Navigation – Plan du site

Notes et remarques à propos de Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur.

Genève, Slatkine Érudition, 2007, 210 p.
Valérie Stiénon

Texte intégral

1En complément de L’œil sociologue et la littérature et dans le sillage de ses recherches consacrées, entre autres, à Ramuz, au « roman parlant » et à Rousseau, Jérôme Meizoz livre cet ouvrage fondamental qui se présente sous la forme d’une synthèse enrichie par les nuances de l’étude de cas. Dans un langage clair accessible au néophyte et dans un style empreint de sobriété élégante, celui-ci confère une meilleure consistance et une plus grande visibilité au concept de « posture » initialement forgé par Alain Viala et développé avec succès par Meizoz depuis plusieurs années. L’ouvrage est d’un intérêt majeur pour la recherche en sociologie de la littérature, intérêt qui tient autant à l’utile rappel et à l’efficace articulation des acquis de la sociologie des champs, de l’analyse du discours et de la sociocritique, qu’à un état de work in progress appelant une assise théorique qui nécessiterait une exploration plus fouillée des possibilités et des limites du concept. Car pour une somme sur la question, l’ouvrage manque peut-être encore de systématisation et conserve de la compilation d’articles parus antérieurement une disparate que l’unité matérielle du volume peine à atténuer. Dix chapitres brefs et stimulants, mais inégaux en densité comme en longueur – et dont certains auraient gagné à être réorganisés ou fusionnés – parcourent différents aspects théoriques du concept (rapport au genre, à la diachronie, à l’intertextualité) et amorcent des pistes de recherches qui s’annoncent très porteuses, de surcroît appuyées sur des illustrations convaincantes faisant la part belle à la citation des œuvres et des auteurs convoqués.

2À l’encontre de toute conception déterministe et mécaniste ayant parfois résulté d’une mécompréhension des théories bourdieusiennes, le recours au concept de « posture » est initialement motivé par la nécessité de rendre compte de la part de singularité et de conscience agissante intervenant dans le positionnement littéraire de tout auteur et allant de pair avec la nécessaire dimension de mise en scène à laquelle il se livre dès lors qu’il a à gérer publiquement son image d’écrivain. Sont donc considérées comme participant d’une posture les diverses modalités auctoriales de présentation de soi qui rejouent ou déjouent une position dans le champ littéraire. Ces modalités étant d’ordre verbal (scénographies, ethos, choix stylistiques) et non verbal (look, comportement, conduite de vie), le concept théorisé par Meizoz offre l’avantage fondamental d’une approche conjointe d’éléments « internes » et « externes » à l’œuvre, reposant sur la conciliation de plusieurs outils conceptuels empruntés à diverses modélisations explicatives du fait littéraire (sociologie des champs, analyse du discours, sociocritique, poétique, stylistique).

