Navigation – Plan du site

L’investissement des blogueurs littéraires dans la prescription et la reconnaissance: compétences et ambitions

Géraldine Bois, Olivier Vanhée et Émilie Saunier

Résumés

Si les acteurs traditionnels de l’univers littéraire (éditeurs, écrivains, libraires, organisateurs de manifestations littéraires) accordent encore peu de pouvoir de prescription et de reconnaissance des livres aux blogs de lecteurs, ils les intègrent de plus en plus dans leurs stratégies de promotion et ils reconnaissent à certains blogueurs un haut niveau d’expertise sur des secteurs éditoriaux particuliers. Les blogs de lecteurs ne peuvent donc être compris seulement en rapport avec l’univers spécifique qu’est la « blogosphère ». L’objectif de cet article est ainsi de s’intéresser aux rapports des blogueurs aux enjeux de l’univers littéraire dans son ensemble. À partir d’une analyse approfondie de quatre blogs de lecteurs très différents (entretiens avec leurs responsables et analyse du contenu de leur blog), l’article met au jour les compétences variées de ces critiques littéraires « amateur » et prend la mesure de leurs ambitions à jouer un rôle dans la prescription et la reconnaissance des livres de littérature.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette catégorisation permet de distinguer les blogs dont relève notre étude des blogs tenus par des (...)
  • 2 Nous emploierons nous-mêmes cette expression dans la suite de cet article. Un blog est un site Inte (...)
  • 3 Par « littérature », nous entendons non seulement la « littérature générale » mais aussi la littéra (...)
  • 4 Internet fait ainsi « appar[aître] des amateurs sur la scène publique » et « ôte le privilège d’acc (...)
  • 5 Par « pouvoir de prescription », nous entendons un pouvoir d’influence sur le choix des lecteurs. Q (...)

1Depuis le début des années 2000, les blogs de critique littéraire « amateur1 » (souvent appelés « blogs de lecteurs2 ») se sont multipliés sur Internet. Ils ont plus récemment suscité l’attention de journalistes de la presse littéraire et culturelle, de jurys de prix littéraires, ou encore d’organisateurs de manifestations littéraires, qui s’interrogent sur leur pouvoir de prescription, les font témoigner sur leur activité, voire même évaluent la qualité de leurs critiques et sollicitent leurs avis sur des ouvrages. Du fait de leurs commentaires et de leur nombre parfois important de visiteurs, ces blogs contribuent à la visibilité et au travail d’évaluation des livres de littérature3. Grâce à Internet, leurs auteurs accèdent à une parole publique, auparavant réservée à la critique littéraire professionnelle de la presse ou des médias audiovisuels4. Se pose alors la question du pouvoir de prescription et de consécration5 de ce nouvel outil d’information.

  • 6 Denis (Benoît), « La consécration », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010. (...)
  • 7 Cette enquête a été financée par le Ministère de la Culture et de la Communication français dans le (...)

2Filant la métaphore religieuse, Benoît Denis note que la sacralité produite par le processus de consécration s’obtient, dans le cadre confessionnel, par l’intermédiaire d’un agent mandaté (le prêtre), « c’est-à-dire pourvu d’une autorité reconnue et agissant au nom d’une instance supérieure et transcendante (la divinité)6 ». Mais, poursuit Benoit Denis, qui possède et s’autorise à posséder un tel pouvoir pour la chose littéraire ? En vertu de quels principes, de quelles croyances et de quelle autorité ? L’enquête sur laquelle est basé cet article7 entre au cœur de ces questions en analysant le rôle joué par les blogs de lecteurs dans la prescription et la reconnaissance des livres de littérature, non pas au sens de l’impact effectif et mesurable (par le biais des chiffres de vente d’un livre suite à une critique publiée sur un blog par exemple), mais au sens du rôle que les acteurs traditionnels de l’univers littéraire attribuent aux blogs de lecteurs et du rôle que les blogueurs eux-mêmes s’attribuent dans le cadre de leur activité de commentaire des livres.

  • 8 7 éditeurs, 3 libraires et 3 organisateurs de manifestations littéraires ont été interrogés.

3Les entretiens menés avec cinq écrivains, plus ou moins reconnus, et avec des professionnels du livre (principalement des éditeurs, des libraires, ainsi que des organisateurs de manifestations littéraires, petits et grands8) montrent que ces acteurs traditionnels ont intégré les blogs dans leurs pratiques de promotion des livres. Cependant, les compétences et les rôles qu’ils confèrent aux blogs de lecteurs perpétuent plus qu’ils ne remettent en cause les frontières entre ces blogs et la critique professionnelle. Ainsi, en comparaison des médias traditionnels, les blogs sont crédités d’un faible pouvoir de consécration et de prescription, excepté dans des secteurs éditoriaux particuliers (littérature étrangère ou littérature de « genre » notamment), où peuvent émerger des figures d’experts amateur susceptibles de concurrencer les professionnels. Ce que les acteurs traditionnels du livre apprécient dans les critiques de ces blogueurs experts, ce sont leur haut degré de spécialisation et leurs compétences argumentatives, et c’est donc sous la condition de repérer chez eux de telles compétences qu’ils leur accordent un véritable rôle dans la prescription et la reconnaissance des ouvrages.

4Mais dans quelle mesure les blogueurs eux-mêmes souhaitent-ils tenir ce rôle ? C’est cette question, forcément liée à celle des compétences littéraires dont ils disposent, que nous souhaitons traiter dans cet article.

  • 9 S’y expriment diverses prises de position, par rapport aux autres blogs mais aussi par rapport à de (...)
  • 10 Becker (Howard), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, « Champs Arts », 2010.
  • 11 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Po (...)

5Nous évoquerons dans un premier temps les points communs et les différences entre les blogueurs du point de vue de leur socialisation littéraire et du contenu de leur blog9. Cela nous permettra de cerner les compétences dont ils disposent pour comprendre, dans un second temps, leurs prises de position par rapport aux enjeux de l’univers littéraire dans son ensemble. Ces blogueurs occupent une position bien particulière qui conduit, pour les situer, à évaluer l’efficacité descriptive des outils conceptuels existant en sociologie. Les blogueurs ne participent en effet pas seulement à l’univers spécifique qu’est la « blogosphère » puisqu’ils coopèrent avec des acteurs traditionnels de l’univers littéraire (éditeurs notamment). Parce qu’ils contribuent ainsi à faire exister des livres de littérature, ils appartiennent tous au « monde » littéraire au sens d’Howard Becker10. Dans le même temps, on ne peut pas dire que tous participent au « champ » littéraire au sens d’espace de luttes pour la reconnaissance de certains acteurs et certaines œuvres plutôt que d’autres11. Sur ce point sera évaluée la volonté des blogueurs d’influencer la prescription et la reconnaissance des livres de littérature, au travers notamment de leurs prises de position à l’égard des instances de consécration établies.

