Navigation – Plan du site

Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1Je me trouve dans une situation quelque peu paradoxale, dans la mesure où je ne pense pas avoir jamais délibérément cherché à articuler le « social » et les « discours », pour reprendre une expression du programme de cette rencontre. En réalité, les choses se sont faites à mon insu, de l’intérieur même de l’analyse du discours.

2Ma préoccupation pour l’inscription sociale des pratiques verbales s’est affirmée avec mes travaux sur le discours religieux au xviie siècle. Ce type de corpus m’a en effet amené à me poser des questions assez différentes de celles qui dominaient l’analyse du discours française des années septante, qui s’intéressait surtout aux textes politiques. En dépit des intentions affichées par ceux qui travaillaient dans ce domaine, la prédilection pour les corpus politiques avait pour effet d’occulter la question de l’articulation. Dans la mesure où, précisément, il s’agissait de textes politiques, la question de l’articulation passait au second plan, tant elle semblait aller de soi. On s’attachait plutôt à étudier les antagonismes entre divers positionnements rapportés à la lutte des classes. En outre, le privilège accordé aux corpus politiques faisait que l’on avait une conception très « doctrinale » du discours. En revanche, en travaillant sur le discours dévot (plutôt que sur le discours théologique), je pouvais difficilement raisonner en termes d’univers doctrinaux : avec ce type de textes on n’avait pas affaire à des doctrines, mais à des machineries vouées à susciter ou à maintenir des adhésions, à organiser des groupes, à donner sens aux comportements et aux manières de penser d’individus engagés dans le monde. Certes, on aurait pu envisager de cette façon le discours politique, mais dans les années septante c’était la conception structurale des textes qui dominait largement.

3Pour étudier ces textes dévots, j’ai été amené à opérer deux mouvements, qui de prime abord auraient pu passer pour contradictoires. D’une part, en élaborant une « compétence » de nature foncièrement interdiscursive j’ai modélisé la production et l’interprétation des énoncés en des termes qu’on dirait aujourd’hui cognitifs ; ce qui semblait tourner le dos aux préoccupations pour l’inscription sociale du discours. D’autre part, en raisonnant en termes de « pratique discursive », de « communauté discursive », d’« incorporation »…, je me suis efforcé de sortir de l’espace proprement textuel pour intégrer des phénomènes qu’on aurait communément considérés comme relevant d’une approche sociologique, « externe ». En fait, il s’est avéré que ces deux mouvement – l’élaboration d’une compétence et l’ouverture à un au-delà du texte – n’avaient rien de divergent : le même système de contraintes sémantiques traversait l’ensemble du dispositif, à la fois textuel et social, discursif pour tout dire. Ce faisant, j’ai involontairement contribué au regain d’intérêt pour l’articulation du social et des textes, mais en déstabilisant cette distinction même.

4Le terrain sur lequel une quinzaine d’années plus tard j’ai développé cette manière de voir est celui du discours littéraire et, dans une moindre mesure, du discours philosophique1. Mon livre Le Contexte de l’œuvre littéraire (1993) a ainsi contesté systématiquement son propre titre, en s’attachant à ruiner la notion même de contexte. Le programme de recherche qu’il développait consistait au fond à porter au niveau du texte ce qui était déjà à l’œuvre en linguistique, dans les théories pragmatiques et dans les théories de l’énonciation.

5Une telle subversion de l’opposition texte/contexte n’a rien d’anodin. Elle oblige à renoncer à des manières de faire et de penser très profondément enracinées. Il est en effet tacitement admis que l’étude d’un texte, littéraire ou non, fait appel à des modélisations très précises, mais que pour rapporter ce texte à une certaine configuration socio-historique il faut en quelque sorte lâcher du lest, se contenter de relations peu spécifiées entre texte et société. L’intérêt d’une démarche d’analyse du discours littéraire est précisément de permettre de sortir de ce présupposé, de récuser l’idée même d’une « articulation » de deux domaines hétéronomes qu’on s’efforcerait de lier tant bien que mal.

