Skip to navigation – Site map

Que serait une sociostylistique ?

Éric Bordas

Abstract

La stylistique universitaire française du XXe siècle s’est exclusivement consacrée à l’approche grammairienne des textes littéraires canoniques et à une histoire des représentations écrites de la langue française. Une « stylistique spontanée » (Bourdieu) non théorisée mais pratique existe pourtant, loin de la littérature, et se consacre à critiquer des usages langagiers, discursifs et sémiotiques divers, par exemple quand un humoriste imite et parodie les tics d’un homme politique. Par ailleurs, le style, sinon la stylistique, est une référence importante de la sociologie pour envisager les pratiques de comportement collectif. Faut-il envisager deux stylistiques : l’une, résolument « littéraire », consacrée aux discours individuels et aux paroles singulières de « la littérature » ; l’autre, prétendument « sociologique », qui étudierait les usages collectifs pluriels d’abord de ceux qui ne publient pas ? La redéfinition de la scène de circulation des discours par Internet au XXIe siècle risque fort de rendre intenable cette pernicieuse dichotomie.

Top of page

Full text

1Commençons par un peu de lexicologie et beaucoup d’imaginaire. Le nom commun aux allures de mot-valise sociostylistique, à ce jour non identifié par les dictionnaires français, réunirait, s’il existait, un substantif féminin désignant une discipline universitaire consacrée à l’analyse grammairienne et linguistique des textes littéraires, la « stylistique », et l’adjectif « social », à désinence vocalisée pour les besoins de la composition savante car transformé en morphème antéposé lié, non autonome mais particulièrement fécond, « socio », qui pose une référence sociétale large. La relation entre le substantif et l’unité formante (qui n’est pas un préfixe) est celle d’une prédication contextualisante : tout comme la sociologie est un discours d’analyse de la société, tout comme la sociolinguistique est l’étude des activités langagières dans leurs relations avec les structures et fonctions sociales, la sociostylistique serait une stylistique à perspective sociale, qui replacerait le singulier dans le collectif, qui chercherait ce qui dans le texte et du texte porte les traces du monde et de la culture de son époque. Et tout serait très simple.

  • 1 Pour une critique de la stylistique académique française formatée par les épreuves de l’agrégation, (...)
  • 2 C’est-à-dire une stylistique qui reste d’abord une pratique, sinon une méthode, d’analyse pour l’ex (...)
  • 3 Jean-Marie Klinkenberg a montré comment, en quoi et pourquoi le renouveau de la stylistique en Fran (...)
  • 4 Voir Maingueneau (Dominique), Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Pa (...)
  • 5 Voir Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n° 140, Paris, décembre 2005, pp (...)

2Le problème, c’est que, à ce jour, ni le nom ni la chose n’existent, et il convient de se demander pourquoi tant, présentée ainsi, c’est-à-dire selon une base lexicale de motivation prétendument objective et factuelle, cette stylistique à champ social peut sembler une évidence, voire une banalité : que serait une étude de texte littéraire qui ne replacerait pas l’œuvre dans son contexte et ignorerait les phénomènes de société conditionnant ? Il semble admis depuis une vingtaine d’années que la stylistique (française) ne se résume pas à un exercice de commentaire pour le concours de l’agrégation, pour la réussite duquel les candidats devraient se méfier des informations extratextuelles périphériques qui risqueraient de les détourner de la seule vérité des mots imprimés sur la page, lisibles selon le repère général de la langue dont ils expriment les nuances les plus subtiles du fait du génie du grand auteur qui les a produits1. Sous l’influence de l’analyse du discours des années 1980, la stylistique française2 qui a eu pour ambition de faire de la recherche en science des textes et des sujets singuliers3 a, tout au contraire, voulu penser de plus en plus le contexte de production et de réception des textes, pensés comme des discours socialement scénographiés4 – et en cela la stylistique pouvait rejoindre les travaux de la sociocritique5. Cela fait-il pour autant une sociostylistique ? Rendons hommage à la prudence de celles et ceux qui faisaient cette évolution, mais qui ont pourtant évité le néologisme.

3C’est donc la relation qui est une dialectique entre les deux étymons dont la soudure ferait sens, socio et stylistique, qu’il faut envisager frontalement pour comprendre si cette proposition disciplinaire est utile ou non. Compte tenu de ce que l’on sait par ailleurs de la stylistique, une stylistique sociale peut-elle exister, ou, à l’inverse, une sociologie qui se réclamerait de la stylistique peut-elle être crédible ? Enfin, dernier élément à rappeler, même s’il est clair qu’il s’agit ici avant tout de la discipline dite « stylistique », on ne saurait oublier que dans stylistique, il y a style : cette hypothétique sociostylistique pourrait-elle être une interrogation du style, mais alors de quel style comme système de signes ?

4Nous allons voir que la sociostylistique pourrait recouvrir en fait trois pratiques d’analyse fort différentes, ce pour quoi l’usage de ce mot pour désigner une discipline spécifique unique ne laisserait pas de susciter des amphibologies théoriques infinies, sans doute bien pernicieuses. Présentons ces trois pratiques par ordre croissant de complexité conceptuelle.

  • 6 Dubois (Jacques), Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, éditions du Seuil, « Liber », (...)
  • 7 Philippe (Gilles), Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française, Par (...)
  • 8 Rappelons que ce binôme est d’essence romantique, son historicité est fondamentalement dix-neuviémi (...)
  • 9 Bally (Charles), Traité de stylistique française, Genève-Paris, Georg & Klincksieck, 1951, t. I, p. (...)
  • 10 Sur l’histoire de ce détournement, voir la cursive mise au point de Jean-Michel Adam, qui constate (...)

5Proposition 1 : La sociostylistique est la prise en compte du contexte (social) par la stylistique littéraire des auteurs. C’est la sociologie littéraire de Jacques Dubois ou de Jérôme Meizoz6 aussi bien que l’histoire littéraire stylistique de Gilles Philippe7 ; c’est également l’orientation qui a conduit la préparation de ce dossier. Dans cette perspective, la stylistique reste d’abord, avant tout et fondamentalement un travail d’analyse de la production dite « littéraire » par l’institution, c’est-à-dire identifiée et identifiable comme telle en fonction des maisons d’édition qui publient les textes. L’objet de cette stylistique est la littérature, la littérature étant, au passé, ce qui figure dans les anthologies scolaires et universitaires d’histoire de la littérature, et, au présent, ce qui est publié chez Gallimard, Grasset, ou tout autre éditeur sérieux et reconnu comme tel, et qui peut s’étudier, ou s’étudiera un jour, à l’université ou au lycée. Cette stylistique a deux références majeures, indispensables pour elle et complémentaires car elles identifient le texte : l’auteur et le style, le second étant l’expression originale et idiosyncrasique du premier8. C’est, depuis un siècle, et du fait d’un détournement considérable du geste fondateur de Bally pour qui la stylistique devait étudier « les faits d’expression du langage organisé au point de vue de leur contenu affectif, c’est-à-dire l’expression des faits de la sensibilité par le langage et l’action des faits de langage sur la sensibilité9 » ce que l’on a voulu retenir des « études de style » de Spitzer, lui-même avant tout historien de la littérature10.

