Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La publication de ce numéro représente l’aboutissement de réflexions menées lors d’un colloque international consacré à la « Sociologie du style littéraire », à l’initiative du groupe COnTEXTES à l’Université libre de Bruxelles, du 9 au 11 avril 2014. Les travaux de ces journées s’étaient fixé comme objectif d’interroger ce que les approches sociales du littéraire sont en mesure d’apporter à la compréhension du style, objet majeur mais souvent fuyant des études littéraires et, plus globalement, enjeu crucial mais peu défini des pratiques culturelles.

2Ce numéro de COnTEXTES entend expliciter et délimiter les différents questionnements que peut formuler une sociologie du style littéraire. Les contributions qui le composent se fédèrent donc moins par leur appartenance à une discipline donnée qu’au travers du regard convergent qu’elles portent sur l’inscription sociale des œuvres. Ce dossier entreprend de remettre en cause une idée reçue persistante selon laquelle la notion de style ne pourrait constituer un objet appropriable par la sociologie, parce qu’elle serait essentiellement liée à une certaine idée de la singularité, celle de l’individu écrivant. Plusieurs des contributions de ce numéro analysent en effet des exemples liés à des pratiques strictement individuelles. Il importe cependant ici de ne pas réduire les manifestations du style à ces seules pratiques. La singularité, qui n’est pas l’individualité, peut aussi bien concerner une entité collective. Les études rassemblées étayent cette perspective et identifient plusieurs questionnements d’ordre méthodologique, qui suggèrent autant d’orientations à la recherche.

31° Les réflexions de ce dossier sont alimentées par la récurrence de termes importants qui ne sont ni synonymes, ni interchangeables. Ceux-ci peuvent être globalement répartis en deux ensembles : d’une part, « subjectivité, singularité, individualité » et, d’autre part, « norme, récurrence, répétition et collectivité ». Les articles suivants mettent en œuvre des dynamiques d’observation distinctes qui cherchent à mettre en relation, dans leur interprétation des faits de style, ce qui relève (1) de l’unique ou du pluriel ainsi que ce qui relève (2) du spécifique ou du partagé. On verra que certains genres et supports sont propices à l’observation de ces enjeux en littérature. C’est le cas du journal d’écrivain, relais et traduction d’une sociabilité et d’une conscience générationnelle, comme le montre Laetitia Gonon à travers l’exemple des Goncourt, Renard et Gide. Gilles Philippe met en évidence que c’est aussi le cas de la revue, qui produit une cohérence stylistique interne tout en empruntant à d’autres revues des éléments qui lui permettent de se démarquer, à l’instar de The Criterion par rapport à la NRF. Cela rappelle incidemment que le fait de style n’existe pas isolément et qu’il doit être rapporté aux paramètres génériques et matériels (supports) qui le prennent en charge.

42° Les pratiques et les doctrines stylistiques sont passibles d’une interprétation qui gagne à être menée sur des plans distincts. Les discours sur le style en disent peut-être moins sur l’objet commenté que sur le commentateur lui-même et ils renvoient souvent à d’autres choses qu’aux seuls termes ou idées qu’ils désignent effectivement. Il en va ainsi de l’explication qu’un auteur peut donner de son propre style, dont il n’est guère – semble-t-il – le meilleur interprète. Comme le rappelle Nelly Wolf, les commentaires de Céline sur « sa petite musique » et son style sont une manière pour l’écrivain de s’affranchir de sa responsabilité pénale.

53° Le style se manifeste à travers des faits de langue qui peuvent être plus ou moins discrets ou apparents. En effet, si une œuvre ne dissimule rien, elle ne dévoile jamais tout non plus, paradoxe à l’origine de détours dans les pratiques et les discours des auteurs. Tantôt la beauté d’un style s’incarne dans sa discrétion, gage d’une maîtrise et d’une qualité littéraire, tantôt la compétence stylistique et le travail qui en découle s’exhibent comme les marques distinctives, voire les garants, d’une bonne littérature. Cette dialectique du visible et du discret, avec les informations latentes qu’elle implique, tend à faire du style l’indice d’une réalité à décrypter. Il importe donc de mesurer comment des faits de style, selon qu’ils se présentent de façon discrète ou ostentatoire, peuvent constituer des éléments révélateurs d’une configuration du champ littéraire et plus largement d’un état de société.