6Il serait néanmoins illusoire de croire que je maîtrise les tenants et aboutissants d’une telle entreprise. Une fois qu’un certain nombre de verrous ont sauté (entre texte et institution, écrivain et énonciateur, médium et message, etc.) c’est un espace immense et incertain qui s’ouvre devant nous et qu’il faudra longtemps pour explorer dans toutes ses dimensions. Dans le présent exposé, je vais seulement souligner trois points qui me semblent importants : la notion de paratopie, l’intégration du discours littéraire dans les discours constituants, les conséquences institutionnelles d’une démarche d’analyse du discours appliquée au fait littéraire.

La paratopie

7Je vais d’abord m’attarder sur la notion de paratopie2, qui a connu un certain succès, mais qui suscite de nombreux malentendus, symptomatiques des difficultés qu’il y a à sortir des modes de penser traditionnels.

8En introduisant cette notion, je cherchais à m’écarter des routines de l’histoire littéraire, qui nous montre un écrivain « influencé » par des « circonstances » que son œuvre « exprimerait ». Dans cette conception, il y aurait d'un côté les expériences de la vie, de l’autre les oeuvres qui sont censées les représenter de manière plus ou moins déguisée. À charge alors pour l'histoire littéraire de tisser des correspondances entre les phases de la création et les événements de la vie. Mais cette notion de paratopie s’oppose aussi à une certaine vulgate structuraliste, en harmonie avec l’idéologie spontanée des facultés de lettres, qui défend l’autonomie du « moi de l’écrivain », opposé à « l’homme du monde » pour reprendre les termes de Proust :

Et pour ne pas avoir vu l’abîme qui sépare l’écrivain de l’homme du monde, pour n’avoir pas compris que le moi de l’écrivain ne se montre que dans ses livres, et qu’il ne montre aux hommes du monde [...] qu’un homme du monde comme eux, il inaugurera cette fameuse méthode, qui, selon Taine, Bourget, tant d’autres, est sa gloire et qui consiste à interroger avidement pour comprendre un poète, un écrivain, ceux qui l’ont connu, qui le fréquentaient, qui pourront nous dire comment il se comportait sur l’article des femmes, etc., c’est-à-dire précisément sur tous les points où le moi véritable du poète n’est pas en jeu3.

9La solution structuraliste, même quand elle intègre des éléments d’énonciation linguistique, prolonge à bien des égards les présupposés de Proust. Comme ce dernier, elle établit en effet une barrière entre une instance profane qui vaquerait aux affaires du monde ordinaire et une instance sacrée qui se tiendrait dans l’enceinte protégée de la chose littéraire : d’une part « le narrateur », figure textuelle, de l’autre l’écrivain, cet être du monde. Ce que l’on cherche à préserver par là, c’est l’autonomie du texte, son pouvoir d’excès à l’égard de tout contexte, mais c’est aussi – ne nous le cachons pas – l’autonomie institutionnelle des études littéraires traditionnelles.

10Pour rompre avec ces oppositions réductrices entre moi créateur profond et moi social superficiel, ou entre sujet énonciateur et sujet biographique, il faut assumer le brouillages des niveaux, les rétroactions, les ajustements instables, les identités qui ne peuvent se clore. Condition de l’énonciation, la paratopie de l’écrivain en est aussi le produit ; c’est à travers elle que l’œuvre peut advenir, mais c’est aussi elle que cette œuvre doit construire à travers l’énonciation. La littérature ne peut dissocier ses contenus de la légitimation du geste qui les pose, l’œuvre ne peut configurer un monde que si ce dernier renvoie à l’espace qui rend possible sa propre énonciation.