  • 11 Voir Philippe (Gilles) & Piat (Julien), op. cit., chapitres 9 à 13.
  • 12 Voir les deux préfaces de Jean Starobinski, l’une aux Études de style de Leo Spitzer dans l’édition (...)

6Loin d’être replié sur un texte sorti de son contexte, le meilleur de cette pratique d’analyse a soin d’inscrire la production dans son temps, de comparer l’auteur et son style à celui de ses contemporains, d’envisager des paradigmes synchroniques dans la continuité d’une évolution qui peut même être l’évolution de la langue11. Il n’en demeure pas moins que l’objet de cette stylistique littéraire reste le singulier. L’histoire qu’elle raconte s’écrit de grand auteur en grand auteur, de Flaubert à Zola, de Zola à Proust, de Proust à Céline, par exemple, avec autant d’études de styles qui démontrent l’originalité remarquable d’une parole singulière. C’est tout autant la stylistique de Jean Starobinski que celle de Laurent Jenny, soit une stylistique, répétons-le, exclusivement consacrée au sujet singulier, à l’individu12.

  • 13 Voir le sous-titre de l’ouvrage de Georges Molinié & Alain Viala : Approches de la réception. Sémio (...)

7Ce pour quoi il est permis de penser que l’étiquette de « sociostylistique », que celles et ceux qui prétendent pratiquer ce type d’analyse n’ont, du reste, jamais réclamée eux-mêmes pour caractériser leur travail13, serait inadaptée jusqu’au contresens. En effet, l’étymon social ne pourrait qu’introduire une ambiguïté, qui serait quasi une tromperie : cette stylistique littéraire se consacre au sujet singulier écrivain, qu’elle situe dans son contexte littéraire pour mesurer son originalité ou son absence d’originalité comme écart par rapport à une norme langagière supposée ; elle ne s’intéresse pas à une collectivité non écrivante, muette, son objet n’est certainement ni la société en général, ni la langue qui existe en dehors des livres.

  • 14 Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle. Enjeux stylistique et (...)

8Les choses peuvent-elles évoluer ? Récemment, Laetitia Gonon a soutenu une thèse sur la poétique journalistique du fait divers, objet qu’elle a choisi d’aborder sous l’angle d’une stylistique des discours14. C’est là un corpus ayant ses exigences de forme (dramatisation, simplicité de vocabulaire, écrasement de la représentation temporelle, mais aussi sous-entendus, litotes) qui peuvent se confondre avec un style générique, mais qui évacue la question de l’auteur avec ces petits récits non signés publiés dans des journaux diversement sérieux. Son travail étudie une pratique singulière, parfaitement codée, mais dépourvue de sujet identificateur, lequel doit se confondre avec la sensibilité de l’époque qui est la sienne.

  • 15 Comme le rappelle très clairement Jean-Marie Klinkenberg, loc. cit., pp. 568-569 : « ce n’est jamai (...)
  • 16 Et la dernière partie de la thèse de Laetitia Gonon qui montre porosité et fréquentation régulière (...)

9Par le choix de ce corpus, sinon par sa méthode qui reste celle d’une stylistique littéraire académique, le travail de Laetitia Gonon semble se rapprocher de ce qui pourrait être une sociostylistique en ce que son objet n’est pas une parole singulière individuelle, mais un discours commun, un genre de discours, une disponibilité poétique utilisable par tous et par chacun, une pratique d’énonciation qui codifie strictement une représentation, pratique devenue référence et même cliché socialement reconnu, se prêtant au pastiche comme la langue des grands auteurs. Mais, précisément, on comprend la limite de la proposition théorique – qui n’est pas celle de Laetitia Gonon elle-même : car, en fait, ce n’est pas l’étude du fait divers comme forme qui relève en soi d’une discipline spécifique, sociostylistique, c’est tout simplement que des discours sans auteurs ne peuvent pas s’appréhender autrement que selon une pratique sociale qui déplace la question du sujet, de l’individuel unique vers le groupe qui utilise le même type de discours. Ce n’est pas la stylistique qui devient sociale, c’est l’objet de la stylistique qui choisit une pratique collective : mais la discipline reste la même15. Il faut être reconnaissant à Laetitia Gonon d’avoir montré que la stylistique littéraire pouvait aussi s’appliquer à des corpus prétendument non littéraires, ce qui devrait nous conduire à réinterroger notre identification des pratiques discursives socialement disponibles en tant que références, mais non à fonder une nouvelle discipline, inutile dans cette perspective16.

  • 17 Il faut se souvenir qu’en 1959 Jean-François Revel publiait « le premier pamphlet antigaulliste de (...)
  • 18 Bourdieu (Pierre), Langage et pouvoir symbolique, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2001, pp. 8 (...)

10Proposition 2 : La sociostylistique est une analyse critique non théorique mais pratique de phénomènes communicationnels de société par une sollicitation sémiotique plus ou moins spontanée et populaire de la question de la valeur des énonciations et des énoncés. Là, nous quittons le corpus littéraire pour nous interroger sur la façon de parler d’un homme politique, son usage de certaines métaphores osées ou sa pratique des gros mots, voire sur sa façon de s’habiller, le choix de ses montres ou de ses restaurants préférés : c’est le « style Sarkozy », bien entendu, qui fut un leitmotiv médiatique du quinquennat de ce président de la république française17. Dans la mesure où il ne s’agit plus de littérature mais de phénomènes de société, relevant de la communication et de la pratique des médias, on pourrait dire, rapidement, que ces analyses qui fleurirent de 2007 à 2012 dans la presse et dans certains ouvrages, cette stylistique des sociologues puissamment sollicités pour expliquer ces choix communicationnels, serait une sociostylistique. Celle que Bourdieu appelait de ses vœux depuis longtemps, du reste, puisque pour le sociologue français, parler, c’était obligatoirement « s’approprier l’un ou l’autre des styles expressifs déjà constitués dans et par l’usage et objectivement marqués par leur position dans une hiérarchie des styles qui exprime dans son ordre la hiérarchie des groupes correspondants. » « Ces styles », continuait-il, « systèmes de différences classées et classantes, hiérarchisées et hiérarchisantes, marquent ceux qui se les approprient et la stylistique spontanée, armée d’un sens pratique des équivalences entre les deux ordres de différences, saisit des classes sociales à travers des classes d’indices stylistiques18. »

11Or cette « stylistique spontanée » existe, et c’est sans doute elle qui se rapproche le plus de ce que pourrait être une sociostylistique originale et indispensable à nommer en tant que telle : mais ce n’est pas une discipline théorisée, elle n’est pas pratiquée par les savants, mais par les humoristes et les imitateurs, à la télévision, ou improvisée entre amis.

  • 19 Cette remarque avait déjà été faite par Jacques Fontanille, « De l’adjuvant expressif au ‘‘projet s (...)

