Navigation – Plan du site

Stratégies stylistiques chez les auteurs d’origine judéo-maghrébine en France

Ewa Tartakowsky

Résumé

Les expériences socialisatrices des auteurs d’origine judéo-maghrébine sous-tendent leurs choix esthétiques et alimentent structurellement les esthétiques formelles employées. Nous pouvons ainsi repérer deux principes socialisateurs qui les déterminent. D’une part l’acculturation française amorcée pour certains depuis la précédente génération et qui constitue un cadre structurel de la socialisation linguistique et sociale. Dans cette perspective, la langue française est non seulement le seul vecteur d’écriture mais elle est, en plus, vécue comme telle. D’autre part, la mémoire linguistique judéo-arabe singulièrement dans sa composante d’oralité se manifeste dans le texte par un certain nombre d’expressions langagières et par la recherche d’un rythme particulier propre. Ces effets stylistiques participent du renouvellement des formes esthétiques dans un objectif de remise en cause du cadre imposé par la pratique littéraire française et ils traduisent une esthétique évoluant entre la tentation du renouveau et l’attachement aux codes traditionnels de la pratique littéraire occidentale, reflétant ainsi la condition exilique de ces auteurs.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette problématique voir notamment : Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka : pour une lit (...)
  • 2 Bobei (Remo), « Exilés dans le temps. Les deux exils », dans Augustin Giovannoni (éd.), Écritures d (...)
  • 3 Nous n’aborderons pas ici les différentes catégories d’exil. Voir à ce sujet : Ilie (Paul), Literat (...)
  • 4 Sur la problématique du rapport qu’entretient l’exilé avec la langue, voir notamment : Robin (Régin (...)

1La littérature d’exil est l’un des nombreux exemples de ces littératures dites minoritaires1, exemple particulièrement propice à des questionnements sur les liens qu’entretiennent le social, le politique et le littéraire. En effet, les modifications de rapports de forces qui interviennent au moment de changement de régimes et qui provoquent des départs ou des déplacements massifs de populations peuvent déclencher un travail littéraire. À la distance géographique se greffe alors souvent l’éloignement temporel : non seulement le retour physique au lieu originel s’avère impraticable, mais au fil du temps le retour vers le passé natal devient lui aussi impossible, éloignant doublement des origines2. Le désir d’un retour impossible exacerbe à son tour un « mal du pays ». L’exil est alors associé à la nostalgie et à un sentiment de perte3, induisant des processus d’adaptation dans la nouvelle réalité qui passent souvent par des procédés centripètes vis-à-vis de la communauté déplacée. On observe ainsi des tendances à conserver d’anciennes habitudes, à recréer un monde désormais perdu, à vouloir renouer et sauvegarder la « langue de l’origine »4. Balançant entre la rupture et le lien, les exilés recréent ainsi par un travail symbolique, y compris littéraire, des cadres sociaux et territoriaux.

2Dans l’espace-temps qui leur est propre, les reconstructions narratives se construisent à la fois comme antidote à la limitation de l’existence individuelle et comme catalyseur de reconstructions identitaires collectives. Outre des contenus spécifiques caractérisés par cette oscillation entre l’empreinte d’une racine identitaire inaugurale et le témoignage sur le lieu où vit l’exilé, une grande partie des écrits d’exil incorpore l’expérience migratoire dans les poétiques proposées.

3Notre interrogation portera justement sur les stratégies stylistiques développées dans le contexte de l’exil. Pour tenter de répondre à la question de savoir quelles sont les poétiques stylistiques qu’une telle littérature met en œuvre, nous allons nous appuyer sur la production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France, singulièrement à partir d’un corpus réduit à trois auteurs : Gil Ben Aych originaire d’Algérie, Marco Koskas et Katia Rubinstein nés en Tunisie. D’autres auteurs d’origine judéo-maghrébine en France - comme Albert Bensoussan, né en Algérie, Colette Fellous native de Tunisie ou Marcel Bénabou, originaire du Maroc – partagent les mêmes préoccupations stylistiques et linguistiques. Mais le choix de cette cohorte restreinte découle d’un mode stylématique à haut régime, caractérisé par la densité des figures utilisées par ces écrivains, style qu’on trouvera à un degré moindre chez les autres auteurs judéo-maghrébins. On signalera qu’un auteur, Roland Bacri, recourt de manière massive au « pataouète » - style et vocabulaire du parler des pieds-noirs.

L’exil judéo-maghrébin, expérience d’une triple fracture

4Il convient de souligner que l’exil collectif des Juifs maghrébins constitue une multiple fracture : fracture d’avec le lieu natal, lieu où la présence juive remonte à deux millénaires et fracture d’avec la culture arabe. À cela, se greffe une installation en métropole souvent douloureuse de par le statut propre à tous les nouveaux immigrés et par la divergence entre image idéalisée de la France en Afrique du Nord et la réalité. C’est dans ce cadre historique et collectif que vont naître des vocations littéraires.