11Le problème est que bien souvent la paratopie est plus ou moins confondue avec la marginalité, le nomadisme, le parasitisme, etc., c’est-à-dire avec des données sociologiques, au lieu d’être rapportée à un processus créateur. La paratopie n’est pas une situation initiale : il n’est de paratopie qu’élaborée à travers une activité de création et d’énonciation. L’appartenance paradoxale qui la définit n’est pas une origine ou une cause, encore moins un statut. L’écrivain n'est pas une figure double qui aurait une part de lui engluée dans la pesanteur sociale et l’autre, la plus noble, tournée vers les étoiles, mais une instance multiple qui se déploie – tout à la fois se structure et se disperse – à travers l'impossibilité même de s'assigner une véritable place, le lieu d’une création qui se nourrit du caractère radicalement problématique de sa propre appartenance au champ littéraire et à la société. La paratopie joue en effet sur deux termes – l’espace littéraire et la société – et non sur la seule relation entre le créateur et la société. Toute paratopie est ainsi bornée par un horizon socio-historique, l’écrivain élaborant une manière propre de se rapporter aux conditions d’exercice de la littérature de son époque. À travers son œuvre il doit, dans le même mouvement, résoudre et préserver une impossible appartenance, contenu et moteur de son entreprise.

12Ni support ni cadre, la paratopie enveloppe donc le processus créateur, qui l’enveloppe aussi : créer, c’est à la fois produire une œuvre et construire par là-même les conditions qui permettent de la produire. Structurante et structurée, la paratopie est à la fois ce dont il faut se libérer par la création et ce que la création approfondit, elle est à la fois ce qui donne la possibilité d’accéder à un lieu et ce qui interdit toute appartenance. Intensément présent et intensément absent de ce monde, victime et agent de sa propre paratopie, l’écrivain n’a pas d’autre issue que la fuite en avant, dans le mouvement créateur.

13Dès lors, on comprend que la notion de paratopie n’ait d’intérêt que si elle est couplée avec celle d’ « embrayage paratopique », qui permet précisément de l’inscrire dans la configuration même des « contenus » : certains éléments participent à la fois du monde représenté par l’œuvre et de la situation à travers laquelle s’institue cette oeuvre. C’est une donnée constitutive de l'énonciation littéraire que cette nécessité pour l’œuvre de réfléchir dans l’univers qu’elle construit les conditions de sa propre énonciation. Cet embrayage peut prendre des formes très variées, dont j’étudie un certain nombre de cas de figure prototypiques dans Le Discours littéraire4.

Les discours constituants

14Le renouvellement de la question de « l’articulation » du social et des discours ne se joue pas seulement sur la dimension « verticale », qui lierait les textes à quelque substrat que tout à la fois ils montreraient et dénieraient : il implique aussi la dimension « horizontale » qui est celle de l’interdiscours. Ce sont là des problématiques abondamment développées par l’école française d’analyse du discours : loin de replier les discours sur un univers textuel autonome, la prise en compte de l’interdiscurisvité approfondit l’inscription sociale des discours.

15Ma propre contribution dans ce domaine s’est faite sur deux plans complémentaires :

  • dans mes travaux sur le discours dévot, où l’unité d’analyse pertinente n’est pas une telle ou telle formation discursive, mais l’espace d’échanges entre formations discursives d’un même champ ;

    dans ma réflexion sur les « discours constituants5 », dont je vais dire quelques mots à présent.

16Par rapport à d’autres problématiques de l’interdiscours, qui mettent en quelque sorte « à plat » la diversité des genres et des types de discours, ouvrant des relations multiples entre toutes les zones de l’univers discursif, une théorie des discours constituants envisage plutôt l’univers discursif comme un espace hétérogène, constitué de zones aux propriétés spécifiques.