12Car c’est bien une interrogation stylistique de base sémiotique qui justifie les sketches des humoristes imitateurs de Music-Hall ou de télévision, interrogeant la valeur, soit dans ce cas, la crédibilité des hommes politiques19. Bien sûr, dans ce cas le corpus interrogeable n’est plus strictement et exclusivement linguistique : il intègre aussi bien tout ce qui est sémiologie du corps, de la voix, des gestes, des vêtements, et si la communication est langage, c’est dans cette conception très élargie qu’il convient de l’envisager ; mais, presque toujours, c’est quand même la base du discours proposé qui pose la thématisation critique explicite, que des variables corporels (intonations, mimiques, etc.) vont prédiquer stylistiquement, afin d’affiner l’analyse non théorique de cette performance.

  • 20 Mayaffre (Damon), Paroles de président. Jacques Chirac, 1995-2003, et le discours présidentiel sous (...)
  • 21 Voir Bordas (Éric), « La stylistique et la question de la valeur : l’enjeu théorique », La Licorne, (...)

13Il est, à cet égard, tout à fait passionnant de confronter les travaux de statistique lexicale de Damon Mayaffre20, par exemple, sur les discours de Jacques Chirac entre 1995 et 2007, aux trouvailles des « Guignols de l’info » d’Yves Lecoq sur Canal + à la même époque. Les analyses se rejoignent parfaitement : usage proliférant du pronom Je, de la dramatisation émotive par les adverbes en –ment, goût des constructions détachées, rareté des interrogatives, etc. Mais là où le travail (linguistique) de Damon Mayaffre reste, comme il se doit, bien sûr, à son niveau de description formelle, exhaustif et précis, se concentrant sur l’essence des énoncés, les caricatures, les réécritures parodiantes des Guignols font passer à un niveau d’interrogation des valeurs de ces mêmes usages énonciatifs, proposant une stylistique ludique par l’exemple, qui assume entièrement une fonction critique, allant jusqu’au parti pris et à l’engagement partisan. Mais ce principalement et quasi exclusivement en jouant des ressources expressives de la voix, de l’intonation : le geste critique, non plus celui qui analyse, mais celui qui juge, est tout entier dans l’articulation du discours, dans sa production matérielle la plus concrète, la plus physique, et, en apparence, la plus sincère et la plus accessible. C’est la mise en scène du discours par la caisse de résonnance de la voix qui précise et explicite les valeurs portées par les phrases. En somme, une stylistique de niveau 1 (analyse), assez proche dans sa démarche de la stylistique universitaire, parce qu’analytique, réunit les faits de langue ou les traits sémiologiques intéressants, préparant, ainsi, le travail d’une stylistique de niveau 2 (démonstration), inédite, qui, elle, se concentre sur la valeur des énoncés produits en inventant une contextualisation imaginaire (valeur comique, le plus souvent, dans ces exemples, soit jouant d’un potentiel émotif). La collection des faits est devenue transformation signifiante, et le discours critique s’énonce dans l’implicite de la représentation proposée. L’université ne connaît pas cette stylistique de niveau 2, trop évidemment politisable, quel que soit le corpus, estimant qu’elle ne relève pas de sa mission21.

  • 22 Sur l’historicité du pastiche comme genre, voir Aron (Paul), Histoire du pastiche, Paris, PUF, « le (...)
  • 23 Exemples : Rocquet (Christian), Encore un pastiche, président ? Ou Nicolas Sarkozy à la manière de…(...)
  • 24  Rambaud (Patrick) & Burnier (Michel-Antoine), Le Roland-Barthes sans peine, Paris, Balland, 1978 ; (...)

14Il en va de même dans le cas des pastiches22, mais sans l’appui des exemplifications corporelles impliquées par une représentation dramatique – pastiche des discours, voire de la langue de Nicolas Sarkozy ou plus exactement de sa phraséologie23, mais aussi pastiches de Roland Barthes ou de Marguerite Duras par Patrick Rambaud24, prétendant malicieusement dépasser les lieux communs d’une respectabilité culturelle parisienne, car un pastiche ne peut exister que dans un cadre social précis, et derrière une personne, c’est toujours une classe ou un système qui sont visés : l’individuel ne désigne rien d’autre qu’une collectivité, sans quoi il ne saurait intéresser le public. Le pasticheur sélectionne quelques faits de langue repérés comme étant particulièrement idiosyncrasiques, simple analyse objective, sur des constatations d’abord fréquentielles, puis il les met en scène en les intégrant dans un discours, dans un propos, restituant une manière propre sous le style visé ; c’est alors que s’énonce implicitement le discours critique évaluatif, qui envisage le résultat comme une performance, sympathique ou odieuse, outrant, quoi qu’il en soit, les caractéristiques langagières pour mieux les faire remarquer. Le but n’étant, d’ailleurs, pas tant de distribuer les bons ou les mauvais points, mais de constater qu’un certain discours, une parole singulière, existe dans son originalité, s’est imposé dans notre culture, dans notre quotidien.

15Faut-il en conclure que la sociostylistique, qui serait stylistique critique, stylistique des valeurs, se ferait à la télévision ou dans Le Canard enchaîné, au bistrot du coin de la rue, entre copains, et pas à l’université, espace d’une analyse stylistique essentialiste non engagée, comme il sied à un lieu de savoir et d’objectivité, qui ne devrait pas être un lieu militant ? Ce serait avoir une conception bien naïve et de la critique et de la valeur. Un discours critique n’est pas simplement un discours qui dit du bien ou du mal de quelque chose ou de quelqu’un ; et la valeur ne se ramène pas simplement à un thermomètre des goûts d’une époque. Il est certain que les enjeux impliqués par l’humour d’une déformation parodique, même s’ils font ressortir incomparablement les identités propres d’un style et d’une manière, ne relèvent pas à proprement parler d’une critique comme activité de jugement, mais, tout au plus, de la mesure d’une empathie ou d’une antipathie, qui facilitera le décodage des repères retenus et montrés ; en outre, leur réalisation passe par une bonne part d’intuition et d’approximation, qui fait de cette improvisation même l’une des conditions de leur réussite.

16Enfin, il faut bien comprendre que la sociostylistique que présenterait cette proposition 2 repose sur une conception implicite du style, au fond très conventionnelle, telle que celui-ci ne concernerait que l’elocutio, une elocutio individuelle et plus encore fortement individualisante. Or entre l’elocutio (publique) et l’argumentation (explicite : discours produits ; et implicite : exemplification des discours par les corps, les gestes, les objets) se déploient l’espace et le temps d’un continuum serré qui est le lieu même de la communication. Le style n’est pas qu’un aspect d’une communication, ni même une composante, fût-ce essentielle : il est le vecteur de la forme d’expression choisie et produite pour faire sens (et valeur). Cette sociostylistique procède d’une réduction qui n’est plus une « rhétorique restreinte », mais un style restreint.

