’y développe une littérature coloniale qui préfigure celle, plus étudiée, du 20ème siècle. Les axes d’étude s’organisent autour du traitement des stéréotypes, du personnel de la presse coloniale, de la perception que la presse a de son lecteur – de la définition d’un éthos auctorial ainsi que de la figure d’un narrataire. Le travail porte aussi sur les grandes scènes coloniales qui fondent un imaginaire particulier à ce territoire : arrivée des colons, guerres contre les indigènes, découverte du territoire ; le tout en lien avec le genre des textes rédigés.

450Adresse électronique de contact : laure.demougin@hotmail.fr

451Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry, Montpellier III) et Guillaume Pinson (Université Laval, Québec).

452Date de commencement de la recherche : septembre 2013 (soutenance prévue en 2017).

Ducournau (Claire), Écrire, lire, élire l’Afrique. Les mécanismes de réception et de consécration d’écrivains contemporains originaires de pays francophones d’Afrique subsaharienne

453Mots-clés : Littérature africaine ; réception ; consécration ; édition : élite ; mobilité ; mondialisation culturelle ; ethnographie ; statistiques ; Ahmadou Kourouma ; Amadou Hampâté Bâ.

454Langue du manuscrit : français.

455Résumé : À la croisée de la sociologie de la culture et des approches postcoloniales, cette thèse explore les mécanismes par lesquels des écrivains contemporains originaires de pays francophones d’Afrique subsaharienne accèdent à la reconnaissance littéraire. Le matériau empirique comprend des archives, des entretiens avec des auteurs, des éditeurs et des professeurs, des observations de manifestations culturelles, ainsi qu’une enquête statistique sur 404 écrivains socialisés dans cette région du monde, actifs entre 1983 et 2008. Leur légitimation se fait en deux vagues distinctes : le tournant des années quatre-vingt puis le milieu des années quatre-vingt-dix. L’accroissement du nombre de titres parus, l’importance prise par le roman dans la hiérarchie des genres littéraires et l’évolution des possibilités éditoriales contribuent à structurer un espace littéraire africain. L’enjeu de cet espace est la définition légitime de l’écrivain africain, liée à la nature de son rapport à l’Afrique. Depuis les années quatre-vingt, la population d’auteurs étudiés, qui constitue une élite sociale et culturelle marquée par la mobilité, se féminise continûment, se sédentarise hors d’Afrique et se professionnalise. Les éditeurs situés à Paris, où s’affirme un secteur spécialisé, jouent un rôle décisif sur un marché du livre en partie dissocié des marchés qui prévalent en Afrique. Des études de cas s’articulent à l’analyse de ces évolutions globales : celle du manifeste « pour une littérature-monde en français » envisagé comme une mobilisation collective, celle de la représentation de la colonisation dans les œuvres d’Amadou Hampâté Bâ et d’Ahmadou Kourouma, celle de courriers de lecteurs.

456Adresse électronique de contact : ducournau.claire@gmail.com

457Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Gisèle Sapiro.

458Mentions institutionnelles : CESSP Centre européen de sociologie et de sciences politiques, EHESS, Ecole des Hautes études en sciences sociales.

459Date de commencement de la recherche : Novembre 2006.

460Date de soutenance, le cas échéant : 10 novembre 2012.

461Composition du jury, le cas échéant : Christine Détrez, Maîtresse de conférences en Sociologie HDR à l’École normale supérieure de Lyon ; Jean-Louis Fabiani, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales ; Xavier Garnier, Professeur de Littératures françaises et francophones à l’Université Paris III ; Lydie Moudileno, _Professor of Romance Languages à l’Université de Pennsylvanie ; Gisèle Sapiro, Directrice de recherche au CNRS (directrice de la thèse) ; Anne-Catherine Wagner, Professeure de Sociologie à l’Université Paris I.

Dumoulin (Christiane), Les représentations de la société rurale dans la littérature française contemporaine (1980 à nos jours)

462Mots-clés : ruralité, littérature contemporaine, écopoétique, sociologie de la littérature, sociologie des œuvres,

463Langue du manuscrit : français

464Adresse électronique de contact : ch.dumoulin@wanadoo.fr

465Directeurs de recherche : Gisèle Sapiro, Anne Simon

466Institution : Ehess

467Date de commencement de la recherche : octobre 2015

Deny (Aurélie), Le théâtre en France et en Espagne : regards croisés sur vingt ans de diffusion éditoriale et scénique (1989-2009)

468Mots-clés : Théâtre contemporain - politique culturelle (XXe et XXIe siècles) - France - Espagne - diffusion - édition théâtrale - traduction théâtrale - écriture dramatique -  histoire des idées (XXe et XXIe siècles)

469Langue du manuscrit : français

470Résumé : Le propos de cette thèse est d’étudier la diffusion croisée des écritures dramatiques contemporaines espagnoles et françaises entre 1989 et 2009, après avoir photographié les paysages théâtraux respectifs de chacun des deux pays. Une première partie est consacrée à ces images théâtrales respectives, d’un point de vue d’abord dramaturgique, puis éditorial et enfin, scénique et politique.

471Dans une deuxième partie, il s’agit de s'intéresser aux modalités éditoriales et scéniques qu'empruntent les textes pour franchir les frontières nationales. Ainsi, sont analysées les images réciproques de cette diffusion en commençant par une réflexion sur la traduction des textes. Sont ensuite proposés des répertoires croisés pour chacun des pays étudiés. Cinq années de recherches ont en effet permis d’élaborer deux catalogues éditoriaux et de reconstituer deux longues programmations théâtrales retraçant vingt ans d’échanges théâtraux hispano-français et franco-espagnols. Certaines tendances, certains éléments caractéristiques qui semblent se dégager de ces répertoires permettent d’avancer dans la compréhension des mécanismes qui structurent ces échanges dramaturgiques.

472Adresse électronique de contact : aureliedeny@wanadoo.fr

473Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : M. Georges Tyras

474Mentions institutionnelles : Institut des Langues et des Cultures d’Europe et d’Amérique (ILCEA) - EA 613, Université Stendhal - Grenoble 3, UFR de Langues, littératures et civilisations étrangères, Site internet : http://w3.u-grenoble3.fr/​ilcea/​spip/​

475Date de commencement de la recherche : octobre 2004

476Date de soutenance, le cas échéant : le 8 décembre 2009

477Composition du jury, le cas échéant : M. Luc Boucris (professeur à l’Université Stendhal - Grenoble 3, président du jury), M. Jean-François Carcelen (professeur à l’Université - Montpellier 3, rapporteur), M. Enzo Cormann (écrivain, professeur à l’ENSATT, Lyon), M. Fernando Gómez Grande (traducteur de théâtre) M. Georges Tyras (professeur à l’Université Stendhal - Grenoble 3, directeur de thèse)

Dumont (Lucile), La légitimation d’une avant-garde intellectuelle : l’institutionnalisation des théories littéraires dans l’enseignement supérieur (1953-1984)

478Mots-clés : Théorie littéraire, théories critiques, nouvelle critique, structuralisme, études littéraires, avant-garde, institutionnalisation, légitimation, politisation, circulation internationale, sociologie des intellectuels, sociologie de la littérature.

479Langue du manuscrit : Français.

480Résumé : Le projet de recherche se donne pour but d’éclairer les processus de légitimation et d’institutionnalisation dont les théories littéraires qui se sont développées dans le sillage du structuralisme ont fait l’objet entre les années 1950 et les années 1980. Initialement développées dans des espaces académiques marginaux, ces théories se réclamaient à la fois des littératures critiques, de la linguistique structurale, de la psychanalyse et du matérialisme dialectique et s’opposaient aux études littéraires qui les avaient précédées. Leur adoption progressive par les secteurs académiques a fourni aux théories littéraires de cette avant-garde intellectuelle une réelle légitimité dans les études littéraires. Or ces théories sont marquées par une forte politisation, qui traverse autant leur contexte de production que leur contexte de réception. Dans une perspective de sociologie historique des intellectuels et d’histoire sociale des sciences humaines et sociales, nous examinerons les processus d’institutionnalisation des théories notamment au prisme des questions de leur politisation, de leur circulation internationale, et de leur contribution à l’autonomisation des études littéraires dans lesquelles elles se déploient. 

481Adresse électronique de contact : lucile.dum@gmail.com

482Promoteurs de la recherche : Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Gisèle Sapiro et de Jean-Marie Schaeffer.

483Mentions institutionnelles : EHESS, Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP-CSE), Labex TEPSIS.

484Date de commencement de la recherche : Thèse débutée à l’automne 2012.

Dumouchel (Suzanne), Le journal littéraire au XVIIIe siècle : une nouvelle culture des textes et de la lecture (1714-1777)

485Mots-clés : journal littéraire, XVIIIe siècle, critique, culture, public, virtuel.

486Langue du manuscrit : français.

487Résumé : La thèse s’intéresse aux pratiques de lecture et d’écriture initiées par le développement des journaux littéraires au XVIIIe siècle. Elle s’appuie sur cinq périodiques représentatifs : le Nouvelliste du Parnasse de Desfontaines et Granet, le Pour et Contre de Prévost, le Mercure de France, l’Année littéraire de Fréron, et le Journal des Dames. Ces périodiques se caractérisent par la place accordée aux lecteurs, par la variété des sujets qu’ils diffusent, et enfin par leur vocation critique. Ils se présentent à la fois comme des outils de diffusion d’une culture et comme des manifestations d’une évolution culturelle à dimension sociale.

488Il s’agira tout d’abord d’envisager le périodique littéraire comme un nouveau moyen d’information et de communication, qui redéfinit les pratiques auctoriales des rédacteurs et qui dessine les contours d’une société de lecteurs. La seconde partie de la thèse déplace l’intérêt du rédacteur au lecteur. Celui-ci est initié à la pratique du commentaire des textes. Cette formation du lecteur contribue à la mise en place d’un espace de dialogue au sein du journal littéraire. L’ensemble des lecteurs se soude en une communauté, aux caractéristiques bien spécifiques, qui fera l’objet de la troisième et dernière partie. Les périodiques recréent un espace de sociabilité, virtuel, qui s’organise dans un mode nouveau de rapport au monde et de rapport à soi, préfigurant le rôle d’internet aujourd’hui.

489Finalement, la thèse souhaite mettre en avant la notion d’usage, fondamentale pour comprendre le rôle de ces périodiques dans la société de l’époque. Les lecteurs se sont appropriés un nouvel objet, dont les potentialités sont encore à inventer. Ils ont développé des pratiques culturelles qui influent sur la vie sociale et politique. Les journaux littéraires se constituent en un espace médiatique qui témoigne de la rencontre entre un dispositif technique et des usages culturels.

490Adresse électronique de contact : dumouchelsuzanne@yahoo.fr

491Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Thèse dirigée par Jean-Paul Sermain, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

492Mentions institutionnelles :

493Date de commencement de la recherche : 2007.

494Date de soutenance, le cas échéant : 4 décembre 2012.

495Composition du jury, le cas échéant : M. Jean-Paul Sermain, Paris 3, M. Michael Palmer, Paris 3, M. Denis Reynaud, Univ Lyon 2, Mme Adeline Wrona, Paris 4-CELSA.

Federici (Sandra), L’émergence de la bande dessinée d'auteurs africains dans le champ culturel francophone

496Mots-clés : bande dessinée, comics, champ littéraire, entrance, émergence, système littéraire francophone, légitimation, autonomie

497Langue du manuscrit : français

498Résumé : Un grand nombre d’auteurs africain de BD se sont approprié de ce qu’on appelle le neuvième art en combinant des choix stylistiques, thématiques et éditoriaux très différents. Nombreuses sont les influences extérieures, de la BD franco-belge au manga japonais, mais on trouve aussi des solutions originales imaginées par les auteurs africains ; et tout aussi variés sont les genres pratiqués et les sujets interprétés. Si la BD africaine est l’expression de la complexité culturelle de la société postmoderne déterritorialisée et globalisée, c’est en fonction des industries culturelles qu’il faut situer les parcours des auteurs pour s’affirmer dans les champs culturels du continent, qui sont à la fois instables et relativement anomiques, et surtout sur la scène internationale. La problématique générale de l’entrance constituera l’angle d’attaque de cette recherche, qui analysera au moyen de la théorie du champ élaborée par Pierre Bourdieu les parcours des quelques auteurs africains de BD qui ont réussi à « entrer » dans le champ francophone, notamment européen. La théorie des champs, qui met l’accent sur les conditions sociales relatives à la création, la circulation et la consommation des biens symboliques et sur les institutions impliquées dans la « mise en acte » de l’objet artistique-culturel pour en comprendre la position dans la société de référence, sera l’instrument qui permettra de saisir l’importance de plusieurs facteurs : l’impact du secteur associatif et des institutions internationales ; l'autonomisation comme seconde étape ou éventuellement comme phase décisive, déterminant l’entrance dès le début; les « instances de légitimation ». Un deuxième volet visera à reconstruire les contaminations, les liens de parenté et les analogies thématiques et formelles dans les œuvres des auteurs prises en compte. Ces aspects culturels généraux resteront toutefois subordonnés à leur impact dans les phénomènes d’entrance, donc dans les parcours des auteurs.

499Adresse électronique de contact : s.federici@africaemediterraneo.it

500Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pierre HALEN, Université de Lorraine, Silvia RIVA (Università degli Studi di Milano)

501Mentions institutionnelles : Université de Lorraine, Centre de recherche ECRITURES EA 3943, & Università degli Studi di Milano, Francesistica

502Date de commencement de la recherche : 09.2013

503Date de soutenance, le cas échéant : //

504Composition du jury, le cas échéant : //

Fourquet-Gracieux (Claire), Mettre les Psaumes en français (1650-1715) [titre provisoire]

505Mots-clés : vulgarisation ; femmes ; laïcs ; confession ; mondain

506Langue du manuscrit : français

507Adresse électronique de contact : clairegracieux@hotmail.fr

508Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : DENIS Delphine

509Mentions institutionnelles : Université Paris-Sorbonne, UFR Langue Française

510Date de commencement de la recherche : 01/10/2006

511Date de soutenance, le cas échéant : prévue pour 2011

512Composition du jury, le cas échéant : /

Giraud (Frédérique), L’écriture au service de la production de soi : le cas d’Emile Zola [provisoire]

513Mots-clés : disposition, jeu littéraire, écriture, performativité de l’écriture, autofiction

514Langue du manuscrit : français

515Résumé : Notre travail de thèse vise à analyser la manière dont Emile Zola se donne à voir dans ses romans sous une forme figurative. Il faut accorder une attention toute particulière aux manières qu’a Zola de produire des objectivations de lui-même, en fictionnalisant sa propre expérience soit sous la forme de personnages de romancier (comme dans L’œuvre), soit sous la forme d’autres personnages qui prennent en charge la représentation de soi (Octave Mouret, Eugène Rougon). Nous pensons que la fictionnalisation de soi a pour Zola une valeur pragmatique plutôt que représentative. Elle relève du performatif : c’est un acte d’écriture. L’écriture a une fonction de mise en valeur de soi, comme manière de se penser et de parler de soi. L’objectivation de soi à travers la remémoration et la représentation de sa trajectoire sociale se fait par l’intermédiaire de procédés rhétoriques particuliers (sélection, accentuation, dramatisation), qui permettent à Zola de travailler à la construction de sa légitimité et sa visibilité sociale. Afin de prendre en compte le caractère performatif de l’énonciation de soi, il faudra se donner les moyens de saisir le décalage, le travail de déplacement en marche dans la mise en scène de soi. C’est dans les écarts que se joue la construction de soi. L’écrivain se livre à tout un travail littéraire de substitution et de superposition entre les personnages. Ces représentations témoignent par le décalage avec le « soi » réel du travail de déplacement conscient et inconscient qu’opère Zola. Aussi, nous nous interrogerons sur les expériences socialisatrices successives, littéraires et extralittéraires (la famille, l'école, l'univers de travail), génératrices de dispositions et de compétences présentes ou passées qui amènent Emile Zola à développer des schèmes spécifiques d'interprétation du monde social et de présentation de soi. Il s’agit de porter son attention à la manière dont le romancier se présente et de repérer les types de situations, de logiques ou de problèmes où Zola se présente de façon explicite ou implicite dans les textes et qui sont le produit d'une transposition des situations, logiques ou problèmes qui ont structuré et structurent l'existence de l'auteur.

516Adresse électronique de contact : frederique.giraud@ens-lyon.fr

517Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bernard Lahire

518Mentions institutionnelles : Ens de Lyon, GRS, UMR 5040

519Date de commencement de la recherche : septembre 2009

520Date de soutenance, le cas échéant : /

521Composition du jury, le cas échéant : /

Graser (Léonor), Le roman des individus. 
La socialisation au prisme de l’expérience littéraire

522Mots-clés : Sociologie, écrivains, littérature, socialisation, individu, expérience

523Langue du manuscrit : Français

524Résumé : Cette thèse a pour objet l'étude qualitative des expériences de lecture et d'écriture littéraire telles que les décrivent 20 romanciers francophones parisiens du XXIe siècle dans le cadre d'une présentation de soi et dans leur œuvre de fiction. Le corpus d’enquête est composite, établi à partir de la transcription d'entretiens semi-directifs uniques réalisés avec les écrivains de 2007 à 2010, et de l'ensemble de leurs textes publiés accessibles dans la même période (soit 162 romans, recueils de nouvelles, textes courts et récits).

525S’appuyant sur les principales études sociologiques menées sur les parcours d’écrivains français, ce travail interroge, d'une part, la nature des liens entre l’individu et son œuvre, d'autre part, l'intérêt d'une approche méthodologique mixte pour approfondir la connaissance empirique des profils, pratiques et représentations des romanciers contemporains.

526Une analyse croisée des discours, de chaque cas puis de l'ensemble de la population, permet d'en déceler les consonances et dissonances et, ainsi, de renseigner les processus de transmission, de médiation, d'appropriation et de distanciation qui définissent l'expérience littéraire comme expérience sociale.