17Cette étiquette de « discours constituant » s’appuie sur une intuition banale : il y a dans toute société des paroles qui « font autorité », parce qu’elles se réclament d’une forme de transcendance, qu’elles n’ont pas d’au-delà. Ces discours « constituants » sont ceux qui donnent sens aux actes de la collectivité ; ainsi garants des multiples autres, ils possèdent un fonctionnement singulier : zones de parole parmi d’autres et paroles qui se prétendent en surplomb de toute autre. Discours limites, placés sur une limite et traitant de la limite, ils doivent gérer textuellement les paradoxes qu’implique leur statut. Avec eux se posent dans toute leur acuité les questions relatives au charisme, à l’Incarnation… : pour ne s’autoriser que d’eux-mêmes, ils doivent se poser comme liés à une Source légitimante. On voit la conséquence pour ce qui nous intéresse : le rôle qu’ils jouent dans la société les amène à se construire en référence à un point exorbitant à l’espace social, un Absolu qui, en fait, pour l’analyste du discours est à la fois construit par chaque positionnement et ce qui soutient ce même positionnement. Par un paradoxe constitutif, l’Absolu dont ils s’autorisent est supposé extérieur au discours pour lui conférer son autorité, mais il doit être construit par ce même discours pour pouvoir le fonder.

18Si les discours constituants se définissent fondamentalement par la position qu’ils occupent dans l’interdiscours, par le fait que, n’ayant pas de discours au-delà d’eux-mêmes, ils ne peuvent s’autoriser que d’eux-mêmes, l’important n’est pas d’en dresser la liste, que de comprendre ce qui caractérise leur « constituance ». On ne peut pas répondre par oui ou par non à la question de savoir si la psychanalyse, par exemple, est un discours constituant : dans sa version lacanienne, cela ne fait pas de doute, mais quand il s’agit d’une simple discipline psychothérapeutique, certainement pas.

19L’idée que la littérature soit un discours constituant surprend certains. Sans doute parce que plus ou moins consciemment ils assimilent « constituant » et « fondateur » et qu’il leur semble qu’à la différence du discours philosophique ou du discours religieux, en particulier, la littérature n’est pas un discours fondateur. En réalité, le type de réflexivité fondamentale, selon laquelle un discours constituant ne peut s’autoriser que de lui-même, varie avec le discours concerné. La constituance ne fonctionne pas sur un seul mode, elle adopte autant de régimes qu’il y a de discours constituants distincts. Ce n’est pas parce que le discours littéraire ne réfléchit pas son fondement sur le mode du concept ou de la transcendance divine qu’il ne participe pas de la constituance.

20Une analyse de la constitution des discours constituants doit s’attacher à montrer l’intrication de l’intradiscursif et de l’extradiscursif, placer au centre une activité énonciative qui ne fait qu’un avec la manière dont elle gère sa propre émergence. À travers les opérations par lesquelles s’institue le discours, s’articulent l’organisation textuelle et l’organisation institutionnelle que tout à la fois il présuppose et structure. Le discours constituant n’est donc pas un simple vecteur d’idées, il articule, à travers son dispositif énonciatif, textualité et espace institutionnel. Il y a « constitution », précisément, dans la mesure où le dispositif énonciatif fonde, de manière en quelque sorte performative, sa propre possibilité, tout en faisant comme s’il tenait cette légitimité d’une Source qu’il ne ferait qu'incarner (le Verbe révélé, la Nature, la Raison, la Loi...).

21Je ne vais pas détailler ici les divers invariants de ces discours constituants : « scène d’énonciation », « communauté discursive », « archétexte », etc. Je vais seulement mettre l’accent sur les notions complémentaires d’ « interlangue » et de « code langagier ». La relation qu’un texte entretient avec les ressources langagières met en effet la socialité au cœur du texte, dès lors que le locuteur ne mobilise pas le système linguistique mais une hétérogénéité socio-historiquement définie d’idiomes et d’usages. On retrouve là une des idées fondamentales de Bakhtine. S’agissant de discours constituants, les ressources langagières mobilisées ne peuvent être des instruments neutres, mais elles sont investies comme celles qui sont appropriées à l’univers de sens que prétend imposer le positionnement concerné. Les textes ne se développent pas dans la compacité d'une langue, mais à travers l’interlangue, l’espace de confrontation des variétés langagières : variétés « internes » (usages sociaux variés, niveaux de langue, dialectes...) ou variétés « externes » (idiomes « étrangers »). Distinction qui, au reste, est relative dans la mesure où l’écart entre langue « étrangère » et « non-étrangère » n’est pas invariante : pendant des siècles, pour un Européen lettré le latin n’était pas une langue « étrangère ».