17Les pratiques critiques d’une stylistique sociale existent donc bel et bien, mais elles n’en demeurent pas moins que la stylistique littéraire des manifestations d’une stylistique du singulier remarquable : sujet Sarkozy ou sujet Duras quand il s’agit de railler une figure mondaine. Le véritable enjeu d’une sociostylistique, qui pourrait légitimer l’originalité d’une discipline spécifique, devrait être de s’attacher à un objet collectif et socialisé, un objet non individuel et non parlant qu’il y aurait un intérêt majeur à interroger en termes de style.

  • 25 Voir Klaeger (Sabine), La Lutine. Portrait sociostylistique d’un groupe de squatteurs à Lyon, Paris (...)
  • 26 Voir Bordas (Éric), « Style ». Un mot et des discours, op. cit.
  • 27 Voir Hall (Stuart) & Jefferson (Tony) (ed.), Resistance through Rituals. Youth subcultures in post- (...)
  • 28 Dichotomie qui est encore précisée par Jacques Fontanille qui, pour sa part, préfère, en citant Wit (...)
  • 29 Juan (Salvador), Sociologie des genres de vie. Morphologie culturelle et dynamique des positions so (...)

18Proposition 3 : La sociostylistique est une démarche d’analyse originale, une vraie nouvelle discipline avec son objet propre et son concept, qui serait une branche de la sociologie et non de la stylistique. Son objet serait « le style communicatif social25 ». Cette hypothèse d’un style communicatif social pose beaucoup de questions, à commencer par celle du vocabulaire. Pourquoi le mot style pour décrire certaines modélisations humaines socialisées envisagées sous l’angle de leur expressivité signifiante ? Serait-ce parce que ce mot est si notoirement accueillant26 ? Mais il faut se souvenir que les études culturelles et même la sociologie se sont toujours fréquemment référées au style, jusqu’à en faire un concept théorique original. On pense à l’un des postulats de Stuart Hall, père fondateur des Cultural Studies dans les années 1970, pour qui la culture était le « niveau où les groupes sociaux développent des styles de vie différents et donnent une forme expressive à leur expérience sociale et matérielle27 ». On pense à la classique dichotomie style de vie/mode de vie en sociologie28 : depuis les travaux de Maurice Halbwachs, le mode de vie se comprend par distinction avec le style de vie pour décrire la pragmatique de réalisation des façons de vivre. Le premier concerne les pratiques collectives et regroupe tous les individus qui les réalisent : « ont un mode de vie identique tous ceux chez qui se réalise la même pratique quelle que soit l’orientation de cette pratique, la finalité ou la situation de l’individu qui en est le support29 ». Le style de vie, pour sa part, désigne l’ensemble exhaustif des usages caractérisant un individu singulier.

  • 30 Juan (Salvador), op. cit., ibid.
  • 31 Voir Cathelat (Bernard), Socio-styles-systèmes. Les « Styles de vie », théorie, méthodes, applicati (...)

19Pour un sociologue, il y a presque autant de styles de vie que d’individus observables étant donné les spécificités combinées et donc l’irréductibilité de chaque individu à tous les autres dès lors qu’on observe son action sur tous les registres. « Si le mode de vie est identité de la pratique (ou de l’ensemble de pratiques) chez une pluralité d’individus, le style de vie correspond à l’identité de l’individu (ou d’un nombre très restreint d’individus) par la pluralité et l’originalité de ses (leurs) pratiques30 ». La dialectique du groupe, fondateur du mode de vie, et de l’individu, découvrant un style original, devient catégorique. Ce qui n’empêche pas la sociologie contemporaine et même les études de marketing d’envisager, par contiguïté de l’individu à sa classe, des « sociostyles », cette sous-division des « mentalités » d’une population, construits comme des systèmes31 : style bourge, style beauf, style racaille, style bobo, etc., quand les sociostyles cohérents sont d’abord et surtout des sociotypes et des ontotypes à discours contextualisés.

  • 32 Fontanille (Jacques), « Textes, objets, situations et formes de vie. Les niveaux de pertinence du p (...)
  • 33 Fontanille (Jacques), « Pratiques sémiotiques : immanence et pertinence, efficience et optimisation (...)
  • 34 Cette amorce d’évolution épistémologique de la sémiotique vers une stylistique des cultures par les (...)

20On est là très proche, en fait, de la sémiotique des cultures, posée comme une sémiotique des pratiques, que propose Jacques Fontanille dans son analyse des « formes de vie » : les formes de vie « constituent l’instance englobante et générique, qui recueille les tendances, les continuités et les identités qui se dégagent des situations regroupées en séries ou en classes homogènes ; les formes de vie ainsi constituées forment alors les configurations directement pertinentes pour la caractérisation des cultures d’un point de vue sémiotique »32. Les pratiques des formes de vie (ou les formes de vie comme pratiques) reposent sur une hiérarchie de niveaux qui dessine le « parcours génératif du plan de l’expression », passant de : « (1) signes et figures » à « (2) textes-énoncés », puis « (3) objets et supports », « (4) pratiques et scènes », « (5) situations et stratégies », et s’accomplissant donc en « (6) formes de vie »33. La question est de savoir si, en dépit d’une convergence évidente des gestes heuristiques (interrogation des signes, objets et pratiques comme procédés et des formes comme valeurs), l’on est encore en analyse stylistique dans cette sémiotique des cultures qui tente de refonder une discipline de terrain, politisée et politisable, après ses anciennes tentations idéalistes issues du structuralisme34.

  • 35 Hebdige (Dick), Sous-culture. Le sens du style, traduction par M. Saint-Upéry, Paris, Zones, 2008. (...)
  • 36 Klaeger (Sabine), op. cit.

21Or, précisément, depuis quelques années, venue d’Allemagne et des pays anglo-saxons, une évolution forte de ces propositions de base affirme que le style est applicable à tous les domaines de la vie et des activités humaines qui présentent des traits identifiants, des prédicats caractéristiques dans les activités ou dans leurs résultats – traits qui ne sont pas seulement attribués aux buts de ces activités ou aux règles de comportement explicites, les éléments stylistiques sont au contraire de nature plutôt expressive qu’instrumentale, ils servent à maintenir et assurer une « identifiabilité » (Goffman) aux objets. Dans cette perspective, loin d’être la mesure d’une singularité exceptionnelle, le style est une entité dynamique et flexible qui doit être traitée comme vecteur d’identification de groupe et paramètre de reconnaissance collective : le style comme produit du travail culturel d’un groupe, assurant une communication, est le résultat de définitions et de redéfinitions de catégories dans l’interaction de ce groupe. On a pu ainsi analyser le phénomène punk anglais des années 1970 comme une proposition de style35 ; aujourd’hui un squat particulièrement original à Lyon est envisagé en tant que production de style politique, et c’est une analyse sociostylistique de ses réalisations qui entend en rendre compte36.

  • 37 Klaeger (Sabine), op. cit., p. 28.