Cadre méthodologique

  • 12 Comme la plupart des blogs de lecteurs que l’on trouve sur Internet, les noms de ces quatre blogs f (...)
  • 13 Ces quatre blogueurs sont français. Nous avons respecté leurs souhaits d’anonymisation : prénom et (...)
  • 14 Sur chacun des blogs, dix billets commentant un roman français contemporain ont été analysés.

6Le matériau sur lequel est basé cet article consiste en une analyse approfondie de quatre blogs : L’Anagnoste, Biblioblog, Les Livres de George et un blog dont la responsable, « Catherine », a souhaité qu’il reste anonyme, et que nous avons nommé « Manon et les livres 12. Nous avons mené des entretiens avec les responsables de ces quatre blogs (nommés respectivement Éric Bonnargent, Laurence, George et Catherine13) et analysé le contenu des quatre blogs, notamment les billets que ces blogueurs y publient14.

7Ces blogueurs ont en commun de tenir des blogs plutôt actifs (ils postent de une à cinq critiques par semaine) et relativement visibles (ce qui augmente leurs chances d’être repérés par des acteurs traditionnels de l’univers littéraire et de prendre position par rapport à eux).
Leur visibilité a été approchée en mobilisant une distinction qui fait généralement sens au sein des univers de production culturelle : l’opposition entre la reconnaissance par le « nombre » (large visibilité) et la reconnaissance par la « qualité » (jugement des « experts »). Nous avons décidé de mobiliser les deux classements dont les critères se rapprochent le plus de ces deux formes de reconnaissance : d’un côté, le classement effectué par le site Wikio (où figuraient les blogs de George et de Catherine) et, de l’autre, la sélection de blogs disponible dans la rubrique Signets du site de la Bibliothèque Nationale de France (blogs d’Éric Bonnargent et de Laurence). Créé en 2006, le site Wikio classe les blogs les plus visibles sur Internet selon un critère quantitatif relatif à « l’influence » des blogs (i. e. le nombre de liens qui pointent vers eux) et non à leur audience (i. e. le nombre de visiteurs ou le nombre de fois où une page est vue). La sélection de blogs de la BNF est quant à elle réalisée par des bibliothécaires, c’est-à-dire par des professionnels « experts » en matière de littérature, en fonction de critères davantage liés à la qualité du contenu des blogs. Ainsi, sans prétendre à la représentativité, cette population de quatre blogueurs est-elle diversifiée, comme le montre l’analyse de leurs compétences et prises de position.

Des compétences différenciées : La socialisation littéraire des blogueurs et le contenu de leur blog

Un fort capital culturel mais des socialisations littéraires différenciées

  • 15 En 2008, 16 % des Français ont lu « 20 livres et plus » au cours des 12 derniers mois, et, parmi le (...)

8Les quatre blogueurs se caractérisent tous par leur forte dotation en capital scolaire : ils sont bacheliers, ont suivi des études supérieures et ont obtenu un diplôme de niveau bac + 4 (Éric Bonnargent, Catherine et Laurence) ou de niveau bac + 5 (George). Ils appartiennent aux fractions diplômées des classes moyennes ou supérieures, et leur investissement dans la tenue d’un blog de lecture est cohérent avec les habitudes et les goûts culturels liés à leur position dans l’espace social. Ils ont ainsi une pratique de lecture très régulière et importante : un à trois livres par semaine pour Laurence et Éric Bonnargent, plus du double pour George et Catherine, soit une vingtaine de livres par mois15.

  • 16 Éric Bonnargent a été contacté, via son blog, par les responsables du Magazine des Livres pour publ (...)

9Toutefois, la variation des conditions de socialisation littéraire et des trajectoires scolaires et professionnelles de nos quatre blogueurs explique qu’ils ne sont pas dotés des mêmes compétences littéraires. Seule Laurence a connu une familiarisation précoce à la lecture par sa mère, qui était infirmière (comme les parents des autres enquêtés, son père travaillait dans une entreprise du secteur privé éloignée du domaine culturel et lisait peu). Les quatre blogueurs se distinguent surtout selon leur type de capital scolaire et leur parcours professionnel. Éric Bonnargent, titulaire d’une maîtrise de philosophie, est professeur certifié. Son activité de blogueur l’a progressivement amené à chroniquer des livres dans la presse également16. Laurence, titulaire d’une maîtrise de Lettres modernes, est directrice d’une association de promotion de la lecture. George est rédactrice en télétravail. Après avoir obtenu un DEA, elle a entamé une thèse de Lettres modernes qu’elle n’a pas achevée. Ces trois blogueurs ont acquis des compétences littéraires dans le cadre de leurs études secondaires (filière littéraire au lycée) et supérieures. Catherine est la seule à ne pas avoir fait d’études littéraires : titulaire d’un master de gestion, elle a suivi des études en série scientifique au lycée. Catherine a travaillé comme développeuse dans l’informatique et comme chef de projet dans un groupe d’assurances avant d’interrompre ses activités professionnelles pour des raisons de santé.

Des blogs plus ou moins spécialisés

10La première manière dont les compétences littéraires des blogueurs se manifestent dans leur blog concerne la place qu’y occupent les commentaires d’ouvrages de littérature. Aux blogs centrés sur la seule critique littéraire s’opposent des blogs traitant d’une diversité de sujets, y compris la vie quotidienne et personnelle du blogueur. Éric Bonnargent ne publie que des critiques d’ouvrages littéraires et des entretiens avec des auteurs. Laurence revendique de traiter uniquement de littérature et elle prend ainsi ses distances avec une grande partie des « blogs de lectrices », dont elle critique l’hétéronomie : « Y a quand même des blogs où à force […] de raconter la vie du p’tit dernier, on cherche les liens sur les livres. »

11Contrairement à ceux d’Éric Bonnargent et de Laurence, les blogs de Catherine et de George n’ont pas été créés pour traiter spécifiquement de littérature, même s’ils se sont ensuite spécialisés dans ce domaine. Si elle parle essentiellement de livres sur son blog, Catherine y traite aussi de ses activités domestiques, de musique, de sa maladie. George fait parfois mention de sa vie privée dans ses chroniques de livres. Par contraste, Éric Bonnargent et Laurence ne livrent aucune information sur leur vie privée et sur leur quotidien.

Des manières différentes de parler des livres

  • 17 Renard (Fanny), Les Lycéens et la lecture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Paideia », 2 (...)

