Navigation – Plan du site

Ouverture du colloque

Jean-Michel Adam

Texte intégral

1Lorsque, avec Jérôme Meizoz, nous avons réfléchi à ce projet de journées de rencontres interdisciplinaires, nous avons constaté que se croisaient les préoccupations du réseau européen ESSE (Pour un Espace des Sciences Sociales Européennes), de l’Ecole doctorale interdisciplinaire de la Faculté des Lettres et du pôle de recherche et d’enseignement d’IRIS 4 en sciences du texte analyse de discours. Nous avons eu envie, ensemble, de prolonger des colloques et journées de travail antérieures.

2Le réseau ESSE a pour but de mettre en contact des chercheurs de toute l’Europe. Ce réseau européen est un lieu interdisciplinaire où se retrouvent et se forment des chercheurs en sciences sociales. Ces objectifs croisent ceux de l’Ecole doctorale interdisciplinaire et des pôles de recherche et d’enseignement qui constituent IRIS4. C’est dans cet esprit que nous avons choisi de réunir des chercheurs chevronnés, à la réputation scientifique assurée, et de jeunes chercheurs.

3Nous vous avons réunis dans l’espoir d’engager un dialogue entre la THEORIE DES CHAMPS et l’ANALYSE DE DISCOURS.

4En intitulant ces deux journées « DISCOURS EN CONTEXTE », nous avons voulu prolonger deux précédents colloques lausannois. D’une part, le dernier colloque du réseau ESSE, consacré à La Circulation internationales des littératures (sous la direction de J. Meizoz), qui est paru dans la revue de notre Faculté, Etudes de lettres cette année1 ; et, d’autre part, le colloque de Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité que nous avons, avec Ute Heidmann, réuni en un volume chez Slatkine Erudition en 2005.

5Au point de départ de ce colloque, il y a eu notre lecture parallèle du dernier livre de Dominique Maingueneau : Le Discours littéraire2. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à placer son intervention en premier.

6Au chapitre 4 de ce livre, Maingueneau examine, à côté de l’archéologie de Michel Foucault, la sociologie du champ littéraire de Pierre Bourdieu. Comme il l’écrit : « La confrontation de l’analyse du discours littéraire avec la sociologie du champ littéraire s’impose d’autant plus qu’il s’agit de problématiques qui, dans l’esprit de beaucoup semblent très proches3 ».

7La présence d’Alain Viala, initiateur de la «sociopoétique», tient aussi à ce que dit Maingueneau :

On ne peut cependant se cacher que la frontière entre une sociologie de la littérature et une démarche d’analyse du discours devient pratiquement indécidable quand, comme le fait A. Viala, on vise à passer d’une sociologie de la littérature à une « sociopoétique », en combinant démarches sociologiques et poétiques4.

8Dans l’article qui ouvre la troisième partie de notre ouvrage Sciences du texte et analyse de discours (2005), Ruth Amossy propose une approche qui combine les recherches modernes sur la rhétorique et la théorie de l’argumentation avec la dimension sociale des textes et, dans l’article suivant, Jérôme Meizoz illustre une démarche qui doit guider nos deux journées de travail. Il s’efforce en effet de mettre en relation le concept rhétorique d’ethos, largement repris, dans le champ de l’analyse de discours, avec le concept de posture d’auteur, lancé par Pierre Bourdieu et développé dans la socio-poétique d’Alain Viala. On sait que le concept d’ethos, issu de la tradition rhétorique, a été révisé dans le cadre de la linguistique de l’énonciation par des linguistes comme Michel Le Guern et Oswald Ducrot avant que Dominique Maingueneau n’en fasse un concept clé de l’analyse de discours. Dans la collection « Sciences des discours », Ruth Amossy a dirigé un des premiers ouvrages en langue française sur le sujet : Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos5. Le concept de posture, plus sociologique et historique, est relatif au mode individuel de mise en œuvre d’une position. Ethos et posture apparaissent ainsi comme des concepts-clés de cadres théoriques et disciplinaires différents. L’article de Jérôme Meizoz illustre notre volonté de faire dialoguer des sociolectes disciplinaires hétérogènes. Comme le fait magistralement Dominique Maingueneau dans le chapitre 18 du Discours littéraire consacré à la question de l’ethos. Il mentionne d’ailleurs l’ouvrage de Jérôme Meizoz sur Jean-Jacques Rousseau6 et la question de la posture d’auteur.