22Cette sociostylistique affirme tout d’abord que le style en tant qu’expression (soit l’individu, singulier ou collectif) et le contexte (soit la société) sont absolument interdépendants : leur relation est réciproque et interactive, le style modèle le contexte et vice-versa. « Dans un certain contexte, un certain style est attendu dans le cadre d’un savoir culturel partagé, mais c’est le style réellement choisi qui crée, définit et/ou change, de son côté, le contexte37. » Le style est le nom donné à la force de réalisation qui mobilise le groupe actif.

23C’est pourquoi le style est un élément constituant de l’autoreprésentation (représentation de soi, pour soi/pour les autres) : avec le style, on indique son appartenance sociale ainsi que son individualité, on choisit son style pour dire qui l’on est, ou, plus souvent, l’on rejoint un style collectif disponible pour acquérir l’identité qui lui est associée. Tel jeune homme va adopter la façon de s’habiller qu’il assimile à un groupe social à identité forte et précise, pensant ainsi rejoindre le groupe. Ce qui signifie que le style est aussi et surtout le nom donné à l’expression des normes, des valeurs, des jugements – sans que ces normes soient convoquées de façon directe et explicite : elles sont une référence par laquelle ou contre laquelle on s’affirme. Il est évident que, dans une perspective sociostylistique, le style est dans l’écart par rapport aux normes sociales disponibles, ou, tout au contraire, proposition d’autres normes alternatives – ce pourquoi l’on rencontre beaucoup de travaux sur les marginalités.

24Il faut y insister. L’un des acquis les plus intéressants de cette sociostylistique est précisément de montrer que le travail porté autour du style par le groupe socialement constitué est, pour ce groupe, un vecteur de cohésion autocontrôlé pour lui-même : le style participe d’une autoreprésentation indispensable pour se penser et s’imposer. L’autoreprésentation, qui est aussi une autodéfinition, se montre à travers diverses réalisations du style du groupe, dont la plus manifeste est la stylisation.

  • 38 Klaeger (Sabine), op. cit., p. 31.

Il y a stylisation lorsqu’une catégorie socialement pertinente est mise en relief au moyen de styles-types, fortement accentués avec des moyens stylistiques, ou bien lorsque des styles standardisés sont utilisés pour une représentation exagérée ou déformée. La stylisation se base toujours sur un style ; elle joue avec, elle le déforme, elle le distancie, bref elle utilise le style pour créer une signification nouvelle, pour représenter quelque chose38.

25Se référant à des catégories identitaires « styles-types » ou « sociostyles » selon les terminologies pour proposer des constructions à partir de représentations, la stylisation, activité volontaire et démonstrative, est en somme un faisceau d’actions observables qui sont réalisées pour obtenir une autoprésentation cohérente, de soi, de l’autre.

26Ainsi, la sociostylistique, option théorique de la sociologie de la communication, s’attache à décrire les processus d’identification et de reconnaissance d’un groupe contextualisé et choisit d’envisager les formes retenues et proposées en termes de style. On comprend que « style » est ici le nom donné à un phénomène très général découvrant une expérience révélant elle-même une structure d’intelligibilité du singulier, mais d’un singulier non individuel, mais collectif (les punks, les squatteurs d’un immeuble précis) : le style est le paramètre identifiant qui fait passer de la signification des faits au sens de l’expérience du sujet-groupe. On est dans une pensée sémiotique (du style comme indice), non seulement entièrement communicationnelle (tout est discours qui dit quelque chose sur le monde, tout est représentation : vêtements, décoration d’intérieur, etc.), mais même résolument cognitiviste (les phénomènes singuliers n’existent que dans leur contextualisation avec l’ensemble, selon des modèles de prototypes disponibles permettant de les reconnaître et de les identifier). Il n’y a rien à opposer à une conception aussi volontariste et démonstrative des pratiques d’existence et des phénomènes de signification.

  • 39 En revanche, les travaux de Charles Rosen sur le style classique ou le style viennois en musique fo (...)
  • 40 Voir Bonazzi (Mathilde), Peut-on encore parler d’un style-Minuit à l’orée du XXIe siècle (Éric Chev (...)

27La sociostylistique est donc une discipline en voie de constitution théorique dans le domaine des sciences de la communication, qui choisit d’envisager en termes de style des phénomènes de signification et d’identité des sujets d’un groupe socialement constitué. La stylistique (littéraire ?) pour sa part, d’abord science du singulier et de l’individuel expressif, semble peu compatible avec une démarche sociale, sinon à faire de la référence sociale un banal synonyme du contexte de production du texte envisagé. La stylistique peine à étudier les styles collectifs, même à cadrage littéraire académique fort : une thèse sur le « style naturaliste » ou le « style romantique » se heurterait tout de suite à une multiplication des individualités visant à annuler la pertinence de la démarche globale39 ; si une thèse sur « le style Minuit » peut s’imposer, sinon convaincre, tant son objet est socialement constitué en tant que sociotype culturel précis, jusqu’à la caricature très aisément pastichable40, une thèse sur le « style NRF » ou le « style Grasset » laisserait plus sceptique, l’objet se prêtant moins aisément à une délimitation sociale stricte… On a vu que même les analyses spontanées des humoristes ou des imitateurs avaient besoin des repères de l’individuel saillant, fût-ce présenté comme un prototype, pour se réaliser dans leur mesure critique d’une valeur.

28La stylistique peut-elle être une science du collectif à ancrage social constituant – comme l’histoire de l’art finalement, pour laquelle le style n’est pas un singulier stylus mais un collectif stylos ? L’une des évolutions actuelles de la stylistique, plus que jamais dédiée aux corpus littéraires et même à une histoire de la langue représentée par la littérature, est une forme de réponse. Du point de vue du collectif social, la stylistique peut-elle faire autre chose que, au mieux, mesurer ce qui du contexte d’une production laisse des traces dans le texte même du sujet singulier ? – ce qui est déjà considérable, et ce qui, répétons-le, était l’un des objectifs déclarés de la sociocritique. En somme, la stylistique peut-elle envisager le social en soi, autrement que comme le constituant d’un individu qui le résumerait et le dépasserait tout à la fois ?

29L’évolution se fera, si elle doit se faire, par une remise en question des pensées de l’individuation, dégagées du terrorisme romantique de l’individualisation expressive et d’une dialectique simpliste sujet singulier/groupe collectif, pour envisager de nouvelles pratiques de production des discours, avec une pulvérisation des sujets producteurs anonymes dans une homologie contextuelle puissante, mondialisée, qui rendra très délicate toute identification. Ce qui impliquera également une nouvelle pensée de « la littérature », où ce qui serait « littéraire » ne serait plus nécessairement tributaire du canon éditorial des XIXe et XXe siècles. La stylistique du sujet Facebook, Twitter, peut-elle être autre que sociale ? La question ne sera plus ce que l’on entend par « style » ou par « discours », mais ce que recouvre l’obsolète notion de « société » dans l’élargissement permanent des repères qui s’est mis en marche. Peut-être est-ce là une perspective un peu déstabilisante, mais d’une dynamique incontestable.