64° La question de la compétence des acteurs concernés au niveau des styles doit être prise en compte dans l’analyse. À travers le style, l’écrivain peut exhiber certains savoirs littéraires et culturels qui lui permettent de (re)négocier une position dans le champ littéraire. De même, la compétence dont peuvent faire montre les commentateurs ou les lecteurs au moment d’identifier, de juger ou d’évaluer un style a toute son importance. Enfin, la compétence du chercheur lui-même peut entrer en jeu. L’enquête se présente alors comme une pratique de déchiffrement reposant sur plusieurs domaines d’expertise (stylistique, sociologie, histoire littéraire, histoire nationale, histoire des idées), mais aussi comme une capacité à expliciter les cadres à partir desquels s’appréhendent les faits observés.

75° L’articulation entre l’observation et l’interprétation constitue donc un autre point essentiel. Il importe de fixer les niveaux sur lesquels porter cette observation et les cadres dans lesquels font sens les faits stylistiques observés. Les deux pôles sont corrélés dans la mesure où on tend à identifier le style en fonction de ce qu’on y cherche. Dès lors, la nature même de la marque stylistique serait susceptible de changer selon la question posée par le critique ou l’observateur, ce qui invite à rester vigilant et à expliciter les cadres et les conditions de l’analyse. D’ailleurs, la relecture de faits stylistiques dans une perspective sociologique peut avoir pour enjeu de rectifier une certaine image de l’écrivain dans l’histoire littéraire. Dans une telle perspective, le parcours d’Aragon se lit moins comme celui d’un traître que comme celui d’un écrivain qui ruse, ainsi que le montre Paul Aron. On comprend l’importance du détail méthodique des niveaux d’observation et la nécessité de l’explicitation, par le chercheur, de son sous-texte d’interprétation.

86° Puisque les faisceaux de paramètres à considérer sont nombreux et variés, l’activité du chercheur réside précisément dans la tâche délicate de mise en rapport de ces données, travail de corrélation inhérent à l’interprétation. Nous avons déjà insisté sur la nécessité de situer les cadres de l’analyse. Ils sont aussi le moyen d’établir des facteurs de cohérence : toute différence, en effet, doit pouvoir prendre sens dans une continuité, y compris lorsqu’il s’agit de rapprocher des niveaux et des matériaux distincts : poétique de l’écrivain, genres et stratégies éditoriales, intertextualité, ensembles culturels et sociaux, représentations en tous genres. L’objectivation de l’étude du style n’est pas aisée parce que ce dernier est souvent convoqué en tant que médiation imprécise, comme interface commode entre plusieurs séries de données. Le style n’a pas sa réponse en lui-même, ce qui lui confère un avantage majeur : il permettrait le bougé de l’analyse, à la manière de la « case vide » dans la pensée structurale, véritable clé des catégorisations et typologies mouvantes.

9Nelly Wolf analyse les enjeux sociaux du style littéraire dans la prose romanesque. À partir d’études de cas, qu’elle conçoit comme des sociolectures, elle montre comment les pratiques d’écriture aussi bien que les discours portés par les écrivains sur le style ont valeur de prises de position dans et en dehors du champ littéraire, à la fois comme révélateurs d’un choix parmi l’ensemble des possibles littéraires, et comme indicateurs d’une place de l’auteur au sein de l’espace social.

10Dans une perspective qui emprunte à l’analyse du discours, Laetitia Gonon examine la façon dont s’élabore un « imaginaire du style à blâmer » en relevant les commentaires formulés au sujet des styles et des formes réprouvés (chinoiseries, style poncif ou pâteux, etc.) dans trois journaux d’écrivains (Goncourt, Gide, Renard). Ce faisant, elle donne à voir comment un tel « imaginaire » se forge collectivement, au sein d’une génération marquée par les mêmes débats, mais aussi par un héritage rhétorique, normatif et scolaire.