527Adresse électronique de contact : leonor.graser@gmail.com

528Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Allocation de recherche du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche (France)

529Mentions institutionnelles : Université Sorbonne nouvelle - Paris 3 (École doctorale 267 – Arts & Médias) / CERLIS
Centre de recherche sur les liens sociaux (UMR 8070 - Université Paris Descartes / CNRS / Université Sorbonne nouvelle - Paris 3)

530Date de commencement de la recherche : 1 octobre 2006

531Date de soutenance, le cas échéant : 27 novembre 2012

532Composition du jury, le cas échéant : Mme Christine DETREZ
Maître de conférences HDR à l'École Normale Supérieure de Lyon, M. Jean-Louis FABIANI (Rapporteur)
Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, M. Florent GAUDEZ (Rapporteur)
Professeur à l’Université Pierre-Mendès-France – Grenoble 2, M. Danilo MARTUCCELLI
Professeur à l’Université Paris Descartes – Paris 5, M. Bruno PEQUIGNOT (Directeur de recherche)
Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Guibert-Lassalle (Anne), Identités, guerres et conflits dans le livre pour enfants

533Mots-clés : sociologie de l’art, sociologie des valeurs, sémiologie, littérature, illustration, jeunesse, guerre

534Langue du manuscrit : français

535Résumé : La littérature de jeunesse se reconnaît aujourd’hui en Europe une vocation de formation dans le domaine de la paix. Elle est fréquemment sollicitée pour faire échec à la violence et pour ouvrir le jeune lecteur à autrui. Dans le domaine éditorial, l’élaboration des contenus de la socialisation est soumise à la tension établie entre, d’une part, une tendance collective à la standardisation et, d’autre part, une nécessité d’innovation. La guerre est un terrain propice, parce que fortement polarisé, pour mesurer la capacité du livre pour enfants à actualiser la représentation des normes sociales en vigueur.

536La volonté, plus ou moins consciente, de perpétuer un modèle social incorporé par les acteurs adultes de l’édition jeunesse, alors qu’ils étaient eux-mêmes enfants, aurait un effet conservateur, voire archaïsant. Cette tendance mimétique serait renforcée par l’empreinte très marquée de l’ethos littéraire et iconographique propre à la littérature de jeunesse. Cette nostalgie du conteur serait susceptible d’installer un décalage entre un message de socialisation en partie obsolète, véhiculé par la littérature jeunesse, et le besoin de socialisation actualisé, émis par les groupes sociaux.

537L’analyse des processus de production et de création dans l’édition pour la jeunesse en France depuis 1980 sera conduite en sociologie des œuvres d’art et dans la logique phénoménologique et interactionniste de la cadre-analyse d’Erving Goffman. Le corpus sera constitué par un échantillonnage de 300 livres de fiction destinés aux moins de 12 ans, correspondant à la première étape des processus de socialisation selon Peter Berger et Thomas Luckmann. Plutôt que d’aborder uniquement la résonance de principes moraux dans une activité culturelle très imparfaitement rationalisée, les outils de l’analyse, orientés vers l’interprétation de gestes techniques, serviront une approche compréhensive du consensus et de l’embarras chez les acteurs.

538Adresse électronique de contact : anne.guibert-lassalle@wanadoo.fr

539Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Catherine Déchamp-Le Roux

540Mentions institutionnelles : Université de Lille1 (Clersé)

541Date de commencement de la recherche : septembre 2007

542Date de soutenance, le cas échéant : 18/12/2012 à l'Université de Lille1

543Composition du jury, le cas échéant : Catherine Déchamp-Le Roux,Professeur de sociologie U Lille1,directeur de thèse Bruno Péquignot, Professeur de sociologie UParis3, rapporteur et Président Sylvia Girel, MC-HDR de sociologie U de Provence, rapporteur Laurent Déom, MC de littérature jeunesse, U de Lille3.

Hostiou (Jeanne-Marie), « Les Miroirs de Thalie » : Le théâtre sur le théâtre et la Comédie-Française (1680-1762)

544Mots-clés : Théâtre, Ancien-Régime

545Langue du manuscrit : Français

546Résumé : Le « théâtre sur le théâtre », procédé par lequel le théâtre se prend explicitement pour objet, connaît en France, entre 1680 et 1762, une vogue inégalée : à l’exception de l’Opéra, il concerne plus du quart du répertoire comique créé sur les scènes publiques de Paris. Cette étude s’appuie sur plus de quatre cents pièces et se concentre sur une sélection de cent vingt-sept d’entre elles, jouées à la Comédie-Française : principalement des prologues dramatiques et des comédies en un acte, des « comédies de comédiens », des « comédies de spectateurs », des pièces allégoriques et des pièces d’actualité.

547Le théâtre autoréflexif, où s’exerce en action une conscience critique aux yeux du public, permet de retracer l’histoire d’un art, tel qu’il se donne à voir. Sur un plan pratique, il se fait le miroir des realia de la vie théâtrale en dévoilant les dynamismes de la conception d’un spectacle et de sa performance. Il aborde des enjeux qui touchent encore à la dramaturgie (conditions de représentation), à la poétique (apparition des genres nouveaux), à l’esthétique (fabrique de l’illusion) et à la vie institutionnelle des théâtres (querelles dramatiques). Il interroge l’ancrage et la fonction du théâtre dans le monde en offrant un reflet prismatique de la société.

548L’étude présentée trace les contours de ce phénomène et de ses évolutions. Elle propose de repérer, en contexte, les enjeux idéologiques de ce répertoire, les effets qu’il provoque sur le spectateur, ainsi que les stratégies qu’il met en œuvre dans le fonctionnement du champ littéraire.

549Adresse électronique de contact : jeannehostiou@yahoo.fr

550Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : VIALA (Alain)

551Mentions institutionnelles : Doctorat – Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3)

552Date de commencement de la recherche : septembre 2003

553Date de soutenance, le cas échéant : décembre 2009

554Composition du jury, le cas échéant : Alain Viala : Directeur de thèse, Sorbonne Nouvelle / Université d’Oxford, Christian Biet : Président du jury, professeur à l’Université de Paris X – Nanterre, Gilles Declercq : Professeur à l’Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, Pierre Frantz : Professeur à l’Université de Paris IV – Sorbonne, Françoise Rubellin : Professeur à l’Université de Nantes

Katsanos (Filippos), Les Mystères urbains à l’épreuve de l’étranger : la mondialisation d’un phénomène culturel français

555Mots-clés : mystères urbains, roman populaire, paralittérature, mondialisation culturelle, Eugène Sue, G. W. M. Reynolds, urban sketch, slumming, littérature urbaine, penny dreadful, roman feuilleton, απόκρυφο μυθιστόρημα, Χριστόφορος Σαμαρτσίδης, Απόκρυφα Κωνσταντινουπόλεως, Les Mystères de Paris, The Mysteries of London, culture médiatique

556Langue du manuscrit : français.

557Résumé : Genre prétendant révéler à ses lecteurs des aspects inconnus du monde contemporain comme l’ambitionne son support privilégié le journal, le roman des mystères urbains a connu une fortune considérable en France. Le nombre de romans qui proposent de variations sur le titre des Mystères de Paris l’atteste tout comme les commentaires désabusés des contemporains portant sur cette « mystériomanie » généralisée. Bien qu’il s’agisse d’un genre au départ étroitement lié à la civilisation du journal et à la pratique culturelle spécifiquement française du feuilleton, il parvient malgré tout à s’exporter avec autant de succès dans de nombreux autres pays où, dans les années 1840, la fiction ne côtoie pourtant pas de si près les discours journalistiques. En Grèce tout comme en Grande Bretagne, nous voyons apparaître plus d’une dizaine de mystères et de nombreux autres romans qui tout en choisissant de se démarquer de l’héritage de Sue par le choix d’un autre titre ne cessent pas pour autant de dialoguer avec lui. Plus que leurs titres qui emploient le mot de « mystères » de façon très variable, ces romans semblent avoir en commun un tropisme urbain qui se combine avant tout avec une poétique originale dont Les Mystères de Paris ont été le laboratoire. Cette poétique, comme l’ont montré des études récentes, consistait en l’hybridation harmonieuse de deux contraires, le journalisme et la fiction à sensation, le « médiatique » et le « paralittéraire ». Si le premier se définissait par sa prétention à un discours référentiel et son ancrage dans l’actualité, le second se caractériserait selon ses théoriciens par sa clôture dans l’univers du déjà-dit et sa propension à la surenchère. Dans notre thèse, nous cherchons à déterminer de quelle façon cette matrice hybride des mystères urbains, en se mondialisant, subit des mutations et des reconfigurations. La France, la Grèce et la Grande-Bretagne sont les aires culturelles privilégiées par notre analyse.

558Adresse électronique de contact : filippos.katsanos@gmail.com

559Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Marie-Eve Thérenty.

560Mentions institutionnelles : Université Paul Valéry - Montpellier 3.

561Date de commencement de la recherche : 1er septembre 2013.

Kombila (Milunda), Périodiques culturels et structuration du champ : le cas de Peuples noirs, peuples africains (1978-1991)

562Mots-clés : Mongo Beti, Périodiques, champ littéraire, Peuples noirs, peuples africains, revue littéraire

563Langue du manuscrit : français

564Résumé : Ce travail se situe dans un double cadre de recherche : d’une part, l’étude du rôle des périodiques culturels dans la structuration globale des champs littéraires à l’époque contemporaine ; d’autre part, l’analyse historique du cas particulier des littératures africaines en France et de leur positionnement pendant la période considérée, à partir de l’hypothèse de l’existence du sous-champ parfois appelé « Afrique-sur-Seine » (Cazenave, 2003). Le corpus de base est constitué par la revue /Peuples noirs, peuples africains/ (1978- 1991). À la fois politique et littéraire, ce périodique se positionne comme le porte-parole des peuples africains. On s’interrogera sur la capacité de ce périodique à se faire une place dans le champ français et d’en changer les règles, à partir d’une position dominée et selon les procédures d’émergence ou d’entrance déjà étudiées par ailleurs, le plus souvent pour des oeuvres ou des auteurs, mais aussi pour des domaines articulés au sein d’un (poly)- système. L’analyse consistera en l’étude de ce périodique. Dans un premier temps, on examinera ses collaborateurs, ses réseaux de lecteurs et ses appuis institutionnels. On analysera ensuite ses contenus et enfin sa politique éditoriale. Dans la mesure du possible, nous essaierons également d’exploiter les archives disponibles. À titre d’hypothèse, nous envisagerons aussi une comparaison, qui sera plus ou moins développée au cours de notre travail, avec les périodiques concurrents de l’époque, comme Présence africaine.

565Adresse électronique de contact : <kombilajeffers@hotmail.fr>

566Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : HALEN, Pierre

567Mentions institutionnelles : Université de Lorraine, Centre de recherche ECRITURES EA 3943

568Date de commencement de la recherche : 09.2014

569Date de soutenance, le cas échéant : //

570Composition du jury, le cas échéant : //

Labbé (Mathilde), Héritages baudelairiens (1931-2013)

571Mots-clés : Baudelaire, Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris, Yves Bonnefoy, fortune littéraire, réception, patrimonialisation, adaptation, commémoration, illustration.

572Langue du manuscrit : français

573Résumé : Bien que le scandale qui a accompagné la publication des Fleurs du mal ne soit plus un obstacle à leur diffusion, il continue à jouer un rôle dans la lecture de l’œuvre de Baudelaire : le xxe siècle a fait du poète l’archétype de l’artiste censuré. En analysant la réévaluation de l’œuvre de Baudelaire et la manière dont certaines Fleurs du mal ont été mises à distance, notre étude vise à faire l’histoire de la fortune du poète après le processus d’institutionnalisation qui a fait de lui un classique à la fin des années 1920. Nous nous intéressons au rituel de la commémoration littéraire à travers l’analyse d’un corpus d’articles et d’ouvrages publiés lors de trois anniversaires : le centenaire du procès des Fleurs du mal, celui de la mort de Baudelaire et le cent-cinquantenaire du même procès. Nous envisageons également la fortune littéraire de Baudelaire en France à partir de 1930, date à laquelle son œuvre est considérée comme l’origine de la poésie moderne. Une analyse critique de la notion d’influence permet de réévaluer le statut du poète, à la fois modèle et antimodèle pour Pierre Jean Jouve, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Michel Deguy, André Frénaud ou André du Bouchet, et de montrer que son apparent oubli, entre le centenaire de 1967 et les années 1990, est suivi d’un retour au lyrisme de La Cloche fêlée. Nous voulons enfin montrer que la patrimonialisation de l’œuvre de Baudelaire n’a pas été suivie d’une complète intégration à la culture nationale : la « survie culturelle » de Baudelaire à travers les adaptations de son œuvre, ses biographies ou ses portraits ne s’inscrit pas dans un processus de panthéonisation mais dans un culte multiforme de l’écrivain, résultat de l’institutionnalisation du scandale.

574Adresse électronique de contact : mathilde.labbe@gmail.com

575Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : André Guyaux

576Mentions institutionnelles : Université Paris-Sorbonne

577Date de commencement de la recherche : 1er octobre 2008

578Date de soutenance, le cas échéant : 6 décembre 2014

579Composition du jury, le cas échéant : Henri Scepi (Université Paris 3) (Président), André Guyaux (Université Paris-Sorbonne), Edward K. Kaplan (Brandeis University), Luca Pietromarchi (Università degli studi Roma 3).

Lefrançois (Frédéric), Figures de l'Exil dans l'Oeuvre de Caryl Phillips

580Mots-clés : Caryl Phillips, immigration, exil, intégration sociale, black british, psychanalyse littéraire, théâtre, roman britannique

581Langue du manuscrit : Français

582Résumé : Consacrée à l’écrivain anglo-caribéen Caryl Phillips, cette thèse met en lumière la connexion entre ses textes autobiographiques d’une part, et de l’autre son œuvre dramatique et romanesque. Né à St Kitts, et éduqué en Grande-Bretagne, l’auteur est issu de deux héritages culturels différents. Tout au long de notre recherche, nous avons voulu montrer comment sa double appartenance pouvait influer sur l’écriture de ses œuvres de fiction. Notre corpus est constitué de trois pièces de théâtre, Strange Fruit (1981), Where there is Darkness (1982) et The Shelter (1984), ainsi que de trois romans, à savoir, The Final Passage (1985), A State of Independence (1986) et Cambridge (1991), rapprochés de plusieurs textes autobiographiques – nouvelles et interviews.

583En croisant des outils conceptuels propres à la psychocritique et la sociocritique, nous avons cherché à mettre au jour un principe essentiel de ce qu’il conviendrait d’appeler la « poétique de l’exil » chez Caryl Phillips. La pierre angulaire de son esthétique dramatique et romanesque reposerait, selon nous, sur un socle particulièrement solide : la sympathie de l’artiste pour la condition du sujet postcolonial en situation d’entre-deux, et son intérêt sans cesse renouvelé pour le dialogue interculturel. Ces choix se traduisent par la récurrence de personnages théâtraux et romanesques qui représentent des figures obsédantes de l’exil, et reflètent, dans une certaine mesure, l’anxiété fondamentale habitant la « double conscience » de l’écrivain.

584Cet intérêt pour la condition du migrant et de l’exilé s’observe encore dans les choix thématiques et stylistiques qui donnent un caractère si particulier à l’écriture de l’auteur. Son esthétique dramatique et romanesque se caractérise, en effet, par une critique des discours essentialistes, le décentrement de la subjectivité et, surtout, par une profonde empathie et sympathie pour l’altérité. Ainsi, les pièces de théâtre analysées donnent à voir le spectacle émouvant du dilemme identitaire de la génération Black British, à laquelle appartient l’auteur. Après avoir privilégié le dialogue pour traiter en profondeur la dynamique du conflit dans un cadre familial, l’écrivain opte pour un mode d’écriture plus intimiste et centré sur l’introspection, ce qui ne l’empêche pas d’élargir ses perspectives. Dans ses romans, Phillips développe effectivement la thématique de l’exil dans un contexte géoculturel plus diversifié, tout en approfondissant la réflexion sur la question de l’appartenance qu’il avait déjà abordée dans ses pièces de théâtre. De la mise en parallèle de ces deux genres littéraires ressort un principe de continuité : il est possible d’établir des passerelles entre les œuvres théâtrales et romanesques de l’auteur, car l’ensemble du corpus est structuré autour de la notion de roman familial, c’est-à-dire la volonté de reconstituer une unité familiale brisée.

585Adresse électronique de contact : frederic-lefrancois@wanadoo.fr

586Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pr. Lionel DAVIDAS, Directeur de recherche

587Mentions institutionnelles : Université des Antilles et de la Guyane

588Date de commencement de la recherche : 01/09/2003

589Date de soutenance, le cas échéant : 04/12/2008

590Composition du jury, le cas échéant : Mme. Christine RAGUET, Professeur, Université de Paris III (Sorbonne) ; Mme Nathalie DESSENS, Professeur, Université de Toulouse II (Toulouse le Mirail) ; M. Lionel DAVIDAS, Professeur, Université des Antilles et de la Guyane ; Mme Claudie GOURG, Professeur, IUFM de la Guyane.

Lignereux (Cécile), Une écriture de la tendresse au XVIIe siècle. Pour une étude stylistique des lettres de Mme de Sévigné

591Mots-clés : Mme de Sévigné – tendresse –langue classique – épistolaire – histoire des sensibilités

592Langue du manuscrit : français

593Résumé : Dans les lettres de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, l’expression des sentiments maternels est indissociable de l’appropriation d’un modèle culturel hautement valorisé : la tendresse, conçue par Mlle de Scudéry et la génération galante comme un idéal relationnel spécifique. Appréhender les modalités stylistiques de cette appropriation permet de restituer aux choix d’écriture de la marquise leur pleine portée pragmatique. La première partie de ce travail, intitulée « Un art d’aimer », examine les stratégies discursives qui confèrent aux sentiments maternels un éclairage éthique propre à en augmenter la cohérence et la valeur. La seconde partie, consacrée à « La poétique de la tendresse », montre que l’idéal de la tendresse fournit à l’échange épistolaire un principe de régulation inédit, à rebours des codes et des normes de l’art épistolaire alors en vigueur.

594Adresse électronique de contact : cecilelignereux@yahoo.fr

595Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : DENIS Delphine

596Mentions institutionnelles : Paris IV-Sorbonne

597Date de commencement de la recherche : septembre 2004

598Date de soutenance, le cas échéant : 26 novembre 2009

599Composition du jury, le cas échéant : Delphine Denis (Paris IV-Sorbonne), Anna Jaubert (Nice-Sophia Antipolis), Emmanuel Bury (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Gérard Ferreyrolles (Paris IV-Sorbonne), Alain Génetiot (Nancy II).