Top of page

Bibliography

Adam (Jean-Michel), « La stylistique : reconception, refondation ou changement de paradigme ? » dans Stylistiques ? sous la direction de Laurence Bougault & Judith Wulf, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2010, pp. 21-31.

Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique) (dir.), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, « Cribles », 2004.

Aron (Paul), Histoire du pastiche, Paris, PUF, « les Littéraires », 2008.

Bally (Charles), Traité de stylistique française, Genève-Paris, Georg & Klincksieck, 1951.

Bell (David) & Hollows (Joanne) (ed.), Historicizing Lifestyle. Mediating Taste, Cosumption and Identity from the 1900’s to 1970’s, Aldershot, Ashgate, 2006.

Bernadet (Arnaud), « L’anthropologie modale. Autour de Pierre Bourdieu : art(s), manière(s), goût(s) », La Licorne, n° 102, Rennes, 2013, pp. 199-238.

Bonazzi (Mathilde), Peut-on encore parler d’un style-Minuit à l’orée du XXIe siècle (Éric Chevillard, Éric Laurrent, Laurent Mauvignier, Marie NDiaye et Tanguy Viel) ? thèse, Toulouse II Le Mirail, septembre 2012.

Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n° 140, Paris, décembre 2005, pp. 30-41.

Bordas (Éric), « La ‘‘stylistique des concours’’ » Pratiques, n° 135-136, Metz, 2007, pp. 240-248.

Bordas (Éric), « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008.

Bordas (Éric) (dir.), Romantisme, n° 148 [Style d’auteur], Paris, 2010.

Bordas (Éric), « Style et culture. À propos de D. Hebdige, Sous-culture. Le sens du style (Zones, 2008) », in Acta Fabula. Essais critiques, URL, volume 11, n° 9 (31 octobre 2010) : http://www.fabula.org/revue/document5984.php

Bordas (Éric), « La stylistique et la question de la valeur : l’enjeu théorique », La Licorne, n° 98, Rennes, 2012, pp. 79-89.

Bourdieu (Pierre), Langage et pouvoir symbolique, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2001.

Cathelat (Bernard), Socio-styles-systèmes. Les « Styles de vie », théorie, méthodes, applications, Paris, Les Éditions d’Organisation, 1990.

Colas-Blaise (Marion), « Forme de vie et formes de vie : vers une sémiotique des cultures », Actes sémiotiques, n° 115, Limoges, 2012 : http://epublications.unilim.fr/revues/as/2631

Dubois (Jacques), Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 1997.

Dubois (Jacques), Stendhal, une sociologie romanesque, Paris, éditions de La Découverte, « Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales », 2007.

Fontanille (Jacques), « Style et formes de vie », dans Le Style, sous la direction de Georges Maurand, L’Union, CALS, 1995, p. 73, n.

Fontanille (Jacques), « De l’adjuvant expressif au ‘‘projet sémiologique’’ (stylistique et rhétorique aux concours de l’agrégation et du CAPES) », Langue française, Paris, n° 135, 2002.

Fontanille (Jacques), « Pratiques sémiotiques : immanence et pertinence, efficience et optimisation », dans Nouveaux actes sémiotiques, sous la direction de Jacques Fontanille, Limoges, PULIM, 2006, pp. 13-73.

Fontanille (Jacques), « Textes, objets, situations et formes de vie. Les niveaux de pertinence du plan de l’expression dans une sémiotique des cultures, dans La Transversalité du sens. Parcours sémiotiques, sous la direction de Juan Alonso et alii, Saint-Denis, PUV, 2006, p. 216.

Gérard (Christophe) & Wulf (Judith), « Le singulier : perspectives théoriques et historiques » dans Stylistiques ? sous la direction de Laurence Bougault & Judith Wulf, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2010, pp. 73-96.

Gonon, Laetitia, Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle. Enjeux stylistique et littéraires d’un exemple de circulation des discours, thèse, Paris 3, novembre 2011 — version éditée : Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012.

Hall (Stuart) & Jefferson (Tony) (ed.), Resistance through Rituals. Youth subcultures in post-war Britain, Londres, HarperCollinsAcademic, 1976.

Hamilton (Craig), « La stylistique anglaise aujourd’hui », dans Narjoux (Cécile) (dir.), Au-delà des frontières, op. cit., pp. 29-38.

Hebdige (Dick), Sous-culture. Le sens du style, traduction par M. Saint-Upéry, Paris, Zones, 2008.

Juan (Salvador), Sociologie des genres de vie. Morphologie culturelle et dynamique des positions sociales, Paris, PUF, 1991.

Klaeger (Sabine), La Lutine. Portrait sociostylistique d’un groupe de squatteurs à Lyon, Paris, L’Harmattan, « Espaces discursifs », 2007.

Klinkenberg, Jean-Marie, « Sénescences et jouvences des stylistiques : la stylistique fin-de-siècle dans le champ des sciences », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 71 (n° 3) [New Horizons in Stylistics ? La Stylistique en quête de nouveaux horizons], Bruxelles, 1993, pp. 555-571.

Maingueneau (Dominique), Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Bordas, 1993.

Mayaffre (Damon), Paroles de président. Jacques Chirac, 1995-2003, et le discours présidentiel sous la Ve République, Paris, Champion, « Lettres numériques », 2004.

Meizoz (Jérôme), L’Œil sociologue et la littérature, Genève, Slatkine, 2004.

Meizoz (Jérôme), « Les pistes de P. Bourdieu en vue d’une sociologie des styles littéraires » dans Le Symbolisme et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu, sous la direction de Jacques Dubois et alii, Liège, Presses de l’Université de Liège, 2005.

Mercier (Andrée) (dir.), Protée, vol. 23 (n° 2) [Style et sémiosis], Chicoutimi, 1995.

Molinié (Georges) & Viala (Alain), Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1993.

Narjoux (Cécile) (dir.), Au-delà des frontières : perspectives de la stylistique contemporaine, Frankfurt am Main, Peter-Lang, 2012.

Philippe (Gilles), Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 2002.

Philippe (Gilles) & Piat (Julien) (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009.

Philippe (Gilles), Le Rêve du style parfait, Paris, PUF, « Perspectives critiques », 2013.

Revel (Jean-François), Le Style du Général [1959], Bruxelles, Éditions Complexe, 1988.

Toolan (Michael), « Reflections on differences between British and French stylistics », dans Narjoux (Cécile) (dir.), Au-delà des frontières, op. cit., pp. 51-70.

Valette-Florence (Pierre), Les Styles de vie. Bilan critique et perspectives. Du mythe à la réalité, Paris, Nathan, « Connaître et pratiquer la gestion », 1994.

Top of page

Notes

1 Pour une critique de la stylistique académique française formatée par les épreuves de l’agrégation, voir Bordas (Éric), « La ‘‘stylistique des concours’’ » Pratiques, n° 135-136, Metz, 2007, pp. 240-248.