12Les quatre blogueurs étudiés se distinguent par leurs compétences en matière d’analyse littéraire et de rédaction de commentaires. Parmi eux, ce sont Éric Bonnargent et Laurence qui mettent en œuvre les commentaires les plus analytiques et lettrés. Les commentaires analytiques témoignent d’une attention formelle à la spécificité littéraire des textes et au travail d’écriture et mobilisent des savoirs de type linguistique, historique et littéraire, Une dimension participative est nettement plus sensible dans les commentaires rédigés par George et Catherine. Les commentaires participatifs17 mettent en relation l’œuvre lue avec des expériences vécues et se traduisent le plus souvent par une forte implication subjective du blogueur.

13Éric Bonnargent et Laurence sont très attentifs aux procédés narratifs et aux figures de style. Laurence évoque ainsi le choix de la voix du narrateur à propos de Csillag, un roman de C. Royer : « La narration à la première personne permet au lecteur d’être au plus près des doutes et errements de la jeune femme. » George ne se contente pas non plus de résumer l’intrigue des romans qu’elle commente, elle en décrit la construction. À la différence de ces trois blogueurs, Catherine commente peu ces différents aspects littéraires.

14L’écriture ne fait pas non plus l’objet de la même attention critique de la part des blogueurs. Éric Bonnargent commente très souvent le style d’écriture des auteurs et il apprécie par exemple le travail formel sur le langage dans le roman Liquide de P. Annocque : « Annocque se joue de la syntaxe, la ponctuation étant réduite à son strict minimum, pour rythmer les flux. Les paragraphes, les chapitres se terminent le plus souvent au beau milieu de phrases dont la fin amorce les suivants. »

15Les quatre blogueurs ont enfin une inégale propension à situer l’œuvre commentée dans l’histoire littéraire. Laurence mentionne régulièrement des titres de livres, des auteurs, des genres littéraires pour situer le livre chroniqué. Dans leurs commentaires, Éric Bonnargent et George convoquent aussi souvent des références littéraires. George écrit par exemple que le « portrait de couple atypique » d’un roman (I. Coudrier, Va et dis-le aux chiens) tend à le « rapprocher du Aurélien d’Aragon ». Par contraste, Catherine se réfère moins fréquemment à des œuvres ou à des courants littéraires.

16La lecture plus distanciée et savante dont témoignent les commentaires de certains blogueurs leur sert en outre pour prendre position et se situer au sein de la blogosphère. Ces prises de position ont même abouti à l’élaboration de hiérarchies internes. Éric Bonnargent a en particulier élaboré et diffusé une distinction entre « blogs littéraires » et « blogs de lecture », en se fondant notamment sur un critère de compétence littéraire :

Alors, les blogs de lecture, […] ils se contentent d’un avis "j’aime, j’aime pas", euh pour telle ou telle raison. Alors que ce qu’on va appeler les blogs littéraires, il y a un peu plus d’exigence et on va mettre en perspective un thème, un texte dans l’histoire de la littérature, les courants de pensée. Le blog littéraire est beaucoup plus technique que le blog de lecture.

17Comme la dimension analytique du commentaire des ouvrages, la dimension participative est plus ou moins développée et revendiquée chez les quatre blogueurs. Elle est particulièrement sensible dans le style d’écriture de Catherine. Celle-ci use abondamment du pronom personnel « je » et d’un style non académique, proche du langage parlé spontané :

Je le dis d’emblée, ce livre est un gros coup de cœur !
(C. Dupont-Monod, Nestor rend les armes)

J’ai refermé ce livre scotchée et il m’a fallu du temps pour reprendre pied avec la réalité.
(A. Percin, Le premier été)

18Lorsqu’elle décrit l’objectif de son blog, elle se démarque elle-même d’une lecture analytique : « C’est parler de mes lectures en expliquant comment j’ai vécu la lecture. Avec mes ressentis. Je ne suis pas là pour décrypter un style, l’analyser, le comparer. C’est vraiment dire quel ressenti j’ai eu à la lecture. »

  • 18 Pinto (Louis), « L’émoi, le mot, le moi », Actes de la recherche en sciences sociales, no 1, vol. 8 (...)

19De même, George emploie très souvent points d’exclamations et pronoms personnels. Les commentaires de ces deux blogueuses, et parfois aussi de Laurence, puisent dans le registre de l’émotion ressentie face à la lecture. Éric Bonnargent privilégie au contraire les tournures impersonnelles ou les « formes d’expression revendiquant une valeur universelle18 ».

20L’étude de la socialisation littéraire des quatre blogueurs et du contenu de leurs blogs permet ainsi de mettre au jour des compétences littéraires différenciées, c’est-à-dire les ressources dont ils disposent pour prendre position sur des questions proprement littéraires et en particulier sur l’enjeu principal de l’univers littéraire qu’est la question de la prescription et de la reconnaissance des livres. Dans quelle mesure pensent-ils jouer un rôle dans ce domaine et se perçoivent-ils comme des concurrents des instances de consécration établies ?

Influencer la prescription et la reconnaissance des livres : un objectif inégalement partagé par les blogueurs

21Étant donné les compétences différenciées des blogueurs, on ne sera pas étonné de constater qu’Éric Bonnargent est, parmi nos quatre blogueurs, le plus investi dans les enjeux de prescription et de reconnaissance des livres, tandis que George et Catherine sont les plus éloignées de ces préoccupations et que Laurence occupe une position intermédiaire.

Un rôle de promotion et de prescription des livres plus ou moins assumé

22Les quatre blogueurs assument à des degrés divers un rôle de promotion et de prescription des livres. Sur ce point, on peut distinguer, d’un côté, Éric Bonnargent et Laurence qui assument ces rôles, et de l’autre, Catherine et George qui s’en désintéressent davantage ou qui doutent de leur pouvoir dans ce domaine.

23L’objectif premier des blogueurs n’est pas forcément de promouvoir des livres qu’ils ont appréciés, comme en témoigne la place parfois importante des critiques négatives dans les billets postés. C’est sur le blog de George que les critiques négatives sont les plus fréquentes. La plupart des dix billets analysés sur ce blog émettent un avis très mitigé, et le billet le plus long est aussi celui qui est le plus critique. En entretien, George explique qu’elle rédige un billet sur tous les livres qu’elle lit : elle ne sélectionne donc pas les livres qu’elle aurait particulièrement envie de défendre.

24Les critiques négatives - ou du moins réservées - sont aussi assez présentes sur le blog de Catherine, qui peut cependant prendre ses distances avec les jugements négatifs, non pas par volonté de défendre des livres par le biais de son blog mais plutôt par souci de se distinguer des critiques littéraires professionnels, qu’elle juge trop sévères.

