Navigation – Plan du site

De l’émergence à la canonisation. Instances et supports du cursus honorum artistique et littéraire

Björn-Olav Dozo, Laurence Ellena et Denis Saint-Amand

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque organisé par Laurence Ellena, Pierig Humeau, Wenceslas Lizé et Fanny Renard.
  • 2 Lizé (Wenceslas) et Misdrahi (Marian) (dir.), « Trajectoires de consécration et transformations des (...)
  • 3 Lizé (Wenceslas), Naudier (Delphine) et Sofio (Séverine) (dir.), Delphine Naudier et Séverine Sofio (...)
  • 4 Schapira (Nicolas) et Ribard (Dinah) (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratique (...)

1Le présent dossier rassemble des contributions issues des travaux présentés lors du colloque international « Reconnaissance et consécration artistiques » (Université de Poitiers, 20121) et des débats qui les ont suivies. La diversité des problématiques abordées lors de ces journées a incité les organisateurs à opter pour une stratégie de publication diversifiée, visant à optimiser la cohérence de sous-ensembles plutôt que de proposer une seule livraison qui aurait pu apparaître trop bigarrée. De cette façon, Wenceslas Lizé et Marian Misdrahi viennent de publier un numéro spécial de la revue Sociologie et sociétés dédié aux trajectoires d’individus bénéficiant d’une forme de consécration2 ; plus tôt, Wenceslas Lizé, Delphine Naudier et Séverine Sofio ont rassemblé aux Éditions des Archives Contemporaines un ensemble d’articles traitant spécifiquement des stratégies déployées par les acteurs liés aux univers artistiques afin de garantir leur propre notoriété3. Le présent dossier, sans tenir tout à fait à l’écart la question stratégique ― dont on sait qu’elle ne peut tenir lieu de seule explication à tout positionnement ou déplacement au sein des mondes de l’art4 ―, se focalise davantage sur la double question des instances et des supports qui, de l’émergence d’un individu au sein d’un champ artistique jusqu’à son éventuelle canonisation, contribuent à infléchir la visibilité des agents et, partant, leur réception par le public et par leurs pairs.

  • 5 COnTEXTES, n° 7, Approches de la consécration en littérature, [En ligne], 2010, URL : http://contex (...)
  • 6 Denis (Benoît), « La consécration. Quelques notes introductives », dans Ibid., URL : http://context (...)

2Dans cette perspective, ce dossier se donne à lire comme un prolongement de la réflexion amorcée lors des journées du groupe COnTEXTES tenues en mars 2008 à l’Université de Liège autour de « La consécration en littérature », et qui ont donné lieu au septième dossier de la revue5. Encore le point de vue ici adopté ne vise-t-il pas à observer le seul phénomène de la consécration, dont Benoît Denis a justement noté qu’il s’agissait à la fois d’un processus et de son aboutissement, trouvant à se concrétiser dans des pratiques ritualisées (qu’on songe, par exemple, aux étapes protocolaires de l’entrée à l’Académie française) et contribuant à la mise en place d’une représentation de l’individu basée sur sa reconnaissance6. Comme le rappelait Benoît Denis en s’appuyant sur les travaux fondateurs de Jacques Dubois, avant cette étape – qui peut du reste ne jamais advenir – et après elle, différents moments jalonnent le cursus honorum de l’écrivain et de l’artiste : l’émergence, qui correspond aux prémices d’une entrée dans le jeu, la reconnaissance, qui atteste de la capacité de l’individu à compter dans son milieu et à influencer celui-ci (ou, pour le dire autrement, des capitaux mobilisés pour agir – ou évoluer – au sein du champ), et la canonisation, enfin, dont on peut avancer qu’elle consiste en un devenir-classique. Ces étapes sont capitales en matière d’élaboration des règles et de l’imaginaire propres à un univers artistique spécifique, dans la mesure où elles mettent en circulation des valeurs (esthétiques, idéologiques, etc.), des hiérarchies plus ou moins explicites et des jugements de goût ― en un mot, des représentations ― qui font sens au sein de ce seul univers, assurent son autonomie et tendent à le structurer. Si ces paliers sont volontiers évoqués lors de l’approche des trajectoires d’artistes et des écrivains, ils n’ont que rarement été étudiés pour eux-mêmes. Ils présentent pourtant l’intérêt d’être saisissables à travers des manifestations concrètes. Ainsi peuvent agir sur l’une des trois étapes (émergence, reconnaissance, canonisation), les supports permettant de déployer la visibilité (sur le plan, notamment, des médias de masse, qui vont des quotidiens, revues et magazines jusqu’à ces émissions de télévision plus ou moins destinées à faire rayonner la production culturelle de l’époque), les acteurs a priori périphériques mais incontournables, qui construisent la réputation (des bibliothécaires aux membres des jurys décernant les prix littéraires, en passant par les enseignants), les lieux, transitoires ou non, qui peuvent, par métonymie de ceux qui les hantent ou par leur charge mythique, participer de ce marché des biens symboliques (tel aspirant artiste ou écrivain peut subitement gagner en intérêt parce qu’il fraie avec Sartre à Saint-Germain-des-Prés, est invité dans le grenier d’Edmond de Goncourt ou serre la main d’Andy Warhol à la Factory).

