Skip to navigation – Site map

Faut-il se fier à ses premières expressions ?

Compte rendu de Laisney (Vincent), En lisant en écoutant, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2017, 224 pages.
Jean-François Vernay

Full text

  • 1 Gracq (Julien), « En lisant en écrivant », Œuvres complètes II, Paris, Gallimard, 1995. La critique (...)

1Vincent Laisney, co-auteur de L’âge des cénacles (2013) chez Fayard, nourrit manifestement une passion pour les sociabilités et la vie littéraires. Dans En lisant en écoutant, qui sonne comme un hommage appuyé au célèbre titre de Julien Gracq et à sa critique impressionniste1, c’est par petites touches pointillistes que Laisney mène l’enquête d’un siècle de lecture à haute voix. Petite précision : la lecture est à prendre ici dans son autre acception, à savoir l’extériorisation – et non l’intériorité – d’un phénomène cognitif. Comme le rappelle l’auteur, il est question de « l’oralisation d’un texte mémorisé ou non devant un public » (31-2).

2Ce projet pluridisciplinaire prend pour point de départ l’analyse picturale de Une Lecture (1903), une huile sur toile de Théo van Rysselberghe qui immortalise cette pratique particulièrement en vogue au xixe siècle qui

contrevient à nos représentations d’un siècle dominé par l’imprimé, où le Livre serait l’aboutissement ultime. Il est en effet acquis que le phénomène majeur de la culture post-révolutionnaire […] est le triomphe de la publication, à savoir, la domination croissante, et bientôt écrasante, de la communication imprimée, sous les espèces variées du livre, du journal, de la revue, sans parler des autres produits de l’imprimerie (affiche, illustration, image). Cette hégémonie de l’imprimé a, par ricochet, informé la vision que nous avons de la littérature du xixe siècle, assimilée à une ascèse du bien écrire (le vers ciselé, l’art pour l’art, l’écriture artiste, etc.), en lieu et place d’un art du bien dire, suranné, caractéristique de l’âge classique. (19)

3Et l’auteur de se demander un peu plus loin si « le besoin de lire ses œuvres devant un public d’élite » est « une survivance archaïque des divertissements de salon ou une forme inédite de sociabilité littéraire » (24-5). Cette question laissée en suspens nous invite à la lecture. Même si elles sont considérées comme un épiphénomène, les lectures cénaculaires de grands auteurs ont en commun avec la littérature populaire – mais sur un mode qui leur est propre – la création d’une « dynamique collaborative » qui prend le contre-pied du « poncif d’une écriture solitaire, supposément caractéristique de la “littérature pure” » (27) :

Temps fort dans la consécration d’une œuvre, la lecture n’est donc pas une fin en soi : elle a sa place marquée dans un scénario plus vaste de création collective qui va de la conception du volume à sa publication. (66)

4À ces mises en voix correspondent plusieurs objectifs variables selon l’intéressé : affinement de l’œuvre en cours (à l’image de l’étape du filage au théâtre qui permet les derniers ajustements), recherche d’un adoubement, d’une forme de reconnaissance dans le regard d’autrui (s’exposant ainsi autant à l’approbation qu’à la désapprobation de l’auditoire), rite de passage pour intégrer le sérail germanopratin, déclencheur d’écriture (pour Musset, par exemple), moment privilégié de sociabilité (pour Vigny), pour ne citer que ces visées.

  • 2 L’on pense soudain aux représentations postmodernes de grands classiques de l’opéra qui ne s’encomb (...)

5Véritable performance verbale, cet exercice de lecture – qui emprunte tantôt au style déclamatoire de la comédie (voire à l’envolée lyrique de la poésie), tantôt à une « diction inexpressive, détimbrée, mettant en valeur le texte et rien que le texte » (166)2 – n’est pas sans dangers ou dérives : auto-glorification, inter-glorification (asinus asinum fricat !), ennui de l'auditoire, angoisse du plagiat, distraction de l’auditoire, irascibilité du public (lire le cas Rimbaud), etc. Dans son étude fouillée, Laisney va même jusqu’à déceler une véritable scénographie de la lecture, selon qu’il s’agit de lectures performances ou de lectures discussions (le dada de Jean-Étienne Delécluze). Mais une grande majorité des lectures cénaculaires qu’il évoque ont pour objet principal la poésie et le théâtre, des formes d’écriture qui semblent se prêter tout particulièrement à une mise en voix. Il est de temps à autre fait mention d’œuvres en prose comme Génie du christianisme (1802) et Les Martyrs (1809) de Chateaubriand, mais les exemples de lecture de romans restent trop rares. L’on en vient naturellement à se demander si ces lectures sont un phénomène généralisable à tous les genres ou pas.