11Gilles Philippe étudie les représentations attachées aux styles, comme celle qui a prévalu en Angleterre entre 1880 et 1930 à propos du bien écrire des Français. En évaluant la présence de la référence stylistique française dans les débats menés dans l’entre-deux-guerres au sein de la revue littéraire anglaise The Criterion, il démontre que les « imaginaires langagiers collectifs » peuvent conditionner la réception et les pratiques du style à un niveau transnational et translinguistique.

12Stéphanie Smadja se propose de cerner les tenants et aboutissants de l’imaginaire du style simple dans les années 1920 en s’appuyant sur deux études distinctes, mais corrélées : la première examine le discours critique mené sur une dizaine d’années au sein de la Nouvelle Revue française pour y faire apparaître les principales conceptions du style simple (la revue concentrant l’essentiel des prises de position de l’époque en la matière) ; la seconde étude se fonde sur quelques analyses d’extraits issus de romans de Gide, Cocteau et Paulhan représentatifs des enjeux d’une telle écriture dans les années 1920.

13L’empreinte stylistique peut définir une posture d’auteur. En envisageant le recours à l’aphorisme dans le roman comme une pratique stylistique, Stéphanie Bertrand propose une lecture sociologique du style aphoristique dans le genre du roman à thèse et, plus particulièrement, dans l’œuvre de Gide. Son étude, qui dégage différents effets pragmatiques de ce style, permet enfin d’interroger la position des romanciers vis-à-vis de la notion d’autorité.

14Paul Aron aborde un des romans les moins étudiés d’Aragon, Les Voyageurs de l’Impériale, dont la diversité interpelle tant sur le plan des thématiques que sur celui des styles mis en œuvre. Après avoir décrit les principaux faits de style et mis en évidence les effets de collage dont ils procèdent, il les interprète comme des prises de position dans deux contextes distincts : celui des débats sur le réalisme socialiste d’abord, celui du champ littéraire contemporain ensuite. In fine, il montre comment le choix de la bigarrure stylistique donne stratégiquement à voir l’étendue des habiletés littéraires du romancier, ce qui lui permettra de réintégrer l’écurie Gallimard.

15La langue peut également véhiculer des marques identitaires, ainsi que l’étudie Ewa Tartakowsky. Cette dernière met en évidence la façon dont les expériences socialisatrices d’auteurs d’origine judéo-maghrébine (Gil Ben Aych, Marco Koskas et Katia Rubinstein) sous-tendent des choix formels et esthétiques, qui peuvent en eux-mêmes être porteurs d’une critique à l’égard de l’hégémonie linguistique et littéraire de la métropole.

16En portant l’analyse sur le plan de la socialité des faits de style, Bérengère Moricheau-Airaud montre comment Annie Ernaux dépasse l’autobiographie traditionnelle dans ses romans. Émaillant son œuvre de propos réflexifs et de questions sociologiques, l’écrivaine confère en effet à ses récits un aspect social tant dans leur contenu, par la description de milieux défavorisés, que dans leur écriture, rendue volontairement simple afin d’éviter les marques de la subjectivité.

17Situant sa réflexion sur le plan disciplinaire et épistémologique, Éric Bordas envisage la possibilité d’une sociostylistique, recensant d’abord les types de pratiques d’analyse existantes que pourrait recouvrir cette appellation avant de proposer la création d’une nouvelle discipline, dont l’objet serait le « style communicatif social » et qui constituerait une « option théorique de la sociologie de la communication ». Interrogeant les oppositions entre le singulier et le collectif, le littéraire et l’extra-littéraire, le discursif et la pratique, et même l’universitaire et le profane, il évalue la compatibilité d’une stylistique « littéraire » avec les postulats d’une véritable sociostylistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », COnTEXTES [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/6262 ; DOI : 10.4000/contextes.6262

Haut de page