  • 7 Gremlin, « Sociocritique, médiations et interdisciplinarité », dans Anthony Glinoer (dir.), Texte. (...)
  • 8 Heinich (Nathalie), « La sociologie à l’épreuve des valeurs », dans Cahiers internationaux de socio (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.
  • 11 Lafarge (Claude), La valeur littéraire. Figurations littéraires et usages sociaux des fictions, Par (...)
  • 12 « L’illusio c’est le fait d’être pris au jeu, d’être pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut (...)
  • 13 Viala (Alain), « L’éloquence galante : pour une problématique de l’adhésion », dans Ruth Amossy (di (...)

3Ces instances objectivables de consécration tiennent de ce que le Gremlin appelle des « médiations institutionnelles »7, qui tendent à encadrer et favoriser la diffusion des produits artistiques et littéraires, dans lesquelles elles sont souvent reconfigurées. Si leur examen est crucial, il faut garder à l’esprit que le questionnement est aussi, et avant tout, ici lié à la production d’une valeur immatérielle ou symbolique, qui ne peut être saisie qu’à travers des concrétisations partielles fonctionnant comme autant d’indices fragmentaires d’un processus plus large. Nathalie Heinich, dans un article important, souligne justement certaines failles d’une tradition sociologique qui a pu négliger ou réduire cette dimension axiologique, et met pour sa part en lumière trois propriétés des valeurs. Il s’agit de leur multiplicité, tout d’abord, qui les rend difficiles à classifier, sans toutefois invalider la pertinence d’un tel ordonnancement car, comme l’écrit la sociologue, « la pluralité des valeurs d’un domaine à l’autre confère sa [sic] coloration spécifique aux différents univers dans lesquels nous évoluons, faisant de la compétence à s’orienter dans les systèmes axiologiques […] une condition fondamentale, mais fort peu reconnue, de l’aptitude à la vie sociale »8. Leur relative insaisissabilité, ensuite, que Heinich distingue du refoulement, de la dissimulation et de l’irrationalité, en signalant que les valeurs « ne sont pas toutes conscientes aux acteurs ni explicitables par eux », mais qu’elles n’en obéissent pas moins à des « fortes contraintes de cohérence »9. Une troisième propriété, note enfin la sociologue, est que les valeurs « s’enracinent à la fois dans des propriétés objectales (les “prises” que fournissent un objet), dans les compétences axiologiques incorporées, à des degrés variables, par les acteurs, et dans les contextes en lesquels se produit l’interaction entre objets et sujets […] »10. Nécessaire en partie, cette mise au point peut toutefois être discutée dans la mesure où la question a fait l’objet de différentes modélisations, parmi lesquelles l’ouvrage déjà ancien de Claude Lafarge sur la construction de la valeur littéraire11, le travail consacré par Pierre Bourdieu à la question de l’illusio ― intérêt et investissement dans une axiologie spécifique à un champ qui se révèle génératrice de pratiques et d’actions12 ―, et le questionnement ouvert par Alain Viala autour de la notion d’adhésion13.

  • 14 Heinich (Nathalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Galli (...)