22Une autre caractéristique des discours constituants que j’aimerais souligner ici est le fait qu’ils intègrent une pluralité hiérarchiée de genres de discours : il y a des énoncés plus « prestigieux » que d’autres, car censés au contact immédiat de la Source authentifiante. Une asymétrie s’instaure ainsi entre les textes « premiers » et ceux qui les accompagnent : en particulier ceux qui les commentent. L’analyse des discours constituants ne va donc pas se réduire à l’étude de quelques textes : les oeuvres des grands savants, les grands textes religieux, les chefs d’œuvre de la littérature, etc. Elle doit partir du principe qu’un discours constituant est un espace foncièrement hétérogène. La grande philosophie, la haute théologie, la science noble… sont toujours doublées d’autres genres, moins nobles : manuels scolaires, sermons dominicaux, revues de vulgarisation scientifique… Cette diversité des régimes de production discursive n’est pas un accident : il est de l’essence de ce que nous appelons « littérature » qu’elle fasse l’objet de manuels d’enseignement ou qu’on raconte dans les journaux la vie des grands écrivains.

23Ainsi, on ne peut penser l’inscription sociale des textes si on n’opère pas un déplacement du regard, vers ces pratiques, en particulier celles d’établissement et de commentaire de ces textes, et vers les institutions que cela implique. Les textes premiers relevant des discours constituants sont pris dans un « cadre herméneutique », c’est d’un même mouvement que s’instaurent le texte à interpréter, les pratiques de commentaire et les communautés attachées au commentaire. Idée qui va à l’encontre des représentations communes, pour lesquelles les énoncés « premiers » n’ont pas besoin d’énoncés seconds. Le paradoxe est qu’un texte ne peut être posé comme pouvant se passer de commentaire que s’il fait l’objet d’un commentaire… Les paroles attribuées au Christ semblent d’autant plus énigmatiques qu’une infinité de commentaires s’efforcent de les éclairer.

Les institutions académiques

24Appliquant ce qui vient d’être dit à nos propres activités universitaires, il faut prendre acte du fait que les facultés de lettes, pour l’essentiel, ne font pas autre chose que commenter des textes relevant des discours constituants et que cela n’est en rien indifférent à la définition de leurs frontières et à la légitimation de leurs pratiques.

25Quand on réfléchit en termes d’analyse du discours littéraire, on est bien obligé de se demander dans quelle « discipline » on s’inscrit : non pas par simple souci d’étiquetage, mais parce que les frontières institutionnelles tendent à conditionner les manières de construire et de penser les objets. Les énoncés relevant de la production universitaire ont beau traiter de l’universel, ils sont élaborés localement, dans des lieux qui ne s’effacent pas derrière leur production, qui la façonnent à travers les manière de vivre, de dire et de faire d’agents qui n’ont rien de médiateurs transparents. Suivant la formule de Michel de Certeau sur l’historiographie, une discipline définit « le rapport entre une place (un recrutement, un milieu, un métier, etc.), des procédures d’analyse (une discipline) et la construction d’un texte (une littérature)6 ». Ainsi, « chaque « discipline » garde son ambivalence d’être la loi d’un groupe et la loi d’une recherche scientifique7 ».