Mazzone (Fanny), L’édition féministe en quête de légitimité. Capital militant, capital symbolique (1968-2001)

600Mots-clés : Féminisme – champ éditorial – stratégies de légitimation – MLF – éditions Des Femmes – institutions littéraires – capital économique – capital symbolique – capital militant – avant-garde – traduction

601Langue du manuscrit : Français

602Résumé : Cette recherche part du concept de champ éditorial de Pierre Bourdieu, en tant qu’espace relativement autonome et capable de retraduire, selon sa logique propre et à travers les stratégies éditoriales, les forces économiques, politiques et culturelles qui lui sont extérieures. Nous émettons l’hypothèse de l’existence d’un sous-champ de l’édition féministe doté des mêmes attributs que le champ éditorial. Dans la mesure où l’édition participe du débat féministe, ce sous-champ éditorial est aussi une composante du champ militant. Son évolution est liée à celles du Mouvement de Libération des Femmes : l’édition a ainsi représenté une voie de légitimation pour le mouvement féministe, tandis que le MLF a modifié les frontières du champ éditorial. En effet, à partir des positions éditoriales, des prises de positions ont émergé dans le choix et la manière de publier le féminisme et les femmes. Sur le marché des biens littéraires, les revendications du MLF se sont d’abord élargies à des réflexions d’ordre esthétique, à l’avant-garde du champ. L’objectif était alors d’intégrer les strates du pouvoir culturel à travers des processus d’institutionnalisation. Ensuite, l’édition féministe a doté les agents du champ éditorial et ceux du champ militant en capitaux spécifiques. Ce genre d’édition, dans le cadre de l’économie de marché contemporaine, a généré des échanges intenses sur les plans militant et littéraire, y compris au niveau international (salons, traduction, manifestes, etc.). Enfin, les mutations du féminisme se sont traduites par des stratégies (risquées) de reconversion qu’illustrent les éditions Des Femmes dans leur politique de maintien dans le champ éditorial « cultivé » et sur le marché des idées « militantes ».

603Adresse électronique de contact : fanny.mazzone@wanadoo.fr

604Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Sous la direction du Pr. Jean-Marie PRIVAT, Centre d’études linguistiques des textes et des discours (CELTED)

605Mentions institutionnelles : Doctorat de langue et littérature française. Centre d’études linguistiques des textes et des discours (CELTED), Université Paul-Verlaine METZ, Ecole doctorale PIEMES « Perspectives interculturelles : écrits, médias, espaces, sociétés », Obtention d’une aide à l’édition de l’école doctorale PIEMES. En cours de publication aux éditions L’Harmattan.

606Date de commencement de la recherche : Octobre 2001

607Date de soutenance, le cas échéant : 28 novembre 2007

608Composition du jury, le cas échéant : Pierre HALEN – Professeur à l’Université Paul Verlaine – Metz ; Jean-Yves MOLLIER – Professeur à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines ; Bruno PEQUIGNOT – Professeur à l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle ; Jean-Marie PRIVAT – Professeur à l’Université Paul Verlaine – Metz ; Gisèle SAPIRO – Directrice de recherche au CNRS – Paris

Ndombi-Sow (Gaël), Mode d’entrance et stratégies de communication des écrivains africains et caribéens dans le système littéraire francophone. Une étude comparée des champs français et québécois

609Mots-clés : Champs littéraires – Afrique – Caraïbes – Québec – Entrance – Posture – Consécration – Communication – Système littéraire francophone

610Langue du manuscrit : Français

611Résumé : La question centrale de cette recherche est d’articuler le rapport entre style et champ littéraire dans le système littéraire francophone à partir du couple centre/périphérie dont les enjeux seront examinés dans deux domaines exemplaires : Paris/Afrique et Québec/Caraïbe. Il s’agira principalement de voir comment les écrivains, attirés par les centres (Paris et Montréal), réussissent où non à « entrer » dans, d’un côté, le champ franco-parisien pour ce qui est de l’Afrique, et, d’un autre côté, le champ québécois pour les Caraïbes. D’autres phénomènes seront à observer : d’une part, certains écrivains africains s’installent à Québec, et d’autre part, certains caribéens à Paris. La comparaison entre les champs français et québécois aboutira à une nouvelle conception des phénomènes d’entrance : l’analyse fera ressortir les positions et stratégies d’écriture dans chacun des champs, ainsi que les postures des écrivains retenus, afin de déterminer les conditions de réussite dans chacun des champs de réception, c’est-à-dire la politique d’accueil des instances légitimantes et la place réservée à ces écritures migrantes dans chacun des sous-systèmes.

612Adresse électronique de contact : gael.ndombisow@umail.univ-metz.fr

613Noms et prénoms des promoteurs de la recherche : Pr HALEN Pierre (UPV-M) et Pr SAVOIE Chantal (U. Laval)

614Mentions institutionnelles : Université Paul Verlaine – Metz, Université Laval

615Date de commencement de la recherche : Novembre 2009.

Noel (Lison), The French New Novel : réception du Nouveau Roman par le milieu artistique américain : 1963-1981

616Mots-clés : Nouveau Roman, réception, transfert culturel, Art Minimal

617Langue du manuscrit : français

618Résumé :

619Adresse électronique de contact : lisonnoel@gmail.com

620Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : VIART Dominique (directeur de recherches)

621Mentions institutionnelles :

622Date de commencement de la recherche : 2009

623Date de soutenance, le cas échéant : 2014

624Composition du jury, le cas échéant :

Noro (Yasushi), Un littérateur face aux événements du XVIIème siècle : Amable Bourzeis et les événements dans sa biographie

625Mots-clés : Amable Bourzeis, Littérature, XIIe s., Champ littéraire, Jansénisme, Janséniste, Académie française, Histoire du littéraire, Biographie

626Langue du manuscrit : français

627Résumé : Le but initial consistait à créer une biographie d'un janséniste théologien qui s'appelait Amable Bourzeis. Mais au bout du travail, la carrière du littérateur qui a été tracée dans cette thèse exige qu'il fallait comprendre les événements auxquels ce littérateur a été confronté, et les activités diverses qu’il a déployées devant ces événements. Du coup, il n'est plus facile de savoir si ce sont ces événements divers et variés qui ont été mis à profit par ce littérateur pour établir sa carrière, d'un patron à l'autre, ou au contraire, si ce littérateur les a subis et a été obligé à écrire. Pour Bourzeis, le clientélisme est une logique qui est sûrement imposée par la limite et l'exigeance de l'époque. Mais il faut ajouter que cette logique ne lui impose aucune contrainte. En ce sens, Bourzeis est non seulement un représentant des littérateurs du 17e siècle, mais il est à la fois créature et créateur de l’homme des lettres typique de l'Âge classique.

628Adresse électronique de contact : yas_edo@hotmail.com

629Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Dominique Descotes

630Mentions institutionnelles : Université Clermont-II Blaise Pascal

631Date de commencement de la recherche : 1999

632Date de soutenance, le cas échéant : le 10 mars 2006

633Composition du jury, le cas échéant : Dominique Descotes, Laurent Thirouin, Antony Mckenna, Thierry Wanegffelen, Christian Jouhaud

Oiry (Goulven), La comédie française et la ville (1550-1650). L’Iliade parodique

634Mots-clés : comédie, rire, théâtre français des 16ème et 17ème siècles ; anthropologie, sociologie et histoire urbaines ; guerre ; sexualité.

635Langue du manuscrit : français

636Résumé : La thèse analyse les comédies de la fin de la Renaissance sous l’angle de la relation qu’elles entretiennent à la ville. L’intention de ce travail est de d’abord réhabiliter les mérites littéraires de ces pièces, qui restent largement méconnues. Le théâtre comique s’avère en outre fascinant par sa capacité à jouer des fantasmes et des rouages symboliques de la vie citadine aux débuts de l’époque moderne. Il fait rire de la comédie urbaine des années 1550-1650, évoquant la théâtralisation des comportements, la naissance et la perte des réputations, l’érotisme ordinaire de la rue, la peur de la destruction de la cité. Ce qui est en jeu dans la ville-théâtre projetée par les pièces, c’est la séduction des jeunes filles. Pour conclure des alliances à leur avantage, les jeunes premiers manipulent la peur du qu’en dira-t-on qui imprime sa marque à la société bourgeoise et ils prennent d’assaut les maisons des (pères des) jeunes femmes. De fait, leurs manœuvres sont décrites par des métaphores guerrières qui dessinent un univers foncièrement phallocrate : la conquête des jeunes filles prétend s’égaler à la conquête des villes. La comédie, en parodiant ainsi les codes militaires, tente d’exorciser par le rire les traumatismes des guerres de l’époque. Cette thèse s’inscrit dans le champ de la littérature et du théâtre, mais aussi de l’anthropologie urbaine. Elle peut enfin intéresser une sociologie désireuse de déconstruire, dans une perspective historique, quelques-uns des piliers du patriarcat.

637Adresse électronique de contact : goulven.oiry@gmail.com

638Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : DEBAILLY Pascal

639Mentions institutionnelles : Université Paris-Diderot (Paris 7)

640Date de commencement de la recherche : septembre 2006

641Date de soutenance, le cas échéant : 8 décembre 2012

642Composition du jury, le cas échéant : Hélène Merlin-Kajman (Université Paris 3, littérature française du 17ème siècle, présidente), Jean-Claude Ternaux (Université d’Avignon, littérature française du 16ème siècle, rapporteur), François Lecercle (Université Paris 4, littérature comparée, rapporteur), Christian Biet (Université Paris 10, théâtre français du 17ème siècle), Pascal Debailly (Université Paris 7, littérature française des 16ème et 17ème siècles, directeur), Philippe Chaudoir (Institut d’Urbanisme de Lyon, sociologie urbaine, co-directeur).

Pelletier (Sophie), Le Roman du bijou fin-de-siècle : Esthétique et société

643Mots-clés : Littérature française; XIXe siècle; Fin-de-siècle; Récit; Bijou; Esthétique; Sociocritique; Histoire culturelle.

644Langue du manuscrit : Français

645Résumé : Cette thèse s’intéresse au rôle et à la représentation des bijoux dans les textes narratifs français des trois dernières décennies du XIXe siècle. Non seulement ils abondent dans les œuvres en prose de l’époque, les pierres et métaux précieux en investissent à la fois l’intrigue, le lexique et la poétique. Qui plus est, ils constituent aussi des objets fortement connotés animant les récits de leurs propres significations esthétiques, sociales, économiques et politiques. Les études de texte ici présentées amènent par surcroît à constater qu’à travers les joyaux, des sujets ou des interrogations essentiels au discours du temps surgissent, se problématisent, s’amalgament et se métamorphosent. Suivant une approche sociocritique, qui conjugue l’analyse textuelle à l’examen de données socio-historiques, cette étude du bijou dans le roman fin-de-siècle démontre qu’en tant que signe polysémique, il cristallise les implications littéraires, esthétiques et sociales du texte et constitue un objet privilégié pour mettre en communication les auteurs avec leur société.

646Plus précisément, le bijou dans la littérature fin-de-siècle condense des rapports de force de l’époque : emblème des séculaires lignées aristocratiques de jadis, il constitue dans un monde désormais bourgeois un objet qui se vend, se démocratise et se copie; signe de l’asservissement du corps féminin à une autorité masculine, il peut aussi devenir l’arme terrible d’héroïnes conquérantes et affranchies; matière prisée des rêveurs et des artisans, il permet au texte fin-de-siècle de se positionner par rapport à l’hégémonie zolienne et aux autres pratiques artistiques du temps. Chacune des trois grandes parties de la thèse (l’objet, le corps, la matière) explore l’une de ces luttes de pouvoir, et est divisée en deux chapitres présentant tour à tour des points de vue qui se complètent ou qui s’affrontent.

647Cette thèse invite au final à isoler certains aspects de la gemme (la rareté, la dualité nature / culture, etc.) qui en font une métaphore de prédilection pour les auteurs de l’époque. Du nombre, sa résistance, toujours mise en tension avec l’inexorable travail de la durée, permet de mieux cerner l’esthétique fin-de-siècle et son rapport équivoque, conflictuel, au monde et au temps qui passe.

648Adresse électronique de contact : sophie.pelletier@umontreal.ca

649Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pierssens, Michel; Wald Lasowski, Patrick

650Mentions institutionnelles : Université de Montréal; Université Paris 8 (Vincennes – Saint-Denis) (cotutelle de thèse)

651Date de commencement de la recherche : 1er septembre 2006

652Date de soutenance, le cas échéant : 4 novembre 2011

653Composition du jury, le cas échéant : Andrea Oberhuber (Université de Montréal) ; Michel Pierssens (Université de Montréal) ; Patrick Wald Lasowski (Université Paris 8 [Vincennes – Saint-Denis]) ; Jacques Neefs (Université Paris 8 [Vincennes – Saint-Denis]) ; Geneviève Sicotte (Université Concordia) ; Daniel Dumouchel (Université de Montréal).

Perras (Jean-Alexandre), L’Exception exemplaire : une histoire de la notion de génie du XVIe au XVIIIe siècle

654Mots-clés : Génie, Aptitude, Talent, Singularité, Originalité, Exemplarité, Esthétique, Théorie littéraire, Sociologie de la littérature, Littérature française – XVIe siècle, Littérature française – XVIIe siècle, Littérature française – XVIIIe siècle

655Langue du manuscrit : français

656Résumé : Cette thèse montre comment s’est constituée la figure du génie en France au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, en mettant en évidence les paradoxes qui lui ont permis de devenir l’une des notions fondamentales de la modernité. Cette analyse s’articule autour de trois axes principaux. D’abord, il s’agit d’interroger les circonstances de l’invention du terme « génie » dans la langue française, en insistant sur son bagage culturel gréco-latin. La notion de génie apparaît alors comme intimement liée au génie de la langue française et à son histoire. Ensuite, l’analyse s’intéresse au rôle que la notion de génie joue dans le cadre régulateur de la théorie poétique à la fin du XVIIe siècle. Le génie, qui se définit alors comme une aptitude naturelle à l’exercice d’une régularité normée du faire, n’a cependant de valeur que si cette régularité est transgressée, dépassée. Cette relation fait apparaître le paradoxe social que représente le génie, considéré à la fois comme exceptionnel et exemplaire. Ce paradoxe du génie est ensuite analysé dans le cadre du développement des théories esthétiques au XVIIIe siècle, fondées sur une expérience communautarisante du beau. Cette problématique est étudiée au regard de l’intérêt des philosophes sensualistes pour le problème que constitue le génie, en particulier quant aux mécanismes de l’invention et de la découverte. À l’issue de ce parcours, il apparaît que le génie est à la fois problématique pour les théories qui tentent de le circonscrire et unificateur pour la communauté qu’il permet d’illustrer.

657Adresse électronique de contact : jean-alexandre.perras@jesus.ox.ac.uk

658Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Wald-Lasowski, Patrick ; Méchoulan, Éric

659Mentions institutionnelles : Très honorable avec félicitations unanimes du jury

660Date de commencement de la recherche : septembre 2005

661Date de soutenance, le cas échéant : 6 juin 2012

662Composition du jury : Codirecteurs de thèse : M. Patrick WALD LASOWSKI (Université Paris 8) M. Éric MÉCHOULAN (Université de Montréal) Jury : M. Jean-Paul SERMAIN (Université Paris IV) Mme Françoise GRAZIANI (Université Paris 8), M. Christian NADEAU (Université de Montréal)

Pragana Dantas (Marta), Contribution à l’étude de la socialité de la poésie : la poésie dans les « petites revues » littéraires parisiennes en 1900

663Mots-clés : sociocritique de la poésie – sociologie de la littérature – discours social – revues littéraires – fin de siècle

664Langue du manuscrit : français

665Résumé : Cette étude a pour objet la socialité de la poésie du secteur de production restreint du champ littéraire au tournant du XIXe au XXe siècle en France, plus précisément la poésie publiée dans six « petites » revues littéraires paraissant à Paris pendant l’année 1900 : L’Ermitage, le Mercure de France, La Plume, La Revue blanche, La Revue naturiste et La Vogue. Elle met en évidence la façon dont le texte se rapporte au discours social, et la relation des poèmes avec les mutations et les enjeux du genre poétique et du champ littéraire de l’époque. En vue de cela, nous utilisons des notions empruntées à trois approches relevant de la sociocritique et de la sociologie littéraire : la sociocritique de Claude Duchet (pour le concept de sociogramme) ; la théorie du discours social de Marc Angenot et Régine Robin (pour le concept de discours social et les inflexions de la notion de sociogramme), et la théorie des effets de prisme d’Alain Viala (pour les développements du concept de champ littéraire et de genre). Nous faisons également appel aux apports de la néo-rhétorique du Groupe µ (pour les notions d’isotopie, de médiation isotopique et de modèle triadique). Cette étude permet d’affirmer que la poésie du sous-champ de production restreint de la fin du XIXe siècle a réagi aux interpellations de l’époque, dialoguant avec le social, malgré l’isolement auquel elle est souvent associée.

666Adresse électronique de contact : praganamarta@yahoo.fr

667Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Thèse dirigée par Alain VIALA, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

668Mentions institutionnelles : Doctorat en littérature française, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle

669Date de commencement de la recherche : novembre 1994

670Date de soutenance, le cas échéant : 29 novembre 2004

671Composition du jury, le cas échéant : M. Paul ARON (Professeur à l’Université Libre de Bruxelles) ; Mme. Nathalie AUBERT (Professeur à l’Oxford Brookes University) ; Mme. Gisèle SAPIRO (Chargée de recherches au CNRS) ; M. Michel SCHMITT (Professeur à l’Université Lyon II) ; M. Alain VIALA (Professeur à l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle).

Rabot (Cécile), Les choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en bibliothèque de lecture publique

672Mots-clés : sociologie du champ littéraire, valeur littéraire, bibliothèque de lecture publique, bibliothécaire, professions du livre, politiques d’acquisition

673Langue du manuscrit : français

674Résumé : Articulant littérature et sociologie, cette thèse étudie le processus de construction de la valeur littéraire à travers les pratiques de sélection des intermédiaires de la chaîne du livre, en l’occurrence des bibliothécaires de lecture publique en section adulte, quand ils constituent les collections ou les mettent en valeur. Elle s’appuie sur une enquête menée entre 2004 et 2010 dans le réseau des bibliothèques de la Ville de Paris à partir d’observations (séances de travail et réunions), d’entretiens approfondis avec des bibliothécaires, d’analyses quantitatives multiples menées à partir des catalogues et d’analyses textuelles. Une première partie analyse le cadre institutionnel de la lecture publique, ses professionnels et ses destinataires, en interrogeant les modèles de lecture promus et la réalité de la démocratisation culturelle. Une deuxième partie envisage les politiques d’acquisitions et les reconfigurations de la hiérarchie des genres qu’elles esquissent. Une dernière partie étudie trois dispositifs de mise en valeur qui, dans leur complémentarité, articulent réponse à la demande et politique d’offre. La thèse montre que les choix des bibliothécaires sont liés à la fois au rapport qu’ils entretiennent avec leur profession, à leur conception de la lecture publique et à leur position d’agents des politiques de la lecture et d’acteurs du champ littéraire : dans une double exigence de qualité et d’accessibilité au plus grand nombre, ils promeuvent des valeurs moyennes, devant procurer plaisir et savoir ; ce faisant, ils prennent part au processus d’auctorialisation dans ses différentes phases, de la découverte à la perpétuation.