  • 5 75% d’auteurs de la cohorte ont publié après leur départ du Maghreb. 77% des auteurs étudiés (84 au (...)
  • 6 C’est seulement en 2012 que le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme à Paris a présenté la première (...)

5L’étude statistique l’atteste : l’exil joue un rôle majeur dans l’entrée dans l’espace du jeu littéraire de l’ensemble de la cohorte de 109 auteurs judéo-maghrébins en France5. Sans que l’on puisse prétendre à un quelconque automatisme, on constate qu’il détermine la plupart des topoï employés. Plus spécifiquement, les auteurs sélectionnés, tout comme la plupart des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France, puisent largement dans des thématiques liées à l’intime, à la vie familiale et au folklore juif d’Afrique du Nord. Ces évocations concernent à la fois la culture matérielle (costumes, talismans, objets de culte) et immatérielle (coutumes, divertissements, musiques ou rites exercés à l’occasion des évènements importants pour la plupart religieux). Elles sont d’autant plus détaillées que l’exil n’a pas toujours permis de sauvegarder ces productions, surtout leur composante matérielle. Peu d’objets ou d’enregistrements sonores sont arrivés en métropole dans leur intégralité et, jusqu’à récemment, il n’y avait pas de collections structurées et objectivées de ce patrimoine6. Nous retrouvons cette préoccupation thématique chez Gil Ben Aych qui évoque dans ses romans Le voyage de Mémé, Le livre d’Étoile ou Le chant des êtres les superstitions de sa grand-mère, avatar de l’ancienne génération des Juifs algériens. Marco Koskas enracine la narration de son roman Balace Bounel dans un espace intimiste situé dans un immeuble de la famille Bounel de Nabeul. Katia Rubinstein, dans son roman Mémoire illettrée d’une fillette d’Afrique du Nord à l’époque coloniale, s’attache à exprimer la vie intérieure et l’existence quotidienne de la jeune Kadem dans le quartier du port de Tunis.

  • 7 Maczka (Ewa), « Mémoire retrouvée pour histoire oubliée. L’expression littéraire des Juifs originai (...)

6Ainsi, les écrivains prennent-ils en charge objectivement un travail de « patrimonialisation » de la mémoire judéo-maghrébine dans leurs récits ou fictions7. Le processus littéraire sert ici de médium à une mémoire dont le rappel soulage des « blessures » éventuelles survenues suite à la perte de la terre natale mais sert également de substitut à l’enracinement qui s’organise autour d’un objectif : inscrire les destinées individuelles et familiales dans le temps en recomposant leur parcours, en réorganisant les faits et, ce faisant, en leur conférant un sens.

  • 8 Trésor de la langue française, Paris, Gallimard, 1972.

7Qu’en est-il plus spécifiquement du style, sachant qu’on entendra par style « ensemble des moyens d’expressions (vocabulaire, images, tours de phrase, rythme)8 » caractéristiques d’une œuvre, d’un auteur ou d’un ensemble d’œuvres ? Nous proposons une hypothèse selon laquelle le style littéraire, comme le contenu, procède d’une transfiguration des expériences socialisatrices des écrivains. Autrement dit, les choix stylistiques sont déterminés en fonction des expériences socialisatrices antérieures des acteurs étudiés mais aussi en fonction du contexte présent d’action et d’énonciation et non uniquement en fonction des stratégies purement littéraires. Pour rendre raison aux pratiques stylistiques des écrivains étudiés, nous allons procéder en deux temps : d’abord, examiner quels sont les modes linguistiques déployés ; ensuite, proposer des pistes d’interprétations possibles.

Un usage singulier de la langue comme attestation d’identité

8Tous les auteurs de la cohorte globale entretiennent un rapport spécifique à la langue d’écriture. Singulièrement, la langue joue un rôle primordial chez les auteurs sélectionnés et « signe » la singularité formelle – le style – de ces auteurs.

  • 9 Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française en (...)
  • 10 Sur les différents registres de la langue judéo-arabe, voir : Chetrit (Joseph), « Niveaux, registre (...)

9On remarque un usage appuyé de la langue populaire – phénomène comparable à celui des régionalistes9 – nourri par le contexte linguistique local. L’usage, supposé puisé dans la mémoire, de dénominations originales des Juifs maghrébins est destiné à donner au lecteur un gage d’authenticité. La présence de mots en arabe ou en judéo-arabe, de dictons, des idiolectes comme jurons, insultes ou bénédictions rattache les narrateurs à une sagesse populaire10. D’autres procédés permettent de rendre audible une oralité déracinée – oralité supposée devenue muette – grâce à l’écriture phonétique, marquée aussi bien par des hésitations, des ruptures syntaxiques que par des phrases interminables. Katia Rubinstein en fournit un exemple frappant :

  • 11 Rubinstein (Katia), Mémoire illettrée d’une fillette d’Afrique du Nord à l’époque coloniale, Paris, (...)