25Laurence et Éric Bonnargent se tiennent bien plus à distance de la critique négative. De fait, l’échantillon de critiques analysées sur leur blog ne porte que sur des livres qu’ils ont appréciés. Laurence ne refuse pas toute critique négative (elle affirme même sa liberté d’émettre une telle critique), mais elle constate qu’elle en écrit de moins en moins. Chez Éric Bonnargent, la distance à la critique négative est plus affirmée et elle est aussi plus explicitement associée à un souci de promotion des ouvrages sur son blog. C’est ce qui le conduit à ne pas chroniquer tous les livres qu’il lit (attitude inverse de celle de George) :

On ne fait pas de critiques négatives. […] On préfère faire aimer des livres plutôt que de les descendre ! […] On préfère inciter à lire plutôt qu’inciter à ne pas lire !

26Certaines rubriques de L’Anagnoste témoignent également du rôle de promotion assumé par ce blog, comme c’est le cas des rubriques « Éditeurs sachant éditer » et « Auteurs sur les hauteurs », qui mettent en avant les éditeurs et les écrivains appréciés sur le blog.

27La croyance dans le pouvoir de prescription – c’est-à-dire d’influence sur les lecteurs – de leur blog est aussi inégale chez nos quatre blogueurs. Elle est plutôt forte chez Laurence, qui se compare à une bibliothécaire ou à une libraire donnant des conseils à des lecteurs, et qui parle des réactions des lecteurs de son blog en soulignant ce pouvoir d’influence. Cette croyance est aussi présente chez Éric Bonnargent qui, sans nier le fort pouvoir de prescription des médias traditionnels et des grands prix littéraires, pense que L’Anagnoste a contribué à faire connaître des petits éditeurs et des auteurs qu’il qualifie d’« exigeants », n’ayant pas accès à ces canaux de reconnaissance. Plus qu’un pouvoir d’influence sur des lecteurs, Catherine accorde à son blog une fonction de partage de goûts littéraires :

 - Est-ce que vous pensez que vous avez une certaine influence sur les lecteurs ?
- Parler d’influence… euh… Je sais que oui j’ai des retours ! On me dit : "Oui, j’ai lu le livre que tu as beaucoup aimé, moi aussi je l’ai aimé."
- Des gens qui grâce à vous sont amenés à lire peut-être davantage vous pensez ?
- Peut-être davantage ou qu’ils se reconnaissent un peu dans mon billet, dans ce que j’aime, dans mes choix de lecture. C’est comme moi, y a des blogs que je vais suivre plus parce que, voilà, j’ai plus d’affinités littéraires.

28On voit ici que Catherine se considère davantage comme une lectrice que comme une prescriptrice de livres. Rappelons qu’elle est la seule parmi les quatre blogueurs interrogés à ne pas avoir suivi de formation littéraire, ce qui peut expliquer en partie cette difficulté à s’affirmer comme une prescriptrice. Quant à George, elle pense avoir une influence sur les autres blogueurs mais elle doute davantage de son pouvoir de prescription en dehors de ce cadre.

Des concurrents des instances de consécration traditionnelles ?

  • 19 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit.
  • 20 Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en (...)

29Dans une perspective proche de la théorie des « champs19 », on peut considérer que la participation à la lutte pour la reconnaissance propre à un univers spécifique passe - pour les dominés de cet univers - par des stratégies de subversion des positions établies. Or, à l’instar de ce que l’on observe dans toute relation de domination, les attitudes possibles vis-à-vis des instances de consécration dominantes sont variables, et la contestation n’est qu’une attitude parmi d’autres possibles20. Certains blogueurs acceptent en effet le pouvoir de ces instances plus qu’ils ne le contestent.

Les prises de position vis-à-vis de la critique professionnelle

  • 21 « Littérature & Internet, Éric Bonnargent (alias Bartleby) vs Marc Villemain », Le Magazine des Liv (...)

30On observe que seul Éric Bonnargent se considère, en tant que blogueur, comme un concurrent de la critique littéraire professionnelle. Il a l’ambition de faire de son activité sur son blog une activité de « critique littéraire » (« Je suis blogueur, je tiens un blog. Mais, effectivement, ce qu’on essaie de faire, c’est de la critique littéraire »). Ce positionnement transparaît dans la mise en concurrence qu’il opère entre critique amateur sur les blogs et critique professionnelle. Selon lui, « l’éclosion des blogs vient incontestablement d’un mécontentement envers la critique traditionnelle21 ». Il estime également que les commentaires de livres postés sur les « bons » blogs littéraires sont de meilleure qualité que ceux que l’on trouve dans la presse traditionnelle, qui ont comme défauts d’être trop superficiels car soumis à un calibrage, et peu objectifs du fait du manque d’indépendance des titres de presse vis-à-vis des grands groupes d’édition.

31Ainsi, selon Éric Bonnargent, les critiques des médias classiques ne sont pas bien placés pour juger de la qualité d’un livre alors que les blogueurs peuvent jouer ce rôle, y compris en « dénichant des talents ignorés de la presse écrite » ou en faisant connaître des auteurs avant que la critique professionnelle ne s’y intéresse :

On peut voir qu’un gars comme Roberto Bolaño, ce sont les blogs qui l’ont fait connaître. On en a parlé bien avant sur les blogs, avant que la presse s’en empare à cause de ce succès. Mais moi la première fois que je l’ai lu, c’est grâce à Internet ! Je n’en avais jamais entendu parler dans la presse écrite.

  • 22 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 262.
  • 23 Le fait que, contrairement au précédent, ces trois blogueurs soient des femmes, contribue certainem (...)

32Ce positionnement d’Éric Bonnargent comme concurrent de la critique littéraire professionnelle doit être rapporté au fait que, contrairement à beaucoup de blogueurs, il n’utilise pas de pseudonyme pour exercer son activité de critique. En affichant son nom, il montre en quelque sorte son ambition de peser dans le champ de la critique (où la reconnaissance est liée à la capacité à « se faire un nom22 »). L’attitude des trois autres blogueurs interrogés vis-à-vis de l’usage du pseudonyme est aussi révélatrice de leurs positionnements à l’égard de leur activité de blogueur et de la critique littéraire professionnelle23. Sur Biblioblog, Laurence utilise son vrai prénom mais elle ne souhaite pas que son nom de famille apparaisse car elle ne veut pas que son blog « se professionnalise ». George utilise quant à elle un pseudonyme qui lui a été attribué par d’autres blogueurs et qu’elle a accepté avec plaisir. Catherine utilise elle aussi un pseudonyme et, comme on l’a vu, elle est la seule des quatre blogueurs rencontrés qui refuse que le nom de son blog soit cité dans le cadre de cette recherche. Si ces trois blogueuses peuvent parfois critiquer les commentaires de livres publiés par les médias traditionnels, elles le font davantage comme lectrices que comme concurrentes assumées des critiques professionnels. Elles ont davantage une attitude de distance respectueuse vis-à-vis de l’univers de la critique professionnelle (Laurence), d’acceptation de leur pouvoir de consécration (Catherine), ou de dénonciation sans que cela ne s’accompagne d’une volonté de la concurrencer (George).