26S’agissant d’étude de la littérature, les choses sont loin d’être simples. Fait symptomatique, l’appellation même de « critique littéraire », vigoureusement assumée dans les années soixante, suscite de plus en plus de malaise : nombre de spécialistes l’évitent par mille détours. L’incertitude est non moins grande quand on veut définir ce que recouvre exactement cette « littérature » qu’est censée étudier la discipline universitaire du même nom. Ce n’est pas seulement une incertitude quant au type de textes à prendre en compte (œuvres véritables ou sous-littérature ? anciennes ou contemporaines ? françaises, européennes ou au-delà ?…), c’est aussi une incertitude sur l’extension de ce domaine : faut-il y inclure seulement les textes, ou aller jusqu’au financement des théâtres, aux techniques de fabrication des livres, au statut juridique des écrivains, aux pratiques sociales attachées à la littérature (des visites de maisons d’écrivains aux reportages des magazines en passant par l’enseignement primaire et secondaire, les critiques de journaux, les images qui circulent dans la culture de masse, les prix, les bibliothèques, les loisirs, les adaptations d’œuvres au cinéma ou à la télévision, les traductions, etc.) ? En d’autres termes, va-t-on prendre en compte un patrimoine d’œuvres consacrées ou le fait littéraire dans toute sa complexité ?

27De la réponse à ce type de question dépendent beaucoup de choses, en particulier les qualifications requises pour être un littéraire. Si l’objet de la discipline se ramène à un Thésaurus de grands textes, le vrai littéraire peut se détourner de considérations (sociologiques, psychologiques, linguistiques ou autres), qui sont pour lui « extérieures » à l’essentiel : la relation herméneutique, l’affirmation fondatrice que l’interprète ne peut, de toute façon, être digne du texte qu’il commente, qu’il lit le texte qui d’une certaine façon lui apprend comment il faut lire et comment il faut commenter. À cet égard, il est révélateur que les spécialistes de littérature se groupent essentiellement par siècles et par auteurs, là où dans les sciences humaines ou sociales les découpages se font plutôt par écoles, c’est-à-dire par concepts et par méthodes.

28De là l’ambiguïté foncière de la position du littéraire, si l’on entend par là non toute personne qui étudie la littérature, mais seulement celui qui se légitime par la qualité de sa relation personnelle avec des textes singuliers, celui qui a affaire non à des corpus, mais à des opus. Il est en effet contraint de se donner une double légitimité : celle de l’homme de science et celle de l’herméneute solitaire. Dans cette situation très délicate, on voit se multiplier les modes d’énonciation contournés ; l’emploi d’un terme comme « lecture » est à ce propos tout à fait significatif : un littéraire ne pratique pas la sociologie de la littérature, il fait une « lecture sociologique » des œuvres. Formulation qui présente l’avantage d’invoquer la caution de la sociologie, tout en préservant l’excès qui fonde la relation herméneutique : elle laisse entendre que ce n’est qu’une lecture parmi d’autres d’une œuvre qui de toute façon est inépuisable. Cette ambiguïté se retrouve d’ailleurs chez le philosophe universitaire traditionnel, qui se voue aux patientes besognes de l’histoire de la philosophie, mais tout en ne cessant de rappeler que l’essentiel est ailleurs, dans le « contact vivant » avec l’interrogation philosophique, la confrontation aux textes des grands penseurs. De ce point de vue, le retour en grâce de l’érudition n’a rien de surprenant. Celle-ci présente l’avantage de produire des connaissances, mais sans contraindre le littéraire à s’inscrire dans une démarche de sciences humaines ou sociales. On peut élaborer des programmes d’investigation ambitieux et systématiques, surtout avec l’appui grandissant de l’informatique, sans engager d’options théoriques fortes. Ce faisant, on prolonge en fait le jeu d’esquive dont témoigne le développement à la fin du xixe siècle d’une « histoire littéraire », locus incertus qui n’était ni une véritable herméneutique ni une démarche soumise aux normes des sciences humaines et sociales qui prenaient alors leur essor.