675Adresse électronique de contact : cecile.rabot@orange.fr

676Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : VIALA Alain & SAPIRO Gisèle

677Mentions institutionnelles : /

678Date de commencement de la recherche : septembre 2006

679Date de soutenance, le cas échéant : 6 octobre 2011

680Composition du jury, le cas échéant : Mme Anne-Marie Bertrand, conservateur général des bibliothèques, habilitée à diriger des recherches, directrice de l’École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques, M. Alain Cantillon, maître de conférence en littérature française, habilité à diriger des recherches, Université Paris Sorbonne Nouvelle, M. Vincent Dubois, professeur des universités en science politique, Université de Strasbourg, M. Gérard Mauger, directeur de recherche émérite en sociologie, CNRS, CESSP, Mme Gisèle Sapiro, directrice de recherche en sociologie, CNRS, CESSP, M. Michel P. Schmitt, professeur émérite en littérature française, Université Lyon II Lumière, M. Alain Viala, professeur émérite en littérature française à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, professeur à l’Université d’Oxford.

Raynaud (Aurélien), Les écrivains aux frontières du champ politique. Une sociologie dispositionnaliste et contextualiste de l’engagement politique des intellectuels [titre provisoire]

681Mots-clés : Engagement politique, écrivains, dispositions, contextes, variations

682Langue du manuscrit : français

683Résumé : Cette recherche propose de s’interroger sur « l’engagement politique» des écrivains, dont l’une des caractéristiques singulières est que, bien qu’ils ne soient pas des « professionnels de la politique », leur intervention sur la scène publique pour prendre position sur des questions politiques se soit historiquement construite comme légitime. Il s’agit de s’intéresser, à partir d'études de cas d’écrivains ou poètes nés au début du 20ème siècle tels que René Char (1907-1988), aux processus sociaux par lesquels se construit et s’opère leur engagement politique. Plus précisément, notre travail s’attache à comprendre la variation dans le temps des modalités et/ou des orientations des prises de position d’un même individu. Comment saisir les transformations et les variations intra-individuelles ? Telle est l’une des interrogations centrales de cette recherche qui s’inscrit pleinement dans le cadre d’une sociologie dispositionnaliste et contextualiste qui présuppose que le passé intériorisé, sous la forme de schèmes de représentation, de pensée et d’action, participe, au point de rencontre avec des situations sociales données, de la détermination des pratiques des acteurs sociaux.

684Adresse électronique de contact : aurelien.raynaud@ens-lyon.fr

685Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bernard Lahire

686Mentions institutionnelles : Université Lyon2, Groupe de recherche sur la socialisation (UMR 5040 CNRS/Université Lyon2/ENS de Lyon)

687Date de commencement de la recherche : octobre 2008

688Date de soutenance, le cas échéant : /

689Composition du jury, le cas échéant : /

Rebreyend (Anne-Laure), « Nouveaux réalismes » dans le roman espagnol contemporain

690Mots-clés : Espagne contemporaine, écritures du réel, mémoire historique, crise, culture de la transition démocratique, savoirs de la fiction, identités collectives, réception, usages sociaux de la littérature

691Langue du manuscrit : français

692Résumé : Ma thèse porte sur le renouvellement du réalisme dans les romans espagnols des années 2000. En plaçant la littérature au cœur des faits historiques, sociaux, littéraires et des systèmes idéologiques, j’analyse :

693-en quoi consiste la rénovation du modèle réaliste dans le récit espagnol actuel

694-quel lien elle entretient avec les enjeux de l’écriture de l’histoire en Espagne en interaction avec les discours socio-politiques (métarécits de la mémoire, récit canonique de la Transition)

695-et quel rôle jouent les récits réalistes dans la configuration des imaginaires sociaux, dans un contexte de crise des représentations collectives et de critique de la construction de la démocratie espagnole.

696Adresse électronique de contact : al.rebreyend@gmail.com

697Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Directrice : Geneviève Champeau, Univ. Bordeaux-Montaigne. Co-directeur : Philippe Roussin, CNRS/Maison Française d'Oxford

698Mentions institutionnelles : Université Bordeaux-Montaigne

699Date de commencement de la recherche : septembre 2010

700Date de soutenance, le cas échéant : novembre 2016

701Composition du jury, le cas échéant : /

Rivron (Vassili), Enracinement de la littérature et anoblissement de la musique populaire : étude comparée de deux modalités de construction culturelle du Brésil (1888-1964)

702Mots-clés : Brésil, culture nationale, valorisation, patrimoine, histoire de la littérature, critique littéraire, édition, musique populaire, programme musical, radio, disque, marché de la culture, politique de la culture, intellectuels, universitaires, producteurs musicaux, consécration, reconversion, transferts culturels, comparatisme, sociologie, anthropologie

703Langue du manuscrit : français

704Résumé : Cette thèse analyse comparativement les processus d’enracinement de la littérature et d’anoblissement de la musique populaire au Brésil, afin d’appréhender différentes logiques de construction de la nation par la culture. On examine successivement la différenciation de champs de production culturelle par l’analyse, interne et externe, de deux ensembles d’opérateurs logiques de classement : les livres d’histoire de la littérature brésilienne parus entre 1888 et 1964 et les programmes de musique populaire diffusés à la radio entre 1919 et 1964. La valorisation de traditions et la consécration de panthéons artistiques, dans ces deux domaines, va de pair avec la construction de statuts (auteur, compositeur, producteur, critique), de pratiques et de formes culturelles (œuvres, genres, styles) qui sont nouveaux, depuis les producteurs jusqu’à leur public. On confronte ensuite ces deux processus, afin de dégager des variances et invariances et d’appréhender la polymorphie du nationalisme culturel. Mis en rapport aux transformations morphologiques de la société brésilienne, à la formation de marchés nationaux et de politiques de la culture, ainsi qu’aux trajectoires migratoires et de reconversion, on envisage les modalités de transferts de schèmes essentialistes de classement, d’une part, entre le savant et le populaire et, d’autre part, entre le national et l’étranger. Il s’agit de comprendre comment les diverses stratégies d’objectivation du national contribuent, en consacrant un patrimoine, à la mise en cohérence de processus différenciés pour réifier l’idée d’une “essence nationale” qui s’exprimerait dans tous les domaines de la vie sociale.

705Adresse électronique de contact : vassili.rivron@unicaen.fr

706Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Afrânio Garcia

707Mentions institutionnelles : EHESS (sociologie)

708Date de commencement de la recherche : 1998

709Date de soutenance, le cas échéant : 2005

710Composition du jury, le cas échéant : Afrânio Garcia, M. Esteban Buch, M. Roger Chartier, M. François Laplantine, Mme Annick Lempérière, Mme Anne-Marie Thiesse

Roussillon (Marine), Plaisir et pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique

711Mots-clés : chevalerie, réception, dix-septième siècle, noblesse, littérature, politique

712Langue du manuscrit : français

713Résumé : En montrant la présence d’un imaginaire médiéval dans la production littéraire des années 1600-1750 et en étudiant ses usages, cette thèse rend visible la construction d’un imaginaire moderne et galant utilisé pour susciter l’adhésion au pouvoir, en particulier dans le cadre d’une redéfinition de la noblesse.

714L’étude d’une fête de cour et d’un traité historique présente d’abord les enjeux politiques de la mise en récits du passé médiéval : il s’agit de figurer les origines et les valeurs de la monarchie.

715La deuxième partie étudie la construction narrative du passé médiéval à partir du corpus des récits chevaleresques, tel qu’il a été constitué par les pratiques éditoriales et critiques depuis la fin du Moyen Âge. Le recensement des récits chevaleresques tout au long de l’âge classique et l’étude chronologique de ce corpus, de ses métamorphoses et de ses dynamiques, fait apparaître la deuxième moitié du xviie siècle comme une période charnière.

716Les trois parties suivantes reviennent sur cette période à partir d’études de cas (la production d’un imprimeur, un traité des tournois, des épopées chrétiennes…) associant l’analyse textuelle, l’étude d’images et la construction de contextes. Elles montrent comment une interprétation moderne de la tradition chevaleresque a été construite par les milieux lettrés (dans les années 1640 et 1650), puis appropriée par le pouvoir dans le cadre de la politique de la gloire (1664-1674), avant d’étudier son devenir à la fin du siècle dans les genres nouveaux de l’opéra et du conte de fées. Pour finir, un épilogue met en perspective les récits chevaleresques avec d’autres textes figurant les valeurs de la noblesse et ses relations avec le roi.

717Adresse électronique de contact : marine.roussillon@wanadoo.fr

718Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Directeur de thèse : M. Alain Viala

719Mentions institutionnelles : Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

720Date de commencement de la recherche : septembre 2006

721Date de soutenance, le cas échéant : juin 2011

722Composition du jury, le cas échéant : M. Pierre Ronzeaud, président, professeur des universités (Université Aix-Marseille 1), M. Nicholas Cronk, professeur des universités (Université d’Oxford), Mme Marie-Madeleine Fragonard, professeur émérite (Université Paris 3), Mme Sophie Houdard, professeur des universités (Université Paris 3),- M. Alain Viala, professeur émérite (Université Paris 3), directeur, Mme Anne Simonin, directrice de recherches (CNRS).

Saunier (Emilie), L’écriture comme objectivation et travail de soi dans les œuvres d’Amélie Nothomb : pour une approche sociologique de la création littéraire

723Mots-clés : création littéraire / biographie sociologique / dispositions / travail de soi / schèmes littéraires.

724Langue du manuscrit : français

725Résumé : En se fondant sur les acquis d’une sociologie dispositionnaliste et contextualiste de la socialisation, notre thèse défend la possibilité et l’intérêt qu’il y a à relier une étude précise des œuvres avec les propriétés et expériences plurielles de son créateur. Cela revient à étudier les configurations sociales qu’il a traversées, avant même qu’il ne soit écrivain, et qui ont créé et soutenu son envie d’écriture, mais aussi engendré des manières de voir le monde, des questionnements et obsessions qui trouvent à s’exprimer sous une forme singulière dans ses textes.

726Notre choix s’est porté sur l’écrivaine contemporaine belge Amélie Nothomb. Productrice de best-sellers, elle constituait pour nous un moyen de mettre à l’épreuve des systèmes d’analyse de la création constitués autour de cas d’auteurs « légitimes » et/ou d’avant-garde. Elle présente également la particularité de vivre de son activité d’écriture et de s’investir pleinement dans des activités paralittéraires. La compréhension de sa création requerrait dès lors de réaliser une étude précise de sa présentation de soi verbale et non-verbale sur les scènes littéraire et médiatique.

727Une première partie analytique présente sa « biographie sociologique ». Celle-ci permet de qualifier, en seconde partie, l’intense « travail de soi » qui est accompli par la romancière dans son activité littéraire et de percevoir son rapport d’homologie avec son expérience antérieure de l’anorexie. Une troisième partie des résultats articule les traits structurant sa biographie avec l’analyse des schèmes structurant son œuvre et montre un processus d’objectivation partielle de soi engagé par Amélie Nothomb dans son écriture.

728Adresse électronique de contact : emiliesaunier@yahoo.fr

729Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Bernard Lahire

730Mentions institutionnelles : Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber équipe DPCS - UMR 5283 - Université Lyon II / ENS LSH de Lyon FRANCE

731Date de commencement de la recherche : novembre 2006

732Date de soutenance, le cas échéant : 17 septembre 2012

733Composition du jury, le cas échéant : François de Singly, professeur à l’Université Paris Descartes, président; Bernard Lahire, professeur à l’ENS de Lyon, directeur; Paul Aron, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, rapporteur; Bruno Péquignot, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle- Paris 3, rapporteur; Christine Détrez, maître de conférences HDR à l’ENS de Lyon; Delphine Naudier, chargée de recherches au CNRS (CSU-Cresppa, Paris 8)

Suvilay (Bounthavy), Dragon Ball en France

734Mots-clés : manga, dessin animé, anime, bande dessinée, édition, réception

735Langue du manuscrit : français

736Résumé : Histoire de la réception en France de la licence Dragon Ball (manga, anime, jeux vidéo) : processus de légitimation et transformations des pratiques de consommation.

737Adresse électronique de contact : bounthavy@gmail.com

738Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Marie-Eve Thérenty, Matthieu Letourneux

739Mentions institutionnelles : Montpellier 3

740Date de commencement de la recherche : Septembre 2015

741Date de soutenance, le cas échéant : /

742Composition du jury, le cas échéant : /

Tartakowsky (Ewa), Conditions sociales et fonctions de la littérature d'exil. Production des écrivains d'origine judéo-maghrébine en France

743Mots-clés : exil, migration, judéité, littérature, fonctions sociales, pratiques culturelles des migrants

744Langue du manuscrit : français

745Résumé : Notre travail de thèse se propose d’interroger la production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France en tant que littérature d’exil, dans la période de la décolonisation. La démarche, se basant sur une étude prosopographique, porte dans un premier temps sur les contextes favorables et pertinents à l’action d’une série d’individus, autrement dit sur l’état des conditions de la production d’une littérature née d’un déplacement. S’en suit une classification d’écrivains rendue possible par la mise en relation des caractéristiques sociologiques et des dispositions propres à cette génération d’auteurs avec les cadres culturels, historiques et cognitifs qui sont les leurs. En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec des écrivains sélectionnés selon la typologie dégagée de l’étude précédente ainsi que sur l’étude de leurs œuvres littéraires, la recherche s’attache, dans un second temps, à vérifier si cette écriture « minoritaire » peut nous renseigner, et jusqu’à quel point, sur les relations qu’entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identité. Enfin, dans cette perspective, ses usages sociaux et ses fonctions sont étudiés à travers l’analyse des mécanismes et des thèmes récurrents de cette production littéraire, qui se construit comme le témoignage singulier d’un moment de vécu historique et ce faisant, nourrit notre compréhension des processus d’ajustements littéraires.

746Adresse électronique de contact : etartakowsky@yahoo.fr

747Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : LAHIRE Bernard

748Mentions institutionnelles : Université Lyon 2 / Centre Max Weber

749Date de commencement de la recherche : 2011

750Date de soutenance, le cas échéant : le 27 octobre 2014 à l'université Lyon 2

751Composition du jury, le cas échéant : Paul ARON, Professeur des Universités, Université libre de Bruxelles (rapporteur), Chantal BORDES-BENAYOUN, Directrice de Recherche au CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès, Isabelle CHARPENTIER, Professeure des Universités, Université de Picardie (rapporteuse), Christine DETREZ, Maîtresse de conférences HDR, ENS Lyon, Bernard LAHIRE, Professeur des Universités, ENS Lyon

Thierry (Raphaël), Le marché du livre africain et ses dynamiques littéraires. Le cas du Cameroun

752Mots-clés : Edition ; Afrique subsaharienne ; Cameroun ; histoire du livre ; système littéraire ; marché du livre

753Langue du manuscrit : Français

754Résumé : À partir des années 1980, des groupes industriels internationaux entrent dans le capital de maisons d’édition du Nord. C’est le début de ce que l’on appellera la globalisation du livre. Face à la crainte de l’uniformisation des productions éditoriales, on observe l’émergence de réflexions et de projets autour de la biblio - diversité. C’est notamment dans cette dynamique que le marché du livre africain se structure en réseaux pour favoriser la diffusion, la distribution et la coédition de ses productions. Dès la fin des années 1990, la recherche universitaire s’intéresse de plus en plus à l’arrière - plan des œuvres littéraires africaines. Derrière chaque ouvrage se situent des institutions, des économies, des stratégies d’auteurs, etc., qu’il est important de prendre en considération. Ce travail s’intéresse d’abord à la relation de la production littéraire africaine avec le marché global du livre. Dans un second temps, notre recherche étudie le cas du marché du livre camerounais et sa cohérence en tant que système éditorial participant à l’économie littéraire nationale, sous - régionale et internationale.

755Adresse électronique de contact : raphael.thierry@netcourrier.com

756Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Codirection : HALEN (Pierre) : Université Paul Verlaine, Metz ; GUIYOBA (François) : Ecole Normale Supérieure de Yaoundé

757Mentions institutionnelles : Université de Lorraine, Université Yaoundé 1 (cotutelle)

758Date de commencement de la recherche : Décembre 2008

759Date de soutenance, le cas échéant : 13 novembre 2013

760Composition du jury, le cas échéant : M. Xavier GARNIER, professeur à l’Université Paris III, rapporteur M. François GUIYOBA, MCF HDR à l’Université de Yaoundé 1, codirecteur M. Pierre HALEN, professeur à l’Université de Lorraine, directeur M. Anthony MANGEON, professeur à l’Université de Strasbourg M. Jean-Yves MOLLIER, professeur à l’Université de Versailles - Saint - Quentin, rapporteur M. Luc PINHAS, MCF à l’Université Paris XIII

van Treeck (Christian), La réception de Michel Houellebecq dans les pays germanophones

761Mots-clés : Michel Houellebecq, transfert culturel, études de réception, espace germanophone, théorie du champ, champ littéraire, posture, image, capital symbolique, adaptation

762Langue du manuscrit : français

763Résumé : La réception de Michel Houellebecq dans l’espace germanophone, surtout en Allemagne, se distingue de celle d’autres auteurs français d’aujourd’hui par son intensité et son ampleur. Dans cette thèse, qui s’inscrit dans les recherches sur les transferts culturels franco-allemands, cette réception est étudiée sur la base de la théorie du champ de Pierre Bourdieu et sur celle du concept de posture auctoriale élaboré par Jérôme Meizoz. L’exposition des bases théoriques et matérielles de l’analyse est suivie de la présentation de l’„objet“ transféré et reçu, c’est-à-dire de Houellebecq et des parties et aspects de son œuvre essentiels pour la réception germanophone. L’analyse tient notamment compte des réflexions poétologiques de l’auteur et des éléments créateurs de l’ambiguïté caractéristique de son œuvre. Un certain nombre de médiateurs est intervenu dans le processus de transfert culturel de cet „objet“ vers l’espace germanophone et a contribué à amplifier et stabiliser sa réception ; parmi eux, les éditeurs allemands de Houellebecq revêtent une importance particulière. Dans la réception critique, celle dans la presse écrite est analysée selon plusieurs aspects pour lesquels la posture (elle aussi souvent ambigüe) de l’auteur est confrontée aux réactions des journalistes. Si la réception télévisée présente globalement des caractéristiques comparables à celles de la réception dans la presse, celle dans le champ universitaire s’en distingue à plusieurs égards, entre autres au niveau de la temporalité et des approches choisies. Dans le domaine de la réception créatrice, les exemples analysés d’une réception littéraire traduisent des prises de position à l’égard de Houellebecq aussi variables que les postures de leurs auteurs et les positions qu’ils occupent dans le champ littéraire. Parmi les diverses adaptations théâtrales, radiophoniques et cinématographiques des romans de Houellebecq, la mise à l’écran des Particules élémentaires par Oskar Roehler mérite une attention particulière d’une part en raison de la réorientation mélodramatique de l’œuvre, d’autre part en raison du public considérable qu’elle a attiré. L’ensemble des analyses effectuées permet de préciser le capital symbolique dont dispose Houellebecq dans les champs littéraire, culturel et intellectuel de l’aire germanophone ainsi que les caractéristiques et les facteurs déterminants de sa réception dans ces champs.