33Comme Éric Bonnargent, Laurence regrette la superficialité des avis et le manque d’indépendance de la critique traditionnelle par rapport aux maisons d’édition. Pour autant, elle ne perçoit pas les blogs comme susceptibles de concurrencer ces professionnels. Dans son entretien, elle définit à plusieurs reprises les blogueurs comme des « lecteurs », en assimilant leurs manières de faire à « tous les lecteurs », y compris à ceux qui ne tiennent pas de blog. Elle pense également que leurs ambitions sont radicalement différentes de celles des professionnels :

  • 24 Laurence fait ici référence au billet du blog de Pierre Assouline intitulé « La critique littéraire (...)

Y a quelques années, Pierre Assouline nous avait expliqué que nous, les petites blogueuses, on se prétendait critiques littéraires, mais qu’être critique littéraire c’est un métier24. Ce qui m’avait bien fait rire parce que je ne me prétends pas être critique littéraire. [...] Je ne veux pas faire de ça mon métier. » ; « On n’est pas dans la même cour ! C’est pas une question de hiérarchie, mais on ne fait pas les mêmes choses… Nous, c’est pas notre métier, c’est une passion. On n’est pas sur le même registre, on ne s’adresse pas aux mêmes personnes.

  • 25 Flory (Eli), « Au pays des blogs de lecteurs », Le Magazine des Livres, avril 2009.

34Dans l’interview accordée au Magazine des Livres25, elle estime même que les critiques professionnels restent les tenants d’une critique littéraire approfondie, là où les blogueurs ont davantage un rôle de lecteurs, partageant leurs goûts :

Le ton et la teneur des billets sont souvent très éloignés des articles de la presse professionnelle, peut-être plus simples, plus directs ; mais c’est ce qui en fait tout le charme. Je crois qu’aujourd’hui, si l’on veut avoir une étude fouillée et approfondie sur un auteur ou un roman, on se dirigera vers les magazines littéraires. Si on veut simplement savoir si tel ou tel roman nous plaira, on va instinctivement consulter les blogs pour lesquels on a des affinités.

35À côté d’une remise en question parfois radicale des critiques professionnels, Laurence fait en outre preuve de respect vis-à-vis de ces mêmes critiques. C’est par exemple une distance respectueuse qui domine lorsqu’elle émet des réserves sur le blog de Pierre Assouline :

Y a le blog de Pierre Assouline qui est très connu […], je ne le lis jamais. Parce qu’il y a toujours la même équipe, qui … prennent le billet de Pierre Assouline comme prétexte pour se perdre dans des discussions plus ou moins contestables et donc […] on cherche le rapport avec ce que Pierre Assouline a pu dire. […] Mais lui, il n’y est pour rien ! […] Et Pierre Assouline, c’est Pierre Assouline. Je vais pas commenter son blog.

36Catherine adresse quant à elle très peu de critiques aux journalistes des médias traditionnels, mise à part une forme de mépris de l’intrigue, qui peut être dévoilée sans ménagement, aux dépens des lecteurs. Catherine se positionne ici davantage comme une lectrice qui consulte la presse spécialisée que comme une critique en situation de la concurrencer. Elle se définit elle-même comme une « lectrice qui donne ses avis » et elle ne pense pas avoir un statut différent des lecteurs qui ne tiennent pas de blog (« C’est pas parce qu’on a un blog que les blogs sont plus légitimes que l’avis d’un lecteur qui n’a pas envie d’avoir un blog »). Catherine fait en outre preuve d’un haut degré d’acceptation du pouvoir de la critique professionnelle : en concourant activement pour le « grand prix des blogueuses » organisé par le magazine Elle, elle s’est mise en situation d’être évaluée par les rédacteurs d’un magazine professionnel.

37Contrairement à Catherine, George, qui a aussi davantage de compétences littéraires, a un regard très négatif sur la critique professionnelle. Elle lui reproche son manque d’objectivité, qu’elle lie étroitement à son manque d’indépendance vis-à-vis des auteurs et des éditeurs. Mais chez George, ces reproches ne s’accompagnent pas d’une volonté de concurrencer la critique professionnelle. George pense que les blogs de lecteurs ont plus d’objectivité du fait de leur indépendance, mais elle ne met à aucun moment les deux espaces de critique sur le même plan. Elle insiste plutôt sur leur défiance réciproque (« On se fait insulter parce qu’on n’est pas des critiques professionnels »). George se défend également de toute volonté de professionnalisation de son activité de critique : comme Laurence et Catherine, elle se définit comme une « lectrice » qui émet « des opinions », et elle déclare sur son blog que sa « seule ambition » est de « [s]e faire plaisir, d’écrire sur [s]es lectures ».

Les prises de position vis-à-vis des autres instances de consécration

  • 26 Ce blogueur entend ainsi intervenir dans plusieurs des étapes du « processus de légitimation des œu (...)

38Les éditeurs et les prix littéraires sont les deux autres instances de consécration à propos desquelles on peut observer des prises de position des blogueurs. Les blogueurs interrogés ont généralement une attitude d’acceptation du pouvoir de consécration éditoriale, et seul Éric Bonnargent, une fois encore, le remet en question. Tout en reconnaissant l’importance du travail éditorial de sélection, il pense que la plupart des principaux éditeurs ne le font pas correctement. Ici encore, il se pose comme un concurrent des éditeurs, puisqu’il lui arrive de chroniquer des textes d’auteurs non publiés ou publiés seulement en ligne ou en revue (« On met un lien vers eux pour essayer de les faire connaître »). L’Anagnoste a d’ailleurs une rubrique consacrée à ces auteurs, intitulée « Ils écrivent, ils sont différents ». Éric Bonnargent précise en outre qu’il ne partage pas « les mêmes critères » que la plupart des maisons d’édition26.

  • 27 Sylvie Ducas note qu’il est courant de reprocher aux prix littéraires d’être « un système de conséc (...)