29Ce « double langage » du littéraire n’est pas un discours mensonger ou de mauvaise foi, mais le produit d’un lieu. Le simple amateur de littérature, lui, n’a que faire des disciplines et des chercheurs ; quant à ceux qui assument leur pleine appartenance aux sciences humaines et sociales, ils élaborent des modélisations sans pour autant disqualifier leur travail au profit d’une relation privilégiée avec une Œuvre.

30La situation ambiguë du littéraire trouve un analogue dans l’étude de la religion. Dans certaines universités, surtout hors de France, il existe des sections de « théologie », distinctes de celles d’« histoire des religions » ou d’« anthropologie religieuse ». Les deux types de démarches se distinguent par un point essentiel : la théologie est affaire de croyants et s’adresse à des croyants, alors qu’une science des religions relève des sciences humaines et sociales. Mais, à l’instar de ce qui se passe dans les départements de littérature, l’enseignement dispensé en théologie ne se réduit pas pour autant à un commentaire personnel des textes autorisés, il cherche à s’appuyer sur l’archéologie, la codicologie, l’histoire... Cela se fait toutefois à l’intérieur d’un dispositif qui leur assigne un rôle subalterne : la vérité proprement religieuse est considérée d’un autre ordre. Comme en littérature, il ne saurait être question d’y commenter n’importe quel texte, mais seulement les œuvres véritables, celles qui appartiennent au Thésaurus qui fonde la communauté des herméneutes, patrimoine dont l’interprète est l’héritier responsable.

31La similitude avec les pratiques d’études de la « littérature » dans les facultés de lettres s’impose donc. De part et d’autre, on se nourrit de savoirs qu’on pourrait dire positifs, mais qui, dans le mouvement même où on les pose, sont mis au service d’une exigence plus élevée, qui leur donne sens, celui d’un contact vivant et personnel avec une Source : les sciences humaines et sociales doivent « éclairer » le texte, rien de plus.

32Il y a néanmoins une différence essentielle entre les départements de théologie et ceux de « littérature » : la théologie assume son statut fondamentalement herméneutique et affirme fortement la souveraineté du « sens spirituel ». En tant que tel, un théologien ne peut se dire « chercheur », ou alors il n’agit plus en tant que théologien. En revanche, la position institutionnelle du spécialiste de littérature l’oblige à se dire chercheur, et donc à ne pas afficher trop ouvertement ce par quoi sa démarche reste irréductible à celles des sciences humaines et sociales.

33Tant que l’étude du « contexte » a été prise en charge par des approches de type historique qui cherchaient à « éclairer » l’interprétation personnelle des textes, télos de la réflexion sur la littérature, il était facile de renvoyer les sciences humaines et sociales à la gestion des auteurs mineurs et des aspects périphériques de l’activité littéraire. Mais lorsqu’on sort de cette configuration, qu’on raisonne en termes de « discours », on ne peut plus faire fonctionner efficacement une hiérarchie entre la relation herméneutique et l’éclairage du « contexte » par des savoirs auxiliaires. Désormais, un partage se fait entre des recherches qui se définissent dans l’espace des sciences humaines et sociales – ce qui est le cas précisément de l’analyse du discours – et une « recherche », qui ne peut se dire qu’entre guillemets, qui convoque à son gré des savoirs pour enrichir des « lectures » qui s’affirment irrémédiablement d’un autre ordre.

34C’est là une conséquence du statut de discours constituant de la littérature. Le littéraire, qu’il en soit conscient ou non, est mandaté par la société pour contribuer à la gestion d’une part essentielle de son Thésaurus, pour faire vivre la mémoire et les valeurs collectives. Qu’il le veuille ou non, il est partie prenante dans la vie culturelle et dans l’enseignement. Il a fondamentalement affaire à des opus, à des œuvres singulières, à des totalités autonomes avec lesquelles sa conscience singulière entre en dialogue. En revanche, les tenants des sciences humaines et sociales n’appréhendent que des corpus – quand bien même ce corpus se réduirait à un texte unique – et la singularité n’y est saisie qu’en tant qu’elle instancie des invariants ; le chercheur ne s’engage pas dans une relation à une totalité textuelle porteuse d’un message énigmatique : il ne peut définir que des approches limitées, circonscrites par sa problématique.