3Après un retour sur la notion pour la définir et la recontextualiser grâce à un dialogue mettant en présence un « Curieux » et un « Chercheur » au long duquel les informations sont didactiquement instillées sans être dogmatiquement hiérarchisées, un second chapitre retrace l’évolution de la très polémiquée notion d’auteur en mettant l’accent sur l’actuelle demande biographique. Est ainsi menée à bien une synthèse efficace des paradigmes successifs ayant permis la transition de l’essentialisation d’une figure de l’auteur au concept de l’interdiscours conçu comme traversant la prise de parole de tout locuteur et instaurant une nouvelle dialectique du singulier et du collectif. Par l’étude des motifs de la place et de l’ambition dans la fiction stendhalienne Le Rouge et le Noir, relue de manière originale en intertextualité avec le Rousseau des Confessions, le chapitre III revient à la suite de Nelly Wolf sur les convergences entre roman et démocratie. Le chapitre IV est consacré aux enjeux de la création d’une généalogie imaginaire en guise de construction identitaire chez un Ramuz qui renie sa classe sociale effective (la petite-bourgeoisie) et surinvestit une lignée fantasmée (celle d’un passé lointain de paysans). Comme Péguy avant lui, il stylise le français populaire, perçu comme détenteur de valeurs authentiques motivant des efforts de production d’un effet de parole vive. Le chapitre suivant enchaîne logiquement avec la posture de l’écrivain authentique, l’authenticité apparaissant comme un enjeu structurel du champ littéraire francophone de l’entre-deux-guerres et recouvrant des modes d’être extralittéraires autant que des propriétés intralittéraires. Ainsi de l’adoption par Henry Poulaille d’une posture prolétarienne. Ainsi encore de Jean Giono qui, pour investir cette même posture, en vient à nier ses débuts poétiques et à actualiser une série de topos, tels ceux consistant à réduire la littérature à la seule pratique testimoniale et à surinvestir le genre romanesque. Esquissant une étude posturale diachronique, le chapitre VI se focalise sur trois moments de la posture célinienne : celle du médecin pauvre et des pauvres appuyée sur l’invention d’un style oral-populaire, celle marquée par l’énonciation polémique d’un « je » pamphlétaire au parler franc articulée à une poétique nationaliste raciste, et celle, après la guerre, du paria, vertueux parce que victime, se livrant en période d’épuration à une pratique épurée du style et pratiquant une prose dépouillée d’idées qui lui permet de dissocier l’art de la politique pour rendre sa posture moins attaquable par la censure. Suite du précédent, le chapitre VII examine le discours biographique à partir du cas du Semmelweis de Céline, sa thèse de médecine ayant fait l’objet au fil des rééditions d’une véritable littérarisation. L’intérêt de l’observation de Meizoz réside dans la mise au jour du recours au récit de vie comme exemplum postural résultant d’un rapport particulier entre le biographe et le sujet biographié qui est le prétexte à diverses projections d’une image auctoriale, en l’occurrence celle, christique, du génie martyr et incompris. Le très abouti chapitre VIII étudie la posture du bourlingueur chez Cendrars par le biais de l’intrication d’une posture et d’une poétique dans « Venise », premier chapitre de Bourlinguer, où acquièrent toute leur importance le motif de la bibliothèque et la libre recréation à partir d’un hypotexte ancien. C’est l’incidence, sur la constitution posturale, du métadiscours critique et en particulier du genre textuel de la note de lecture, qu’examine le remarquable chapitre suivant, détaillant avec soin et pertinence les enjeux de la querelle Cingria - Gide à propos du compte-rendu paru dans La NRF de deux ouvrages de Trotsky. Recourant au triptyque conceptuel théorisé par Maingueneau de la scène englobante, de la scène générique et de la scénographie, Meizoz met en évidence la posture cingriesque du bouffon considérée comme une réaction au sérieux des écrivains engagés dans des questions politiques ou morales (Gide, les écrivains catholiques, les surréalistes) étrangères à la seule littérature. C’est encore ce que confirment la facture de cette note polémique et la nature des jugements de valeur portés sur elle, qui sont fonction de l’axiologie en vigueur dans le pôle le plus autonome du champ littéraire (pureté, rareté, primat de la forme) alors que la note est consacrée à des ouvrages d’histoire politique ne relevant pas de critères littéraires. Le chapitre X prolonge le précédent en montrant que lorsque Cingria affiche ostentatoirement et paradoxalement sa prédilection exclusive pour le communiste Aragon, c’est en réalité en considérant du seul point de vue formel l’Aragon poète et non l’homme politique, ce qui apparaît comme une possible tentative pour déjouer la logique des appartenances politiques au profit des valeurs littéraires.

4Plusieurs comptes-rendus très légitimement élogieux ont déjà appelé la reconnaissance que mérite l’ouvrage et contribué à en orienter favorablement la réception critique1. Si la notion de posture se présente assurément comme un concept opératoire utile à rendre compte de phénomènes auctoriaux en offrant l’avantage de relire les faits littéraires de façon organisée et en intégrant des constats parfois ténus à un système explicatif éprouvé, il convient de ne pas oublier qu’il s’agit d’un instrument conceptuel soumis à révision. Chez tout chercheur pressé s’adonnant à une sociologie aléatoire, il encourt même le risque de faire fonction de clé de lecture imprécise et réductrice, voire d’étiquette commode derrière laquelle amalgamer des phénomènes et des procédés de nature très (trop ?) différente. Jérôme Meizoz présente la posture comme un outil descriptif. Et il convient de lui conserver pleinement ce statut, avec ce qu’il nécessite de précautions et ce qu’il soulève de questionnement. Qu’il soit permis de poser ici quelques-unes de ces questions et de consigner des pistes de réflexion pour la plupart déjà esquissées par Meizoz.