4La variation axiologique soulignée par Heinich s’observe au point de vue des individus (dont les valeurs sont susceptibles d’être parfois contradictoires, mais aussi de changer) ; elle est également labile d’un point de vue collectif, au sein des champs où interviennent les acteurs. À la charnière des XVIIIe et XIXe siècle, le passage de la notion de Belles-Lettres (rassemblant l’éloquence, l’histoire et la poésie ― au sens englobant qu’a pu posséder cette dernière notion, qui fédérait alors les genres narratifs, le théâtre et les écrits lyriques) à celle de littérature a entraîné comme on le sait une réduction du domaine des lettres et une singularisation de ses acteurs : se définissant désormais, par opposition à l’éloquence et à l’histoire, comme une technique qui ne peut être enseignée, la littérature occupe une position à part au sein des pratiques sociales, et l’écrivain en vient volontiers à se penser comme un être d’exception. Une modification structurelle entraîne là un changement axiologique déterminant, que Nathalie Heinich explique pour sa part, dans le cadre du domaine artistique, en faisant valoir une transition d’un régime professionnel (le peintre exécutant des commandes et travaillant en atelier) à un régime vocationnel, qui exceptionnalise le créateur et permet à l’artiste de se penser selon un « régime de singularité »14. Cette représentation s’inscrit dans l’imaginaire social et n’a pas tout à fait disparu aujourd’hui : elle se construit par des discours de toute sorte, du roman à la chronique et de la caricature au tableau ; elle est nourrie de poses et de comportements, qui soutiennent l’idée que l’écrivain et l’artiste se distinguent du commun des mortels.

5Au sein de ces univers constamment occupés à réaffirmer leur singularité, des marques de gratification particulières couronnent ceux qui sont jugés les plus aptes à faire honneur à la corporation, « ce qui vaut », « ce qui vaut la peine » se donnant à voir dans le cadre d’une temporalité bi-dimensionnelle. Vu de l’extérieur, en effet, ce qui fait sens et est jugé remarquable pour le sens commun au cœur des champs artistique et littéraire semble tout à la fois immuable, intangible et inhérent à une excellence de l’œuvre. La représentation de l’artiste romantique mû par une motivation intrinsèque relative à la vocation a partie liée avec cette dimension. Mais, paradoxalement, cette immuabilité apparente de la valeur artistique et littéraire coexiste aujourd’hui avec l’idée que le monde actuel rendrait les succès plus faciles et plus arbitraires ― la valeur pouvant sembler procéder également à ce niveau de réalités exogènes. Dans ce cadre, la production de la valeur artistique serait soumise à des transformations, voire à des bouleversements, supposément liés en particulier à l’apparition et au développement de nouveaux médias.

6Concrètement, le dossier interroge ce hiatus apparent par le biais d’études de cas analysant des procès de construction de la valeur : processus d’élaboration d’une réputation (qu’étudie Marie Doga à partir de la trajectoire de Francis Ponge), production de la valeur littéraire comme travail collectif (à travers, notamment, l’analyse des choix d’acquisitions de certains bibliothécaires donnée par Cécile Rabot) et naturalisation de certains canons sur la base d’enjeux liés à la consolidation d’une culture nationale (comme le montre Vassili Rivron sur la base de l’historiographie littéraire brésilienne). Il s’agit également de tenter de mesurer les logiques qui se nouent dans le cadre de l’apparition des nouveaux médias et la façon dont ils contribuent à la construction et à la mise en circulation de valeurs permettant d’assurer les phénomènes d’émergence, de reconnaissance, de consécration et, parfois, de canonisation au sein des champs artistiques. On questionne donc aussi l’illusion non plus de la pérennité mais de la nouveauté et du changement, voire des bouleversements supposément apportés automatiquement par des supports (blogs littéraires, blogs édités, news magazine) volontiers tenus comme des espaces de production de valeurs neuves et comme de nouvelles instances de reconnaissance. L’article de Jamil Dakhlia, François Provenzano et Émilie Roche montre à ce titre comment le support hybride du magazine est devenu un facteur à part entière de la production d’une culture littéraire marquée par un rapport à l’actualité, dans le cadre de laquelle l’écrivain doit faire l’événement. Mais d’autres espaces médiatiques, derrière leur modernité de façade, prolongent en réalité des fondements axiologiques bien ancrés dans les mondes des arts et des lettres, comme en témoigne le cas du blog, qui ne subvertit pas réellement les modes traditionnels de reconnaissance (ainsi que le montrent Géraldine Bois, Émilie Saunier et Olivier Vanhée à l’aune des pratiques des blogueurs littéraires amateurs) et qui atteint souvent une forme de consécration dès lors qu’il sort de son cadre énonciatif de départ pour être remédiatisé sous la forme du livre (comme le fait voir Anaïs Guilet). C’est donc à déconstruire dans une certaine mesure des représentations du processus d’élaboration de la valeur que les articles du présent dossier se consacrent de manière transversale, en questionnant à la fois les phénomènes de rémanence et de transformation de l’axiologie et des instances qui la supportent dans les univers littéraires.