6Le pape de la lecture est incontestablement Gustave Flaubert à qui un discret hommage est rendu :

Pour Flaubert, la lecture n’est pas un exercice anodin, c’est une pierre de touche grâce à laquelle s’évalue sans risque d’erreur la perfection musicale d’un texte. […] Aux yeux de Flaubert, un livre est une partition, et la voix un outil infaillible pour différencier la bonne littérature de la mauvaise. (125)

  • 3 À titre d’exemple, les lecteurs anglophones pourront consulter avec profit l’ouvrage paru sous la d (...)

7Cette parenthèse sur la musicalité du style qui s’évalue à l’aune de l’oreille musicale aurait pu donner lieu à des réflexions nourries de l’apport des sciences cognitives qui s’intéressent de très près à la parenté évidente entre la lecture de la littérature et la musique3. Paul Valéry, que cite Laisney, avait déjà ouvert dans Souvenirs littéraires une brèche en son temps au sujet de cette dyade, en évoquant les préoccupations de Mallarmé :

Mallarmé avait longtemps réfléchi sur les procédés littéraires qui permettraient, en feuilletant un album typographique, de retrouver l’état que nous communique la musique d’orchestre ; et par une combinaison extrêmement étudiée, extrêmement savante des moyens matériels de l’écriture, par une disposition toute neuve et profondément méditée des blancs, des pleins et des vides, des caractères divers, des majuscules, des minuscules, des italiques, etc., il était arrivé à construire un ouvrage d’une apparence véritablement saisissante. Il est certain qu’en parcourant cette partition littéraire, en suivant le mouvement de ce poème visuel, dont certains mots ou certains passages se répondent, imprimés qu’ils sont dans le même caractère, s’ajustent à distance exactement comme des motifs, ou bien comme des timbres dans un morceau de musique, on conçoit, on croit entendre une symphonie d’une espèce toute nouvelle. On comprend combien il serait précieux, dans la poésie, de pouvoir faire des rappels, des raccords, de poursuivre un thème au travers d’un thème et d’enlacer des parties indépendantes d’une pensée. Mallarmé avait osé orchestrer une idée poétique. (160-1)

8Grâce à cette monographie, Laisney sort de l’ombre un pan modeste de l’histoire littéraire des lectures à haute voix, tandis que le reste de la fresque reste à dépeindre :

les lectures officielles pour faire recevoir une pièce, les lectures mondaines dans les salons, les lectures improvisées dans les cafés de la bohème, les lectures ponctuelles dans les banquets, les lectures publiques dans les salles de conférence, les lectures dans les cercles fumistes et les cabarets, les lectures dans les théâtres poétiques fin-de-siècle, etc. On y verrait alors qu’une grande partie de la production littéraire du xixe siècle a été récitée avant d’être imprimée. (34)

  • 4 Voir les dix droits imprescriptibles du lecteur dans Pennac (Daniel), Comme un roman, Paris, Gallim (...)

9Dans un format qui permet de jouir du droit de grappiller4, format que l’on retrouve chez Charles Dantzig avec Pourquoi lire (Paris, Grasset, 2010), cet ouvrage rappelle à notre bon souvenir une fonction quasi désuète de la lecture – celle d’une pratique résolument sociale accompagnée du partage d’un moment de convivialité. Même si, dans le cadre d’étude que s’est imposé ce Maître de conférences à l’Université de Paris Ouest, cette pratique demeure en vase clos, confinée qu’elle est à des cercles littéraires ou des cénacles (quand d’aucuns y verront des cliques et des coteries), gageons qu’une histoire littéraire d’envergure des lectures à haute voix verra bientôt le jour. En lisant en écoutant a le mérite de démocratiser tout un pan méconnu des pratiques de lecture cénaculaires, même si nous aurions souhaité avoir des développements plus fournis sur les habitudes des romanciers du xixe siècle.

Top of page

Notes

1 Gracq (Julien), « En lisant en écrivant », Œuvres complètes II, Paris, Gallimard, 1995. La critique impressionniste de Julien Gracq s’observe dans sa monographie intitulée André Breton, Paris, José Corti, 1948.

2 L’on pense soudain aux représentations postmodernes de grands classiques de l’opéra qui ne s’encombrent pas de fioritures tels que décors et costumes pour parvenir au même effet : une attention exclusive à l’oralisation du texte.

3 À titre d’exemple, les lecteurs anglophones pourront consulter avec profit l’ouvrage paru sous la direction de Arbib (Michael), Language, Music and the Brain, Cambridge, MIT Press, 2013.

4 Voir les dix droits imprescriptibles du lecteur dans Pennac (Daniel), Comme un roman, Paris, Gallimard, 1992.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-François Vernay, « Faut-il se fier à ses premières expressions ? », COnTEXTES [Online], Notes de lecture, Online since 16 October 2017, connection on 25 November 2017. URL : http://contextes.revues.org/6286

Top of page