764Adresse électronique de contact : christian.vantreeck@studienkolleg-hamburg.de

765Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Karl Heinz Götze (directeur de thèse)

766Mentions institutionnelles : Aix-Marseille Université, thèse en études germaniques

767Date de commencement de la recherche : novembre 2002

768Date de soutenance : 16/10/2010

769Composition du jury : Karl Heinz Götze (Université de Provence) ; Bruno Viard (Université de Provence) ; Jürgen Ritte (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) ; Joseph Jurt (Université de Fribourg-en-Brisgau)

Au Québec

Bouchard (Anne-Marie), Figurer la société mourante. Culture esthétique et idéologique de la presse anarchiste illustrée en France, 1880-1914

770Mots-clés : Presse; Anarchisme; Culture visuelle; Idéologie; Discours social

771Langue du manuscrit : français

772Résumé : Cette thèse étudie l'illustration de la presse anarchiste française sous la Troisième République. À la fois propagande et témoignage de l'actualité, cette illustration est analysée à la lumière de ses relations complexes avec les médias contemporains, avec lesquels les anarchistes entretinrent des polémiques sur la nature et le rôle de l'art, sur la place des images dans la propagande, sur les pratiques de presse et sur un certain nombre d'enjeux sociopolitiques internationaux.

773Adresse électronique de contact : annemarie.bouchard.4@gmail.com

774Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Porterfield, Todd

775Mentions institutionnelles : Université de Montréal

776Date de commencement de la recherche : 4 septembre 2005

777Date de soutenance, le cas échéant : 2 octobre 2009

778Composition du jury, le cas échéant : Nicole Dubreuil, président-rapporteur, Todd Porterfield, directeur de recherche, Françoise Lucbert, membre du jury, Yannick Portebois, examinateur externe, Marcel Lajeunesse, représentant du doyen de la FESP

Boucher (Geneviève), Histoire, Révolution et esthétique. Le temps et ses représentations dans le Tableau de Paris et le Nouveau Paris de Louis Sébastien Mercier

779Mots-clés : Tournant des Lumières, Louis Sébastien Mercier (1740-1814), Représentations du temps, Révolution française, Esthétique

780Langue du manuscrit : français

781Résumé : Cette thèse porte sur les représentations du temps historique dans deux œuvres panoramiques de Louis Sébastien Mercier (1740-1814), soit le Tableau de Paris, publié entre 1781 et 1788, et le Nouveau Paris, publié en 1798. Ces deux œuvres partagent une visée commune (faire le portrait physique et moral de Paris et écrire l’histoire du temps présent), mais, comme elles sont séparées par la Révolution française, elles présentent deux univers distincts. Il s’agit d’une part, d’étudier le foisonnement des représentations du temps chez Mercier et, d’autre part, de faire voir comment elles se modifient sous l’impact de la Révolution, qui oblige les contemporains à réévaluer leur place dans l’histoire. L’imaginaire temporel est abordé dans ses configurations variées et dans ses apories : l’œuvre panoramique de Mercier met en scène une série de tensions entre le passé – qui est tantôt rejeté, tantôt appelé – et le futur – qui apparaît soit comme l’horizon du progrès, soit comme le tournant de l’apocalypse. C’est toutefois le présent qui agit comme point focal de l’imaginaire temporel merciérien : il est le prisme à travers lequel l’auteur aborde les autres entités. Dans son désir de capter l’extrême contemporanéité, Mercier complexifie le rapport entre le monde ambiant et l’écriture qui tente de le fixer. Pris dans la tourmente révolutionnaire, il cherche à percer l’opacité des événements et fournit dans le Nouveau Paris l’une des premières histoires de la Révolution. Au moment où le présent acquiert dans son œuvre un statut d’objet historique, il devient également un objet esthétique : l’histoire présente, dans sa grandeur chaotique, remplace la nature comme source de sublime.

782Adresse électronique de contact : genevieverb@hotmail.com

783Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Melançon, Benoît (Université de Montréal), Delon, Michel (Université Paris-Sorbonne)

784Mentions institutionnelles : Université de Montréal, Université Paris-Sorbonne

785Date de commencement de la recherche : septembre 2004

786Date de soutenance, le cas échéant : 29 janvier 2010

787Composition du jury, le cas échéant : Ugo DIONNE (U. de Montréal), Benoît MELANÇON (U. de Montréal), Michel DELON (U. Paris-Sorbonne), Pierre FRANTZ (U. Paris-Sorbonne), Laurence MALL (U. of Illinois at Urbana-Champaign), Gérard BEAUDET (U. de Montréal)

Brisson (Frédéric), L’étreinte de la pieuvre verte : Hachette et les transformations du monde du livre québécois, 1953-1983

788Mots-clés : livre, diffusion, distribution, librairie, édition, Québec, importation Hachette.

789Langue du manuscrit : Français

790Résumé : À partir des années 1950, la Librairie Hachette, un géant du monde du livre français, prend pied au Québec. L’entreprise développe une large palettes d’activités incluant l’approvisionnement en livres pour les librairies et les institutions (Département étranger Hachette, 1953), la distribution de périodiques (entente avec Benjamin News, 1953 et création de Les Messageries de presse internationales, 1958), la librairie (acquisition de la Librairie Pony, 1958, et du réseau de librairies Garneau, 1972), l’édition scolaire (entente avec les Éditions du Renouveau pédagogique, 1965, et achat du Centre éducatif et culturel, 1971), la distribution du livre (mise sur pied des Messageries internationales du livre, 1968, et de Québec Livres, 1981) et les clubs du livre (lancement de Livre Loisirs, 1971).

791Hachette dispose d’une organisation solide, de moyens importants et du soutien de l’État français. Cependant, deux « affaires Hachette » successives démontrent la volonté des professionnels québécois de s’opposer à l’expansion de ce concurrent français. Le Conseil supérieur du livre publie en 1969 un « Livre blanc sur l’affaire Hachette » pour dénoncer la création, l’année précédente, des Messageries internationales du livre. En effet, en obligeant les libraires à s’approvisionner à Montréal pour tous les titres dont il a l’exclusivité, incluant ceux de la collection « Le Livre de Poche », le mode de fonctionnement de ce distributeur remet directement en cause l’activité des libraires grossistes dans laquelle l’importation du livre occupe une large part. Durant la décennie suivante, les grossistes seront balayés de la carte et supplantés par une vague de diffuseurs-distributeurs dont le fonctionnement, calqué sur le modèle français, repose sur des ententes exclusives conclues avec des éditeurs. Rétribués par un pourcentage sur les ventes, les diffuseurs-distributeurs se montrent plus efficaces et plus audacieux que leurs devanciers dans la commercialisation du livre, utilisant des outils commerciaux tels l’office et offrant aux libraires un service plus rapide et un éventail de titres plus étendu. Hachette représente un catalyseur de cette autonomisation du maillon de la diffusion-distribution dans le système-livre québécois.

792La seconde « affaire Hachette », qui éclate en 1972, fait suite à l’acquisition par l’entreprise française, en partenariat avec la Société générale de financement du Québec, d’un grand éditeur scolaire, le Centre éducatif et culturel, et d’un important réseau de librairies, Garneau. Non seulement cette « invasion étrangère » est-elle décriée, mais les professionnels du livre sont scandalisés d’apprendre que le gouvernement québécois a assoupli discrètement, à la demande de l’État français relayant la position de Hachette, les règles relatives à la propriété étrangère définies dans le cadre de la Politique du livre de 1971, ce qui a rendu possible l’achat de Garneau. Les éditorialistes prennent le relais et l’affaire fait couler beaucoup d’encre. Quelques années après cette controverse, le projet de loi 51, adopté par le Parti québécois en 1979, fera de la propriété québécoise à 100% une condition de l’agrément des librairies et de la vente de livres aux institutions. Malgré la fusion opérée entretemps avec la chaîne de librairies Dussault, Hachette est forcé de se retirer de ce secteur. En 1983, après s’être placé dans une situation financière délicate, Hachette se retire également des activités de distribution. Il s’agit d’un revirement de situation des plus étonnant, étant donné que Hachette occupe une place prédominante dans la distribution du livre en France et dans les autres marchés francophones. Ce dénouement illustre la spécificité québécoise au sein de la francophonie, combinant une imbrication au système de distribution français et un fort dynamisme de la part de maisons d’éditions, de diffuseurs-distributeurs et de librairies qui appartiennent en majorité à des intérêts locaux. Dans cette histoire, Hachette joue un rôle de repoussoir, incarnant une menace omniprésente et une industrie française peu sensible aux particularités québécoises.

793Cette thèse relate l’évolution des activités de Hachette au Québec et les multiples conséquences qui en ont résulté. En plus des sources imprimées, la consultation du riche fonds Hachette déposé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine et les nombreuses entrevues avec des acteurs-clé de l’époque permettent de dresser un portrait reflétant les différents points de vue, tant du côté français que du côté québécois, d’une période cruciale pour la compréhension de la configuration actuelle du monde du livre québécois.

794Adresse électronique de contact : Frederic.Brisson@USherbrooke.ca

795Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Frédéric Brisson

796Mentions institutionnelles : Université de Sherbrooke, Département des Lettres et communications

797Date de soutenance, le cas échéant : 13 août 2009

798Composition du jury, le cas échéant : Monsieur Jacques Michon, directeur de recherche, Université de Sherbrooke ; Madame Josée Vincent, Université de Sherbrooke ; Madame Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke ; Madame Fernande Roy, Université du Québec à Montréal.

Caron (Mélinda), Les pratiques d’écriture et de sociabilité de Louise d’Épinay à la lumière de ses contributions à la Correspondance littéraire et de ses lettres à Ferdinando Galiani (1755-1783)

799Mots-clés : littérature française du XVIIIe siècle ; Louise d’Épinay ; pratiques de sociabilité ; représentation ; imaginaire social ; femmes de lettres ; mondanité.

800Langue du manuscrit : français

801Résumé : Les collaborations de Louise d’Épinay à la Correspondance littéraire (1755-1783) et sa correspondance avec Ferdinando Galiani (1769-1783) constituent deux corpus complémentaires pour comprendre les pratiques de sociabilité de cette auteure et pour mettre au jour leur interaction avec ses pratiques d’écriture. Ses critiques, ses dialogues et ses lettres assurent la cooptation d’une élite par le prolongement qu’ils offrent aux mécanismes de distinction propres à la société de cour et par leur circulation en marge de la sphère mondaine. L’analyse des représentations de soi et du groupe dans ces ensembles permet d’approcher l’imaginaire social qui leur donne sens et qui explique la diffusion restreinte de ces textes. Cette étude, qui s’appuie sur des concepts issus de la sociologie, offre la possibilité d’un décloisonnement de la critique de la production de Louise d’Épinay tout en proposant une nouvelle approche de celle des femmes associées aux salons des Lumières.

802Adresse électronique de contact : melindacaron@yahoo.ca

803Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche :

804M. Michel Delon, Université Paris IV – Sorbonne

805M. Benoît Melançon, Université de Montréal

806Mentions institutionnelles : Université de Montréal et Université Paris IV – Sorbonne (cotutelle de thèse France-Québec)

807Date de commencement de la recherche : septembre 2004

808Date de soutenance, le cas échéant : 5 octobre 2009

809Composition du jury, le cas échéant : M. Michel Delon, Université Paris IV – Sorbonne, M. Benoît Melançon, Université de Montréal, M. Jean-Christophe Abramovici, Université de Valenciennes, M. Ugo Dionne, Université de Montréal, M. Pierre Frantz, Université Paris IV – Sorbonne

Carrier-Lafleur (Thomas), Proust et le cinéma. Temps, images, adaptations

810Mots-clés : intermédialité littéraire et cinématographique, esthétique et modernité, adaptations filmiques, histoire du cinéma, littérature française

811Langue du manuscrit : Français

812Résumé : Nous étudions le rapport intermédiatique général que Marcel Proust entretient avec le cinéma. Comme le narrateur proustien voyait une différence entre la « mémoire volontaire » et la « mémoire involontaire », nous établissons comme problématique deux types de rencontres entre Proust et l’art du cinématographe. Chacune de ces rencontres représente un axe de la thèse, un filon intermédiatique à explorer. D’une part, les « rencontres volontaires » entre le cinéma et Proust. Elles sont les adaptations cinématographiques d’À la recherche du temps perdu : les films Céleste (1980) de Percy Adlon, Un amour de Swann (1984) de Volker Schlöndorff, Le temps retrouvé (1999) de Raoul Ruiz, La captive (2000) de Chantal Akerman et les scénarios abandonnés de Suso Cecchi d’Amico pour Luchino Visconti (publié en 1984) et celui d’Harold Pinter pour Joseph Losey (publié en 2003). D’autre part, les « rencontres involontaires » entre Proust et le cinéma. Elles naissent d’un paradoxe : un discours anti-cinématographique parcourt À la recherche du temps perdu, et pourtant le roman développe un riche éventail de procédés optiques que Proust utilise pour définir la spécificité de son style et la nature de son projet littéraire. Le roman, par son intermédialité intrinsèque, devient l’équivalent d’une machine visuelle.

813Adresse électronique de contact : thomas.carrier-lafleur.1@ulaval.ca

814Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pinson, Guillaume, Sirois-Trahan, Jean-Pierre et Scheinfeigel, Maxime

815Mentions institutionnelles : Université Laval (Québec, Canada) et Université Paul-Valéry (Montpellier, France)

816Date de commencement de la recherche : Automne 2010

817Date de soutenance, le cas échéant :

818Composition du jury, le cas échéant :

Cellard (Karine), L’histoire littéraire en récits. Manuels scolaires et interprétation du corpus québécois (1918-1996)

819Mots-clés : littérature québécoise, manuels scolaires, histoire littéraire, critique, vingtième siècle, enseignement de la littérature, institution littéraire.

820Langue du manuscrit : français

821Résumé : Comme toute entreprise historiographique, le manuel d’histoire littéraire élabore un récit proposant l’interprétation d’un corpus donné, le plus souvent national. Récit, en effet, puisque sous les dehors rassurants de l’objectivité, cette « mise en intrigue » de l’histoire littéraire s’appuie sur les ressources de la narration pour faire sens d’un ensemble disparate d’œuvres et d’auteurs. Par ailleurs, la destination scolaire du manuel le rend particulièrement perméable à un ensemble d’enjeux qui débordent la sphère littéraire, qu’il s’agisse du statut professionnel du rédacteur, de l’état du système d’éducation à l’époque de la publication, de la portée politique, religieuse ou culturelle alors attribuée à la transmission du patrimoine ou encore des vogues méthodologiques en matière d’analyse littéraire. De l’ouvrage fondateur de l’abbé Camille Roy (1918) jusqu’aux synthèses aujourd’hui employées au cégep en passant par les panoramas publiés par les congrégations religieuses ou les hommes de lettres de la Révolution tranquille, quelles « histoires » l’école a-t-elle relayées avant de parvenir au « grand récit » contemporain de la littérature québécoise ? Quels ont été, tout au long du siècle, les principaux enjeux idéologiques, sociaux ou culturels liés à la constitution de cette tradition de lecture, et que nous enseignent les stratégies adoptées par les rédacteurs de manuels sur l’écriture de l’histoire littéraire en contexte minoritaire ? Ce sont là quelques-unes des interrogations auxquelles convie cette réflexion qui, en s’inspirant du concept de « mise en récit » formulé par Paul Ricœur, propose la traversée inédite d’un siècle de critique et d’enseignement de la littérature québécoise.

822Adresse électronique de contact : karine.cellard@cegepoutaouais.qc.ca

823Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Micheline Cambron

824Mentions institutionnelles : Université de Montréal

825Date de commencement de la recherche : 2001

826Date de soutenance, le cas échéant : 2008

827Composition du jury, le cas échéant : Paul Aron (Université libre de Bruxelles, évaluateur externe) ; Micheline Cambron, Élisabeth Nardout-Lafarge et Pierre Nepveu (Université de Montréal)

David (Anne-Marie), Les représentations du travail et de la débâcle industrielle dans la littérature française contemporaine (1945-2012) [sujet à modifications]

828Mots-clés : Littérature française (XXe et XXIe siècles) ; récit contemporain ; sociocritique ; représentation du travail et du monde ouvrier

829Langue du manuscrit : français

830Résumé : De façon étonnante en regard de son histoire, la littérature française contemporaine n’offre plus au travail industriel la place qu’il avait autrefois. Cette atténuation coïncide avec une éviction relative de la conscience collective tout court, la « fin » de la classe ouvrière ayant été évoquée à maintes reprises dans les années 80 et 90. Mais si on a pu alors parler d’une crise de l’histoire ou du mouvement ouvriers, il n’en reste pas moins que les individus dont il est question sont toujours les plus nombreux en termes de population, et ce en dépit d’une baisse de leurs effectifs. La contradiction apparente indique que si les fermetures d’usines et les « impératifs » économiques dont parlent les experts ont une incidence au niveau du terrain sur la condition ouvrière et sur le devenir du travail, la ténuité de la place qui leur est accordée dans l’espace symbolique et, plus particulièrement, dans la littérature relève d’autres causes.