Haut de page

Notes

1 Colloque organisé par Laurence Ellena, Pierig Humeau, Wenceslas Lizé et Fanny Renard.

2 Lizé (Wenceslas) et Misdrahi (Marian) (dir.), « Trajectoires de consécration et transformations des champs artistiques », Sociologie et sociétés, vol. XLVII, n° 2, 2015.

3 Lizé (Wenceslas), Naudier (Delphine) et Sofio (Séverine) (dir.), Delphine Naudier et Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Éditions des archives contemporaines, 2014.

4 Schapira (Nicolas) et Ribard (Dinah) (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d'écriture et trajectoires sociales, Paris, PUF, 2013.

5 COnTEXTES, n° 7, Approches de la consécration en littérature, [En ligne], 2010, URL : http://contextes.revues.org/4609.

6 Denis (Benoît), « La consécration. Quelques notes introductives », dans Ibid., URL : http://contextes.revues.org/4639. Voir également la notice que Marie-Ève Riel consacre au concept : « Consécration », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le Lexique Socius, [En ligne], 2013-2016, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/59-consecration.

7 Gremlin, « Sociocritique, médiations et interdisciplinarité », dans Anthony Glinoer (dir.), Texte. Revue de critique et de théorie littéraire, n° 45/46, Carrefours de la sociocritique, Toronto, 2009, p. 177-194.

8 Heinich (Nathalie), « La sociologie à l’épreuve des valeurs », dans Cahiers internationaux de sociologie, 2/2006, n° 121, p. 287-315.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Lafarge (Claude), La valeur littéraire. Figurations littéraires et usages sociaux des fictions, Paris, Fayard, 1983.

12 « L’illusio c’est le fait d’être pris au jeu, d’être pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut la chandelle, ou, pour dire les choses simplement, que ça vaut la peine de jouer. » Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, Seuil, « Points essais », 1994, p. 151. Voir également le dossier dédié au concept dans la présente revue (Denis Saint-Amand et David Vrydaghs (dir.), COnTEXTES, n° 9, Nouveaux regards sur l’illusio, [En ligne], 2011, URL : http://contextes.revues.org/4783) et la notice qui lui est consacrée par Pascal Durand (« Illusio », dans Le Lexique Socius, op.cit., URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/41-illusio).

13 Viala (Alain), « L’éloquence galante : pour une problématique de l’adhésion », dans Ruth Amossy (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999, p. 177-195. Voir également les travaux développés par David Vrydaghs autour de la problématique : « L’esthétique surréaliste dans le champ et dans les discours. Recherches sur l’adhésion », dans COnTEXTES, n° 1, Discours en contexte, [En ligne], 2006, URL : http://contextes.revues.org/113 et « La variation idéologique des systèmes d’adhésion », dans COnTEXTES, n°2, L’idéologie en sociologie de la littérature, [En ligne], 2007, URL : http://contextes.revues.org/204.

14 Heinich (Nathalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, Laurence Ellena et Denis Saint-Amand, « De l’émergence à la canonisation. Instances et supports du cursus honorum artistique et littéraire », COnTEXTES [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/6209 ; DOI : 10.4000/contextes.6209

Haut de page

Auteurs

Björn-Olav Dozo

Université de Liège

Articles du même auteur

Laurence Ellena

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Denis Saint-Amand

Université de Namur

Articles du même auteur

Haut de page