51° La posture n’est pas étudiable isolément. Pour minimaliste qu’elle soit, sa définition en tant que « manière singulière d’occuper une position dans le champ littéraire » a le mérite d’indiquer d’elle-même son préalable méthodologique : la détermination de la position occupée par l’auteur. De plus, la posture n’est étudiable que relationnellement aux autres postures investies non seulement par les auteurs contemporains mais aussi par les auteurs passés ayant contribué à l’élaboration d’un répertoire postural stocké dans la mémoire du champ et réexploitable sous forme de matériau symbolique. L’application du concept postural ne dispense donc aucunement de retracer le jeu des positions objectivement occupées par les agents du champ littéraire, de déterminer les modes de positionnement et de reconstituer l’espace des possibles, renvoyant ainsi à la nécessité de recourir à ces notions dans leur articulation dynamique : tout positionnement appelle-t-il une quantité arrêtée, nombrable et envisageable de postures ? par rapport à quel référent évaluer l’écart ou l’adéquation entre la position et la posture d’un même auteur dans telle coupe synchronique du champ littéraire ? la posture change-t-elle nécessairement si le positionnement se modifie ? faut-il d’abord avoir repéré une position ou, au contraire, le repérage de facettes posturales peut-il faire fonction de prérequis ou de complément à la mise au jour d’un positionnement ?

62° N’y a-t-il de posture que littéraire ? Le concept rend compte de l’élaboration de représentations de soi par un auteur dans ses manières d’être, dans le discours qu’il tient sur lui-même et/ou dans les manifestations auctoriales qu’il livre à travers son travail d’écriture. Dans la mesure où la notion est tributaire de – et compatible avec – la sociologie des champs, peut-on la transposer plus largement à l’ensemble de la sphère culturelle, voire au champ scientifique ? Ces postures seraient-elles dès lors appréhendables de la même façon que celles du champ littéraire, qui engage tout particulièrement la part de singularité et la marge de liberté dans la création de l’œuvre, ou seraient-elles soumises à la logique spécifique et au mode de fonctionnement et de régulation propre à chaque champ considéré ?

73° Qu’entendre, reconnaître et étudier par « singularité » posturale ? On a déjà indiqué en quoi cette singularité est toute relative, dans la mesure où elle ne se laisse saisir qu’en relation avec d’autres possibles posturaux passés et contemporains, de sorte que le singulier ainsi considéré inclut en lui le collectif et est travaillé par le social. Méthodologiquement, cette singularité même dont veut rendre compte la notion appelle-t-elle autant d’études de cas qu’il y a d’auteurs et d’œuvres ou est-il possible de relire plusieurs mises en scènes de soi connexes comme autant de constellations posturales actualisant un même positionnement littéraire ? Il semble en aller ainsi s’agissant de la posture « qualifiante » de l’écrivain authentique mise au jour par Meizoz à propos du champ littéraire francophone de l’entre-deux-guerres.

84° Dans quelle mesure l’image de soi est-elle produite, concertée et contrôlée par l’écrivain ? La posturologie vise à atteindre ce dernier en tant qu’acteur du champ littéraire, sans négliger pour autant la personne biographique de l’auteur et l’inscription textuelle de l’instance auctoriale. En dissociant le statut sociologique objectif de l’écrivain des représentations qu’il se crée de lui-même, la posture pose la question de la marge de liberté intervenant dans ce processus d’auto-création. Et la réintroduction du paramètre de singularité dans le jeu des luttes pour le profit symbolique risque de surfaire la part de volonté et de calcul stratégique chez les agents du champ littéraire. Certes, ainsi que le souligne très justement Meizoz, l’écrivain en société médiatique se montre plus conscient et soucieux de son image publique. Il s’agirait même d’une caractéristique majeure du champ littéraire contemporain, comme en témoignent les emblématiques cas Houellebecq et Angot : certains écrivains familiarisés avec le médiatique assument pleinement leur mise en scène publique, quitte à anticiper la posture littéraire à partir du médiatique, notamment à travers des polémiques qu’il s’agit, à des fins diverses d’autopromotion, de susciter et de faire porter autant sinon davantage sur sa personne que sur son œuvre. Mais, consciente ou pas, l’adoption d’une posture est inhérente à l’acte créateur et non pas la simple résultante contemporaine de la médiatisation. À ce propos, ne faut-il pas voir dans le présent engouement pour le concept postural et ses dérivés un certain infléchissement du champ théorique de la recherche scientifique par la prégnance actuelle du médiatique tendant à faire envisager les objets d’étude sous l’angle du paraître et du spectacle, d’autant plus présents que la métaphore est rendue opératoire à plusieurs niveaux de l’analyse en déclinant avec elle tout un champ notionnel (posture, mise en scène, scénographie, figuration, jeu) ? C’est en veillant à dissocier la posture de la pose que Meizoz prévient partiellement une telle dérive.

