Navigation – Plan du site

Compte rendu de Bertrand (Jean-Pierre), Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique

Paris, Seuil, « Poétique », 2015, 264 p.
Michel Pierssens

Texte intégral

1Deux voies de lecture sont possibles pour aborder les différents dossiers qu’ouvre successivement Jean-Pierre Bertrand dans cet essai qui aborde des questions, pour certaines rarement soulevées par les littéraires, et pour les autres largement arpentées depuis toujours par les spécialistes de la modernité poétique. La première voie est celle que propose la très consistante première partie de l’ouvrage intitulée « approche épistémocritique», destinée à préparer et justifier le premier chapitre de la seconde partie : « l’invention du cadre ». Cette seconde partie, « inventer la littérature » (on notera que ce titre reprend en le modifiant le sous-titre de tout l’essai), invite quant à elle à reparcourir des problématiques familières associées à des œuvres bien connues : on y retrouve les débats largement documentés autour de tout ce qui a pu faire figure d’innovation plus ou moins radicale à un moment ou un autre de l’histoire et de la pratique de la poésie moderne (mais non point contemporaine) : poème en prose, vers libre, monologue intérieur (exception puisqu’il s’agit alors de roman), calligramme, écriture automatique. Jean-Pierre Bertrand est un excellent connaisseur de toute cette histoire, comme il l’a prouvé dans d’autres ouvrages et de multiples articles. On pourra en toute confiance y référer aussi bien les étudiants que les spécialistes : tous y trouveront tout ce qu’il faut savoir sur les différentes questions abordées, y compris dans les notes, succinctes et à jour. Ces lecteurs-types d’ouvrages d’histoire littéraire délibérément didactiques seront en revanche peut-être surpris de se trouver entraînés par la première partie en territoire beaucoup moins familier. Le premier chapitre retrace certes des notions que n’ignorent pas les poéticiens pour peu qu’ils aient fréquenté de manière pas trop superficielle Marmontel, l’Abbé Batteux, Diderot ou Delille. On retrouve là les grands traits de ce qui a traditionnellement opposé imitation et imagination, pont-aux-ânes que tout agrégatif doit apprendre à traverser sans frémir – bien après les poètes d’antan qui en avaient fait un champ de bataille digne du Waterloo de Stendhal. Mais Jean-Pierre Bertrand, contrairement à ces théoriciens parfois nébuleux et souvent naïfs, ne veut pas s’en tenir aux termes traditionnels du débat. Pour reprendre un concept qu’il va lui-même emprunter à l’épistémologie contemporaine, il veut sortir de ce paradigme, ou plus exactement montrer que tout le débat demeure enfermé dans un tel paradigme dont le seul intérêt est de nous mettre devant la question – cruciale comme on l’a montré depuis Popper et Kuhn à propos des sciences : comment en sortir ? Et, plus généralement (nous reformulons la problématique à notre façon en la simplifiant), s’il y a et s’il peut y avoir du nouveau en littérature, comment se produit-il ?, comment le reconnaît-on ou le rate-t-on ?, avec quelles conséquences pour le devenir de ce qui suit ? On conçoit que dans cette perspective le poème en prose, le vers libre ou le monologue intérieur ne peuvent pas être considérés comme de simples évolutions, dans la mesure du moins où leurs promoteurs (parler de leurs « inventeurs » serait supposer la question tranchée) les pensent comme des ruptures qui engagent l’identité profonde du genre qu’ils pratiquent. Mais s’il ne s’agit pas d’étapes, aussi agitées qu’on les veuille, dans un déroulé historique, de quoi s’agit-il ? C’est là que le recours de Jean-Pierre Bertrand à tout un courant de l’épistémologie contemporaine prend tout son sens et toute sa justification. Si l’on veut prendre au sérieux l’idée qu’il puisse y avoir à proprement parler invention en littérature, alors il faut savoir ce que c’est qu’inventer – et, pour répondre à cela, les philosophes des sciences ont de nombreuses longueurs d’avance sur les littéraires. Nulle surprise par conséquent à voir toute la première moitié de l’essai de Jean-Pierre Bertrand rappeller de manière très claire et très informée ce qui constitue l’univers de référence fondamental de toutes les représentations contemporaines en matière d’invention scientifique ou, pour reprendre comme il le fait si justement le terme richement travaillé par Judith Schlanger dans toute son œuvre : en matière de novation. D’où la place stratégique, au centre de l’essai, du chapitre sur « l’invention du cadre ». L’idée, résumée de manière sans doute simplificatrice, est ici que ce qui est inventé ce n’est pas tant une façon différente de faire des poèmes, mais le cadre conceptuel beaucoup plus large et réellement neuf à l’intérieur duquel des pratiques nouvelles vont pouvoir apparaître et s’éprouver. Ce cadre, en l’occurrence, ce sera la littérature, non plus un terme fourre-tout vaguement descriptif mais quelque chose comme un paradigme ou (c’est nous qui le suggérons) un conglomérat de paradigmes, sous-régions intellectuelles de l’ensemble nouvellement configuré. En un sens (mais peut-être allons-nous au-delà de ce que veut poser Jean-Pierre Bertrand), ce ne sont pas les œuvres nouvelles qui font advenir un nouveau paradigme, c’est l’émergence (un terme qui possède lui aussi une certaine rigueur épistémique) d’un nouveau paradigme qui va rendre possible l’apparition de manières différentes d’écrire et de penser ce qui s’écrit. L’héroïne emblématique de l’irréversible reconfiguration des Belles-Lettres en Littérature, c’est Madame de Staël. Comme toute réelle novatrice, elle montre quel ordre inaperçu sous-tend le désordre des phénomènes : le procès de la connaissance ajoute à ce qui est l’outil intellectuel qui permet d’en saisir la figure en mouvement. Étudier la littérature dans son histoire ne doit pas être un empirisme désespéré : on peut la penser comme un procès cognitif qui est lui-même créateur de ce qui permet d’en percevoir et d’en penser ce qui émerge d’un inconnu fécond pour prendre une forme sans précédent. Nous ne pouvons que souscrire à cette vision que Jean-Pierre Bertrand décrit comme une « approche épistémocritique », dans un sens voisin bien que différent, comme il le souligne, de ce que nous entendons nous-même par ce terme. Sans doute avance-t-il ces propositions avec une certaine prudence, conscient de tout ce qui distingue évidemment l’événement cognitif bouleversant qui surgit parfois en sciences de ce qui fait figure de nouveauté plus ou moins radicale en littérature. Les notions de théorie et d’expérience n’ont bien sûr pas la même rigueur, la même prégnance, et les communautés qui les adoptent, les rejettent ou les modifient par la controverse et la reproduction réussie ou manquée ne peuvent pas se comparer sans d’infinies nuances et précautions. Jean-Pierre Bertrand donne souvent le sentiment qu’il doute lui-même, au fond, de la pertinence des rapprochements qu’il explore. Il a raison de le faire, mais ce doute n’invalide pas sa démarche dans ce qu’elle a d’heuristique, en faisant apercevoir des réalités qu’on n’aurait pas distinguées sans l’effort, bien plus difficile qu’il ne paraît, de déplacer le regard. Il nous fait ainsi prendre une certaine hauteur et nous rappelle par là qu’il ne peut pas y avoir de connaissance positive construite sans un effort de la pensée pour comprendre d’abord ce que c’est que construire, et pour qui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Pierssens, « Compte rendu de Bertrand (Jean-Pierre), Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 11 octobre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/6177

Haut de page

Auteur

Michel Pierssens

Université de Montréal

Haut de page