Comme aussi la question des prières ; oui ou non, y faut prier le Bon Dieu ce jour-là ? alors pourquoi, dans toute la Synagogue y’a soloment le rabbin pluss quelques vieux et quelques vieilles pieux-pieux qui z’arrêtent pas de lire et de lire, alors que les otres, y z’ont le droit de bavarder et bavarder, tellement-tellement qu’y z’oublient les vertiges, les crampes et tout ; surtout au premier étage chez les femmes, avec les gosses qui tournent autour et qui jouent ; sûrement que dans toute la ville, personne y peut espliquer vraiment ; punaise alors !, qué mystère dans la vie quâ même !…11.

10Gil Ben Aych, quant à lui, recourt au monologue interne de la grand-mère Étoile, qui raconte les péripéties du départ et de l’installation en France. Le style d’écriture s’appuie sur l’usage d’un ensemble de procédés visant à donner au lecteur une impression d’oralité, d’une langue parlée au phrasé long et parfois inachevé, y compris par l’usage de la ponctuation. En effet, les signes de ponctuation ainsi que les majuscules employées classiquement en début de phrases n’apparaissent pas toujours y compris au moment du passage d’un chapitre à l’autre :

  • 12 Ben Aych (Gil), Le livre d'Etoile, Paris, Seuil, 1986, p. 64.

c’est pas les couleurs de Tlemcen ici, le ciel déjà, mais ni le vert des Arabes n’est le même ni l’ocre des pierres ne ressemble, pas de minarets, les musulmans sont moins nombreux, aucune mosquée, les tuiles des toits sont différentes, la mousse dessus aussi. On remonte la Canebière maman, des beaux magasins et des cafés, voilà, Thierry où je viens habiller mon fils Paul, Thierry, c’est commerçant, comme un prénom, il s’appelle Thierry, c’est le nom de son magasin, il va bien mon cher Paul, sa sœur Geneviève, tu ne l’as jamais vue, elle est née en France, toi encore en Algérie, des platanes comme à Tlemcen, des belles terrasses ombragées, ça va, c’est beau, non je ne sais pas si je vais l’y faire, qu’est-ce que c’est ce Marseille, c’est vraiment une grande ville, et ta maison Élie mon fils, est-elle assez grande pour nous accueillir Esther et moi, ainsi en catastrophe ? Bien sûr, vous pouvez rester, j’ai trois pièces. À savoir comment on va dormir alors, c’est compliqué, peut-être que Dieu il nous aide, on quitte notre pays comme ça, un beau jour, sans même savoir où on va no où on habite nouvellement, mon fils heureusement, diabolique ma parole, tu as des nouvelles de Joseph ton frère et Jeannette12.

  • 13 Dugas (G.), La Littérature judéo-maghrébine d’expression française. …, op. cit., p. 209.

11Dans un registre assez similaire, Marco Koskas, dès son premier roman Balace Bounel joue, lui aussi, avec la langue. Le style direct, vif est souvent employé, se rapprochant – là encore – plus du monologue que d’un récit élaboré13. L’écrivain mime le rythme du parler populaire des Juifs tunisiens avec de longues phrases dont la ponctuation vise à les rendre interminables :

  • 14 Koskas (Marco), Balace Bounel, Paris, Ramsey, 1979, pp. 18-19.

Et Victor, en passant la tête par la porte pour surveiller les pleureuses, se demandait si cette histoire avait eu lieu avant ou après la naissance de Monette, mais il n’était pas sûr, alors il se demanda plutôt si elle avait eu lieu avant ou après le mariage de Gagou, mais Gagou s’était-il marié avant ou après la naissance de Monette, non puisqu’il avait ouvert sa boutique de barbier après le baptême des rues et que Monette, à l’époque, n’était pas née, encore qu’il se souvenait que Monette était déjà née lorsqu’arriver l’électricité et que Gagou était le premier à raser les clients tard le soir grâce à la lumière qui plaisait bien aux hommes jusqu’au jour où la première ampoule brûla, alors Gagou se retrouva dans le noir, la faillite sur le bras, à gémir c’était un beau rêve, autant d’évènement que Victor enchevêtrait de telle sorte qu’il dut solliciter les pleureuses dont l’une pensait que l’électricité était arrivée avant le baptême des rues, contredite par une autre qui était sûre que l’électricité était arrivée après puisque son fils Haïm était tombé dans le puits le jour du baptême des rues […]14.