95° Quelles sont les limites chronologiques d’applicabilité de la notion ? Certes, dans la société médiatique, le degré de conscience et l’impact symbolique et économique de la posture augmentent, de concert d’ailleurs avec l’émergence des écritures autobiographiques et avec la banalisation de la pratique du journal personnel rendu public. Ces considérations appellent une réévaluation de la question du « moderne » s’agissant de la posture : si le phénomène postural existe dès qu’il y a acte créateur, que dire de lui avant l’ère médiatique2 ou démocratique3, dans des états antérieurs du champ littéraire, voire à des époques précédant le procès d’autonomisation du littéraire et régies par le système des Belles-Lettres, auquel appartiennent d’ailleurs les écrits d’un Rousseau dont Meizoz étudie les postures ? Pour une lecture diachronique et une appréhension plus globale du répertoire postural du champ littéraire français, la lecture de l’essai de Meizoz pourrait être utilement complétée par celle d’études portant sur d’autres périodes, tel le travail qu’a consacré José-Luis Diaz aux scénographies auctoriales à l’époque romantique4 et Pascal Brissette à la figure de l’écrivain maudit5.

106° On ne saurait trop revenir sur la difficulté de cerner la posture dans l’œuvre et non, par défaut et en creux, dans les à-côtés discursifs ou comportementaux de son auteur. Il reste en effet à traiter la délicate question de la construction de l’image de soi non dans du métadiscours critique (entretiens, préfaces) ou de l’autobiographie, mais dans une production fictionnelle dont les médiations sont complexes au point de retraduire la figure auctoriale par diffractions ou contre-projections. Outre la difficulté de lire la fiction pour elle-même et comme système sémiotique spécifique plutôt que comme écrit testimonial venant confirmer une posture observée ailleurs chez tel auteur, surgit également l’obstacle de la diversité des indices posturaux à recueillir. S’il n’est pas envisageable d’établir un protocole unique, exhaustif et transposable pour la collecte de telles informations, le mérite de l’ouvrage de Meizoz est d’indiquer quelques lieux stratégiques d’élaboration posturale, par exemple l’investissement d’un genre, l’élaboration d’un style, le recours à un pseudonyme. Et ceci pose d’autres questions connexes : l’hexis corporelle est-elle suffisamment prise en compte ? comment traiter la photographie d’écrivain (évoquée ici à propos de la photographie officielle de Cendrars par Doisneau) ? et, surtout, comment articuler postures discursive et non discursive, opération d’autant plus délicate que les indices, loin de converger idéalement, souvent se parasitent, voire se contredisent ?

11On le voit, c’est peu dire que constater à quel point le concept de posture judicieusement théorisé par Jérôme Meizoz ouvre à la recherche en sociologie de la littérature des perspectives aussi intéressantes que fondamentales.

Haut de page

Notes

1 Voir Saint-Amand Denis, « De l’indigent vertueux au bouffon. Postures littéraires », dans Acta Fabula, janvier 2008, vol. 9, n° 1, URL : http://www.fabula.org/revue/document3747.php et Brissette Pascal, « Postures et mises en scène d’auteurs », dans @nalyses, Comptes rendus, février 2008, URL : http://www.revue-analyses.org/document.php?id=1014.
2 Si l’on considère que celle-ci débute aux alentours de 1836, date du lancement de La Presse par Émile de Girardin.
3 L’émergence des idéaux démocratiques en France étant communément rapportée aux années préparant la révolution française.
4 Diaz José-Luis, L’écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et Modernités », n° 110, 2007.
5 Brissette Pascal, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, coll. « Socius », 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Notes et remarques à propos de Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur. », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 02 avril 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/833

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

FNRS-ULg

Articles du même auteur

Haut de page