9C’est à poursuivre un tel dialogue que nous vous invitons. Nous voulons explorer des convergences qui vont de l’analyse de discours représentée par Dominique Maingueneau à la socio-poétique d’Alain Viala et à l’« approche socio-discursive des textes littéraires et non littéraires » prônée par Ruth Amossy, en passant par la théorie du discours social de Marc Angenot dont nous nous réjouissons de suivre les derniers développements.

10Nous avons voulu que se croisent quelques responsables de deux grands dictionnaires de référence actuels : Le Dictionnaire du Littéraire publié aux PUF en 2002, dont Paul Aron et Alain Viala seront les représentants et le Dictionnaire d’analyse du discours publié aux éditions du Seuil la même année 2002. Dominique Maingueneau représentera ici un des deux auteurs. Je ne cite pas ces deux dictionnaires par hasard. Tous deux représentent la paradigmatisation d’orientations de recherche qui ont trop peu, à nos yeux, l’occasion de dialoguer.

11Au risque de paraître polémique d’entrée et en prolongeant à ma manière ce que dit Dominique Maingueneau des limites de la théorie du champ littéraire au regard de l’analyse de discours et des sciences du langage, je dirai qu’en raison du nombre croissant de travaux de sociologie de la littérature qui en viennent à oublier les textes, une phrase de Peter V. Zima, dans Pour une sociologie du texte littéraire, me semble mériter d’être rappelée : « Une sociologie de la littérature qui croit pouvoir se passer d’une analyse détaillée du phénomène linguistique (textuel) devient absurde : elle ignore son propre objet et dégénère en spéculation7 ».

12Dans ce livre, Peter V. Zima étudiait les conditions à partir desquelles la sociologie de la littérature aurait pu devenir une science du texte. La socio-poétique d’Alain Viala m’a toujours paru aller dans ce sens. Jérôme Meizoz adopte ce positionnement, en particulier dans son recueil d’essais intitulé L’Œil sociologue et la littérature, paru chez Slatkine en 2004.

13Voilà pour les croisements, sinon les convergences, mais je tiens à ajouter une dernière chose avant de passer la parole à Jérôme Meizoz.

14Dans la conclusion de son article de Sciences du texte et analyse de discours, Peter V. Zima ajoute une réflexion à laquelle je tiens beaucoup car elle doit nous permettre de dépasser la simple et rassurante juxtaposition pluri-disciplinaire dans laquelle nous espérons ne pas sombrer pendant ces deux jours de travail. Considérant que, dans les sciences de l’homme et de la société, il est impossible de trancher et de réfuter ou de falsifier définitivement une théorie, Zima propose de remplacer la « falsification » et la « réfutation » propres aux sciences naturelles par le concept d’« ébranlement » qu’il emprunte à Otto Neurath. Cet « ébranlement » des théories ne survient que lorsque sont réunies les conditions d’un vrai dialogue scientifique. Si les théories ne semblent pas réfutables, elles n’échappent pas pour autant à la mise à l’épreuve chère à Popper. L’« ébranlement » par la mise en dialogue critique et auto-critique, par l’explicitation des présupposés et des méthodes, par la reconnaissance de nos points de convergence et de divergence, nous apparaît comme une définition de la « logique de la découverte scientifique » et des conditions de la rationalité critique dans les sciences de l’homme et de la société. C’est donc à accepter d’être « ébranlés » que je vous invite. Nous vous avons conviés à un dialogue entre des positions que nous savons hétérogènes, en reconnaissant la nature de constructions scientifiques et donc l’historicité de nos champs disciplinaires.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004.

Meizoz (Jérôme), Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau, Lausanne, Antipodes, 2003.

Meizoz (Jérôme) (dir.), La Circulation internationale des littératures, Études de lettres, no 1-2, 2006.

Zima (Pierre), Pour une sociologie du texte littéraire, Paris, 10/18, 1978.

Haut de page

Notes

1 Meizoz (Jérôme) (dir.), La Circulation internationale des littératures, Études de lettres, n° 1-2, 2006.
2 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire, Paris, Armand Colin, 2004.
3 Ibid., p. 36.
4 Ibid., p. 38.
5 Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La Construction de l’ethos, Paris-Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1999.
6 Meizoz (Jérôme), Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau, Lausanne, Antipodes, 2003.
7 Zima (Pierre), Pour une sociologie du texte littéraire, Paris, 10/18, 1978, p. 237.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Ouverture du colloque », COnTEXTES [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/82 ; DOI : 10.4000/contextes.82

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Adam

Université de Lausanne

Haut de page