39En ce qui concerne leurs prises de position à l’égard des prix littéraires, les blogueurs interrogés regrettent - comme pour les critiques littéraires - leur manque d’indépendance vis-à-vis des grands groupes d’édition27, tout en reconnaissant leur pouvoir de prescription sur les lecteurs. Au-delà de ce point commun, on observe des différences entre nos blogueurs, avec d’un côté Catherine et George, qui ont plutôt une attitude d’acceptation du pouvoir des grands prix littéraires, et de l’autre, Laurence et Éric Bonnargent, qui espèrent concurrencer ce pouvoir.

40George et Catherine ont toutes les deux tenté d’être sélectionnées pour faire partie du jury de plusieurs prix littéraires existants (le prix des lectrices de Elle et le prix du Livre de Poche pour George ; le prix de l’Express, le Prix Elle, le Prix Orange du livre pour Catherine). Laurence a quant à elle participé une fois au jury du prix du Livre de Poche mais elle prend clairement ses distances avec cette expérience (« ça ne correspondait à rien. » ; « C’était pour m’amuser ! »). En fait, depuis 2007, Biblioblog décerne son propre prix littéraire et c’est clairement un objectif de concurrence des instances de consécration établies qui anime ce projet. Ne sont en effet en lice pour ce prix que des romans « peu médiatisés » qu’il s’agit de « faire découvrir ». Laurence pense plus généralement que son blog et le prix qu’il décerne permettent de découvrir des ouvrages qui sont ensuite consacrés par des prix littéraires reconnus. C’est ce qui apparaît dans certains de ses billets :

Il y a tout juste deux ans, je découvrais et vous vantais les mérites du premier roman d’Estelle Nollet, On ne boit pas les rats kangourous. Roman qui quelques mois plus tard était finaliste du Prix Biblioblog 2010 et remportait le Prix Roblès 2010.

41De même, Éric Bonnargent précise que L’Anagnoste a plusieurs fois mis en avant des livres qui ont ensuite reçu un grand prix littéraire (le prix Médicis en littérature étrangère, qui est le seul grand prix qu’il défend). Il a toutefois un discours plus virulent que Laurence envers les autres grands prix littéraires (« Les prix littéraires m’influencent dans le sens où si je sais qu’un livre a un prix littéraire, j’irai pas le lire. » ; « C’est d’une nullité absolue »), et contrairement à elle, il n’a jamais cherché à participer à un jury de prix.

42Précisons pour finir que la défense des petits éditeurs revendiquée par Laurence et Éric Bonnargent est effective sur leur blog. Dans l’échantillon que nous avons analysé,, une majorité des critiques publiées par Laurence porte sur les ouvrages de petits éditeurs, dont un roman qui est à la fois le premier de son auteur et le premier de la maison d’édition concernée. L’échantillon de billets postés par Éric Bonnargent concerne aussi majoritairement des petites maisons d’édition, et aucune grande maison n’y est représentée. Dans les entretiens avec ces deux blogueurs, le soutien aux petits éditeurs est explicite. Laurence dit ainsi soutenir par son blog « une diversité éditoriale et donc une diversité de petites et de grandes maisons d’édition ». Éric Bonnargent précise quant à lui que ce sont essentiellement eux qu’il souhaite défendre car, contrairement aux plus grands éditeurs, ils ont besoin des blogs pour se faire connaître :

  • 28 « Littérature & Internet, Éric Bonnargent (alias Bartleby) vs Marc Villemain », op. cit.

Il y a de nombreux petits éditeurs qui font un travail formidable, qui ne rencontrent pas ou peu d’échos dans la presse. Le but de nombreux blogs est de faire connaître et reconnaître ce travail28.

Conclusion

  • 29 Sur cette question, voir notamment : Auray (Nicolas) & Moreau (François), « Introduction », Réseaux (...)

43Ainsi, l’analyse des trajectoires de quatre blogueurs et des commentaires qu’ils publient permet-elle de mettre au jour à la fois des niveaux différenciés de compétence littéraire et des prises de position nuancées au sujet de la reconnaissance littéraire. Si, dans les discours des professionnels du livre, les blogs sont souvent associés à une forte subjectivité, à une spontanéité proche de la conversation et à l’expression des émotions, nous avons pu constater que certains de ces critiques littéraires amateur rédigent des commentaires savants et distanciés. En mobilisant sur leur blog les compétences acquises au cours de leur scolarité et de leur vie professionnelle, ils peuvent prendre position sur des ouvrages selon des modalités qui, selon certains professionnels du livre, sont proches de celles de la critique professionnelle. Si Éric Bonnargent et Laurence sont dans ce cas, George et Catherine mettent en œuvre une forme de commentaire plus spécifique à la blogosphère et aux réseaux sociaux. Leurs blogs participent d’un modèle de sélection et de prescription plutôt fondé sur le bouche-à-oreille et le partage « horizontal » d’affinités29. Mais les blogueurs n’envisagent pas tous de se contenter de ce niveau modeste de prescription lié à la blogosphère. La volonté de peser sur la prescription et la reconnaissance des livres en défendant des auteurs, des éditeurs et des ouvrages, est en partie liée à leur niveau de compétence littéraire. On observe ainsi une gradation des attitudes face aux instances établies de consécration, de l’acceptation de leur pouvoir à sa contestation frontale.

  • 30 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3 (...)
  • 31 Pour une réflexion sur les délimitations des frontières du champ littéraire à partir d’une analyse (...)

44Ces degrés de contestation ont été appréhendés par le biais d’entretiens sociologiques, donc à partir des propos des blogueurs eux-mêmes, soit parce que ces propos revendiquent explicitement des attitudes de contestation ou d’indifférence, soit parce qu’ils rendent compte de manières de faire et de voir qui peuvent être interprétées comme la manifestation de ces attitudes. En particulier, les propos des blogueurs les plus « contestataires » peuvent être entendus comme constitutifs d’une posture, « levier d’un positionnement » dans le champ littéraire30 : ceux-ci se positionnent dans le champ de deux manières, en assumant un rôle de prescription différent de celui de la critique professionnelle (cas de Laurence) ou en jouant sur le même terrain que les instances de consécration établies (lorsque Laurence crée un prix littéraire contre les « grands » prix ou lorsqu’Éric Bonnargent cherche à concurrencer les critiques professionnels). Au contraire, parce qu’elles font preuve essentiellement d’indifférence vis-à-vis des enjeux du champ (en se vivant avant tout comme des lectrices et/ou en étant davantage préoccupées par les enjeux de la blogosphère), George et Catherine ne peuvent pas à proprement parler être positionnées dans ce champ : elles se situent plutôt en dehors, à un endroit où celui-ci cesse d’exercer ses effets31.

  • 32 Voir notamment : Benhamou (Françoise), Moureau (Nathalie) & Peltier (Stéphanie), « La longue marche (...)