12Le style oral se dévoile, à d’autres moments, à travers l’écriture phonétique des transcriptions telles que « épissié », « gargautié », ou encore à travers des effets stylistiques relevant du comique comme, par exemple, avec Edgar Faure et Jean-Louis Tixier-Vignancourt qui deviennent « Maîtres Bagareffore et Taxi-Baillancourt ». Souvent ces inventions linguistiques sont de purs néologismes n’ayant rien à voir avec le contexte linguistique local. Pour donner à entendre l’oralité des Juifs tunisiens, Marco Koskas recourt à un autre procédé : parsemer le récit principal d’informations « secondaires » et triviales, permettant ainsi de reconstruire un style particulier, au rythme spécifique, entrecoupé par des digressions et scandé par des niveaux narratifs différents.

Passé incorporé et transfigurations des expériences socialisatrices

13L’usage spécifique de la langue – style oral, recours aux constructions syntaxiques non conformes aux règles conventionnelles du français, usage des emprunts des autres langues comme l’arabe ou judéo-arabe – caractérise donc ces auteurs, propriété que partagent d’autres écrivains judéo-maghrébins en France, mais à des degrés divers. Même si chaque auteur exprime sa propre singularité et que l’usage d’un style oral ne saurait être considéré comme caractéristique de l’ensemble des écrivains d’origine judéo-maghrébine, nous allons analyser ce que traduit cet usage spécifique de la langue caractéristique du corpus sélectionné. Dans la mesure où nous considérons que le style est massivement l’une des résultantes du poids des dispositions sociales et du passé incorporé, il est nécessaire de placer ce phénomène linguistique dans la perspective plus générale de la trajectoire collective des Juifs d’Afrique du Nord, singulièrement dans leur rapport à la langue.

14En effet, deux principes socialisateurs déterminent la stratégie stylistique évoquée. D’un côté l’acculturation française amorcée pour certains depuis la précédente génération constitue un cadre structurel de la socialisation linguistique et sociale. Dans cette perspective, la langue française est, objectivement, non seulement le seul vecteur d’écriture mais elle est, en plus, vécue comme telle. La France, elle, constitue un horizon émancipateur.

  • 15 Cette naturalisation exclut toutefois les Juifs vivants dans des oasis et les confins algéro-maroca (...)

15Historiquement, la présence française au Maghreb change largement la donne pour les Juifs majoritairement arabophones, judéo-arabophones ou judéo-berbérophones, en promouvant une assimilation à la culture française. Y contribue d’abord la naturalisation collective des Juifs algériens par le décret Crémieux en 187015. Cette promesse symbolique d’une future acculturation française se traduira rapidement par l’assimilation linguistique grâce notamment à l’accès à l’école républicaine. En Tunisie et au Maroc, à des degrés divers et selon les contextes, les Juifs peuvent demander la nationalité française individuellement. Leur acculturation se construit autour de l’instruction en français diffusée par le réseau d’écoles pour garçons et filles juifs de l’Alliance israélite universelle, institution fondée en 1860.

  • 16 Tartakowsky (Ewa), « From one shore, the other… The image of France in the works of contemporary Ju (...)
  • 17 Tartakowsky (Ewa), « Récits migrants, langues métissées. Essai sur l’identité multiple dans la prod (...)

16Mais si – à l’époque – ce processus d’acculturation est perçu par les Juifs maghrébins comme une « modernisation » et une « émancipation », il institue aussi une double mise à distance, aussi bien avec l’identité judéo-arabe qu’avec le passé des Juifs dans cette partie de la Méditerranée16. Cette prise de conscience surviendra seulement sous la contrainte contextuelle – en exil métropolitain – conduisant à relativiser « l’apport civilisationnel » de la France. La tension entre une acculturation bienfaitrice qui devient aussi domination culturelle trouvera son lieu d’expression privilégiée dans la production littéraire. Loin de leur terre natale, ces écrivains réalisent leur attachement à leur origine, y compris dans la composante judéo-arabe, voire arabe ou berbère, de leur appartenance identitaire17.

  • 18 Derrida (Jacques), Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

17Au plan linguistique, ces écrivains doivent composer avec le fait qu’ils ne parlent plus ni le judéo-arabe ni l’arabe de leurs ancêtres, langues qu’ils considèrent pourtant comme « maternelles ». L’expression en français, seule langue d’écriture apportée jadis par le colonisateur, pose alors problème. Jacques Derrida, lui-même d’origine judéo-algérienne, analyse ce phénomène dans le Monolinguisme de l’autre où le français est considéré comme la « langue d’arrivée », appelée ainsi pour désigner une langue de transmission qui, désormais seule, peut témoigner de la langue « maternelle » – le judéo-arabe ou l’arabe – disparue18.