35P. Bourdieu n’a cessé, sans grand succès, de dénoncer la relation « illusoire » et intéressées qu’entretiendraient les spécialistes de littérature avec leur objet, d’affirmer contre eux les vertus de l’ « objectivation » sociologique8. Comme s’il voulait substituer, le vrai savoir au faux. Mais dissiper la relation herméneutique, cela reviendrait à récuser le statut même de la littérature dans la société. Toute prétention à la maîtrise, d’un côté ou de l’autre, est vouée à l’échec. Si l’on peut reprocher quelque chose au littéraire traditionnel, ce n’est pas de s’inscrire dans un cadre herméneutique, mais plutôt de vouloir cumuler les privilèges de l’homme de science et ceux de l’herméneute.

36Dans ces conditions, on comprend qu’une démarche d’analyse du discours littéraire puisse difficilement s’accommoder du découpage institutionnel actuel, qui accorde inévitablement la prééminence à la relation herméneutique à des œuvres consacrées. Nombre de littéraires pensent de bonne foi qu’ils reconnaissent pleinement la légitimité d’autres « approches » de la littérature ; mais cette tolérance trouve vite ses limites : les sciences humaines et sociales sont soit reléguées au rôle de pourvoyeuses de savoirs auxiliaires, soit mises en demeure de répondre aux questions que se posent les littéraires et dans les termes mêmes où ils se les posent. Reconnaître aux sciences humaines et sociales un rôle qui ne soit pas ancillaire, cela exige qu’on modifie certaines représentations profondément enracinées, qu’on cesse d’opposer l’univers de la création véritable, solidaire de l’herméneutique qui s’en nourrit, à un univers de méthodes « grossières » qui seraient vouées à modéliser des réalités triviales.

37L’intervention de problématiques d’analyse du discours dans le domaine des « humanités » traditionnelles est le résultat d’une reconfiguration générale du savoir, pas seulement une rectification locale de frontière au sein des facultés de lettres. Ces questions ne s’étaient jamais posées jusque là avec une telle acuité, et elles ne pourront recevoir des solutions simples, dans la mesure où bien souvent, en fonction de leurs activités, les mêmes personnes adoptent tantôt une démarche de sciences humaines et sociales, tantôt une démarche herméneutique. Sans doute n’y a-t-il pas d’approche des sciences humaines et sociales qui ne se nourrisse d’une relation herméneutique plus ou moins avouée, mais cela ne signifie pas que les deux démarches doivent être confondues. Ce serait déjà une avancée significative si l’on prenait conscience de leur hétéronomie et qu’on en tirait les conséquences.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1992.

Certeau (Michel de), L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974.

Maingueneau (Dominique), « L’énonciation philosophique comme institution discursive », Langages, n° 119, 1995, pp. 40-62.

Maingueneau (Dominique), Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993.

Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), « L’Analyse des discours constituants », Langages, no 117, 1995, pp. 112-125.

Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, « Folio », 1987 [1954].

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), « L’Analyse des discours constituants », Langages, no 117, 1995, pp. 112-125.
2 Maingueneau (Dominique), Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993 ; Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.
3 Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, « Folio », 1987 [1954], p. 134.
4 Voir IIIe partie, chapitre 9.
5 Maingueneau (Dominique) & Cossutta (Frédéric), op. cit. (supra note 1).
6 Certeau (Michel de), L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, p. 64.
7 Ibid., p. 69.
8 Voir en particulier Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1992.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « Quelques implications d’une démarche d’analyse du discours littéraire », COnTEXTES [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/93 ; DOI : 10.4000/contextes.93

Haut de page

Auteur

Dominique Maingueneau

Université Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page