2 C’est-à-dire une stylistique qui reste d’abord une pratique, sinon une méthode, d’analyse pour l’explication du sens du texte littéraire ; ce que n’est pas du tout la stylistique en Angleterre, par exemple, plus proche de la linguistique textuelle et dont les enjeux sont décisifs en particulier pour la traductologie. Voir Hamilton (Craig), « La stylistique anglaise aujourd’hui », Toolan (Michael), « Reflections on differences between British and French stylistics », dans Au-delà des frontières : perspectives de la stylistique contemporaine, sous la direction de Cécile Narjoux, Frankfurt am Main, Peter-Lang, 2012, pp. 29-38, 51-70.

3 Jean-Marie Klinkenberg a montré comment, en quoi et pourquoi le renouveau de la stylistique en France à la fin du XXe siècle s’expliquait d’abord par un retour des notions de texte, de sujet, d’identité, réaction symptomatique à l’effondrement des idéologies et la défiance à l’égard des théories en contexte économique et politique résolument libéral : « Sénescences et jouvences des stylistiques : la stylistique fin-de-siècle dans le champ des sciences », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 71 (n° 3) [New Horizons in Stylistics ? La Stylistique en quête de nouveaux horizons], Bruxelles, 1993, pp. 555-571.

4 Voir Maingueneau (Dominique), Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Bordas, 1993 ; Amossy (Ruth) & Maingueneau (Dominique) (dir.), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, « Cribles », 2004.

5 Voir Bordas (Éric), « Stylistique et sociocritique », Littérature, n° 140, Paris, décembre 2005, pp. 30-41.

6 Dubois (Jacques), Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 1997 ; Dubois (Jacques), Stendhal, une sociologie romanesque, Paris, éditions de La Découverte, « Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales », 2007 ; Meizoz (Jérôme), L’Œil sociologue et la littérature, Genève, Slatkine, 2004.

7 Philippe (Gilles), Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 2002 ; Philippe (Gilles) & Piat (Julien), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009 ; Philippe (Gilles), Le Rêve du style parfait, Paris, PUF, « Perspectives critiques », 2013.

8 Rappelons que ce binôme est d’essence romantique, son historicité est fondamentalement dix-neuviémiste : voir Bordas (Éric) (dir.), Romantisme, n° 148 [Style d’auteur], Paris, 2010.

9 Bally (Charles), Traité de stylistique française, Genève-Paris, Georg & Klincksieck, 1951, t. I, p. 16.

10 Sur l’histoire de ce détournement, voir la cursive mise au point de Jean-Michel Adam, qui constate à juste titre : « Une radicalisation des thèses de Charles Bally a mené à l’opposition dualiste et simplificatrice de la stylistique littéraire et de la stylistique linguistique » : « La stylistique : reconception, refondation ou changement de paradigme ? » dans Stylistiques ? sous la direction de Laurence Bougault & Judith Wulf, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2010, p. 24.

11 Voir Philippe (Gilles) & Piat (Julien), op. cit., chapitres 9 à 13.

12 Voir les deux préfaces de Jean Starobinski, l’une aux Études de style de Leo Spitzer dans l’édition française de 1970 (Gallimard), l’autre à La Parole singulière de Laurent Jenny (Belin, 1990). Sur le singulier en stylistique, voir Gérard (Christophe) & Wulf, Judith, « Le singulier : perspectives théoriques et historiques » dans Stylistiques ? op. cit., pp. 73-96.

13 Voir le sous-titre de l’ouvrage de Georges Molinié & Alain Viala : Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1993.

14 Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle. Enjeux stylistique et littéraires d’un exemple de circulation des discours, Paris 3, novembre 2011. Voir la version éditée : Gonon (Laetitia), Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne du XIXe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012.

15 Comme le rappelle très clairement Jean-Marie Klinkenberg, loc. cit., pp. 568-569 : « ce n’est jamais l’objet lui-même […] qui permet de définir un domaine de recherche : c’est le point de vue que l’on prend sur cet objet. »

16 Et la dernière partie de la thèse de Laetitia Gonon qui montre porosité et fréquentation régulière entre corpus littéraire et corpus journalistique pour la période 1860-1900 confirme absolument cette conclusion.

17 Il faut se souvenir qu’en 1959 Jean-François Revel publiait « le premier pamphlet antigaulliste de l’histoire de la Ve République » (The Observer) sous le titre Le Style du Général. L’auteur y accusait le président de Gaulle d’abuser des effets rhétoriques et d’une phraséologie creuse pour dissimuler son absence de véritable action et pensée politiques. Un an plus tôt, dans un article intitulé « Les stylistes au pouvoir », il englobait le ministre Malraux dans cette même condamnation, exaspéré, en outre, par les compliments permanents concernant « le style » de ces grands personnages, concluant : « Mais enfin, quels que soient les goûts, je demande : que nous importe le style d’un homme politique ? S’il est bon, tant mieux. Mais demande-t-on dans quel style un médecin rédige ses ordonnances ? » – voir l’édition de 1988. On mesure l’évolution de la question. Ce qui semblait anecdotique en 1959 est devenu décisif en 2007 du fait de l’élargissement des formes et surtout des enjeux de communication. Et surtout, là où Jean-François Revel ne prenait en compte que le discours linguistique de l’homme politique comme épreuve d’un style, le « style Sarkozy » renvoie tout autant, sinon plus, à un style de gouvernance identifié à et par des supports sémiologiques les plus divers. Le mot style permet de décrire une réalisation sémiotique générale qui n’est plus réductible à la rhétorique linguistique d’un discours : voir Bordas (Éric), « Style ». Un mot et des discours, Paris, Kimé, 2008.

18 Bourdieu (Pierre), Langage et pouvoir symbolique, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2001, pp. 83-84. Sur la complémentarité de la stylistique et de la sociologie dans la démarche de Bourdieu, voir Meizoz (Jérôme), « Les pistes de P. Bourdieu en vue d’une sociologie des styles littéraires » dans Le Symbolisme et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu, sous la direction de Jacques Dubois et alii, Liège, Presses de l’Université de Liège, 2005 ; voir également Bernadet (Arnaud), « L’anthropologie modale. Autour de Pierre Bourdieu : art(s), manière(s), goût(s) », La Licorne, n° 102, Rennes, 2013, pp. 199-238.

19 Cette remarque avait déjà été faite par Jacques Fontanille, « De l’adjuvant expressif au ‘‘projet sémiologique’’ (stylistique et rhétorique aux concours de l’agrégation et du CAPES) », Langue française, Paris, n° 135, 2002, p. 66 : « On ne s’est pas encore avisé de faire la stylistique des discours publicitaires ou syndicaux, mais, d’une autre manière, les humoristes et les imitateurs s’en chargent à la place des universitaires : on sait que le pastiche, la parodie, la caricature et la plupart des genres ‘‘imitatifs’’ présupposent et affichent à la fois une dimension critique et méta-discursive, et que les humoristes, en imitant le discours des hommes politiques, par exemple, en font, du même coup, une analyse rhétorique, pragmatique et stylistique, intuitive et implicite. »

20 Mayaffre (Damon), Paroles de président. Jacques Chirac, 1995-2003, et le discours présidentiel sous la Ve République, Paris, Champion, « Lettres numériques », 2004.