18Cette dimension se traduit donc par leur volonté d’intégrer la langue aux témoignages, singulièrement dans sa composante d’oralité, rendue grâce à la retranscription d’une oralité d’« antan », un certain nombre d’expressions langagières et par la recherche d’un rythme particulier propre, « en arabesque » pour reprendre l’expression d’Annie Goldmann, autre auteure d’origine judéo-tunisienne.

Innovations linguistiques et critique de l’hégémonie métropolitaine

19Cette tentative de retranscrire une langue, liée à la perte du parler populaire des Juifs maghrébins, n’est pas un simple « enregistrement » ; elle procède d’un travail stylistique qui nécessite des innovations linguistiques par le simple fait que l’auteur doit rendre une oralité, un rythme, un caractère d’un parler dans une langue autre que celle qu’il souhaite faire entendre et avec des règles – tant formelles qu’esthétiques – différentes.

  • 19 Gutwirth (Marcel), Laughing Matter: An Essay on the Comic, Ithaca, Cornell University Press, 1993.

20Par ailleurs, l’introduction dans la langue du dominant – ici la langue française – d’allocutions propres du dominé, de modes d’expression jouant sur les ruptures de construction syntaxique ou encore du registre comique, évoqué préalablement, participe du renouvellement de formes esthétiques dans un objectif de remise en cause du cadre imposé que constitue la pratique littéraire française. Elles traduisent une critique objective de l’hégémonie culturelle de la langue française et des règles qu’elle prétend maintenir19.

  • 20 Joseph Chetrit analyse que l’apport des locuteurs judéo-espagnols, italiens ou portugais aux parler (...)
  • 21 Gauvin (Lise) (dir.), Les Langues du roman. Du plurilinguisme comme stratégie textuelle, Montréal, (...)

21Cette critique sous-jacente est présente, de manière presque explicite, dans la stratégie stylistique de Katia Rubinstein. La première partie de son roman, la plus importante quantitativement, est rédigée dans un style oral et s’appuie sur l’emprunt à plusieurs langues et dialectes (arabe, judéo-arabe, italien, maltais)20. Au-delà d’un effet esthétique, cette oralité sert à manifester l’identité « métissée » ou plurielle du narrateur21. L’absence de signes typographiques particuliers qui marqueraient des emprunts à d’autres langues peut être interprétée comme affirmation d’une coexistence harmonieuse des cultures où le français ne se pose pas en concurrent des autres langues, mais crée avec elles une relation de complicité, modifiant ainsi les termes de son hégémonie. La seconde partie se situe, elle, en métropole : le monologue de Kadem change de style d’expression pour adopter un français conforme aux règles classiques d’écriture. Le passage d’un style oral et populaire à un style conventionnel se pose comme critique, symbolisant un sentiment de malaise face à la culture métropolitaine hégémonique vis-à-vis de ses périphéries.

  • 22 Glissant (Édouard), Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996, p. 111.
  • 23 Mouralis (Bernard), « Littératures africains, oral et savoir », Semen, n° 18, 2004, URL : http://se (...)

22Ces stratégies stylistiques et les enjeux de « l’hétéroglossie » – concept introduit par le linguiste Mikhaïl Bakhtine en 1934 par rapport à la pluralité des discours – ne sont pas propres aux auteurs judéo-maghrébins étudiés. D’autres écrivains nés dans des contextes coloniaux restent également sensibles au « tourment de langage22 », pour reprendre l’expression d’Édouard Glissant. Un tourment qui se traduit, selon les auteurs et le contexte migratoire, par des interprétations de la domination coloniale et postcoloniale, lesquels « dépossèdent » le colonisé de sa langue d’origine mais aussi par des processus de métissage, d’hybridité et de réappropriation. Inversement, il nourrit la défense de la langue et de la culture d’origine, comme l’ont fait les écrivains africains dès avant la Première Guerre mondiale en publiant de nombreux recueils et analyses sur la littérature orale et en s’affirmant également vis-à-vis de la production des Européens dans ce domaine à l’époque coloniale23. Mais contrairement aux écrivains africains tournés vers la tradition orale, les écrivains d’origine judéo-maghrébine en France n’ont pas pu se reposer sur une tradition existante et ont dû, pour la première fois, saisir cette oralité qui leur appartient à titre de derniers témoins.

  • 24 Abensour (Liliane) et al., Cultures juives, méditerranéennes et orientales, Paris, Syros, 1982, p.  (...)
  • 25 Glissant (Édouard), Introduction à une poétique du divers, op. cit.
  • 26 Robin (Régine), Le Roman mémoriel : de l’histoire à l’écriture du hors-lieu, Montréal, Le Préambule (...)