45Si notre enquête ne permet pas de mesurer le pouvoir effectif de prescription et de reconnaissance des blogs de lecteurs, d’autres travaux récents soulignent que la visibilité sur Internet ne subvertit pas les modes traditionnels de prescription et les hiérarchies culturelles établies32. Toutefois, les entretiens que nous avons menés avec plusieurs acteurs concernés - éditeurs, libraires, écrivains, organisateurs de manifestations littéraires, et blogueurs eux-mêmes - montrent qu’ils sont persuadés que les blogs vont jouer un rôle de plus en plus important. Cette croyance dans l’impact des blogs peut porter sur l’avenir ou se manifester aujourd’hui par un usage promotionnel de ces supports à côté des médias traditionnels. Elle renvoie aussi au fait que certains blogueurs ambitionnent de dire quels sont les livres dignes d’être recommandés et reconnus. Dans tous les cas, on peut considérer qu’elle constitue un indicateur réel du rôle joué par ces blogs dans l’univers littéraire dans son ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009 (en ligne) [http://aad.revues.org/index662.html].

Assouline (Pierre), « La critique littéraire entre le blog et l’enclume », La République des Livres, 8 mai 2007.

Auray (Nicolas) & Moreau (François), « Introduction », Réseaux, no 175, 2012, pp. 9-18.

Bastard (Irène), Bourreau (Marc), Maillard (Sisley) & Moreau (François), « De la visibilité à l’attention : les musiciens sur Internet », Réseaux, no 175, 2012, pp. 19-42.

Beauvisage (Thomas), Beuscart (Jean-Samuel), Couronné (Thomas) & Mellet (Kévin), « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », Tracés, no 21, 2011.

Becker (Howard), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, « Champs Arts », 2010.

Benhamou (Françoise), Moureau (Nathalie) & Peltier (Stéphanie), « La longue marche vers une appropriation cognitive du Web : le cas de la bande dessinée », Réseaux, no 175, 2012, pp. 83-105. 

Bois (Géraldine), « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, pp. 79-90.

Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Points », 1998.

Cardon (Dominique), La Démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, « La République des idées », 2010.

Charpentier (Isabelle), « Lectrices et lecteurs de Passion simple d’Annie Ernaux. Les enjeux sexués des réceptions d’une écriture de l’intime sexuel », dans Comment sont reçues les œuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception & des publics, sous la direction d’Isabelle Charpentier, Paris, Creaphis, 2006, pp. 119-136.

Denis (Benoît), « La consécration », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010. URL : http://contextes.revues.org/4639.

Donnat (Olivier), Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris, La Découverte/Ministère de la Culture et de la Communication, 2009.

Donnat (Olivier), « Pratiques culturelles 1973-2008 : dynamiques générationnelles et pesanteurs sociales », Culture Études, no 7, décembre 2011, 36 p.

Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles-Paris, Labor-Nathan, « Dossiers média », 1986.

Ducas (Sylvie), « Prix littéraires en France : consécration ou désacralisation de l’auteur ? », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2010. URL : http://contextes.revues.org/4656.

Flory (Eli), « Au pays des blogs de lecteurs », Le Magazine des Livres, avril 2009.

Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie, Paris, Seuil, « Hautes études », 1989.

Pinto (Louis), « L’émoi, le mot, le moi », Actes de la recherche en sciences sociales, no 1, vol. 88, 1991, pp. 78-102.

Renard (Fanny), Les Lycéens et la lecture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Paideia », 2011.

« Littérature & Internet, Éric Bonnargent (alias Bartleby) vs Marc Villemain », Le Magazine des Livres, no 20, novembre 2009.

Haut de page

Notes

1 Cette catégorisation permet de distinguer les blogs dont relève notre étude des blogs tenus par des « professionnels » de la critique littéraire « traditionnelle » (i. e. s’exprimant aussi sur des supports papier ou audio-visuels largement diffusés). Le terme « amateurs » ne préjuge en rien du niveau de compétence littéraire des blogueurs ni du sérieux de leur investissement dans leur activité de commentaire de livres. Notre étude a justement, parmi ses objectifs, celui de cerner ces niveaux de compétence et d’investissement.

2 Nous emploierons nous-mêmes cette expression dans la suite de cet article. Un blog est un site Internet de publication régulière d’articles ou de « billets » qui portent sur les centres d’intérêt de son auteur (« blogueur »). Les « blogs de lecteurs » dont nous parlons ici ont pour objet exclusif ou quasi-exclusif la publication de commentaires de livres lus par les auteurs des blogs. On trouve aussi parfois l’expression de « blogs littéraires » dont se saisissent - comme nous le verrons - certains blogueurs pour affirmer leur activité de « critique » et non pas simplement de « lecteurs ».

3 Par « littérature », nous entendons non seulement la « littérature générale » mais aussi la littérature « de genre » (policier, fantastique, sentimental, etc.). Les blogs qui nous intéressent ne sont pas spécialisés dans un genre ou un écrivain en particulier. Ils se distinguent donc des blogs de fans par exemple.

4 Internet fait ainsi « appar[aître] des amateurs sur la scène publique » et « ôte le privilège d’accès à la publication dont bénéficiaient naguère les professionnels ». Cardon (Dominique), La Démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, « La République des idées », 2010, p. 9.

5 Par « pouvoir de prescription », nous entendons un pouvoir d’influence sur le choix des lecteurs. Quant au « pouvoir de consécration » ou « de reconnaissance », il désigne tout ce qui contribue à fonder l’importance d’un livre, que ce soit du point de vue commercial ou du point de vue de la légitimité littéraire (les prix littéraires, par exemple, ont un pouvoir sur ces deux versants de la reconnaissance).

6 Denis (Benoît), « La consécration », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010. URL : http://contextes.revues.org/4639.

7 Cette enquête a été financée par le Ministère de la Culture et de la Communication français dans le cadre d’un appel à propositions de recherches intitulé « Transformations des formes de reconnaissance dans le domaine culturel : notoriété, réputation et légitimité ». Elle a été réalisée par les auteurs de l’article avec la collaboration de Anne-Cécile Nentwig.

8 7 éditeurs, 3 libraires et 3 organisateurs de manifestations littéraires ont été interrogés.

9 S’y expriment diverses prises de position, par rapport aux autres blogs mais aussi par rapport à des acteurs traditionnels de l’univers littéraire.

10 Becker (Howard), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, « Champs Arts », 2010.

11 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Points », 1998.