21 Voir Bordas (Éric), « La stylistique et la question de la valeur : l’enjeu théorique », La Licorne, n° 98, Rennes, 2012, pp. 79-89.

22 Sur l’historicité du pastiche comme genre, voir Aron (Paul), Histoire du pastiche, Paris, PUF, « les Littéraires », 2008.

23 Exemples : Rocquet (Christian), Encore un pastiche, président ? Ou Nicolas Sarkozy à la manière de…, Paris, Édilivre Aparis, 2010 ; Rambaud (Patrick), Les Chroniques du règne de Nicolas Ier, Paris, Grasset, 2012.

24  Rambaud (Patrick) & Burnier (Michel-Antoine), Le Roland-Barthes sans peine, Paris, Balland, 1978 ; Rambaud (Patrick), Marguerite Duraille : Virginie Q. Roman, Paris, Balland, 1988.

25 Voir Klaeger (Sabine), La Lutine. Portrait sociostylistique d’un groupe de squatteurs à Lyon, Paris, L’Harmattan, « Espaces discursifs », 2007.

26 Voir Bordas (Éric), « Style ». Un mot et des discours, op. cit.

27 Voir Hall (Stuart) & Jefferson (Tony) (ed.), Resistance through Rituals. Youth subcultures in post-war Britain, Londres, HarperCollinsAcademic, 1976, p. 10 (ma traduction). Pour un développement et une pensée dans l’histoire de cette conception, voir Bell (David) & Hollows (Joanne) (ed.), Historicizing Lifestyle. Mediating Taste, Cosumption and Identity from the 1900’s to 1970’s, Aldershot, Ashgate, 2006.

28 Dichotomie qui est encore précisée par Jacques Fontanille qui, pour sa part, préfère, en citant Wittgenstein, envisager des « formes de vie », « parce que les ‘‘styles de vie’’ sont des déterminations sociales, que leur nombre et leur organisation sont à chaque moment finis et imposés par la société. En revanche, les ‘‘formes de vie’’, quoique socialement et culturellement déterminées, doivent pouvoir à tout moment être inventées et/ou récusées par la praxis » : « Style et formes de vie », dans Le Style, sous la direction de Georges Maurand, L’Union, CALS, 1995, p. 73, n. Voir ci-dessous.

29 Juan (Salvador), Sociologie des genres de vie. Morphologie culturelle et dynamique des positions sociales, Paris, PUF, 1991, p. 23.

30 Juan (Salvador), op. cit., ibid.

31 Voir Cathelat (Bernard), Socio-styles-systèmes. Les « Styles de vie », théorie, méthodes, applications, Paris, Les Éditions d’Organisation, 1990 . Cet ouvrage émanant du Centre de Communication Avancé du groupe Havas-Eurocom « pour aider les entreprises et administrations à mieux piloter le changement » (sic) prétend proposer « un nouveau tableau de bord (sic) pour saisir la diversité de la population (typologie) selon les modes de vie et les psychologies à la fois (portraits de Socio-Styles), organisés en un paysage social (la Socio-Map) au climat influencé par les courants de mode des Socio-Waves ». Il se réclame d’un « choix théorique qui refuse la séparation entre psychologie et comportement, entre vie privée et sociale, entre politique, culture et commerce, pour se situer au confluent de toutes ces approches ». Le travail de Bernard Cathelat n’est pas un cas isolé et il fait même figure de référence dans la perspective de vulgarisation professionnalisante qui est son objet : les chercheurs en gestion, en finance et en sciences de l’entreprise et du marketing se référent sans précaution particulière aux « styles de vie » de cette sociologie pour tenter de cerner les modes de comportement des individus et les pratiques de consommation ; il s’agit là d’un concept précis et parfaitement autonome mais qui a évolué du côté de la « sémiométrie » ou des « styles de temps » depuis que le journaliste et consultant Jean-Louis Swiners, ancien élève de Barthes et Greimas à l’ÉHÉSS, avait averti : « Les styles de vie sont morts, vive les styles de mort », Stratégies, n° 185, Paris, 1979, pp. 30-34. Voir Valette-Florence (Pierre), Les Styles de vie. Bilan critique et perspectives. Du mythe à la réalité, Paris, Nathan, « Connaître et pratiquer la gestion », 1994.

32 Fontanille (Jacques), « Textes, objets, situations et formes de vie. Les niveaux de pertinence du plan de l’expression dans une sémiotique des cultures, dans La Transversalité du sens. Parcours sémiotiques, sous la direction de Juan Alonso et alii, Saint-Denis, PUV, 2006, p. 216.

33 Fontanille (Jacques), « Pratiques sémiotiques : immanence et pertinence, efficience et optimisation », dans Nouveaux actes sémiotiques, sous la direction de Jacques Fontanille, Limoges, PULIM, 2006, p. 16.

34 Cette amorce d’évolution épistémologique de la sémiotique vers une stylistique des cultures par les pratiques avait été amorcée au moins dès 1995 : voir Mercier (Andrée) (dir.), Protée, Chicoutimi, vol. 23 (n° 2) [Style et sémiosis]. Pour une discussion de cette orientation scientifique forte, voir Colas-Blaise (Marion), « Forme de vie et formes de vie : vers une sémiotique des cultures », Actes sémiotiques, n° 115, Limoges, 2012 (en ligne).

35 Hebdige (Dick), Sous-culture. Le sens du style, traduction par M. Saint-Upéry, Paris, Zones, 2008. Pour une discussion de cet ouvrage, voir Bordas (Éric), « Style et culture. À propos de D. Hebdige, Sous-culture. Le sens du style (Zones, 2008) », in Acta Fabula. Essais critiques, URL, volume 11, n° 9 (31 octobre 2010) : http://www.fabula.org/revue/document5984.php

36 Klaeger (Sabine), op. cit.

37 Klaeger (Sabine), op. cit., p. 28.

38 Klaeger (Sabine), op. cit., p. 31.

39 En revanche, les travaux de Charles Rosen sur le style classique ou le style viennois en musique font autorité (New York, 1972 ; Paris, 1978). Tout comme les travaux en histoire de l’art sur le style roman ou le style gothique.

40 Voir Bonazzi (Mathilde), Peut-on encore parler d’un style-Minuit à l’orée du XXIe siècle (Éric Chevillard, Éric Laurrent, Laurent Mauvignier, Marie NDiaye et Tanguy Viel) ? thèse Toulouse II Le Mirail, septembre 2012.

Top of page

References

Electronic reference

Éric Bordas, « Que serait une sociostylistique ? », COnTEXTES [Online], 18 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 26 March 2017. URL : http://contextes.revues.org/6253 ; DOI : 10.4000/contextes.6253

Top of page

Author

Éric Bordas

École Normale Supérieure de Lyon

Top of page