23En conclusion, dans le cas des écrivains étudiés, nous pouvons constater qu’il s’agit davantage de recréer que de retranscrire, procédé propre à la condition diasporique de ces auteurs qui déclarent utiliser une « macédoine de langues24 » à la « symétrie décousue » et parfois « anarchique ». Car à l’instar de l’espace social métropolitain, désormais clairement pluriel, la langue française s’imprègne de sonorités et de constructions nouvelles25. En traversant les frontières physiques et métaphoriques, ces écrivains d’exil bousculent barrières et conventions. Ils renouvèlent l’imaginaire social et les modes d’expression stylistiques26. Il convient pour autant de souligner que leurs innovations linguistiques ne bouleversent pas les fondements des cadres formels qu’ils utilisent. Les effets stylistiques évoqués traduisent une esthétique évoluant entre la tentation du renouveau et l’attachement aux codes traditionnels de la pratique littéraire occidentale et donnent ainsi à voir, quoi qu’ils en aient, la condition de l’expérience d’exilé de leurs auteurs et les jeux de pouvoirs et de dominations propres à l’espace du jeu littéraire français.

24Alimentés par leurs expériences socialisatrices, les choix des esthétiques formelles qu’ils emploient expriment – tout comme les contenus de leur littérature – un jeu de tensions et de rapports de forces entre origine et intégration, métissages et affirmations d’une identité ; autrement dit, entre des dispositions sociales incorporées et des contraintes contextuelles.

Haut de page

Bibliographie

Corpus étudié

Ben Aych (Gil), L’Essuie-mains des pieds, Paris, Presses d’aujourd’hui, 1981.

Ben Aych (Gil), Le Voyage de Mémé, Paris, Bordas, 1982.

Ben Aych (Gil), Le Livre d’Étoile, Paris, Seuil, coll. « Points. Point-virgule », 1986.

Ben Aych (Gil), Le Chant des êtres, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1988.

Koskas (Marco), Balace Bounel, Paris, Ramsay, 1979.

Koskas (Marco), J’ai pas fermé l’œil de l’été, Paris, Julliard, 1996.

Rubinstein (Katia), Mémoire illettrée d’une fillette d’Afrique du Nord à l’époque coloniale, Paris, Stock, 1979.

Sources critiques

Abensour (Liliane) et al., Cultures juives, méditerranéennes et orientales, Paris, Syros, 1982.

Bobei (Remo), « Exilés dans le temps. Les deux exils », dans Augustin Giovannoni (éd.), Écritures de l’exil, Paris, L’Harmattan, 2006, pp. 13-39.

Chetrit (Joseph), « Niveaux, registres de langue et sociolectes dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord », dans Les Relations entre Juifs et Musulmans en Afrique du Nord aux xixe-xxe siècles, Paris, Éd. J/L/Miège/Éd. CNRS, 1980, pp. 129-142.

Chetrit (Joseph), « L’influence du français dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord », Plurielles, n° 7, 1998-1999, pp. 49-56.

Deleuze (Gilles) & Guattari (Félix), Kafka : pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005.

Hargreaves (Alec G.), « La littérature issue de l’immigration maghrébine en France : une littérature “mineure” ? », dans Littératures des immigrations. 1. Un espace littéraire émergent, sous la direction de Charles Bonn, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 17-28.

Derrida (Jacques), Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

Dugas (Guy), La Littérature judéo-maghrébine d’expression française. Entre Dhéha et Cagayous, Paris, L’Harmattan, 1990.

Gutwirth (Marcel), Laughing Matter: An Essay on the Comic, Ithaca, Cornell University Press, 1993.

Gauvin (Lise) (dir.), Les Langues du roman. Du plurilinguisme comme stratégie textuelle, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1999.

Gauvin (Lise), L’Écrivain francophone à la croisée des langues. Entretiens, Paris, Karthala, 1997.

Glissant (Édouard), Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.

Ilie (Paul), Literature and Inner Exile: Authoritarian Spain, 1939-1975, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1980.

JanMohamed (Adbul R.) & David Lloyd (David) (éds), The Nature and Context of Minority Discurse, New York, Oxford, Oxford University Press, 1990.

Maczka (Ewa), « Mémoire retrouvée pour histoire oubliée. L’expression littéraire des Juifs originaires d’Afrique du Nord dans le contexte postcolonial », Mouvements, HS n° 1, 2011, pp. 45-54.

Maczka-Tartakowsky (Ewa), notice « Écrivains d’Afrique du Nord », dans Jean Leselbaum et Antoine Spire (dir.), Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours, Lormont, Armand Colin/Éd. du Bord de l’Eau, 2013, pp. 275-278.

McClennen (Sophia A.), The Dialectics of Exile : Nation, Time, Language, and Space in Hispanic literatures, West Lafayette, Purdue University Press, 2004.