831Or, s’il n’y a plus aujourd’hui de grand « roman social », nombre d’écrivains ont bel et bien tenté de mettre en texte la débâcle industrielle, les mutations du travail et le devenir des pratiques et de la culture ouvrières. Leurs œuvres disent avec force, mais non sans difficulté, que l’effacement symbolique du travail industriel est lié à des changements de sa nature, à des modifications de son image et de ses représentations publiques, à la dévalorisation des relations sociales qu’il suppose, à des changements axiomatiques de l’imaginaire social environnant, non à sa disparition effective. Pour y parvenir, ces écrivains (Roger Vailland, Christiane Rochefort, Robert Piccamiglio, François Bon, etc.) ont dû renouveler les formes anciennes du roman social et trouver des moyens esthétiques nouveaux, appropriés aux nouvelles réalités et au cadre imaginaire contemporain.

832Adresse électronique de contact : axm_david@yahoo.fr

833Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pierre Popovic

834Mentions institutionnelles : /

835Date de commencement de la recherche : septembre 2009

836Date de soutenance, le cas échéant : /

837Composition du jury, le cas échéant : /

Dubois (Sophie), Quand Refus global devient « Refus global » : l’histoire d’une réception partielle

838Mots-clés : (non-)réception ; pluridisciplinaire; histoire culturelle québécoise; critique; processus de légitimation.

839Langue du manuscrit : Français

840Résumé : L’œuvre charnière que constitue Refus global dans l’histoire culturelle du Québec a été maintes fois lue et commentée. Toutefois, sa réception critique, bien qu'abondante, demeure partielle en ce sens qu'elle n'aborde bien souvent que le texte éponyme de Borduas (« Refus global ») et laisse dans l’ombre les autres textes de Borduas, ceux de Gauvreau, de Cormier, de Sullivan et de Leduc, ainsi que les photographies et lithographies composant le recueil original. Ce postulat de non-réception des composantes « marginales » du manifeste, devenu la pierre d’assise de nouvelles lectures du manifeste, ne semble toutefois pas avoir été questionné. En ce sens, notre projet de recherche vise à étudier la réception de Refus global, de sa parution, en 1948, à 2008, afin de mesurer le poids de cette réception partielle et d’en expliquer les causes. Il s'agit en effet de repérer, dans le discours social et les tendances littéraires des différentes époques de réception du recueil, ce qui a influencé la (non-) réception des composantes « marginales » du recueil, en comparaison avec ce qui a conduit le texte de Borduas à la consécration.

841L'objectif de l'étude est donc triple : rétablir, dans l’histoire littéraire, l’image de Refus global en tant que recueil pluridisciplinaire; apporter des éléments de définition méthodologique aux phénomènes de réception partielle d'une œuvre; et établir des critères de sélection ayant été privilégiés dans l'élaboration d'une tradition littéraire au Québec depuis 1948. En somme, par la compréhension du phénomène de réception partielle de Refus global, nous souhaitons dégager des facteurs de légitimation ayant permis au texte de Borduas de traverser les époques et de s’inscrire dans la mémoire littéraire, contrairement aux autres œuvres du recueil.

842Adresse électronique de contact : sophie.dubois@umontreal.ca

843Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Micheline Cambron

844Mentions institutionnelles : Université de Montréal

845Date de commencement de la recherche : septembre 2009

Dubois (Sophie), Quand Refus global devient « Refus global » : l’histoire d’une réception partielle

846Mots-clés : Refus global, réception critique, réception partielle, récit commun, histoire culturelle, recueil, objets sémiotiques secondaires

847Langue du manuscrit : Français

848Résumé : Refus global, le recueil, n’est pas « Refus global », son texte éponyme. Partant de cette distinction et du constat selon lequel la partie éclipse le tout dans le discours critique, cette thèse a pour objectif d’expliquer l’occultation du recueil dans l’histoire sociale et artistique québécoise. À partir de l’étude de la réception de 1948 à 2008, y est interrogée la constitution du récit commun entourant l’œuvre, duquel le recueil est exclu. Il s’agit donc de mettre au jour les obstacles qui se sont présentés dans le parcours de réception du recueil, nuisant à la formation d’un discours unifié et cohérent à son sujet et l’empêchant de s’inscrire dans l’histoire.

849Adresse électronique de contact : sodubois11@gmail.com

850Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Micheline Cambron

851Mentions institutionnelles : Université de Montréal

852Date de commencement de la recherche : septembre 2009

853Date de soutenance, le cas échéant : novembre 2014

854Composition du jury, le cas échéant : Martine-Emmanuelle Lapointe, président-rapporteur; Micheline Cambron, directrice de recherche; Johanne Lamoureux, membre du jury; Anne Caumartin, examinatrice externe; Ollivier Hubert, représentant du doyen.

Dupont (Anne-Hélène), Le temps de la Grande Guerre chez Proust, Romains et Martin du Gard [titre provisoire]

855Mots-clés : temps ; Première Guerre mondiale ; Marcel Proust ; Jules Romains ; Roger Martin du Gard ; sociocritique

856Langue du manuscrit : français

Gagnon (Alex), La communauté du dehors. Imaginaire social et représentations du crime au Québec (xixexxe siècle)

857Mots-clés : imaginaire social ; littérature québécoise ; presse ; fait divers ; mémoire collective ; oralité ; XIXe siècle ; histoire culturelle ; crime ; institutions judiciaires.

858Langue du manuscrit : français

859Résumé : La société québécoise a, comme toutes les sociétés, ses crimes et criminels légendaires. Or, si ces faits divers célèbres ont fait l’objet, dans les dernières décennies, de quelques reconstitutions historiographiques, on connaît beaucoup moins, en revanche, le mécanisme de leur légendarisation, le processus historique et culturel par lequel ils passent du « fait divers » au fait mémorable. C’est d’abord ce processus que s’attache à étudier cette thèse de doctorat, qui porte sur quatre crimes célèbres des xviiie et xixe siècles (le meurtre du seigneur de Kamouraska [1839] ainsi que les crimes commis par « la Corriveau » [1763], par le « docteur l’Indienne » [1829] et par les « brigands du Cap-Rouge » [1834-1835]) : pour chacun de ces cas particuliers, l’analyse reconstitue la généalogie des représentations du crime et du criminel de manière à retracer la fabrication et l’évolution d’une mémoire collective. Celles-ci font chaque fois intervenir un système complexe de discours : au croisement entre les textes de presse, les récits issus de la tradition orale et les textes littéraires, l’imaginaire social fabrique, à partir de faits criminels ordinaires, de grandes figures antagoniques, incarnations du mal ou avatars du diable. Ce vaste processus d’antagonisation est en fait largement tributaire d’une époque (le xixe siècle) où, dans les sociétés occidentales, le « crime » se trouve soudainement placé au cœur de toutes les préoccupations sociales et politiques : l’époque invente un véritable engouement littéraire pour le crime de même que tout un arsenal de savoirs spécialisés, d’idées nouvelles et de technologies destinées à connaître, mesurer et enrayer la criminalité. Dès les premières décennies du xixe siècle, le phénomène se propage de ce côté-ci de l’Atlantique. Dans la foulée, les grands criminels qui marquent la mémoire collective sont appelés à devenir des ennemis imaginaires particulièrement rassembleurs : figures d’une altérité radicale, ils en viennent à constituer le repoussoir contre lequel, à partir du xixe siècle, s’est en partie instituée la société québécoise.

860Adresse électronique de contact : alex.gagnon.1@umontreal.ca

861Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : 

862Mentions institutionnelles :

863Date de commencement de la recherche : Janvier 2012

864Date de soutenance, le cas échéant : 14 décembre 2015

865Composition du jury, le cas échéant : Martine-Emmanuelle Lapointe, président-rapporteur, Micheline Cambron, directrice de recherche, Benoît Melançon, membre du jury, Claude La Charité, examinateur externe, Ollivier Hubert, représentant de la doyenne

Ghadie (Heba Alah), Les traducteurs dans les collections littéraires en France (1821-1852) : Identités réelles et discursives

866Mots-clés : XIXe siècle, collections littéraires, Théâtre européen, Chefs d'œuvre du théâtre européen (Ladvocat), Collection des meilleurs romans étrangers (Hachette), Bibliothèque latine-française (Panckoucke), Collection des auteurs latins avec la traduction en français (Nisard), Bibliothèque des classiques grecs avec la traduction latine en regard (Firmin-Didot), Petits poems grecs (E. Falconnet), traduction, traducteurs, préfaces, scénographie.

867Langue du manuscrit : français.

868Résumé : Cette thèse s’intéresse au phénomène des collections de traductions dans la France du XIXe siècle, particulièrement entre les années 1821 et 1852, dans le but de dévoiler les identités réelles et discursives des traducteurs qui y ont collaboré. Nous distinguons deux ensembles, celui de la traduction à partir des langues anciennes et celui de la traduction à partir des langues modernes, et décrivons en détail l’architecture globale de cinq entreprises collectives : la Bibliothèque Panckoucke, la Collection Nisard, Les Poèmes grecs d’E. Falconnet, la Collection Ladvocat et le Théâtre européen. Ces collections nous ont servi de bases de données pour établir une liste de 182 traducteurs et une autre de 169 préfaces. Nous avons mené une enquête sur les traducteurs en question dans les dictionnaires de l’époque afin de déterminer leurs identités réelles et les horizons desquels ils arrivent (du milieu enseignant, juridique, politique, littéraire, de Paris, de la province ou d’un autre pays que la France), et procédé à une  lecture sérielle des préfaces pour dégager la personnalité discursive des signataires. Nous définissons dans cette thèse trois grandes figures de traducteurs - « l’érudit », « le littérateur » et « le lettré » - et proposons un essai de poétique et de typologie des préfaces des traducteurs dans les collections de traduction. Cette étude s’articule autour de quatre grandes questions auxquelles nous avons tenté de répondre essentiellement à partir des préfaces des traducteurs : qu’est-ce qu’on traduit? pourquoi traduit-on? comment dit-on avoir traduit? et, finalement, qui traduit?

869Adresse électronique de contact : hghad048@uottawa.ca

870Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : M. Rainier Grutman.

871Mentions institutionnelles : Département de Français, Université d'Ottawa.

872Date de commencement de la recherche : Janvier 2009.

873Date de soutenance, le cas échéant : vendredi 25 octobre 2013.

874Composition du jury, le cas échéant : Président : Professeure Sandra Lehalle ; Examinateur externe : Professeur Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) ; Examinateurs internes : Professeure Clara Foz, Professeur Marcel Olscamp, Professeur Maxime Prévost.

Giguère (Nicholas), L’évolution de l’imprimé gai au Québec (1971-2010) : vecteur de reconnaissance et de légitimation d’une communauté

875Mots-clés : Histoire du livre et de l’édition au Québec, Histoire du mouvement gai au Québec, Production, diffusion et réception de l’imprimé gai, Revues, maisons d’édition, librairies et associations gaies, Évolution sociale et fonctionnalités de l’imprimé gai.

876Langue du manuscrit : Français

877Résumé : Plusieurs maisons d’édition – comme les Éditions Zénith, de l’Orée, Homeureux, Nitram, les Publications du Domaine, les Éditions MFR, –, mais aussi des collections et des revues gaies québécoises (Le berdache, Fugues, Sortie, Orientations), ont vu le jour au Québec. De tels imprimés gais se retrouvent dans des librairies spécialisées (dont l’Androgyne, Serge et Réal, Ménage à trois) et sont référencés dans des périodiques voués à la littérature gaie, comme La référence, fondée par Salducci, et Le marginal. Bien que bon nombre de ces imprimés et instances soient éphémères, elles n’en ont pas moins contribué à la création d’un phénomène éditorial engagé. Depuis son émergence au début de la décennie 1970 avec des revues comme Le tiers (1971-1972) et Le gai Québec (1975), l’imprimé gai québécois a connu une grande évolution, tant éditoriale que sociale : c’est cette évolution qui sera analysée, de même que les instances vouées à la production, à la diffusion et à la réception des imprimés gais, les stratégies déployées par les auteurs et les promoteurs afin de fonder de telles instances et (surtout) les différentes fonctions qu’occupe l’imprimé gai au cours des décennies.

878Jusqu’à ce jour, les principales études sur l’imprimé gai ont surtout été réalisées par des chercheurs anglo-saxons : leurs contributions s’inscrivent dans la lignée des études gaies et lesbiennes. Les chercheurs français, pour leur part, se sont moins penchés sur la question : quelques études d’ensemble, dont celles d’Émilie Establie et de Camille Tomasicchio, ont été menées sur l’édition gaie et lesbienne en France. En outre, Arcadie, l’une des premières revues « homophiles » françaises, a fait l’objet de quelques articles et ouvrages, dont ceux de Julian Jackson et de Christopher Miles. Au Québec, seuls Mathieu Arsenault et Guy Ménard ont contribué à l’avancement des recherches sur l’imprimé gai par leurs analyses du Berdache. Cette revue, quoiqu’elle ait été primordiale dans le mouvement de libération des gais, ne rend pas compte, à elle seule, de l’évolution de l’imprimé gai au Québec. La présente thèse, qui emprunte tant aux études gaies et lesbiennes – et donc aux cultural studies – qu’à l’histoire du livre et de l’édition, comblera ainsi une lacune. Des notions issues de ces deux disciplines, d’abord celle « d’imprimé », puis celle de « gai », enfin celle de « sous-champ », constituent les fondements de notre réflexion théorique.

879Plus précisément, il s’agira d’identifier les facteurs historiques, sociologiques, mais aussi éditoriaux qui favorisent l’émergence de l’imprimé gai et des instances qui sont associées à sa production, à sa diffusion et à sa réception. Une attention particulière sera donc accordée à l’analyse du sous-champ éditorial gai au Québec qui, même s’il possède un fort degré de spécialisation et de hiérarchisation entre ses instances, n’est pas complètement autonome par rapport au champ littéraire élargi. Le manque de reconnaissance de la littérature gaie n’est certainement pas étranger à ce phénomène. Décriée par les uns comme une forme de particularisme, de ghettoïsation stérile qui enferme le sens de l’œuvre, par les autres comme un sous-genre qui se limite tout au plus à l’érotisme et à la pornographie, la littérature gaie, et par extension les ouvrages et autres imprimés qui en sont le véhicule, sont assignés à une position dominée dans le champ littéraire.

880Outre l’examen des stratégies mobilisées par des auteurs et éditeurs gais dans le but de fonder leurs propres instances éditoriales, nous insisterons sur les usages qu’ils font de l’imprimé. En fait, l’évolution des différentes fonctions occupées par l’imprimé gai au cours des décennies constituera le cœur de cette thèse. Une telle évolution semble double : elle montre d’une part qu’à des publications qui objectivent l’homosexualité et la stigmatisent (ou du moins qui la décrivent scientifiquement, sans la défendre) succèdent des imprimés où l’homosexuel, ou plutôt le gai, devient le sujet du discours. Cette évolution, d’autre part, laisse entrevoir que les imprimés gais, d’abord à la remorque d’autres préoccupations et revendications – sexuelles, contre-culturelles, féministes, nationalistes – se distancient de plus en plus de ces dernières et gagnent en autonomie.

881Enfin, il sera question de la commercialisation progressive des imprimés gais au Québec. En fait, les producteurs actuels sont partagés entre la mise en marché d’imprimés commerciaux qui répondent à des impératifs économiques (rentabilité, recours à des annonceurs pour assurer un minimum de revenus à l’entreprise) et la production de revues et de livres militants qui misent davantage sur le contenu engagé.

882Adresse électronique de contact : Nicholas.Giguere@USherbrooke.ca

883Noms et prénoms des promoteurs de la recherche : Josée Vincent et Luc Pinhas

884Mentions institutionnelles : Université de Sherbrooke

885Composition du jury : Pierre Hébert et David Leahy

886Date prévue de soutenance de la thèse : août 2013

Guay (Élyse), Recentrement et Résistance : le réseau transaméricain des revues francophones (1941-1948)

887Mots-clés : histoire des intellectuels; histoire de la littérature; étude des réseaux; étude des revues; littérature québécoise; littérature américaine; littérature française; médiations; transferts culturels; sociologie de la littérature; Roger Caillois; Jacques Maritain; Robert Charbonneau; Claude Hurtubise; Louis-Marcel Raymond; Yvan Goll, Saint-John Perse; Alain Bosquet; René Étiemble.

888Langue du manuscrit : français

889Résumé : Dans le cadre de mon projet de thèse, je m'intéresse aux réseaux tissés entre les intellectuels et écrivains francophones dispersés dans les Amériques durant la Seconde Guerre mondiale. Je cherche à reconstituer ces relations, et leurs liens avec le milieu montréalais, par le biais des correspondances et des revues qu’ils ont fondées (Fontaine, VVV, La Nouvelle Relève, Gants du ciel, Lettres françaises, Hemispheres, etc.). 

890Adresse électronique de contact : elyseguay@gmail.com

891Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Lacroix, Michel (UQAM)

892Mentions institutionnelles : Université du Québec à Montréal (UQAM)

893Date de commencement de la recherche : septembre 2015

894Date de soutenance, le cas échéant : /

895Composition du jury, le cas échéant : /

Léger-Bélanger (Eve), Médiations et représentations : l’Allemagne dans la presse montréalaise et la littérature québécoise de l’entre-deux-guerres

896Mots-clés : Presse, Littérature québécoise, médias, Allemagne, Transfert culturel, Canada français

897Langue du manuscrit : Français

898Résumé : Malgré les avancées réalisées au cours des dernières années, il reste encore plusieurs découvertes à faire dans le matériel du quotidien que représente le journal et dans les romans québécois de l’entre-deux-guerres qui ont souvent été délaissés pour une étude des romans qui portent sur la Seconde Grande Guerre. Mon projet de thèse porte sur les mécanismes qui ont guidé la perception d’une Allemagne considérée d’emblée comme différente au Québec de l’entre-deux-guerres. Cet objet de recherche m’entraîne aussi à étudier les modalités de constructions de l’expérience interculturelle dans le discours identitaire canadien-français.