12 Comme la plupart des blogs de lecteurs que l’on trouve sur Internet, les noms de ces quatre blogs font donc référence à l’univers du livre, sur un registre plus ou moins savant. Le nom choisi est volontairement « original » et « recherché » dans le cas de l’Anagnoste, notamment pour se distinguer des noms d’une grande partie des « blogs de lecteurs », qui utilisent un vocabulaire plus courant (« mots », « lecteurs », « livres »), comme ceux de George et de Catherine. Biblioblog se situe dans une position intermédiaire, évoquant des « racines latines » tout en étant « assez compréhensible immédiatement », d’après la volonté de sa responsable.

13 Ces quatre blogueurs sont français. Nous avons respecté leurs souhaits d’anonymisation : prénom et nom véritables pour Éric Bonnargent, prénom véritable sans le nom de famille pour Laurence, pseudonyme utilisé sur le blog pour George et total anonymat (y compris pour le nom de son blog) pour Catherine. Comme nous le verrons, ces souhaits ne sont pas sans lien avec les positionnements différenciés de ces blogueurs.

14 Sur chacun des blogs, dix billets commentant un roman français contemporain ont été analysés.

15 En 2008, 16 % des Français ont lu « 20 livres et plus » au cours des 12 derniers mois, et, parmi les cadres supérieurs et professions libérales, 24 % des hommes et 39 % des femmes sont dans ce cas. Donnat (Olivier), « Pratiques culturelles 1973-2008 : dynamiques générationnelles et pesanteurs sociales », Culture Études, no 7, décembre 2011, p. 14.

16 Éric Bonnargent a été contacté, via son blog, par les responsables du Magazine des Livres pour publier des critiques littéraires. Il ne publiait donc pas de critiques dans la presse avant la création de son blog et c’est pour cette raison que nous l’avons intégré dans notre population de blogueurs « amateur ». Sa situation - comme celle de Laurence, qui a pu accéder à son emploi actuel du fait d’expériences professionnelles liées à son blog - permet de donner à voir les répercussions que peut avoir la tenue d’un blog dans les parcours des enquêtés.

17 Renard (Fanny), Les Lycéens et la lecture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Paideia », 2011, p. 13.

18 Pinto (Louis), « L’émoi, le mot, le moi », Actes de la recherche en sciences sociales, no 1, vol. 88, 1991, pp. 78-102, p. 93.

19 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit.

20 Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie, Paris, Seuil, « Hautes études », 1989, p. 24.

21 « Littérature & Internet, Éric Bonnargent (alias Bartleby) vs Marc Villemain », Le Magazine des Livres, no 20, novembre 2009.

22 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 262.

23 Le fait que, contrairement au précédent, ces trois blogueurs soient des femmes, contribue certainement à expliquer leur plus grande réticence à rendre leur activité totalement publique. On sait en effet que l’opposition entre le masculin et le féminin recoupe une opposition entre l’espace public et l’espace privé. Bourdieu (Pierre), La Domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998. Si elles ont du mal à se positionner et à se présenter publiquement comme « critiques », ces trois blogueuses ne rencontrent en revanche pas d’obstacle symbolique lorsqu’il s’agit d’exprimer leurs goûts pour la lecture et leurs préférences dans ce domaine. La lecture, surtout de romans, est en effet une pratique culturelle très féminisée. Donnat (Olivier), Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris, La Découverte/Ministère de la Culture et de la Communication, 2009. Quant aux injonctions à exprimer ses sentiments – et en particulier ses impressions et sensations de lecture – et à l’habitude de le faire (par exemple sous la forme d’un journal intime ou de lettre à un écrivain), elles sont plus intériorisées chez les femmes. Charpentier (Isabelle), « Lectrices et lecteurs de Passion simple d’Annie Ernaux. Les enjeux sexués des réceptions d’une écriture de l’intime sexuel », dans Comment sont reçues les œuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception & des publics, sous la direction d’Isabelle Charpentier, Paris, Creaphis, 2006, pp. 119-136.

24 Laurence fait ici référence au billet du blog de Pierre Assouline intitulé « La critique littéraire entre le blog et l’enclume », La République des Livres, 8 mai 2007.

25 Flory (Eli), « Au pays des blogs de lecteurs », Le Magazine des Livres, avril 2009.

26 Ce blogueur entend ainsi intervenir dans plusieurs des étapes du « processus de légitimation des œuvres » que distingue Jacques Dubois (Dubois (Jacques), L’Institution de la littérature, Bruxelles-Paris, Labor-Nathan, « Dossiers média », 1986) et que résume Benoît Denis : celle de « l’émergence », celle de la « reconnaissance (être de la littérature), essentiellement assurée par les éditeurs », celle de la « consécration (être de la bonne littérature) ». Denis (Benoît), « La consécration », op. cit.

27 Sylvie Ducas note qu’il est courant de reprocher aux prix littéraires d’être « un système de consécration nécessairement discrédité par les accointances avec des intérêts économiques et commerciaux ». Ducas (Sylvie), Ducas (Sylvie), « Prix littéraires en France : consécration ou désacralisation de l’auteur ? », COnTEXTES [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2010. URL : http://contextes.revues.org/4656.

28 « Littérature & Internet, Éric Bonnargent (alias Bartleby) vs Marc Villemain », op. cit.

29 Sur cette question, voir notamment : Auray (Nicolas) & Moreau (François), « Introduction », Réseaux, no 175, 2012, pp. 9-18 ; Beauvisage (Thomas), Beuscart (Jean-Samuel), Couronné (Thomas) & Mellet (Kévin), « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », Tracés, no 21, 2011.

30 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours, no 3, 2009 (en ligne) [http://aad.revues.org/index662.html].

31 Pour une réflexion sur les délimitations des frontières du champ littéraire à partir d’une analyse des degrés d’attraction de ses enjeux, voir : Bois (Géraldine), « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, pp. 79-90.

32 Voir notamment : Benhamou (Françoise), Moureau (Nathalie) & Peltier (Stéphanie), « La longue marche vers une appropriation cognitive du Web : le cas de la bande dessinée », Réseaux, n° 175, 2012, pp. 83-105 ; Bastard (Irène), Bourreau (Marc), Maillard (Sisley) & Moreau (François), « De la visibilité à l’attention : les musiciens sur Internet », Réseaux, n° 175, 2012, pp. 19-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bois, Olivier Vanhée et Émilie Saunier, « L’investissement des blogueurs littéraires dans la prescription et la reconnaissance: compétences et ambitions », COnTEXTES [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/6196 ; DOI : 10.4000/contextes.6196

Haut de page

Auteurs

Géraldine Bois

ENS Lyon – Centre Max Weber

Articles du même auteur

Olivier Vanhée

ENS Lyon – Centre Max Weber

Émilie Saunier

Articles du même auteur

Haut de page