Mouralis (Bernard), « Littératures africaines, oral et savoir », Semen, n° 18, 2004, URL : http://semen.revues.org/2221

Porra (Véronique), « De la marginalité instituée à la marginalité déviante ou que faire des littératures africaines d’expression française contemporaines ? », Revue de littérature comparée, n° 314, 2005/2, pp. 207-225.

Présentation de l’exposition « Juifs d’Algérie » du musée d’Art et d’Histoire du judaïsme. URL : http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo-Juifs-d-Algerie.php [consulté le 26 mars 2013].

Robin (Régine), Le deuil de l’origine. Une langue en trop, une langue en moins, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 1993.

Robin (Régine), Le Roman mémoriel : de l’histoire à l’écriture du hors-lieu, Montréal, Le Préambule, 1989.

Said (Edward W.), Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

Seidel (Michael), Exile and the Narrative Imagination, New Haven, Yale University Press, 1986.

Tabori (Paul), The Anatomy of Exile : A Semantic and Historical Study, Londres, Harrap, 1972.

Tartakowsky (Ewa), « Récits migrants, langues métissées. Essai sur l’identité multiple dans la production littéraire des Juifs nord-africains en France dans la seconde moitié du xxe siècle », dans Pluri-Culture et Écrits migratoires/ Pluri-Culture and Migrant Writings, sous la direction Elizabeth Sabiston & Robert Drummond, Sudbury, Ontario, Série Monographique en Sciences Humaines, n° 17, 2014, pp. 441-453.

Tartakowsky (Ewa), « From one shore, the other… The image of France in the works of contemporary Judeo- Maghrebi novelists », Contemporary French and Francophone Studies: SITES, vol. 17, n° 2, 2013, pp. 154-163.

Tartakowsky (Ewa), « Minoritaire, mineur », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Lexique Socius. Les concepts des approches sociales du littéraire [en ligne], mai 2015, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/159-minoritaire-mineur

Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Epoque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

Trésor de la langue française, Paris, Gallimard, 1972.

Haut de page

Notes

1 Sur cette problématique voir notamment : Deleuze (Gilles) et Guattari (Félix), Kafka : pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975 ; JanMohamed (Adbul R.) et Lloyd (David) (éds), The Nature and Context of Minority Discurse, New York, Oxford, Oxford University Press, 1990; Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005 ; Tartakowsky (Ewa), « Minoritaire, mineur », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Lexique Socius. Les concepts des approches sociales du littéraire [en ligne], mai 2015, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/159-minoritaire-mineur.

2 Bobei (Remo), « Exilés dans le temps. Les deux exils », dans Augustin Giovannoni (éd.), Écritures de l’exil, Paris, L’Harmattan, 2006, pp. 13-39.

3 Nous n’aborderons pas ici les différentes catégories d’exil. Voir à ce sujet : Ilie (Paul), Literature and Inner Exile : Authoritarian Spain, 1939-1975, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1980 ; McClennen (Sophia A.), The Dialectics of Exile : Nation, Time, Language, and Space in Hispanic literatures, West Lafayette, Purdue University Press, 2004 ; Said (Edward W.), Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996 ; Seidel (Michael), Exile ans the Narrative Imagination, New Haven, Yale University Press, 1986 ; Tabori (Paul), The Anatomy of Exile : A Semantic and Historical Study, Londres, Harrap, 1972.

4 Sur la problématique du rapport qu’entretient l’exilé avec la langue, voir notamment : Robin (Régine), Le deuil de l’origine. Une langue en trop, une langue en moins, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 1993.

5 75% d’auteurs de la cohorte ont publié après leur départ du Maghreb. 77% des auteurs étudiés (84 auteurs) consacrent leur premier ouvrage à l’exil, de manière plus ou moins explicite et sous des formes différentes de transfigurations littéraires des expériences socialisatrices. L’exil joue donc un rôle d’expérience sociotopique. 68% des titres (300 sur 441) sont significatifs par rapport au topos de l’exil. 73% des auteurs font, au moins une fois, référence à l’exil dans les titres de leurs ouvrages. L’investissement des titres par des topoï de l’exil, de la mémoire, de l’histoire et en lien avec l’identité juive et / maghrébine est important (étude de 300 sur 441 titres significatifs : 43% de titres se rattachent à l’exil ; 42% au Maghreb ; 26 à l’histoire et à la mémoire). On remarque une forte référentialité au Maghreb et à « l’univers oriental » dans les couvertures (95.5% de références) et de manière générale dans les textes. Sur la littératures des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France, voir notamment : Dugas (Guy), La Littérature judéo-maghrébine d’expression française. Entre Dhéha et Cagayous, Paris, L’Harmattan, 1990 ; Maczka-Tartakowsky (Ewa), notice « Écrivains d’Afrique du Nord », dans Leselbaum (Jean) et Spire (Antoine) (dir.), Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours, Lormont, Armand Colin/Ed. du Bord de l’Eau, 2013, pp. 275-278.