899Adresse électronique de contact : eve.leger-belanger@umontreal.ca

900Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Micheline Cambron (Directrice de recherche)

901Mentions institutionnelles : Université de Montréal

902Date de commencement de la recherche : Septembre 2013 (début études doctorales)

903Date de soutenance, le cas échéant :

904Composition du jury, le cas échéant :

Maazouzi (Djemaa), Scénographies mémorielles et figurations médiatiques de la guerre d’Algérie

905Mots-clés : sociocritique, études intermédiales, guerre d’Algérie, mémoire

906Langue du manuscrit : Français

907Adresse électronique de contact : dmaazouzi@gmail.com

908Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Éric Méchoulan et Benjamin Stora

909Mentions institutionnelles : Département des littératures de langue française, Université de Montréal 

910Date de commencement de la recherche : septembre 2006

911Date de soutenance : 14 décembre 2012

912Composition du jury : Pierre Popovic, département des littératures de langue française, Université de Montréal, président-rapporteur ; Éric Méchoulan, département des littératures de langue française, Université de Montréal ; Benjamin Stora, professeur des universités à Paris 13, codirecteur ; Silvestra Mariniello, département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques, Université de Montréal, membre du jury ; Will Straw, Departement of Art History and Communication Studies, McGill University, examinateur externe

Ndombi-Sow (Gaël), L’entrance des écrivains africains et caribéens dans le système littéraire francophone. Les œuvres d'Alain Mabanckou et de Dany Laferrière dans les champs français et québécois

913Mots-clés : Alain Mabanckou, Dany Laferrière, champ littéraire, entrance, Afrique, Caraïbe, Québec, système littéraire francophone, posture

914Langue du manuscrit : français

915Résumé : La question centrale de cette recherche est d’articuler le rapport entre /style /et /champ/ /littéraire/ dans le système littéraire francophone à partir du couple /centre/périphérie/ dont les enjeux sont examinés dans deux relations exemplaires : /Paris/Afrique/ et /Québec/Caraïbe/. Il s’agit principalement de voir comment les écrivains, attirés par les centres (Paris et Montréal), réussissent où non à « entrer » dans, d’un côté, le champ franco-parisien pour ce qui est de l’Afrique, et, d’un autre côté, le champ québécois pour les Caraïbes. D’autres phénomènes sont à observer : d’une part, certains écrivains africains s’installent à Québec, et d’autre part, certains caribéens à Paris. La comparaison entre les champs français et québécois aboutit à une nouvelle conception des phénomènes d’entrance : l’analyse fait ressortir les positions et stratégies d’écriture dans chacun des champs, ainsi que les postures des écrivains retenus, afin de déterminer les conditions de réussite dans chacun des champs de réception, c’est-à-dire la politique d’accueil des instances légitimantes et la place réservée à ces écritures migrantes dans chacun des sous-systèmes.

916Adresse électronique de contact : sowgael@yahoo.fr

917Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : HALEN, Pierre

918Mentions institutionnelles : Université de Lorraine, Centre de recherche ECRITURES EA 3943

919Date de commencement de la recherche : 09.2009

920Date de soutenance, le cas échéant : Vendredi 23 novembre 2012

921Composition du jury, le cas échéant : Romuald FONKOUA (Paris 4, rapporteur), Bernard MOURALIS (Pr. ém. Cergy-Pontoise, rapporteur), Dominique RANAIVOSON (Un. de Lorraine), Pierre HALEN (Un. de Lorraine, directeur de recherche)

Parenteau (Olivier), L’honneur des poètes. Grande Guerre et modernité poétique (Apollinaire, Cocteau, Drieu La Rochelle, Éluard)

922Mots-clés : Poésie française (XXe siècle) – Grande Guerre – Modernité – Violence dans la littérature – Sociocritique

923Langue du manuscrit : français

924Résumé : Cette thèse est consacrée aux représentations de la Grande Guerre dans la poésie française écrite entre 1914 et 1918. Plus précisément, elle propose une analyse sociocritique de six œuvres poétiques écrites tandis que le conflit faisait rage et dans lesquelles la topique guerrière est centrale. Ces textes sont Calligrammes de Guillaume Apollinaire, Discours du Grand Sommeil de Cocteau, Interrogation de Pierre Drieu La Rochelle et les trois recueils suivants de Paul Éluard : Le Devoir, Le Devoir et l’inquiétude et Poèmes pour la paix.

925La thèse s’ouvre sur un chapitre consacré aux innombrables textes poétiques instrumentalisés qui ont vu le jour entre 1914 et 1918 et qui sont voués à claironner l’honneur des armes ou à proclamer la nécessité de la paix. Suivent trois chapitres permettant de démontrer qu’Apollinaire, Cocteau, Drieu La Rochelle et Éluard déplacent le langage dont on se servait alors communément pour dire la guerre par les moyens du poème. Dans leurs recueils de guerre, le conflit se profile et se déploie selon des modes inattendus.

926Le deuxième chapitre montre que ces quatre écrivains ont élaboré des figures très ambivalentes de poète-soldat, intriquant autobiographie et fiction d’une façon complexe et troublante, cette imbrication leur permettant de préserver une partie de la subjectivité au milieu du chaos et du drame collectif. Dans le troisième chapitre, la dimension autoréflexive des textes poétiques retenus est étudiée. En ces derniers se profile toujours une réflexion sur la poésie de guerre, sur les rapports qu’elle entretient avec l’événement. Ces poésies de guerre, qui n’oublient jamais l’événement, n’oublient jamais non plus la poésie en tant qu’art et ne cessent de faire retour sur elles-mêmes, se distinguant par là du discours poétique contemporain. Enfin, le dernier chapitre établit que dans les œuvres analysées, la poésie de guerre ne va jamais toute seule. Elle thématise certes la guerre de façon obvie, mais chacun des poètes retenus parle aussi d’autre chose et interdit qu’on réduise le poème à la seule tragédie militaire. Un motif étranger à ceux que convoque habituellement la topique guerrière se profile toujours d’un bout à l’autre des recueils. Leur développement participe à créer des réseaux de sens parallèles qui permettent non seulement de suggérer des représentations inédites du conflit, mais aussi de faire signifier la poésie dans d’autres registres que le guerrier.

927Les enjeux poétiques étudiés dans les deuxième, troisième et quatrième chapitres, que sont, respectivement, le statut du sujet poétique, l’autoréflexivité et la visée référentielle de la poésie, mettent en évidence que les œuvres retenues s’inscrivent toutes de plain-pied dans la modernité poétique. Ces questions étaient au cœur des débats qui agitaient la scène poétique avant-gardiste à l’orée du XXe siècle et les réponses poétiques qui ont été imaginées entre 1914 et 1918 par Apollinaire, Cocteau, Drieu La Rochelle et Éluard préfigurent, en pleine tourmente, le renouveau de la poésie à partir du surréalisme.

928Adresse électronique de contact : olivierparenteau@yahoo.ca

929Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Michel Biron

930Mentions institutionnelles :

931Date de commencement de la recherche : septembre 2004

932Date de soutenance, le cas échéant : 27 octobre 2009

933Composition du jury, le cas échéant : Michel Biron ; Marc Angenot, Pierre Popovic, Isabelle Daunais, François Ricard

Pelletier (Sophie), Le Roman du bijou fin-de-siècle : Esthétique et société

934Mots-clés : Littérature française; XIXe siècle; Fin-de-siècle; Récit; Bijou; Esthétique; Sociocritique; Histoire culturelle.

935Langue du manuscrit : Français

936Résumé : Cette thèse s’intéresse au rôle et à la représentation des bijoux dans les textes narratifs français des trois dernières décennies du XIXe siècle. Non seulement ils abondent dans les œuvres en prose de l’époque, les pierres et métaux précieux en investissent à la fois l’intrigue, le lexique et la poétique. Qui plus est, ils constituent aussi des objets fortement connotés animant les récits de leurs propres significations esthétiques, sociales, économiques et politiques. Les études de texte ici présentées amènent par surcroît à constater qu’à travers les joyaux, des sujets ou des interrogations essentiels au discours du temps surgissent, se problématisent, s’amalgament et se métamorphosent. Suivant une approche sociocritique, qui conjugue l’analyse textuelle à l’examen de données socio-historiques, cette étude du bijou dans le roman fin-de-siècle démontre qu’en tant que signe polysémique, il cristallise les implications littéraires, esthétiques et sociales du texte et constitue un objet privilégié pour mettre en communication les auteurs avec leur société.

937Plus précisément, le bijou dans la littérature fin-de-siècle condense des rapports de force de l’époque : emblème des séculaires lignées aristocratiques de jadis, il constitue dans un monde désormais bourgeois un objet qui se vend, se démocratise et se copie; signe de l’asservissement du corps féminin à une autorité masculine, il peut aussi devenir l’arme terrible d’héroïnes conquérantes et affranchies; matière prisée des rêveurs et des artisans, il permet au texte fin-de-siècle de se positionner par rapport à l’hégémonie zolienne et aux autres pratiques artistiques du temps. Chacune des trois grandes parties de la thèse (l’objet, le corps, la matière) explore l’une de ces luttes de pouvoir, et est divisée en deux chapitres présentant tour à tour des points de vue qui se complètent ou qui s’affrontent.

938Cette thèse invite au final à isoler certains aspects de la gemme (la rareté, la dualité nature / culture, etc.) qui en font une métaphore de prédilection pour les auteurs de l’époque. Du nombre, sa résistance, toujours mise en tension avec l’inexorable travail de la durée, permet de mieux cerner l’esthétique fin-de-siècle et son rapport équivoque, conflictuel, au monde et au temps qui passe.

939Adresse électronique de contact : sophie.pelletier@umontreal.ca

940Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pierssens, Michel; Wald Lasowski, Patrick

941Mentions institutionnelles : Université de Montréal; Université Paris 8 (Vincennes – Saint-Denis) (cotutelle de thèse)

942Date de commencement de la recherche : 1er septembre 2006

943Date de soutenance, le cas échéant : 4 novembre 2011

944Composition du jury, le cas échéant : Andrea Oberhuber (Université de Montréal) ; Michel Pierssens (Université de Montréal) ; Patrick Wald Lasowski (Université Paris 8 [Vincennes – Saint-Denis]) ; Jacques Neefs (Université Paris 8 [Vincennes – Saint-Denis]) ; Geneviève Sicotte (Université Concordia) ; Daniel Dumouchel (Université de Montréal).

Pelletier (Vicky), Circuler et habiter dans l’œuvre de James Graham Ballard : société, urbanité, fiction

945Mots-clés : James Graham Ballard, littérature anglaise, sociocritique, ethnocritique, urbanisme.

946Langue du manuscrit : Français

947Résumé : Cette thèse étudie quatre romans de l’auteur anglais James Graham Ballard en regard de la mise en texte qu’ils proposent des problématiques sociales et urbanistiques reliées aux phénomènes de la circulation et de l’habitation dans la Grande-Bretagne de la deuxième moitié du xxe siècle. Tandis que Crash (1973) et L’île de béton (1974) prennent pour toile de fond le réseau autoroutier londonien et le rapport qu’entretiennent les êtres humains à l’automobile, I.G.H. (1975) et Sauvagerie (1988) s’intéressent aux nouvelles façons d’habiter proposées par l’immeuble à grande hauteur et la communauté fermée (gated community). Construit sur l’histoire des idées et de la théorie urbanistique, et dans une perspective sociocritique (qui étudie la présence de l’œuvre artistique au monde – c’est-à-dire sa socialité), ce travail de recherche entreprend de dégager les inscriptions du social et de la culture dans le texte ballardien pour comprendre leurs ramifications, autrement dit leurs effets de sens. Elle montre, conséquemment, la cohérence esthétique et la force critique de l’œuvre ballardienne dans son traitement de la réalité urbaine londonienne, plus spécifiquement autoroutière et immobilière.

948Adresse électronique de contact : vicky_pelletier@hotmail.com

949Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jean-François Chassay.

950Mentions institutionnelles : Université du Québec à Montréal.

951Date de commencement de la recherche : septembre 2006.

952Date de soutenance, le cas échéant : 30 avril 2014.

953Composition du jury, le cas échéant : Jean-François Chassay (UQAM), Pierre Popovic (Université de Montréal), Samuel Archibald (UQAM) et Johanne Villeneuve (UQAM).

Pontbriand (Eloïse), Les périodiques à une voix en France, des Guêpes au Pal (1839-1885) : des productions auctoriales singulières dans un univers médiatique collectif

954Mots-clés : journaux à une voix, presse française, XIXe siècle, éthos, poétique historique.

955Langue du manuscrit : Français.

956Résumé :

957Adresse électronique de contact : eloise.pontbriand@usherbrooke.ca

958Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry-Montpellier 3).

959Mentions institutionnelles : Université de Sherbrooke, Canada.

960Date de commencement de la recherche : 2011.

961Date de soutenance, le cas échéant :

962Composition du jury, le cas échéant :

Rannaud (Adrien), De l’amour et de l’audace. Imaginaire générique et pratique du roman chez trois écrivaines des années 1930 au Québec

963Mots-clés : Littérature québécoise ; xxe siècle ; littérature des femmes ; roman ; imaginaire générique ; sociopoétique ; histoire littéraire ; archives personnelles

964Langue du manuscrit : Français

965Résumé : Cette thèse propose de voir comment les romancières des années 1930 poursuivent un mouvement collectif d’accès à la vie littéraire amorcé depuis la fin du xixe siècle, tout en ouvrant le chemin à de nombreuses voies inexplorées dans la littérature canadienne-française. Dans la foulée de la démarche sociopoétique proposée par Alain Viala, elle emprunte aux travaux en sociocritique des textes, en histoire littéraire et culturelle et aux études sur le genre afin de retracer la trajectoire des écrivaines et d’examiner, à travers les romans et les textes intimes (lettres, journaux intimes), les modulations d’un ensemble de discours, tant publics que privés, tenus par les femmes qui font le choix d’une carrière littéraire. Après avoir présenté l’ensemble des dynamiques ainsi que l’imaginaire générique qui structurent et encadrent la production littéraire féminine durant l’entre-deux-guerres, l’analyse est resserrée autour de trois auteures : Jovette-Alice Bernier, Éva Senécal et Michelle Le Normand. L’étude des archives révèle comment les discours épistolaires et diaristiques figurent des laboratoires du texte en gestation, tout comme ils dynamisent l’infusion de plusieurs postures tendant à négocier et à légitimer l’action et le discours des écrivaines ; postures qui trouveront leur prolongement dans les fictions. Puis, l’analyse des formes narratives, des motifs et des figures à l’œuvre dans les romans publiés en volumes esquisse les contours d’un imaginaire qui problématise la place du féminin dans la société canadienne-française. Enfin, l’analyse de la réception des romans entend démontrer comment le discours critique se borne à déconsidérer la production des femmes et invite ces dernières à interrompre leur carrière ou à bifurquer vers d’autres pratiques discursives. Dans un contexte où « modernité culturelle » rime autant avec « révolution » qu’avec « crise », et où les conditions politiques, socioéconomiques et culturelles transforment l’action, la place et la parole des femmes dans l’espace social, cette étude entend ainsi montrer comment les écrivaines et leurs textes participent d’un renouvellement des pratiques d’écriture, tout en étant les témoins, les critiques et les acteurs privilégiés des tensions et des contradictions qui agitent le Québec des années 1930.

966Adresse électronique de contact : adrien.rannaud@gmail.com

967Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Marie-Andrée Beaudet (U. Laval) et Chantal Savoie (Université du Québec à Montréal)

968Mentions institutionnelles : Département des Littératures, Faculté des lettres et des sciences humaines, Université Laval

969Date de commencement de la recherche : 1er octobre 2012

970Date de soutenance, le cas échéant : 11 avril 2016

971Composition du jury, le cas échéant : Marie-Andrée Beaudet (U. Laval), Chantal Savoie (Université du Québec à Montréal), Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke), Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal), Denis Saint-Jacques (U. Laval)

Riel (Marie-Ève), Comme un poème en plusieurs chambres

972Mots-clés : maison d'écrivain, musée littéraire, fabrication de l'auteur.

973Langue du manuscrit : français.

974Résumé :

975Adresse électronique de contact : marie-eve.riel@usherbrooke.ca

976Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture, Université de Sherbrooke, Groupe de recherches et d'études sur le livre au Québec, Bibliothèques et Archives nationales du Québec.

977Mentions institutionnelles :

978Date de commencement de la recherche : 2008

979Date de soutenance, le cas échéant : 12 décembre 2012

980Composition du jury, le cas échéant : Marie-Pier Luneau, directrice de recherche, Josée Vincent, Anthony Glinoer, Pascal Brissette.

Schryburt (Sylvain), Au cœur de l’expérience théâtrale. Histoire des pratiques scéniques montréalaises (1937-1980)

981Mots-clés : Théâtre ; mise en scène; pratiques scéniques ; Québec ; Montréal ; histoire ; XXe siècle.

982Langue du manuscrit : Français

983Résumé : Couvrant une période de plus de quarante ans, depuis l’émergence de la mise en scène à Montréal à la fin des années 1930 jusqu’à la disparition brutale du mouvement des collectifs de création en 1980, la présente thèse propose une histoire des pratiques scéniques montréalaises qui emprunte sa dynamique à la sociologie bourdieusienne tout en demeurant profondément attachée à l’étude esthétique de pratiques choisies qu’elle aborde sous l’angle de l’esthétique de la réception (Jauss).

984Nourrie par d’abondantes sources archivistiques, cette histoire s’intéresse plus particulièrement à la dynamique propre à quatre états successifs du champ théâtral montréalais : un premier, qui marque le passage du régime théâtral de l’acteur vedette à celui du metteur en scène (1937-1952); un second, qui voit la consolidation institutionnelle du champ théâtral montréalais et l’influence du théâtre d’art français sur ses pratiques (1951-1960); un troisième, où les théâtres de poche exercent des pressions combinées sur l’esthétique des scènes établies (1958-1968); un quatrième, enfin, où l’on retrace l’émergence du metteur en scène pigiste et l’apparition fulgurante d’un régime théâtral parallèle, celui des collectifs de création (1968-1980).

985Pour chacun de ces quatre états du champ montréalais auxquels la thèse consacrera un chapitre, on reconstituera l’horizon d’attente dominant à l’aide d’une analyse textuelle de la réception critique contemporaine, mais aussi d’autres sources, notamment iconographiques. Ce travail vise à identifier les conventions théâtrales dominantes qui tracent les contours de l’espace des possibles d’un état du champ et permet de mettre en relief la singularité de metteurs en scène ou de compagnies choisis dont les productions déplacent ou élargissent l’éventail des conventions scéniques admises et, partant, la définition même du théâtral à une époque donnée. Statut du texte dramatique au sein de la représentation, rapport scène-salle privilégié, jeu de l’acteur, usage des technologies émergentes et autres approches ou outils de la mise en scène sont ainsi étudiés, en fonction des particularités de chacune des époques, afin d’identifier les nouveautés scéniques qu’introduisent des pratiques originales dans le champ théâtral et d’analyser leurs impacts sur ses configurations successives.

986Adresse électronique de contact : sschryburt@uottawa.ca

987Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Codirectrice de recherche : Micheline Cambron, Université de Montréal ; Codirectrice de recherche : Josette Féral, Université du Québec à Montréal

988Mentions institutionnelles : Université de Montréal

989Date de commencement de la recherche : Septembre 2001

990Date de soutenance, le cas échéant : Avril 2009

991Composition du jury, le cas échéant : Président-rapporteur : Benoît Melançon, Université de Montréal ; Membre du jury : Jean Cléo Godin, Université de Montréal ; Examinateur externe : Benoît Bolduc, New York University ; Représentante du doyen de la Faculté des études supérieures : Denyse Baillargeon, Université de Montréal

Simard-Houde (Mélodie), Représentation et scénographie du reporter dans le grand reportage et ses fictions (1870-1940) [titre provisoire]

992Mots-clés : presse et littérature, grand reportage, représentations et postures littéraires

993Langue du manuscrit : français

994Résumé : Nous étudions les représentations et scénographies de la figure du reporter au sein du reportage et des fictions inspirées du reportage, entre 1870 et 1940. Celles-ci semblent intéressantes dans la mesure où elles participent d’un positionnement ambigu du reporter au sein du champ littéraire : le grand reportage est un genre hybride, pris entre l’idéal d’objectivité et le besoin de se démarquer du « petit reportage » en se rapprochant des modèles littéraires. Il en résulte une incertitude générique ainsi qu’une instabilité des positions discursives des journalistes et des figures fictives et énonciatives auxquelles ils d’identifient : comment cette tension entre vérité et médiation du réel se noue-t-elle autour de la figure du reporter ? Plusieurs axes sont à considérer : les questions d’énonciation, de scénographie du travail du reporter, la représentation de son corps, l’espace qu’il investit, la société qui l’accompagne, son rapport à la littérature et à l’engagement politique. Il s’agit également de contribuer à la compréhension de certains enjeux qui traversent alors les champs littéraire et journalistique. Cette étude se situe au carrefour entre histoire littéraire de la presse, sociocritique, analyse du discours et de la posture littéraire.

995Adresse électronique de contact : melodie.s-houde.1@ulaval.ca

996Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pinson, Guillaume et Thérenty, Marie-Ève

997Mentions institutionnelles : /

998Date de commencement de la recherche : automne 2010

999Date de soutenance, le cas échéant : /

1000Composition du jury, le cas échéant : /

Simard-Houde (Mélodie), Le Reporter, médiateur, écrivain et héros. Un répertoire culturel (1870-1939)

1001Mots-clés : reportage, reporter, poétiques journalistiques, imaginaire social, postures, scénographies.

1002Langue du manuscrit : français

1003Résumé : Le reportage, comme journalisme d’investigation de la presse écrite, se constitue en France dans le dernier tiers du XIXe siècle, non sans susciter des débats et des représentations contradictoires entre tenants et opposants. Il connaît dans l’entre-deux- guerres une période d’effervescence, pendant laquelle il se décline en différents supports (volumes, presse quotidienne et hebdomadaire) et selon différents rapports à l’actualité et à la fictionnalisation. Le reportage apparaît dès lors moins comme un genre uniforme qu’en tant que matrice d’un journalisme d’enquête, dont on peut retracer la formation et l’évolution, décrire les différentes variations génériques (reportage collectif, feuilletonesque et d’actualité). Associé à l’essor de la presse d’information, le reportage instaure l’envoyé spécial en médiateur, en écrivain et en héros de la culture médiatique. Le Reporter, comme objet de l’imaginaire social de la Troisième République, est une figure complexe, dont il convient de retrouver les représentations à la croisée de différentes productions. Ce sont à la fois des fictions, des articles de presse (reportages, interviews, nécrologies, métadiscours), des Mémoires de journalistes, de même qu’un ensemble de représentations iconographiques qui sont convoqués, afin de tracer un répertoire culturel des scénographies journalistiques, des scénarios fictionnels et des postures auctoriales concourant à la formation d’un imaginaire social du reporter, figure médiatisée et médiatrice. Au cœur des intrigues et reportages où elle prend place se rencontrent d’autres imaginaires sociaux – de la colonisation, du corps, du progrès technique et social, de la Nation. Ils indiquent en quoi le reporter est une figure républicaine, intimement liée à l’instauration de la démocratie parlementaire et de la liberté de presse, à la modernité technique et médiatique. Enfin, héritier du journalisme littéraire à la française, mais également associé à de nouveaux modes de saisie du réel (notamment les médias visuels, photographie et cinéma), le reporter est le pivot entre deux imaginaires médiatiques : l’un fait reposer sur la subjectivité du journaliste la restitution d’une vision du monde, perçu à travers le prisme de la médiation humaine ; l’autre, qui triomphera dans la seconde moitié du XXe siècle, prétend à une illusion de saisie objective du réel, capturé par la médiation technique.

1004Adresse électronique de contact : melodie.s-houde.1@ulaval.ca

1005Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Pinson, Guillaume et Thérenty, Marie-Ève

1006Mentions institutionnelles : thèse en études littéraires, cotutelle (U. Laval / U. Montpellier III), Mention excellent, tableau d’honneur du doyen (U. Laval), Mention « très honorable avec les félicitations du jury » (U. Paul-Valéry)

1007Date de commencement de la recherche : septembre 2010

1008Date de soutenance, le cas échéant : 2 juin 2015

1009Composition du jury, le cas échéant : Pinson Guillaume, Thérenty Marie-Ève, Wrona Adeline, Kalifa Dominique, Lacroix, Michel (président du jury français)

En Suisse romande

Demont (François), La misologie : paradigme, posture et écriture.

1010Mots-clés : misologie, langage, stylistique, posture, ethos.

1011Langue du manuscrit : français.

1012Résumé : Cette thèse se propose d’étudier ce qu’elle nomme le « paradigme misologique » dont le champ littéraire semble profondément marqué, depuis la fin du XIXe siècle au moins et jusqu’à l’époque contemporaine. Cette crainte que le langage ne sache transcrire fidèlement le réel semble exercer des influences tant sur les postures auctoriales que sur les pratiques stylistiques de nombreux écrivains, philosophes et critiques majeurs. C’est donc là l’objet de notre recherche et de nos analyses.

1013Adresse électronique de contact : francois.demont@unil.ch

1014Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jérôme Meizoz et Gilles Philippe.

1015Mentions institutionnelles : Assistant diplômé et doctorant UNIL.

1016Date de commencement de la recherche : 02.2016

1017Date de soutenance, le cas échéant : 2021.

1018Composition du jury, le cas échéant : encore inconnue.

Meyer (Claude), Les lieux de la signature. Maupassant et la condition d’auteur

1019Mots-clés : Auctorialité, autorité, analyse du discours, auteur, sociologie du champ, ethnocritique, signature, singularité, lieu commun, presse, Naturalisme, Maupassant, conte.

1020Langue du manuscrit : Français

1021Résumé : La nouvelle, dans les années 1880, s’écrit dans un espace démocratique, saturé par l’afflux des voix, un espace dans lequel les écrivains deviennent désormais des marques et sont soumis à la méta-énonciation du journal. Pareille situation rend la signature de l’auteur à la fois indispensable et dérisoire.

1022En suivant la trajectoire paradigmatique de Maupassant, on observe la nécessité de se
dé-marquer : revendiquer un territoire en propre et un lieu de parole hors du commun, mais tout autant écrire contre sa propre position devenue un label. Remotiver en somme une signature en tant que signe d’une singularité. Ce sont ces stratégies d’auctorialité et d’autorité que l’on analyse chez Maupassant.

1023Adresse électronique de contact : claude.meyer@unil.ch

1024Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Jérôme Meizoz, Jean-Marie Privat

1025Mentions institutionnelles : /

1026Date de commencement de la recherche : 2012

1027Date de soutenance, le cas échéant : /

1028Composition du jury, le cas échéant : /

Rohrbach (Véronique), Simenon romancier : une sociologie romanesque

1029Mots-clés : Georges Simenon, roman policier, réception, sociologie

1030Langue du manuscrit : français

1031Adresse électronique de contact : Veronique.Rohrbach@unil.ch

1032Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Meizoz Jérôme

1033Mentions institutionnelles : Université de Lausanne

1034Date de commencement de la recherche : 2008

1035Date de soutenance, le cas échéant : /

1036Composition du jury, le cas échéant : /

Luy (Raphaël), Littérature et handicap

1037Mots-clés : handicap, littérature francophone contemporaine, sociologie

1038Langue du manuscrit : français

1039Adresse électronique de contact : raphael.luy@gmail.com

1040Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Meizoz Jérôme

1041Mentions institutionnelles : Université de Lausanne

1042Date de commencement de la recherche : 2009

1043Date de soutenance, le cas échéant : /

1044Composition du jury, le cas échéant : /

En Israël

Housiel (Sylvie), Le discours épistolaire des combattants français de la Grande Guerre : le point de vue des soldats sur la guerre à travers leurs correspondances

1045Mots-clés : Discours épistolaire, Guerre de 1914-1918, Histoire culturelle, Analyse du discours, Opinions, Attitudes, Socio linguistique

1046Langue du manuscrit : Français

1047Résumé : Le projet se donne pour principal objectif d'explorer la façon dont les documents authentiques que représentent les lettres des combattants français rédigées pendant le conflit entre 1914 et 1918 contribuent à éclairer un comportement humain dans une situation de guerre. La recherche fait appel aux instruments de l'analyse du discours, et plus particulièrement, de l'argumentation, qui permettent d'examiner dans les écrits ce qui s'y reflète mais aussi et surtout ce qui s'y construit dans l'interaction épistolaire. Autorisant ainsi une introspection dans les textes au-delà de leur littéralité, cette approche permet de dégager les modes de penser, les convictions et les motivations profondes du sujet écrivant replacé dans son contexte historique, social et culturel. Tenter de reconstruire les principales attitudes adoptées par les combattants face à la guerre est le défi à relever. Les analyses effectuées rendent compte des procédés discursifs et argumentatifs mis en place pour faire partager au destinataire une vision de la situation de guerre vécue. L'étude de ces diverses élaborations discursives formulées en fonction du bagage culturel et social des combattants permettent de saisir des données inhérentes à son rapport au conflit, et les raisons de ce rapport.

1048Le corpus est entièrement constitué de correspondances de guerre. Les critères de sélection portent sur la diversité du statut des combattants : de tous âges, de toutes religions, de toutes situations sociales et familiales, ils ont servi dans des unités différentes couvrant des zones géographiques françaises dissemblables. Le matériau rassemblé explore toute la durée de la guerre et représente un corpus d'environ 12000 lettres.

1049Adresse électronique de contact : sylviehou@bezeqint.net

1050Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Ruth Amossy

1051Mentions institutionnelles : Ecole doctorale des Etudes culturelles, Groupe de recherche ADARR (Analyse du Discours Argumentation et Rhétorique), Université de Tel-Aviv (Israël)

1052Date de commencement de la recherche : Octobre 2005

1053Date de soutenance, le cas échéant : 15 mars 2011.

En Espagne

Fernández (Fruela), La recepción crítica de literatura traducida en España (1999–2008): aportaciones a una sociología de la literatura transnacional

1054Mots-clés : Critique littéraire ; Traduction ; Sociologie critique ; Études de réception.

1055Langue du manuscrit : Espagnol

1056Résumé : Traditionnellement, les études littéraires et humanistes se sont rapprochées du concept de littérature « mondiale » ou « internationale » à partir de notions et de présupposés internes au domaine culturel, tel que la « valeur » ou la « qualité ». Cependant, le processus croissant de mondialisation éditoriale et le développement des études sociales des publiques nous montrent qu'il n'est pas possible de saisir les particularités des cet objet –la littérature « transnationale »- sans rendre compte, en même temps, de deux axes de construction : la diffusion (c'est-à-dire, les rapports économiques, culturels et de pouvoir qui conditionnent les échanges internationaux) et la réception (l'espace national, la variété d’agents impliqués). À partir d'un ample corpus journalistique sur des œuvres traduites (comptes-rendus et critiques de la période 1999-2008), notre recherche révèle les mécanismes, les stratégies et les prénotions conditionnant les usages des traductions et leur discours. Les traductions sont employées comme « outil » à l'intérieur du champ littéraire nationale pour la légitimation d'une position, pour l'acquisition de prestige ou pour la critique à une esthétique concurrente; en même temps, les jugements sur différents aspects de la traduction servent comme révélateur de présupposés sociales et d'asymétries professionnelles (traducteurs vs. écrivains, hommes vs. femmes). Un ensemble détaillé de données, analyses statistiques et analyses de réseaux permet d'exemplifier comment la littérature « internationale » devient, finalement, un compromis inégal entre deux formes de pouvoir : les flux mondiaux de traductions et les enjeux de chaque espace littéraire nationale.

1057Adresse électronique de contact : fruelafernandez@gmail.com

1058Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : José Antonio Sabio et Carlos Fortea

1059Mentions institutionnelles : Universidad de Granada (Espagne)

1060Date de commencement de la recherche : novembre 2007

1061Date de soutenance, le cas échéant : 23 mars 2011

1062Composition du jury, le cas échéant : África Vidal (U. Salamanque, Espagne), Lieven D’hulst (U.K. Leuven), Juan Jesús Zaro (U. Málaga, Espagne), Esther Monzó (U. Jaume I, Espagne), María Manuela Fernández (U. Granada, Espagne).

Au Portugal

Serrão (Pedro), Fernando Pessoa : Controverses littéraires et formes d’agrandissement dans la République des Lettres

1063Mots-clés : Fernando Pessoa, sociologie, littérature portugaise, modernisme, controverses littéraires, République des Lettres.

1064Langue du manuscrit : Portugais

1065Résumé : La vie et l'œuvre de Fernando Pessoa (1888-1935), l’écrivain portugais qui a manifesté sa singularité, paradoxalement, par la multiplicité de ses hétéronymes, configurent un intéressant objet d’étude sociologique. Toutefois et malgré le constant dialogue que l’écrivain a entrainé au cours de sa vie avec la Sociologie, ce sujet n’avais pas encore attiré l’attention des sociologues. A partir de la question de savoir comment Pessoa a construit sa grandeur, cette étude de cas porte sur les conditions, dynamiques et processus sociaux de production de la grandeur littéraire. Elle analyse plusieurs controverses, à la fois littéraires, esthétiques, éthiques et morales auxquelles l’écrivain c’est engagé, notamment les scandales de la "littérature de manicome" et de la "littérature de Sodome". Au cours de sa vie, Pessoa a adopté diverses logiques d'interaction sociale, ou façons d'agrandissement, dans sa lutte pour la reconnaissance. Cependant, considérant son érudition, il savait que seulement à titre posthume pourrait-il parvenir à la grandeur du génie. Le paradoxal régime de singularité établi dans la République des Lettres produit une tension permanente entre le renom éphémère et la grandeur perpétuelle, ajournant la reconnaissance des grands écrivains. Si toute grandeur légitime implique un sacrifice, c’est peut-être la raison par laquelle Pessoa n’a publié que l'essentiel, octroyant à la postérité son immense travail fragmentaire et inachevé. Ces fragments, qu’il a gardés toute sa vie dans un fameux bahut, restent toujours en train d’être recueillis et publiés, contribuant ainsi à l’agrandissement de l’écrivain. Avec les hétéronymes, son œuvre inachevée a été la formule d'investissement que Fernando Pessoa a trouvé pour coloniser l'avenir, en sacrifiant sa gloire en vie, pour atteindre la grandeur géniale posthume. Ainsi, est-il devenu "extraordinaire", finalement, le "Super-Camões" qu’il en rêvait dès sa jeunesse.

1066Adresse électronique de contact : pedro.serrao@sapo.pt

1067Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : José Manuel Resende

1068Mentions institutionnelles : FCSH - Universidade Nova de Lisboa (Portugal)

1069Date de commencement de la recherche : 1er août 2009

1070Date de soutenance, le cas échéant : 18 février 2014

1071Composition du jury, le cas échéant :

1072Casimiro Balsa (président/UNL), Carlos Fortuna (FEUC), João Teixeira Lopes (FLUP), José Manuel Resende (promoteur/UNL), Helena Santos (FEUC), Alexandre Melo (ISCTE), Manuela Parreira da Silva (UNL).

Au Cameroun

Thierry (Raphaël), L’édition de littérature en Afrique subsaharienne : du livre au système littéraire - Le Cameroun et l’intégration d’un corpus littéraire au sein d’un système du livre

1073Mots-clés : Edition ; Afrique subsaharienne ; Cameroun ; histoire du livre ; système littéraire ; marché du livre

1074Langue du manuscrit : Français

1075Résumé : L’édition africaine participe encore peu à l’économie mondiale du livre. Faiblement représentés par la critique et les études littéraires contemporaines, les éditeurs africains se situent principalement dans la position de « la petite édition » ou de l’édition locale, compte tenu d’un champ de représentation restreint, d’une importante concurrence étrangère, ou encore d’une grande dépendance en matières premières nécessaires à la fabrication du livre (intrants). Par ailleurs, la grande disparité des réalités éditoriales africaines fait écho à l’histoire [du livre] de chaque pays, mais aussi aux relations commerciales et intellectuelles entretenues entre les différents Etats et les pays du Nord. A travers l’étude particulière du système du livre camerounais, nous entendons mettre en lumière l’évolution des dynamiques et tensions (économiques et intellectuelles) liées au « terrain éditorial » africain.

1076Adresse électronique de contact : raphael.thierry@netcourrier.com

1077Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche : Codirection : HALEN (Pierre) : Université Paul Verlaine, Metz ; GUIYOBA (François) : Ecole Normale Supérieure de Yaoundé

1078Mentions institutionnelles : Cotutelle doctorale : Centre de Recherche « Ecritures » (EA 3943), Ecole Doctorale PIEMES, Université Paul Verlaine, Metz/Département des Lettres Modernes Françaises (LMF), Université de Yaoundé 1

1079Date de commencement de la recherche : Décembre 2008

1080Date de soutenance, le cas échéant : 2012

1081Composition du jury, le cas échéant : A composer

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Répertoire des thèses (2006-juin 2016) », COnTEXTES [En ligne], Répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique, mis en ligne le 08 septembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/6165

Haut de page