6 C’est seulement en 2012 que le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme à Paris a présenté la première exposition sur l’histoire et la culture des Juifs algériens, intitulée « Juifs d’Algérie ». Outre les documents issus de collections publiques, l’exposition a pu être réalisée grâce à un appel, lancé une année auparavant, pour collecter objets et archives privées, auquel ont répondu des centaines de familles. À l’instar de récits des auteurs d’origine judéo-maghrébine, « l’exposition fait […] une large place à la mémoire familiale, à des objets et à des archives conservés depuis plusieurs générations ». Voir la présentation de l’exposition sur le site Web du musée d’Art et d’Histoire du judaïsme. URL : http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo-Juifs-d-Algerie.php [consulté le 26 mars 2013].

7 Maczka (Ewa), « Mémoire retrouvée pour histoire oubliée. L’expression littéraire des Juifs originaires d’Afrique du Nord dans le contexte postcolonial », Mouvements, HS n° 1, 2011, pp. 45-54.

8 Trésor de la langue française, Paris, Gallimard, 1972.

9 Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Epoque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

10 Sur les différents registres de la langue judéo-arabe, voir : Chetrit (Joseph), « Niveaux, registres de langue et sociolectes dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord », dans Les Relations entre Juifs et Musulmans en Afrique du Nord aux xixe-xxe siècles, Paris, Ed. J/L/ Miège/Ed. CNRS, 1980, pp. 129-142 ; « L’influence du français dans les langues judéo-arabes d’Afrique du Nord », Plurielles, n° 7, 1998-1999, pp. 49-56.

11 Rubinstein (Katia), Mémoire illettrée d’une fillette d’Afrique du Nord à l’époque coloniale, Paris, Stock, 1979, p. 16.

12 Ben Aych (Gil), Le livre d'Etoile, Paris, Seuil, 1986, p. 64.

13 Dugas (G.), La Littérature judéo-maghrébine d’expression française. …, op. cit., p. 209.

14 Koskas (Marco), Balace Bounel, Paris, Ramsey, 1979, pp. 18-19.

15 Cette naturalisation exclut toutefois les Juifs vivants dans des oasis et les confins algéro-marocains annexés par la France de 1872 à 1906. Ils obtiennent la nationalité française en 1961 dans le cadre des processus de décolonisation.

16 Tartakowsky (Ewa), « From one shore, the other… The image of France in the works of contemporary Judeo- Maghrebi novelists », Contemporary French and Francophone Studies: SITES, vol. 17, n° 2, 2013, pp. 154-163.

17 Tartakowsky (Ewa), « Récits migrants, langues métissées. Essai sur l’identité multiple dans la production littéraire des Juifs nord-africains en France dans la seconde moitié du xxe siècle », dans Sabiston (Elizabeth) et Drummond (Robert) (dir.), Pluri-Culture et Écrits migratoires/ Pluri-Culture and Migrant Writings, Sudbury, Ontario, Série Monographique en Sciences Humaines, n° 17, 2014, pp. 441-453.

18 Derrida (Jacques), Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

19 Gutwirth (Marcel), Laughing Matter: An Essay on the Comic, Ithaca, Cornell University Press, 1993.

20 Joseph Chetrit analyse que l’apport des locuteurs judéo-espagnols, italiens ou portugais aux parlers juifs du Maghreb a été considérable. Chetrit (Joseph), « L’influence du français… », op. cit., p. 53.

21 Gauvin (Lise) (dir.), Les Langues du roman. Du plurilinguisme comme stratégie textuelle, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1999 ; L’Écrivain francophone à la croisée des langues. Entretiens, Paris, Karthala, 1997.

22 Glissant (Édouard), Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996, p. 111.

23 Mouralis (Bernard), « Littératures africains, oral et savoir », Semen, n° 18, 2004, URL : http://semen.revues.org/2221

24 Abensour (Liliane) et al., Cultures juives, méditerranéennes et orientales, Paris, Syros, 1982, p. 323.

25 Glissant (Édouard), Introduction à une poétique du divers, op. cit.

26 Robin (Régine), Le Roman mémoriel : de l’histoire à l’écriture du hors-lieu, Montréal, Le Préambule, 1989, p. 173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Stratégies stylistiques chez les auteurs d’origine judéo-maghrébine en France », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/6252 ; DOI : 10.4000/contextes.6252

Haut de page

Auteur

Ewa Tartakowsky

Articles du même auteur

Haut de page